Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > Dans la peau d’un blanc qui regarde « Dans la peau d’un Noir (...)

Dans la peau d’un blanc qui regarde « Dans la peau d’un Noir »

Est-il facile d’être noir de peau dans la France d’aujourd’hui ? C’est avec cette question en tête, presque un postulat, que Renaud Le Van Kim produit et réalise le documentaire en deux parties « Dans la peau d’un noir » diffusé par Canal Plus en cette fin de mois de janvier.

Le docu-télé-fiction, qui soit invente un genre, soit restera l’unique spécimen de son ethnie, entraîne deux familles dans la peau de l’autre. C’est un peu Les Groseille contre les Le Quesnoy dans le film d’Etienne Chatiliez «  Un long fleuve tranquille ». A l’exception notable, qu’ici les deux sont d’accord sur le fait que « le racisme c’est pas bien ». Cela n’empêche pas le débat, les oppositions, les désaccords, n’empêche. On pourrait gloser longuement sur les défauts du premier épisode. Son côté « Ile de la tentation », avec les témoins pris à part, quelques heures après le démaquillage dont aucun des aspects ne nous aura échappé. Le caractère peu scientifique également de l’enquête qui essaie parfois d’étayer les thèses de départ en dépit des faits. Mais ce serait faire injure à ce travail que de le qualifier de conversation de bistro mais du bon côté du comptoir.

Plusieurs raisons achèvent de convaincre de l’intérêt de cette initiative.

- Elle est citoyenne. Il n’est pas d’investigation objective. Le simple fait de poser son regard le dément. « Dans la peau d’un noir » assume ce côté-là. On ne regardera pas ce documentaire du côté du paquebot de Saint-Cloud. De toute façon, ils ne sont pas abonnés à la chaîne cryptée.

- Elle est teintée de bon sens. La vie est un ensemble de détails dont l’addition donne la forme générale. Après les opérations de testing menées par Sos Racisme, les études d’opinion qui montrent l’enracinement de la xénophobie dans notre société, cette émission vient mettre, avec la force dont disposent les images, les points sur les i. Oui, il existe un problème d’ethnicisme dans notre pays.

- Elle dit aussi des vérités aux opprimés. Le premier regard porté sur un individu est d’abord le sien. A plusieurs reprises, on sent la famille noire originelle éprouver ce sentiment de persécutions avant même la persécution. Le syndrome du condamné avant même sa condmnation.

- Elle n’apporte pas de solutions toutes faites. Le but n’était pas de moraliser, ni de démoraliser, de donner des leçons, simplement de montrer et démontrer. Mission remplie.

Quand Griffin écrit son livre « Dans la peau d’un noir » en 1959, ce sont les mêmes idées qui le mobilisent. Quand le pseudo-journaliste kazakh Borat nous ouvre les portes de l’Amérique profonde, idem. Avec un peu plus d’humour, avouons-le. Il n’est pas rare d’ailleurs de voir les journalistes, les enquêteurs de la vérité, se déguiser pour obtenir plus de réalisme. La dénonciation et l’indignation restent des armes démocratiques. Rendons grâce à Renaud Le Van Kim de l’avoir montré sans larmoyance.

N’empêche, malgré ma famille Benetton, une épouse d’origine chinoise, deux beaux-frères pareils, un autre antillais et le dernier d’origine russe, le sentiment est à la nausée, comment cela est-il à la fois possible et tolérable ? Comment supporter d’en être un complice silencieux ?


Moyenne des avis sur cet article :  3.5/5   (64 votes)




Réagissez à l'article

32 réactions à cet article    


  • miteny (---.---.130.65) 1er février 2007 12:52

    N’oublions pas une chose : on dit souvent qu’il y a du communautarisme chez les étrangers mais... c’est pire chez les français bien intégrés (ingénieurs par exemple) qui ne se mélangent pas avec n’importe qui, eux.

    Pourquoi est-ce qu’on ne les dénonce pas eux, qui se croient trop bien pour être mélangé aux « esclaves d’en bas » ? dieuexiste.com


    • hurlevent (---.---.44.148) 1er février 2007 15:07

      Je suis ingénieur. Tu peux me dénoncer. Je me rendrai ensuite dans le camp de concentration pour ingénieur le plus proche.


    • rem (---.---.198.227) 1er février 2007 15:44

      C’est bien connu tout les ingénieurs sont sectaires. Tu ne le sais peut être pas mais dans nos écoles, il y a un module obligatoire la sectarititude.


    • t-h (---.---.133.245) 1er février 2007 19:55

      Non, c’est pas faux ce que Miteny dit (dans un sens) : on se rattache à sa communauté, qu’elle soit culturelle, familiale ou professionnelle.


    • miteny (---.---.130.65) 2 février 2007 18:56

      Moi aussi je suis ingénieur... et c’est pour ça que je prenais cet exemple (ce n’était qu’un exemple).


    • Zalka (---.---.97.51) 1er février 2007 13:33

      Non au misérabilisme ! Non au déni de la discrimination !

      Le misérabilisme, c’est dans ce cas, de se complaire dans le statut de victime, de renoncer à se battre, de généraliser l’attitude d’une minorité comme étant celle de tous les français.

      Le déni de la discrimination, c’est prétendre que tous va bien, que les minorités n’ont pas motifs à se plaindre.

      En tant que métis, je ne peux prétendre être la victime permanente des incivilités de ce genre. Je ne suis que le témoin de certaines remarques subies par mon père.


      • JP (---.---.242.204) 1er février 2007 13:52

        Au hasard d’un zapping rageux consécutif à la victoire de l’OM, je suis tombé sur un bout de ce « documentaire », plus précisément l’extrait consacré aux boites de nuit.

        On y découvrit que 4 jeunes noirs (ie 3 mecs habillés comme pour aller au bahut et une fille au physique tres quelconque) se verront refouler de clubs fort peu select tels que le VIP et l’Etoile aux motifs fallacieux qu’ils y a trop de mecs/qu’ils ne sont pas connus du videur/ que c’est une soiree privée etc.... smiley smiley

        A ma grande stupeur, j’appris donc, tout blanc que je suis, que mes amis et moi-meme furent au cours de furieuses soirées parisiennes les innocentes victimes d’une odieuse discimination !!! smiley smiley

        Sans remettre en cause la qualité de l’émission que je n’ai pas vue en entier et encore moins la véracité du problème traité, on aurait sans doute gagné en crédibilité et en honneteté intellectuelle à ce passer de la séquence en boite.


        • JP (---.---.242.204) 1er février 2007 13:53

          « (...)se passer(...) » dsl


        • ALLEZ L’OM !!! (---.---.146.197) 1er février 2007 18:20

          Allez l’OM !!!!!!

          HAAAAA !!! ça soulage des fois. Merci pour l’honneteté intellectuelle d’avouer son appartenance à cette équipe sans âme. Le vent tourne, il était temps !

          Sinon, concernant le sujet, t’es quand même sacrément culotté pour remettre en cause le racisme des videurs de boite de nuit (mais pour un lyonnais je comprends smiley ). Si le refoullement en boîte est chose courante en France (ce que je déplore quelque soit la couleur de peau), ne vas pas me dire qu’il est aussi difficile pour un blanc que pour un noir d’y entrer. Soyons sérieux, ta seule expérience ne peut remettre en cause de trop nombreuses plaintes et surtout des tests en caméra caché.

          Je te pose une question : quand tu arrive enfin à rentrer, y vois-tu beaucoup de noirs ?

          Et pour la forme : ALLEZ L’OM, il n’y a qu’un seul vrai olympique !!! (que ça fais du bien quand même)

          Sans rancunes aucunes


        • JP (---.---.242.204) 1er février 2007 22:32

          @Allez l’OM

          Je te conseille la relecture du dernier paragraphe de mon message.

          « Sans remettre en cause la qualité de l’émission que je n’ai pas vue en entier et encore moins la véracité du problème traité, on aurait sans doute gagné en crédibilité et en honneteté intellectuelle à ce passer de la séquence en boite. »


        • nisco (---.---.241.235) 2 février 2007 09:07

          Je viens de relire ton dernier paragraphe et ne vois pas en quoi ma réponse ne te convient pas ?...

          « on aurait sans doute gagné en crédibilité et en honneteté intellectuelle à ce passer de la séquence en boite. »

          Non, car cela traduit une réalité bien réelle ! je t’invite donc, en retour, à relire ma réponse qui, en substance dit :

          Si des discriminations existes envers tout le monde à l’entrée des boites, celle-ci est d’autant plus forte si vous êtes EN PLUS noir. Il s’agit donc la d’une marque de racisme caractérisé ce qui a donc pleinement sa place dans une émmission voulant brosser le tableau des différentes formes de racisme en France. Je ne vois donc pas en quoi cela nuirait à la crédibilité de l’emmission et encore moins en quoi cela représenterait une malhonneteté intellectuelle que de dire cela ?! smiley


        • nisco (---.---.241.235) 2 février 2007 09:13

          Oups, démasqué !!! Et oui, ALLEZ L’OM = nisco, je voulais juste cacher cette excès de ferveur sportive smiley

          Mais cela n’enlève rien de mon raisonnement.

          Bien à toi JP

          Nisco Alias ALLEZ l’OM, et pour la forme : Allez l’OM !!!! smiley


        • Calmos (---.---.112.238) 1er février 2007 15:25

          Le but de l’émission C+ était de nous mettre le nez dans notre merde....pour faire de l’audience à bon compte....voilà....c’est fait...et on fait quoi maintenant... ??....aprés avoir du s’auto-flageller pour des faits dont nous-memes ne sommes pas coupables....demander pardon à tout le monde....nous voilà à genoux ...la gueule pleine de merde......je repose la question : on fait quoi maintenant.. ???? Le jour ou il faudra demander pardon aux cons : je serais le premier à me remettre genoux.....


          • calmos (---.---.112.238) 1er février 2007 16:17

            Tout à ma repentance sincére....j’ai fait une coquille... Il fallait lire : je serais le premier à me remettre à genoux.....


            • (---.---.232.225) 1er février 2007 17:13

              Mettez-vous dans la peau d’un albinos au milieu d’une tribut africaine. Son sort est-il meilleur d’après vous ? Ce qui est sûr, c’est qu’il dure moins longtemps.


              • nisco (---.---.146.197) 1er février 2007 18:20

                Sais-tu que les noirs sont noirs sans avoir de maladie de peau ?!?!? Sinon, je te l’apprends.

                Cette comparaison est vraiment lamentable. smiley

                Mais je réhausse le niveau du débat en remplaçant albinos par blanc.

                Pour info, je suis un blancs au milieu d’une « tribuE » (pas tribuT) africaine (puisque selon toi les noirs ne peuvent êtres que tribaux... je m’arrête là pour rester poli), c’est à dire les habitants de Ouaga composés de pas moins d’une cinquantaine de ressortissants de groupes éthniques plus tous les noirs immigrés des autres pays du continent.

                Voici mon sentiment face à cette situation. Oui je me sens « différent » et remarque que les gens le sentent tout de suite (c’est assez visible, et la différence d’avec un albinos est flagrante soit dit en passant). Maintenant, est-ce que je ressent des sentiments de dénigrement vis-à-vis de moi, non, et c’est plutôt le contraire. Toubabou, terme utilisé pour nommer les blancs en bamanan (ou dioula, langue parlée dans presque toute l’Afrique de l’Ouest) vient de toubib en arabe (médecin) car les premiers blancs venant en Afrique étaient toujours des personnes instruites : médecins, ingénieurs, etc. Voilà pour la généralité. Note : toubabou est surtout utilisé par les enfants et sans aucun manque de respect. Rien à voir avec bamboula.

                Plus particulièrement, et ceci après un certain temps de vie ici, j’ai remarqué que derrière cette première classification (blanc = personne instruite), il y a comme un sentiment de pitié. Ne souyez pas surpris, cela provient du fait que la plupart des blancs venant en Afrique, et les français plus particulièrement, manque cruellement de savoir vivre africain. C’est à dire surtout manque de temps à consacrer à l’autre, en salutation, en écoute, etc. Et montrent souvent des signes de maladies mentales très peu fréquentes en Afrique : stress, extrème considération vis-à-vis de l’argent, réactions violentes dans des situations un peu tendues, manque de tolérance vis-à-vis des comportements différents, rapidité dans le jugement des actes d’autrui, etc. Et je parle en connaissance de cause.

                Je ne veut aucunement dire par là que les noirs sont tous gentils et serviables, tolérants et ouvert d’esprit, mais qu’ici il est bien plus facile de vivre sa différence, quelle qu’elle soit. Le jugement de ce qui est « normal » et de ce qui ne l’est pas n’est pas fréquent. Chacun est libre de vivre selon son envie, son caractère, sans que cela soit jugé mieux ou moins bien. Mais comme partout, il y a aussi des cons et des intélérants qui voient dans les blancs des représentants des missionnaires et des grandes puissances qui pillent leurs richesses et les dévergondent (par l’introduction de l’homosexualité par ex). Ce qui n’est pas toujours faux, il faut bien leur conséder.

                C’est frappant comme aujourd’hui, après quelques années d’adaptation, les gens ont tendance à me dire : « toi tu es burkinabè ! Tu n’es plus »blanc«  », c’est à dire plein des défauts énumérés plus haut que la plupart (moi inclu) ont en arrivant. Je peux enfin avoir de vrais amitiés, sincères, et engager de vrais dialogues sans que cela tourne autour de « comment c’est chez vous », etc.

                Voilà ce que ressent un blancs chez les noirs.

                Nisco

                PS : il n’y a pas de lions dans les rues de Ouaga, ni même ne brousse, seulement au zoo. Il n’y a pas non plus de gens qui se tuent à coup de machettes dans le coin. Je dis ça car il y a tellement d’inepties qui sont véhiculées en Europe sur l’Afrique... smiley


              • Nono (---.---.221.74) 1er février 2007 20:57

                (IP:xxx.x92.232.225) le 1er février 2007 à 17H13,

                Comparaison hative... smiley

                Nisco a répondu.

                Pour info :

                Salif Keita, noir albinos de naissance, a été l’un de ceux qui ont popularisé la musique africaine en Europe au milieu des années 80. En retour. A force de lui coller l’étiquette « noir albinos », on semble oublier que Salif Keita est avant tout un très grand et immense chanteur reconnu et adulé.


              • Makan (---.---.1.178) 1er février 2007 17:25

                @IP:xxx.x92.232.225

                Autrefois, dans certains sociétés africaines, les albinos pouvaient être sacrifiés aux fétiches. Aujourd’hui, un albinos ne risque rien en Afrique. J’en connais beaucoup et même de très célèbres.


                • nisco (---.---.146.197) 1er février 2007 18:20

                  Salif Keita ?


                • majorel (---.---.31.180) 1er février 2007 19:55

                  Parce que vous croyez qu’ il est facile d’ être un blanc en Côte d’ Ivoire ?


                  • nisco (---.---.146.197) 1er février 2007 20:13

                    Et un burkinabè en Côte d’Ivoire ?

                    Et un sunite à Bagdad ?

                    Et un kosovar en Serbie ?

                    Et un juif en Allemagne dans les années 30 ?

                    Etc. Etc.

                    Comparons ce qui est comparable. Si tu pense que la situation en France est aussi critique qu’en CI c’est que tu n’y a jamais mis les pieds... smiley

                    Même si je soutiens qu’il y a un racisme latent en France, je n’irai pas jusqu’à dire, comme tu le sous-entends, que les politiciens l’instrumentalisent pour des visées électoralistes...

                    Soyons sérieux

                    Nisco


                  • Makan (---.---.1.178) 1er février 2007 20:27

                    @majorel

                    Moi-même qui suis assimilé Dioula, j’ai failli me faire trouer la peau en CI par... les forces de l’ordre suite à un simple contrôle d’identité !

                    Depuis, mes patrons (qui m’aiment peut-être bien, tout compte fait) ne m’y ont plus envoyé. smiley

                    @nisco

                    Merci pour votre témoignage d’un Blanc parmi les Africains.


                    • majorel (---.---.31.180) 1er février 2007 20:32

                      J’ ai dit ça , moi ? Si je sous-entend quelque chose , c’ est que le racisme anti-blanc existe aussi . Chez nous , certains réagissent et défendent les minorités . Ailleurs ... plein de sous-entendus ...


                      • nisco (---.---.241.235) 2 février 2007 08:56

                        @majorel

                        Si le racsime anti-blanc existe, tu te trompe en utilisant l’exemple de la CI qui en fait relève bien plus d’un nationalisme car il est bien plus difficile là-bas d’être assimilé Dioula (du nord, musulman) et pire encore burkinabè que blanc. En fait, les ivoriens (du sud, chrétien) ont des sentiments de rejet bien plus envers les français qu’envers les blancs. C’est un peu le cas partout en Afrique de l’Ouest. Et le comportortement arogant des français en Afrique y est pour beaucoup. Pour info, les suisses sont revenus bien plus vite en CI que les français.

                        Pour ce qui est de la défence des minorités, l’exemple de la CI est aussi erroné puisque la cission du pays entre nord et sud vient d’un soulèvement militaire suite à des exactions envers des minorités ! Il s’agit donc bien là de défense de minorités. Mais quand l’état légalise et favorise des comportement racistes envers certaines minorités, de simples associations de défense de ces minorités est insuffisant.

                        Maintenant, pour avancer dans le débat, je dirais que si le racisme anti-blanc existe bel et bien, il est bien moins prononcé et surtout bien moins ancré dans les mentalités que le racisme anti-noir qui est beaucoup issu des périodes esclavagistes qui ne considéraient même pas le noir comme un homme. Ce sentiment de supériorité des blancs vis-à-vis des noirs est hélas maintenant ancré dans certaines mentalités. La proportion de ces mentalités en France est en plus assez affligeante...


                      • bob (---.---.31.218) 1er février 2007 21:06

                        Un grand bravo a cet article qui aide a renforcer le communautarisme en France, ce faisant, les extremes gagnent en credibilite ce que ce type d’article et d’emission gagne en mauvaise foi et mauvais proces. Si certaines ethnies ( dont les blancs et catholiques font aussi parties mais que l’on ne plaint assez peu ) sont discriminees dans certaines activites commerciales, elles voteront avec leurs pieds et iront consommer chez le concurrent. Qui est le vrai perdant ?


                        • bob (---.---.31.218) 1er février 2007 21:12

                          Par ailleurs, je ne suis pas type mais je suis systematiquement fouille lors de mes voyages en avion exclusivement par des douaniers francais. Par ailleurs, j’ai droit a un controle d’identite une fois sur trois des que je croise des policiers. Bien sur, ce n’est pas agreable et particulierement lorsque l’un d’entre eux pense que vous etes arme ou que avez une tete de client mais je ne pense pas que le communautarisme resolve ces problemes.


                        • tchoo (---.---.234.82) 1er février 2007 22:59

                          il ya beaucoup plus de différences entre moi et un blanc raciste qu’entre moi et un noir, bleu ou jaune qui ne l’st pas (raciste) Autrement dit, voir ce racisme au quotidien, insidieux tel que montré dans cette émission, tenu pour des personnes de la m^me couleur de peau que moi, ne me rend pas coupable (et je ne m’en sens pas) justement parce que j’ai cette couleur. Il n’y a pas de confrontation d’ethnie contre une autre. Un con raciste est un con raciste quelque soit sa couleur de peau et c’est pas mon frère.

                          Je trouve cette émission très pédagogique même si elle n’est pas dénuée de défauts


                          • Denis Emanuel Brown (---.---.106.98) 2 février 2007 10:10

                            Le racisme existe partout. Dans toutes les sociétés, dans tout les pays et dans toutes les classes social. Personne n’y echappe.

                            C’est d’ailleurs bien la preuve que nous somme tous egaux, et oui tous egaux ca veut aussi dire tous egaux face a la connerie et a la haine de l’autre. United Color of Bande de con comme qu’ils disaient ...

                            Bien sur qu’en France le racisme anti-blanc existe, comme le racisme anti-arabe et anti-noir, personne ne pourrai pretendre le contraire. Seulement en France la majorité des gens sont blanc (et oui désolé pour tout nos amis islamophobe declinologue les minarets et n’ont pas encore conquis toute la France)donc forcement, statistiquement et meme mathématiquement y’a plus de racistes blanc que noirs (« ouais mais nan les zarabes noir d’afrique musulmane meme qu’ils sont plus des racistes chez eux que nous » .... ouais c’est ca et mon cul c’est du poulet ???).

                            Comme dirai le rappeur Shuriken « c’est chacun sa haine chacun sont racisme mais sur fond blanc x’est le noir qui reste la meilleur cible »


                            • nisco (---.---.241.235) 2 février 2007 13:49

                              "C’est pas parce qu’on est différent qu’on est plus intelligent !

                              United Colors of Bande de Cons"

                              Vraiment dommage que ces inconnus soient partis en retraite, ils avaient un sacré esprit de synthèse et une capacité sans borne à produire des phrases chocs restées toutes célèbres. A côté Djamel et tous les nouveaux comiques n’apportent rien au débat.


                            • Bois-Guisbert (---.---.154.46) 7 février 2007 16:23

                              ...statistiquement et meme mathématiquement y’a plus de racistes blanc que noirs...

                              Et c’est d’autant plus normal que le racisme, chez nous, c’est le rejet d’un envahisseur. Exactement pareil qu’au moment de la décolonisation, en Afrique...

                              La principale différence, c’est que nous, nous n’éventrons pas les femmes pour se barbouiller la gueule avec leurs foetus...


                              • paul (---.---.40.112) 9 février 2007 02:44

                                WWW.LESCARABEEDUNIL.COM

                                C’est super


                                • Michel 26 avril 2007 17:48

                                  J’ai bien aimé l’article.

                                  Entre racisme et communautarisme, la frontière me parait bien mince, et la discrimination positive dangereuse.

                                  Nous vivons dans un pays où le racisme est certes présent, mais limité par des lois : Ces lois permettent au moins une prise de conscience et une évolution des moeurs. Tout n’est pas parfait, mais je pense et j’espère que nous suivons la bonne route...

                                  En étant objectif, il y a moins de racisme aujourd’hui qu’à la fin des années 60. Et ceux qui le demeurent ne s’en vantent plus : C’est une preuve de l’évolution du regard de la société.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès