Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > De l’attentat de Karachi à Nicolas Sarkozy, une affaire (...)

De l’attentat de Karachi à Nicolas Sarkozy, une affaire d’Etat

Nous sommes en l’an 2 après Sarkozy ; toute la France est désertée par ses journalistes...

Toute ? Non ! Car une toile peuplée d’irréductibles plumes de presse résiste encore et toujours à la compromission. Et la vie n’est pas facile pour les garnisons propagandistes des camps retranchés de TF1, du Figaro, d’Europe 1 et de France Télévision...

Nous sommes en l’an 2 après Sarkozy, c’est le Karachigate, des familles attendent la vérité et c’est sur la toile qu’on enquête.

journalisme libre

Le journalisme est un métier et parce que le simple bloggeur que je suis n’est pas équipé pour rendre compte avec tout le sérieux et tout le recul professionnel nécessaires d’un sujet aussi grave que cette affaire de l’attentat de Karachi et de ses derniers développements qui la font ressembler de plus en plus à une affaire d’Etat, à côté duquel le watergate américain pourrait passer pour du menu fretin.

Il s’agit de la France en marchand d’armes, sous le gouvernement Balladur. De commissions versées à des intermédiaires pakistanais, c’est-à-dire en clair des pots-de-vin, alors que Nicolas Sarkozy était Ministre du Budget. Il s’agit de rétro-commissions, c’est-à-dire de rétro-pots-de-vin, alors que Eouard Balladur s’apprêtait à concourir aux élections présidentielles et que Nicolas Sarkozy endossait l’habit de directeur de campagne. Il s’agit de Jacques Chirac, trahi par Edouard Balladur et Nicolas Sarkozy mais devenu président, qui rompt la parole de la France et suspend le versement des commissions promises afin d’empêcher le versement des rétro-commissions. Il s’agit des représailles pakistanaises et de l’attentat de Karachi qui fit quatorze morts, des civils français (11) et pakistanais (3) dont les familles réclament aujourd’hui la vérité. Il s’agit de l’Etat français qui organisa une fausse-piste Al-Qaïda, aujourd’hui écartée par la justice. Et il s’agit du décidément tout petit président des français qui ne trouve rien d’autre à dire que juger tout ceci « ridicule » et « grotesque », au mépris même de ce qu’il appelle « la douleur des familles et des choses comme ça »...

Il s’agit aussi de ces journalistes qui se contentent de ricanements complaisants quand Nicolas Sarkozy tente de tourner en ridicule le journaliste de l’AFP qui s’est permis de l’interroger à ce sujet - qu’il en soit donc remercié. Il s’agit de l’ensemble des médias nationaux traditionnels qui se contente du strict minimum d’analyse et de commentaires autour de cette affaire gravissime, où les plus hautes personnalités de l’état sont en cause. Il s’agit du fait que c’est un journal en ligne, Mediapart en l’occurrence, qui seul a fait le nécessaire travail d’enquête et d’information... et porte donc seul la dignité d’un métier.

Il s’agit enfin d’Olivier Bonnet, journaliste bloggeur, qui a pondu sur ce sujet un article dont la qualité me conduit à me contenter de vous inviter à vous en aller le lire :

Le Pakistan a-t-il fomenté l’attentat de Karachi en 2002, en représailles à l’arrêt du versement par Jacques Chirac des commissions occultes auquel Édouard Balladur, alors Premier ministre, s’était engagé ? Cet accord secret obligeait-il aussi au règlement de rétro-commissions qui ont servi à financer la campagne présidentielle du candidat Balladur en 1995 ? Son ministre du Budget de l’époque, Nicolas Sarkozy, pouvait-il ne pas être au courant ? Bonne nouvelle : les juges et les journalistes font leur travail. Mais mauvaise nouvelle : la nouvelle loi de programmation militaire, permettant de criminaliser la contestation des "intérêts économiques stratégiques" de la France, englobés dans la "sécurité nationale", et l’extension du secret-défense à de nombreux nouveaux domaines, rendra impossible toute investigation future dans des affaires de ce genre. Surtout si l’on ajoute la suppression du juge d’instruction planifiée par le Pouvoir. L’ensemble assurera l’impunité à nos gouvernants et à leurs partenaires économiques privés, définitivement à l’abri de la justice et de tout contrôle citoyen. Synthèse et mise en perspective de l’installation institutionnelle d’une République bananière.

Première partie : Attentat de Karachi, contrat Agosta, rapport Nautilus : Comment d’éminents dignitaires pakistanais ont perpétré l’attentat pour faire pression et se venger de Jacques Chirac, coupable d’avoir mis un terme à un mécanisme de corruption dont le grand bénéficiaire français était l’ancien Premier ministre Édouard Balladur. Vous avez dit affaire d’État ?

Deuxième partie : De Balladur à Sarkozy [...] Par conséquent, Sarkozy savait forcément que le financement de la campagne présidentielle dont il était le directeur provenait d’une caisse noire transitant par la société créée sous ses auspices de ministre du Budget.

Troisième partie : Vers l’inéluctable étouffement ? [...] Déjà, une dépêche d’hier de l’agence Reuters donne le ton des évolutions futures du dossier : « Le parquet de Paris a assuré lundi qu’il n’existait aucun élément objectif accréditant la piste militaire pakistanaise dans l’enquête sur l’attentat de mai 2002. (...) Le parquet va aussi plutôt dans le sens de Nicolas Sarkozy, qui avait qualifié vendredi l’hypothèse de "fable" ». Rendormez-vous, braves gens, le couvercle ferme bien hermétiquement la cocotte-minute des affaires d’État...

 

Un autre journaliste bloggeur nous raconte en dix points ce que l’on sait de l’affaire de Karachi. Oui, le journalisme est un beau métier, lorsque les patrons de presse ne sont pas soumis au pouvoir.

 


Et pour en savoir plus
Tout ce qu’en dit la blogosphère


KARACHI


- cliquez sur la perle… and “play” -

 

Source : De l’attentat de Karachi à Nicolas Sarkozy


Moyenne des avis sur cet article :  4.85/5   (27 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • Matozzy Matozzy 29 juin 2009 12:13

    Très bon article. Très belle image d’illustration.

    Le plus triste, c’est qu’il n’y a là aucune véritable surprise et nous ne sommes décidément pas assez nombreux dans ce petit village. Mais il existe et résiste. C’est déjà beaucoup.


    • BA 29 juin 2009 22:01

      Quel a été le budget de la campagne présidentielle d’Edouard Balladur en 1995  ?


      Le compte de campagne de M. Edouard Balladur est arrêté comme suit (en francs) :


      - Dépenses : Mandataire : 83 846 491 ; Partis politiques : 5 929 628 ; Avantages en nature : 0 ;

      Total : 89 776 119 francs.


      - Recettes : Mandataire : 85 676 060 ; Partis politiques : 5 929 628 ; Avantages en nature : 0 ;

      Total : 91 605 688 francs.

      http://www.conseil-constitutionnel.fr/conseil-constitutionnel/francais/les-decisions/depuis-1958/decisions-par-date/1995/compte-balladur-1995/decision-compte-balladur-1995-du-11-octobre-1995.10707.html

      Rappel  : Edouard Balladur ne pouvait pas compter sur l’aide financière de son propre parti politique, le RPR. En effet, pendant la campagne présidentielle de 1995, le RPR finançait le candidat Jacques Chirac.

      Question 1 : en 1995, où le clan Balladur-Sarkozy a-t-il trouvé ces 90 millions de francs  ?

      Question 2 : Hervé Morin (membre du clan Balladur-Sarkozy : conseiller du ministre de la Défense François Léotard de 1993 à 1995) va-t-il vraiment déclassifier tous les documents « SECRET DEFENSE » ?

      Question 3 : Patrick Ouart (membre du clan Balladur-Sarkozy : conseiller Justice de Balladur de 1993 à 1995, conseiller Justice de Sarkozy depuis 2007) va-t-il laisser les deux juges d’instruction aller jusqu’au bout de leur enquête ?

      On verra bien.

      Il faudra surveiller ça de très près.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès