Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

 Accueil du site > Actualités > Médias > Denis Robert : « On est dans la merde ! »

Denis Robert : « On est dans la merde ! »

En marge des Assises internationales du journalisme et de l'information, qui avaient lieu à Metz les 5, 6, et 7 novembre derniers, l'Audible a rencontré le journaliste indépendant Denis Robert (ancien de Libération surtout connu pour ses révélations sur l'entreprise Clearstream) qui revient sur son parcours peu ordinaire, et livre son point de vue sur le fonctionnement du journalisme en France à l'heure actuelle : les conditions d'obtention de la carte de presse, les écoles de journalisme, l'émergence des médias sur la toile, plus généralement l'urgent besoin de réformer la profession et le système qui la dénature.

L'Audible : Bonjour, vous vous êtes fait connaître avec le documentaire « Journal intime des affaires en cours », en 1997, et surtout avec l'affaire Clearstream. Votre départ de Libération est-il lié au fait que vous vouliez faire exactement ce que vous vouliez ?

Denis Robert : Quand j'ai quitté Libé c'était pour faire ce que j'aime faire, c'est-à-dire de la fiction, écrire un roman. C'est un peu le drame de ma vie, les affaires me rattrapent toujours. Je suis sollicité sans arrêt, on m'amène des dossiers que je transmets à des amis et puis souvent je redémarre sur une enquête, d'ailleurs c'est ce qui est en train de m'arriver exactement en ce moment. J'écris des romans ou je travaille mes toiles dans mon atelier. Je me dis « enfin un peu de calme ». Jaime ça au fond, le calme, l'écriture. Et puis quelqu'un vient et c'est un truc tellement énorme que je me dis que si je ne le raconte pas personne ne le fera.

L'Audible : Pourquoi ?

DR : Parce que ce sont toujours des affaires compliquées, qui demandent du temps, des connections. Aujourd'hui, dans la presse papier comme sur Internet, le rythme est tellement soutenu qu'ils sont très rares ceux qui peuvent avoir le luxe du temps.

L'Audible : Mais Libé, la rupture au fond c'était quoi ?

DR : Je n'y étais plus heureux. J'avais l'impression d'être un auxiliaire de la justice. Disons que le journalisme que je pratiquais dans ces années-là, ce contexte-là, ne me plaisait plus.

L'Audible : Et là vous travaillez sur quelle enquête en ce moment ?

DR : C'est confidentiel (rires). Ça prend du temps. Et j'en ai peu. J'ai deux films à réaliser dans les semaines qui viennent. L'un sur Cavanna, l'autre est un portrait de Jean Luc Lagardère. Et puis il y a tout le reste...

L'Audible : Vous disiez que vous n'aviez plus de carte de presse, comment faites-vous pour travailler ?

DR : Pour avoir la carte de presse en France, il faut être salarié pour au moins 50% de vos revenus d'une entreprise de presse et ce n'est pas mon cas. C'est d'ailleurs un peu obsolète cette définition juridique du journalisme. Je vis des droits d'auteur ou je réalise des films, mais quand je fais du journalisme je le fais vraiment. Quand j'ai enquêté et écrit ou réalisé mes docs sur Clearstream, par exemple, je n'avais pas de carte de presse. De toute façon elle ne protège pas vraiment. Pour l'instant, la difficulté pour un titulaire de carte de presse, comme pour un auteur, reste d'être protégé juridiquement contre ceux qui veulent déterminer vos sources...

L'Audible : Que pensez-vous alors des conditions requises pour l'obtention de la carte de presse ?

DR : Je pense qu'il faut réformer tout ça. Les personnes siègant à la Commision sont très méritants, ce sont souvent des bénévoles, des syndicalistes etc.. mais il y a vraiment des problèmes. Certains bloggeurs ou même vous vont faire un vrai travail de journaliste beaucoup plus que des animateurs télé comme Roselyne Bachelot qui boulote avec ses copines sur D8 et qui elle la réclame...

L'Audible : Après une longue absence suite à l'affaire Clearstream et les procès qui en ont découlé, vous revenez avec un nouveau documentaire « Journalistes 2.0 », appréhendez-vous votre retour ?

DR : Pas du tout. En fait j'étais absent mais j'étais très présent dans le journalisme parce que le combat judiciaire que j'ai mené contre Clearstream était un combat pour tous les journalistes. Gagner contre Clearstream était très important. Ça a généré une jurisprudence par la cour de Cassation qui donne plus de libertés aux journalistes. C'était fondamental que j'aille au bout, ne pas perdre, et c'était plus important de mener ce combat-là, de toute façon je n'avais plus le temps ni l'énergie d'écrire, de travailler sur autre chose. D'ailleurs, là-dessus ils ont un peu gagné car le temps que j'ai consacré à me défendre je ne l'ai pas occupé à écrire ou à enquêter.

L'Audible : Revenons aux Assises où nous vous avons vu lors de la soirée d'ouverture. Finalement vous n'avez pas été très présent et nous aurions aimé avoir votre avis sur cet événement ?

DR : Je trouve que c'est bien d'organiser ce type d'évènement, cela permet aux gens de se rencontrer, etc... mais j'ai par ailleurs beaucoup de travail et les pince-fesses je n'aime pas trop ! C'est pour ça que je n'y suis pas resté.

L'Audible : Nous vous avouons que nous avons été déçus par la frilosité des débats. Pourtant le thème étant « Réinventer le journalisme » nous nous attendions à quelque chose de plus réformateur ; et à aucun moment n'a été abordé le sujet de la carte de presse... Le milieu est-il capable vraiment de se remettre en question à l'heure actuelle ?

DR : Même si il y a des gens qui essaient de faire quelque chose, je suis resté très marginal par rapport à ce milieu. Alors maintenant on essaie, parfois, de me mettre au centre du jeu ; je ne vais pas non plus leur dire d'aller se faire foutre, mais j'ai autre chose à faire. En même temps je pense, et c'est d'ailleurs pour cela que je suis là, qu'il faut réformer la profession de l'intérieur, convaincre les gens... c'est pour cela que je suis intervenu, mais je me suis fait suer pendant le débat... et puis voilà : j'étais à côté de journalistes installés qui faisaient la promotion de leur média (Edwy Plenel : Médiapart , Patrick de Saint Exupéry : XXI, ndlr). Je ne suis pas sur un registre comme celui-là. Je trouve sur ces Assises, en tout cas ce que j'en ai vu, qu'elles ne sont pas à la hauteur de la catastrophe que le journalisme est en train de vivre en ce moment. La catastrophe éditoriale, la catastrophe économique...

L'Audible : Justement, vous répétiez pendant la soirée d'ouverture « on est dans la merde » et nous l'avons compris à double sens : la merde n'a pas été assez remuée, les vrais problèmes n'ont pas été abordés (pression des actionnaires sur la rédaction, les conflits d'intérêts...), et, si nous n'avons que Médiapart pour nous en sortir, nous sommes encore plus dedans !

DR : (rires) Médiapart sont dans la case « révélations », alors c'est bien qu'ils le fassent. Ils sont dans un registre qui roule, ils sortent des scandales, un scandale remplace l'autre... De toute façon, je suis comme vous, en tant que lecteur je suis insatisfait, en tant que journaliste je suis insatisfait, et en tant que personne qui réfléchit à ça depuis des années je suis inquiet. Le journalisme peut effectivement mourir, il est moribond. Il renaîtra toujours sous une forme différente. Aujourd'hui, les titres qui s'en sortent sont dans des niches particulières. C'est un peu comme l'épicerie fine par rapport à l'agro alimentaire. Médiapart en est une, XXI en est une. Et puis le mainstream, le flot commun de l'information, ça va être tout ce qui s'est dit, tout ce qui se publie comme articles ou comme reportages, tout cela appartient à l'état, à des bétonneurs, à des champions du luxe ou à des vendeurs d'armes (Dassault, Lagardère, Pinault, Arnault, Bouygues, etc), et c'est de plus en plus la tendance. Ceci dit, il y a toujours des gens honnêtes et qui veulent faire leur métier, et heureusement ; et c'est là-dessus que des informations peuvent sortir. Personnellement, je crois beaucoup aux documentaires, c'est pour cela que j'en produis et j'essaie de créer une chaîne exclusivement réservée à cela.

L'Audible : Avez-vous des idées pour sortir de cette merde ?

DR : Cela passe et passera par la création de média sur internet. Après la difficulté est de savoir comment en vivre. La solution, en l'état, est l'abonnement ou alors d'avoir des gros sponsors, c'est pour cela que j'essaie de créer un média à ma manière. Mais c'est difficile. En tout cas, j'essaie d'apporter ma pierre à l'édifice.

L'Audible : Et que pensez-vous des initiatives comme la nôtre ?

DR : Je la connais mal, j'ai lu votre journal mais je pense que c'est courageux de faire un journal papier, surtout à 3000 exemplaires ; c'est énorme donc il faut absolument continuer.

L'Audible : Nous ne sommes pas les seuls à mettre en place ce genre de projet, quels conseils nous donneriez-vous ?

DR : Il faut agglomérer car il y a plein d'expériences qui se font un peu partout en France, des journaux un peu alternatifs, comme ça, et j'ai un de mes amis qui essaie des les fédérer, Jacques Rosselin et nous travaillons ensemble justement à cela. Notre projet s'appelle « infodujour ». Une des idées est que l'on puisse s'appuyer sur ce qui ce fait dans la région.

L'Audible : Pour en revenir à votre nouveau documentaire « Journalistes 2.0 » dont nous avons visionné les 2 premières minutes du condensé de ses 4 épisodes. Les citoyens aiment de moins en moins les journalistes à cause d'une petite partie des journalistes qui sont dans le « star-système », voire dans l'oligarchie, et qui donnent une mauvaise image du journalisme alors qu'il y en a qui essaient de faire des bonnes choses. Dans quelle mesure estimeriez-vous que cet engouement pour la profession résulte d'une envie de présenter le 20H et de devenir une star ?

DR : C'est une question à laquelle je n'ai pas de réponse car je suis étonné du nombre très important d'étudiants qui se présentent chaque année, malgré la crise, dans les écoles. Il y en a encore une bonne moitié qui rêve de devenir Claire Chazal. Et beaucoup moins qui rêvent d' Albert Londres ou du Watergate. Pour eux ça va être compliqué mais en même temps la noblesse du métier c'est ça. Il faut que ces gens-là se forment. Cela demande de la culture, de la curiosité, une grande motivation. Après la difficulté est d'en vivre. Je crois beaucoup aux livres, numériques ou papier et à la création de nouveaux médias avec un modèle cohérent. Médiapart occupe une place, on peut refaire Médiapart. En mieux.

L'Audible : Pensez-vous que les journalistes exerçant leur profession avec noblesse sont ceux qui ont le moins de chance de s'en sortir ?

DR : Non, pas forcément mais ils ont souvent un boulot à côté, comme vous j'imagine. Après il faut sortir le scoop pour que l'on parle de vous, c'est un travail de patience aussi.

L'Audible : « Journalistes 2.0 » est une commande de France 4 ?

DR : Non, c'est moi qui ai proposé ce sujet. Je voulais en faire une réflexion sur l'avenir de la profession en même temps qu'une chronique d'une année dans une école de journalisme. J'ai eu beaucoup de problèmes avec la chaîne qui a changé plusieurs fois de têtes et qui était davantage portée vers la télé réalité. Au final je suis content de l'avoir fait, c'est la première fois qu'on parle de journalisme dans un film.

L'Audible : Pour finir sur votre premier documentaire « Journal intime des affaires en cours » que nous avons visionné il y a peu, tout est encore d'actualité...

DR : C'est comme du bon vin, ça vieillit bien avec le temps. Je le dis dans le film : « tout ce qui se dit en France appartient à... » ; il se passe la même chose aujourd'hui, et internet est un peu un média de liberté, même si pour l'instant c'est un peu le bordel ; je pense que les mauvais journalistes, les mauvais média vont disparaître.

L'Audible : Il n'y a eu qu'une salle à Paris qui a projeté ce film à l'époque, c'est bien cela ?

DR : Oui mais nous avons fait 20 000 entrées ce qui n'était pas mal pour un documentaire en 97.

L'Audible : Nous imaginons, en parlant de votre prochain documentaire, que si vous espérez qu'il sorte c'est que vous n'avez pas trouvé de financements...

DR : Je n'ai eu aucun centime, je le fais et ensuite j'essaie de le vendre... That's life.



Sur le même thème

Abby Martin et le 11-Septembre : une bonne dose d'anticonformisme
11-Septembre : Quand Hoaxbuster oublie de douter
Théorie Grand Unifiée de la SuperConspiration
Jour de Colère, je raconterai à mes petit-enfants que j'y étais
La dictature de l'instantané


Les réactions les plus appréciées

  • Par tchoo (---.---.---.8) 15 janvier 18:45

    Extraordinnaire que ce monsieur qui sauve l’honneur des journalistes, n’est pas de carte de presse. Voila qui ne va pas rehausser cette profession

  • Par jacques (---.---.---.156) 15 janvier 21:54
    jacques

    Un des rares journalistes auquel je prête une oreille attentive en ayant un apriori de l’honnêteté .

  • Par Buddha Marcel. (---.---.---.28) 16 janvier 08:22
    howahkan Hotah

    Il n’y a pas de journaliste qui traite des faits.Dans des discours tortueux, complexes, alambiqués, si peu est dit et c’est le but, le remake du célèbre « c’est pas parce que on n’a rien a dire qu’il faut fermer sa gueule ». Affidés au pouvoir monétaire pour sa petite vie tranquille avec assez de flouze pour une maison dans le « chud » ,qu’attendre à part rien de tels arrivistes, cette profession est morte, rachetè par le grand banditisme financier ,qui aujourd’hui en est a racheter des états entiers pas la dette . A qui faut il rembourser cette dette, nom adresse et tout le tintouin sur ces usuriers, voila un sujet qui bien sur ne sera jamais abordé par aucun journaliste, mot désormais tombé en désuétude comme solidarité naturelle, aujourd’hui il faut être mauvais, pour le mal, pour essayer d’ oublier que demain je serais mort.....tout part de là,dans notre incoonscient , dont bien sur la majorité n’en est pas conscient....

Réactions à cet article

  • Par tchoo (---.---.---.8) 15 janvier 18:45

    Extraordinnaire que ce monsieur qui sauve l’honneur des journalistes, n’est pas de carte de presse. Voila qui ne va pas rehausser cette profession

  • Par jacques (---.---.---.156) 15 janvier 21:54
    jacques

    Un des rares journalistes auquel je prête une oreille attentive en ayant un apriori de l’honnêteté .

  • Par Buddha Marcel. (---.---.---.28) 16 janvier 08:22
    howahkan Hotah

    Il n’y a pas de journaliste qui traite des faits.Dans des discours tortueux, complexes, alambiqués, si peu est dit et c’est le but, le remake du célèbre « c’est pas parce que on n’a rien a dire qu’il faut fermer sa gueule ». Affidés au pouvoir monétaire pour sa petite vie tranquille avec assez de flouze pour une maison dans le « chud » ,qu’attendre à part rien de tels arrivistes, cette profession est morte, rachetè par le grand banditisme financier ,qui aujourd’hui en est a racheter des états entiers pas la dette . A qui faut il rembourser cette dette, nom adresse et tout le tintouin sur ces usuriers, voila un sujet qui bien sur ne sera jamais abordé par aucun journaliste, mot désormais tombé en désuétude comme solidarité naturelle, aujourd’hui il faut être mauvais, pour le mal, pour essayer d’ oublier que demain je serais mort.....tout part de là,dans notre incoonscient , dont bien sur la majorité n’en est pas conscient....

  • Par Fifi Brind_acier (---.---.---.146) 16 janvier 13:12
    Fifi Brind_acier

    « Ils ont acheté la presse » livre de Claude Chollet et Benjamin Dormann
    et vidéo de Dormann sur le sujet

  • Par Le Panda (---.---.---.124) 16 janvier 13:41
    Le Panda

    Denis bonjour,

    Je constate avec plaisir que tu te portes de mieux en mieux en je m’en réjouit pour toi, j’ai pris connaissance de ce dialogue.

    Suivant tes différentes étapes et celles de la presse, je me pose une question que j’ai extraite de la « Condition de journaliste »

    Tes explications expose la forme et quitte un peu du sens que la Cour de Cassation que tu survoles volontairement ou pas ?

    Par exemple, dans un arrêt du 10 octobre 2001, la Cour de cassation a jugé qu’une personne qui collaborait à un magazine édité par un syndicat professionnel ne pouvait relever du statut de journaliste professionnel « peu important qu’une carte de journaliste professionnel lui ait été remise ou qu’un numéro ait été attribué à la revue par la commission paritaire des publications et des agences de presse » dès lors que ce syndicat professionnel « n’était pas une entreprise de journaux ou périodiques ».


    Cette jurisprudence n’était pas celle du Conseil d’état qui considère qu’une personne peut se voir délivrer une carte de journaliste professionnel même si elle collabore à une entreprise qui n’est ni une agence de presse, ni une société de presse. Par exemple, dans un arrêt du 22 juin 2001, le Conseil d’état a jugé que la « reconnaissance de la qualité de journaliste professionnel n’est pas nécessairement subordonnée à la condition que l’activité soit exercée au sein d’une entreprise de presse ».


    En 2008, lors de la refonte du Code du travail, l’article L761-2 a été abrogé et la définition du journaliste professionnel est désormais donnée par l’article L7111-3.


    Ce texte dispose que « toute personne qui a pour activité principale, régulière et rétribuée, l’exercice de sa profession dans une ou plusieurs entreprises de presse, publications quotidiennes et périodiques ou agences de presse et qui en tire le principal de ses ressources ».


    A donc été ajoutée une référence directe à « une ou plusieurs entreprises de presse », ce qui apparaît conforme à la jurisprudence de la Cour de cassation.


    Mais cet article L.7111-3 a aussi maintenu la référence aux « publications quotidiennes et périodiques » de l’ancien article L761-2 du Code du travail.


    Or on peut penser que si, en 2008, le législateur avait voulu réserver aux personnes collaborant aux sociétés de presse ou aux agences de presse la possibilité de prétendre au statut de journaliste professionnel, il n’aurait pas repris cette référence aux « publications quotidiennes et périodiques » que la Cour de cassation considérait alors comme ne pouvant en fait que viser celles éditées par les sociétés de presse. 

    Je partage ces passages que tu dois connaitre mais que la plupart des blogueurs ignorent.

    Merci de livrer ton point de vue si tu le souhaite en tenant compte des texte en vigueurs, je peux apporter mon propre témoignage :

    Ayant occupé le poste de Directeur de Publication, j’avais ma carte de presse au sein de FNPS.

    Ayant cessé la sortie papier le renouvellement n’a pu se faire et je peux affirmer que c’est une sorte de violation car la majorité de mes revenus émanent du monde de l’information sous diverses formes.

    A te lire avec plaisir.

    Cordialement,

    Le Panda

    Patrick Juan 

     

  • Par BA (---.---.---.142) 19 janvier 16:20
    Sauvé de la faillite par les Etats belge et français à l’automne 2008, Dexia a été durement frappé par la crise de la dette, ce qui a rendu nécessaire un second sauvetage en octobre 2011. 

    Selon la Cour des comptes, les déboires de la banque Dexia ont coûté 6,6 milliards d’euros à la France.

    Autrement dit : les CONtribuables français ont payé 6,6 milliards d’euros pour sauver de la faillite la banque Dexia.


    Le plus gros scandale du mois de janvier 2014 vient d’être révélé par Le Journal du Dimanche, daté du 19 janvier 2014 :

    « Piscine intérieure, sauna, hammam et salle de sport. Le luxueux château Saint-Just, dans l’Oise, a accueilli jeudi et vendredi 70 cadres de Dexia pour un séminaire stratégique. Deux jours et une nuit en pension complète pour un coût d’environ 20 000 euros. La banque a mis les moyens pour introniser les trois nouveaux dirigeants nommés mi-décembre. Mais elle a oublié de dire que leurs salaires avaient été augmentés de 30 % !

    Selon nos informations, le directeur financier, Pierre Vergnes, le responsable des risques, Marc Brugière, et le secrétaire général, Johan Bohets, ont vu leurs rémunérations annuelles passer de 340 000 euros à 450 000 euros. Le patron Karel de Boeck émarge déjà à 600 000 euros. »

  • Par Gilles SONDEREGGER (---.---.---.202) 4 juin 23:33
    Gilles SONDEREGGER

    Comme le dit Denis ROBERT, pour avoir une carte de presse, il faut avoir un contrat de travail à minimum 50% dans un média. 

    Le gros problème est que TOUS les médias sont contrôlés par la bande même de ceux qu’il dénonce, que NOUS dénonçons. 
    Donc ni lui, ni moi ne sommes prêts d’avoir notre carte de presse, qui est une espèce de « laisser-passer » distillé avec la plus grande prudence par les afficionado du Bilderberg !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

ECRIVEZ UN ARTICLE !





Les thématiques de l'article


Palmarès