• mercredi 23 avril 2014
  • Agoravox France Agoravox Italia Agoravox TV Naturavox
  • Agoravox en page d'accueil
  • Newsletter
  • Contact
AgoraVox le média citoyen
  Accueil du site > Actualités > Médias > Dette publique et « loi Rothschild » : la cécité volontaire des (...)
6%
D'accord avec l'article ?
 
94%
(158 votes) Votez cet article

Dette publique et « loi Rothschild » : la cécité volontaire des médias

C'est le point aveugle du débat : la dette publique est une escroquerie ! En cause, la loi Pompidou-Giscard de 1973 sur la Banque de France, dite "loi Rothschild", du nom de la banque dont était issu le président français, étendue et confortée ensuite au niveau de l'Union européenne par les traités de Maastricht (article 104) et Lisbonne (article 123).

D'une seule phrase découle l'absolue spoliation dont sont victimes 99% de la population : "Le Trésor public ne peut être présentateur de ses propres effets à l’escompte de la banque de France".

En clair et pour faire simple, la Banque de France a désormais interdiction de faire crédit à l’État, le condamnant à se financer en empruntant, contre intérêts, aux banques privées, au lieu de continuer à emprunter sans intérêt auprès de la banque de France qui lui appartient. Depuis l'application de ce principe, la finance et son infime oligarchie donnent la pleine mesure de leur asservissement des peuples, en une spirale exponentielle d'accroissement des inégalités.

Le pouvoir est désormais aux mains des créanciers privés, qui l'exercent au bénéfice exclusif d'intérêts particuliers, quand la puissance publique a renoncé à son devoir de protéger l'intérêt général. La démocratie, étymologiquement pouvoir du peuple, est morte. On le voit en Grèce, en Irlande, au Portugal, en Espagne, en Italie, en France...

Qui gouverne ? "La troïka" - Union européenne, Fonds monétaire international et Banque centrale européenne - resserrant toujours davantage son emprise jusqu'à l'étranglement des peuples. Et l'on pérore sans fin sur les plateaux de télévisions, sur les ondes et dans les colonnes de la presse sur "l'insupportable fardeau de la dette", "la France en faillite", "les nécessaires sacrifices", que "nous ne pouvons pas continuer à vivre au-dessus de nos moyens" et que, d'ailleurs, "les Français l'ont compris".

 

Silence médiatique

Inlassable propagande des conservateurs-libéraux ? Bien sûr, mais relayée par le silence complice des médias. Et c'est ainsi que s'imposent dans l'opinion les apparentes évidences biaisées qui prétendent l'austérité inéluctable, contre la justice et l'intelligence. Deux ans d'austérité en Grèce déjà, pour quel résultat ?

Avec toujours la même justification simpliste et manipulatrice, résumée par la question posée par un journaliste d'Europe 1 à Jean-Luc Mélenchon, candidat du Front de gauche à la présidentielle : "Mais comment des pays européens endettés peuvent-ils faire autrement pour réduire leurs déficits ?"

 

Un graphique pour illustrer le propos, qui montre l'hallucinante évolution de la courbe de la dette publique.

"Ainsi, entre 1980 et 2008, la dette a augmenté de 1088 milliards d’euros et nous avons payé 1306 milliards d’euros d’intérêts", résume Mai68.org. Faisons la soustraction : sans les intérêts illégitimes encaissés par les banksters financiers privés, la dette publique française se serait élevée, fin 2008, à 21,4 milliards d'euros - au lieu de 1327,1 milliards ! Un escroc peut-il rêver pareil butin ? Et personne ne dénonce jamais ce scandale absolu ! A part Mélenchon et l'extrême droite - qui ne le fait que par opportunisme, étant entendu qu'elle a toujours été au service zélé du capitalisme libéral et ne remettra donc jamais en cause son empire...

Mais les éminents confrères ? Les Calvi, Barbier, Demorand, Joffrin, Aphatie, Bourdin, Pujadas ou qui savons-nous encore ? Ceci ressemble bien à une omerta. Et à une honteuse trahison de leur mission d'informer.

 

Article initialement publié sur plumedepresse.

Voir aussi, sur le même sujet, le projet de documentaire du mensuel RegardsL'arnaque du siècle.




par Olivier Bonnet (son site) dimanche 13 novembre 2011 - 225 réactions
6%
D'accord avec l'article ?
 
94%
(158 votes) Votez cet article

Les réactions les plus appréciées

  • Par sisyphe (---.---.242.90) 13 novembre 2011 12:17
    sisyphe

    Pertinente remarque. 


    Alors que tous les Français un tant soit peu informés savent parfaitement que la dette du pays (et DES pays) vient UNIQUEMENT de ces lois scélérates, AUCUN média ne s’en fait l’écho, tous abondant dans le sens du discours catastrophiste imposé par les mafias des marchés et leurs valets politiques ; nous vivons au dessus de nos moyens (alors que plus de 8 millions de Français vivent sous le seuil de pauvreté) ; la faillite nous voici, il faut imposer de plus en plus de plans de rigueur et d’austérité, travailler plus pour gagner moins, soumettre les peuples, pour garantir les énormes profits des mafias financières, surtout ne pas « effrayer les Grands Méchants Marchés » et leurs impitoyables Agences de Notation...

    Des médias à la botte des mafias, pour continuer à asservir le bon populo, en agitant tous les spectres de la faillite, la récession, la chute....

    Alors qu’il suffirait de renoncer à payer la dette due aux « marchés », récupérer la possibilité d’emprunter à la Banque Centrale SANS INTÉRÊT, comme l’Argentine en 2001, pour que cesse le chantage et la dictature des mafias financières...

    Parce que j’aimerais qu’on m’explique, à force de plans de rigueur et d’austérité, ............ comment on va pouvoir relancer la croissance, et donc...... payer la dette...

    De fait, il apparaît que tous ces plans de rigueur, d’austérité, de mise en faillite des états, s’inscrivent dans un plan global de définitive privatisation des états, avec la complicité totale des dirigeants politiques et des médias inféodés. 

    La Grèce, l’Italie, bientôt le Portugal, l’Espagne, la France ; sans soulèvements populaires, on y va tout droit. 

  • Par moussars (---.---.40.40) 13 novembre 2011 12:31

    Il y a une quinzaine de jours, lors de son dernier entretien télévisé misérable avec 2 insipides journalistes vendus à la pensée unique, Sarkozy a eu le cynisme de dire que « depuis 1974 (presque 40 ans), la France est en déficit chaque année ».
    Si ça ne donne pas envie de ressortir la guillotine ça, alors... !

  • Par PhilVite (---.---.169.184) 13 novembre 2011 13:24
    PhilVite

    Ne peut-on vraiment pas imaginer qu’un état emprunte à taux 0 auprès de sa banque centrale et la rembourse scrupuleusement sans avoir recours à la facilité de créer de la monnaie à cette fin ?
    En fait, même une monétisation partielle semble acceptable s’il l’emprunt à pour objet de financer un investissement produisant de la richesse. Reste à placer le curseur au bon niveau, évidemment, pour éviter le dérapage dans l’hyper-inflation. Pour le reste on en revient à la simple question « l’inflation modérée ne vaut-elle pas mieux, que l’intérêt versé à la finance ? » Pour ma part, je n’ai aucun doute à ce sujet. Surtout quand l’intérêt a tendance à s’auto-féconder et à croître sans cesse. Si la rente est une peste, l’inflation modérée n’est pas le choléra.

  • Par aliceb (---.---.193.86) 13 novembre 2011 12:18

    je suis bien d’accord avec vous :

    La dette publique est une escroquerie.

     Les politiques, les banquiers et les journalistes sont complices de la faillite future de la France et des Français.

    C’est du vol pur et simple

Réactions à cet article

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


Faites un don

Les thématiques de l'article

Palmarès

Agoravox utilise les technologies du logiciel libre : SPIP, Apache, Debian, PHP, Mysql, FckEditor.


Site hébergé par la Fondation Agoravox

Mentions légales Charte de modération