Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > Droits de l’homme à géométrie très variable

Droits de l’homme à géométrie très variable

Il est tout de même étonnant de voir les disparités avec lesquelles les médias en France traitent le même sujet, mais concernant deux pays différents. Je veux parler ici de la Chine et de la Tunisie - liste bien entendu non exhaustive, mais disons d’actualité - et du sujet des droits de l’homme et de la liberté d’expression.

Acte un : événements au Tibet

Je ne rentre pas dans la polémique de qui est l’agresseur et qui est l’agressé pendant ces événements pour deux raisons très simples. Premièrement, ce n’est pas l’objet de cet article et, deuxièmement, il m’est très difficile d’obtenir une information fiable sur ce qui s’est réellement passé, la plupart des médias et des avis ne sont pas impartiaux. Je me contenterai donc de déplorer le fait qu’il y ait des victimes durant ces événements.

Acte deux : visite de M. Sarkozy en Tunisie ce lundi 28 avril 2008

Bizarrement, le sujet des droits de l’homme (et la liberté d’expression et de presse) n’est presque pas évoqué dans les médias lourds français. Sans être spécialiste de la question et surtout sans donner mon point de vue personnel, il me semble que, d’après les critères de RSF, les droits de l’homme et de la presse en Chine et en Tunisie est pratiquement dans la même situation (Cyberdissendents emprisonnés dans les deux pays, journalisme muselé, etc.). Encore une fois ce n’est pas mon point de vue personnel, mais une synthèse établie d’après différents communiqués de RSF - entre autres.

L’objet de cet article n’est point donc de traiter la situation des droits de l’homme dans ces deux pays, mais surtout de constater et d’analyser les positions des médias français sur cette question.

Or, que remarque-t-on ? Dans le cas de la Chine et suite aux événements du Tibet, une lourde campagne médiatique ciblant le pouvoir chinois, mais également les Chinois, a été orchestrée.

Concernant le voyage de M. Sarkozy en Tunisie, j’ai été le témoin auditif d’une interview de Mme Amara - membre du gouvernement- sur RMC ce lundi 28 avril 2008. M. Bourdin la questionnait sur la question des droits de l’homme en Tunisie. Elle a répondu : "les pays du Maghreb connaissent une pression de la part des islamistes, il faut aider les pouvoirs actuels à lutter contre eux". Cette réponse me choque. Comment, lorsqu’on est membre du gouvernement français, l’on peut se permettre de prononcer de tels propos ? Plus grave encore est le silence des autres membres du gouvernement ; où est M. Kouchner ? Où est Mme Yade ? Plus grave encore, je n’ai vu réagir aucune organisation de défense de droits de l’homme - censée être plus libre de ton car non entravée par la position officielle de la France - ni aucun média lourd. Pendant que j’écris cet article, je découvre la réaction de M. Sarkozy : "Je ne vois pas au nom de quoi je me permettrais, dans un pays où je suis venu en ami et qui me reçoit en ami, de m’ériger en donneur de leçons", a déclaré le président français dans un toast prononcé lors d’un dîner offert en son honneur à Tunis par son hôte tunisien ; discours tout à son honneur par respect de ses hôtes. Mais pourquoi n’a-t-il pas fait le même genre de commentaires quand il était en visite en Chine ?

Il est de plus en plus certain que les positions officielles de l’Etat français ne sont guidées nullement par des considérations des droits de l’homme, mais plutôt par des considérations politico-économiques. La Tunisie est un pays qui possède une économie relativement faible, qui de plus est un marché porteur pour les exportations françaises ; alors que la Chine, cet épouvantail, ce dragon menaçant, possède une économie puissante qui a dépassé en termes de PIB l’Allemagne, bientôt le Japon et sûrement les Etats-Unis d’Amérique à moyen terme.

Il est encore plus désolant de voir la presse consolider cette vision tronquée, autiste et nombriliste du monde économique et politique.

La liberté de presse a incontestablement conquis - durement - sa liberté et son indépendance du pouvoir politique ; elle ne l’a pas fait - et elle est loin de le faire - par rapport au pouvoir économique. Il est dommage qu’elle fasse subtilement appel au chauvinisme et au nationalisme de ses lecteurs pour défendre certains intérêts.


Moyenne des avis sur cet article :  4.8/5   (20 votes)




Réagissez à l'article

20 réactions à cet article    


  • faxtronic faxtronic 29 avril 2008 13:21

    Exactement, le maghreb fait figure de pays a developpement economique potentiel, alosr que la Chine est devoloppé est est visiblement peu enclin a une cooperation politique. D’ou le numero de charme envers le maghreb :

    - Processus de Lisbonne

    - Union mediterraneene

    - Lien avec l’algerie et reconnaissnace progressive des massacres coloniaux

    - Visite du Maroc

    Il n’ y pas pas d’amities entre les nations, mais des des interets partagés, ou pas.


    • Yannick Harrel Yannick Harrel 29 avril 2008 14:41

      Bonjour,

      RSF a fait un foin pas possible autour du passage de la flamme olympique à Paris, tellement d’ailleurs que ça m’a mis la puce à l’oreille au point de commencer à trouver quelques informations éparses assez croustillantes.

      Ensuite qu’il y ait une dichotomie d’action envers tel et tel pays, franchement ça ne m’étonne pas... Et effectivement le projet d’Union Méditerranéenne chère au Président Français suffit à mettre sous l’éteignoir toute contestation d’ordre moral.

      Cordialement


      • Mohammed MADJOUR Mohammed 29 avril 2008 17:08

        Quand le devoir n’est pas accompli, quand les politiciens n’assument pas leur responsabilités, quand la corruption se développe et entretient une anarchie organisée alors les droits se trouvent confisqués par une minorité au détriment de la populace qui rêve aux jours meilleurs !

        Pourquoi vous faites l’amalgame avec la Grande République populaire de Chine ou avec d’autres pays ? Regardez l’état de la France où l’angoisse gagne du terrain chaque jour !

        La démocratie occidentale est un leurre, c’est un asservissement en douceur, une ruse pour faire croire aux populaces qu’elles décident et gèrent leur quotidien ! La France en est le premier pays responsable de cette arnaque pour avoir chanté pendant plus de deux siècles des refrains périmés !

        C’est précisément en France qu’est née cette politique des droits humains en forme de queue de poule qui navigue selon la direction des évènements ! Les devoirs et les droits sont au contraires des invariants universels ! Quelle géométrie ...

        Devoirs et droits sont exactement la même chose ; mais évidemment c’est l’accomplissement des devoirs qui assure le respect et l’abondance des droits ! Cherchez donc la faille !

        L’ONU s’est lourdement trompée en promulgant la "déclaration universelle des droits de l’homme" ; un simple ignorant comprend aujourd’hui qu’il faut plutôt imposer une "DECLARATION UNIVERSELLE DES DEVOIRS DE L’HOMME " ! Les devoirs des politiciens malades et irresponsables, mon vieux !

         MOHAMMED.


        • altair73 29 avril 2008 23:24

          Je vous remercie Mohammed pour votre commentaire.

           

          Je crois que j’ai été mal compris, je ne donnais pas mon point de vue sur la situation des droits de l’homme en Tunisie ou en Chine. J’ai juste résumé la position de RSF entre autre, position que je ne partage évidemment pas pour plusieurs raisons, tout d’abord car elle est orientée polititquement.

          Mon but etait de montrer que la question des droits de l’homme était juste un pretexte pour manipuler l’opinion publique sur telle ou telle question.


        • HELIOS HELIOS 29 avril 2008 22:58

          permettez moi d’apporter ma modeste contribution a votre article, par un eclairage a décharge de notre président.

          je tiens à préciser que je ne debat pas sur l’homme, le president ou la France, pas plus que sur Ben Ali ou la tunisie, mais sur la position des uns et des autres face au droit de l’homme.

          Donc, pensez vous sincèrement que la Tunisie est au même niveau que la Chine ?

          Résumons : --- en Chine, grand pays multiculturel par son etendue, a mis la main sur une region presqu’aussi grande que la France. En cela je n’ai rien a redire. Par contre la Chine a décidé, au nom de son ideologie de detruire systematiquement le modèle tibetain spirituel ET temporel. Pour le temporel, peu importe ce n’est qu’une question d’organisattion, mais pour le spirituel, cela est inacceptable et touche a l’ame même du peuple tibetain. En ce sens on peut ici parler de "génocide culturel" auquel s’ajoute une immigration forcée afin de diluer la population. Les droits de l’homme, même sans aucune violence, en sont déjà atteint.

          --- En tunisie, nous avons un autocrate pseudo elu. Est-il le seul ? bien sur que non. Pourtant combien de tunisiens et autres maghrebins le presente comme un dictateur. C’en est probablement un qui, pour se maintenir au pouvoir, a mis en coupe reglée la presse et toutes les formes d’expressions cantonnant ainsi son opposition a un silence interieur assourdissant et exterieur sujet a caution.

          Sa police fait donc règner une forme de dictature bienveillante pour les uns et implacable pour les autres,... autres qui sont les opposants a son regime. Les déplorables atteintes au droits de l’homme sur ces opposants se limitent a des emprisonnements abusif A NOS YEUX et probablements d’autres abus administratifs.

          Alors, entre la chine et la tunisie y’a-t-il une equivalence dans l’atteinte au droit de l’homme ? Pas vraiment vous en conviendrait et a mon avis cela justifie largement un traitement different ! Nous parlons bien de relation d’état à état, n’est-ce pas !

          PS : Ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit, les droits de l’homme ne se détaillent pas et sont tout aussi intolerables quels que soient l’epoque, le lieu, et les hommes. Mais vous pouvez ne pas partager mon point de vue.


          • altair73 29 avril 2008 23:30

            Cher Hélios,

             

            Tout d’abord merci pour votre contribution.

             

            Encore une fois, je n’ai à aucun moment donné ma position sur les droits de l’homme dans tel ou tel pays, ce n’est d’ailleurs pas le but de AgoraFox. J’ai tout simplement constaté la différence de traitement de cette question de la part de certaines organisations, de certains médias et surtout de certains membres du gouvenement.

            Je n’ai pas du tout la prétention de tout savoir sur les droits de l’homme dans les pays du monde, et je ne ferais pas l’arrogant en étant dans la position du donneur de leçon.

             

            Cordialement


          • HELIOS HELIOS 30 avril 2008 00:04

            Merci pour votre réponse, vous avez raison, je suis, disons-le, légèrement hors sujet...

            (un peu pôvre le lot de smileys)


          • yvesduc 29 avril 2008 23:59

            Bien vu ! Merci pour cet article.


            • ZEN ZEN 30 avril 2008 12:05

              Bonjour,

              Je viens de découvrir un lien qui peut vous intéresser

              Je n’ai pas eu le temps d’en apprécier tout le contenu, mais il me semble poser quelques bonnes questions

               

              http://www.dachary.org/obses/memoire.html


              • ZEN ZEN 30 avril 2008 12:08

                La conclusion est une invitation à lire ce travail de recherche :

                 

                "L’application des droits de l’homme en Chine paraît donc totalement improbable tant que l’on voudra préserver une vision occidentale de ces droits. Ne vaut t’il pas mieux tenter de laisser s’instaurer une vision spécifiquement chinoise plutôt que de leur imposer notre point de vue et d’attendre un éventuel changement de mentalités ? N’est-il pas préférable de prendre les Chinois à leur propre jeu en les incitant à concrétiser, dans une instance régionale, cette spécificité chinoise (et asiatique) qu’ils réclament à grands cris ? Mais, il faut pour cela que l’ONU admette pleinement et définitivement une régionalisation des droits de l’homme, qu’elle en accepte à l’avance les conséquences ou qu’elle prenne en charge les différentes adaptations.

                Nous sommes conscients que la réponse à une telle question ne peut être trouvée en quelques mois ni en quelques années puisqu’elle touche au délicat problème des différences culturelle. Cela nécessitera encore de nombreuses réflexions et études à la fois de la part des politiques et de la part des populations concernées. La question qui reste en suspens est de savoir s’il existe une réelle volonté de résoudre le problème des différences entre cultures, voire entre civilisations.

                En ce qui concerne la Chine, le débat est un peu biaisé du fait qu’elle représente un gigantesque marché économique qu’aucun pays ne peut se permettre d’ignorer sur la simple constatation qu’elle ne respecte pas certains principes moraux, surtout lorsque l’on sait que toute moralité est subjective. L’exemple des Etats-Unis est très expressif de cette réalité, même s’ils sont loin d’être les seuls à raisonner de la sorte. Dans ces conditions et à court terme, les progrès en matière de droits de l’homme en Chine semblent plutôt liés à une poursuite du dialogue qu’à des sanctions. Celui-ci se poursuit en Chine, même si elle se limite à donner " quelques signes " d’encouragement : changement d’attitude dans les enceintes internationales, vote en faveur de la constitution du Tribunal international de La Haye, demande de coopération juridique...

                La Chine reste donc à part, du fait de sa culture, de son histoire, de son pragmatisme, de sa position géographique et de son poids démographique. Pas question de brusquer un pays qui aura, certainement, un rôle prépondérant à jouer dans les années qui viennent, à la fois dans la région Asie-Pacifique et au niveau international. Même si le statut de la Chine de demain dépend en premier lieu de la succession de Deng Xiaoping qui s’éternise, cristallisant les conflits de clan et gelant les problèmes en suspens. Lors de la transmission de témoin entre les vieux révolutionnaires nés sous l’Empire qui ont conquis le pouvoir le fusil à la main et les " jeunes " technocrates qui ont fait leurs premières armes après la Révolution culturelle, quel sera le sort de la Chine ? Continuera-t’elle à aller de l’avant ? Sera-t’elle tentée par un retour en arrière ? La Chine de demain sera-t’elle régie par un " despotisme à l’asiatique " ou fera-t’elle le grand saut vers cette démocratisation que les Occidentaux attendent avec tant d’impatience ?"


              • Dalziel 30 avril 2008 12:09

                "Il est tout de même étonnant de voir les disparités avec lesquelles les médias en France traitent le même sujet, mais concernant deux pays différents."

                Pas si étonnant que ça, en fait !

                Les droits de l’homme, tout le monde s’en fout, et du moment qu’il s’agit de faire semblant, la Chine, c’est beaucoup plus spectaculaire que la Tunisie !

                Et Jintao est une cible autrement gratifiante à se payer, que le pâle Ben Ali...

                 


                • bobbygre bobbygre 30 avril 2008 12:46

                  Je partage la même perplexité de l’auteur face à la navrante hypocrisie de nos médias. L’auteur utilise le cas de la Tunisie pour rester dans le cadre de la politique étrangère française mais on aurait pu aussi comparer l’hystérie autour de la Chine à l’apathie totale et complice des occidentaux face à l’anéantissement total du peuple tchétchéne qui se termine tranquillement, d’ailleurs, qui s’en souvient ? qui l’a encore en tete ?


                  • amedee 30 avril 2008 13:09

                    c’est ou qu’on trouve 1 prisonnier sur 4 au monde ? et bien aux USA

                    sans compter les "dégats collatoraux qu’ils font à l’étranger" et les guerres avec motifs préfabriqués.

                    quant à RSF voir ici 

                    ce que je veux dire : les droits de l’homme sont vraiment a géométrie variables, surtout pour ses défenseurs.

                     


                    • Serpico Serpico 30 avril 2008 19:07

                      Très intéressant article. Il sert surtout de piqure de rappel.

                       

                      En général, quand on évoque l’attitude de l’occident en général sur ce sujet des droits de l’homme, ce qui saute aux yeux tout de suite c’est le traitement à la tête du client.

                       

                      Les droits de l’homme, dans la bouche des français ou des US n’est que blabla à consommation internationale. Même à l’intérieur de leurs frontières, c’est à plusieurs vitesses.

                       

                      Du pipeau intégral. Je ne crois pas un mot de leurs principes à la noix.


                      • Weinstein 30 avril 2008 19:12

                        Mince cette fois il n’a pas tort le serpico.


                        • frédéric lyon 30 avril 2008 19:40

                          Pourquoi s’en prendre à la Tunisie ? Parce qu’elle fusille ou embastille les terroristes islamistes ? Dans ce cas on pourrait s’en prendre à n’importe quel pays dans le Monde !

                          La Tunisie doit être le seul pays arabe qui s’en sorte convenablement, sans disposer de la manne pétrolière qui tombe sur les têtes sans effort de bien d’autres. D’autres qui chanteront tout l’été et danseront ensuite. 

                          Ce que fait la Tunisie n’est pas si mal et justifie sans doute que les médiocres lui crachent dessus.

                          J’ai lu que les ressortissants Algériens se précipitaient en Tunisie à la moindre occasion, notamment le week end, pour profiter de la liberté, de la facilité d’existence et de la tranquilité qui règne la-bas. Ces touristes Algériens n’ont pas l’air de trouver que la situation des droits de l’Homme en Tunisie pose des problèmes. Ce sont plutôt les Tunisiens qui se plaignent, les algériens picniquent car il sont sans un rond et ils balancent ensuite leurs ordures n’importe où.

                          Seul Ben Laden ne serait pas le bienvenu en Tunisie ! Et alors ? Il ne serait pas non plus le bienvenu en France et on le pendrait par les couilles s’il se pointait chez nous. 

                          Celà étant dit, je ne vois pas qu’on puisse comparer la politique Française vis à vis de la Tunisie à la politique Française vis à vis de la Chine. Les enjeux ne sont pas tout à fait les mêmes, même si les Tunisiens sont sans doute des gens très sympathiques.


                          • Serpico Serpico 30 avril 2008 20:26

                            Lyon : "

                            J’ai lu que les ressortissants Algériens se précipitaient en Tunisie à la moindre occasion, notamment le week end, pour profiter de la liberté, de la facilité d’existence et de la tranquilité qui règne la-bas. Ces touristes Algériens n’ont pas l’air de trouver que la situation des droits de l’Homme en Tunisie pose des problèmes. Ce sont plutôt les Tunisiens qui se plaignent, les algériens picniquent car il sont sans un rond et ils balancent ensuite leurs ordures n’importe où."

                             

                            ******************

                             

                            Il y a des avantages à sortir au lieu de rester enfermé à lire des foutaises.

                             

                            Vous êtes décidément un indécrottable revanchard.

                             

                            La réalité est plutôt inverse : il y a plus de liberté en Algérie qu’en Tunisie. Les algériens s’expriment comme ils veulent. Ils ont hérité des foutaises démocratiques : ils ont la liberté de parole mais pas de bouffe

                             

                            En Tunisie c’est l’inverse.

                             

                            Pauvre lecteur de feuille de chou.


                          • frédéric lyon 30 avril 2008 20:38

                            Serpico, je ne t’avais pas sonné, retourne dans ton trou. Ou bien va faire un tour en Tunisie, ou en Algérie, tu y sera enfin en pays de connaissance.

                            Du vent fiston. 


                          • Serpico Serpico 2 mai 2008 11:35

                            Lyon, je connais et la Tunisie et l’Algérie mieux que tu ne pourras jamais imaginer les connaître.

                             

                            Tu n’as pas besoin de sonner : tes gros sabots font un bruit d’enfer.

                             

                            Et, incidemment, n’oublie pas que j’interpelle qui je veux quand je veux. Tu n’y peux rien et tu vas en baver si tu n’aimes pas ça.


                          • koudou 30 avril 2008 19:41

                            J’ai bien noté que l’article parle des medias et de l’information, et pas de la situation des droits de l’homme en Chine et en Tunisie, ni de leur comparaison.

                            J’aurais donc tendance à dire que les considérations sur la situation de ces droits de l’homme dans ces pays est hors sujet, même s’il y a matière, et même s’il y a sujet à discussion.

                            J’aurais également tendance à dire que les sujets qui concernent l’attitude des dirigeants, qu’ils soient français ou autre concernant cette situation des droits de l’homme ou de la pression économique pesant sur leurs décisions sont également hors sujet. La réaction des politiques est quelque chose de plus complexe et dépend à la fois du besoin de faire le spectacle et de la nécessité de ne pas en faire plus que le chef.

                            Mais le sujet de l’article d’altair73 me paraît clair (j’espère ne pas me tromper en tout cas) : c’est la différence énorme de traitement de deux informations de nature et intensité similaire.

                            Ma réponse n’est malheureusement pas très positive : c’est que les medias (on parle surtout d’audio visuel, donc radio et TV) ne sont plus des entreprises d’information mais des entreprises de spectacle autour de l’information.
                            Il y avait des spectacles de musique, il y avait des spectacles de théâtre, il y avait des spectacles de cirque, il y a maintenant et de façon intense des spectacles d’information. Ce n’est pas une prise de conscience récente, et rappellez vous en particulier des errements graves de la couverture media de la guerre du golf.

                            Dans ce cadre, c’est simple : compte tenu du bruit actuel, qu’est-ce qui va attirer plus de spectateurs ? Un sujet sur la Chine ou un sujet sur la Tunisie ? La réponse est assez évidente, et les rédactions ne s’y trompent pas. Car le nombre de spectateurs, c’est le fric car les coûts de la seconde de publicité se fait selon les taux d’écoute ....

                            La manière d’être journaliste en est complètement modifiée à un point qui me laisse pantois. Y compris d’ailleurs sur AgoraVox.

                            Il y a ainsi un lecteur qui m’est tombé dessus parce que j’indiquais les positions (opposées bien entendu) de deux parties et le lecteur a traité l’article de nul parce que j’écrivais une chose et son contraire .... Grave dérive de la compréhension du journalisme où un article ne peut plus être objectif mais partisan au point que l’effet de manche et la déformation de la vérité devraient devenir la règle.

                            Je suis aussi subjugué par la façon dont un groupe suit fidèlement les articles de Morice qui ne sont en général pas très bons parce que trop fouillis dans la rédaction, et inventant des théories que l’on démonte en deux phrases rétablissant des faits patents mais oubliés. En tout cas, autour de ses articles on arrive parfois à plusieurs centaines de commentaires dont la plupart sont inintéressants mais parce que c’est devenu un spectacle et où la vérité n’a plus aucun importance.
                            Il faut dire que son style est inimitable : des théories abracadabrantes soutenues par un travail gigantesque de recherche google et des tas de liens où le jeu consiste à vérifier s’il a bien lu le texte qu’il cite qui dit parfois quelque chose d’autre que ce qu’il voudrait ou parfois même le contraire.

                            Du spectacle, je vous dis.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

altair73


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès