Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > Et les radios deviennent numériques

Et les radios deviennent numériques

Les radios vont être diffusées en numérique en fin d’année 2008. Aujourd’hui les radios sont diffusées en analogique. Pour simplifier, on peut dire qu’en analogique le signal est modulé proportionnellement à la bande son à transmettre. En diffusion numérique, le signal est d’abord converti en données binaires (des zéros et des uns) puis compressé afin de tenir moins de place et transmis par voie hertzienne, par satellite ou sur des réseaux comme Internet.

Avec la diffusion numérique il y aura plus de stations de radio qu’aujourd’hui et chaque radio disposera d’une fréquence unique dans la France entière. La qualité sonore, proche de celle des cédéroms, sera meilleure et il y aura beaucoup moins de perturbations d’écoute.

Plus de fonctionnalités

De nouvelles fonctionnalités feront leur apparition. Il sera possible de commencer l’écoute d’une chanson au début, de faire une pause puis de reprendre à l’écoute à l’endroit où l’on avait arrêté. Selon le poste de radio, il sera possible d’enregistrer et de programmer un enregistrement très facilement ; enregistrement qui pourra se faire sur le disque dur du récepteur ou sur une clé USB. Vous pourrez choisir une radio en fonction de plusieurs critères comme le thème, le lieu géographique, etc. Des données seront diffusées avec les émissions de radio numériques et affichées sur les récepteurs. Outre le nom de la station que l’on reçoit déjà en RDS, vous verrez le nom de la chanson et de l’interprète, les noms des chansons à venir, des informations diverses et même des images. Bref, la radio numérique va ouvrir de nouveaux horizons aux auditeurs.

Evidemment, comme avec la TNT, il faudra changer ses postes radio pour acquérir des postes compatibles avec la diffusion numérique. De plus, certaines radios ne seront accessibles que sur abonnement.

Les webradios

En parallèle à la radio numérique terrestre, il existe déjà depuis quelques années des radios numériques qui sont accessibles par Internet. Toutes les radios hertziennes émettent sur Internet. Il existe aussi de nombreuses radios qui n’émettent que sur Internet. Toutes ces radios peuvent être écoutées sur son ordinateur à partir du site Internet de la radio ou à partir de sites généralistes comme celui de ComFM.. De nombreux logiciels permettent aussi d’écouter les radios et d’enregistrer les chansons diffusées sur son disque dur au format MP3.

Mais il y a beaucoup plus fort.

Connaissez-vous Station Ripper qui permet d’enregistrer sur son ordinateur plusieurs radios simultanément, jusqu’à 600 à la fois, et d’obtenir un nombre incroyable de MP3 correctement étiquetés ?

Connaissez-vous Musicovery qui permet de tracer un chemin musical en fonction de vos propres goûts et de votre humeur ?

Connaissez-vous les radios Yahoo ! qui permettent de créer votre propre radio qui diffusera de la musique correspondant à vos goûts ? En plus, lorsque vous écoutez votre radio Yahoo !, vos amis Messenger voient le titre de la chanson que vous êtes en train d’écouter. D’un seul clic, ils peuvent écouter la même chanson que vous et donner leur avis par des messages instantanés.

Je ne cite que quelques exemples, mais Internet regorge de webradios, de sites et de logiciels permettant d’écouter une radio unique vous correspondant tout en participant et en partageant avec d’autres Internautes. C’est le Web 2.0 appliqué aux radios !

Depuis peu, des postes radios wifi sont disponibles. Ces « transistors » modernes captent à l’aide d’une connexion wifi les webradios diffusées sur Internet. Il est certains que d’ici peu ses postes wifi intégreront un disque dur ou de la mémoire flash afin d’enregistrer les chansons diffusées.

En résumé, la radio numérique terrestre arrive. Elle pourra être captée par des postes fixes ou mobiles comme des autoradios. Les webradios existent déjà. Elles décuplent les possibilités offertes par la radio numérique terrestre mais ne peuvent être captées que par des postes fixes (ordinateurs ou radios wifi). On se prend à rêver de la fusion de ces deux mondes pour profiter de toutes les possibilités présentes et à venir chez soi mais aussi dans sa voiture ou avec son baladeur. Cela existera d’ici peu de temps, soyez en certain. Peut-être avec le Wimax, diffusion wifi étendue, ou alors avec une technologie qui reste à inventer.

Alors, à quand la fusion de la radio numérique terrestre et des webradios ?


Moyenne des avis sur cet article :  4.64/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • alberto alberto 11 mai 2007 12:22

    Bien vu, votre article, mais j’en conclus qu’à terme il faudra introduire sa carte bleue dans son poste de radio numérique pour recevoir les émissions.

    Le progrès c’est que les dépenses correspondant au temps d’écoute seront débitées dirctement sur notre compte !

    Les pauvres pourront toujours écouter gratuitement le chant des oiseaux... S’il en reste !


    • le mave 11 mai 2007 12:29

      Pour l’instant les radios sur le net sont gratuites ,mais aux states par exemple ,une nouvelle manière de calculer les redevances risque de remettre en cause leur existence ,ou de les obliger à ne diffuser qu’à des abonnés payants . Pour plus d’info ici


    • pipocratie 11 mai 2007 14:26

      Vous passez complètement à coté du sujet... Les nouvelles radios numériques seront-elles cryptées ? Y aura-t-il des sal*peries de DRM sur les fichiers qu’on enregistrera avec ces appareils ?


      • jean-michel plisson jean-michel plisson 11 mai 2007 21:20

        Les radios numériques terrestres ne seront pas cryptées, pas plus que ne le sont les chaines de télévion numériques. Les DRM sont en cours d’abandon par tous les vendeurs de mp3 en ligne. Je ne pense donc pas que les chansons diffusées sur les radios numériques terrestres soient accompagnées de DRM. Quand bien même, il sera toujours possible d’enregistrer ces radios à l’aide de son ordinateur.


      • JL JL 12 mai 2007 11:32

        Eh oui, ça sert à ça le ’progrès’, hélas. Il est temps de lire ou relire « la société de consommation » de Jean Baudrillard.

        L’imagination des hommes est illimitée, comme leurs envies. Mais comme il n’est pas question que tout ça soit gratuit, ni donc que tout le monde en profite, on voit que notre machine économique n’invente et ne crée plus que pour ceux qui ont déjà tout ce qui se fait.

        Cette machine économique est devenue une machine folle qui crée des besoins, des inégalités et des déchets qui nous étouffent !

        (Ceci est un cri de colère vis à vis de cet article naïf, d’un ancien chercheur dans le domaine, et qui sait de quoi il parle : les inventions qui ne sont pas financièrement profitables mais qui seraient un réel progrès sont toujours reléguées aux oubliettes par les décideurs, ceux qui ’font’ de l’argent avec de l’argent et la sueur des autres)


        • cassidile 29 octobre 2008 12:40

          Tout à fait charmant. Je viens d’acheter un autoradio, il n’y aura plus qu’à le mettre à la poubelle. Quelle malhonnêteté commerciale.....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès