Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > Et si Eric Naulleau avait raison ?

Et si Eric Naulleau avait raison ?

On n’a plus besoin de présenter Eric Naulleau, chroniqueur de Laurent Ruquier dans son émission « On n’est pas couché » et les fameux « clashs » qui lui sont associés, le dernier en date étant avec Françis Lalanne, chanteur et candidat aux européennes. Il n’est pas question ici de juger le chroniqueur mais plutôt l’idée qu’il a exprimée, à savoir pour résumer : la critique n’est plus la bienvenue.

Dès à présent il est bon de rappeler que cet article n’est consacré qu’à la place de la critique et de la polémique et qu’il n’est pas question de juger les polémistes qui peuvent être approuvés, critiqués, voire même insultés.
 
Les nombreux incidents de plateau, que ce soit à la télévision ou à la radio, concernant des chroniqueurs donnant leur avis sur une œuvre, peuvent nous amener à nous poser la question : est-il bon, de nos jours, de critiquer le travail de tel artiste ou de tel homme/femme politique ? L’exemple d’Eric Naulleau au début de cet article n’est pas pris par hasard car beaucoup de domaines ont été abordés dans l’émission de Laurent Ruquier : politique, littérature, chanson, films...
 
Mais le sujet de cet article n’est absolument pas de juger Eric Naulleau mais bel et bien de se poser la question de ce qu’est devenue la critique à la télévision. On le sait, aujourd’hui, toute promotion d’un livre, d’un film ou d’un album passe obligatoirement par les médias traditionnels, notamment la télévision qui est devenue incontournable.
 
Au fond, qu’est devenue la promotion : un simple passage de plateau en plateau en étant un complément humain d’une bande annonce ? Nous ne devrions pas oublier le but premier de la promotion : présenter un produit au consommateur et le vendre. Mais qu’est ce vendre ? C’est présenter des arguments au consommateur pour le convaincre d’acheter mais qui dit arguments dit aussi débat. 
 
La critique est ce qui peut arriver de mieux dans une démocratie dans tous les domaines : elle oblige à apporter des arguments, tel des scientifiques apportant des preuves par leurs recherches des théories qu’ils émettent, des entreprises à améliorer leurs produits ou des politiques à enrichir les lois. De même, depuis la maternelle jusqu’à la fin de nos études, nous sommes notés par nos professeurs qui émettent des remarques dans le but de nous perfectionner nous-mêmes par la suite.
 
Alors dans ce cas, pourquoi les réactions sont-elles aussi vives lorsqu’une célébrité est critiquée sur un plateau de télévision ou à la radio ? Pourquoi un polémiste obtient-il l’étiquette de flingueur professionnel ?
 
Peut-être est-ce dû à un possible constat : l’apparition d’une nouvelle religion. Désormais, nous n’allons plus à l’église pour écouter le sermon, nous allons aux concerts écouter notre star préférée. Il n’y a plus de prière le soir mais désormais le dernier CD à la mode dans nos écouteurs, le dernier DVD sorti sur nos télévisions. Les stars ont presque pris la place de Dieu si l’on veut pousser jusqu’à l’hyperbole.
 
Par les insultes sans arguments sur les forums, la méchanceté gratuite, ne sommes-nous pas devenus les acteurs de nouvelles croisades meurtrières pour défendre nos saintes idoles par le sang, les nouveaux inquisiteurs de chroniqueurs soupconnés de sorcellerie pour avoir attaqué une œuvre ?

Moyenne des avis sur cet article :  4.02/5   (49 votes)




Réagissez à l'article

49 réactions à cet article    


  • Sébastien Sébastien 11 mai 2009 09:31

    Tres bon article. En effet, les artistes qui viennent sur un plateau vont « faire leur promo ». Et faire sa promo signifie ne recevoir aucune critique.

    Il est impossible qu’une oeuvre soit aimee par tout le monde et certains artistes devraient avoir l’humilite de le reconnaitre et d’accepter la critique. Cela ne remet pas en cause leur creation et c’est simplement l’expression d’un point de vue divergent.

    Apres, le critique a quand meme son importance et si la critique est positive, il est aussi important de ne pas blesser une personne. De la meme maniere que l’artiste doit comprendre que son oeuvre n’est pas appreciee par tout le monde, le critique doit aussi savoir que son opinion n’engage que lui et qu’une oeuvre n’est pas forcement de la merde parce qu’il ne l’a pas aimee.


    • Anto 11 mai 2009 10:55

      « Je défends des textes que j’aime et pourfends les fausses valeurs. Mais les écrivains d’aujourd’hui sont tellement habitués à la promotion qu’ils ne supportent plus la moindre critique. » E. Naulleau

      je l’aime pas particulièrement mais qd il flingue un présentateur tv, un footballeur, ou un chanteur qui pond un bouquin tout pourri, je dois avouer qu’il le fait... très bien


    • Siggy54 Siggy54 11 mai 2009 11:33

      En effet c’est quelque chose que j’aurais du aborder dans cet article : la manière dont est faite la critique parfois. Tantôt elle est bien construite, tantôt elle est blessante.


    • Mr.K (generation-volée) Mr.K (generation-volée) 11 mai 2009 13:02

      Naulleau ne sais pas « bien critiquer »,on ne dit pas c’est de la merde mais je n’aime pas.


    • Anto 11 mai 2009 13:52

      critiquer un critique ? faut pas pousser

      De toute manière, dire d’un livre « je n’ai pas aimé mais ca n’engage que moi » qd on est critique sur un plateau de tv, c’est impossible puisqu’on est obligé de développer sa critique. A partir du moment ou une critique est mauvaise, ca ne sert à rien de l’enrober de miel puisqu’elle est blessante par essence. Au moins, il n’est pas hypocrite. 

      Qd les invités se font flinguer par les zerics, c’est surtout parceque ruquier choisit des proies faciles, ou dénuée de talent littéraire, ou pourvue d’un égo trop grand pour un plateau de tv : Michael youn, lalanne, boccolini, attali...

      Si ses critiques etaient juste méchantes et complètement dépourvues de la moindre pertinence, ce serait vite vu, or vu les réaxctions qu’elles sucitent en général, on peut penser qu’elles touchent quelque fois. Après, c’est sur qu’un auteur mis en difficulté aura toutes les peines du monde à leur répondre, mais bon, on va pas les plaindre


    • Cascabel Cascabel 11 mai 2009 16:22

      @Auteur

      Une critique bien construite est souvent blessante.


    • Cascabel Cascabel 11 mai 2009 16:24

      Et surtout ,
      une critique blessante est souvent bien construite.


    • Cupcake 11 mai 2009 10:30

      Exc. article !
      Je suis tt à fait de cet avis, la critique de nos jours n’est plus réellement la bienvenue. On le constate dans les medias légers, sur des sujets sans grande importance (ex. Ruquier & ses 2 Eric, qui ne reçoivent que des invités en parade promotionnelle). Mais aussi, & de de façon plus inquiétante à mon sens, dans les medias dits « sérieux » où l’on mesure toute la lourdeur de la chape qui s’est étendue sur tout ce qui touche à la sphère politique & gouvernementale ! 


      • Cascabel Cascabel 11 mai 2009 16:35

        Ce constat a de quoi inquiéter, puisque les totalitarismes se définissent justement par l’interdiction de la critique.


      • jereminski 11 mai 2009 11:18

        Les critiques sont mal percues quand elles derivent de l’oeuvre et sont ni plus ni moins une attaque perSonnelle .


        Une critique sur l’oeuvre faite d’explication sans mépris, sans insulte est recevable et ne fait pas envoler la discussion.

        La critique est subjective, et souvent par voix interposée ; néanmoins quand on la prend de face c’est souvent difficle d’avaler sa salive et de ne rien dire.
        La vrai difficulté est d’avoir une discussion face a cette critique et d’en tirer qqchose.

        • Henri François 11 mai 2009 11:30

          « On n’est pas couché » une foire d’empoigne qui frise les bas étages la plupart du temps et qui se mêle bien trop souvent de « la présentation ou promotion » d’oeuvrettes littéraires pour midinnettes.
          Alors là, pardonnez-moi, où sont donc « Apostrophes » d’antan ?
          Naulleau ou pas, Zemour, Ruquier et consorts et toutes ces émissions de bla-bla qui ont envahi les petits écrans quotidiens afin de vanter les produits ou la personnalité de l’un ou l’autre, toutes ces tribunes et ces débats à l’eau de rose, ces interviewes aux questions (et réponses) alambiquées mais surtout ineptes, ces retraités de la télé de papa qui se sont travestis en critiques littéraires, cinématographiques, sportifs ou culinaires, pourraient très bien être remplacés par de simples affiches sur papier peint placardées sur les murs des cités ou des spots publicitaires payants diffusés sur les chaînes... privées.
          Mon Dieu combien Bernard Pivot et ses invités me manquent....


          • morice morice 11 mai 2009 11:32

            Nauleau ne peut avoir raison : il participe à sa propre autopromotion davantage qu’à argumenter véritablement....


            "Désormais, nous n’allons plus à l’église pour écouter le sermon, nous allons aux concerts écouter notre star préférée. 

            vous peut-être en effet, à venir défendre l’indéfendable... pourquoi voulez-vous vous en remettre à des effigies ? Vous ne savez plus LIRE à ce point ?

            • Siggy54 Siggy54 11 mai 2009 11:54

              « Nauleau ne peut avoir raison : il participe à sa propre autopromotion davantage qu’à argumenter véritablement... » Ah mais j’ai précisé à deux reprises dans l’article que je ne défend pas un polémiste en particulier mais l’idée même de la critique. Si j’ai cité Eric Naulleau c’est qu’il revient réguliérement dans l’actualité de par son rôle de critique.

              « vous peut-être en effet, à venir défendre l’indéfendable Vous ne savez plus LIRE à ce point ? » Rassurez-vous, je n’ai pas oublié comment savoir lire ni même que je peux recevoir des coups ;)


            • Jiache 11 mai 2009 12:01

              Pour critiquer, il faut avoir le niveau. Quand je constate le niveau en dessous de zéro des deux débiles de chez Ruquier, je ne vois pas qui ils pourraient critiquer, même notre philosophe Francis Lalanne est plus intelligent qu’eux.
              Le problème est la : le niveau des critiques !


              • Cupcake 11 mai 2009 15:35

                Mais l’objet de l’article n’est justement PAS Naulleau (ou son acolyte chez Ruquier - que je n’aime pas, & ne regarde pas du reste), mais la critique de manière générale ! 


              • Oreille Oreille 11 mai 2009 20:31

                Salut,
                Je réagi juste à ton commentaire, je trouve Francis Lalane particulièrement cultivé et intelligent. Le prendre pour un idiot serait vraiment se fier aux apparences (que la tv a bien voulu te montrer).


              • john val john 11 mai 2009 12:23

                Naulleau et Zemour drainent une audience significative, celle qui préfère les jeux du cirque à la messe. Leur critique se situe à ce niveau là : elle cherche à entrer en résonance avec le désir refoulé car impossible de mise à bas des idoles du télespectateur. N’oublions pas que la recherche de l’audience exclut la culture et le savoir. Il n’est question que d’émotion car ce serait compromettre la participation collective qui est le but de cette cérémonie.


                • franck2009 11 mai 2009 12:50

                  Naulleau a raison sur tout, car il a un avis sur tout.

                  Sur le TCE, l’ enterrement du referndum populaire à Versailles le 4 fevrier 2008 par le parlement français, Eric Naulleau chez Ruquier : ’ La France est bonne fille d’en passer par là ’ (sic)

                  Traduction  : Vous les 55 % de nonistes vous pouvez toujours aller vous faire sodomiser...

                  Bon ....


                  • karg se 17 mai 2009 11:52

                    Chez Naulleau et son comparse Zemmour la démocratie n’est qu’un moyen de maintenir leur ordre conservateur. Ce genre de remarque symbolise parfaitement leur mépris de la volonté du peuple. En d’autre temps ils auraient été guillotinés sur le champ.


                  • stylobic stylobic 11 mai 2009 13:15

                    Il est évident qu’il faut préserver la liberté de critiquer. C’est plutôt une bonne chose qu’un journaliste, un chroniqueur ou un éditorialiste puisse donner son avis sur tel ou tel ouvrage. Mais il ne faut pas non plus que cela soit une mise à mort ou un règlement de compte. Tout le monde ne peut pas aimer un livre, c’est vrai. Mais on peut quand même être objectif et saluer ce qu’il y a de bien dans ce livre. Car tout ne peut pas être nul. Quand Naulleau et Zemour aiment un livre, l’auteur et l’éditeurs sont assurés de vendre des dizaines de milliers d’exemplaires. Ils ont un impact phénoménal. Et quand ils n’aiment pas, la carrière du livre est terminée avant d’avoir vraiment commencée.
                    Depuis que j’ai signé mon premier contrat d’édition pour mon roman autobiographique qui paraîtra au mois de juin chez L’Harmattan (Autopsie d’un Guadeloupéen , livre dans lequel j’évoquais, avant qu’ils n’aient eu lieu, les récents événements qui ce sont déroulés en Guadeloupe, la mainmise de Béké sur l’économie du pays, les prix élevés des produits courants, les bas salaires, en gros l’exploitation du Nègre par le Béké, descendant d’esclavagistes ), je réfléchis à tout ça. Et je me dis que des professionnels comme eux ne feraient qu’une bouchée de moi qui suis plutôt du genre réservé si jamais je devais faire une émission comme celle-là. Que Dieu me vienne en aide... Robert Verger


                    • franc 11 mai 2009 15:12

                      Oui ,il faut défendre la critique sinon ce serait le règne et la dictature de la médiocrité pour ne pas dire la nullité voire le triomphe de l’imposture

                      une critique peut être juste ou injuste ,alors c’est aux invités de défendre leur oeuvre s’ils se trouvent injustement critiqués ,c’est aux téléspectateurs que revient le jugement ou de forger leur propre opinion


                      • Cupcake 11 mai 2009 15:36

                        Je vois les choses de la même manière ;)


                      • maharadh maharadh 11 mai 2009 15:57

                        Pas mieux que franc concernant les critiques par contre je ne comprends pas ce dédain par les pseudos intellectuels de l’émission de Ruquier si on n’aime pas on ne regarde pas ._ Ils oublient qu’il y à des tas de gens qui bossent dur toute la semaine et qui ont besoin de se divertir et pas forcément encore de se creuser les méninges !

                        Pour les inconditionnels de la culture il existe un tas d’autres canaux comme Arte etc .....dont les taux d’audience d’ailleurs ne sont pas mirobolants et contre disent les jusqu’au boutistes de la culture ou est votre tolérance ?

                        Je regarde le Samedi soir une émission pour me détendre donc je suis un neuneu.


                        • Cascabel Cascabel 11 mai 2009 16:10

                          Bien sûr qu’il faut défendre la critique !
                          Et comment !

                          Avec Naulleau et Zemmour on a de la chance en plus, non seulement ils frappent juste mais ils le font avec beaucoup de talent et d’humour.


                          • Siggy54 Siggy54 11 mai 2009 18:20

                            D’ailleurs je voudrais profiter de l’occasion pour présenter mes condoléances à Eric Zemmour qui a connu un deuil récent dans sa famille.


                          • pierrot123 11 mai 2009 17:15

                            Une question en passant : pourquoi avoir si vite passé à la trappe l’excellente émission de Ruquier avec Bayrou, et Naulleau ?

                            C’est drôle, parce que sujets plus consensuels « traînent » des jours et des jours sur la « Une » de Ago...
                            Vous avez dit bizarre ?...

                            Indispensable rappel, pour ceux qui ne l’auraient pas vue  :
                            http://www.agoravox.tv/article.php3?id_article=22704


                            • pendragon 11 mai 2009 18:38

                              Titre de l’article : « Et si Eric Naulleau avait raison ? »

                              Dans le corps de l’article : « Mais le sujet de cet article n’est absolument pas de juger Eric Naulleau... »

                              L’auteur donne un titre qui n’est pas le sujet de l’article. Incohérence.


                              • Proudhon Proudhon 11 mai 2009 19:01

                                Le problème dans les critiques des valets télévisuels c’est qu’elles sont non pas personnelles mais suggérées, voir décrétées par le pouvoir en place.
                                Une critique n’est critique que quand elle est libre de toute influence délétère. Liberté, mot baroque qui n’existe plus au sein de la majorité des médias.


                                • bluebeer bluebeer 11 mai 2009 19:21

                                  Plus le temps passe, plus je deviens un vieux con. Ou plutôt vieillit ma connerie.

                                  Il me semble que hier encore je compulsais en ricanant Charlie Hebdo et Hara Kiri, tout abimé à ma délectation d’articles et de rubriques vachardes, de photomontages scandaleusement vulgaires, d’humour délibérément trash (je parle d’y a longtemps). Je le faisais de bon cœur parce que j’avais le sentiment que derrière la férocité et l’iniquité des plumes des auteurs, il y avait un authentique souci égalitaire, une réelle contestation libertaire, une utopie sincère. C’était mal de lire Hara Kiri et Charlie Hebdo, d’ailleurs régulièrement interdits de publication. On choquait autour de soi. Il fallait assumer, même si on ne risquait plus le bûcher.

                                  Mais là, non, je ne m’y retrouve pas. Naulleau, Zemmour, Ruquier, Fogiel, Truc, Machin, et Chose, c’est pas la même soupe. Tous ces gens sont au service de l’audimat. On les paye pour être impertinents. En fait, on les payait pour être impertinents. Maintenant on les paye pour être vulgaires et arrogants, brutaux, sardoniques, cruels, iniques, cyniques. Leur boulot : étriller l’invité, sauf si elle est jolie. Dans ce cas, être salace suffit. Du sang, des tripes, du sperme !

                                  Je le jure, je n’ai rien contre une belle baston. Mais avec des principes. Un contre un, mano a mano. Les embuscades, les lynchages, les gauntlets, les jeux du cirque, c’est pas mon truc. Naulleau et Zemmour confortablement retranchés dans leur nid de mitrailleuse, arrosant tour à tour leur victime sacrificielle piégée sous le spot, en croquant des pistaches et en adressant des effets de manche à la foule des supporters, ça me fout les glandes. C’est pas de la critique, c’est pas de la justice, c’est du spectacle naze. Ca me rappelle le temps pourri du bahut ou deux trois connards redoublants martyrisaient impunément les gros, les binoclards, les dents de lapin et les profs fragiles. Encore et toujours accompagnés des rires veules et complices de ceux qui les redoutaient. Et ici, il me semble que ce sont les même ficelles, le même public voyeur et goguenard. Des frustrés de la vraie vie qui s’identifient à des faux durs qui ne prennent aucun vrai risque, ni physique, ni intellectuel.

                                  Un petit mot pour terminer avec l’épisode Lalane. Lalane me saoule. Ses textes dégoulinent, et son look bonapartistosoixantehuitard me crispe. N’empêche qu’il y a quelques fractions de siècle, il s’était fait piéger par une émission de caméra cachée. Il était au resto en compagnie de potes, et on lui a envoyé une fausse sdf (« clochard » à l’époque) l’importuner à sa table. Et qu’a fait l’abruti ? Il l’a invitée à bouffer avec eux.

                                  Naulleau et Zemmour, ils auraient appelé la sécurité, c’est sûr. Ils sont où zorro et robin des bois ? C’est pour ça que je regarde plus la télé. Sauf sur agora vox.




                                  • Phidias 31 mai 2009 03:01

                                    Je n’ai rien d’autre à ajouter que « excellent » . C’est exactement ce que je me dis en ces temps..


                                  • Proto Proto 11 mai 2009 22:14

                                    Vous n’avez pas tort mais le problème n’est pas là, bien entendu qu’il est nécessaire de critiquer les gens qui peuvent faire leur promotion au sommet des médias, le truc c’est que Naulleau n’a pas la carrure d’un intellectuel convainquant dans la critique littéraire, dès que les effets de manches sont lâchés il nous reste une critique inconsistante, si encore il avait écrit des trucs intéressants on ne serait pas choqué par l’intelligence que beaucoup lui prêtent, alors qu’au fond il est drivé par Ruquier lui-même drivé par la direction de France Televisions, si encore il critiquait bien ce qu’on lui donne à critiquer on ne serait pas regardant.

                                    Non, Naulleau est médiocre et il n’a pas le droit de dire à certaines personnes qu’ils font de la merde parce qu’il participe lui aussi au cirque médiatique, ainsi l’épisode Naulleau-Cauet a bien montré que c’était l’hôpital qui se foutait de la charité.

                                    On est pas couché, ce n’est pas une émission de Pivot ou d’Adler en son temps.

                                    Si le principe c’est qu’on invite des people pour les casser, alors ceux-ci sont bien naïfs de participer, ou alors il faudrait une vraie émission du genre, pas grossier, juste rationnel.

                                    Un pétard mouillé ce Naulleau, vous contribuez à le médiatiser.


                                    • tchoo 11 mai 2009 22:39

                                      Naulleau comme son complice Zemmour, comme beaucoup critique plus souvent qu’a leur tour, non pas le travail mais les personnes, en affirmant haut et fort qu’il détienne la vérité.
                                      Au lieu de rappeller à chaque fois « j’aime pas pour telle ou telle raison............... »

                                      Que les ciritiqués acceptent de moins en moins cette dictature de la pensée est une bonne chose, et les obligent bien souvent à s’expliquer plus profondément.


                                      • Sonora 11 mai 2009 22:52

                                        Il faut faire une distinction entre « flingueur » systématique et « critique ».
                                        Critiquer c’est analyser un sujet qui en vaut la peine car on y trouve du bon et du moins bon, c’est prendre la peine de comprendre ce que l’écrivain, l’artiste a voulu exprimer et en faire la critique, froidement, professionnellement, aller du point A au point final, faire une synthèse, conclure. Mais avant tout, qui choisi d’inviter un tel ou une telle, cela en vaut-il la peine ? Certains invités sont nuls, on le sait, pourquoi les inviter, pour les flinguer ? alors il ne faut pas s’étonner qu’ils se rebiffent, ils sont venus pour vendre des idées, une histoire, un livre que l’on sait sans intérêt, eux ils se croient intéressants, alors ils ne comprennent pas. Ruquier, si c’est lui qui invite ne devrait pas, par copinage, inviter n’importe qui.
                                        Salut et fraternité.


                                        • Christoff_M Christoff_M 11 mai 2009 23:37

                                          Vu l’heure tardive ou sont relégués la plupart des débats et les interventions de critiques...

                                          On a l’impression que lorsqu’on critique froidement on devient le pire des fascistes, c’est dire l’hypocrisie de la société française en 2009 !! par contre l’adulation de décérébrés mis en avant par les médias tous les jours dans des buts bassement commerciaux ne posent aucun problème... On aboutit au phénomène d’Emmy W... et des déglinguées vedettes...

                                          Mais plus grave on aboutit à force d’endormir tout le monde, dans un conformisme mou qui n’arrange que les élites dirigeantes... dans un récent concours pour enfants la plupart des éliminés se mettaient à pleurer de manière hystérique !! Ou va t on ??
                                          On élève dans nos sociétés « modernes » des enfants rois adulés qui ne sont plus capable de recevoir la critique ou l’échec sans hystérie ou névrose alors que cela fait partie de la vie...

                                          Les réactions de certaines « vedettes » je dirais plutot enfants chéris protégés, sont édifiantes à ce propos !! des gens tellement habitués à etre pris en photo quand ils se baissent ou embrassent une fan, qu’ils ne supportent plus une analyse critique...

                                          On critique beaucoup Zemmour, mais je trouve que Naulleau par moment pousse le bouchon un peu loin, mais à cette heure tardive c’est ce qui nous maintient en éveil !!

                                          En comparaison, l’ami Ruquier quand il tombe dans sa propre caricature d’homo, va bcp plus loin dans les réflexions et l’impolitesse !! mais lui est politiquement correct donc il peut tout se permettre !! et tout le monde rit, les mêmes qui sifflent Zemmour sans l’écouter... les réactions du public et les com sur internet prouvent à quel point l’esprit critique est en danger dans la France de la communication sous contrôle de Sarkozy...

                                          A noter aussi combien un fait bete , insignifiant et vulgaire atteint vite la une des médias transformés en ramasse tout de l’information... les budgets sous Sarkozy venant du monde des banques et de l’industrie vont plus facilement aux gros tirages donc a l’analyse et à la critique niveau zéro, ceci explique cela...


                                          • Christoff_M Christoff_M 12 mai 2009 03:07

                                             Le débat sur le web est aussi symptomatique, certains vous traitent tout de suite d’antisémite de nazis ou autres noms d’oiseaux quand vous n’êtes pas d’accord avec eux...

                                            En général ce sont des anti ou des pros quelque chose, le problème c’est qu’ils se croient investis d’une mission ou « démocratiques » alors qu’ils sont plutôt des petites graines de fascistes qui ont des fantasmes d’actions...

                                            il y a bien longtemps que je ne crois plus aux étiquettes et que je vote pour une personne, les marques de lessives et les porteurs de Roll... et D et G tres peu pour moi... j’ai tellement déménagé en France ou en idf que je suis vacciné de ce syndrome du clocher ou du club si typiquement français...


                                          • Echo Echo 12 mai 2009 04:06

                                            Exercer un metier public implique l’obligation de faire face a toutes les critiques.

                                            Monsieur F. Lalanne n’a plus qu’a changer de metier.


                                            • Christoff_M Christoff_M 12 mai 2009 04:32

                                              supporter, fan, producteur, investi en politique mais à la manière chevalier qui vient délivrer la princesse, c’est à dire de manière passionnée et dangereuse, ce « gentil » Francis manque sérieusement de réalisme et de pragmatisme...

                                              Quand on a le malheur de lui faire une critique un peu seche au lieu d’encaisser et de répliquer comme un bon orateur, il s’ennerve et il insulte, c’est le problème d’une génération, dans le meme genre, je vois BHL qui se prend pour un intellectuel et qui a une haute image de lui meme qu’il ne partage qu’avec lui meme et ses tres proches... tout le symbole du pédantisme qui règne sous la sarkozye obsessionnelle...

                                              Meme apres plusieurs tartes à la crème ce monsieur ne comprend pas son ridicule...

                                              Nous sommes revenus aux précieuses ridicules de Molière, sauf que les précieuses serait devenus des penseurs et idéalistes angéliques, en apparence, et surtout risibles par leur orgueil affiché !!


                                            • stylobic stylobic 13 mai 2009 05:46

                                              Je voulais bien évidemment dire que ce roman « Autopsie d’un Guadeloupéen » (de Robert VERGER) paraîtra en juin 2009 aux éditions L’Harmattan. Et que très certainement on en entendra parler... 


                                              • stylobic stylobic 15 mai 2009 03:28

                                                Vous pourrez lire quelques extraits sur mon blog. Extraits qui j’espère vous mettront l’eau à la bouche. Ce premier roman sort aux éditions L’Harmattan en juin 2009. Extraits d’Autopsie d’un Guadeloupéen sur http://robertverger.blogspot.com 
                                                blog personnel où le livre n’est pas vendu.


                                              • moebius 17 mai 2009 00:06

                                                 vous êtes dans votre baignoire là ? et vous êtes en apnée ? Vous arrivez a tenir combien de temps ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès