Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > Europe 1 promet une rentrée surprenante. Vraiment ?

Europe 1 promet une rentrée surprenante. Vraiment ?

Pour les « fans » de radio, c’est Europe 1 qui, pour cette rentrée 2007, crée le plus d’attentes. Bloquée en cinquième position des radios dans le classement Médiamétrie d’avril-juin 2007, la radio généraliste historique du groupe Lagardère peine à retrouver les faveurs de ses auditeurs.

Alors, coincé au pied du mur, son PDG Jean-Pierre Elkabbach, promettait dès la fin juillet une "rentrée surprenante"[i]. Dès mercredi, il faudra tendre l’oreille.

Une radio écornée par la présidentielle

Le moral de la rédaction d’Europe 1 n’était déjà pas au beau avant les élections présidentielles. Les révélations du Canard enchaîné dans son numéro du 22 février 2006 laissaient entendre que pour le recrutement d’un journaliste politique à la rédaction, Jean-Pierre Elkabbach n’avait pas mieux fait que de consulter le président de l’UMP, soit Nicolas Sarkozy.

Le brouhaha d’explications, de réactions autour de cette embauche n’a jamais permis de savoir le fond réel de cette histoire, plus particulièrement l’influence du président de l’UMP. Il n’en reste pas moins que Jean-Pierre Elkabbach, face à l’inquiétude de sa rédaction, avait alors avoué à ses journalistes l’avoir effectivement consulté, tout en réaffirmant son indépendance face à la rédaction : "C’est nous qui tranchons. Le journaliste choisi sera indiscutable et incontestable"[ii].

Passera l’élection et l’arrivée de Nicolas Sarkozy à la présidence. Entre-temps, sous le regard des Guignols de Canal+, Jean-Pierre Elkabbach se sera transformé en porte-parole d’un futur président et président d’une radio haut-parleur d’une France "umpisée". Côté rédaction d’Europe 1, le mal était là et la crédibilité de l’information affaiblie. L’audience est à la baisse. Et à cette morosité ambiante, il faut ajouter un plan de départ volontaire, touchant une trentaine de salariés sur les quelque 400 employés par la station, soit presque 10 %.

Le départ des voix

Après cet épisode de crise, le mal poursuit peu à peu sa course, laissant derrière lui quelques blessures. La matinale d’Europe 1 peine à se trouver un "leader". La saison 2006-2007 a vu la prise de commande de Christophe Delay au 7/8. Pourtant, dès la fin mai, il était déjà parti pour BFM TV. Lui succédait de 8 à 9 heures, Nicolas Charbonneau. Pendant une semaine, le journaliste Martial You s’est essayé au 7/8. L’animation de la tranche lui a été reprise au bout d’une semaine pour ne garder que la présentation du journal de 7 heures, Nicolas Charbonneau prenant les commandes du 7/9.

Cette fin de saison chaotique a certainement été perturbante pour la rédaction, mais aussi pour l’auditeur. Pendant ce temps, la porte des départs claque toujours et c’est, cette fois, Vincent Parizot, en charge du journal de 8 heures, le plus écouté du matin en radio, dont on apprend le départ pour RTL et la présentation du journal de 18 h. Nicolas Charbonneau est lui aussi partant, direction I-Télé. La tranche matinale est exsangue... Laurent Guimier et Mathieu Delahousse ont eux aussi quitté la rédaction.

En journée, la débandade se poursuit

Si le reste des émissions du matin ne voit pas de modifications ; à savoir Jacques Pradel et Jean-Marc Morandini, l’un dans le rôle d’historien-voyageur-naturaliste-etc., l’autre dans celui de "snipper-chevalier blanc" des programmes télé ; la grille de l’après-midi est, elle aussi, en proie à de nouvelles convulsions, voyant même l’arrivée fin janvier de la directrice de la Star-Ac, Alexia Laroche-Joubert, à la tête d’une émission d’échange avec les auditeurs, où elle faisait suite à deux animatrices "maison" qu’étaient Caroline Dublanche et Pascal Lafitte-Certa. Peopolisation, quand tu nous tiens !

Le 18/20 de la saison précédente, conduit par Pierre-Marie Christin (passé par RTL, puis France Culture) aura lui aussi peiné à trouver ses marques. Difficile de succéder à un Pierre-Louis Basse, figure de la station, s’il en est. Journaliste pluridisciplinaire, tout aussi éclairant qu’éclairé, Pierre-Marie Christin n’avait visiblement pas le ton Europe.

Nouveau, surprenant...  ?

Voici donc qu’arrive la rentrée. Fait bizarre (Contrainte de temps ? Problèmes de recrutements ?...), elle n’aura pas lieu le lundi 3 septembre, en début de semaine, mais le mercredi 5, en milieu de semaine. Une manière de se prévenir d’ajustements et de remaniements à faire en urgence ? Allez savoir.

Il n’en reste pas moins que la bande annonce d’Europe 1 pour la rentrée vient préciser la nouvelle donne. En semaine, le 5/7 est attribué à Thierry Fréret. Un animateur maison. Le numéro 2 de la météo d’Europe 1 prend la tête des petits matins. La voix est connue des auditeurs et sa météo était agréable et concise. Espérons qu’il réussisse !

Et pour la suite ? Jean-Pierre Elkabbach a finalement demandé à Jacques Pradel de prendre les commandes d’un 7/11. Espérons pour les auditeurs qu’il soit tonique. Il enchaînera la tranche info, en en étant le fil rouge, puis poursuivra avec son émission de découverte et de voyage. Il semble que c’est Laurent Delahousse que Jean-Pierre Elkabbach souhaitait voir à ce poste. Offre pour le moment déclinée par l’intéressé.

Jean-Marc Morandini, dont la vie audiovisuelle reste tumultueuse, même si elle s’est assagie depuis qu’il présente son émission sur la télévision sur Europe 1, a pris en charge le 11/14. Toujours de la télé, puis le journal de la mi-journée en fil rouge, avant d’enchaîner sur l’interactivité avec les auditeurs et leurs réactions sur l’actualité. Hum... Pas convaincu. Autant il peut-être amusant d’entendre ses commentaires sur les médias, autant, il ne semble pas le mieux placer pour des échanges constructifs avec les auditeurs. Sauf à ce que la mauvaise foi soit érigée comme outil de débat ? La rédaction, elle, se montre méfiante.[iii]

Passons l’après-midi sur laquelle on ne sait pas grand-chose. Ah, si. Jean-Pierre Elkabbach a réussi à conserver Laurent Ruquier, en partance, courant mai, pour la rue d’en face, à savoir la rue Bayard et RTL. Question de personne ? On va se gêner ! reste un produit phare pour Europe sur la tranche de Ruquier. Difficile de s’en priver. Il restera et l’annonce par communiqué d’Europe 1 sera tonitruante.

Reste la soirée. Celui que beaucoup qualifient d’ "agaçant" prend sous sa coupe le 18/20 et le dialogue sur l’actualité avec les auditeurs. Espérons que la journaliste Hélène Zélany, si elle présente toujours le journal de 18 h, puisse continuer en toute tranquillité et avec la fraîcheur dont elle a toujours su faire preuve, depuis son arrivée dans le groupe Lagardère (Hélène Zélany a débuté sur Europe 2).

La rédaction, pour sa part, aura à la rentrée, un nouveau directeur en la personne de Benoît Duquesne. Une radio qu’il connaît pour y avoir fait ses classes en tant que reporter et présentateur des journaux de 1982 à 1988. Espérons qu’il saura être à l’écoute de journalistes qui semblent fatigués de se faire tirer dessus, par la faute d’un président trop proche du pouvoir.

Inversion de rapports...

Si la radio a longtemps été le passage obligé avant la télévision, il semble que le besoin de vedettes pousse certaines radios à prendre le chemin inverse et cherche ses nouvelles grandes figures à la télévision, sans être nouvelles... Est-ce cela la fameuse "convergence", c’est-à-dire le rassemblement des médias, toutes formes confondues, vers l’uni-média ?

Subir en permanence les mêmes figures ? Europe 1 pourrait, à ce petit jeu, ne pas faire preuve d’innovation, mais bien se lancer dans une simple course au médiamat et auditeurs perdus.

Pendant ce temps, la réorganisation du pôle média du groupe Lagardère se poursuit. Il paraît qu’on peut faire du neuf avec du vieux... Ah ? "Osons !", disait Jean-Pierre Elkabbach, alors président de France Télévisions... Avec les revers que l’on connaît.



[i] - Le Parisien - samedi 21 juillet 2007

[ii] - Le communiqué interne de la société des rédacteurs d’Europe 1

et la réaction de Nicolas Sarkozy

[iii] Le Monde - 28 août 2007

Et l’aide précieuse de l’excellent site www.imedias.biz


Moyenne des avis sur cet article :  4.67/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • tvargentine.com lerma 10 septembre 2007 12:51

    Avec les webradios les radios ditent généralistes ont finis leur existence.

    De plus,cette radio est devenu godillot avec la présidentielle et son directeur à manger dans toutes les mains du pouvoir quelque soit la couleur politique.

    Qui pourrait encore écouter ce type de radio ringarde ?

    vous ?


    • Fab Dz 10 septembre 2007 13:35

      Bonjour, ringarde... Rappelons malgré tout que la radio reste l’équipement le plus présent (plus de 90%) au sein des foyers français, que ce soit le transistor, la chaîne hifi ou encore l’autoradio. Alors, oui, je l’assume, que ce soit E1, France Inter ou d’autres, oui, je l’écoute, en FM et parfois encore en grandes ondes... Mais, en effet, je suis peut-être ringard, comme de nombreux autres. Reste que, si un directeur fait la couleur de l’antenne, ceux qui y travaillent ne sont pas forcément obligés d’y souscrire. Tout comme ceux qui l’écoutent. Je suis un « amoureux » de la radio et un auditeur passionné. C’est ainsi. Quant à Jean-Pierre Elkabbach, je ne pense pas le défendre plus que cela dans l’article.


    • le pen la vie la vraie 10 septembre 2007 20:26

      « Celui que beaucoup qualifient d’ »agaçant« prend sous sa coupe le 18/20 et le dialogue sur l’actualité avec les auditeurs »

      Il n’est pas agaçant, il est complètement con. Vous deviez le penser tellement fort que vous en avez oublié de le nommer : guillaume durand.


      • Fab Dz 10 septembre 2007 22:06

        Je ne permettrai pas de le qualifier ainsi. Je ne le connais pas, si ce n’est via la radio. Par contre, merci à vous d’avoir rectifié mon oubli et de le citer.


      • Fab Dz 10 septembre 2007 22:13

        radio et télé, bien sûr...


      • Frédéric BOYER Frédéric BOYER 10 septembre 2007 22:15

        J’ai été un auditeur fidèle pendant au moins 30 ans, et, par nostalgie, je l’écoute une minute de temps à autre.

        Au départ, Europe 1, c’était la seule radio qui échappait au pouvoir Gaullo-Pompidolien, et, pour faire une transposition contemporaine, si Europe 1 était fidèle à son esprit initial, elle serait dirigée par l’équipe de Charlie.

        Radio décapante dans les années 60 et 70, Europe 1 est devenue une radio-cireuse de pompes.

        Le petit lagardère devrait visisonner « Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil », et en tirer les conséquences. Quand on entend le petit Bouvard et ses impertinences, certes bien balisées, on se dit qu’avec ses 70 piges bien tassées, il a gardé la main.

        Le pauvre Elkabbash fait office de croque-mort. Et il enterre très bien le cadavre d’Europe 1.


        • non666 non666 13 septembre 2007 16:05

          Il en est des radios comme de la presse ecrite ou des journaux TV :

          Quand on ne sert plus les interets que de quelques uns, quand on fait pendant 5 ans leur promos, on finit par ne plus etre lu, ecouté et vus que par ceux dont on sert les interets...

          Le Figaro a vendu sournoisement du Sarkozy comme d’autres journaux ont vendu du Royal, ou du duo mixte... Les ventes s’effondrent, les audiences baissent et puisque tout le monde ne vend plus que la meme merde, pourquoi payer ?

          alors Europe 1 et ses emissions a minorités « opprimées » commencent a me saouler, je ne peux plus voir Ruquier et sa clique. Il faut dire que ma « minorité » a moi n’y est meme pas representé ! (les gaulois hetero-sexuels de droite ).

          Bref dans le moule du conformisme ambiant (qu’est ce qu’il est fort sarko !), Europe 1 , comme la presse parisienne et les complices de tf1 ET autres perdent de plus en plus en credibilité.

          Que reste t’il a une radio generaliste quand son info ressemble a de l’intox, que sa musique est coupée de pubs et que ses emissions de « divertissement » ne sont que des plateforme de revendications des minorités actives ?

          Rien, en tout cas aucun interet pour les auditeurs.

          De toute façon c’est le cas general pour les medias. Entre celles qui couchent avec ceux du pouvoir et ceux qui touchent(affaire Bottom) quel service journalistique est il encore integre et competent ?

          Que creve Europe1 , RTL et les feignasses fonctionnaires des radios d’etats. Souhaitons egalement la meme mort lente et inexorable aux journaux qui nous ont tous desinformés depuis des années.


          • Chichile Chichile 14 septembre 2007 13:16

            « De toute façon c’est le cas general pour les medias. Entre celles qui couchent avec ceux du pouvoir et ceux qui touchent(affaire Bottom) quel service journalistique est il encore integre et competent ? »

            Haha, heureusement qu’il nous reste le média citoyen pour tous nous sauver, lui qui sait être intègre et compétent.

            Oui oui, je sais, vous ne l’avez pas dit, je prends juste les devants...


          • non666 non666 14 septembre 2007 14:35

            Pour ta gouverne chichile, je ne suis pas une des pom-pom girl d’agoravox.

            Ni un de ses redacteurs, ni un membre du fan club de Bayrou.

            Je chie uniformement sur les medias. Pour les avoir a peu pret tous lu et suivi, je m’en mefie egalement.

            Mais ce qui est sur, c’est que meme si agoravox est plutot Bayrouiste, les vassaux de Sarkozy/Israel/anglo-saxons y sevissent quand meme, comme les gauchistes, comme les gens de droite, les vrais...

            C’est de cet pluralité seule que peu naitre le combat contre l’information aux ordres.

            Or que tu le veuille ou pas, ni le figaro pro-sarkosien ni ses freres siamois ennemis (lemonde/Liberation pro intelectuel auto-proclamé) , ni les TV, ni les radios n’ont plus le moindre recul ou la moindre objectivité.


          • Babette 14 septembre 2007 21:03

            Deux émissions sur Europnain cette semaine. Morandini, mercredi, recevant une ONG, descendue en flammes pae les deux animateurs (mais comment ! ils sont illégaux !)et quatre « commentaires » d’auditeurs, allant tous dans le même sens. La crème « C’est qui qui paie ? ». Vous n’êtes pas sans savoir que les partis politiques ont des cellules « d’auditeurs », une batterie de gens qui vont intervenir à l’antenne. Il ne faut être grand clerc, on reconnait les voix des meilleures. Il y a notamment une petite dame, épatante, elle balance tous les mots-clefs de la semaine de l’UMP ; pas snob, « classe » comme il le faut ; crédible. Morandini, passe encore. On le sait. Mais Durand, qui choisit deux interventions téléphoniques jeudi dernier, l’une (trop banale) et la deuxième, d’une habitante de Belle-Isle (sans doute harcelée par tous les pauvres serveurs payés au noir en saison) qui disait que « vraiment il y en avait trop ». Dix minutes plus tard, l’adorable Durand ressortait bien évidemment la phrase de Rocard : « nous ne pouvons accueillir... » Europe 1 perd tous les auditeurs qu’il veut dans les régions des « gauchistes », à Paris notamment, pourtant des cibles de choix pour les publicitaires. Cornélien : soit je satisfais les électeurs de Sarko pour baiser les pieds de mon maître (vieux, ex-lepénistes, mais qui n’achètent rien, les cons !), soit je fais plaisir aux annonceurs qui ont envie de vendre tout plein de choses. A priori, JPE est resté sur la première option. Merci Guillaume Durand. Nicolas doit être content de lui.


            • elnino-88 elnino-88 27 septembre 2007 19:58

              site interdit par nos medias A voir,a lire,a comprendre

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès