Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > Expliquons ensemble le « OUÈBE »

Expliquons ensemble le « OUÈBE »

Restons assis un instant de plus devant cette étrangeté qui nous pompe tout notre temps libre, ce fameux WEB. Qu’est-il vraiment, comment évolue notre rapport à celui-ci ? Telles sont les questions philosogeek auxquelles nous allons répondre de suite. (cette intro est à lire avec la voix de Guy Lagache)

D’abord, malgré l’amalgame courant, web n’est pas synonyme d’internet. Sur le plan morphosyntaxique il peut se placer tel un substitut adéquat, mais pas sur le plan sémantique... STOP ! Ne nous égarons pas. Web n’est donc pas égal à internet, disais-je. Internet est le terme plus technique désignant le réseau matériel, l’outil de connexion.

Le web qui, les fans de Spiderman vous le diront, signifie « toile » en anglish, symbolise le réseau fictif entre tous les sites internet, la toile tissée formant un tout, une unité cohérente.

Pourquoi dit-on Web 2.0 ?

Précisément, cet ensemble cohérent a évolué avec les années et la massification du phénomène internet. Lorsque vous étiez trop jeunots pour tchatter sur MSN 6.2, nous étions encore à l’ère préhistorique du Web 1.0, cette chose surannée où les sites étaient peu nombreux, faits par des professionnels. En clair, il y avait les sites pros (donc les entreprises), et les internautes (consommateurs). Aujourd’hui la chose est inconcevable, la frontière entre internautes et créateurs de contenus est infiniment fine, imperméable, car chaque utilisateur peut publier un article, créer son site (on sait de quoi qu’on parle ;) ) ou diffuser ses vidéos sur Youtube, Dailymotion et consorts. C’est précisément ça le Web 2.0, une toile créée par ses habitants, où tout est partageable (si vous faites bien attention, vous verrez que « share » est un mot très à la mode sur le web). D’où l’expansion du téléchargement illégal, partage de contenu entre les internautes, et le succès de Wikipédia.

 

local/cache-vignettes/L435xH308/trendlargegibe78-0df07.gif

C’est comme le métro, tous les matins chacun emprunte sa ligne habituelle.

A quand les versions 3 et 4 ?

Dès aujourd’hui cher lecteur ! Comme chacun le sait, les phénomènes se fanent rapidement, et d’autres fleurs poussent grâce aux feuilles déjà mortes du Web 2.0. C’est actuellement la poussée du Web 3.0, à savoir une utilisation d’internet personnalisée, individualisée. Ce n’est plus le web des cavernes, mais le web douillet, ergonomique, miroir de la vie de son internaute. Le grand partage, la surabondance de contenus se justifiait par la mise en place du système, comme si une immense communauté bâtissait le web. Or maintenant qu’il est très populaire, les grands sites tendent à fragmenter cette communauté, à pousser les utilisateurs à rester dans leur réseau. Facebook se situe entre le Web 2.0 et son grand frère, en ce qu’il fonde un réseau privé pour chaque membre, qui suivra ses amis, ses flux etc... Google impose petit à petit son « iGoogle », une page d’accueil reflet de l’internaute, avec sa météo locale, les informations qui le concernent etc... Apple quant à elle taille petit à petit son matériel sur mesure pour ses clients, qui choisissent leurs applications routinières.

Cette tendance suscite aujourd’hui de nombreuses inquiétudes. En effet, elle témoigne d’un repli sur soi, d’une individualisation de l’utilisation d’internet, en complète inadéquation avec ce que la chose était il y a quelques années. Unité et partage sont les parfaits contraires. Internet est sensé être la porte d’accès à une quantité inimaginable de culture, de diversité, alors que paradoxalement si cet effet cocooning s’installe, il n’y aura plus de curiosité chez l’internaute, il se focalisera seulement sur ses centres d’intérêt habituels, ses playlists, ses flux d’information, complètement hermétique à toute culture nouvelle...

Qu’en est-il du futur ?

Personne ne peut dire si ce narcissisme auparavant exhibé dans les blogs et se transformant actuellement en une exigence d’un web à son image tiendra la distance. En face une pulsion de solidarité se dessine sur les réseaux sociaux, dans lesquels les nombres d’adhérents à des pages et groupes se massifient, aiment à se reconnaître des points communs, des idées identiques (cf. les apéros facebook de ce printemps). Toujours est-il qu’on ne peut prédire l’avenir. Quoiqu’en regardant avec des jumelles on devine ce que sera le web 4.0 : un internet étendu sur de multiples supports, comme la télévision, le portable, la radio... à partir desquels on pourra commander d’autres objets reliés. Vertigineux, mais déjà réel dans les salons d’électronique ménager.

La réflexion est maintenant terminée, vous pouvez retourner à vos occupations favorites.


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (2 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • L'enfoiré L’enfoiré 17 juin 2010 13:12

    Bonjour,
     Le Web 1.0 date de 1993.
     On peut le définir comme vous le faites, relation entre fournisseurs et clients, mais c’est plus par ses limitations qu’on devrait le faire : du texte et des images, l’utilisation de l’HTML.
     Le Web 2.0 s’est vu étendu à beaucoup d’autres moyens de transférer de l’information, musique, vidéo.... la recherche par moteur de recherche.
     Le Web 3.0 si on lit ce que dit Wiki est déjà en retard.
     La version 4.0 pourrait être plus efficace encore du côté de l’accès à l’information par l’intermédiaire de l’Intelligence Artificielle. smiley
     
     


    • no_move no_move 17 juin 2010 14:37

      "....C’est précisément ça le Web 2.0, une toile créée par ses habitants, où tout est partageable...."

      sauf les revenus...


      • avshareli avshareli 18 juin 2010 08:12

        Merci Lilian pour cet article , on ne peut plus clair au sujet du « ouèbe ». J’ai enfin saisi quelques notions qui me dépassaient... il y en a encore beaucoup bien que je passe tout mon temps sur le web en utilisant internet ...


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès