Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > Fausse mort de Steve Jobs : à qui la faute ?

Fausse mort de Steve Jobs : à qui la faute ?

La fausse information de la mort de Steve Jobs diffusée par un site participatif américain créé par CNN a incité certains journalistes professionnels à mettre en cause aussitôt le « journalisme citoyen ».

C’est aller vite en besogne, car les médias « professionnels » ne sont pas les derniers à propager des fausses nouvelles, comme on l’a vu récemment encore.

Dans ce cas précis, on peut se demander aussi si cette fausse information n’a pas été reprise car elle venait d’un site de CNN. Certains soulignent aussi qu’elle ne s’est propagée que lorsqu’elle a été reprise par de gros blogs américains « mainstream ».

Scott Karp, enfin, en vient à l’essentiel : ce n’est pas la question du journalisme citoyen qui est en cause, c’est celle de l’absence totale de normes rédactionnelles de vérification dans des sites totalement ouverts.

Mais puisque le web dans sa globalité est un système ouvert, la vérification est-elle seulement possible ? Ne devrons-nous pas nous contenter à l’avenir de systèmes de vérification « relative », où la réputation de vérité tiendra lieu de « vérité faible » ?

L’annonce - fausse - de la mort de Steve Jobs, le patron d’Apple, le 3 octobre dernier sur le site participatif iReport (appartenant à CNN) fait couler de l’encre, après avoir provoqué un dévissage en bourse (passager) de l’action Apple, ce qui entraîne une enquête des autorités de surveillance des marchés.

Michael Arrington, sur TechCrunch (version française), se défend de vouloir « démolir cette forme de journalisme à cause d’un tel incident forcément inévitable », mais c’est tout de même un peu ce qu’il fait sous le titre « Du “Journalisme” citoyen qui fait trembler l’action d’Apple »...

La question semble mieux posée quand il s’interroge :

Cette nouvelle sur iReport a eu finalement plus de poids qu’une info lancée sur Twitter ou sur un blog traditionnel, justement parce que le service appartient à CNN. Les gens auraient tendance à faire aveuglement confiance à tout ce qui provient de CNN.

Comme quoi, ce ne serait déjà plus autant la « faute » du journalisme citoyen que ça...

Isabelle Hontebeyrie, sur LeBuzz.info, fait l’historique détaillé du déroulement de l’affaire et relève un beau florilège du lynchage immédiat du « journalisme citoyen » par la presse « installée » : « Le journalisme citoyen pourrait tenter de vous tuer », sur ZDnet, « Les dangers du journalisme citoyen ont été clairement étalés aujourd’hui », sur le blog d’un journaliste de la BBC, où l’agence Reuters qui souligne « les risques » pour les médias de puiser à la source du journalisme citoyen.

Rappelons les errements de la presse...

Isabelle Hontebeyrie rappelle - fort à propos -, qu’il y a peu, c’est l’agence Bloomberg qui publiait - par anticipation - la nécrologie du même Steve Jobs, qui n’attend plus dans ses fichiers qu’on y place qu’une date.

On rappellera, juste pour mémoire, que ce sont aussi des médias « traditionnels » qui annonçaient à tort récemment la mort de pascal Sevran (Europe1) ou d’un petit garçon bien vivant (TF1) et quelques autres « regrettables erreurs » de genre. Cf. sur novövision : « un festival de fausses nouvelles ».

Je ne me souviens pas avoir entendu chanter aussitôt « les risques » et « les dangers » de la presse professionnelle... dans la presse professionnelle. Il serait peut-être utile qu’elle s’interroge sur sa propension naturelle dans ce domaine à faire... deux poids deux mesures.

Le statut ambigu des blogs « mainstream »

Plus intéressant, Isabelle Hontebeyrie relève aussi la remarque d’Arnold Kim, de MacRumors.com, sur son blog : « La véritable raison pour laquelle ce billet est devenu une information est sa mention sur des blogs établis » (en l’occurrence le blog Silicon Alley Insider). Ce qui déplace la question partiellement du journalisme citoyen vers le statut, parfois ambigu, des gros blogs « mainstream », qui tendent à devenir pleinement des médias (sans en avoir toujours ni les pratiques ni les moyens...)

« La faillite des systèmes ouverts »

Plus pertinent encore, à mon sens, le journaliste blogueur Scott Karp, sur Publishing 2.0, voit dans cette affaire, plutôt qu’un défaut du journalisme citoyen en général, « une faillite des systèmes ouverts », en rappelant que Google ou Digg connaissent eux aussi des problèmes [1] :

Le problème avec le journalisme citoyen n’est pas de savoir qui est qualifié ou assez intelligent pour être journaliste. Il s’agit de confiance et de transparence. (...) Il y a une raison pour laquelle le journalisme a élaboré des normes pour le reportage, les sources, la vérification et la précision.

C’est parce que ces normes protègent les gens.

La devise promotionnelle du site en cause, iReport, est précisément : « Unedited. Unfiltered. News. » Une information « non éditée, non filtrée ».

De nouvelles organisations comme CNN qui ont déployé des systèmes totalement ouverts devraient réfléchir au préjudice potentiel qui peut découler d’avoir rejeté les normes rédactionnelles au nom de la participation ouverte. (...) Dire que tout le monde peut participer au journalisme ne signifie pas qu’il ne devrait pas y avoir de normes.

Scott Karp estime pour sa part qu’un travail de validation par des journalistes reste nécessaire. Mais on peut signaler tout de même qu’un site de journalisme citoyen comme Agoravox, pour sa part, a mis en place des procédures internes de validation. Ces procédures fonctionnent, puisqu’il arrive tout de même moins souvent à Agoravox d’annoncer des fausses morts que TF1 ou Europe1. 

L’enjeu de la vérification de l’information est donc bien crucial, mais c’est un faux débat que de pointer du doigt le journalisme citoyen. La question est celle des normes rédactionnelles, des procédures de vérification et la manière dont on les applique. Et ça concerne au même titre le journalisme citoyen... et le journalisme professionnel.

Un monde incertain de vérité « faible »

Deux directions sont mises en avant pour développer ces pratiques de validation de l’information qui circule en ligne : la validation a priori et celle a posteriori. Mais elles pourraient se révéler impraticables, ou insuffisantes...

La validation a priori, c’est celle du journalisme professionnel, dont les normes exigent une vérification avant la diffusion, et c’est celle aussi d’Agoravox, dont les articles sont validés par une équipe de modérateurs. Mais ces systèmes sont lourds et lents et, à moins de mettre en place un contrôle préalable sur le net, comme il en existe dans certaines dictatures, ils ne peuvent être généralisés à l’ensemble du net.

La validation a posteriori, c’est la logique de l’agrégation éditorialisée : des tiers (journalistes ou pas) effectuent un filtrage de l’information et proposent des liens vers une information validée (en appliquant des normes rédactionnelles affichées, auxquelles on peut se référer). Libre choix au lecteur ensuite d’utiliser ces filtres pour accéder aux contenus, ou de se jeter sur le net « sans filets »...

Mais les deux méthodes ne sauraient en réalité suffire, comme le souligne la philosophe Gloria Origgi :

Dans un environnement à forte densité informationnelle (...) la vérification directe de l’information n’est tout simplement pas possible à des coûts raisonnables.

La philosophe nous annonce un monde où « le contenu de l’information est incertain », car la vérification exhaustive et complète est désormais matériellement hors de portée. Notre seul recours est d’établir des systèmes de réputation :

Ma modeste prévision épistémologique est que l’Âge de l’information est en train d’être remplacé par un Âge de la réputation dans lequel la réputation de quelque chose – c’est-à-dire la manière dont les autres l’évaluent et la classent — est la seule manière dont nous pouvons tirer une information à son sujet.

Cela revient à dire que c’est à chaque internaute de contribuer à l’évaluation en ligne, à cette « vérification faible » de l’information en donnant une bonne ou une mauvaise réputation aux contenus qu’il consulte et aux sources dont ils proviennent... En sachant d’avance qu’un système de ce genre restera relatif et ne sera jamais parfaitement efficace.

C’est la voie que suggère Michael Arrington, sur TechCrunch, finalement :

Mais peut-être un site comme iReport devrait penser à filtrer davantage ce genre d’infos, tout simplement. Ils devraient aussi encourager les auteurs à utiliser leurs vrais noms ou mettre en place un système de réputation.

On n’en a pas fini avec la question de la vérification...


Lire aussi sur novövision :

[1] Récemment, la ré-indexation intempestive d’un article de presse ancien sur GoogleNews à propos d’une société cotée a provoqué une panique boursière.


Moyenne des avis sur cet article :  4.75/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

15 réactions à cet article    


  • Calito 7 octobre 2008 11:56

    Je suis désolé, mais si on prend le cas de figure d’une guerre, pour en parler, il faut aller sur place.
    Cela ne veux pas dire que les médias nous disent la vérité alors qu’un journaliste citoyen ment.
    Je pense d’ailleurs que l’information des médias est largement bidon.

    MAIS, MAIS MAIS, cela ne change rien au fait qu’un journaliste citoyen, qui ne vérifie pas ses sources, ne va pas sur le, terrain, n’est pas crédible. Il donne son opinion (le plus souvent en réaction à l’opinion générale, sinon il ne dit rien).

    Ce n’est pas parce que les journalistes pro ne respectent pas leurs engagements que cela donne un quitus au journaliste citoyen pour raconter n’importe quoi.

    On est journaliste ou on ne l’est pas. Point barre. Ca s’arrête la.
    Le "citoyen" c’est de l’attrappe gogo, de la faltterie, inventée par des ordures qui font du fric sur le travail des autres. Je le dis comme je le pense.


    • mikaboom 7 octobre 2008 12:32

       Si j’avais voulu commenter cet article, je n’aurais pas fait mieux.

      Bravo Calito.


    • RilaX RilaX 8 octobre 2008 09:38

      Le journalisme, ce n’est pas QUE rapporter des faits. Il existe (existait ?) le journalisme d’investigation, qui faisait une analyse de faits pour en tirer des conclusions. Les journalistes professionnels ont assez largement délaissé cet aspect du journalisme. Ce n’est pas forcement le choix des journalistes d’ailleurs, mais la n’est pas le sujet.

      Le "journaliste citoyen" ne fait que de l’investigation a partir de toutes les sources disponible sur internet. Ces 2 types de journalismes sont donc, selon moi, parfaitement complementaire.


    • morice morice 7 octobre 2008 12:58

       Cela ne veux pas dire que les médias nous disent la vérité alors qu’un journaliste citoyen ment. 

      si si, vous le dites, et ici... d’ailleurs votre rêve c’est qu’il parle comme vous UNIQUEMENT.

      Ce n’est pas parce que les journalistes pro ne respectent pas leurs engagements que cela donne un quitus au journaliste citoyen pour raconter n’importe quoi. 


      l’avion de Fossett fais donc bien 126 mètres de long. Super.

      Le "citoyen" c’est de l’attrappe gogo, de la faltterie, inventée par des ordures qui font du fric sur le travail des autres. Je le dis comme je le pense.

      et un propagandiste du sionisme, c’est quoi ? un soldat avancé ?


      • morice morice 7 octobre 2008 13:00

         "L’annonce de ma mort est un peu prématurée" à dit Jobs. Toute la classe du personnage (et sa culture).


      • morice morice 7 octobre 2008 13:02

         MAIS, MAIS MAIS, cela ne change rien au fait qu’un journaliste citoyen, qui ne vérifie pas ses sources, ne va pas sur le, terrain, n’est pas crédible. Il donne son opinion (le plus souvent en réaction à l’opinion générale, sinon il ne dit rien). 

        calimito (ou calimytho) a sa façon de faire : "j’ai un ami au monde", "j’ai un ami policier"...etc. notre homme est hautement crédible, lui. En propageant des rumeurs d’antisémitisme supposé, il fait acte de posteur de site démocratique, il n’y a pas... sacré mytho, va...


      • Calito 7 octobre 2008 13:25

        Euh morice....
        Vous pouvez m’expliquer à quoi ca rime de me harceler en me traitant de sioniste ?
        J’ai déposé une plainte auprès d’agoravox pour incitation à la haine raciale.

        Si mes opinions sur le journalisme citoyen ne sont pas les votres, merci de les respecter.

        Par respect pour l’auteur de cet article, je vous prie de sortir.


      • Calito 7 octobre 2008 13:29

        "Cela ne veux pas dire que les médias nous disent la vérité alors qu’un journaliste citoyen ment.

        si si, vous le dites, et ici... d’ailleurs votre rêve c’est qu’il parle comme vous UNIQUEMENT. "

        Vous n’êtes pas journaliste Morice, si c’est ce que vous entendez. Dois-je vous rapeller que vous avez annoncé la mort d’ingrid betancourt et donné 3 dates d’attaque de l’iran par les USA.... Vous avez aussi annoncé que jimmy carter coupait des cables sous marins, et cerise sur le gateua, vous avez décrété qu’un noir exhbubérant ne peut être qu’un agent de la CIA.

        Bref, vous êtes l’auteur le plus ridiculeusement amateur de ce site.

        Vérifiez vos sources, cela vous évitera d’écrire des anneries.

        Je renouvelle ma demande. Sortez.


      • morice morice 7 octobre 2008 15:24

         par Calito (IP:xxx.x8.53.109) le 7 octobre 2008 à 13H25 

         
        Euh morice.... 
        Vous pouvez m’expliquer à quoi ca rime de me harceler en me traitant de sioniste ? 
        J’ai déposé une plainte auprès d’agoravox pour incitation à la haine raciale


        Calito valderama Je suis athé politiquement et juif ethniquement. Je vis actuellement en Judée-Samarie, terre sauvage que nous civilisons tant bien que mal depuis 60 ans. Rangez moi à gauche ou à droite selon vos opinions... ca m’amuse.

        que nous civilisons : sionisme, ou alors je suis pape....

        VOUS m’attaquez depuis plus d’un an sous plus de 100 pseudos différents et vous OSEZ parler de "harcèlement" ??? vous ne manquez pas d’air là...


        • morice morice 7 octobre 2008 15:39

           Dois-je vous rapeller que vous avez annoncé la mort d’ingrid betancourt 

          jamais de la vie. Mensonge. C’est là, on peut vérifier... et je connais des amis que vous ne connaissez pas, qui ont failli faire pire...

          et donné 3 dates d’attaque de l’iran par les USA

          et expliqué pourquoi ça s’est pas fait et comment vos copains s’en occupent... en ce moment même....

          Vous avez aussi annoncé que jimmy carter coupait des cables sous marins, 

          Euh LE Jimmy Carter, c’est le NOM du sous-marin, imbécile ! vos sources sont nazes : vous confondez un président des Etats-Unis avec un submersible de plus de 100M votre vue baisse à ce point ?

          Vérifiez vos sources, cela vous évitera d’écrire des anneries. 
          vérifiez votre orthographe, ça vous évitera de mal écrire ânerie.

          CELA FAIT PLUS d’UN AN que vous me poursuivez, sous le nom de Bretzel et plus de 100 pseudos depuis, à la suite d’un article sur l’extrême droite ayant attenté à la vie d’’un avocat, dont le bureau était sur le même palier que celui du mémorial de la Shoah : vous avez démarré là. Vous avez quelque chose à vous reprocher dans cet attentat ???? La coïncidence de vos interventions est assez exceptionnelle...


        • Bézu de Tourcoing 7 octobre 2008 16:08

           ne répondez pas au troll raciste "morice" 

          Merci



          • Vinrouge 7 octobre 2008 19:17

            J’ai bien peur que cette chère Gloria n’est pas inventé grand chose, et qu’en effet, sa contribution restera très modeste smiley :
            pourquoi Le Monde est-il plus respecté que TF1, le New York Times que Fox News, le Times que The Sun, etc. ? parce qu’ils ont meilleure réputation !


            • lowlow007 lowlow007 7 octobre 2008 23:59

              Arf, j’ai trop fumé, j’ai cru à un moment que microsoft avait racheté apple, hahahahaha, ouffff...


              • Asp Explorer Asp Explorer 8 octobre 2008 07:34

                Heureusement qu’il existe des sites comme Agoravox qui invitent les internautes à vérifier et revérifier toute information qui les atteint. Il faut dire que le nombre affolant de bobards et de fariboles sectoïdes qu’y déverse quotidiennement l’habituel bataillon d’illuminés monomaniaques ne peut qu’enseigner la circonspection.


                • Halman Halman 12 octobre 2008 12:35

                  Quelle bande de charlots.

                  Vous parlez de la manière de traiter l’information.

                  Mais du gars, mort ou pas, c’est pas votre problème.

                  Bande de rats.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès