Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > Fin de la pub : Mitterrand, précurseurs, Sénat et désintérêt

Fin de la pub : Mitterrand, précurseurs, Sénat et désintérêt

Le 5 février 2008, presque un mois après l’annonce de la suppression de la publicité par le président de la République, et à deux jours des nouvelles annonces du gouvernement sur le sujet, où en est-on ?

Après un mois de rebondissements et d’effets d’annonces, l’unique info en ce jour de février est la confirmation par Frédéric Mitterrand de la création d’une commission chargée de travailler sur la réforme de l’audiovisuel public. Mais aucune annonce n’est évidemment prévue avant quelques jours. Reste donc à attendre cette fameuse réunion de travail prévue jeudi par le gouvernement pour espérer que les choses bougent, en attendant bien sûr la grève du 13 février et les annonces de Christine Albanel, qui concernent très probablement la création d’une commission présidée par Frédéric Mitterrand. Oui, on tourne en rond.

Du coup, les médias se prêtent au jeu de l’analyse et de l’enquête. En guise d’apéritif, MédiaPart déterre quelques cadavres et révèle que, sous Jospin, un projet équivalent avait finalement eut le droit à la trappe après que ses ambitions eurent été plusieurs fois revues à la baisse. Trop cher, trop risqué en termes d’image pour la gauche, le projet de Catherine Trautmann, ministre de la Culture de l’époque, a été sacrifié, la question du financement s’étant révélée indémêlable.

Le Fameux Financement. Ce fut l’un des sujets abordés lors d’une table ronde sur les réformes du secteur de l’audiovisuel organisée au Sénat et rediffusée sur la chaîne parlementaire. Les deux thématiques abordées étaient l’avenir de l’audiovisuel public ainsi que les relations entre producteurs et diffuseurs. Pas de quoi sauter au plafond en ce qui concerne la suppression de la pub ceci dit : les différents secteurs représentés (SACD, Alliance TICS, Simavelec, syndicats de producteurs...) se sont contentés d’afficher leurs positions et de défendre leur beurre. Mention spéciale au représentant de la Simavelec, qui s’est plaint des cycles de renouvellement longs dans la vente de postes de télévisions pour tordre le coup à toute velléité de taxe sur son commerce, alors que ses projections lui donnent une croissance à deux chiffres pour 2008.

Nos différents représentants sont quand même unanimes : que l’Etat et France Télévisions se débrouillent avec la redevance, qui après tout est faite pour ça. Mais attention : qu’ils n’espèrent pas atteindre leurs objectifs en laissant le groupe public à la merci d’un sous-financement. Signalons pour clore cette table ronde que le Grand PAF du Bon Mot revient ce soir au directeur général de la SACD, qui a salué le "Concours Lépine de la taxe" disputé depuis les annonces du 8 janvier. Et n’oublions pas le flegme de Patrick de Carolis, imperturbable malgré la tempête qui fait rage autour de lui.

La suite du débat sur les relations producteurs/diffuseurs aura, elle, débuté sur un échange de piques entre Nonce Paolini (Big Boss TF1) et Nicolas de Tavernost (Big Boss M6) côté privé et Alain Duhamel (DG Antenne FTV) côté public. Arte s’est en effet écarté du débat après être revenu sur sa segmentation et ses objectifs, bien distincts de ceux de France Télévisions. Quant au conseiller du président de Canal+, il n’a rien développé d’intéressant avant que Public Sénat ne rende l’antenne, et comme j’avais entendu suffisamment de doléances, j’ai soigneusement évité de regarder la fin sur leur site web.

Reste donc Public et Privé sur le ring. Privé a pris à coeur de défendre la qualité de ses émissions, avant de tenter de pousser le Public dans les cordes. Pas désarçonné, Alain Duhamel a pris note de l’invitation polie de TF1 à se concentrer sur le curling plutôt que le foot (nous y reviendrons), et à fort justement rappelé que le Privé n’est en aucun cas chargé de la programmation sur France Télévisions. Evidemment, le Privé a rappelé qu’il étouffait sous les réglementations, nonobstant les recettes supplémentaires qu’ils peuvent attendre... Enfin, surtout M6 quand on y réfléchit, vu que le taux de remplissage des espaces chez TF1 doit avoisiner les 90 %.

Au fil des monologues et échanges, Nicolas de Tavernost est donc finalement resté légèrement en retrait, mais néanmoins fidèle à ses déclarations précédentes, tandis que Nonce Paolini a défendu le contenu des programmes de la Une, et le patron de TF1 d’afficher son ambition à faire évoluer la qualité de ses programmes. Pour la petite histoire, ça n’a pas empêché la Une de présenter, off, ses exigences au cabinet de Christine Albanel. Des mesures édifiantes, comme la limitation des dépenses de l’audiovisuel public dans le sport, ou encore un malus pour la diffusion de programmes "légers". On croit rêver...

D’autant que, concrètement, les Français s’en cognent royalement de toute cette affaire : les médiateurs se lamentent, le blog de l’intersyndicale reste plus un panneau d’affichage qu’un lieu de débats constructifs, reste le forum du gouvernement qui rattrape le coup. Tant pis pour les téléspectateurs : qu’ils ne viennent pas râler quand la redevance augmentera.

Parce que oui : la solution la plus simple pour régler le problème du financement de France Télévisions reste la revalorisation d’une redevance figée depuis plusieurs années. D’autant que notre redevance reste l’une des plus faibles d’Europe, et que la création d’une ou plusieurs taxes est difficilement justifiable pour certains secteurs (qui a un TVphone portable aujourd’hui ?), et difficilement acceptable par d’autres (TF1 et M6 pourraient devenir vindicatifs). Non, sérieusement, à moins que je trouve un moyen pour mettre en oeuvre mon idée de financement pour l’audiovisuel public, la redevance vaincra.


Moyenne des avis sur cet article :  2.6/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • tvargentine.com lerma 14 février 2008 13:16

    Le mieux serait de privatiser à 100% FRANCE2 et privatiser FRANCE3 aux médias régionaux

    L’argent qui serait récupéré pourrait financer des projets technologiques ou tous simplement les projets de santé public

     


    • wizi 14 février 2008 18:07

      Je pense que le plus simple, ce serait de taxer les publicités des chaînes privées.

      C’est une des seules solutions pour que ce ne soit pas encore les citoyens qui mettent la main à la poche ! (et les "poches" de 90% des citoyens sont deja pratiquement vide...) Ce serait par ailleurs une solution juste, car les chaînes privées vont voir leurs revenus augmenter suite à cette décision de notre monarque (on se demande même s’il ne la pas prise uniquement pour aider son copain de tf1&co pour les services rendus pour son élection)

      Malheureusement, je pense qu’on va encore prendre un peu plus aux français moyens (redevance et/ou taxe sur net, tv, telephonne...), de toute façon, on commence presque à avoir l’habitude de sortir la vaseline...

      Et tout ça pour une mesure pas spécialement plébicitée par la majorité de nos compatriotes. Si on met une nouvelle taxe, autant que ces 900 millions d’euros servent à quelquechose de plus utile et urgent (santé, aide aux pme, éducation, relance de la consommation, cadeau fiscal aux français moyens et pauvres lol, ce ne sont pas les choix qui manquent...)


      • poissonpilote22 18 février 2008 12:17

        S’il est certain que certaines émissions du servcie public ne sont que des rentes de situation pour quelques producteurs et une sorte de RMI pour certains artistes (qui leur en voudrait) il faut tout de même reconnaitre que les émissions du servcie public traite avec plus de sérieux l’actualité. (ors Canal plus)

        Mais dans cfette histoire, il est impressionnant de constater l’oubli général du devenir des employés de France Télévision publicité qui ont appris leur licenciement à la télévision.

        Mais que fait le ministre de l’emploi ???

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès