Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > Florence Cassez ou une cause pour une France qui sombre dans le (...)

Florence Cassez ou une cause pour une France qui sombre dans le ridicule

  • Le 23 janvier 2013, les troupes françaises continuent à se battre au Mali. Les terroristes islamistes menacent la France de nouveaux attentats... Les médias s’en fichent.
  • Le 23 janvier 2013, la Cour des Comptes publie un rapport qui est une menace pour l’indemnisation des chômeurs... Les médias s’en fichent.
  • Le 23 janvier 2013, on apprend que Bernard Arnault, principal actionnaire du Groupe LVMH considéré comme l’homme le plus riche de France, aurait transféré, depuis décembre 2011, la quasi totalité de sa fortune en Belgique... Les médias s’en fichent. (C’était bien la peine de tant gloser à propos du semi exil de Gérard Depardieu en Russie)
  • Le 23 janvier 2013, une source judiciaire relate que Patrick Strzoda, le préfet de Corse, a été menacé de mort... Les médias s’en fichent.
  • Le 23 janvier 2013, plusieurs salariés de Florange tentent de s’enchaîner aux grilles d’une fenêtre de Matignon pour dénoncer l’accord entre le gouvernement et Arcelor-Mittal. Ils en sont délogés sans ménagement, et, je ne le jurerai pas mais, il me semble bien en effet avoir vu s’abattre des matraques sur les manifestants lors du bref reportage télévisé. Bref, parce que, là aussi... Les médias s’en fichent.

Le 23 janvier 2013, les médias se fichent de tout ce qui n’est pas Florence Cassez. Les médias sont en transe. Les médias retiennent leur souffle dans l’attente de la seule information qui importe : Florence Cassez va-t-elle enfin recouvrer la liberté ?

Mais qui est donc cette Florence Cassez qui suscite tant d’intérêt ?
Vraiment, si vous ne le savez pas, c’est que vous venez de vous réveiller après vous être fait cryogénisé ces huit dernières années. Une répétition avant de choisir ce mode de conservation pendant que vous êtes encore dans la force de l’âge afin d’éviter un funeste décès définitif et sans appel et attendre ainsi l’âge d’or prévu à l’avénement de l’ère du verseau.

Pour vous, le seul qui l’ignorez, je vais faire un court résumé de ce qui, depuis 7 ans, s’appelle l’affaire « Florence Cassez ».

  • C’est l’histoire d’une jeune femme qui, en mars 2003, alors qu’elle est âgée de 29 ans, s’installe à Mexico, où elle a rejoint son frère, pour y travailler.

- En octobre 2004, elle rencontre un certain Israël Vallarta avec lequel elle entretient une relation qui serait purement amicale.


- Le 08 décembre 2005, elle et son compagnon (qu’on lui dira être soupçonné d’enlèvements) sont arrêtés dans un endroit du nom de Topilejo. Elle restera maintenue dans une camionnette, en plein centre de Mexico, entre les mains des agents de l’AFI, l’Agence Fédérale d’Investigation, jusqu’au 9 Décembre 2005 au matin.
- S’ensuit une succession de faits rapportés qui n’apportent ni preuves ni démentis concernant une éventuelle complicité de Florence Cassez quant à sa participation aux délits crapuleux reprochés à son compagnon : reportage télévisé d’une arrestation filmée le 09 décembre dans le ranch d’Israël Vallarta soit le lendemain de l’arrestation réelle qui s’est déroulée à Topilejo (?), des otages qui ne la reconnaissent pas puis la reconnaissent (?),...
- Toujours est-il qu’après ces séries d’enquêtes avec dépositions et témoignages contradictoires, Florence Cassez sera condamnée à 4 fois 20 ans d’emprisonnement pour enlèvement, 8 ans pour association de malfaiteurs, 4 ans pour détention d’armes, 4 ans pour détention de munitions. Condamnation qui sera par la suite ramenée à 60 ans de réclusion incompressibles.

C’est alors que Florence Cassez devient une « cause à défendre ». Ce à quoi s’emploient diverses associations - ce qui est tout à fait normal et louable venant de personnes persuadées de son innocence - mais surtout notre Sarko-Zorro, redresseur de torts et défenseur de tous les citoyens français (mais surtout ceux qui sont détenus sur des sols étrangers).
Il serait même prêt à déclarer la guerre au Président Caldéron pour faire libérer Florence Cassez, notre valeureux président Tsarkosi Ier, s’il n’était aussi occupé à en découdre avec Mouammar Kadhafi, son ex copain lybien, puis avec la campagne présidentielle pour les élections de 2012.

C’est Hollande qui remporte l’élection et, avec la charge de président de la république, la charge de continuer les interventions de la France pour obtenir la libération de Florence Cassez devenue martyre nationale après 7 ans d’emprisonnement dans les geôles mexicaines.

Le 23 janvier 2013 en soirée, l’impatiente patience des médias est récompensée quand la nouvelle leur parvient, enfin, de leurs reporters envoyés manu militari au Mexique avec mission pour chacun d’être le premier ou la première à annoncer le sort réservé à l’héroïne de la saga. Florence Cassez est libre. Florence Cassez va rentrer en France.
Tout prend alors des proportions délirantes.
Les reporters emboîtent le pas à Florence Cassez, prennent l’avion avec Florence Cassez, commentent avec leurs confrères des télévisions et radios en poste à Paris, son arrivée à Roissy où elle est accueillie par sa famille (ce qui est normal) ainsi que par le ministre des affaires étrangères, Laurent Fabius, et le ministre des transports (de joie ?), Frédéric Cuvillier. Nicolas Sarkozy se dit très ému après s’être entretenu avec elle au téléphone. Les associations de défense préparent des gueuletons. Alain Delon, qui avait fait applaudir Florence Cassez (« Une femme exceptionnelle qui souffre beaucoup ») lors de la cérémonie de Miss France 2011, produit ses larmes aux yeux radiophoniques sur RTL. François Hollande prépare une réception à l’Élysée pour le lendemain. (Ne surtout pas laisser refroidir la sauce).

Et moi, je m’agace de tout cet étalage de médiatisation.
Si Florence Cassez n’a effectivement commis aucun acte répréhensible, il est bien qu’elle ait été libérée et rendue à sa famille.
Mais, comme tout le monde, j’ignore si elle est coupable ou innocente de ce dont l’accuse la justice mexicaine. Aussi je m’irrite qu’on la fête comme si elle avait accompli un acte héroïque alors que ce n’est jamais qu’une femme ordinaire impliquée dans une sordide affaire de séquestrations de personnes en vue d’en obtenir des rançons.

Mes instituteurs nous apprenaient à exalter la mémoire d’une Jeanne d’Arc ou d’une Jeanne Hachette. Mes parents portaient aux nues des femmes comme Lucie Aubrac ou Hélène Studler. Les personnes de ma génération admirent une femme comme Simone Veil. Les médias, qui s’emploient à nous faire porter aux nues Florence Cassez, font de la France d’aujourd’hui une nation qui se couvre de ridicule.


Les réactions les plus appréciées

  • Fergus (---.---.---.28) 25 janvier 2013 14:02
    Fergus

    Re-bonjour, La râleuse.

    Un grand merci pour cet excellent article qui remet les pendules à l’heure. Après un résumé sobre et objectif de l’affaire Cassez, c’est un réquisitoire sur le comportement des classes politique et médiatique de ce pays que vous nous livrez. Et vous avez raison : rarement on n’avait atteint un tel niveau d’indécence et de récupération politique. Mais comme le suggère en creux votre conclusion, notre pays a les héros qu’il mérite. Oui, « notre nation se couvre de ridicule ».

    Cordialement.

  • amiaplacidus (---.---.---.58) 25 janvier 2013 14:29
    amiaplacidus

    F. Cassez n’a absolument pas été acquittée, la cour suprême mexicaine ne s’est pas prononcée sur le fond de l’affaire, mais sur la forme. F. Cassez a été libérée à cause de vices de procédure*.

    Maintenant, j’ai beaucoup de peine à croire que F. Cassez soit d’une blancheur immaculée. Rappelons qu’elle a vécu plus d’une année dans un ranch isolé, où étaient détenus une demi-douzaine d’otages, n’aurait-elle rien vu ? Ne s’est-elle posé aucune question sur la provenance de l’argent, sur la raison d’acheter autant de provisions ? Etc.

    Pour le moins, elle est coupable de bêtise crasse, mais, évidemment, la con*rie n’est pas un délit.

    Il y a aussi une chose qui me dérange. En prison, elle a pu recevoir des journalistes, téléphoner un peu comme elle le voulait, chose impensable en France. Et, surtout, mon expérience de visiteur de prison me permet de l’affirmer, après 7 ans de détention, à sa libération, je peux vous affirmer qu’un détenu français, s’il est heureux, n’a pas le sourire que l’on peut voir à F. Cassez, et certainement pas le bon état physique qui semble être le sien. Il y a vraiment des choses bizarres.

    F. Cassez aurait un moyen assez simple de commencer à nous convaincre de son innocence.
    Admettons que, comme elle et son avocat le proclament, elle a été reconnue innocente, l’administration mexicaine, en l’enfermant, s’est donc rendue coupable de détention arbitraire.
    Alors, que F. Cassez intente un procès contre l’État mexicain et qu’elle assiste, au Mexique, aux audiences de ce procès. Ce serait un bon moyen de dissiper les doutes que nous ne pouvons manquer d’avoir.

    Parce le fait qu’elle ait toujours proclamé son innocence est loin d’être une preuve. C’est peut-être tout simplement la mise en œuvre du célèbre adage des malfrats  : « n’avoue jamais ».

    Maintenant, que des personnages politiques (de quelque bord que ce soit, utilisent un fait divers pour se faire mousser, je trouve cela nauséabond ; à me faire espérer qu’une preuve de culpabilité sorte un jour afin de leur mettre le nez dans le caca de leurs machinations à la c*n.

    ----

    * Tout comme le fait la justice française. C’est une constante de la justice en général : un vice de procédure annule tout ou partie de la procédure, sans que l’on juge sur le fond.
    Il y a plusieurs mois, un malfrats récidiviste et dont la culpabilité ne faisait guère de doute a été libéré dans les Alpes-maritimes, à cause d’un vice de procédure.
    Ce sont sans doute les mêmes qui, à l’époque, dénonçaient la justice française libérant un gangster, qui, maintenant, transforment F. Cassez en héroïne ! Allez savoir pourquoi ...

  • Rémy Mahoudeaux (---.---.---.97) 25 janvier 2013 13:20

    Bravo

    Bien que n’étant pas accro aux média télévisuel/radio, le taux d’occupation de Florence Cassez aurait tendance à m’indisposer. A la liste des choses importantes qui sont occultées, il y a le désir du Royaume Uni de quitter l’UE, le clivage profond de la société sur le mariage et l’adoption homo, la non-réforme du système bancaire ... et d’autres ajouteront d’autres sujets. 
    Si parmi les réalités ou pseudo réalités objectives qui sont à notre portée, il y a le bidonnage des preuves et la lourdeur excessive de sa condamnation, je ne vois pas en quoi sa libération lui confèrerait un brevet de sainteté, un prix nobel, la légion d’honneur, etc ... Rien qui justifie d’un tel tapis rouge. 
    Je suis sans doute un esprit chagrin et soupçonneux d’imaginer que le pouvoir et les médias se jettent sur la première diversion venue pour ne pas aborder les sujets qui fâchent. 
    Subsance over form. La forme prévaut sur le fonds. C’est la loi actuelle, et je me sens incapable de m’y conformer. 
  • La râleuse (---.---.---.115) 25 janvier 2013 13:36
    La râleuse

    Merci pour l’intérêt que vous manifestez pour cet article, Loatse.
    Ainsi que vous l’aurez remarqué, parce que j’estime que vouloir sortir de prison, que l’on soit innocent ou coupable, est humain, je critique moins Florence Cassez que ces médias qui se fichent totalement de ce qui est bien ou mal, moral ou immoral, mais ne songent qu’à leur record d’audience.


Réagissez à l'article

65 réactions à cet article

  • Loatse (---.---.---.42) 25 janvier 2013 13:09
    Loatse

    Une affaire bien compliquée...

    D’après certains médias, le frère de florence cassez aurait été en affaire avec ces personnes..d’ou la rencontre avec le fameux israel Vallarta, le présumé compagnon et chef de gang qu’elle aurait fréquenté pendant 1 an.. elle aurait vécu quelques temps dans le ranch ou les otages étaient retenus, ceux ci notamment une femme auraient été violentés.. par crainte de réprésailles, cette famille enlevée n’impliqua pas florence cassez..
    Puis après avoir demandé et obtenu asile aux états unis, retournement de situation, Florence cassez est nommément citée comme ayant participé activement à ces activités..

    http://zebrastationpolaire.over-blog.com/article-28904938.html

    Pour d’autre médias, cette arrestation est un coup médiatique monté de toutes pièces afin de démontrer que la police mexicaine obtient des résultats en matière d’arrestations de preneurs d’otage.. Florence cassez n’auraient mis les pieds qu’une fois au ranch, aurait ignoré les activités de son compagnon qui ne l’est plus donc et on va jusqu’à dire que le groupe de ranconneurs appelé groupe du zodiaque a été fabriqué de toute pièce.. que d’otages il n’y a pas, il n’y a jamais eu... le fameux chef, israel vallarta quand à lui, n’a toujours pas été jugé à ce jour bien qu’emprisonné...

    Du lourd quoi...

    La demoiselle attendait la présence de « nicolas » à l’aéroport, elle a dû être décue... quoiqu’il en soit cette affaire est encore pleine de zone d’ombres, médiatiquement c’est un scoop cette libération donc cela occulte le reste de l’actualité pendant quelques jours.. Une belle histoire qui fait vendre du papier, fait de l’audience... il ne faut pas chercher plus loin.

    • La râleuse (---.---.---.115) 25 janvier 2013 13:36
      La râleuse

      Merci pour l’intérêt que vous manifestez pour cet article, Loatse.
      Ainsi que vous l’aurez remarqué, parce que j’estime que vouloir sortir de prison, que l’on soit innocent ou coupable, est humain, je critique moins Florence Cassez que ces médias qui se fichent totalement de ce qui est bien ou mal, moral ou immoral, mais ne songent qu’à leur record d’audience.

    • amiaplacidus (---.---.---.58) 25 janvier 2013 14:29
      amiaplacidus

      F. Cassez n’a absolument pas été acquittée, la cour suprême mexicaine ne s’est pas prononcée sur le fond de l’affaire, mais sur la forme. F. Cassez a été libérée à cause de vices de procédure*.

      Maintenant, j’ai beaucoup de peine à croire que F. Cassez soit d’une blancheur immaculée. Rappelons qu’elle a vécu plus d’une année dans un ranch isolé, où étaient détenus une demi-douzaine d’otages, n’aurait-elle rien vu ? Ne s’est-elle posé aucune question sur la provenance de l’argent, sur la raison d’acheter autant de provisions ? Etc.

      Pour le moins, elle est coupable de bêtise crasse, mais, évidemment, la con*rie n’est pas un délit.

      Il y a aussi une chose qui me dérange. En prison, elle a pu recevoir des journalistes, téléphoner un peu comme elle le voulait, chose impensable en France. Et, surtout, mon expérience de visiteur de prison me permet de l’affirmer, après 7 ans de détention, à sa libération, je peux vous affirmer qu’un détenu français, s’il est heureux, n’a pas le sourire que l’on peut voir à F. Cassez, et certainement pas le bon état physique qui semble être le sien. Il y a vraiment des choses bizarres.

      F. Cassez aurait un moyen assez simple de commencer à nous convaincre de son innocence.
      Admettons que, comme elle et son avocat le proclament, elle a été reconnue innocente, l’administration mexicaine, en l’enfermant, s’est donc rendue coupable de détention arbitraire.
      Alors, que F. Cassez intente un procès contre l’État mexicain et qu’elle assiste, au Mexique, aux audiences de ce procès. Ce serait un bon moyen de dissiper les doutes que nous ne pouvons manquer d’avoir.

      Parce le fait qu’elle ait toujours proclamé son innocence est loin d’être une preuve. C’est peut-être tout simplement la mise en œuvre du célèbre adage des malfrats  : « n’avoue jamais ».

      Maintenant, que des personnages politiques (de quelque bord que ce soit, utilisent un fait divers pour se faire mousser, je trouve cela nauséabond ; à me faire espérer qu’une preuve de culpabilité sorte un jour afin de leur mettre le nez dans le caca de leurs machinations à la c*n.

      ----

      * Tout comme le fait la justice française. C’est une constante de la justice en général : un vice de procédure annule tout ou partie de la procédure, sans que l’on juge sur le fond.
      Il y a plusieurs mois, un malfrats récidiviste et dont la culpabilité ne faisait guère de doute a été libéré dans les Alpes-maritimes, à cause d’un vice de procédure.
      Ce sont sans doute les mêmes qui, à l’époque, dénonçaient la justice française libérant un gangster, qui, maintenant, transforment F. Cassez en héroïne ! Allez savoir pourquoi ...

  • Rémy Mahoudeaux (---.---.---.97) 25 janvier 2013 13:20

    Bravo

    Bien que n’étant pas accro aux média télévisuel/radio, le taux d’occupation de Florence Cassez aurait tendance à m’indisposer. A la liste des choses importantes qui sont occultées, il y a le désir du Royaume Uni de quitter l’UE, le clivage profond de la société sur le mariage et l’adoption homo, la non-réforme du système bancaire ... et d’autres ajouteront d’autres sujets. 
    Si parmi les réalités ou pseudo réalités objectives qui sont à notre portée, il y a le bidonnage des preuves et la lourdeur excessive de sa condamnation, je ne vois pas en quoi sa libération lui confèrerait un brevet de sainteté, un prix nobel, la légion d’honneur, etc ... Rien qui justifie d’un tel tapis rouge. 
    Je suis sans doute un esprit chagrin et soupçonneux d’imaginer que le pouvoir et les médias se jettent sur la première diversion venue pour ne pas aborder les sujets qui fâchent. 
    Subsance over form. La forme prévaut sur le fonds. C’est la loi actuelle, et je me sens incapable de m’y conformer. 
    • La râleuse (---.---.---.115) 25 janvier 2013 13:38
      La râleuse

      Merci Rémy d’avoir pris le temps de prendre connaissance de mon article.
      J’abonde totalement dans votre sens et, tout comme vous, soupçonne fort les médias de n’être pas aussi impartiaux qu’il serait souhaitable.
      Cordialement,

  • Fergus (---.---.---.28) 25 janvier 2013 14:02
    Fergus

    Re-bonjour, La râleuse.

    Un grand merci pour cet excellent article qui remet les pendules à l’heure. Après un résumé sobre et objectif de l’affaire Cassez, c’est un réquisitoire sur le comportement des classes politique et médiatique de ce pays que vous nous livrez. Et vous avez raison : rarement on n’avait atteint un tel niveau d’indécence et de récupération politique. Mais comme le suggère en creux votre conclusion, notre pays a les héros qu’il mérite. Oui, « notre nation se couvre de ridicule ».

    Cordialement.

  • Gabriel (---.---.---.98) 25 janvier 2013 14:04
    Gabriel

    Bonjour la râleuse,

    Le transfert des valeurs sur l’immédiat, l’instantané, le passionnel au détriment du rationnel est effectif et fonctionnel depuis qu’une majorité de la population, bien lavée et rincée médiatiquement par une corporation qui n’a de journaliste que l’appellation, réagit au moindre fait divers. L’information est devenu un bien de consommation qu’il faut rentabiliser. Celle-ci n’est intéressante, d’après les dirigeants de la corporation, que par ce qu’elle apporte en terme d’audience et non par son importance ou sa valeur intrinsèque. La vérité n’est plus le critère ou le serment d’Hippocrate des scribouillards ou des têtes à brushing des différents journaux, leurs leitmotivs c’est le sensationnel même si c’est une coquille vide, ils seront vous l’a remplir. La passion sans la raison et avant que vous ayez eu le temps de réfléchir calmement, posément sur le sujet, ils vous donneront un autre os à ronger. Voilà, c’est comme ça, pendant que la société s’entredéchire sur le mariage pour tous ou le départ d’un acteur, des millions de personnes non plus de travail, de logement, de quoi se soigner ou de quoi se nourrir mais cela, ce n’est pas vendeur et pour que la population continue sa sieste intellectuelle rien de mieux que des contre feux… Pour Mme Cassez, je ne peux que me réjouir de sa libération, espérant qu’elle soit innocente.

  • oncle archibald (---.---.---.124) 25 janvier 2013 14:16

    La seule certitude dans cette triste affaire c’est le montage médiatique de l’arrestation de la donzelle et les ptressions sur les témoins, des faits hélas très communs au Mexique si l’on se fie aux divers rapports de Amnesty International.

    Son jugement prononcé dans ce contexte de montage policier a été cassé, c’est très bien et on espère que ce sursaut de la justice mexicaine servira aussi au quidams autochtones qui ont été emprisonnés avec les mêmes procédés dégueulasses ...

    Fin des certitudes et du coté positif ... Est-elle ou non coupable ? la question ne sera jamais posée. N’étant pas blanchie par la Justice le doute persistera toujours pour ceux qui ont un peu de bon sens. Le doute profite au mis en cause, c’est encore très bien mais ça ne remplace pas un non lieu. ... 

    Au fond de moi je ne peux m’empêcher de penser que, si cette femme est coupable ou complice de ce dont elle était accusée, être accueillie en grande pompe et tapis rouge au bas de l’avion par deux ministres de la République, puis ce soir un Président de la république en exercice, puis demain un président de la république à la retraite, passer sa journée en vedettes dans tous les médias ..... ça doit bien la faire jouir !! 
  • Papybom (---.---.---.117) 25 janvier 2013 14:19
    Papybom

    Bonjour La râleuse,

    Les pauvres «  journalistes  » n’ayant pas de cadavres au Mali, cette libération c’est du pain béni. Elle n’est pas innocentée, juste libérée.

    Bientôt un bouquin, ou un film.

     

    Bertrand Cantat, condamné à huit ans de prison pour le meurtre de Nadine Trintignant, n’a purgé que la moitié de sa peine…

    Coupable, mais libéré. Ne cherchons pas à comprendre  !

    Cordialement.

    • La râleuse (---.---.---.115) 25 janvier 2013 15:01
      La râleuse

      Bonjour Papybom,

      Il vous faut savoir que si je ne publie plus guère beaucoup d’articles sur AgoraVox - et il faut vraiment que cette médiatisation outrancière pour glorifier une femme qui n’a rien d’exceptionnelle (n’en déplaise à Monsieur Alain Delon) m’ait passablement agacée pour que je propose celui-ci - je continue à y venir en visite de temps à autres pour vous y lire en toute discrétion mais toujours avec énormément de plaisir.
      Amicalement,

      PS - Pour le livre, la dame va s’en charger et n’aura aucune difficulté à se trouver un nègre. Pour le film, il est certain qu’il se trouvera un réalisateur pour trouver génial de le produire. Mais personne n’est obligé d’acheter un livre ou d’aller voir un film. Alors, ne plaignons pas les gogos.

    • Guy BELLOY (---.---.---.109) 25 janvier 2013 16:04
      Guy BELLOY

      Bonjour le râleuse,

      "cette médiatisation outrancière pour glorifier une femme qui n’a rien d’exceptionnelle

      Attention au choix des mots, Florence Cassez n’est pas exceptionnelle, c’est son cas qui l’est. Une française emprisonnée pendant 7 ans dans un pays étranger à partir de forfaitures avérées et rapportées par la presse. 

      Ajoutons tout de suite qu’il existe de nombreux cas similaires partout dans le monde sans que les médias les rapportent avec une telle insistance. C’est également ça qui est dommage.

      Ayons l’intelligence de reconnaître que c’est N.Sarkozy qui, voulant en faire son cheval de bataille, a contribué à cette publicité.

    • Fergus (---.---.---.28) 25 janvier 2013 16:44
      Fergus

      @ Guy Belloy

      Il est en effet stupéfiant qu’aucun éditorialiste n’interpelle les pouvoirs publics sur leur silence assourdissant concernant les 2214 autres Français détenus dans des prison étrangères et dont il ne fait aucun doute que certains sont probablement innocents et d’autres victimes de peines aberrantes.

      Bonne fin d’après-midi.

  • La râleuse (---.---.---.115) 25 janvier 2013 14:49
    La râleuse

    Merci @ amiaplacidus,
    Merci @ Gabriel,
    Merci @ oncle archibald,

    Merci à vous tout d’abord d’avoir pris le temps de me lire mais surtout pour la qualité de vos commentaires.
    Tant que le bon sens prévaudra, les médias ne seront pas aussi influents qu’ils le croient et il est très réconfortant de le savoir.

    Cordialement,

    • Rémy Mahoudeaux (---.---.---.97) 25 janvier 2013 15:11

      J’aimerais tant pouvoir être certain que vous ayez raison, aujourd’hui et demain, pour ce qui concerne l’influence des médias. Mais je suis sans doute un vieux ronchon !

  • La râleuse (---.---.---.115) 25 janvier 2013 15:13
    La râleuse

    @ Rémy : si une râleuse chronique ne s’entend pas avec un vieux ronchon, c’est à désespérer de l’humanité smiley

  • COLRE (---.---.---.58) 25 janvier 2013 15:27
    COLRE

    Bien d’accord avec vous, La râleuse, mais tout cela n’est pas si grave… Les médias ont redécouvert les joies de l’audience en même temps que la compétition acharnée entre les chaînes de plus en plus nombreuses. En outre, elles mettent de moins en moins d’argent dans les grands reporters, le nombre de correspondants sur place et les grandes enquêtes à l’étranger sur les conflits.
    Trop cher mais aussi trop dangereux.

    Alors, quand ils peuvent dépêcher à Roissy une armada de photographes et de journalistes, faire du suspens, et ramener de belles images de la famille et des embrassades, et tout plein d’émotion… c’est tout bénéf coco. Et l’info sera exploitée sur les plateaux et interviews en la pressant jusqu’à la dernière goutte !

    Espérons juste que ça ne va pas durer trop longtemps. 

    En revanche, il y aurait une recherche médiatique de fond à faire sur le fonctionnement de la justice dans certains pays. On en a connu d’excellents en Indonésie ou aux USA, justement, après des affaires personnalisées. Mais ça, évidemment, ça demande du boulot, et ça ne fait pas bcp d’audience…

    • La râleuse (---.---.---.115) 25 janvier 2013 16:00
      La râleuse

      Bonjour Colre,

      Merci de m’avoir lue, merci d’être d’accord avec ce que j’exprime mais quand vous dites : « Tout cela n’est pas si grave », moi je ne suis pas du tout, mais alors pas du tout d’accord avec vous.
      Quand on perd la notion des valeurs et qu’on privilégie le sensationnel au point de négliger l’important, quand on se complaît dans la médiocrité, on fabrique un monde de tarés.
      Jetez un coup d’œil à certaines émissions télévisées d’un niveau plus que lamentable et vous aurez une idée de ce qui passionne une trop grande majorité d’adolescents qui sont les adultes de demain.
      C’est avec des « Ce n’est pas si grave » que la plupart des françaises et des français de moins de soixante ans n’ont plus aucune notion de l’orthographe.
      C’est avec des « Ce n’est pas si grave » qu’on baisse les bras, qu’on laisse faire n’importe quoi et qu’on se retrouve avec une terre polluée.
      Cordialement,

    • COLRE (---.---.---.58) 25 janvier 2013 16:21
      COLRE

      Je voulais juste dire que le journalisme fait de l’audience sur le facile, le spectaculaire, le pipole, le graveleux, le fait divers… depuis que le journalisme existe (voir la Révolution, Balzac…). Mais il est possible, je suis d’accord avec vous, que ça fasse des tarés, mais le processus a commencé depuis 2 siècles, alors… smiley

      A vrai dire, je suis plus révoltée par la manipulation médiatique sur le politique. Cette pensée unique matraquée, ce façonnage des esprits, cette corruption qu’a si bien mise en scène le docu « les nouveaux chiens de garde » : là, cela me met franchement en colère.

      Cordialement aussi.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

ECRIVEZ UN ARTICLE !





Les thématiques de l'article


Palmarès