• jeudi 24 avril 2014
  • Agoravox France Agoravox Italia Agoravox TV Naturavox
  • Agoravox en page d'accueil
  • Newsletter
  • Contact
AgoraVox le média citoyen
  Accueil du site > Actualités > Médias > Florence Cassez ou une cause pour une France qui sombre dans le (...)
8%
D'accord avec l'article ?
 
92%
(77 votes) Votez cet article

Florence Cassez ou une cause pour une France qui sombre dans le ridicule

  • Le 23 janvier 2013, les troupes françaises continuent à se battre au Mali. Les terroristes islamistes menacent la France de nouveaux attentats... Les médias s’en fichent.
  • Le 23 janvier 2013, la Cour des Comptes publie un rapport qui est une menace pour l’indemnisation des chômeurs... Les médias s’en fichent.
  • Le 23 janvier 2013, on apprend que Bernard Arnault, principal actionnaire du Groupe LVMH considéré comme l’homme le plus riche de France, aurait transféré, depuis décembre 2011, la quasi totalité de sa fortune en Belgique... Les médias s’en fichent. (C’était bien la peine de tant gloser à propos du semi exil de Gérard Depardieu en Russie)
  • Le 23 janvier 2013, une source judiciaire relate que Patrick Strzoda, le préfet de Corse, a été menacé de mort... Les médias s’en fichent.
  • Le 23 janvier 2013, plusieurs salariés de Florange tentent de s’enchaîner aux grilles d’une fenêtre de Matignon pour dénoncer l’accord entre le gouvernement et Arcelor-Mittal. Ils en sont délogés sans ménagement, et, je ne le jurerai pas mais, il me semble bien en effet avoir vu s’abattre des matraques sur les manifestants lors du bref reportage télévisé. Bref, parce que, là aussi... Les médias s’en fichent.

Le 23 janvier 2013, les médias se fichent de tout ce qui n’est pas Florence Cassez. Les médias sont en transe. Les médias retiennent leur souffle dans l’attente de la seule information qui importe : Florence Cassez va-t-elle enfin recouvrer la liberté ?

Mais qui est donc cette Florence Cassez qui suscite tant d’intérêt ?
Vraiment, si vous ne le savez pas, c’est que vous venez de vous réveiller après vous être fait cryogénisé ces huit dernières années. Une répétition avant de choisir ce mode de conservation pendant que vous êtes encore dans la force de l’âge afin d’éviter un funeste décès définitif et sans appel et attendre ainsi l’âge d’or prévu à l’avénement de l’ère du verseau.

Pour vous, le seul qui l’ignorez, je vais faire un court résumé de ce qui, depuis 7 ans, s’appelle l’affaire « Florence Cassez ».

  • C’est l’histoire d’une jeune femme qui, en mars 2003, alors qu’elle est âgée de 29 ans, s’installe à Mexico, où elle a rejoint son frère, pour y travailler.

- En octobre 2004, elle rencontre un certain Israël Vallarta avec lequel elle entretient une relation qui serait purement amicale.
- Le 08 décembre 2005, elle et son compagnon (qu’on lui dira être soupçonné d’enlèvements) sont arrêtés dans un endroit du nom de Topilejo. Elle restera maintenue dans une camionnette, en plein centre de Mexico, entre les mains des agents de l’AFI, l’Agence Fédérale d’Investigation, jusqu’au 9 Décembre 2005 au matin.
- S’ensuit une succession de faits rapportés qui n’apportent ni preuves ni démentis concernant une éventuelle complicité de Florence Cassez quant à sa participation aux délits crapuleux reprochés à son compagnon : reportage télévisé d’une arrestation filmée le 09 décembre dans le ranch d’Israël Vallarta soit le lendemain de l’arrestation réelle qui s’est déroulée à Topilejo (?), des otages qui ne la reconnaissent pas puis la reconnaissent (?),...
- Toujours est-il qu’après ces séries d’enquêtes avec dépositions et témoignages contradictoires, Florence Cassez sera condamnée à 4 fois 20 ans d’emprisonnement pour enlèvement, 8 ans pour association de malfaiteurs, 4 ans pour détention d’armes, 4 ans pour détention de munitions. Condamnation qui sera par la suite ramenée à 60 ans de réclusion incompressibles.

C’est alors que Florence Cassez devient une « cause à défendre ». Ce à quoi s’emploient diverses associations - ce qui est tout à fait normal et louable venant de personnes persuadées de son innocence - mais surtout notre Sarko-Zorro, redresseur de torts et défenseur de tous les citoyens français (mais surtout ceux qui sont détenus sur des sols étrangers).
Il serait même prêt à déclarer la guerre au Président Caldéron pour faire libérer Florence Cassez, notre valeureux président Tsarkosi Ier, s’il n’était aussi occupé à en découdre avec Mouammar Kadhafi, son ex copain lybien, puis avec la campagne présidentielle pour les élections de 2012.

C’est Hollande qui remporte l’élection et, avec la charge de président de la république, la charge de continuer les interventions de la France pour obtenir la libération de Florence Cassez devenue martyre nationale après 7 ans d’emprisonnement dans les geôles mexicaines.

Le 23 janvier 2013 en soirée, l’impatiente patience des médias est récompensée quand la nouvelle leur parvient, enfin, de leurs reporters envoyés manu militari au Mexique avec mission pour chacun d’être le premier ou la première à annoncer le sort réservé à l’héroïne de la saga. Florence Cassez est libre. Florence Cassez va rentrer en France.
Tout prend alors des proportions délirantes.
Les reporters emboîtent le pas à Florence Cassez, prennent l’avion avec Florence Cassez, commentent avec leurs confrères des télévisions et radios en poste à Paris, son arrivée à Roissy où elle est accueillie par sa famille (ce qui est normal) ainsi que par le ministre des affaires étrangères, Laurent Fabius, et le ministre des transports (de joie ?), Frédéric Cuvillier. Nicolas Sarkozy se dit très ému après s’être entretenu avec elle au téléphone. Les associations de défense préparent des gueuletons. Alain Delon, qui avait fait applaudir Florence Cassez (« Une femme exceptionnelle qui souffre beaucoup ») lors de la cérémonie de Miss France 2011, produit ses larmes aux yeux radiophoniques sur RTL. François Hollande prépare une réception à l’Élysée pour le lendemain. (Ne surtout pas laisser refroidir la sauce).

Et moi, je m’agace de tout cet étalage de médiatisation.
Si Florence Cassez n’a effectivement commis aucun acte répréhensible, il est bien qu’elle ait été libérée et rendue à sa famille.
Mais, comme tout le monde, j’ignore si elle est coupable ou innocente de ce dont l’accuse la justice mexicaine. Aussi je m’irrite qu’on la fête comme si elle avait accompli un acte héroïque alors que ce n’est jamais qu’une femme ordinaire impliquée dans une sordide affaire de séquestrations de personnes en vue d’en obtenir des rançons.

Mes instituteurs nous apprenaient à exalter la mémoire d’une Jeanne d’Arc ou d’une Jeanne Hachette. Mes parents portaient aux nues des femmes comme Lucie Aubrac ou Hélène Studler. Les personnes de ma génération admirent une femme comme Simone Veil. Les médias, qui s’emploient à nous faire porter aux nues Florence Cassez, font de la France d’aujourd’hui une nation qui se couvre de ridicule.




par La râleuse (son site) vendredi 25 janvier 2013 - 67 réactions
8%
D'accord avec l'article ?
 
92%
(77 votes) Votez cet article

Les réactions les plus appréciées

  • Par Fergus (---.---.180.28) 25 janvier 2013 14:02
    Fergus

    Re-bonjour, La râleuse.

    Un grand merci pour cet excellent article qui remet les pendules à l’heure. Après un résumé sobre et objectif de l’affaire Cassez, c’est un réquisitoire sur le comportement des classes politique et médiatique de ce pays que vous nous livrez. Et vous avez raison : rarement on n’avait atteint un tel niveau d’indécence et de récupération politique. Mais comme le suggère en creux votre conclusion, notre pays a les héros qu’il mérite. Oui, « notre nation se couvre de ridicule ».

    Cordialement.

  • Par amiaplacidus (---.---.188.58) 25 janvier 2013 14:29
    amiaplacidus

    F. Cassez n’a absolument pas été acquittée, la cour suprême mexicaine ne s’est pas prononcée sur le fond de l’affaire, mais sur la forme. F. Cassez a été libérée à cause de vices de procédure*.

    Maintenant, j’ai beaucoup de peine à croire que F. Cassez soit d’une blancheur immaculée. Rappelons qu’elle a vécu plus d’une année dans un ranch isolé, où étaient détenus une demi-douzaine d’otages, n’aurait-elle rien vu ? Ne s’est-elle posé aucune question sur la provenance de l’argent, sur la raison d’acheter autant de provisions ? Etc.

    Pour le moins, elle est coupable de bêtise crasse, mais, évidemment, la con*rie n’est pas un délit.

    Il y a aussi une chose qui me dérange. En prison, elle a pu recevoir des journalistes, téléphoner un peu comme elle le voulait, chose impensable en France. Et, surtout, mon expérience de visiteur de prison me permet de l’affirmer, après 7 ans de détention, à sa libération, je peux vous affirmer qu’un détenu français, s’il est heureux, n’a pas le sourire que l’on peut voir à F. Cassez, et certainement pas le bon état physique qui semble être le sien. Il y a vraiment des choses bizarres.

    F. Cassez aurait un moyen assez simple de commencer à nous convaincre de son innocence.
    Admettons que, comme elle et son avocat le proclament, elle a été reconnue innocente, l’administration mexicaine, en l’enfermant, s’est donc rendue coupable de détention arbitraire.
    Alors, que F. Cassez intente un procès contre l’État mexicain et qu’elle assiste, au Mexique, aux audiences de ce procès. Ce serait un bon moyen de dissiper les doutes que nous ne pouvons manquer d’avoir.

    Parce le fait qu’elle ait toujours proclamé son innocence est loin d’être une preuve. C’est peut-être tout simplement la mise en œuvre du célèbre adage des malfrats  : « n’avoue jamais ».

    Maintenant, que des personnages politiques (de quelque bord que ce soit, utilisent un fait divers pour se faire mousser, je trouve cela nauséabond ; à me faire espérer qu’une preuve de culpabilité sorte un jour afin de leur mettre le nez dans le caca de leurs machinations à la c*n.

    ----

    * Tout comme le fait la justice française. C’est une constante de la justice en général : un vice de procédure annule tout ou partie de la procédure, sans que l’on juge sur le fond.
    Il y a plusieurs mois, un malfrats récidiviste et dont la culpabilité ne faisait guère de doute a été libéré dans les Alpes-maritimes, à cause d’un vice de procédure.
    Ce sont sans doute les mêmes qui, à l’époque, dénonçaient la justice française libérant un gangster, qui, maintenant, transforment F. Cassez en héroïne ! Allez savoir pourquoi ...

  • Par Rémy Mahoudeaux (---.---.248.97) 25 janvier 2013 13:20

    Bravo

    Bien que n’étant pas accro aux média télévisuel/radio, le taux d’occupation de Florence Cassez aurait tendance à m’indisposer. A la liste des choses importantes qui sont occultées, il y a le désir du Royaume Uni de quitter l’UE, le clivage profond de la société sur le mariage et l’adoption homo, la non-réforme du système bancaire ... et d’autres ajouteront d’autres sujets. 
    Si parmi les réalités ou pseudo réalités objectives qui sont à notre portée, il y a le bidonnage des preuves et la lourdeur excessive de sa condamnation, je ne vois pas en quoi sa libération lui confèrerait un brevet de sainteté, un prix nobel, la légion d’honneur, etc ... Rien qui justifie d’un tel tapis rouge. 
    Je suis sans doute un esprit chagrin et soupçonneux d’imaginer que le pouvoir et les médias se jettent sur la première diversion venue pour ne pas aborder les sujets qui fâchent. 
    Subsance over form. La forme prévaut sur le fonds. C’est la loi actuelle, et je me sens incapable de m’y conformer. 
  • Par La râleuse (---.---.208.115) 25 janvier 2013 13:36
    La râleuse

    Merci pour l’intérêt que vous manifestez pour cet article, Loatse.
    Ainsi que vous l’aurez remarqué, parce que j’estime que vouloir sortir de prison, que l’on soit innocent ou coupable, est humain, je critique moins Florence Cassez que ces médias qui se fichent totalement de ce qui est bien ou mal, moral ou immoral, mais ne songent qu’à leur record d’audience.

Réactions à cet article

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


Faites un don

Les thématiques de l'article

Palmarès

Agoravox utilise les technologies du logiciel libre : SPIP, Apache, Debian, PHP, Mysql, FckEditor.


Site hébergé par la Fondation Agoravox

Mentions légales Charte de modération