Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > Foutons la paix au Petit Journal !

Foutons la paix au Petit Journal !

Le Petit Journal de Canal + suscite la polémique, notamment depuis ses démêlés avec Jean-Luc Mélenchon, candidat du Front de Gauche à la présidentielle, et David Douillet, ministre des sports, qui lui reprochent de déformer la réalité.

Passons pour Douillet. Hormis son quintal, le ministre des sports ne pèse rien politiquement. Malgré son mètre quatre-vingt-seize, il demeure un nain politique. Par conséquent, tout le monde se moque de ses états d’âme.

En revanche la fébrilité de Mélenchon m’étonne, même si sa réputation de sanguin n’est plus à faire, surtout vis-à-vis des journalistes qu’il méprise ouvertement. Pourtant, qu’avait-il besoin, lui le porte-parole autoproclamé de la « vraie gauche authentique certifiée conforme », de rouler ainsi des mécaniques ? Politiquement, son attitude est contre-productive. Et puis, à titre personnel, je me méfie des gens qui oublient de rire chaque fois qu’ils se prennent au sérieux. Un homme politique n’est jamais aussi meilleur que lorsqu’il cultive l’humour. Oui, l’humour, cet « art martial » comme le disait l’acteur Fellag dans le magazine Les Inrocks du 31 Juillet 2002 .

Ceci dit, il semble que le malaise se soit accru depuis qu’Eric Marquis, président de la commission de la carte d’identité des journalistes professionnels (CCIJP), a fait part de ses doutes sur le contenu de cette émission phare de Canal +. Ce qui laisserait penser que les cartes de presse des journalistes travaillant pour Le Petit Journal pourraient ne pas être renouvelées.

Toutefois, j’avoue ne pas comprendre les interrogations de certains professionnels de la presse. Je me demande même si le président de cette commission est bien placé pour donner un avis déontologique quand on sait à quel point les conditions restrictives d’octroi de la carte de presse sont discutables et donnent lieu, bien souvent et en coulisses, à des tractations opaques entre professionnels (demandez aux journalistes précaires et aux milliers de pigistes ce qu’ils en pensent !).

Le Petit Journal est à la fois une émission d’information et de divertissements. Les deux qualificatifs ne sont pas incompatibles, surtout si l’on veut bien considérer que personne, ou presque, n’a trouvé étonnant que David Pujadas consacre une dizaine de minutes à interviewer Lady Gaga, lors du JT de France 2 du lundi 13 juin 2011 (ce n’est pas du divertissement, peut-être ?). Que dire de certains montages ou de tous les reportages consacrés à l’affaire DSK ?

Et que dire aussi du journal de Jean-Pierre Pernaut sur TF1 dont la ligne éditoriale provoque depuis longtemps les commentaires les plus narquois ?

Bref, beaucoup de bruit pour pas grand-chose.

L’information journalistique ne doit donc pas se réduire aux propos sérieux et pontifiants. Et je ne parle même pas des révérences polies que certains journalistes font devant leurs rédacteurs en chef, lesquels dinent parfois avec le gratin de la politique française (surtout quand ils s’ébrouent dans le cloaque parisien).

Le problème des journalistes, ce n’est sûrement pas l’objectivité car informer suppose toujours un angle de vue, des choix dans la hiérarchisation et la diffusion des informations. Qu’on n’aime pas la ligne éditoriale du Petit Journal est une chose. Qu’on dise qu’il ne s’agit pas de journalisme en est une autre.

Qu’on laisse l’objectivité de côté. Ce n’est pas le problème.

Le problème des journalistes, c’est de pouvoir conserver leur indépendance vis-à-vis des structures (journaux, magazines, chaînes de télévision ou de radio, sites internet) qui les emploient, et des actionnaires qui financent ces structures. Et dieu sait que ce problème est complexe, notamment dans le secteur des médias en crise perpétuelle.

En réalité, toute cette polémique est montée en épingle contre Le Petit Journal simplement parce que celui dérange le petit monde politique. Chez les professionnels de la presse, je suppose que ses succès d’audience provoquent de nombreuses jalousies.

Loin de déformer la réalité, l’émission présentée par Yann Barthès nous en montre une autre à laquelle le grand public n’a généralement pas accès.

Le Petit Journal se régale en effet des petits travers quotidiens de la vie politique et de ces détails cocasses qui ne sont généralement pas diffusés par les autres médias audiovisuels. Il informe réellement quand il recoupe et compare, par exemple, les similitudes étonnantes entre deux discours prononcés par un même homme politique à quelques mois d’intervalle ou quand il montre des dialogues qui, ordinairement, auraient fait l’objet de « offs » hypocrites. Les montages sont ludiques. Ils agissent comme des caricatures à la Une. Il faut les prendre tels quels.

S’offusque-t-on des « interviews (presque) imaginaires » ou de « la mare aux canards », la célèbre rubrique (quasi centenaire !) de la page deux du Canard Enchaîné ? Et pourtant, n’est-ce pas tout aussi irrévérencieux que l’humour potache de l’équipe du Petit Journal ?

En conclusion, foutons la paix à l’équipe du Petit Journal qui brave les convenances de la grand-messe du 20h00 !


Moyenne des avis sur cet article :  1.75/5   (85 votes)




Réagissez à l'article

23 réactions à cet article    


  • bluerage 27 janvier 2012 09:20

    Le petit journal est en effet une information de divertissement, en aucun cas une emission politique ou satirique, l’humour est bon enfant et jamais agressif.

    Comme dans le grand journal : des animateurs bobos de gauche à l’esprit libé, qui tirent sur l’ambulance et donnent beaucoup de leçons, sans jamais se les appliquer à eux mêmes, comme tout bon donneur de leçons cela va de soi...


    • dawei dawei 27 janvier 2012 11:02

      bobo de gauche bobo de gauche, ariane et denise, plutot reac sarkoziste que bobo de mon point de vue, mais pour le reste c’est vrai.


    • King Al Batar King Al Batar 27 janvier 2012 15:17

      Je pense qu’il faut poser le probleme dans l’autre sens.

      Ce n’est pas le petit journal qui est une emission de merde qui tend à peopleisé les politiques. Non c’est nos politiques aujourd’hui qui sont des grosses merdes, qui veulent faire leur people a dévoiler leur vie privée, a twité et à faire du buzz... qui alimentent cette émission.

      Si les mecs avaient des comportements de chef d’état dignes et respectables, il ne serait pas possible de faire une émission qui se fout ouvertement de leur gueule. Mais voila, entre les histoires des culs des uns, les infidélités des autres. Les périodes de transfert ou, tel le mercato footbalistiques, certains s’amusent à changer de partis pour manger dans la gamelle des forts... Les dérapages absolument pas contrôlés de certains ministres racistes, ou tout juste cons, le manque de culture de plus en plus évident de nos élites, ou les mensonges des autres (je n’ai cité que ce qui me passe par la tête) Avouez que ca fait du grain a moudre pour cette émission.

      Donc de la meme manière qu’on dit qu’il n’y a pas de fumée sans feu, il n’y aurait d’emission politique de caniveau si les politiques ne s’y trouvaient pas déjà !

      Une fois encore on peu dire merci au Nabot pour avoir rendu la politique analysable par le commun de nos citoyens... Mais ce ne sont plus des elites du coup !

      POur vous en convaincre, je vous conseille de lire l’excellent "Après la démocratie d’Emmanuel Todd.


    • arnulf arnulf 27 janvier 2012 10:44

      Non je ne souhaite pas qu’on fiche la paix.
      Ses intentions sont tellement évidentes. Comme l’écrit Bluerage ce sont des bobos si contents d’eux.


      • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 27 janvier 2012 11:12

        Je t’invite à lire le Figaro, là-bas on ne plaisante jamais et on est toujours impartial. Surtout avec Sarko.


      • Webes Webes 27 janvier 2012 21:38

        Et JP Pernot ou lui retire sa carte de presse ? Et les 3 guignoles qui vont interviewés le nain dimanche on leurs retire aussi ?


      • Melara 27 janvier 2012 11:16

        En réalité, toute cette polémique est montée en épingle contre Le Petit Journal simplement parce que celui dérange le petit monde politique. Chez les professionnels de la presse, je suppose que ses succès d’audience provoquent de nombreuses jalousies.

        M. Mélenchon leur a refusé l’accès d’une réunion avec des chômeurs de crainte qu’ils se retrouvent humiliés par un montage du Petit Journal. M. Dupont-Aignan s’est plaint d’une manipulation tout aussi humiliante.
        L’idée que ces 2 personnes, l’un qui doit souvent remettre à leur place les journalistes et donc n’est pas très populaire auprès d’eux et l’autre qui est bien peu médiatisé et compte encore peu sur la scène politique, se soient emparés d’un combat pour défendre le petit monde politique ou des journalistes jaloux, est du plus haut comique.


        • bipdan 27 janvier 2012 11:48

          Vous dites : "Le problème des journalistes, ce n’est sûrement pas l’objectivité car informer suppose toujours un angle de vue, des choix dans la hiérarchisation et la diffusion des informations."

          Et bien si justement, d’une part l’effort du journalisme devrait toujours aller vers l’impartialité (les faits, rien que le faits).

          Personne n’étant parfait il est acceptable que le journaliste ait son point avec une objectivité relative à sa situation (pour reprendre votre idée).

          Pour autant ce que fait le petit journal c’est créer le point de vue pour le faire correspondre à l’info souhaité. Et en ce sens ce n’est plus de l’information mais bien du divertissement, du théâtre en somme.


          • taktak 27 janvier 2012 12:04

            Au fond la question comme le montre l’article n’est pas de savoir si le petit journal (comme le grand journal ou le 13h de la une d’ailleurs, ou les Guignols ou Groland) fait du journalisme ou pas, mais plutôt si derrière une objectivité et une indépendance revendiquée il ne sont pas tout simplement des faiseurs d’opinion participant de la fabrique du consentement : faire rire de détails du système sans jamais rien dénoncer du fond, caricaturer et moquer tout ce qui en sort, le tout sans aucun droit de réponse possible.

            Car le problème est bien celui-ci. Il n’est pas possible de défendre de façon aussi partisane les opinions de la pensée bobo réac parisienne et de se présenter ensuite comme neutre et factuel. En se présentant comme tel, il est logique que leurs méthodes (montage, angle de traitement caricatural et sans contradiction) soient dénoncées. Et que le personnel politique prennent de la distance pour préserver son message politique.

            Pour donner un exemple de cet angle partisan, il est révélateur que l’exclusion du petit journal d’une partie du programme de la journée du front de gauche à Metz donne lieu à un montage en épingle, alors même que le meeting de Hollande au bourget (comme la pluspart de ceux de l’ump d’ailleurs) était totalement vérouillé.

            Mais plus généralement,plus que la question de savoir si Y Barthès mérite sa carte de presse ou non, il serait plus intéressant de s’interroger sur l’absence de pluralité de ce genre d’émissions où sous le couvert de divertissement « journalistique » il s’agit de forger l’opinion à travers la fabrique de l’image.
            Et le petit journal n’est alors pas plus « coupable » que bien des émissions plus « sérieuses ».
            A ce titre, j’invite chacun à voir l’excellent documentaire de Balbastre « les nouveaux chiens de gardes ».


            • Pyrathome Pyrathome 27 janvier 2012 12:18
              Foutons la paix au Petit Journal !

              Pas de problème, je ne regarde jamais la TV.......Il peut continuer à faire des prouts.....


              • Aldous Aldous 27 janvier 2012 14:03

                Pareil, je lui fout une paix royale : je regarde pas !


              • chantecler chantecler 27 janvier 2012 14:05

                Je ne sais pas si la photo est un montage ou non .
                Mais si elle est vraie , elle démontre que Y. Barthès est un clown et non un journaliste .
                Dans ce cas qu’il rende sa carte de journaliste et l’affaire est close .


                • Pyrathome Pyrathome 27 janvier 2012 22:47

                  Bonsoir Chantecler,
                  Je crois que beaucoup de journalistes pourraient rendre leur carte, à voir ce qu’ils en font ou plutôt ce qu’ils ne font pas......


                • interlibre 27 janvier 2012 14:14

                  Il est tout à fait possible de faire de l’humour sur les pbl de fond (coluche, les inconnus...), seulement ces pseudo humoristes ne le font plus, ils préfèrent participer au montonnage de la population. 

                  Le problème c’est que ces journaleux humoristes entretiennent volontairement l’ambiguïté sur leur statut de journalistes/humoristes, ainsi le public reste souriant malgré les saloperies ambiantes et se désintéresse des pbl de fond.
                  C’est bien la l’objectif principal, que le peuple se désintéresse des problèmes de fond pour ne s’intéresser qu’aux détails style Paris Match.
                  A ce rythme dans quelques années on élira notre président par SMS dans l’émission « Feriez vous un bon expert ».... Pathétique. Dommage j’aimais bien Yann Barthes dans la version courte.

                  • paul 27 janvier 2012 14:51

                    Un article ce jour, sur Rue89 ,qui me parait bien résumer cette petite affaire .
                    Regardez votre Petit Journal, et foutez nous la paix !

                     http://www.rue89.com/rue89-presidentielle/2012/01/25/le-petit-journal-une-machine-distraire-pas-informer-228738&nbsp ;


                    • al.terre.natif 27 janvier 2012 15:58

                       :) parfaitement répondu :)


                    • gagnepetit gagnepetit 27 janvier 2012 15:44

                      Y en a assez du Petit Journal et de ses dérapages comico-négligés. On veut de la vérité vraie, du sérieux austère, de la critique positive, de l’expertise rationnelle, de l’argumentaire certifié, de la réflexion profonde, du raisonnement diplômé. De la sueur, du sang et des larmes, quoi !


                      • al.terre.natif 27 janvier 2012 16:01

                        Ben pour avoir de l’info, ca fait bien longtemps qu’il ne faut plus regarder la télé ... à la limite pour savoir quelles sont les grandes lignes de ce qu’on tente de nous faire rentrer dans le crane, mais c’est tout...

                        Canal + est, tout comme TF1, un organe de propagande de la mondialisation libérale... sous couvert d’objectivité et de partialité. Il faut le savoir c’est tout. Pas besoin de s’énerver pour ça.

                         smiley


                      • franor 27 janvier 2012 16:08

                        Qu’ils perdent leurs cartes de presse comme ça ils payerons leurs impôts comme les autres. Je pense vraiment que c’est bien là leur souci.
                        Nous nous devons nous acquitter de l’impôt mais les détenteurs d’une carte de presse non ou si peu.


                        • MooX 27 janvier 2012 16:27

                          Bof, ils ne reflètent que l’engouement pour le théâtre et non la politique, ce n’est pas le journalisme du petit journal qui va mal mais le journalisme en général ! Je ne vois pas l’ombre d’un média indépendant se dessiner sur le paysage médiatique. L’information est manipulée et la fabrication du consentement n’a jamais eu autant de force. Je comprends l’aversion de Mélenchon pour le journalisme, peut-être n’est-ce qu’un effet marketing et suis-je manipulé mais rien que pour ça je sais pour qui je voterais.


                          Quelle mise en scène... Vivement la démocratie !

                          • Don Touchmyjunk 28 janvier 2012 00:46

                            C’est pas clair du tout, votre article. Est-ce que l’info doit être sérieuse ou non ? D’abord vous dîtes oui, ensuite non, ...

                            Le petit journal est un programme nuisible car son but est précisément de déformer la réalité au profit des plus puissants. Il monte en épingle des nano faits divers. Comme si l’essentiel se cachait dans les détails, avec un humour infantilisant et avilissant.


                            • logan 28 janvier 2012 01:36

                              Le problème, c’est que si d’un côté le petit journal tourne en dérision les grands de ce monde, de l’autre, le petit journal applique très bien l’adage, comme le reste du grand journal d’ailleurs : « faible avec les puissants, fort avec les faibles ».

                              Car se moquer de Hollande parce qu’il lit des fiches en cachette c’est une chose. Mais ce n’est pas ça qui va nuir à sa campagne politique. Par contre bidonner des émissions pour nuir très clairement à des gens comme Mélenchon en essayant de faire croire aux gens qu’il viole la liberté des journalistes ou Dupont Aignan en trafiquant les interviews et en essayant de le faire passer pour un idiot lui et ses militants , c’est non seulement faire de la désinformation, mais c’est très clairement faire un boulôt de chien de garde du système.

                              Ils sont attaqués, de manière déloyale, par des manipulations, par des mensonges, et vous vous leur demandez de ne pas réagir, de faire semblant que c’est juste de l’humour et d’attendre bien gentiment de laisser le petit journal diffuser des idées fausses sur leur compte et sur les idées qu’ils défendent ?

                              Non, s’ils veulent pouvoir changer qqchose politiquement, et donc un jour obtenir le pouvoir, ils doivent alors avant tout combattre tout le système médiatique, et le petit journal en fait partie, qui en bons chiens de garde militent pour que surtout rien ne change et que les mêmes PS et UMP continue de se partager le pouvoir et de faire régresser le pays.

                              Toutes les personnes qui arrêteront de prendre le petit journal pour une source d’information et qui iront s’informer dans des médias alternatifs, ce seront des personnes susceptibles de se réveiller et de se libérer.

                              Les « journalistes » du petit journal ont bien une carte de presse, mais le problème c’est qu’ils ne viennent pas pour informer les gens sur ce qu’il se passe, ils viennent juste prendre des images pour ensuite se moquer de ceux qu’ils ont filmé, j’appelle personnellement pas ça du journalisme, et le front de gauche a raison de s’interroger sur la pertinence de leur présence au milieu d’autres vrais journalistes qui eux viennent réellement essayer d’informer.

                              Combien de personnes j’ai vu croire Barthès et pester contre Mélenchon en l’accusant de vouloir restaurer le stalinisme alors qu’en réalité tous les propos de Barthès étaient de la désinformation ?


                              • Varron Varron 29 janvier 2012 11:33

                                Je suis plutôt d’accord avec vous sur le traitement actuel du « Petit Journal ». Ces auteurs n’ont pas une démarche journalistique mais d’amuseurs publics. C’est de la caricature en prenant un seul angle d’attaque et en le grossissant mais sans jamais faire d’analyse.
                                Dans son format court, « Le Petit Journal » pouvait distraire, dans son format long c’est une piètre présentation des dessous de la politique et de son organisation.
                                Je ne suis pas fan de cette émission mais de là à retirer des cartes de presse qui depuis longtemps ne garantissent pas la probité de leurs détenteurs.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès