Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > France Soir : les salariés en grève

France Soir : les salariés en grève

Après la décision d’attribuer le quotidien France Soir au tandem Brunois-Rey, les salariés ont décidé de faire appel, poursuivent leur grève avec occupation des locaux - le journal n’est pas sorti hier, ni ne sortira demain - et la situation apparaît complètement bloquée.

olivier_rey1france_soir4"Les salariés rejettent toujours une décision qui condamne un quotidien généraliste historique à se transformer en journal people vulgaire et bas de gamme" : le communiqué du personnel de France Soir, publié hier, montre bien toute l’étendue de l’opposition interne au rachat du quotidien par l’homme d’affaires Jean-Pierre Brunois et le journaliste Olivier Rey (photo ci-contre).

Les salariés avaient choisi l’offre de Moscow News, le groupe de presse du sulfureux Arcadi Gaydamak, qui bénéficiait tout de même de la caution de François Siégel (ancien directeur de publication de VSD et conseiller éditorial du Monde 2 dont il a été le concepteur), partie prenante d’un projet qui promettait de sauvegarder la totalité des emplois.

Mais après avoir longtemps tergiversé, le tribunal de commerce de Lille a finalement choisi mercredi dernier le projet Brunois-Rey, bien qu’il prévoie de ne conserver que 51 des 112 salariés. Pour réaliser "un journal populaire de qualité sans tomber dans le bas de gamme", le tandem a décidé de supprimer les services politique, culture, photo et documentation.
Tollé ! "Eh bien, il y aura quoi dedans ? Vous imaginez, vous, un journal sans politique ? C’est un projet de Paris Turf bis ? C’est n’importe quoi. (...) Et le service culture disparaît aussi ? Nous voilà bien, un journal sans culture, sans politique, il faudra l’appeler France-people-cheval-cuisines, une sorte de sous-Voici... Lazareff va se retourner dans sa tombe, si ce n’est déjà fait, le pauvre", s’insurgepierre_lazareff france_soir_r_sistanceAlain Delon, en inattendu avocat des salariés, qui se dit "fou de rage".
Vendredi, une manifestation a réuni à Paris une petite centaine de personnes, qui distribuait aux passants une édition spéciale du journal intitulée Résistance, montrant "les photos que vous ne verrez plus" et publiant des pages politique et culture entièrement blanches.

Le personnel en grève a ouvert un blog, sur lequel il recense les soutiens reçus et fait le point en temps réel sur l’évolution du conflit. Un représentant des salariés sera reçu mardi au ministère de la culture en compagnie des administrateurs du journal, placé en redressement judiciaire en octobre 2005. Avec l’espoir que les pouvoirs publics débloquent les fonds nécessaires à la poursuite de l’activité, le temps que le tribunal examine l’appel interjeté, non suspensif. De son côté, le repreneur Jean-Pierre Brunois menaçait lundi : "Le risque d’un prolongement du conflit est la liquidation pure et simple de l’entreprise". France Soir perd environ 800 000 euros par mois.


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (20 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • Loïc (---.---.199.198) 18 avril 2006 15:25

    Excusez-moi, mais franchement on s’en fiche de « France soir ». Ici on est sur le Web. On ne compte guère sur la presse « mainstream » pour s’informer. De plus, pourquoi fermer « France soir » est-il plus terrible que fermer une usine textile dans les Vosges ?


    • Olivier Bonnet Olivier Bonnet 18 avril 2006 15:48

      Cher Loïc, vous êtes tout excusé : vous ne faites que donner votre avis et je vous en remercie, même. Mais je ne le partage pas. Je reste profondément attaché à la presse papier et ne pense pas qu’Internet la condamne. Et où donc ai-je écrit que fermer France Soir était plus grave que fermer une usine dans les Vosges ? Cordialement.


    • Scipion (---.---.40.187) 19 avril 2006 06:57

      « Je reste profondément attaché à la presse papier... »

      A condition, toutefois, que le journal pense « bien »...

      Pas comme le Choc du Mois, qu’il est malvenu de défendre, même maintenant qu’il est mort et bien mort... smiley)


    • Olivier Bonnet (---.---.223.236) 20 avril 2006 14:21

      Vous le savez, ce type de presse n’est effectivement pas ma tasse de thé.


    • Achille (---.---.246.150) 26 avril 2006 18:13

      Comment ça Le Choc du Mois est mort ? Mais il renaît justement ! Il sera de retour chez tous les marchands de journaux demain jeudi 27 avril ! 68 pages d’anticonformisme. Un dossier sur le choc des civilisations. Une interview exclusive de Dieudonné. Non seulement il est vivant mais il n’a jamais été aussi pugnace. Il y a la une sur le site www.lechocdumois.fr Je l’achète demain matin et je vous en reparle. A moins que d’autres ne l’aient avant moi et nous disent si c’est aussi bien qu’on l’espère. Mais je suis déjà sûr que oui. Allez, vivement demain !


    • Basta (---.---.213.202) 18 avril 2006 19:37

      Cette affaire est l’un des sujets de désolation de l’actualité française. France-Soir se meurt depuis vingt ans. Il a largement mérité le repos éternel, et que le mythe Lazareff ne soit pas d’avantage écorné, par exemple en allant chercher un traficant d’armes comme Gaydamak !

      Le pire, c’est la phrase suivante : « Avec l’espoir que les pouvoirs publics débloquent les fonds nécessaires à la poursuite de l’activité ». Faut-il creuser encore un peu plus la dette de 1100 milliards de l’état pour soutenir les fantasmes de quelques dizaines de journalistes qui tels des personnages de Brétecher voudraient faire du « haut niveau » alors qu’ils font du populaire qui pour l’instant ne marche pas. Il n’y a pas de sot métier : un journal rigolo sans politique ni culture, ce ne serait pas honteux d’y collaborer s’il trouve son public.


      • Scipion (---.---.40.187) 19 avril 2006 07:10

        « Il n’y a pas de sot métier : un journal rigolo sans politique ni culture, ce ne serait pas honteux d’y collaborer s’il trouve son public. »

        Vous montrez par là n’avoir rien compris - désolé smiley) - à la mentalité journaliste. Les journalistes ne font pas un journal pour un public et pour se mériter un salaire en lui faisant gagner de l’argent. Ils travaillent dans un journal pour y publier ce qu’ils ont envie d’écrire. Tout le reste, c’est du pipeau.

        Vous objecterez peut-être qu’il y a aussi des journalistes qui font Voici, France-Vidange, Ici Pourri... Ceux-là sont considérés comme de la sous-merde par les intellectuels de haut vol qui planent au firmament de la démocratie, en aspirant aux lauriers (faisandés*) de L’Immonde et de L’Hibernation...

        * A la question de savoir si des lauriers peuvent être faisandés, je réponds en imitant de Conrart... smiley)


        • Olivier Bonnet (---.---.223.236) 20 avril 2006 14:28

          A vous lire, on se demande si vous n’auriez pas rêvé d’être journaliste ? En ce qui me concerne, le top est d’écrire ce que l’on a envie d’écrire (sujet, forme et fond) tout en intéressant et en informant le lecteur et dans un journal de haute tenue. En théorie. En pratique, on écrit sur ce qu’on nous commande et dans n’importe quel magazine pourvu qu’il paye ! Sauf peut-être... Mais je n’en dis pas plus, je sens que je vais vous agacer, là !

          Bref, n’imaginez pas que ce soit une bonne planque : face à la pénurie de postes en rédaction et la pratique qui se généralise de faire des journaux avec de moins en moins de permanents et de plus en plus de pigistes précarisés, on n’a pas toujours le compte à la fin du mois.


        • NGK NGK 19 avril 2006 18:22

          Racheter France-Soir pour en faire « un journal populaire de qualité sans tomber dans le bas de gamme », et supprimer les services politique, culture, photo et documentation, ça en dit long sur la ligne éditoriale à venir. Autant rebaptiser le quotidien...


          • Achille (---.---.246.150) 26 avril 2006 18:12

            Comment ça Le Choc du Mois est mort ? Mais il renaît justement ! Il sera de retour chez tous les marchands de journaux demain jeudi 27 avril ! 68 pages d’anticonformisme. Un dossier sur le choc des civilisations. Une interview exclusive de Dieudonné. Non seulement il est vivant mais il n’a jamais été aussi pugnace. Il y a la une sur le site www.lechocdumois.fr Je l’achète demain matin et je vous en reparle. A moins que d’autres ne l’aient avant moi et nous disent si c’est aussi bien qu’on l’espère. Mais je suis déjà sûr que oui. Allez, vivement demain !


            • Dragasès (---.---.82.160) 3 septembre 2006 08:46

              Le Choc du Mois est un excellent magazine anticonformiste, qui se détache de la pensée dominante pour offrir des analyses pertinentes sur les sujets de sociétés. Je le recommande à tous les « non-bien-pensants ». Vive le Choc du Mois, magazine libre !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès