Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > France Télévisions : le Titanic

France Télévisions : le Titanic

Ça s’agite tellement dans les coursives de l’information télévisée que panique et politique riment avec ce Titanic qui commence à prendre l’eau de toutes parts.
Et l’hystérie collective qui s’est emparée de quelques grand capitaines de l’audiovisuel à propos du mauvais coup que leur a porté Vincent Peillon est symptomatique d’un mal plus profond, qui déborde de ce que celui-ci souhaitait dévoiler.
 
Manifestement, au rappel de cette dure épreuve, Aphatie a comme un os dans la gorge et, de façon plus large, le naufrage est si imminent que les patrons de France Télévision ne cessent de revenir à la charge quand la sagesse les eût incités à considérer l’incident comme clos.
 
Mais non, totalement déboussolés, De Carolis, Patrick Duhamel et Arlette Chabot ne contrôlent plus la situation au point d’en perdre la tête et de se laisser aller dans un texte rageur dont le titre s’inscrit juste au dessous de celui du journal le Monde : « France Télévisions : M. Peillon ment »
 
Ainsi le quotidien, du moins dans la forme, souscrit-il à ce verdict.
 
Mais -et qu’importe ce qu’on peut penser de Peillon- les minutes du procès comme le réquisitoire final ne manquent pas d’intérêt et trahissent ce que nos trois ayatollahs voulaient si bien cacher : D’abord, à aucun moment ceux-ci ne se risquent désormais à suggérer que Peillon avait été mis au courant que le fameux débat mettrait aux prises Besson et Le Pen. Or Peillon dit n’avoir pris sa décision de saboter le dit débat que lorsqu’il en fut informé ce qui infirme singulièrement cette faute morale, ce "mensonge", ce péché originel qu’on lui faire porter.
Mais la fin du texte est hallucinante dans son refoulé : Peillon remettrait en cause … l’indépendance de la télévision et de la presse !
 
Quelques citations : « M Vincent Peillon a décidé de passer du mensonge à l’insulte en accusant la direction de France Télévisions de « servilité ». « M.Peillon dicte déjà publiquement les thèmes qui devraient selon lui, faire la « un » de nos journaux télévisés et magazines d’information. » « Peut-être que dans son trouble, M. Peillon aspire au ministère de l’information dans un futur gouvernement. Il est clair qu’aujourd’hui, il ne se contente plus de mentir, il déraisonne. »
 
Passons outre le fait que jamais la presse ne se soit jamais si obsessionnellement fixée sur le mot « mensonge » pour ce qui reste, au plus, de la muflerie. Mais il fallait à ceux-là un alibi moral. Et la morale étant si étrangère à ces gens qu’il n’avait que cela à se mettre sous la dent !
 
Plus intéressante est cette hantise d’un pouvoir fantôme qui dicterait aux journalistes leur loi… Et ce serait Peillon qui serait cet impensé et cet impensable… Ce qui suppose la panique de ceux qui sont à la barre et qui savent leurs compromissions vis-à-vis du pouvoir réel, qui dénoncent un « mensonge » pour couvrir la désinformation qu’ils nous servent quotidiennement : Ce ne serait donc pas Sarkozy qui surveillerait les médias mais déjà l’ombre de Peillon !
 
Ceux-là qui se laissent entraîner à ce délire perçoivent sans doute à l’horizon cette grosse tempête qui risque de les balayer. Alors il ne leur reste plus que la rhétorique stalinienne et le fantasme du goulag : l’opposant est un fou. Le mensonge est cette folie qui prétend que la réalité est autre que ce que l’on en dit.
 
Pour ce remake du naufrage du Titanic, les spectateurs, n’en doutons pas, seront nombreux !
 

Moyenne des avis sur cet article :  4.39/5   (33 votes)




Réagissez à l'article

13 réactions à cet article    


  • LA MACHINE A ECRIRE LA MACHINE A ECRIRE 27 janvier 2010 12:25

    Franchement, votre article est à mes yeux, incompréhensible ! De quelle tempête, de quel naufrage parlez-vous ? Où voyez-vous de la panique là où il n’y a, de fait, qu’une instrumentalisation assez insupportable par Mr. Peillon. Celui-çi s’arroge le droit de décider seul que personne au PS n’ira s’exprimer sur le plateau de FT. Il a confisqué le débat, il a instrumentalisé la chaîne publique, Chabot, Besson pour se faire mousser. Et ensuite il tente d’en faire porter le chapeau aux autres. C’est nul et terrifiant. 

    Si Titanic il y a, il se trouve dans le cerveau de Peillon dont on se demande où est passé le capitaine !

    • Terran 27 janvier 2010 22:38

      Pas d’accord avec ce commentaire.
      Il y a une réelle agitation dans le paysage audio-visuel français.

      Les rats que nous sommes commencent à quitter la navire pour laisser se bouffer les loups entre eux.

      Continuons à nous informer sur internet, et relevons les infos importantes qui viennent d’Eurasie et des USA.
      L’information française est nulle et n’a pas d’intérêt. Elle enferme dans le monde franco-français et c’est insuffisant pour avoir une image cohérente de la réalité mondiale dans laquelle nous somme embarquées.

      Ils le sentent bien, ils sont tendus dans les médias et tentent de multiplier les coups pour rameuter de l’audience en chute libre.
      Les gens n’ont plus confiance en leurs élites et politiques, nous sommes entrés dans un phénomène de grêve de masse. Voir Rosa Luxembourg.

       


    • Olorin 27 janvier 2010 15:09

      Je n’ai pas beaucoup d’estime pour Peillon, mais force est de reconnaître que dans cet histoire, malgré le fait que les faiseurs d’opinions aient pris majoritairement fait et cause pour Mâame Chabot (on comprend bien pourquoi), Peillon a raison.


      • Lorenzo extremeño 27 janvier 2010 15:43

        @ l’auteur

        le rafiot France Télévisions n’a pas vu, non plus, l’iceberg-Peillon,
        « tout va bien  » rassure le capitaine,
        l’orchestre imperturbable continue de jouer la même partition
        tous les soirs á 20h.

        Cordialement.


        • voxagora voxagora 27 janvier 2010 16:03

          Concernant la fin de votre article sur la rhétorique stalinienne «  »l’opposant est un fou«  », elle est employée principalement par la droite française me semble-t-il, et sans beaucoup de nuances. Mais surtout elle est appliquée plutôt aux femmes, et notamment à Ségolène Royal.
          Ceux qui disent de Vincent Peillon, qui est en proximité avec elle malgré tout, qu«  »« il est en perdition »«  » instrumentalisent cette proximité pour faire d’une pierre .. le plus de coups possible.
          Quant au contenu de l’article, il confirme ce que je pense moi-même :
          il y a, pour la télévision au moins, un Avant-Peillon et un Après-Peillon.


          • Deneb Deneb 27 janvier 2010 18:47

            Il m’a l’air plutot bien, ce Peillon. Il a un defaut cependant - il fait de la politique. Quant à la télé et ses mensonges, ses traquenards et ses démagogues diplomés, je ne parierai pas un kopek à sa survie au delà de 2 ans. Ses nullités imposées entrecoupées de pubs ne font pas le poids en face d’un Net qui est pourtant à peine à ses debuts. Les puissants aussi ont un très gros problème : ils n’arrivent plus à prendre les gens pour des imbéciles comme jadis. Bref, une belle pagaille en perspective. Tout le monde à la tribune, les places sont gratuites !


            • joelim joelim 27 janvier 2010 20:07

              Oui Cassino, mais çà leur fait quand même très peur. S’ils pouvaient mettre des bâtons dans les roues du web citoyen ils n’hésiteraient pas. D’ailleurs, ils n’hésitent pas !


            • joelim joelim 27 janvier 2010 20:10

              France télévisions ne représente plus la France, mais les intérêts de son président actuel. Aucune démocratie n’est perceptible dans ce qu’il faut bien appeler Fransarko2, Fransarko3 et Fransarko télévisions... 

              Exigeons l’impossible : que les présentateurs soient choisis par les français !

              • Ensor 27 janvier 2010 20:49

                @Cassino

                Agoravox, c’est un peu l’auberge espagnole et le bon y cotoie le mauvais, comme sur l’ensemble du net. Mais il a le mérite d’exister et en + c’est gratuit. L’on peut aussi se rabattre sur les gazettes francophones qui ont des sites internet ou sur contre info, Backchich, Courrier Internationale, Acrimed. la liste n’est pas exaustive.


                • Lorenzo extremeño 27 janvier 2010 22:08

                  ...et quelques autres : Cozop,@si,Parlons Net,Les mots ont un sens,Mécanopolis,

                  Politique.net,Beta politique,Rezo.net etc....

                  Bonne lecture.


                  • PtitLudo PtitLudo 28 janvier 2010 10:30

                    Malheureusement le PS n’a pas encore été à la hauteur en cafouillant alors qu’il aurai du faire bloc derrière V. Peillon, ce qui a contribué à l’isoler.

                    Il était dès lors plus facile pour les journalistes accrédités de le faire passer pour un fou, que s’ils avaient eu face à eux un parti au complet.

                    Enfin laissons les s’auto-convaincre de leur soi-disant indépendance, laissons également Sarkozy s’auto-convaincre que les français lui font confiance d’après des sondages bidonnés. Tout cela finira fatalement par leur pêter à la gueule un jour ou l’autre.

                    Ils n’ont pas compris que le monde changeait et que l’influence médiatique traditionnelle était en train de perdre la partie. Comme moi, n’hésitez pas à partager l’information (la vraie) à vos amis, votre famille, au maximum de monde.

                    Il y a des précédents dans l’histoire, et ces systèmes renfermés sur eux mêmes, auto-convaincus ont toujours mal fini.


                    • Bill Grodé 28 janvier 2010 10:38

                      Par ailleurs, dans le registre « C’est celui qui le dit qui y est », il me semble bien que c’est Peillon en personne qui avait dit de Ségolène « qu’elle relevait de la psychiatrie lourde », alors qu’elle était venue,sans y être invitée, à un débat qu’il avait organisé.
                      Elle avait fait de l’anti-Peillon, en quelque sorte.


                    • Verdi Verdi 28 janvier 2010 11:18

                      Pendant que ces médias inféodés agitent l’opinion, avec la complicité de serviles et piteux journaleux, à propos de sujets qui n’ont qu’un lointain rapport avec les difficultés quotidiennes des Français, les fachos du gouvernement sont à l’ouvrage. La preuve : au motif de soi-disant réformer (au passage, on ne leur a rien demandé), il ne leur a fallu que deux ans pour élaborer contre les Français un arsenal législatif sans précédent sauf sous Vichy !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

NOUVEL HERMES

NOUVEL HERMES
Voir ses articles







Palmarès