Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > Franz-Olivier Giesbert : la francisque de Mitterrand, un détail

Franz-Olivier Giesbert : la francisque de Mitterrand, un détail

 Nous reproduisons dans ce billet un extrait de l’Omertà française, publié en 1999 aux éditions Albin Michel, qui dénonce l'imposture du livre de FOG sur Mitterrand ; livre publié suite à la divulgation tardive de l'implication de l'homme d'État dans le régime de Vichy. FOG a été directeur de plusieurs grands journaux (1), notamment Le Point. À ce titre, il a soufflé le chaud et le froid sur la vie politique (récemment, « comme une envie de Juppé », dont il occulte naturellement le casier judiciaire), tout en vouant un culte à la pensée unique (avec pour meilleur ami Alain Minc...). Dans un monde journalistique grand public dominée par quelques magnats (Dassault, Bouygues...), et généreusement subventionné par le ministère de la culture (2), sa carrière l'aurait-elle propulsé dans les hautes sphères, s'il avait fait preuve, ne serait-ce que d'esprit critique, envers les idéologies dominantes que sont la financiarisation de l'économie, la marche forcée de la construction européenne etc ?

[AVIS AUX MODÉRATEURS :

CE BILLET A JUSQU'À PRÉSENT ÉTÉ REFUSÉ. JE DEMANDE AUX RESPONSABLES D'AGORAVOX (CET AVIS LEUR SERA COMMUNIQUÉ PAR EMAIL) DE VEILLER À CE QUE SOIT BIEN L'ESPRIT DU JOURNALISME CITOYEN ET NON DE LA CENSURE PARTISANE, QUI GUIDE LA MODÉRATION DE CE BILLET. 

VOICI À PRÉSENT UN PASSAGE EN REVUE DES CRITÈRES D'ADMISSION D'UN ARTICLE À LA PUBLICATION.

CE BILLET LIVRE, ET SOULÈVE DES QUESTIONS (COMMENTAIRE) AUTOUR D', UN EXTRAIT DE L« OMERTÀ FRANÇAISE » (INFORMATION CENTRALE). LE PLAGIAT EST DONC ÉCARTÉ. CE FAISANT, LE PRÉSENT BILLET S'EMPLOIE À METTRE À JOUR UNE VÉRITÉ, DU DOMAINE PUBLIC MAIS MÉCONNUE, AUTOUR D'UNE IMPOSTURE JOURNALISTIQUE DE LA PART D'UN ACTEUR INFLUENT DES MÉDIAS (PERTINENCE), SUR UN SUJET AYANT TRAIT À DEUX CHAPITRES (40-45, 81-95) QUI DE TOUTE ÉVIDENCE OCCUPENT UNE PLACE IMPORTANTE DANS LES CONSCIENCES DE BEAUCOUP. LES SOURCES FOURNIES AVEC LEURS LIENS HTML, ET FIABLES. DEUX CONTROVERSES SONT SOULEVÉES : UNE ENTORSE À L'ÉTHIQUE, ET LA MORALE À DEUX VITESSES. LEURS SONT RATTACHÉÉS UN SUJET D'ACTUALITÉ RÉCENTE, LA DÉRIVE RÉPRESSIVE DE LA LIBERTÉ DEXPRESSION. L'ARGUMENTATION ET LE STYLE, CONCIS, SONT TRANSPARENTS (PÉDAGOGIE). POUR CES RAISONS, CETTE ARTICLE RELÈVE DE L'ESPRIT CRITIQUE, PAS LA MALVEILLANCE, ET S'ADRESSE À L'INTELLIGENCE DU LECTEUR.

IL SERAIT CRUELLEMENT IRONIQUE QUE LE JOURNALISME CITOYEN CENSURE UN BILLET LEVANT LE VOILE, ET DANS LES RÈGLES DE L'ART, À UN ASPECT DE CE QUI JUSTIFIE EN PRINCIPE SON EXISTENCE, C'EST À DIRE DE COMBLER LE TRAITEMENT PARTIAL ET PARTIEL DE L'INFORMATION PAR LES GRANDES ENSEIGNES DE PRESSE.

CET ARTICLE A ÉTÉ PUBLIÉ SUR UN BLOG PRIVÉ, ET A ÉTÉ SPONTAn´MENT REPRIS DANS 2 AGRÉGATEURS GÉNÉRALISTES DE BLOGS, CE QUI ATTESTE D'UN INTÉRÊT ; PREUVES À DISPOSITION DES RÉDACTEURS.

SI CE BILLET EST ACCEPTÉ, JE DEMANDE AUX RÉDACTEURS DE BIEN VOULOIR SUPPRIMER CETTE MISE AU POINT. EN CAS DE REFUS, JE DEMANDE QUE L'ON ME FOURNISSE L'EXPLICATION. ET SI JE TROUVE QUE LA JUSTIFICATION NON VALABLE, JE FERAI CONNAÎTRE CE QUE JE TIENDRAI ALORS POUR UNE IMPOSTURE, CETTE FOIS-CI DE LA PART DU JOURNALISME DIT CITOYEN.]

L'omertà au service des puissants sévirait dans la presse grand public ? Du moins le livre incriminé en fournit un exemple caricatural, et soulève une autre controverse. Présenter la francisque de Mitterrand comme « un détail » (en référence à une allusion controversée de JMLP), ce que s'est employé à faire FOG, est une atteinte à la mémoire de la Shoah. Si le travail de blanchiment de FOG avait porté non sur Mitterrand mais un dignitaire nazi, cela lui aurait valu les foudres des biens pensants (« cerveau malade »), et l'exclusion immédiate et définitive du microcosme parisien. Et pourtant il n'a, semble t-il (nous n'avons pas fait de recherche approndie), jamais été importuné (3). Morale à deux vitesses ? Le livre de FOG date un peu, mais s'agissant de faits imprescriptibles, il est toujours temps, au mimimum, de lui demander ce qui lui est passé par la tête, afin de vérifier que ce n'est pas un « cerveau malade ». Mais bien sûr, l'omertà veille à ce que cela ne se produise jamais. Il ne manque plus que la censure préventive des « cerveaux malades » (4) pour que le système de vigilance de la morale à deux vitesses soit parfait...

Voici l'extrait annoncé plus haut (rappel : l'Omertà française, 1999) :

« Faut-il lui aujourd’hui faire grief [à Mitterrand] d’avoir travaillé quelques mois pour Vichy ? » s’interrogeat FOG, alors au Nouvel Observateur dans une biographie qui fera date. Invoquant l’itinéraire troublé d’un gaulliste comme Couve de Murville —passé de Pétain à Giraud, puis de Giraud à De Gaulle !—, le journaliste répond catégorique : « ce serait injuste ». D’ailleurs la Résistance, écrit-il, « Mitterrand la cherche ». Il a mis du temps à la trouver, entre un passage au Commissariat à l’information—organisme de propagande où on rédige des fiches sur les opposants—et autre, plus long, au Commissariat aux prisonniers de guerre. Aujourd’hui au Figaro, Giesbert défendait alors avec conviction cet itinéraire complexe. Cette critique, dit il dans son livre, « est contredite par le faits ». Lesquels ? C’est simple : « il soufflait sur le Commissariat un esprit de résistance. » Ah bon ! Le futur président écrit un article dans une revue modeste à laquelle contribuaient des pétainistes patentés, voire antisémites ? Réponse : « la forme est obscure, la pensée anodine. » Mais il y a un dernier obstacle pour faire de Mitterrand un authentique résistant : la francisque. Cette décoration, il fallait la demander et elle n’était accordée qu’aux fidèles du Maréchal. Celle de Mitterrand porte le numéro 2202. « Devant les attaques sur sa prétendue collaboration, écrivait Giesbert, il est toujours resté silencieux » Sa logique ? « Il estime à bon droit qu’il n’a de compte à rendre à ses détracteurs » A bon droit ? Au nom de quoi l’ancien collaborateur du régime de Vichy se dispensait-il de répondre aux questions gênantes ? Quant à « son passé qui ne serait pas sans tâches, poursuivait le journaliste, qu’ils le prouvent » Et le biographe tranchait : « Cabré contre le nazisme le Mitterrand de la résistance a cherché à satisfaire son goût de l’absolu pour le combat collectif. » Admirable défense d’un homme compromis. Il est seulement dommage que son livre ait contribuer à banaliser cet épisode peu glorieux et à lui fabriquer son image d’homme de gauche. »

Notes :

(1) 1985, directeur de la rédaction du Nouvel Obs ; 1988, directeur des rédactions et membre du directoire du Figaro ; 2000, directeur du Point ; 2014, quitte la direction du Point, où il continue de tenir une une chronique. Il anime plusieurs émissions de télévision, notamment Les grandes questions, sur France 5, où l'on débat de questions philosophiques, par exemple « l'espoir faire vivre ». Source.

(2) 2009-11 : sur la période Frédéric Mitterrand a débloqué 5 milliards d€ pour la la presse écrite ; 2015 : Fleur Pellerin maintient la volonté de réserver les subventions à la presse écrite.

(3) La même question se pose à l'égard de certains, qui caviardent grossièrement la mise au service des notaires à l'aryanisation économique sous Vichy. En particulier, Alain Moreau, notaire honoraire à la Rochelle et Pdt honoraire de l'institut international de l'histoire du notariat, publie dans Les Échos du 9 mars 2015 un article retraçant l'histoire du notariat ; histoire qui fait l'impasse sur 40-44, au point de situer la création du conseil supérieur de la profession en 45, au lieu de 41.

(4) Un premier ministre qui demande à la plus haute cour administrative de censurer un spectacle, et cette dernière qui éxecute dans l'urgence : c'est le retour de la censure, dénoncent certains juristes.
 
 

Moyenne des avis sur cet article :  2.21/5   (24 votes)




Réagissez à l'article

18 réactions à cet article    


  • Rincevent Rincevent 5 août 2015 00:17

    Sans vouloir l’excuser, loin de là, Mitterrand était assez représentatif de cette époque. En effet, qu’est-ce qu’on trouvait gravitant autour du Maréchal ? En gros, trois clans.

    1) Une extrême-droite avide de revanche depuis 1934 et qui voyait là l’occasion d’appliquer son programme, celui de Pétain lui semblant trop timide. Pétain les a écarté le plus longtemps possible du pouvoir politique et, curieusement, les Allemands aussi.

    2) Des hauts fonctionnaires qui se retrouvent brutalement au pouvoir, sans cet « ennui » qui consiste à se faire élire et à rendre compte devant un Parlement, le bonheur ! C’était, somme toute, les prototypes de nos énarques…

    3) Une droite classique avec des « maréchalistes » dévoués, convaincus qu’il jouait un double jeu et qu’il arriverait à rouler les Allemands. Parmi eux, certains allaient jusqu’à fermer les yeux sur les premiers actes de résistance, comme amasser et cacher de l’armement laissé ça et là par la déroute de 1940 ou prévenir certains résistants d’une arrestation imminente. La plupart le suivront longtemps, d’autres glisseront dans un courant qu’on a appelé les « vichisso-résistants » (oxymore ?). Mouvement qui aura comme accélérateur plusieurs événements : fin 1941, l’entrée en guerre des USA, Novembre 1942 le débarquement en Algérie et au Maroc et surtout l’issue de Stalingrad en Février 1943.

    Quant à la Francisque de Mitterrand, elle n’a jamais été un secret, mon père m’en avait parlé bien avant la parution du livre de Péan « une jeunesse française - François Mitterrand » et, pour les plus jeunes, il suffit de taper Mitterrand sur son clavier et Wiki vous dit tout : https://fr.wikipedia.org/wiki/Fran%C3%A7ois_Mitterrand

    A côté de ça, je ne sais plus qui a dit « Pendant l’Occupation, il y a eu 5 % de résistants, 2 % de collaborateurs et le reste a attendu que ça se passe. » Si on veut se faire une idée au plus près de la réalité, revoir « Le chagrin et la pitié » film émouvant et terrible, longtemps boycotté par la télévision (d’État, à l’époque).

    Si j’ai bien compris l’auteur, le vrai souci serait plutôt Giesbert. Mais, là aussi, la révérence du petit monde des médias face au pouvoir n’est pas vraiment un scoop…


    • Langlemort Bonneteau 5 août 2015 18:26

      @Rincevent « 

      Si j’ai bien compris l’auteur, le vrai souci serait plutôt Giesbert. Mais, là aussi, la révérence du petit monde des médias face au pouvoir n’est pas vraiment un scoop…

       »

      La révérence de Giesbert pour Mitterrand revêt un caractère particulier tant par l’audace de son imposture—« il soufflait sur le Commissariat un esprit de résistance. », que parce qu’elle porte atteinte à la mémoire de la Shoah. Mais sans doute cela n’est-il pas vraiment un scoop, s’agissant de quelqu’un qui, de son propre aveu, a diabolisé JMLP pour avoir fait la même chose (porté atteinte à la Shoah).


    • fred.foyn Le p’tit Charles 5 août 2015 07:57

      Franz-Olivier Giesbert : le journalisme, un détail de notre société.. !


      • lsga lsga 5 août 2015 11:09

        il va se faire virer du Front National celui-là


        • Emmanuel Aguéra Emmanuel Aguéra 5 août 2015 13:56

          Je ne supporte pas FOG, mais cet article, lol, ce n’est que l’exercice de masturbation d’un nul pour d’autres nuls.
          Si ça suffit à la leur faire lever, tant-mieux pour eux.
          .
          Ça aurait pu être l’article false flag d’un socialo rusé pour mettre en évidence le pathétique de la connerie ambiante, mais même pas : j’ai regardé les commentaires de ce Bonneteau : il est ce qu’il semble être... Sincère.

          Tant-pis pour lui et triste en général.


          • 65beve 5 août 2015 16:14

            Bonsoir,

            Cette francisque, c’est du pipi de chat comparé à l’amitié de Mitterrand pour Bousquet.
            cdlt.

            • Langlemort Bonneteau 5 août 2015 19:37

              @65beve il ne vous aura pas échappé que la francisque est reprise dans le titre parce que c’est un symbole de la collaboration.


            • 65beve 6 août 2015 15:58

              @Bonneteau
              Bonjour,

              A cette époque, tout le monde était collabo.
              Il n’y a qu’a voir tous ces films d’actualité où les gens font le salut fasciste à la moindre apparition de notre caudillo Pétain.
              Si on peut considérer que ces images sont truquées, des témoins dignes de foi m’ont affirmé que les supporters de Pétain étaient très nombreux lors de ses meetings à Toulouse Pau ou Tarbes.
              Après la libération, tout le monde était résistant.
              Ce qui est moins normal, c’est que l’amitié avec une ordure ait pu perdurer.
              cdlt.

            • Langlemort À ciel ouvert 6 août 2015 18:06

              @65beve « A cette époque, tout le monde était collabo. » Mitterrand c’était mieux que ça, « il soufflait un esprit de résistance sur le Commissariat à l’information ». Il y a volonté manifeste, de la part de FOG, d’édulcorer son engagement dans le régime de Vichy : c’est une imposture, autour d’un sujet sur lesquel les bien pensants sont prompts à dégainer, et cela devrait normalement soulever des questions. Par exemple, sa légitimité comme animateur d’une émission de l’audiovisuel public.


            • 65beve 6 août 2015 19:09

              @À ciel ouvert
              Bonsoir,

              Tout à fait d’accord avec vous.
              cdlt.


            • pierre 7 août 2015 11:43

              @65beve
              oui ou celle de Jacques Brel ainsi que l’église avec un paul thouvier


            • Kostic 5 août 2015 21:29

              Pour ce qui est de la triste histoire du notariat sous Vichy (point 3), triste pour leurs victimes, un universitaire parcours actuellement les archives de cette époque et a déjà trouvé des choses graves et peu reluisantes. Un ouvrage fort documenté devrait suivre ...

               

              Bon, ils n’auraient fait que multiplier leur C.A. avec la revente des biens des juifs ... ! Puis, hélas, à la Libération le pouvoir d’alors, que vous connaissez, a bien eu besoin de leurs services, ce qui a fait passer "les meilleurs d’entre eux" au travers des filets de l’épuration.

               

              Le Conseil supérieur du Notariat date de cette époque, les dirigeants les plus influents actuellement sont les descendants, pour partie, des grands cabinets d’alors. Il y a jusqu’aux « coutumes » antidémocratiques (le secret des chambres, le trafic d’influence, etc.) qui ont été conservées jusqu’à nos jours.

               

              Le notariat d’aujourd’hui, c’est surtout une image que ces professionnels tiennent à conserver pour le grand public. Et ça marche, vu que ce sont de riches annonceurs pours les médias ...

               

              Il n’est qu’à voir ce qui s’est passé avec la loi Hamon, pleines pages de pub, employés poussés à descendre dans la rue, lobbying insistant auprès des parlementaires.

               

              L’histoire importe donc, puisque la corruption fait depuis partie de ce milieu. Voyez par exemple ce qu’en dit Me Bernard Trigallou sur son blog sur le notariat, ce n’est pas triste ! 


              • Langlemort À ciel ouvert 6 août 2015 17:50

                @Kostic

                « Et ça marche, vu que ce sont de riches annonceurs pours les médias ... »

                Il suffirait qu’une organisation de défense de la mémoire Shoah s’en offense et alors là, patatras ! Ce qui soulève cette question : pourquoi ne le font-elles pas ?

                « Voyez par exemple ce qu’en dit Me Bernard Trigallou sur son blog sur le notariat, ce n’est pas triste ! »

                Son livre non plus, n’est pas triste. Il même édifiant sur l’omertà et la vendetta s’exerçant au sein du notariat, avec la complicité passive de l’institution judiciaire.


              • Langlemort À ciel ouvert 7 août 2015 07:01

                @Kostic

                http://www.senat.fr/dossier-legislatif/pjl14-554.html

                Cette loi clôt-elle définitivement les réparations aux victimes de la Shoah ? Auquel cas, les notaires passeraient une fois de plus entre les mailles du filet.


              • Langlemort À ciel ouvert 10 août 2015 07:52

                @Kostic

                La note (3) disait « histoire [du notariat par le notariat] fait l’impasse sur 40-44, au point de situer la création du conseil supérieur de la profession en 45, ». La citation pertinente est celle-ci : « la Libération, [par] l’ordonnance du 2 novembre 1945, [qu’un] Conseil supérieur du notariat apparaît. »

                Précisions sur l’origine du Conseil Supérieur du Notariat :

                • « L’ordonnance du 2 novembre 1945 n’est que la reprise de la loi du 16 juillet 1941 adoptée sur proposition de l’ANNF et mise en application le 1er octobre 1942 sur l’insistance de l’ANNF (j’ai consulté les documents de l’époque). Le premier président du CSN a été désigné par Vichy sur une liste établie par l’Association Nationale des Notaires de France (ANNF). Il était encore en fonction en 1945. » http://www.contrepoints.org/2014/10/18/184928-notaire-le-spolie-imaginaire#comment-946882
                • « Le professeur et éminent juriste René Cassin, qui était le conseiller juridique personnel du Général de Gaulle, a expliqué que c’est pour donner à [l’« aryanisation économique », et la « mutation » (spoliation) des biens juifs], évidemment illégales, une apparence de légalité, qu’il a été décidé de recourir systématiquement aux notaires, lesquels, disciplinés, aux ordres du pouvoir et au mépris de leur conscience, se sont exécuté avec zèle (voir les archives du CGQJ aux Archives nationales) ... et y ont trouvé leur compte. » http://avocats.notaires.over-blog.com/article-shoah-les-etats-unis-exigent-de-la-sncf-qu-elle-s-explique-56148874.htm
                Rappellant que la citation mise en cause retranscrite plus haut (« la Libération... ») est tirée d’un article des Échos (du 9 mars 2015), voici une précision sur un éventuel conflit d’intérêt avec le notariat :

                « Afin d’éviter de prêter le flanc à la critique de céder au complotisme, nous nous garderons d’observer que le journal Les Échos qui travaille en étroite collaboration avec les notaires du groupe Monassier a été choisi par le notariat pour faire connaître sa « contre-attaque »Les Échos donnent donc écho à la « riposte » du CSN, en prenant soin de ne pas entendre de contradicteur. »

                http://www.contrepoints.org/2014/09/06/179805-le-notariat-pour-le-debat-mais-a-une-seule-voix


              • Doume65 5 août 2015 23:59

                A l’auteur :

                Vous avez eu l’amabilité pour Mitterrand (et Giestbert) de ne pas en remettre ou couche puisque vous avez omis de considérer son rôle lorsqu’il était ministre de l’intérieur. (Que Giesbert ne pouvait ignorer)


                • Langlemort À ciel ouvert 6 août 2015 17:57

                  @Doume65 Effectivement, ça décapitait vite et bien en cette année 57. C’est un autre chapitre, sur lequel il faudrait effectivement vérifier que FOG a également tenu un double discours : attaque en règle contre JMLP (à qui l’on a imputé la torture en Algérie) et blanchiment pour Mitterrand (par omission, si j’en crois le sous-entendu contenu dans « vous avez eu l’amabilité »).


                • jacques 6 août 2015 17:54

                  sans idée politique mais change de nom... va comprendre charles.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Langlemort

Langlemort
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès