Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > Grève de la SNCF : non à la grève de l’information objective (...)

Grève de la SNCF : non à la grève de l’information objective !

La couverture médiatique de la grève à la SNCF est effarante. Elle se contente trop souvent de montrer un cortège d’usagers exaspérés, en évoquant, au mieux, de manière très superficielle, les raisons de cette mobilisation. Pourtant, cela mérite un traitement plus équilibré, comme l’a bien noté Jérôme Leroy dans Causeur, où il s’en prend à France Inter, ironie de l’histoire…

L’oubli du droit de grève


Bien sûr, les grèves peuvent créer de grosses perturbations pour les usagers, particulièrement quand ils n’ont pas de substitut, ou qu’ils se retrouvent contraints d’utiliser leur voiture en subissant bouchons et coût élevé de l’essence. Cela est d’autant plus problématique quand il y a le baccalauréat ou que des demandeurs d’emplois ratent des entretiens suite aux perturbations, comme certains médias s’en sont émus. Néanmoins, il faut noter que la SNCF a mis en place un dispositif particulier pour faciliter la tâche des bacheliers et Benoît Hamon confirmait cette semaine sur RTL qu’il n’y avait pas plus de retard que les années précédentes (même s’il faut reconnaître que les critères ont été assouplis cette année). Et puis, on passe souvent son baccalauréat à proximité.


Mais il faut noter deux choses. D’abord, comme me l’ont indiqué des lecteurs, il n’est pas possible pour les grévistes de faire la grève du zèle (où les usagers n’ont pas à payer), ce qui serait un moyen de faire des grèves populaires. Ensuite, et cela est insuffisamment rappelé, il ne faut pas oublier que les jours de grève ne sont pas payés. La protestation des salariés de la SNCF a un coût qui n’est pas négligeable pour tous les grévistes. Par exemple, la défense de leurs idées va peut-être engloutir le budget vacances de ceux qui y participent. Pour les moins payés, elle imposera des privations dans les prochains mois. Et puis, ceux qui dénoncent la grève oublient également que le droit de grève est un acquis important, un marqueur démocratique majeur.


Une vraie question de fond

Bien sûr, il faudrait que les bacheliers soient le plus possible épargnés par ces grèves, mais il semble que le dispositif mis en place par la SNCF marche plutôt bien. Mais peu de commentateurs le notent, , préférant ressasser les idées reçues d’un entreprise peu efficace et de salariés indolents alors que la SNCF est un atout pour notre pays, même si tout n’est pas parfait, évidemment. Il faut noter que Le Monde a publié deux bons papiers équilibrés dans la rubrique Les Décodeurs, dont un démontant tous les fantasmes qui circulent sur les réseaux sociaux. Et puis il y a des raisons de s’opposer au projet de loi du gouvernement, que ce soit le découpage du service public ferroviaire en trois entités au lieu de deux, la préparation de la libéralisation du marché du transport ferroviaire ou encore la réforme du statut des employés de ce qui s’éloigne d’un service public.

Il ne s’agit pas ici de refuser toute évolution. Mais dans un secteur public, il faut sans doute davantage de concertation et de négociation. Et sur le fond, alors que l’on pointe les mauvaises conséquences de la découpe en deux de la SNCF, avec la création de RFF, qui gère le réseau, passer à trois entités semble ubuesque. Et puis, il est parfaitement légitime de s’opposer à la libéralisation d’un secteur où les expériences étrangères n’ont rien démontré de bon, alors que le service public français est plutôt vu comme un modèle. Les entreprises privées n’exploiteront que les lignes les plus profitables, ce qui va affaiblir plus encore les petites lignes et détruire le service public alors même que le transport ferroviaire est un mode de transport plus respectueux de l’environnement.

Ne nous laissons pas abuser par la couverture superficielle et abusive de ces grèves de la SNCF. Même s’il convient de protéger les bacheliers (ce qui semble fait), le droit de grève doit aussi être respecté et les motifs de mobilisation dépassent largement la simple protestation pour protéger des avantages. Merci aux grévistes de défendre notre service public, que PS et UMP détruisent.

Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (28 votes)




Réagissez à l'article

66 réactions à cet article    


  • zygzornifle zygzornifle 20 juin 2014 11:10

    L’information objective est toujours en contradiction avec celle imposée par le gouvernement qu’il soit de gauche ou de droite manipulant les médias à son avantage , il essaye toujours de DIABOLISER les grévistes .... UMP , PS patronat même combat contre les grévistes.C’est contre les avantages des politiques : Députés, sénateurs, ministres,préfets et autres haut fonctionnaires qu’il faudrait manifester car c’est eux qui s’octroient des avantages scandaleux ....


    • CASS. CASS. 20 juin 2014 20:10

      le problème étant que les grèves c’est chacun son tour, et jamais tous ensemble et avec les chômeurs etc. Alors qu’est -ce qu’ils en ont à foutre les umps et cie madin goldman sach et cie de toutes façons eux trouveront toujours un moyen de s’engraisser sur le dos des autres et de faire fructifier ce qu’ils ont déjà volés.


    • Robert GIL ROBERT GIL 20 juin 2014 11:54

      de plus la partie qui s’occupera de l’entretien des voies, qui n’est pas rentable et coute cher, restera dans le domaine public : privatisation des bénéfices et socialisation des pertes prends ici tout son sens !


      • jef88 jef88 20 juin 2014 12:07

        LE SEUL VRAI PROBLÈME !
        l’ouverture à la concurrence ...
        Un bon plan pour faire crever l’actuelle SNCF, engluée dans une organisation hors d’age au profit des fonds de pensions et autres grôôôsses boites internationales .....
        On a vu le résultat avec l’industrie !


        • Spartacus Spartacus 20 juin 2014 12:35

          Le cartel des privilégiés sociaux.

          Les statuts, ce concept de l’égoïsme et des inégalités en droits sociaux....

          Une vaste fumisterie qui permet à une caste de pseudos bien-pensants Enarchistes de s’acheter une conscience sur le dos des plus démunis.

          Des fonctionnaires hypocrites qui cherchent à se faire passer pour de bons samaritains accaparant les ressources des contribuables tout en prétendant défendre du social.
          Ces vous font prendre des vessies pour des lanternes et vous font croire que les services public sont associé au bien.
          En réalités ces services publics sont associés aux accapareurs de la redistribution. Les crocodiles du social.

          Ces gens là luttent pour un monopole, les syndicats sont une force mafieuse qui utilise la prise d’otage pour empêcher la concurrence qui n’ont d’autres but que de « protéger » des rentes de l’exclusivité et des monopoles publics.

          L’intérêt général n’est pas l’intérêt catégoriel. Ces gens là veulent des privilèges comme les nobles.

          Ces gens là ont le nez collé à leurs profits sociaux corporatistes et inégalitaristes, ils sont incapables de la moindre anticipation et ont renoncé à penser au delà de leur moi égoïste. 

          L’auteur, et son parti de haut fonctionaires Enarques et privilégiés sociaux, vient expliquer à la France entière qu’en fin c’est pas bien grave parce que les étudiants sont « pas trop touchés » !

          A croire que des trains bloqués ne seraient gravissimes que pour les étudiants et qu’il n’y airait que des étudiants.
          Comme quoi ces zozos étatistes n’entendent que ceux qui le font savoir, mais n’ont rien a foutre de ceux qui subissent en silence.

          • 1871-paris 1871-paris 20 juin 2014 13:34

            C’est toi qui ramène sa fraise avec « l’égoisme et les inégalité »

            Alors une question la grande bouche qui a le coeur sur la main !

            Tu es pour ou contre le systeme de répartition des retraites suivant le concepte d’équité pour tous ? Et pas la paine de faire 50 lignes de foutaise néo libéral reactionnaire ... 


          • Pyrathome Pyrathome 20 juin 2014 13:55

            Dis donc Spartaclaque, t’es financé par qui pour faire ta propagande crasseuse ?
            Goldman Sach ou Bigmalion ?
            Comme ton ex idole Naboléon ?


          • Spartacus Spartacus 20 juin 2014 14:44

            1871-paris

            Je suis pour l’équité, mais pas pour la répartition.

            L’équité n’existe pas avec la répartition. 
            Il n’existe pas de système de répartition qui ne soit pas détourné par des intérêts corporatistes.

          • Pere Plexe Pere Plexe 20 juin 2014 16:31

            ...vous confondez sans doute répartition et redistribution.

            Mais au final ça ne change pas grand chose à votre discours d’une rare bêtise. 


          • lsga lsga 20 juin 2014 16:37

            je trouve ça lamentable que les articles de Spartacus ne soient pas publiés. 

             
            sur ce site qui se prétend « anti-libéral » (lol), ça ferait du bien d’avoir un peu le point de vue des libéraux. Les libéraux sont les anti-fascistes de Droite, on a grand besoin d’eux aujourd’hui dans le débat. 

          • Spartacus Spartacus 20 juin 2014 17:28

            @pere-plexe

            —Vous nous faites un topo sur la bêtise et l’équité, entre la répartition d’un fonctionnaire et celle d’un agriculteur d’un rapport de 1 à 7 ?

            —Vous nous faites un topo sur la bêtise et l’équité, entre l’assiette de calcul d’un fonctionnaire et et d’un salariés 6 mois pour l’un 25 ans pour l’autre, un rapport de 1 à 50 ?

            —Vous nous faites un topo sur la bêtise et l’équité, entre les droit ouverts après 25 ans pour un agent SNCF et un salariés après 42,5ans ? 

            —Vous nous faites un topo sur la bêtise et l’équité, entre les droit ouverts après 25 ans pour un agent SNCF et un salariés après 42,5ans ? 

            —Vous nous faites un topo sur la bêtise et la différence de traitement de pénibilité entre un prof, une auxiliaire de puériculture, un technicien, un ingénieur public ou un balayeur municipal et ses fatigues fatigues exceptionnelles par rapport à un prof du privé, une nounou privée un technicien privé ou un ingénieur privé justifiant vos bonifications ?

            Vous nous faites un topo sur la bêtise sur l’âge légal d’ouverture des droits de 55 à 57 ans pour vos corporations, soit un avantage par rapport aux salariés du privé de carrément 5 ans ?

            —Vous nous faites un topo sur la bêtise pour les fonctionnaires, dont le revenu sera égal a 75% du dernier traitement, alors qu’il est quasiment impossible qu’un salarié du privé puisse obtenir un tel revenu à la retraite. Jamais aucun retraité du privé n’atteint ce taux. Comment le pourrait-il avec un régime de base qui ne lui assure que 45% de la part de son salaire inférieure au plafond de la Sécurité Sociale ?

            Vous nous faites un topo sur la bêtise pour les instituteurs fonctionnaires, le temps passé à l’école normale considéré comme une durée de service effectif. Un privilège qui permettra a ses bénéficiaires de partir plusieurs années plus jeune que les autres à la retraite.

            Vous nous faites un topo sur la bêtise et les exonérations du cartel des privilégiés sociaux comme le supplément familial de traitement, l’indemnité de résidence, les indemnités de fonctions, heures supplémentaires, indemnités de qualification acquises, avantages en nature, qui ne sont pas soumises à cotisation.

            —Vous nous faites un topo sur la bétise de votre PREFON l’assurance retraite par capitalisation nette d’impôts pour les fonctionnaires, là ou les Français du privé bénéficient d’une déduction d’impôts qu’a hauteur de 50% pour leurs assurances vie « avec frais financiers »...

            La « rare » bêtise est inversement proportionnelle à votre hypocrisie ?

            Effectivement en plus d’être profiteurs, certain d’entre vous dans le déni sont de joyeux hypocrites. 

            @Isga
            Déja que ces gauchistes ne sont pas capables d’admettre qu’ils sont des profiteurs et des privilégiés, imagines tu qu’ils soient capable d’admettre la vue d’articles qui ne soient pas de leurs obédiences ? Ils sont incapables d’accepter la contradiction autrement qu’avec des anathèmes ou la censure.
            Exemple d’article censuré :

          • Pere Plexe Pere Plexe 20 juin 2014 18:07

            « la répartition d’un fonctionnaire et celle d’un agriculteur d’un rapport de 1 à 7 ? »

            Efforcez vous à faire des phrases qui ont du sens !

            Celle ci ne veut rien dire...


          • CASS. CASS. 20 juin 2014 20:14

            Spartacus c’est quoi les nobles, selon vous ?


          • CASS. CASS. 20 juin 2014 21:00

            les inégalités sont une façon de diviser.les conséquences vous les connaissez.


          • Auxi 20 juin 2014 21:11

            Agoravox « se prétend » anti-libéral ? Première nouvelle ! Vous pouvez préciser, Isga ? Non, évidemment… Quand comprendrez vous que vos approximations, voire vos mensonges, desservent gravement la cause que vous prétendez servir ? Je vous ai déjà pris en flagrant délit de mensonge et confondu, si vous avez une mémoire… Quand à vos illusions sur « le prolétariat », elles commencent à dater un peu : pour ne remonter qu’à Sarkozy, « le prolétariat » a eu mille raisons de se soulever : il ne l’a jamais fait. Ça continue comme avant sous Hollande, pourquoi donc « le prolétariat » se réveillerait-il maintenant ? Pour couper court à tout malentendu, je suis un prolétaire moi-même, fils et petit-fils de prolétaires ; d’ailleurs, je serais curieux que vous me donniez la définition exacte du mot « prolétaire », je suis certain que vous ne la connaissez pas. Détrompez moi si vous le pouvez… Sans dictionnaire, hein, on ne triche pas, vu ?


          • xmen-classe4 xmen-classe4 21 juin 2014 19:46

            les communistes liberaux deviennent des bolchéviques, peut etre.
            il y republiquain et la revolution francaise qui a instauré la republique.

            heureux les républicains (de la bureaucratie anticonstitutionnelle) passent pour des communistes, et ils ont meme plus 5%


          • alinea alinea 20 juin 2014 13:00

            Permettez-moi de poster cette analyse :
            http://www.jean-luc-melenchon.fr/


            • Emin Bernar Paşa Emin Bernar Paşa 20 juin 2014 13:01

              vous avez raison !

              les social-traîtres, valls le sarkozy de gauche en tête, sont contre le droit de grève et contre le service public ! on croit rêver et on ne rêve pas ...


              • Renaud Delaporte Renaud Delaporte 20 juin 2014 13:12

                Pourtant, les syndicats sont rentrés dans ce jeu de la désinformation, par réflexe dogmatique. Une grève est toujours l’aveu d’un désintéressement complet des intérêts du client qui est pourtant la raison d’être de l’entreprise. Celle-ci a encore abouti à dresser usagés (sans « r », bons à jeter) contre salariés.
                Faut pas prendre les hauts fonctionnaires pour des crétins finis. Pour ne pas avoir à négocier, la pratique dans ce pays est d’envoyer les troupes contre le public et que le plus fort gagne (c’est-pas-d’ma-faute-si-y-a-grève, j’suis énarque donc irresponsable). Cette technique de management (car s’en est une) est une des principales raisons des grèves permanentes en France. On ne négocie pas, on jette les salariés en pâture à l’opinion publique, on compte les coups et... on empoche sa promotion prochaine.
                Les syndicats rentrent dans ce jeu bille en tête. Et ils grignotent les miettes qu’on leur jette et vont se coucher en chantant « on a gaaaagné. » En fait, ils ont tout perdu, comme d’habitude : les services ferroviaires sont bien livrés au pillage.

                Ils n’ont pas le pouvoir d’empêcher cela. Ou croient ne pas l’avoir.

                Face à la propagande, il n’existe pourtant qu’une seule arme : la contre-propagande. C’est pas moi que le dit, c’est Bernays, qui en connait un rayon.
                Pour gagner leur combat, les syndicalistes n’avaient d’autre choix que d’envoyer l’opinion publique contre les décideurs. Comment ? En soignant le consommateur plus que d’habitude. Le registre de langue de la propagande est celui du consommateur, pas celui du client. On montre qu’on le respecte et,son attention obtenue, on lui glisse un flyer dans les mains (genre pétition à envoyer à son député rédigé par une agence de com et non un tract syndical, le plus souvent illisible par le consommateur). 

                En dix jours, distribuez vingt millions de tracts, donc quelques centaines de milliers parviendront aux 650 députés et sénateurs (sauf grève des postes, bien sûr !). Les choses ne bougerons plus qu’ainsi, par la réunion de toutes les forces vives du pays. Toutes, tant qu’elles sont vives.

                Seulement voilà : cette union contre les financiers des salariés et des clients, des plus pauvres et des moins riches, de toutes les personnes qui subissent les désirs de nos bons maîtres, a été rendue impossible il y a plus d’un siècle. (Voir ici, par exemple). Pas idiots, nos bons maître. Nous glissons tous vers la fosse de l’esclavagisme, d’un seul bloc, crispés dans nos avantages acquis par une crampe pétrifiante qui empêche toute réelle insurrection.

                Alors gueulons, gueulons, cela couvre le bruit de leurs rires...


                • Pyrathome Pyrathome 20 juin 2014 13:59

                  Une grève est toujours l’aveu d’un désintéressement complet des intérêts du client qui est pourtant la raison d’être de l’entreprise.
                  .
                  Pourtant ils riraient beaucoup moins si les trains roulaient normalement en toute gratuité pour le client....
                  Ça déjà été proposé mais rarement mis en pratique, pourtant ça serait imparable....


                • Auxi 20 juin 2014 16:44

                  @Pyrathome : imparable, certes, mais illégal. Question : à supposer que les grévistes prennent ce risque, serez-vous là pour les soutenir lorsqu’il se retrouveront, inéluctablement, devant un tribunal ?


                • lsga lsga 20 juin 2014 16:48

                  auxi : si c’était fait par tous les cheminots européens, la bourgeoisie ne se risquerait pas à envoyer qui que ce soit devant un tribunal.

                   


                • CASS. CASS. 20 juin 2014 20:25

                   Isga La bourgeoisie ferait intervenir leur OTAN et leurs terroristes associés.


                • bernard29 bernard29 21 juin 2014 01:15

                  à Renaud Delaporte. 

                  d’accord avec votre point de vue sur les stratégies syndicales.


                • Vipère Vipère 20 juin 2014 14:23



                  Par Pyrathome (---.---.57.243) 20 juin 13:59

                  Une grève est toujours l’aveu d’un désintéressement complet des intérêts du client qui est pourtant la raison d’être de l’entreprise.
                  .
                  Pourtant ils riraient beaucoup moins si les trains roulaient normalement en toute gratuité pour le client....
                  Ça déjà été proposé mais rarement mis en pratique, pourtant ça serait imparable....


                  XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX XXXXX


                  Les cheminots ne proposent pas la gratuité des transports comme stratégie de grève pour plusieurs raisons.

                  Ils font le choix délibéré de ne pas se mettre à dos, leur patron qui est le Gouvernement du moment, qui est F. HOLLANDE en 2014, avec lequel ils doivent négocier leurs avantages sociaux, toujours plus d’avantages. Pour eux, par pour d’autres salariés. 

                  La gratuité des services pour les clients n’est pas franchement dans la culture du cheminot. 

                  La seule gratuité qui fasse partie de leur culture est celle de la gratuité pour eux et leurs familles. 

                  Pour permettre la gratuité du cheminot et de sa famille, il faut des cochons payants. Vous et moi.

                  Se mettre à dos les clients, ils s’en fichent, nos cheminots, il y a monopole du rail. Contents ou pas, les cochons de payants reviendront prendre le train, contraints et forcés, ils n’ont pas le choix. 


                  Le cheminot sait pour qui il roule. Devinez ? pour sa pomme. smiley

                   


                  • tf1Groupie 20 juin 2014 14:53

                    Je ne comprends pas : les contrôleurs n’ont pas le droit de faire grève ?


                  • Pyrathome Pyrathome 20 juin 2014 15:00

                    Le cheminot sait pour qui il roule...

                    Et toi, on sait pour qui tu roules, ex Calmos déguisé ;
                    L’extrême droite et les fachos libéronazillons comme ton poto Spartaclaque....

                    .

                    Je maintiens, avec la gratuité des circulations pour les voyageurs, le conflit n’aurait pas duré une journée et n’aurait peut-être même pas eu lieu...


                  • Auxi 20 juin 2014 16:47

                    Je me répète pour Vipère : lorsque les cheminots se seront placés dans l’illégalité en ne faisant pas payer, serez-vous à leurs côtés pour les soutenir au tribunal ?


                  • lsga lsga 20 juin 2014 16:49

                    je me répète pour oxi : quand tous les cheminots européens seront en grève simultanément, et qu’ils ne feront pas payer les transports, la bourgeoisie ne se risquera pas à les envoyer devant les tribunaux. 


                  • Auxi 20 juin 2014 16:52

                    quand tous les cheminots européens seront en grève simultanément


                    C’est-à-dire quand les poules auront des dents… Avec des « si », je déclenche une grève générale mondiale quand je veux.

                  • lsga lsga 20 juin 2014 16:56

                    c’est à dire dès que les syndicalistes français se seront débarrassé de leur direction nationaliste. 

                     
                    Les prolétaires européens n’attendent que les français pour lancer le mouvement.
                     
                    Synchroniser une grève en France et en Espagne, c’est très facile.
                     
                    Ce qui est difficile, c’est de se mettre d’accord sur un mort d’ordre, surtout quand on va chercher ses mots d’ordres dans le nationalisme social du 20ème siècles.
                     
                    Un coup de main : « collectivisation du rail européen ! »
                     
                    Vous verrez si après un mois de blocage complet de l’économie européenne si les bourgeois osent vous envoyer devant un tribunal. Par contre, à l’échelle de la France, c’est sûr que vous pouvez faire la grève 3 mois si ça vous chante : ils s’en moquent

                  • Xenozoid Xenozoid 20 juin 2014 17:00

                    et qu’ils ne feront pas payer les transports


                  • Auxi 20 juin 2014 17:11

                    @Xenozoid : et qu’ils ne feront pas payer les transports

                    Et qu’il se retrouveront poursuivis en justice… on tourne en rond, là.

                  • CASS. CASS. 20 juin 2014 20:31

                    ben comme ceux de chez air france etc etc chacun pour soi, c’est comme ça que nous allons tous dans le mur.


                  • Vipère Vipère 20 juin 2014 15:12


                    Déguisée ? nul intérêt de m’abriter derrière un autre pseudo que le mien qui est vipère depuis de nombreuses années !

                    Pourquoi, vipère et pas autre chose ? parce que j’assume parfaitement mes opinions et ne crains pas de me confronter à celles des autres.

                    Changer de pseudonyme n’a donc aucun intérêt si l’on roule avec conviction pour ses opinions.





                    • Auxi 20 juin 2014 17:16

                      Les prolétaires européens n’attendent que les français pour lancer le mouvement.


                      Sans blague ? Et on peut savoir pourquoi les prolétaires attendent les Français pour lancer le mouvement ? Pourquoi pas les Italiens ? Ou les Espagnols ? Ou les Allemands ? 

                      • lsga lsga 20 juin 2014 17:24

                        merci de me censurer plus comme vous me censurez trop

                         
                         smiley smiley smiley
                         


                      • xmen-classe4 xmen-classe4 21 juin 2014 19:25

                        il y a que 5 personnes qui se connaissent peut etre et qui ont fraudé un truc de gauche et qui en sont boulversé. il nous raconte chaque jour comment le psychiatre c’est pas pour eux.


                      • lsga lsga 22 juin 2014 14:32

                        mais le goulag, c’est bien pour des gens comme toi.

                         
                        Je t’assure, tu te fais des mauvaises idées sur ce que c’était : c’est très précisément ce dont tu as besoin aujourd’hui. ça te ferait énormément de bien, n’en doute pas


                         smiley

                      • Pere Plexe Pere Plexe 20 juin 2014 17:25

                        On peut être pour ou contre cette gréve.

                        Et chacun et libre d’exprimer son point de vue et de donner ces arguments. 

                        Encore faut il, au moins lorsque l’on est journaliste professionnel faire preuve d’un peu de sérieux.Lire ce torchon prouve qu’on est loin du compte !

                        Un si peu de ligne le « Pro » accumule au moins une dizaine de mensonges grossiers...

                        « Selon eux (les syndicats), il s’agit une nouvelle fois de défendre le fameux »service public à la française« , attaqué par les technocrates de Bruxelles et les »ultralibéraux« du capitalisme européen qui veulent faire concurrence à la SNCF »

                        Le selon eux laisse croire que pour les autres ce point de vu est erroné : c’est pourtant et très officiellement la position du gouvernement des ministres de la direction SNCF .Ce changement est bien motivé par la transposition de directives européennes

                        « Ils n’ont jamais peur et jamais honte de faire grève aux pires moments pour les »usagers« , ce terme étrange qui désigne les »clients« partout dans le monde civilisé sauf en France. »

                        Sauf que le calendrier législatif n’est évidement pas du fait des syndicalistes (qui devrait etre honteux bien sur...) ! Quand à la différence entre client et usager faut il rappeler qu’en général le client est le payeur.Dans le cas qui nous intéresse il est sans doute bon de rappeler que ,par exemple, les transports transiliens sont subventionnés à 70%

                        Et peu importe également que deux TGV aient été bloqués le week-end dernier dans le Var pendant toute la nuit de samedi à dimanche, avec 2 300 « usagers » à bord !

                        Et peu importe que le regrettable incident n’ait rien à voir avec la gréve...Ce genre de problème (d’ailleurs révélateur d’un manque de moyen) arrive régulièrement.

                        Le plus insensé est que cette grève tombe au moment où l’on apprend que quelques bonbons supplémentaires vont être offerts sous la forme de très généreuses indemnités aux salariés de la SNCF qui accepteraient un départ anticipé à la retraite. De quoi s’agit-il ? D’un projet de « cessation des activités des agents du cadre permanent-départ volontaire ». En langage non technocratique, de départs anticipés à la retraite. La prime versée par la SNCF pourrait aller jusqu’à deux ans de salaire, selon un article des Échos.

                        Passe que notre professionnel ne fasse pas la différence entre retraite anticipée et démission (car c’est ici de démission qu’il est question).Une simple recherche lui aurait apprit que le dispositif existe depuis 1954 !Qu’il ne concerne que peu de cheminots.Et enfin que les deux ans de salaires constituent un maximum.Bref une mesure qui ressemble assez à celle de sociétés privées ayant un plan de réduction d’effectif.

                        Deux ans de salaire : un vrai « golden bye-bye », comme chez les P-DG du CAC 40 !

                        Tellement mirifique qu’a ce jour les candidats au départ se font attendre.Passons sur la pertinence de comparer cheminot et patrons du CAC40...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès