Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > Haïti, nouveau prétexte de n’importe quoi politico-médiatique (...)

Haïti, nouveau prétexte de n’importe quoi politico-médiatique ?

« Haïti , la malédiction », (le Monde),

"Le Christ s’est arrêté avant Haïti.
Frappé par tous les malheurs de la Terre, Haïti fait douter sinon de l’existence de Dieu, au moins de la divine providence
." (Jean-Francois Kahn),

 "Ils étaient sous la coupe des Français et se sont réunis pour dire au diable : Nous vous servirons si vous nous libérez des Français. Le diable a répondu : ok, marché conclu. Ils se sont libérés (...) mais depuis ils ont été maudits dans tout ce qu’ils ont fait." (pat Robertson le télévangéliste néocons ).

Quel concours de grand n’importe quoi surenchéri de façon de plus en plus spirituel, voire mystico-spiritualiste, on hallucine !


Nos médias, toujours réputés pour leur objectivité et leur mesure, ne parlent pourtant pas de "malédiction" lors des catastrophes naturelles répétées en Californie ou au Japon.

De plus, on ne parle de Haïti que lors des catastrophes, forcément on ne retient que ça.
Qui a déjà vu une image d’Haïti autre qu’un gros tas de boue géant, des bidon-ville, des palmiers arrachés, ou des maisons aplaties ?
Pourtant, je vais peut-être vous étonner, mais Haïti est autre chose que ça !

N’est-ce pas pourtant le rôle des médias de rappeler rationnellement qu’il y a un affrontement des plaques tectoniques sur l’arc des Antilles, ce qui explique volcans et séismes.
Que Haïti est sur les tropique ce qui explique les tempêtes tropicales ET surtout, que la FRANCE napoléonienne a spolié les haïtiens après les avoir exploités en esclave, afin qu’ils payent leur indépendance ... , endettement forcé qui est une raison de leur pauvreté .
Ensuite, Haïti a été victime de dictateurs soutenus parfois par les states, parfois par la France ... parfois par les deux.

Est-ce trop polémique de le rappeler ? trop scientifique, trop historique ?
Peut-être, donc préférons la dialectique mystique de la malédiction, du pacte avec le diable et du vaudoo, c’est plus vendeur... surtout plus ridicule et malhonnête.
Il est étrange qu’Haïti étant un pays francophone, dont la culture et le niveau de français en ferait pâlir de honte plus d’un (y compris les plus haut placés... suivez mon regard...vers le bas), ne nous intéresse si peu ?
Haïti est la première république noire à obtenir son indépendance et à avoir combattu l’esclavage.
Ils pourraient être un modèle de révolution réussie comme il n’y en a eu si peu ... mais bon ... c’est vrai, c’était contre nous, donc c’était du terrorisme d’indigènes satanistes selon le côté dont on se place ... comme toujours.
 
Tout à coup, une brèche s’ouvre, un séisme géant nous refait s’intéresser à ce pays et une solidarité internationale s’organise.
Super ! l’Amérique héroïque de Bruce Willis vient sauver les haïtiens ...
Dans les faits, ils ont réquisitionné à une vitesse folle l’aéroport sans laisser la place aux autres pour contrôler le maximum de point névralgiques.
Puis, comme pour Katrina d’ailleurs, on relaye essentiellement les pillages...avec des images de noirs à la machette dans la main.
Doit-on rappeler que la machette est le couteau suisse des pays tropicaux ? Sommes-nous obligés d’y associer l’image du noir qui va faire un massacre, ou piller, violer... ?
On ne parle pas, ou trop peu, du caractère solidaire, respectueux des Haïtiens eux même, on les fait passer encore pour des sauvages en état de panique et de survie qu’il faut maitriser. Comme pour les habitants de la banlieue d’ailleurs... 
Et par la même occasion, on s’octroie le monopole de la solidarité, de l’héroïsme et de la compassion.
Je rappelle enfin que ce n’est pas parce que les haïtiens sont plus pauvres que nous matériellement, et qu’ils subissent énormément de catastrophes climatiques, que ça veut dire qu’ils sont des miséreux anéantis par leur condition.
Les haïtiens sont très probablement plus riches que nous par leur mentalité, leur culture, leur fraternité, leur vécu, leurs valeurs, leur sagesse... même si c’est inquantifiable.
Redevenons humbles devant des gens qui sur beaucoup de points ne sont pas en dessous de nous mais bien au-dessus, apprenons d’eux, partageons ce qu’on a de plus beau, et pas que du matériel !!

Enfin, comme le rôle des médias français semble de moins en moins celui de relayer l’actualité, la vérité objective, mais plutôt de relayer une idéologie peopolo-mystico-impérialiste de plus en plus obscurantiste, préparant une "guerre de civilisation" avec les gentils blancs judéo-chrétiens démocrates d’un côté et les méchants noirs-arabes terroristes islamistes totalitaristes de l’autre côté, j’espère franchement que les intentions d’OBAMA, de SARKOZY et des ONG de reconstruire Haïti sont sincères et honnêtes et non une énième tentative de re-coloniser les plus rebelles des anciens esclaves de l’Empire et de diffuser un énième fois des images héroïque de notre civilisation occidentale "blanche" et une image misérabiliste des personnes de couleurs.


dawei

Moyenne des avis sur cet article :  3.95/5   (19 votes)




Réagissez à l'article

41 réactions à cet article    


  • LE CHAT LE CHAT 20 janvier 2010 10:18

    Oui , en 200 ans d’indépendance , aucun président français n’est venu rendre visite aux haitiens , état francophone le plus peuplé des amériques, alors que la Martinique et la Guadeloupe sont si proches .
    Cette compassion pour Haiti quand il y a une grande catastrophe est à l’image de ce que la France fait pour ses SDF , dont on parle quand ils meurent de froid en hiver et qu’on oublie toute l’année ...  smiley


    • sissy972 20 janvier 2010 14:08

      Bonjour LE CHAT
      Nicolas Sarkozy avait promis de venir après la « grande grève de janvier-février 2009 » ; il est venu mais à peine 3 heures ou à peine plus, tellement encadré qu’on avait peine à le retrouver dans la foule. Des visites de sollicitudes de ce genre pour dire qu’il comprend les problèmes des outremerriens il pouvait rester chez lui et faire une vidéo-conférence. 
      Les pauvres n’interessent pas les personnes se vautrant dans le luxe, ils pourraient salir leurs costumes fait sur mesure. 


    • Lapa Lapa 20 janvier 2010 10:47

      fort bon article.

      Par contre je crois que vous vous avancez hardiment quand vous trouvez pour cause de la pauvreté actuelle le paiement de la rançon française...

      sérieusement la France en 1870 a dû payer à la Prusse 5 milliards de francs or. On est toujours là.

      En 1945 l’Allemagne doit à son tour payer 315 millions de $ ; le Japon plus de 10 000 milliards de yen... et pourtant ces pays sont toujours à la pointe...

      bref, il faudrait peut être penser à autre chose que cet argent pour expliquer la pauvreté d’un pays indépendant depuis plus de 200 ans.

      et sinon :

      "Les haïtiens sont très probablement plus riches que nous par leur mentalité, leur culture, leur fraternité, leur vécu, leurs valeurs, leur sagesse... même si c’est inquantifiable."

      ne tombez pas dans l’excès de ce que vous dénoncez. Personnellement je trouve ces comparaisons complètement bidons dans un sens ou dans l’autre. Surtout qu’il n’y a pas beaucoup de faits pour étayer vos dires.

      bonne journée !


      • dawei dawei 20 janvier 2010 11:34

        Entièrement d’accord avec vous, je me suis emporté dans l’excès.
        Je voulais juste dire que l’on a surement autant à apprendre des Haïtiens que eux de nous plutôt qu’arriver comme les conquistadors la bible d’une main et l"épée de l’autre et les forcer à adopter nos points de vues, y compris notre idée de la solidarité et de l’humanitaire.

        Merci de votre remarque.
        Dawei smiley


      • Emile Red Emile Red 20 janvier 2010 12:03

        Lapa,

        La France, le Japon, et à moindre raison l’Allemagne étaient des pays riches et pour les deux premiers très anciens.
        Haiti était non seulement nouvelle mais vidé d’une partie de ses richesses monétaires que la plupart des planteurs ont emporté dans leur fuite après l’indépendance, d’autre part il faut comparer les rançons proportionnellement à la population, celle que Haiti a subie était énorme : 60 millions de francs or en 1825 ce n’était pas rien pour un pays qui comptait surement guère plus d’1 million d’habitants.


      • samir 21 janvier 2010 12:21

        on pourrait faire un ratio apr habitant et comaprer allemagne, japon et Haiti

        comparer aussi les aides apportées etc...

        je pense que tes affirmations en prendront un coup


      • samir 21 janvier 2010 12:21

        400 000 habitants a leur liberation

        21 000 000 000/400 en gros c’est la dette par habitant rameneé a une valeur actuelle...


      • Laura 20 janvier 2010 11:49

        Si je comprends bien, il convient de publier une énième repentance de la France pour la période napoléonienne ? FRANCE=BOUC EMISSAIRE DU MONDE. Z’allez voir que ce séïsme, en réfléchissant bien, est bien trop fort pour être tout à fait naturel... Nos services y auraient-ils prêté la main ? Et un impôt pour Haïti, un...


        • balthasar1er 20 janvier 2010 11:56

          @Laura
          c’est assez incroyable cette mode intellectuelle française qui voudrait se soustraire au devoir de vérité, brandissant à chaque fois le discours creux de la repentance et en aboyant désormais avec tous les loups néo-colonialistes de l’hémicycle Français.


        • samir 20 janvier 2010 15:25

          et voici Laura la bobo decomplexée

          deja qu’on a le bobo inculte mais alors la bobo decmoplexée qui aboie sur le meme tempo que son maitre sarko

          On dit que Haiti est frappée de malediction : c’est un scandale

          Pour recadrer les choses et pour ta culture :

          http://www.voltairenet.org/article163610.html

          "On nous rappelle précipitamment que c’est l’un des pays les plus pauvres de la planète mais sans nous en expliquer les causes. On nous laisse croire que la pauvreté est venue comme ça, que c’est un fait irrémédiable : « c’est la malédiction qui frappe ».« 

           »l est indispensable de revenir sur la lutte d’émancipation menée par le peuple haïtien, car en représailles à cette double révolution, à la fois anti-esclavagiste et anti-coloniale, le pays a hérité de « la rançon française de l’Indépendance » correspondant à 150 millions de francs or (soit le budget annuel de la France de l’époque). En 1825, la France décide que « Les habitants actuels de la partie française de Saint-Domingue verseront à la caisse fédérale des dépôts et consignations de France, en cinq termes égaux, d’année en année, le premier échéant au 31 décembre 1825, la somme de cent cinquante millions de francs, destinée à dédommager les anciens colons qui réclameront une indemnité. » [2]
          Cela équivaut à environ 21 milliards de dollars d’aujourd’hui. Dès le départ, Haïti doit payer le prix fort, la dette sera l’instrument néo-colonial pour entretenir l’accès aux multiples ressources naturelles de ce pays.« 

          L’equivalent a l’epoque de 21 miliards de dollars pour a peu moins de 500 000 habitants a l’epoque C’EST CA LA MALEDICTION ?

          et attendez ca n’est pas tout car c’est directement lié a notre epoque

           »Le paiement de cette rançon est donc l’élément fondateur de l’Etat haïtien et a débouché sur la constitution d’une dette odieuse. En termes juridiques, cela signifie qu’elle a été contractée par un régime despotique et utilisée contre les intérêts des populations. La France puis les Etats-Unis, dont la zone d’influence s’élargit à Haïti, occupée par les marines états-uniens dès 1915, en sont pleinement responsables. Alors qu’il aurait été possible de faire face aux douloureuses responsabilités du passé en 2004, le rapport de la Commission Régis Debray préfère écarter l’idée d’une restitution de cette somme en prétextant qu’elle n’est pas « fondée juridiquement » et que cela ouvrirait la « boîte de Pandore » [3]. Les requêtes du gouvernement haïtien en place sont rejetées par la France : pas de réparations qui tiennent. La France ne reconnaît pas non plus son rôle dans l’ignoble cadeau qu’elle fît au dictateur « Baby Doc » Duvalier en exil en lui offrant le statut de réfugié politique et donc l’immunité.« 
           »

          voila quand on a dit ca on a tout dit

          Toute l’aide financière annoncée actuellement suite au tremblement de terre est déjà perdue dans le remboursement de la dette !

          Selon les dernières estimations, plus de 80 % de la dette extérieure d’Haïti est détenue par la Banque Mondiale et la Banque interaméricaine de développement (BID) à hauteur de 40 % chacune. Sous leur houlette, le gouvernement applique les « plans d’ajustement structurel » remaquillés en « Documents Stratégiques pour la Réduction de la Pauvreté » (DSRP). En échange de la reprise des prêts, on concède à Haïti quelques annulations ou allégements de dette insignifiants mais qui donnent une image bienveillante des créanciers. L’initiative Pays Pauvres Très Endettés (PTTE) dans laquelle Haïti a été admise est une manœuvre typique de blanchiment de dette odieuse comme cela été le cas avec la République démocratique du Congo. On remplace la dette odieuse par de nouveaux prêts soi-disant légitimes. Le CADTM considère ces nouveaux prêts comme partie prenante de la dette odieuse puisqu’ils servent à payer cette antique dette. Il y a continuité du délit.

          En 2006, quand le FMI, la Banque mondiale et le Club de Paris acceptèrent que l’initiative PPTE s’élargisse à Haïti, le stock de la dette publique extérieure totale était de 1.337 millions de dollars. Au point d’achèvement de l’initiative (en juin 2009), la dette était de 1.884 millions. Une annulation de dette d’un montant de 1.200 millions de dollars est décidée afin de « rendre la dette soutenable ». Entre temps, les plans d’ajustement structurel ont fait des ravages, notamment dans le secteur agricole dont les effets ont culminé lors de la crise alimentaire de 2008. L’agriculture paysanne haïtienne subit le dumping des produits agricoles étasuniens. « Les politiques macro-économiques soutenues par Washington, l’ONU, le FMI et la Banque mondiale ne se soucient nullement de la nécessité du développement et de la protection du marché national. La seule préoccupation de ces politiques est de produire à bas coût pour l’exportation vers le marché mondial [6] ». C’est donc scandaleux d’entendre le FMI dire qu’il « se tient prêt à jouer son rôle avec le soutien approprié dans ses domaines de compétence ». [7]"

          Donc oui Laura il faut demander pardon....


        • samir 20 janvier 2010 15:25

          voila pourquoi veut abolir la repentance : PARCE QUE L’HISTOIRE EST UNE GIGANTESQUE INJUSTICE


        • Croa Croa 20 janvier 2010 19:44

          Merci à Samir pour le lien !

          Bref, Haïti a eu l’insigne honneur d’expérimenter la première ce truc de banksters en train de détruire toutes sociétés humaines ainsi que toutes vies sur terre :

           smiley La DETTEsmiley


        • samir 21 janvier 2010 09:37

          DEUX MOYENS DE CONQUERIR UN PAYS : L’EPEE OU LA DETTE

          je crois que c’est ADAM SMITH qui a dit ca


        • JL JL 21 janvier 2010 10:06

          @ Samir, « l’épée ou la dette », ne serait-ce pas la version post moderne de l’ancienne formule : « Le sabre et le goupillon » ?

          Où l’on voit, outre que l’argent a remplacé dieu, un « ou » a remplacé un « et » ! Mais si l’on en croit Naomi Klein et sa « doctrine du choc », ce n’est qu’illusion. La bonne formule serait en fait : « le cahot et la dette ».


        • JL JL 21 janvier 2010 10:16

          @ Samir : 21 mds de US$ pour 500 millions d’habitants, cela fait 42 000 $ par personne. Cela équivaudrait pour un pays comme la France à 2 730 mds $, soit l’équivalent de notre PIB. Cela doit faire pour Haïti plusieurs dizaines de fois son PIB.


        • samir 21 janvier 2010 10:58

          Il faut egalement savoir que Jules Ferry le ministre RACISTE (tout comme la plupart des philosophes de ce qu’on appel les Lumieres) a joué un role important dans cette histoire


        • faxtronic faxtronic 20 janvier 2010 12:02

          « Redevenons humbles devant des gens qui sur beaucoup de points ne sont pas en dessous de nous mais bien au-dessus, apprenons d’eux, partageons ce qu’on a de plus beau, et pas que du matériel !! »

          Ah bon ? Je en voudrais pas te decevoir, mais ils ne sont pas au-dessus de nous... Ah moins que tu ne souscrivent a une theorie de races superieures et inferieures.

          Quand a une richesse interieure, on dirait du Rousseau. Tu sais quand on passe 100% de son temps a chercher de la bouffe et a ne pas crever de misres, la richesse interieure, on s en balance. La misere n est pas romantique.

          Quand a Balthazar, le jour ou les nations/dirigeant/groupes arabes diront une pico-once de verite, on sera ebahi.


          • balthasar1er 20 janvier 2010 12:15

            @faxtronic le professeur de morale
            Les dirigeants des états arabes ne sont pas des démocrates, mais de vulgaires dictateurs que les bons démocrates occidentaux soutiennent s’ils sont alignés sur leur diktat.
            Ceux qui se parent des oripeaux de la démocratie ,ces gangsters occidentaux, ces criminels en puissance sont les véritables imposteurs et il restera toujours de bons toutous pour revenir à la rescousse de ces crapules.


          • dawei dawei 20 janvier 2010 12:38

            Je suis d’accord sur le fait qu’il ne sont pas au dessus de nous et qu’il n’y a pas de race supérieur, j’ai exagéré pour dire qu’on est pas au dessus d’eux non plus.
            Par contre, la façon dont tu parles des haitiens comme un peuple qui passe sont temps à chercher à survivre et qui bouffe des galettes de terre dans une misère extrême est exactement ce que je dénonce dans l’article c’est à dire une image misérabiliste excessive de ce peuple .


            • faxtronic faxtronic 20 janvier 2010 12:56

              dawei,

              Va en inde, c est facile l Inde pour y aller, et tu verra que toutes tes illusions s effronderont. L inde est une puissance, il y une classe riche et une mega masse de gens pauvres, mais pauvres a bouffer de la merde (ps, c est le monde qui nous attends d ailleurs, repartition de la misere). Les riches sont content d etre riche et ne ferons rien pour les pauvres, qui eux ne pensent qu a bouffer, car ils sont dans la misere. Ayant des amis indiens de la classe moyenne, je peux d affirmer qu ils considerent que les programmes sociaux a l europeenne sont des erreurs a ne pas refaire.
              Et contrairement a l inde, qui est une puissance, Haiti est un pays les plus pauvres du monde. 


            • caramico 20 janvier 2010 13:06

              J’ai entendu parler de la dette des haïtiens sur France Info.
              J’ai entendu ce matin une représentante de MSF également déplorer de ne pas pouvoir débarquer du matériel médical.
              Tout n’est donc pas à jeter donc dans le traitement de l’information.

              Ce qui paraît plus inquiétant, c’est que les US aient envoyés tant de troupes, autant de sollicitude armée me paraît douteuse.
              Les mêmes sommes civiles consacrées aux haïtiens leurs auraient été bien plus profitables.
              On est en plein dans la « Statégie du choc » de Naomie Klein, les « Ricains » ne vont pas partir de sitôt.


              • joelim joelim 20 janvier 2010 21:50

                Explication possible : Haïti regorge de pétrole

                Y a aussi de l’uranium, les gars : sus !... 

                Maintenant qu’on peut sans faire gueuler les autochtones...

              • dawei dawei 20 janvier 2010 22:04

                Faut pas oublier aussi qu’Haïti est situé entre Cuba et le Venezuela qui sont des opposants de renom à l’impérialisme américain, et donc Haïti est une base d’observation, de contrôle et de balistique parfaite.
                Mais vive l’humanitaire US et vive les GI !
                Au fait, je rappelle que ce sont les haïtiens eux même qui ont sortis la plupart des corps des décombres, les USA on surtout « sécurisé l’aéroport » , bloqué les humanitaires civils des autres pays, et s’est intéressé d’abord aux hôtels de l’aéroport qui n’est pas l’endroit contenant le plus d’haitien en détresse.
                Je rappelle aussi que les US ont pour habitude de tirer sur les bateaux des boat people avant qu’il ne puisse atteindre la frontière. Je ne veux pas diaboliser les US, mais je peux encore moins les angéliser contrairement à la plupart des media.


              • italiasempre 20 janvier 2010 23:10

                Je ne veux pas diaboliser les US 

                Sans blague.


              • Nanar M Nanar M 20 janvier 2010 13:06

                « j’espère franchement que les intentions d’OBAMA, de SARKOZY et des ONG de reconstruire Haïti sont sincères et honnêtes »
                A l’auteur de l’article : c’est du second degré ou t’es neuneu ?


                • dawei dawei 20 janvier 2010 13:22

                  Dois je vraiment te répondre ?
                   smiley


                • dawei dawei 20 janvier 2010 15:46

                  Merci Samir !
                  Ne soyons pas forcément dans la repentance, mais n’ayons pas trop une mémoire sélective qui nous donne systématiquement le bon rôle, soyons objectifs.
                  Si nous sommes devenu un pays riches, c’est bien par la spoliation des pays colonisés ... et le néocolonialisme continue, il faut juste ne pas l’oublier. Évidement, nous sommes redevable, et nous avons une dette. Le refuser est du déni.
                  Aujourd’hui, les bouc émissaires historiques et économiques sont surtout l’Afrique et l’Amérique du Sud.
                  Un impôt pour Haïti, peut être pas , mais un endettement supplémentaire après la reconstruction surement, et je suis convaincu que Bouygues est déjà sur le coup !!


                • faxtronic faxtronic 20 janvier 2010 16:39

                  deosle, mais je ne crois pas que notre enrichissement soit uniquement du a la colonisation. la colonisation debute en 1830, c est a dire apres la revolution industrielle. Neanmoins il est vrai que depuis des millenaires nous avons detruit ici ou la des civilisations pour leur piquer leurs richesses. mais toutes les civilisations l ont faites. les europeens, les chinois, les russes, les mongols, les turcs, les empires africains, meme les azteques, les indiens, les mayas, les arabes, les grecs, les latins, les egyptiens, les goths, les byzantins, etc... Tout le monde. c est le mecanisme de l histoire.

                  Si nous avons une dette, alors cela veut dire que tout le monde a une dette. 


                • Bélial Bélial 20 janvier 2010 13:33

                  @ faxtronic :

                  « Les riches sont content d etre riche et ne ferons rien pour les pauvres, qui eux ne pensent qu a bouffer, car ils sont dans la misere. Ayant des amis indiens de la classe moyenne, je peux d affirmer qu ils considerent que les programmes sociaux a l europeenne sont des erreurs a ne pas refaire. »

                  Vous pouvez préciser ? N’est-ce pas à cause du système scolaire indien ? Pouvez-vous préciser le point de vue de vos amis de la classe moyenne indienne ?


                  • faxtronic faxtronic 20 janvier 2010 16:34

                    Bien sur.

                    d abord, sur le systeme scolaire indien. Il est tres competitif, c est normal, c est une democratie avec 80% de misereux qui poussent au cul mais qui ont theoriquement aussi le droit de s elever, mais le systeme scolaire prive (institut) represente pour eux une veritable attraction, une chance. D ailleurs ce meme system n histent pas a se commercialise a outrances.

                    Le point de vue de mes amis indiens. ils sont jeunes, classes plutot aise ( castes : bramane, guerrier, mais aussi quelques artisans) mais ne roulent surement pas sur l or, eduques, parlent la plupart du temps en anglais, divers metiers. C est un peu la classe montante style bangalore. Ils sont fiers de leur pays, mais estiment leurs progres bien faibles par rapport a la Chine, mais au moins ils sont fiers de leurs democraties.

                    Ils prennent pour modele l union europeenne, en tant que formation politique promouvant la paix, mais selon eux, l UE va s ecrouler sous le poids des depenses sociales. Ils ne veulent pas que l Inde depense dans le social, pour ne pas grever le budget de l Inde et pour maintenir la pression. Je leur dis que l Inde peut aussu devenir une bombe si rien n est fait pour le social, mais eux pensent que l inde a toujours vecu sans aide sociale a l europeenne, et peux vivre sans, et concurencer la Chine. Ils sont tres conscient de la puissance de la Chine, mais ils la meprisent un peu (du moins c est ce que j ai senti) a cause du manque de democratie. Ils sont tres attaches a la democratie.

                    Pour resumer en deux mots : ils ressemblent a des anglais, mais qui serait europhile (europhile dans le sens qui sont fascinee par la construction politique de l union europeenne).


                  • Bélial Bélial 20 janvier 2010 17:36

                    Merci pour votre réponse. C’est difficile à imaginer vu d’ici.


                  • Toskent Toskent 20 janvier 2010 18:52

                    En effet, la médiation de la catastrophe sest très mal organisée. Le terme de ’malediction’ par exemple est surement très mal employé. Haïti est le plus pauvre des pays du mode : telle est la cause d’autant de dégats produit par non pas un, non pas deux, mais plusieurs dizaines de cataclysmes qui se succèdent. Quant à l’aide américaine, il n’est pas forcément correcte de dire qu’elle est stéréotypée. Les autres pays ont besoin qu’un pays puissant vienne organiser les secours !


                    • joelim joelim 20 janvier 2010 21:54

                      Le terme « malédiction » employé par le Monde est si vicieux (comme vous le relevez) qu’il se retourne sur l’envoyeur : les errements de la presse mainstream déchaînée ne sont-ils pas une sorte de malédiction ?


                      • JL JL 20 janvier 2010 22:01

                        "Après que la terre a tremblé, la vie des Haïtien(ne)s semble désormais se passer, telle que nous la restituent les envoyés spéciaux (ES) de TF1 et de France 2 (liste non exhaustive), en prières, d’une part, et en prières, d’autre part.

                        Cette folklorique dévotion (outre qu’elle nous change - et nous divertit - agréablement de celle de nos mahométan(e)s) s’explique par l’évidence que Dieu, ces jours-ci, a pris Haïti sous Son aile protectrice, et lui envoie du miracle par paquets de douze - béni soit-Il pour Ses bienfaits." (par Sébastien Fontenelle)

                        La suite là


                        • lebreton 20 janvier 2010 22:06

                          eh bien oui vous avez raison cet article est tres explicite et je pense qu’avant de sauver des ames il convient de subvenir aux besoins des survivants de ce drame naturel mais combien cruel .
                          Les us arrivent avec de gros moyens et bien tant mieux pour les haitiens ,et puis duvallier n’a pas trouver refuge chez eux non alors certains politiques français se trouvent gênés tiens donc le destin rien que cela peut les confondre eh oui l’histoire les rattrape . bonne soirée


                          • loco 21 janvier 2010 00:04

                             Le terme « malédiction » n’est pas un effet de style. C’est la rhétorique de gens qui affirment la mort de l’histoire, le capitalisme individualiste naturel à l’homme, et pour lesquels, par conséquent les pauvres sont des victimes, pas des exploités ou des spoliés, des victimes de ce qui serait selon eux la condition humaine : les forts dans le luxe, les faibles, (hélas + trois larmes de crocodiles), dans la misère. Une fatalité, une malédiction,contre laquelle lutter n’aurait bien sûr aucun sens. On vous le répète, économie, oui, politique, non, ce vieux rêve poussiéreux, c’est fini.
                             Tiens, un peu comme des Indiens, aisés cela va de soi, vous expliquant que richesse et misère créent cette différence de potentiel qui rend leurs élèves, leurs étudiants si assidus et performants.Ils ont lu Sarko et les néolibéraux dans le texte, mais jamais fouillé dans les poubelles,les salauds !!!


                            • ZEN ZEN 21 janvier 2010 10:31

                              Le piège de la dette...

                              En 1804, lorsqu’Haïti obtint sa liberté de la France dans ce qui fut la première victoire d’une révolution d’esclave au monde, les États-Unis refusèrent de reconnaître le pays. Les États-Unis continuèrent de refuser la reconnaissance à Haïti pendant 60 années supplémentaires. Pourquoi ? Parce que les États-Unis continuaient de tenir en esclavage des millions de ses propres citoyens et craignait qu’en reconnaissant Haïti, cela encouragerait la révolution des esclaves aux États-Unis

                              Après la révolution de 1804, Haïti fut l’objet d’un embargo économique écrasant de la France et des sanctions des États-Unis qui durèrent jusqu’en 1863. La France utilisa finalement sa puissance militaire pour forcer Haïti à payer des réparations pour les esclaves qui avaient été libérés. Les réparations étaient de 150 millions de francs. (La France a vendu la totalité du territoire de la Louisiane aux États-Unis pour 80 millions de francs !)

                              Haïti fut contraint d’emprunter de l’argent auprès des banques en France et aux États-Unis pour payer des réparations à la France. Un prêt important des États-Unis pour rembourser les Français fut finalement rendu 1947. La valeur actuelle de ce qu’Haïti fut contraint de verser aux banques françaises et américaines ? Plus de 20 milliards de dollars - avec un grand M.

                              Les États-Unis ont a occupé et contrôlé Haïti par la force de 1915 à 1934. Le président Woodrow Wilson envoya des troupes pour l’envahir en 1915. Les révoltes des Haïtiens furent matées par l’armée américaine - tuant plus de 2000 personnes dans une seule escarmouche. Au cours des 19 années suivantes, les États-Unis contrôlèrent les douanes en Haïti, collectaient les impôts et administraient de nombreuses institutions gouvernementales. Combien de milliards furent détournés par les États-Unis pendant ces 19 ans ?

                              De 1957 à 1986, Haïti fut contraint de vivre sous des dictateurs soutenus par les États-Unis : « Papa Doc » et « Baby Doc » Duvalier. Les États-Unis ont soutenu ces dictateurs économiquement et militairement, car ils faisaient ce que les États-Unis voulaient et ils étaient du point de vue politique « anti-communistes » – ce que l’on peut aujourd’hui traduire par opposés aux droits de l’homme pour leur peuple. Duvalier a volé des millions à Haïti et contracté des centaines de millions de dettes qu’Haïti continue de devoir. Dix mille Haïtiens ont perdu la vie. Selon les estimations, Haïti doit 1,3 milliard de dollars de dette extérieure et 40% de cette dette a été contractée par les Duvalier qui étaient soutenus par les américains.


                              • dawei dawei 21 janvier 2010 12:54

                                permettez moi de rajouter un élément à la polemique avec ce dernier article intitulé
                                « La Navy a installé une de ses prisons secrètes au large d’Haïti »
                                http://www.voltairenet.org/article163614.html


                                • Bélial Bélial 21 janvier 2010 23:58

                                  @ ZEN : on est bien d’accord sur l’ impact de la dette et du colonialisme (soutenir des dictateurs...), même chose pour la France en Afrique.

                                  @ dawei : les services secrets sont un grand danger pour le peuple.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès