Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > Handisports : des jeux non-vus

Handisports : des jeux non-vus

La polémique n’en finit pas d’handicaper la rentrée sportive de France Télévision taxée d’ostracisme au prétexte qu’elle ne retransmettrait pas les jeux paralympiques de Londres avec la même assiduité que les jeux de ce bel été.

Les chiffres sont impitoyables (ou pitoyable, c’est selon) : 307 heures de direct pour les olympiques sur les antennes de France 2 et 3, les fleurons du groupe contre 55 minutes de résumé quotidien pour les paralympiques et quelques retransmissions sur France Ô (que celui qui connaît par cœur le canal lève le doigt).

Pourtant on ne peut nier un engouement certain pour les paralympiques ouverts hier par la Queen elle-même. On ergotera sur le fait que pour la circonstance elle n’a pas sauté en avion avec son parachute mais après tout cela aurait été méprisant de montrer à son âge qu’elle en était capable face à des types en fauteuils ou mal-voyants.

Les spectateurs attendus pour encourager les 4 200 athlètes (10 000 pour les olympiques) concourant pour les 503 médailles (contre 962) sont de 2,5 millions.

Mais alors que fait la police des médias ? Pourquoi ne pas imposer purement et simplement à France Télévision la retransmission de cet immense événement planétaire ?

On pourrait imaginer que ces heures d’antenne cannibaliseraient les prestigieux programmes de rentrée prévus pour incendier les audiences et faire du service public une BBC bis. Le rêve…

Mais non la réalité est plus triviale que ça. France Télévision ne diffusera pas les paralympiques parce que tout simplement le monde s’en fout. Oui, je sais ce que je viens de dire est politiquement très incorrect et loin de moi l’idée de dévaloriser ces athlètes hors du commun et leurs exploits mais les faits sont têtus.

Passons sur la couverture de ces jeux dans l’Equipe, un excellent baromètre sur la place de chaque sport dans la société : résultat une demie page par jour.

Oui, le public s’en fiche comme du ball-trap, du pentathlon moderne, du hockey sur gazon ou du water polo aux JO d’été qui n’ont pas davantage de couverture médiatique pendant l’olympiade. Mais pourquoi tant d’indifférence ? Tout simplement car il y a trop de différences.

Les épreuves sont illisibles

La cause en revient essentiellement aux épreuves elles-mêmes. Si les jeux olympiques ont su mettre en scène des moments forts et attendus (100m sur piste et dans l’eau, handball, basket etc), les paralympiques peinent à accrocher l’œil car ils sont tout simplement illisibles. Or le téléspectateur sportif est un être basique : un sport, une épreuve, un champion, point-barre. Ce qui est loin d’être le cas pour les paralympiques. Rien que pour les finales du 100m sur piste en athlétisme, pas moins de 15 finales sont au programme. Car pour mettre les athlètes sur un même « pied » d’égalité, les fédérations ont créé autant de catégories que de handicaps, pondérant de surcroit par des degrés dans l’invalidité. Quatre catégories donc : infirmes moteurs cérébraux (5 grades), sportifs en fauteuil (4 grades), malvoyants et non-voyants (3 grades), et amputés (3 grades). A noter que les handicapés mentaux ne sont pas représentés dans cette épreuve. Les épreuves sont codifiées de telle manière que vous ne retrouviez pas vos petits : un concurrent en T11 a une vue quasi-inexistante. Il court avec un guide. Un concurrent en T13 a en revanche une vue suffisante pour courir seul. Et un sprinteur à qui il manque une jambe ne courra pas contre celui qui en a deux mais qui n’a qu’un bras.

Cette complexité devient d’ailleurs souvent sujette à caution. Un athlète amputé au niveau du genou est-il plus ou moins valide que celui amputé au niveau de la cheville ? Chaque handicap est par définition différent de celui de son voisin. Chaque prothèse ou engin aussi. Prenez les fauteuils par exemple : certains valent plusieurs milliers d’euros. Ce sont des véhicules de haute-technologie. Plus l’athlète est en fonds et meilleure sera sa machine. Injustice. Les podiums sont d’ailleurs tellement disputés qu’ils sont aussi discutés. Sans parler des cas de tricherie avérés (10 des 12 basketteurs champions olympiques espagnols dans la catégorie « déficients mentaux » ne l’étaient pas), 15% des athlètes furent reversés après réclamation dans une autre catégorie avant les épreuves aux paralympiques de Pékin.

Télégénie discutable 

Enfin, et ce n’est pas la moindre des choses en matière de télévision, la télégénie de certains sports reste à discuter : essayez donc pour voir de rester devant votre poste en regardant un match de goalball - un sport pour déficients visuels qui courent après des ballons à clochettes pour les envoyer dans de grands filets dressés sur la largeur du terrain - ou de pétanque gréco-romaine en fauteuil (boccia).

Le comble de l’ironie finalement est qu’à force de vouloir faire des personnes handicapées des héros ordinaires, on finit par les isoler dans leur différence (ou catégorie) pour mieux les enfermer dans leur handicap. A cet effet, l’universalité du sport devient discutable.


Moyenne des avis sur cet article :  3.91/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • Michel DROUET Michel DROUET 31 août 2012 09:05

    Pourquoi ne pas imposer purement et simplement à France Télévision la retransmission de cet immense événement planétaire ?

    Et pourquoi ne pas l’imposer également aux chaînes privées ?


    • kemilein 1er septembre 2012 00:02

      et pourquoi ne pas attacher les gens a leur chaise pour les forcer a les regarder ?
      y’a quoi de plus intéressant que de regarder des éclopés pratiquer la même stupidité antisociable qu’est le sport ? (la compétition et la mort au faible)


    • Fergus Fergus 31 août 2012 09:19

      Bonjour, Félicien.

      Bravo pour ce constat lucide et courageux car socialement non correct. La plupart de ces épreuves sont en effet totalement « illisibles » pour reprendre votre mot, et seuls les spécialistes handisport en comprennent les subtilités et la somme de travail qui s’y attache.

      Partant de ce constat, il est évident que très peu de monde passerait du temps pour suivre des retransmissions en direct. Et cela d’autant plus que même chez les athlètes valides, les grands compétitions hors JOsouffrent elles-mêmes d’un déficit d’audience alors que les meilleurs compétiteurs mondiaux sont pourtant en lice.

      Conclusion : le grand rendez-vous des téléspectateurs est les JO valides, et lui seul. Dès lors, comment imposer à France-Télévision de prendre une gamelle d’audience assurée alors que son équilibre financier est déjà très précaire ?


      • asunam 31 août 2012 10:41

        « parce que tout simplement le monde s’en fout. »

        « Partant de ce constat, il est évident que très peu de monde passerait du temps pour suivre des retransmissions en direct. »

        Enfin, c’est vous que le dites...

        Il y a une espèce de consensus pour dire que diffuser les jeux paralympiques serait une « gammelle d’audience ». Mais je pense que ceci est prendre le problème à l’envers.

        Il n’y a jamais eu de couverture médiatique de cet événement, donc oui, il n’y a jamais eu d’audience. Mais avec une volonté et un marketing adéquate, n’importe quel événement est rendu populaire ! Pensez vous sincérement que les gens connaissaient l’équipe de france féminine de Basket avant les JO ? c’est l’exposition médiatique qui a créé l’engouement, pas l’inverse !

        Sans parler de retransmission en prime time, je reste persuader qu’une exposition correct de cet événement serait un franc succès !

        Pensez vous sincérement que Derrick, diffuser cet après-midi sur F3, amène plus de téléspectateur que le ferait une diffusion, même en différé, de ces événements sportifs ????

        Cele me désole de voir le peu de couverture médiatique accorder à cet événement. Même sur les journaux en ligne, type équipe ou eurosport, il n’y a quasiment aucun article à signaler (alors que cela ne demande pas un investissement financier !).


        • Fergus Fergus 31 août 2012 11:44

          Bonjour, Asunam.

          Je crains que vous ne vous leurriez : la plupart des grands rendez-vous sportifs concernant les champions valides ne sont eux-mêmes pas suivis ou très peu (excepté football et tennis) quand ils ne sont pas carrément des bides d’audience, y compris pour des sports comme l’athlétisme et a fortiori la natation.


        • Corinne Colas Corinne Colas 1er septembre 2012 18:50

          Enfin un commentaire rassurant ! Tout à fait d’accord avec vous Asunam... 


          • bluerage 31 août 2012 18:30

            Quitte a regarder n’importe quoi à la télé pour avoir un crach d’audience,je prefererais avoir du baseball, sinon pour info fans de baseball avec la apple tv vous pouvez voir tous (vraiment TOUS) les matches de la MLB (Major League Baseball) moyennant un abonnement de 63 euros par an

            et à vous les Yankees !!!

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès