Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > Idées reçues sur les gratuits et le papier

Idées reçues sur les gratuits et le papier

Etrange titre pour un billet de l’ami Loic Le Meur "La presse payante reconnaît son erreur en lançant des gratuits", à propos des projets de nouveaux quotidiens gratuits évoqués ces jours-ci.

Sans parler de la prédiction de la disparition de la presse papier régulièrement annoncée par Loïc, qui me fait me souvenir du "bureau sans papier" annoncé au début de l’informatique. On l’attend toujours... Si la presse consommait moins de papier, j’en serais heureux, car je pense aux arbres, et à la consommation d’énergie déployée pour l’imprimer. L’arrivée de l’écran plat et de la pub interactive n’empêche pas les papiers collés sur les réverbères proposant une baby-sitter, un peintre, etc., ni les publicités papier qui inondent ma boîte aux lettres tous les jours, ou qui sont posées sous l’essuie-glace des voitures...

Bref, j’ai connu les BBS avant l’arrivée d’Internet, puis l’Internet, etc. A chaque fois, certains, emportés par la passion, annoncent que le "traditionnel" va disparaître... A ce régime-là, la télé va tuer la radio ;-)

Pour revenir au billet de Loïc, les idées reçues ont la vie dure. Qui a lancé 20 minutes ? Une société dont l’un des deux actionnaires édite le quotidien payant Ouest-France. L’intérêt de la presse "payante" pour la presse "gratuite" ne date pas d’hier. Il suffit de penser à "PARIS-BOUM-BOUM... un journal gratuit paraissant le lundi dans la capitale, et qu’on prend chez son boulanger ou chez sa blanchisseuse", comme le disait l’Humanité.

Je lis aussi, dans un commentaire au billet de Loïc : "La presse gratuite existe car ses "journalistes" ne sont plus que des agrégateurs d’informations."

Amusant, parce qu’en effet le boulot d’un journaliste est et a été de rassembler, d’agréger des informations, à distance ou sur le terrain. Mais le commentaire semble dire que les journalistes auraient changé, qu’ils ne sont plus qu’une version humaine de Google News ou Yahoo News, appelée à disparaître sous peu. En fait, le directeur de la rédaction de 20 minutes est l’ancien patron de la rédaction de Libération. Il a une équipe de 70 journalistes qui publient aussi des informations originales reprises par d’autres médias, qui ne sont donc pas seulement l’agrégation d’infos venues d’ailleurs... Infos produites par des journalistes....

Il est tout ausi éclairant de lire la charte régissant le fonctionnement de la rédaction de 20 minutes, qui est un exemple de rigueur et d’exigence.

Voir aussi l’utilisation des blogs par la rédaction de 20 minutes. On parle des blogs comme si c’étaient des petits hommes verts qui s’opposeraient aux anciens médias. Mais les journaux ont des sites Web, des plates-formes de blogs, etc. Le blog est un outil, un moyen de communication utilisé par les particuliers, les entreprises, les journaux, les chaînes de télévision, etc. La Redoute vendait via le Minitel, aujourd’hui elle vend via le Web, mais son catalogue papier existe toujours, il est pourtant gros et lourd...

Cruel aussi, pour ce genre de zélateurs de la fin du papier : voir qu’il y a des lecteurs sur papier pour Netizen, (dans lequel j’écris) qui parle des... blogs. Que l’aventure de Netizen dure ou pas, cela importe peu. Et pour conclure, je peux lire les articles que j’ai écrits dans Libération dans les années 1980, sur des papiers jaunis, mais je n’ai plus accès aux articles que j’ai écrits dans le webzine Cybersphère au début de l’Internet, le site a disparu. Les CD-Rom culturels étonnants sortis en 1996 sont illisibles sur mon ordinateur actuel.

J’ai toujours été fan des réseaux, des BBS, de l’Internet, etc. Je ne me déplace pas sans savoir si je peux me connecter là où je vais, dans un hôtel à Amsterdam, Shangaï, ou Oslo, un aéroport, ou (c’est très rare) en week end chez des amis. Quand j’habitais New York, faute de connection dans l’appartement, j’étais, tous les soirs vers minuit sur le trottoir sous la pluie, assis sur un banc devant un café Starbucks fermé, pour envoyer mes articles à Paris (qui se levait), et lire mes e-mails, en profitant de mon abonnement T-Online

et de la borne Wi-Fi du Starbucks, au point qu’une voiture de police en patrouille m’a conseillé de déguerpir, me disant que je n’allais pas garder mon ordinateur très longtemps, tout seul, dans une avenue déserte, j’ai aussi passé des mois connecté dans la salle à manger, le couloir ou la chambre d’un hôpital via le réseau CPL (courant porteur en ligne). Bref, je n’aime pas l’idée d’être déconnecté, mais cela ne m’a pas rendu aveugle face à la réalité économique et sociale du monde qui m’entoure.

Par contre, certains de mes amis semblent ne plus voir le monde qu’à travers un écran déformant... Je vous laisse, cela fait 40 minutes que je n’ai pas regardé mes e-mails, et mon "agrégateur" qui déborde avec mes 250 blogs "favoris", je dois rater des trucs...


Moyenne des avis sur cet article :  3.75/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • Nico (---.---.122.158) 9 mars 2006 09:56

    Lucide et précis Gilles ;)

    mon portable vient de tuer mon pc qui lui même à tué ma télé qui a tué ma radio qui elle avait vu le téléphone signer la fin du courrier. Cassandres, vous ne regardez donc pas dans le rétro ?!

    Reste à inventer le blog payant !


    • jean (---.---.77.208) 9 mars 2006 21:15

      que certains ne saventpas être simples !! et ca se dit artiste....

      foin de tout ça. l’artiste est celui qui a su arriver à s’exprimer simplement. M. Demian, ne croyez vous pas ? La télé ne tue pas la radio, ni ne tue pas le crayon, ni ne tue pas la pensée ; C’est l’homme qui se tue lui-même ! Il n’y a qu’à appuyer sur un bouton. C’est pas sorcier tout de même « allumer » « éteindre ». ploc, ploc...

      On croirait toujours à entendre les uns, les autres que l’homme est télécommandé et qu’il n’a pas le choix. C’est incroyable d’être aussi fataliste.

      Si je veux allumer la radio, j’allume la radio, si je veux mettre un soir la télé, paf je l’allume jusqu’à ce que plus ca me gave et là paf j’éteins. Si je veux écrire, j’écris. SI je veux le silence, j’ai le silence (même en ville).

      clownesque !


    • Yaarg (---.---.30.70) 9 mars 2006 16:46

      Oui, et en cas de panne de courant, vous faites quoi ?


      • (---.---.62.234) 9 mars 2006 20:07

        Les gratuits nous coûtent. Le coût de la la publicité véhiculée par les gratuits est répercutée sur le prix des produits et services que nous achetons.


        • Cy-real (---.---.8.222) 9 mars 2006 20:14

          « Si la presse consommait moins de papier, j’en serais heureux, car je pense aux arbres, et à la consommation d’énergie déployée pour l’imprimer. » Je ne suis pas sûr que le fait de passer d’une presse papier à une presse en ligne (qui nécessite je le rappelle, des ordinateurs... des réseaux... de l’électricité...) diminue la consommation d’énergie et améliore le sort des arbres. Même remarque à ceux qui disent qu’il vaut mieux envoyer ses voeux par e-mail que par courrier...

          En ce qui concerne les gratuits, j’ai arrêté de cautionner ce système d’information médiocre, aseptisé, corrompu par la pub (et elle est bien là, la raison première de l’intérêt des groupes de presse pour ces journaux !). C’est fade, racoleur, ennuyeux... je ne retrouve pas le souci de rigueur et d’exigence de la Charte de 20 minutes.

          Un avis intéressant sur la question : http://www.maisonplume.net/metro.htm


          • Jean (---.---.77.208) 9 mars 2006 21:17

            là c simple. Vous me gavez. j’éteins !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès