Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > Il faut sauver le soldat Mélenchon

Il faut sauver le soldat Mélenchon

Jeudi 6 janvier 2011, 19h00, je rentre chez moi après une dure journée de labeur (mes journées de travail font au minimum 11 heures en continu, étant CPE dans un collège). Je surfe un peu sur le net, et je tombe sur la vidéo du clash entre Mélenchon et Demorand qui a eu lieu la veille au soir. Je suis soufflé. Je regarde le journaliste, et le même sentiment m’assaille qui peut parfois surgir en moi lors de mon travail, face à des élèves provocateurs (qui, bien que je travaille dans un collège difficile, ne sont pas légions, la grande majorité des élèves étant globalement respectueux). Et oui, Nicolas Demorand, du journaliste bobo à la sauce France Culte, est devenu une racaille (même pas en col blanc, puisqu’il arbore fièrement un sweat-shirt à capuche). Le passage sur Europe 1 aura donc fait autant de dégâts…

Je suis fatigué, j’ai besoin de me reposer, mais non, le besoin est trop fort, le sentiment d’injustice et d’impunité trop grand, surtout lorsque je constate que la majorité des articles qui commentent ce clash sont tendancieux, voire mensongers à leur tour, en déformant la retranscription des échanges.

Alors, je prends ma plume : il faut sauver le soldat Méluche.

Pour le CV de Nicolas Demorand, je renvoie les lecteurs à cet article d’Acrimed, assez orienté, bien entendu, mais relatant un certain nombre de faits dont on entend rarement (jamais) parlé dans les médias dominants.

Centrons-nous maintenant sur l’interview en elle-même, en trois temps.

Tout d’abord, avant d’aborder la cause directe du clash, c’est à dire l’accusation mensongère donc diffamatoire, et blessante, voire injurieuse de Nicolas Demorand à l’égard de Jean-Luc Mélenchon, il faut analyser les dix premières minutes de l’entretien, et comprendre la continuité dans la progression des attaques du journaliste à l’égard d’un petit élu du peuple de gauche.

On ne saura pas exactement ce qui vaut à Mélenchon d’être déjà agacé avant le début de l’interview. On peut tout de même le deviner à la présentation que fait Demorand de son invité : « Vous assumez en tout cas (…) l’affirmation qui vous est désormais constamment faite d’être populiste (…) ». Mélenchon, comme il sait le faire, se reprend rapidement et affiche alors un beau sourire engageant, tandis que Demorand l’accueille avec un geste assez étonnant (M. Loyal faisant entrer Bozzo le clown en piste ?)

Première question : « La castagne, contre qui, contre quoi ? ». Nicolas Demorand, comme beaucoup de ses confrères, boit du petit lait en reprenant le dernier article du blog de Mélenchon « 2011, année de la castagne ». La castagne… sans doute Mélenchon tend-il le bâton pour se faire battre en utilisant cette expression. Car plutôt que d’y voir une mise en mot populaire du thème de la lutte des classes, les journalistes accrochent en cœur ce vocabulaire méridional, trop contents de faire ainsi surgir l’image d’un Yves Montand qui aurait bu un coup de trop, prêt à en découdre jusqu’à en venir aux mains dans sa lutte contre des moulins à vent : « … contre qui, contre quoi ? ».

Mélenchon recentre le débat avec une analyse qui, aussi orientée soit-elle, est plutôt cohérente : le gouvernement va continuer de plier sous la pression des banques, si ce n’est devancer largement leurs attentes, en continuant de s’attaquer aux acquis sociaux des travailleurs : après les retraites, la récente polémique sur les 35 heures ne fait qu’illustrer cet état de fait : une loi votée en 2008 permet aux entreprises de payer les heures supplémentaires de leurs salariés, non plus à 25 mais à 10%.

Mais avant que Mélenchon n’ait terminé sa démonstration, Demorand rebondit sur les 35 heures : « dans les faits, c’est dans les administrations et les grandes entreprises ». Et voilà ressorti le vieux refrain des privilégiés contre les salariés de PME/PMI, argument qui ne témoigne pas seulement d’une lecture pour le moins droitière du code du travail, vu comme un frein à l’activité économique, mais qui est de surcroît un classique du populisme pur jus à la sauce Poujade. Mais quoi ? Mélenchon ne s’attendait tout de même pas à trouver en face de lui un journaliste adepte de Gérard Filoche !

Pendant ce temps, sur la forme, voilà ce que ça donne : « Hé, vous êtes pas en train de plaider, là, Jean-Luc Mélenchon », ce dernier n’acceptant pas de se faire couper la parole avant d’avoir fini sa démonstration. Et Demorand d’enchaîner avec l’injonction paradoxale à vocation humiliante, alliant stratégiquement flatterie et raillerie : « (Vu le contexte social), vu votre discours (…) pourquoi vous n’êtes pas à 25, 30, 35% ? ». « Mais ça va venir » ose Jean-Luc. « Ouais enfin bon, heu, non, parlons sérieusement » lâche le piégeux.

Demorand poursuit : « Pourquoi les pauvres votent à droite ? C’est le titre d’un livre (…) d’un américain formidable qui s’appelle Thomas Frank ». Mélenchon fait remarquer qu’aux Etats-Unis, il n’y a plus de partis de gauche dans le jeu électoral (et avec en prime des taux d’abstention gigantesques). En effet, le livre étudie la montée du conservatisme dans un coin du Kansas, en plein Midwest. S’expriment ici les restes du journalisme d’avant-garde de Demorand, époque France Culture : analyser le paysage politique et le contexte social français en le comparant à celui de l’Amérique profonde, via un livre d’une maison d’édition à tendance libertaire…

On en est à 6 minutes d’interview. A ce stade, Mélenchon reste encore calme, mais prépare une riposte. « Il y a un appareil idéologique dominant » enchaîne-t-il pour expliquer le vote de la classe ouvrière contre ses intérêts. Demorand feint de ne pas y avoir pensé : « Lequel ? ». « C’est vous, les radios, les télés, les journaux ». Face à cette analyse marxiste des médias, somme toute assez classique, Demorand en appelle à Cyrano de Bergerac : « C’est un peu court, jeune homme ». C’est un peu court, Demorand, pourrait-on lui rétorquer. « Vous prenez donc les électeurs pour des idiots » lance-t-il à son interlocuteur, qui est aujourd’hui l’un des rares hommes politiques à défendre des positions complexes et argumentées sur de nombreux sujets, allant à contre courant de la démagogie et de la pensée unique ambiante, quoi qu’on puisse penser de ses orientations politiques.

9 minutes 40 secondes d’interview. Une voix off annonce : « Europe 1 soir, vous avez la parole ». En guise de parole donnée aux auditeurs, Demorand lira en tout et pour tout deux questions, triées sur le volet, et choisies pour leur adéquation parfaite avec l’orientation que le journaliste, et avec lui un certain nombre de ses confrères, souhaite donner à l’interview : « Si Dominique Strauss Khan est le candidat de la gauche (sic) est-ce que ce sera une bonne nouvelle pour le front de gauche ? ». Question faussement innocente posée à tour de bras ces derniers temps à Mélenchon et dont je vous donne ici en exclusivité la traduction : « M. Mélenchon, vous avez quitté le PS sur la base d’une analyse des ravages que la social démocratie fait subir à la gauche en Europe et en France, analyse que vous avez exprimée dans un livre de 400 pages, mais nous, journalistes, nous pensons que cette analyse ne pèse rien face aux calculs électoraux qui vous font aujourd’hui souhaiter ce qui vous révoltait hier (bien qu’en apparence vous soyez resté cohérent dans la défense de vos idées) ».

Seconde question sur… le populisme. Et… Marine Le Pen : « A part vous, seule Marine Le Pen revendique une posture populiste. Sans faire d’autres parallèles entre vous et elle (sic), est-ce que ce point commun ne vous dérange pas ».

11ème minute. A ce stade, on est dans du classique, et l’analyse de l’interview pointe un certain nombre de caractéristiques de fond comme de forme qu’en son temps Pierre Bourdieu a su recenser en les mettant à jour.

Et puis c’est le clash : « Le peuple qui vous a jamais élu, hein, Jean-Luc Mélenchon » (puis la rattrapade avec le suffrage universel direct).

Plusieurs hypothèses : Nicolas Demorand a confondu Mélenchon avec Dominique de Villepin. Ou alors il ne connaît pas le CV de son interlocuteur et ne connaît pas non plus le mode de scrutin des élections des députés européens. Dernière hypothèse : après dix minute d’interview agressive, il ponctue sa basse besogne d’une ultime provocation dans le but de faire exploser son « invité », et de se payer un buzz (mission accomplie, 107 000 vues sur Dailymotion le lendemain à 23h45…).

Troisième partie : Demorand la racaille. Assis sur sa chaise, une jambe par dessus l’accoudoir, hilare : « ah bon, ah bon ? Au Sénat, ça se passe comme ça ? Et comme député européen, ça se passe comme ça aussi ? » (L’élection des parlementaires européens est un scrutin direct proportionnel, les conseillers généraux sont élus au suffrage universel direct depuis la loi départementale du 10 août 1871). Après s’être fait mouché, Demorand perd les pédales : « Hé, baissez le doigt, baissez le doigt… », « C’est bon, on connaît, on connaît (…) on connaît la chanson… ». Demorand s’excuse-t-il de sa double et grossière erreur ? Non. Il a l’air au contraire tout à fait content que Mélenchon soit en train de perdre son calme en même temps que la face lorsqu’il se met à bafouiller, visiblement blessé.

Une question, pour conclure. Quels seront les journalistes qui oseront dénoncer le manque de professionnalisme de leur collègue, qui entache une fois de plus le reste de leur corporation ?


Moyenne des avis sur cet article :  4.48/5   (116 votes)




Réagissez à l'article

104 réactions à cet article    


  • Yvance77 7 janvier 2011 10:44

    Salut,

    Le souci pour ces lopettes qui vont à la soupe (les journaleux en vue s’entend) c’est le deux poids deux mesures.

    Pour certaines interviews et toujours les mêmes c’est fait à charge. Les Le Pen, Mélenchon, Duflot etc... on droit systématiquement à un traitement musclé ou l’on tape même en dessous de la ceinture.

    Quant aux Pipole 1er, DSK, De Villepin c’est plus en surface, policé etc ... entre gens bien en somme.

    Honte à ces cons qui doivent rendre leur carte de presse, les Pujadas, Denizot, Pernault, Billalian, Sylvestre etc... ne sont que des erzatzs de journalises.

    A peluche


    • King Al Batar King Al Batar 7 janvier 2011 13:56

      Non pas tous, regardez Drucker a reserver un accueil tout a fait confortable à ce faux révolutionnaire....


    • LE CHAT LE CHAT 7 janvier 2011 14:52

      salut Yvance ,
      et dire que ces lèches cul vont dire après que le FN n’a pas de programme alors que jamais ils n’interrogent le FN dessus , le temps étant exclusivement réservé à des polémiques futiles !

      tu peux ajouter Laurence Ferrari , serpilière à 40 000 € /mois , honte du journalisme également ! son vinteure est tout sauf un journal d’information !


    • kiouty 7 janvier 2011 16:28

      ne sont que des erzatzs de journalises.

      Non ce n’est pas un problème d’incompétence, c’est le problème des médias en démocratie formelle, qui sont régulés par les lois du libre-marché et qui appartiennent à des multinationales fabuleusement lucratives et qui exercent un filtrage de la fenêtre de débat et qui bornent ce a quoi doit être réduite la pensée dominante orthodoxe (il n’y a pas de censure directe à proprement parler comme en dictature) pour favoriser leurs propres intérêts.

      Les médias dans ce contexte ne sont que des machines de propagande, les gens que tu cites ne font que leur boulot de propagande. C’est regrettable, mais c’est comme ça... Heureusement qu’il y a internet.


    • kiouty 7 janvier 2011 16:35

      ces lèches cul vont dire après que le FN n’a pas de programme alors que jamais ils n’interrogent le FN dessus , le temps étant exclusivement réservé à des polémiques futiles !

      Bof, y a eu UN article sur agoravox pour traiter des aspects ultra-libéraux du programme du FN, et tous les fanboys de la fille du borgne lui sont tombés dessus avec rage dans un déni total...
      Tout ça parce que la pulsion de vouloir casser du black et du bougnoule est plus forte que tout le reste.

      Ca sert à rien de parler du programme du FN. Ca ne sert à rien de parler du programme de n’importe quel parti d’ailleurs. Ce qui compte c’est l’idéologie et la réalisation.


    • Sachant Sachant 7 janvier 2011 11:09

      Ne pas se laisser distraire
      Oublions Demorand et nos amis journalistes

      Jean-Luc Melenchon est populiste ?
      Marine le Pen est populiste ?
      Olivier Besancenot est populiste ?

      Nicolas Sarkozy n’est pas populiste ?
      Paraphrase un pape pour nous lancer du « n’ayez pas peur »
      Confie à des parents de victimes qu’il est pour le rétablissement de la peine de mort
      Privilégie la morale du curé à celle de l’instit.
      Promet de nettoyer les 4000 au jet à pression
      En appelle à Jaurès, de Gaulle, Edgar Morin ou Guy Moquet
      Mais détruit la politique de civilisation du CNR
      Pose des questions au journalistes que par ailleurs il charrie du mot « pédophile »
      Ose un fameux « Casse-toi pauv’ con » devant témoins
      Ne fait pas montre du niveau CM2 quand il s’exprime à l’oral
      Nicolas Sarkozy n’est pas populiste ?

      Nadine Morano n’est pas populiste ? (Le « jeune » porte sa casquette à l’envers)
      Christine Lagarde n’est pas populiste ? (Roulez à vélo si l’essence est trop cher)
      Brice Hortefeux n’est pas populiste ? (Quand y’en a un, ca va...)
      Frédéric Lefebvre n’est pas populiste ? (Prix spécial pour l’ensemble de sa carrière)

      L’article est orienté, certes
      La position des médias principaux aussi
      Mon vote le sera aussi au demeurant


      • voxagora voxagora 7 janvier 2011 12:31

        Je ne peux pas m’empêcher de relever votre « au demeurant » ..

        Sinon, sur le populisme Il y a cet article de Libération intitulé :
        « Non le peuple n’est pas une masse brutale et ignorante » (6/01)
        .

      • mulder181 mulder181 7 janvier 2011 11:26

        deux questions me viennent :

        demorand est-il un laquais de la pensée de droite et du pouvoir en place ?
        melenchon represente t-il une alternative crédible au consensus libéral de l’UMp et du PS ?

        si la réponse est oui à ces deux questions , alors
        il ne faut plus écouter demorand ( c’est déjà fait)
        il faudra voter mélenchon aux prochaines élections

        Il va sans dire que le second tour sera sans moi si le seul choix est entre NS et DSK.

        je me suis fait avoir une fois avec le (faux) duel chirac/le pen, je ne revoterais jamais plus à droite.

        mulder181


        • Nanar M Nanar M 7 janvier 2011 11:32

          - demorand est-il un laquais de la pensée de droite et du pouvoir en place ?
          Oui parmi tant d’autres

          - melenchon represente t-il une alternative crédible au consensus libéral de l’UMp et du PS ?
          Oui c’est le seul pour l’instant

          - Il va sans dire que le second tour sera sans moi si le seul choix est entre NS et DSK.
          Pareil pour moi


        • TotoRhino TotoRhino 7 janvier 2011 13:29

          Alors là, pas mieux et sur tous les points  smiley


        • King Al Batar King Al Batar 7 janvier 2011 13:59

          « Un mec qui a été au parti socialiste pendant 20 ans et qui se revendique maintenant comme révolutionnaire de gauche, c’est un peu comme une vieille pute de la rue St Denis qui exigerai de se marrier en blanc ! »

          Alain Soral...

          A par ca rien d’autre à dire...


        • latitude zéro 7 janvier 2011 15:16

          King Al batar

           Mélanchon a eu le courage de quitter sa famille politique pour construire un autre parti socialiste.


        • non667 7 janvier 2011 15:20

           à nanar
          vous manquez d’idée ?
          moi au 2°tour dsk/sarko je me fais mon bulletin marine que je glisse dans l’urne et je vais au dépouillement voir la gueule des dépouilleurs umps ! smiley
          si 60% des votants faisaient comme moi leurs gueules seraient vertes jusqu’au dernier bulletin et même le lendemain ,ils ne pourraient plus faire passer les abstentions pour un vague désintérêt mais ne pourraient plus cacher (grâce aux témoignage d’internet ) qu’ils font l’objet d’un véritable rejet  !!
           


        • cleisthenes 7 janvier 2011 15:34

          @ King Al Batar
          Mais as-tu écouté ce qu’il disait, l’as-tu entendu, l’as-tu compris ?
          Plus facile d’attaquer quelqu’un par une citation de quelqu’un d’autre n’apportant aucune information, que de faire le travail soi-même en analysant son discours.


        • herodote herodote 9 janvier 2011 10:38

          je ne me ferais plus avoir non plus 


        • non667 9 janvier 2011 11:14

          à latitude0
           "Mélanchon a eu le courage de quitter sa famille politique pour construire un autre parti socialiste."
          POURQUOI N’A T IL PAS PLUTOT REJOINT LE PARTI DE CHEVENEMENT QUI 25 ANS PLUS TOT AVAIT QUITTE LE GOUVERNEMENT SOCIALISTE POUR LES MÊMES RAISONS  ?
          c’est à dire l’abandon du socialisme pour le libéralisme ! 1983


        • Massaliote 7 janvier 2011 11:44

          Face à Demorand qui a multiplié les provocations MLP a su se maîtriser. C’était très difficile. Méluche a craqué. Maillon faible ?


          • paul 7 janvier 2011 11:53

            Nicolas Demorand et le coup de pied de l’âne ....
            Son agression en fin d’émission était bien préparée, après 13 mn où il avait préféré parler du
            populisme et moquer le score modeste du PG . Exit les sujets politiques de fond .
            Petits rappels, de quoi l’habiller pour l’hiver :

            Une tête de gros gamin joufflu, le ton insolent et braillard, il a sévi plusieurs années sur les radios du service -en principe publiques- où il n’a jamais respecté le pluralisme politique :
            Promoteur du TCE, complaisant avec les zélateurs du Marché et de la mondialisation libérale,
            ses préférences personnelles lui ont permis d’inviter de multiples fois blL-Botul .
            Avec de tels états de service, il a été invité à s’épanouir dans l’empire média de « frère Lagardère » (vous savez,celui du président) .
            Titulaire de la laisse d’or comme Pujadas, il est emblématique du journalisme soumis aux
            financeurs ,et donc gardien de la pensée politique dominante .

            Faut il rappeler que dans le classement RSF 2010 de la liberté de la presse- qui pourtant défend si bien ses confrères emprisonnés- la France se situe au 44 ème rang,derrière la Tanzanie et la Corée du sud  ? C’est nous les emprisonnés de ces médias .


            • Pyrathome pyralene 7 janvier 2011 11:59

              Demorand ou « demoré »est un bouffon de la pire espèce comme il en existe pas mal dans le PAF.....
              et c’est pour ça qu’on retrouve de telles larves à l’écran ou à l’antenne.....de la pure création du système !!
              C’est aussi ça, le totalitarisme larvé  !


              • Clouz0 Clouz0 7 janvier 2011 12:05

                Pas tout compris.


                Demorand qui était auparavant un mec bien, estampillé de gauche sur France Inter, est devenu un mec à abattre.
                Certains ici reprochent aux journalistes d’être des carpettes, de ne pas oser poser des questions embarrassantes, mais les mêmes jugent que cela ne doit sans doute pas s’appliquer à Mélenchon.

                Le discours sur les journalistes est vraiment à géométrie variable !

                • Pyrathome pyralene 7 janvier 2011 12:10

                  Tu comprendras jamais rien.....
                  Chez les journalistes, il y a les corrompus et les incorruptibles......faut te faire un dessin ??


                • King Al Batar King Al Batar 7 janvier 2011 14:04

                  OUi et non, c’est jamais évident non plus d’interviewé un mec comme Melechon.

                  La raison est simple, Melechon dans son grand populisme, ne cesse de cracher sur les journaliste. A tort ou à raison, moi je croit qu’il n’a pas tort.

                  Après si le mec il va faire des interview à la radio, il doit se preparer à un accueil des plus désagréable vu ce qu’il leur balance dans les dents.

                  Le demoreant, qui à l’air un peu con quand même, et peut être de gauche, mais il a peut être aussi pas très envie d’être cordial avec un mec qui crache sur son corp de metier...

                  Tout le monde n’a pas le baissé de culotte de michel Drucker !


                • non667 7 janvier 2011 15:32

                   à clouzo
                   eh oui ! cela fait 25 ans que lepen subit ce traitement en bien pire (une réponse à une provoc lui a couté le détail de 90000 € !) mais cela n’a jamais choqué aucun « démocrate » ni les journalistes (mais là c’est normal c’est leur gagne pain  !) mais surtout pas choqué les électeurs qui a 80% en 2002 les ont approuvé !


                • non667 7 janvier 2011 15:34

                  à pyralène
                  O.K.
                  la liste des incorruptibles ? svp .


                • jako jako 7 janvier 2011 15:38

                  Denis Robert ?


                • Pyrathome pyralene 7 janvier 2011 17:56

                  à pyralène
                  O.K.
                  la liste des incorruptibles ? svp .

                  Tu en verras pas beaucoup à la télé ni à la radio, mais il y en a une majorité, ceux qu’on voit ou entendons dans les médias dominants ne sont qu’une infime minorité, certainement pas les meilleurs et encore bien moins représentatifs de leur job stipendié parfois très grassement, on devine pourquoi !! ........... smiley


                • ZEN ZEN 7 janvier 2011 12:13

                  Un mec bien sur F.Culture... ?
                  Là je l’appéciais assez
                  Mais il se révèle pour ce qu’il est (devenu ?) : un « chien de garde »...


                  • voxagora voxagora 7 janvier 2011 12:24

                    Heureusement que j’ai lu le lien avant mon commentaire, j’allais le citer ! 

                    Et écrit en 1997, réédité en 2005 ! Avant Sarkozy président !
                    La quatrième de couverture en est une annonce saisissante.
                    .


                  • pissefroid pissefroid 7 janvier 2011 12:25

                    Le lien que vous donnez est très clair.


                  • voxagora voxagora 7 janvier 2011 12:17

                    Bien sûr, le mieux est d’aller à la source. Et dans ce cas : regarder la vidéo.

                    Peut-être ClouzO ne l’a-t-il pas fait, cela expliquerait qu’il ne comprenne pas.
                    Je suis comme vous : sciée !
                    Je me demande si c’est le seul « exercice » journalistique (appliquer les méthodes bêtement) qui pousse Demorand à se comporter ainsi ? C’est « trop » je trouve. Il y a, et beaucoup dans les gestes, ce pourquoi il vaut mieux regarder la vidéo, quelque chose de l’ordre de la panique :
                    comme s’il FALLAIT ne pas laisser parler Mèl., le rabaisser, le disqualifier etc..
                    Je me demande si Mélanchon tiendra longtemps à ce rythme, il y a quand même de quoi fatiguer.

                    • iris 7 janvier 2011 12:29

                      En algérie et tunisie il n’ya pas mélenchon-
                      losrque les gens seront vraiment à bout il feront pareil en france 


                      • mathias cohen mathias cohen 7 janvier 2011 12:51

                        Je crois comprendre ce que vous dites iris, je me pose moi-même beaucoup de questions sur la fonction de canalisation des masses opérée par les dirigeants de grandes organisations syndicales ou partis de gauche, même (et surtout) extrême. En moi s’oppose sans arrêt des velléités libertaires d’une part, républicaines d’autre part.

                        Le but de cet article n’est certes pas de défendre inconditionnellement Jean-Luc Mélenchon. Mais il faut avouer qu’il est un bon révélateur de la réaction journalistique en place. Que Nicolas Demorand soit mal élevé est une chose. Mais ce clash est aussi significatif d’une volonté plus ou moins délibéré de discréditer un discours de gauche tout en feignant de lui donner une tribune. Finalement, à part Mélenchon le « bon client », qui d’autre a aujourd’hui la même visibilité médiatique avec des opinions similaires ? Un seul à la fois, jusqu’au KO par guignolisation (c’est vraisemblablement ce qui est en train d’arriver à Mélenchon).
                        Mais peut-être qu’au final, Mélenchon et Demorand ne sont-ils que les deux faces du même spectacle dont la fonction première est d’annihiler l’énergie des bases enragées...

                      • logan 7 janvier 2011 13:25

                        Sans déboucher politique, aucune révolution ne donnera jamais rien de bon.
                        Je ne crois donc pas qu’il faille prendre ce qui se passe en algérie ou en tunisie comme exemple.
                        Il ne suffit pas de se révolter, encore faut-il savoir pourquoi faire ensuite.
                        Les exemples sud-américains ou maintenant islandais prouvent que la révolte raisonnée c’est possible.


                      • latitude zéro 7 janvier 2011 14:05


                        Mathias Cohen

                        Je n’ai pas compris le post d’Iris de la même façon que vous, j’y vois plutôt une chance pour les Français d’avoir l’alternative Mélanchon, ce que n’ont pas les Algériens ni les Tunisiens, livrés à eux même pour essayer de sortir de leur mouise.

                        Imaginez une seule minute le paysage politique Français actuel sans Mélanchon...
                         Bien sur il y a le NPA, que j’estime et dont je regrette le non ralliement au Front de gauche ( ça peut changer !), mais tellement silencieux, pour quelles raisons ?
                         Peut être qu’ils ne représentent pas un danger réel au yeux de l’oligarchie financière et ces exécutants en place.

                        « jusqu’au KO par guignolisation »
                        C’est leur stratégie classique, beaucoup de Français s’y laissent prendre depuis longtemps.

                        "les deux faces du même spectacle dont la fonction première est d’annihiler l’énergie des bases enragées...« 
                        La faut arrêter de délirer, la paranoia guette les français !! .
                        Mélanchon est il une soupape d’un soulévement populaire ?
                        Si c’est le cas, je lui décerne le premier d’interprétation tous festivals confondus.

                        Il n’y a qu’une seule façon de le savoir , c’est voter pour lui .
                        Chiche !

                        Arrêtons d’avoir peur, il faut faire rentrer »à la maison « les sympathisants FN qui s’y sont fourvoyés et ils sont nombreux, décider l’énorme »masse«  abstentionniste dont la plupart sont des déçus du PS , trouver un accord avec le NPA et LO.
                        C’est après ça qu’on fera les comptes, et la donne sera différente croyez moi !!

                        Il n’y a PAS d’autre alternative , Mélanchon n’est pas un »affreux coco stalinien des heures les plus sombres etc ..." , c’est un socialiste , un vrai.

                        Il faut sauver le Peuple français

                         


                      • ddacoudre ddacoudre 7 janvier 2011 21:01

                        bonjour mathias

                        je ne pense pas que ton raisonnement soit fondé dans sa conclusion il n’y a pas de collusion du genre de celle que tu supputes. nos élites ne sont pas des sots, mais ont la clairvoyance du poids du capitalisme vainqueur, et l’on ne lutte pas contre lui avec des citoyens qui fuient leurs instances « politiques » pour s’abstenir afin d’obtenir quoi ?
                        la politique de la chaise vide c’est toujours retourné contre ceux qui la laissé libre.ddacoudre.over-blog.com.

                        cordialement.


                      • bernard29 bernard29 7 janvier 2011 13:01
                        «  »Mais peut-être qu’au final, Mélenchon et Demorand ne sont-ils que les deux faces du même spectacle dont la fonction première est d’annihiler l’énergie des bases enragées...«  »

                        Voilà !!!

                        c’est la question qu’il faut traiter ! parce que les énervements contre les journalistes du PAF public doivent être réguliers. Moi, perso, j’en ai soupé de tous ces journalistes polimico-polémistes qui sont sur-payés a faire de l’animation people et de la dévalorisation politique. Bien évidemment notre colère doit aller contre les télévisions et radios publiques. Le privé fait son travail normal de décervelage mais on n’y pourra jamais rien.

                        • ddacoudre ddacoudre 7 janvier 2011 21:05

                          bonjour bernard

                          non la remarque de Mathias, n’est pas fondé, il s’agit d’une collusion imaginaire en l’espèce.

                          cordialement.


                        • kéké02360 7 janvier 2011 13:39

                          Mélenchon a encore fait le Buzz , faut dire que le couple Melenchon le torchon et Demorand la serviette ( ou l’inverse si vous êtes partisan ) a fonctionné à merveille !!!!!! Un show man ce Mélenchon de la trempe de Shorty et de Lepen !!!!!!!!!!!

                          Mais au delà de toutes ces gesticulations sans intérêt , de tout ce cinéma je m’attendais pour le moins à ce que Mélenchon parle du PS comme d’un parti de droite !!!!

                          Mais non !!!!!!!!!!!!!!! Mélenchon parle toujours du PS comme du plus gros smiley parti de gauche ! normal il en vient !!!! smiley

                          Ben Oui !!!! c’est logique !!!! pour appeler à voter PS au deuxième tour en 2012 ( et même aux cantonales cette année ) le parti de gauche ne peut dire que le PS est de droite !!! logique non !!!!????? smiley

                          Alors si vous aussi me dites que le PS est de Gôôôôche , c’est sans espoir !!!!! smiley

                          PS en bon franc maçon Mélenchon ne préconise pas de sortir de l’euro , de l’europe , ni le révolutionnaire bank run , ni de passer à la 6 ème république ........................................normal il est un enfant du système !!!!!! smiley
                          Deux fois conseillers général , maire , sénateur, député européen il va pas avoir des retraites alignées sur le régime général le Meluche smiley


                          • latitude zéro 7 janvier 2011 15:58

                            Kéké

                            Mélanchon n’était pas là pour faire le buzz mais pour parler calmement de son programme.
                            C’est Demorand qui a monté ce buzz.

                            Mélanchon ne parlera jamais du parti socialiste comme d’un parti de droite, pour la bonne raison qu’il « reste » un courant de la vrai gauche au parti socialiste , bien mal à l’aise actuellement, dont beaucoup de ses amis qui n’ont pas encore fait le choix de rejoindre le parti de gauche.
                            C’est du pragmatisme !

                            Mélanchon Franc maçon , et alors, son thème favori, laïcité et la république, voilà qui devrait plaire aux Français attachés à ces valeurs.

                            Sinon, quelle alternative, on fait quoi ?

                            Personne ne vous demande de faire 100% confiance à Mélanchon, même pas lui même
                            Il sait et dit qu’il peut se tromper sur certains sujets, ça change du je sais tout et je dirige tout
                            Quand des membres du parti de gauche lui demandent de prendre parti pour une initiative dont il n’est pas convaincu, il leur dit allez y foncez.

                            Lisez ce que pense Frédéric Lordon du bank run. une façon pour le peuple de passer ses nerfs sur les banques mais certainement pas une façon de résoudre cette crise.
                            http://blog.mondediplo.net/2010-12-02-Ne-pas-detruire-les-banques-les-saisir

                            Si quelques uns ont encore des doutes sur sa sincérité, sachez que Mélanchon parle couramment espagnol et a pour amis les présidents de la nouvelle gauche en Amérique latine.
                            Evo Morales lui a adressé ses « amitiés révolutionnaires » lors de la création du parti de gauche.
                            Dans l’émission « Vivement Dimanche » , Mélanchon avait invité Rafael Correa qui n’a pas pu faire le déplacement ... pour cause de tentative de coup d’état !

                            Il va falloir maintenant faire preuve de réalisme , de taire ses petites différences, et se rassembler .dans l’essentiel
                            C’est complétement réalisable et il reste moins de 2 ans pour faire ce miracle

                            HASTA LA VICTORIA SIEMPRE

                             


                          • ddacoudre ddacoudre 7 janvier 2011 18:18

                            bonjour latitude zéro
                            je partage ton point de vu kéké se plante dans l’analyse, et confond les genre.ddacoudre.over-blog.com.

                            cordialement.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès