Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > Images et Réalité

Images et Réalité

Les informations et les images sont omniprésentes dans notre société et peuvent faire illusion. Voici quelques rappels utiles pour en faire bon usage et tenter de rester lucides.

- Une information existe si l’on peut répondre à : qui ? quoi ? où ? quand ? Son « message essentiel » est : quoi de neuf ?
- les Médias sont situés entre l’Emetteur de l’information et son Récepteur. Une information peut être déformable ou filtrable dès son émission ou dans sa transmission. Le Récepteur n’est que conditionnable.
- Si la vérité d’un événement (créé ou pas) est peu manipulable, l’image ou la parole que l’on en donne l’est.
- Dans une société libérale, la libre-circulation et la libre-concurrence s’appliquent à tout. Donc, les paroles, les images et les personnes les plus fortes, les plus médiatiques, les plus séduisantes, les plus présentes, s’imposent quelle que soit leur qualité et ne sont pas forcément les meilleures, les plus vraies. L’emballage et le produit sont donc à distinguer.
 
L’information : une petite partie de la réalité
- La couverture médiatique reste géographiquement et thématiquement inégale, incomplète.
- Les informations reçues sont pré-triées : un JT présente 15 informations sur 1000 reçues (1,5 %). L’actualité ne se résume pas à ce qu’un journal présente : 98,5 % des informations restent dans l’ombre. De même, le monde réel ne se limite pas à ce que l’on peut en voir ou en comprendre.
- L’information et l’image, comme au cinéma, peuvent être truquées ou retouchées (flous, contrastes). Elles peuvent être mises en scène (scénario, acteurs, etc), conditionner l’opinion.
- La sur-exposition et la sous-exposition médiatiques peuvent être voulues.
- Une information marque plus si elle n’est pas en concurrence avec d’autres informations (nombre, importance) et inversement. Une information marque moins, passe inaperçue, si le bruit (buzz) médiatique est important.
 
Le pouvoir de l’image
- Une belle image peut maquiller ou faire vendre une réalité qui l’est moins. Une mauvaise image peut faire rejeter une réalité qui l’est moins. Les images sont à décoder.
- Une image n’est pas la réalité ; une opinion ou affirmation n’est pas une vérité ; une parole n’est pas un acte. L’illusion est possible. Une image peut être différente de la vérité qu’elle représente : selon l’angle, le recadrage, l’esthétisation, la simplification, l’amalgame, etc.
- Une image (ou parole) peut précéder ou suivre la réalité pour la masquer, l’orienter, la maquiller, la tronquer, la nuancer, la rendre acceptable ou inversement inacceptable, dérisoire.
- Une image n’est pas neutre : séduisante ou méprisante (« j’aime/j’aime pas »), elle sollicite (comme la publicité) surtout nos affects… et pas notre raison ou esprit critique. Pour avoir plus de force et court-circuiter le débat, une image peut être recadrée, répétée, ou s’appuyer sur des symboles ou des slogans piégés (« croissance », « social », « modernisation »).
 
Quelques précautions :
- Interroger l’information et les mots (contexte, sens, intention), relativiser ses affects. Ne pas recevoir une information en aveugle passif.
- Prendre du recul par rapport à l’information : varier ses sources (dont international), varier les types de médias (éviter le « tout direct » télé-radio ; préférer la presse écrite, le web), varier les points de vue.
- Lire : Platon, La République, Livre VII (Mythe de la Caverne), GF Flammarion, 1996 ; Philippe Breton, La parole manipulée, éd° La Découverte, 2004.

Moyenne des avis sur cet article :  3.86/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


    • Montagnais Montagnais 10 septembre 2009 23:04

      Difficile d’être plus précis... « 98,5 % des informations restent dans l’ombre. »

      Mais.. C’est mesuré avec quel instrument ? Par qui ? Dans quelles conditions ? Avec quelle marge d’incertitude ? Valable sous quelle latitude ? Et l’ombre ? Mesurée avec quelle unité ? A la décimale près, on a droit de savoir, non ?

      98,5 %.. A la décimale près.. Heureusement que votre article nous donne les clefs de l’analyse critique. Hug.


      • Montagnais Montagnais 10 septembre 2009 23:17

        Ah.. J’oubliais, voilà une source d’info de qualité, conforme à tous vos critères :



        • Achilles 11 septembre 2009 02:08

          Magnifique la sencyclopédie ! Magnifique, rare et hallucinant comme on peut souhaiter perdre son temps ... et rigoler.

          A propos des images qui mentent : je dirais que c’est comme les armes. Un flingue n’a jamais tué personne « tout seul ». Il faut une volonté pour s’en servir. Les images ne sont ni vraies ni fausses, ni truquées, ni mauvaises, ni trop belles, ni manipulatrices. Seuls ceux qui les diffusent ont une arrière-pensée et des buts.
          Cet article est intéressant mais manque de fond, de sources, d’exemples et l’auteur d’expérience dans le monde des images. S’il passait sa vie à en faire il n’en aurait peut-être pas autant peur.
          Une image est un témoignage faisant appel à un autre langage. Un peu comme les sentiments que l’on ressent à écouter de la musique. On comprend ... ou pas. Les images peuvent se passer de mots mais une légende risque de modifier le sentiment de l’observateur.
          Il faut du recul, du temps qui passe et une certaine envie de deviner l’envers du décors, le hors-champs, le non-dit. Le déclic de l’instant d’avant ou d’après.

          Ne condamnez pas les images en hurlant à la conspiration ou à la manipulation. Elles font partie de notre vie, nous faisons partie d’elles même. Apprenez plutôt à les décrypter.
          Prenez le temps de le faire, ça en vaut la chandelle.

          Achilles

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès