Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > Interdire Second Life ? le retour de l’ordre moral...

Interdire Second Life ? le retour de l’ordre moral...

Une association familiale dénonce l’univers virtuel de Second Life comme une menace pour nos enfants... et la presse relaie aussitôt cette campagne les yeux fermés, sans enquête, sans réflexion, de manière moutonnière et superficielle, en relayant tous les fantasmes, mais sans jamais poser les bonnes questions.

Second Life est mauvais pour les enfants. Il s’y passe des choses dégoûtantes. Ce sont les familles qui l’affirment ! On peut dire que l’information plaît aux médias, ça les émoustille : ils relaient donc comme un seul homme l’info qu’on leur suggère et se gardent bien d’aller voir plus loin. Il y a du sexe et des enfants, c’est bon coco, ça va faire vendre !

Comme un seul homme ? Ce n’est pas rien de le dire : l’annonce que l’association Familles de France engageait des poursuites judiciaires contre l’univers virtuel Second Life, accusé de représenter un danger pour la jeunesse, est reprise dans les médias en ligne quasiment dans les mêmes termes de Ecran/Libération, O1net.com, ZDnet, à Ratiatum.

Le nouvelobs, au moins, reconnaît qu’il se borne à copier sur les autres...

Partout l’affaire est présentée selon le même schéma, et sans aucune distance : l’accusation de l’association des Familles de France, détaillée tantôt par son avocat, tantôt par sa déléguée générale, et puis la réponse de l’Association des fournisseurs d’accès internet (FAI), puisque les poursuites judiciaires sont engagées non seulement contre l’éditeur de Second Life, la société Linden Lab, basée en Californie, mais aussi contre les fournisseurs d’accès internet français, auxquels il est demandé de fermer l’accès au site incriminé.

Dans son communiqué, repris quasi texto par les médias, Familles de France dénonce, en vrac : "de véritables photos et vidéos pornographiques en libre accès placardent certaines régions. Les utilisateurs ont la possibilité de mimer des rapports sexuels, allant même jusqu’à des scènes de viol, de bondage, de zoophilie et de scatophilie. Des passerelles entre l’univers virtuel et des sites internet de pornographie permettent à l’utilisateur d’être redirigé rapidement.
Familles de France ne peut accepter que la publicité pour le tabac, l’alcool ou la drogue ne subisse aucune restriction légale, de même que l’utilisation des machines à sous virtuelles, des jeux de loto et de loterie."

Ordre moral.

C’est finalement des blogs que viendra un son de cloche un peu différent : Quelques Watts de plus se fait le relais de la ligue Odébi, qui relève tout de même qu’il s’agirait là d’une première, puisqu’"aucune démocratie n’a demandé la fermeture ou le filtrage par les FAI de Second Life".

"La Ligue rappelle aux membres de cette association qu’ils sont eux-mêmes responsables de leurs enfants, et qu’il leur revient d’assumer entièrement leur rôle de parent, en particulier en accompagnant leurs enfants dans la découverte du Net, au lieu de se défausser de leur rôle sur une décision de justice."
Evoquant une tentative d’"imposer un ordre moral sur le Net", la Ligue ne se déclare "pas étonnée par cette action qui intervient juste après l’élection de Nicolas Sarkozy".

Flucuat.net développe le même argument dans des termes moins diplomatiques : "Encore une fois, au lieu d’assumer ses responsabilités et d’effectuer un contrôle actif et dynamique sur les influences de l’enfant, Familles de France prône la répression du médium. Quand on sait que cette association a été reconnue d’utilité publique et qu’elle regroupe d’autres associations de parents, on se demande comment les adhérents gèrents leurs ados au quotidien. Comment peut-on prétendre élever un enfant en rejetant la faute sur The Man, au lieu de se sortir les doigts du cul pour prendre les choses en main ?"

Et le blogueur de poursuivre : "Les membres de Familles de France devraient être honnêtes et dire qu’ils ne comprennent rien à Second Life et à ses mécanismes, qu’ils sont incapables d’appréhender le fonctionnement de l’internet et qu’ils sont totalement dépassés par les évènements".
On ne saurait mieux dire...

Des médias superficiels et moutonniers.

J’ajouterai tout de même que cet épisode illustre une nouvelle fois le caractère moutonnier et superficiel avec lequel bien des organes de presse traitent de telles informations : on ne va pas chercher "l’info", on attend qu’elle tombe toute seule dans la main, quitte à relayer complaisamment une campagne de presse orchestrée par un lobby.

Les vérifications d’usage ont-elles été faites ? On l’espère. Quoi qu’il en soit, je suis en mesure, selon ma propre expérience, de confirmer la véracité de la plupart des allégations de Familles de France sur Second Life...

Pour tout vous avouer, puisqu’il faut que je m’y colle moi-même, j’ai essayé, et c’est bien vrai : on peut se faire greffer un sexe et mimer l’acte sexuel dans Second Life. Mais ça n’a vraiment rien de comparable avec une caresse sur une peau douce où le souffle léger d’une bouche qui effleure votre nuque... Et je vous rappelle que l’univers de Second Life, c’est tout de même... du dessin animé ! Et plutôt mal dessiné.

Au-delà de ces vérifications à peine effectuées, vous espériez une enquête ? Il n’y en a pas.

Bien des points demanderaient pourtant des éclaircissements, mais on ne vous les donne pas. Deux aspects, par exemple, mériteraient des approfondissements et replaceraient l’action de Famille de France dans une toute autre perspective :
- S’attaquer aux fournisseurs d’accès pour leur faire jouer le rôle de censeurs, quand on ne peut atteindre les éditeurs, est-ce sain ? Cela ne revient-il pas à leur donner sur internet un rôle de gendarme à la place de l’État ? Ces pressions contre eux ne les poussent-elles pas à pratiquer une censure préalable des internautes, sans aucun contrôle, ni aucune protection de la justice ?
- Les logiciels de contrôle parental sont-ils simples à utiliser ? Sont-ils efficaces ? Les parents les utilisent-ils vraiment ? Sinon, pourquoi ?

S’informer sur Second Life ?

Même l’univers de Second Life, qui est pourtant au cœur du sujet, n’est présenté que de manière superficielle, alors que le sujet est pourtant fort riche et complexe. On en reste à la caricature, juste bonne à alimenter les fantasmes.

Ce n’est pourtant pas difficile de trouver beaucoup d’informations, sans se lever de son siège, uniquement par internet :
- L’Atelier.fr propose une visite guidée des locaux de Linden Lab, l’éditeur de Second Life à San Francisco...
- SLObserver.com est le premier média en ligne à ne se consacrer qu’à "l’actualité de Second Life"
- Wangxiang Tuxing, qui se présente comme un "explorateur d’un autre monde" consacre un blog à "Second Life et la seconde vie du web".
- La "Second Life Business Review" se consacre uniquement (en français) à la vie économique de cet univers virtuel.

Le sujet passionne également des blogueurs célèbres, qui en discutent les enjeux à un autre niveau de réflexion que les médias cités, tels Fred Cavazza ("Pourquoi je ne crois plus en Second Life"), Eric Simonneau ("Second life Une deuxième vie pour les entreprises ?"), ou Christophe Nonnenmacher ("Second Life ou la vraie rupture tranquille")...

La presse est pressée par le temps, pressurée par les impératifs économiques, dit-on... Elle n’aurait plus les moyens de faire un travail correct...
Il m’a fallu deux ou trois heures pour lire tous ces textes, rédiger ce billet et retrouver tous les liens vers lesquels il pointe (et un peu d’expérience accumulée sur le sujet de Second Life, auquel je ne m’intéresse pas d’hier, il est vrai)... Alors si c’est à ma portée de blogueur, pourquoi la presse ne le fait-elle pas ?


Illustration : TF1 et les jeux en ligne en 2005

Moyenne des avis sur cet article :  4.39/5   (72 votes)




Réagissez à l'article

151 réactions à cet article    


  • Yannick J. Yannick J. 4 juin 2007 11:21

    Il me souvient, en 1987, lorsuque d’une émission très mal préparée, totalement subjective et absolument sans docummentation, Mireille Dumas avait détruit en 1heure et demie un loisir somme toute très agréable et divertissant. Le diabolisant au point qu’elle fut relayée par bien des journeaux de l’apoque qui ne cherchèrent jamais à mieux se doccumenter... Les jeux de rôles eurent leur coup fatal à cette période et depuis ce temps, ils vivotent alors que c’est un loisir qui peut tant apporter..

    Second life est le jdr moderne subissant un haro de tout ceux qui ne le comprennent pas...

    En d’autres temps d’autres ages on déclarait ces gens hérétiques et on les brulait...


    • Talion Talion 4 juin 2007 11:55

      Ah tiens !... Je ne suis apparemment pas le seul à me souvenir de cette abrutie de Mireille Dumas et de son magnifique reportage qui a à l’époque complêtement plombé mes loisirs...

      Sympas son émission... Grâce à elle moi et pas mal de mes amis avons été regardé de travers pendant un bon moment...

      Ca m’a aidé à prendre conscience que les gens sont globalement de gros moutons décérébrés : L’immense majorité de la population a gobé son pamphlet sans plus d’esprit critique.

      Quel pays de bovins, je vous jure... smiley


    • alala 4 juin 2007 12:54

      @ Talion

      « Quel pays de bovins, je vous jure...smiley »

      C donc specifique à la France ??? vaut mieux etre un bovin qu’un mufle non ? smiley

      Je me permets ceci car moi aussi j’adore appliquer la loi du talion smiley

      Sinon g testé 2nd life et g po aimé d’où cette question sans arriere pensée : 2nd life ce serait pas reservé à ceux qui n’aurait pas de 1st life ???


    • Yannick J. Yannick J. 4 juin 2007 14:08

      faisant du jeu de role depuis des années, à ce moment on peut me considérer comme n’ayant pas de vie puisque je joue différents roles plus ou moins héroiques...

      Pourtant, j’ai un métier des loisirs, je paye mes impots et je vote, je ne me ballade pas dans la rue costumé, et autres fariboles...

      On peut très bien jouer à second life et pourtant être tout à fait normal...


    • non666 non666 4 juin 2007 15:04

      Meme souvenir...

      Je me rappelle avoir vu cette damnée emission de mireille Dumas. Je me rappelle surtout de l’enchainement logique des articles qui avait poussé l’abrutie a faire cette emission.

      Nous avions eu dans l’ordre :

      Un article dans Newsweek, Un article dans le Figaro, L’emission de mireille Dumas.

      Cette chaine logique semblait tellement fiable qu’a un moment je me rappelle que quand un sujet de « fonds » etait a la mode chez les Yankees, il etait poussé sur les emissions « françaises » 2 semaines plus tards.

      Aujourd’hui, les chaines de transmission sont plus rapides !

      Ceci dit, Second life est quand meme un jeu de merde ou il n’y a rien a faire et qui est un « pousse au fric » dement.

      Comment preparer les generations futures a un monde ou tout s’achete, tout se vend et ou celui qui n’a rien, n’est rien ?

      jouez a SL !

      Comment comprendre la democratie actuelle ou ceux qui ont des moyens peuvent imposer leur image, payer des medias pour qu’ils les mettent en avant pour leur donner de la notorieté ?

      Jouez a SL !

      Si l’education et le jeu sont les usines a fabriquer les cerveaux, SL est bel et bien le prototype d’un monde de merde qui ne peut plaire qu’a Bush, Thatcher, Sarkozy et toute la clique.


    • alala 4 juin 2007 17:31

      @ Yannick J.

      « faisant du jeu de role depuis des années, à ce moment on peut me considérer comme n’ayant pas de vie puisque je joue différents roles plus ou moins héroiques... »

      Pour pouvoir jouer à des jeux de roles il faut avoir des amis une vie sociale etc, c un loisir comme un autre.

      Avec 2nd life tout est virtuel sauf la tune que tu claques ...

      A ce sujet je rejoins une fois de plus Méphistophélès « SL est bel et bien le prototype d’un monde de merde ».


    • lambertine 5 juin 2007 12:04

      OK pour les jeux de r^oles.

      Maintenant, qu’est-ce qu’une plainte d’un organisme aussi « connoté ringard » que « Familles de France » peut avoir comme influence sur le public ? Rien qu’un effet d’annonce publicitaire, tant Familles de France est décriée (et insultée ici par de parangons de la soi-disant liberté d’expression, mais bon...)

      Pendant ce temps-là,vous continuerez à voir Delarue inviter ses«  »victimes d’internet" dans ses émissions ras-la-casquette....


    • Carmagnole 5 juin 2007 16:40

      "Pour pouvoir jouer à des jeux de roles il faut avoir des amis une vie sociale etc, c un loisir comme un autre.

      Avec 2nd life tout est virtuel sauf la tune que tu claques "

      Je ne suis pas du tout d’accord avec toi. On peut tout faire dans 2nd life sans y mettre un centime, je suis bien placé pour le savoir puisque c’est précisémment ce que je fais. Il suffit d’utiliser les outils de création a disposition de tous pour fabriquer les choses que ceux qui investissent leur fric au lieu de leur temps et compétence veulent acheter.

      Mais 2nd life est aussi un univers extremement social. Je m’y suis fait des amis sur toute la planète, dont plusieurs avec qui je corresponds par email en dehors du monde virtuel, en plus des loisirs et des activités créatrices que l’on partage dans le jeu.

      Mon experience pratique de 2nd life c’est :

      utiliser le client opensource SL (gratos) pour fabriquer des objets 3d

      utiliser GIMP, le programme d’edition d’images open source (gratos) pour faire les textures qui décorent ces objets

      utiliser Blender, programme de dao 3d (gratos) pour faire des trucs plus complexes et les importer dans SL

      dialoguer avec des programmeurs, des créateurs, d’autres passionnés en tout genre, pour faire des scripts, échanger des idées et bosser sur des projets complexes à plusieurs, comme des experience de robotique ou de vie artificielle

      s’éclater avec des potes à faire n’importe quoi, comme une course de motos, une baston à l’arme blanche en zone médiévale, une visite d’une des innombrables galerie d’art, etc... (gratos aussi)

      Evidemment, quand on fait une fète entre amis, chacun est chez soi et les verres qu’on se sert ne peuvent pas être goutés par d’autres. Mais on partage la meme musique, on se montre réellement les costumes et apparences virtuels qu’on s’est choisi pour les autres, et surtout on parle ensemble, aussi bien que dans n’importe quelle réunion dans la vraie vie.

      2nd life, c’est un outil extremement complexe, dans lequel tout le monde a à disposition les éléments qui permettent de le complexifier encore plus, et ou la créativité est exponentielle. Considérer que c’est « le prototype d’un monde de merde », dans un monde dont on se doit d’ètre le créateur, ça en dit plus sur l’habitant que sur le monde.


    • lambertine 5 juin 2007 17:59

      Je me méfie bien plus des sempiternelles émissions de Delarue sur les soi-disant « dangers du net », avec les sempiternels mêmes gogos invités, que d’une plainte venant d’une association dont le nom même fait fuir 9 français sur 10.


    • marmitte bouillante 6 juin 2007 20:45

      Pour avoir essayé ce jeu......

      - Il est tout à fait possible de NE JOUER QU’AVEC LA VERSION GRATUITE et meme de gagner quelques pieces (mise de départ = 0),

      - Il est tout à fait possible de NE PAS ALLER dans les endroits mal famés,

      - Il est tout à fait possible de ne pas abuser et jouer qu’UNE FOIS PAR SEMAINE,

      - Il est tout à fait possible de DISCUTER avec des personnes et de CREER DES LIENS.

      (excusez les maj, je ne sais pas comment on met en gras ou souligné)

      Par contre vous pouvez jouer à Medal Of Honour, ou GTA pour vraiment savoir ce qu’est un monde de merde smiley


    • Jojo2 4 juin 2007 11:36

      Rien ne vaut une promenade en forêt...


      • Yannick J. Yannick J. 4 juin 2007 11:45

        Je ne dis absolument pas le contraire, mais ce loisir peut aussi être sympa si l’on en abuse pas...


      • Jojo2 4 juin 2007 12:17

        La connerie de la chose apparait très bien en lisant les intervenants des blogs en questions.

        « Effectivement, pourquoi ne pas vivre sur le web à partir du moment où, comme tu le dis : »Faire des achats dans Second Life n’est pas plus stupide que d’acheter des cigarettes ou des sonneries de téléphone portable : c’est juste un petit plaisir solitaire dont il ne reste pas grand chose au bout du compte." Ton point de vue donne toute crédibilité à cette prospective.

        Second Life n’est pas un jeu. C’est une redéfinition de la vie."

        C’est ça. Ils iront trouver des antibiotiques virtuels pour soigner une tuberculose virtuelle multirésistante. On sera bien avancé.


      • Yannick J. Yannick J. 4 juin 2007 14:15

        @jojo2 :

        Et le mot loisir, vous dit-il quelquechose ??? vous venez bien sur agoravox, non ? pourquoi donc interdire ceci ???


      • Jojo2 4 juin 2007 15:14

        J’ai jamais proposé d’interdire quoique ce soit. M’enfin prétendre que « c’est une redifinition de la vie », c’est une belle connerie. Mais s’il fallait interdire les conneries, on n’aurait pas fini...

        Les djeunes feraient mieux de s’investir dans le réel, métavi. Il y a quand même des loisirs plus féconds que de s’inventer un monde virtuel. Sauf peut-être pour ceux qui n’ont pas de « real life »... C’est peut-être une sorte de thérapie.


      • thirqual 5 juin 2007 21:05

        « Rien ne vaut une promenade en forêt... » Avec la bonne personne. Pour moi rencontrée au détour d’un site communautaire de passionés.

        Famille de France... j’attends leurs réactions à la sortie de Koi Kaze, ça va être magnifique (ceux qui sont intéressés feront leurs recherches comme des grands).


      • thirqual 5 juin 2007 21:15

        Et puis c’est choquant de mettre sur le même point le bondage et la scatophilie d’une part et le viol d’autre part... enfin si on peut comparer des perversions qui appartiennent à la sphère privée avec un crime, on part d’un très bon pas.


      • dix2der 7 juin 2007 16:58

        tout même... manger du caca virtuel, c’est pas joli-joli smiley


      • La main froide 4 juin 2007 11:47

        Il ne faut pas tout confondre !!!!!

        Les médias relaient une information : Une association souhaite l’interdiction légale d’un jeu en ligne.

        Je ne vois pas en quoi les médias prennent parti en relayant ce fait.

        Il ne faut pas rentrer dans la caricature de cette société qui serait trop archaique pour comprendre toutes les merveilles de la technologie ludique maitrisé uniquement par les plus fun d’entre nous !!!!!!!

        je ne sais pas comment çela se passe dans le monde virtuelle, mais dans le vrai monde relayer une information n’implique pas une prise de décision. Aurait il fallu que les journax se censurent au lieu d’oser parler de second life ?


        • Le Chacal Le Chacal 4 juin 2007 11:56

          En ces temps de défiance envers les média, il ne faut effectivement pas confondre le relai de l’information (ce qui est le cas dans cette affaire) avec « la chasse aux sorcières » qui eut lieu suite à l’émission évoquée sur les jeux de rôles.

          Après cette émission, ce fut l’hystérie collective. Dès qu’un adolescent ou jeune adulte se suicidait, commettait un acte profanatoire, ou allait jusqu’au meurtre, c’était inévitablement, et avant tout, un joueur de « jeux de rôles ». Le marché, fragile et concernant une petite population à la base, ne s’en remit jamais réellement.

          Ici, rien de cela. Mais il nous faut rester vigilant...


        • Gazi BORAT 4 juin 2007 11:57

          « ...Les médias relaient une information.. »

          En fait, l’auteur pointe une habitude répandue dans les médias : le « copié-collé » d’une communication envoyée par un lobby, sans ajouts, ni regard critique, ni mise en perspective..

          Par ces pratiques, ce que relaient les médias n’est pas une information, mais une communication, ce qui est tout de même différent.

          Les associations relevant de la défense de l’ordre moral ne sont pas les seules à utiliser cette faiblesse éthique des journalistes.

          Les laboratoires pharmaceitiques sont particulièrement coutumiers du fait.

          gAZi bORAt


        • bulu 4 juin 2007 11:50

          La presse sait bien que tout lecteur, auditeur ou telespectateur passant par internet est perdu a moyen terme (sauf les masochistes).


          • Algunet 4 juin 2007 11:56

            L’auteur a parfaitement cerné le problème...

            Aucun travail de fond des médias traditionnels, une information de ce type méritait une réflexion plus approfondie que celles relayées par copier-coller.

            Second life est le reflet naissant et balbutiant de notre société sur le net. Il faudrait donc interdire notre société ! A part éveiller quelques consciences parentales en manque d’informations qu’elles n’auront de toute façon pas en regardant TF1 & Cie, cette action en justice est totalement débile smiley


            • La main froide 4 juin 2007 12:03

              C’est une question de point de vue.

              Savoir qu’une association souhaite interdire second life m’interresse.

              En revanche savoir si le journaliste de libé, le figaro ou autres est plus ou moins favorable à cette interdiction ne m’importe peu. Ce n’est pas un sujet qui nécessite absolument à mon avis un journalisme d’opinion


            • Ioannis 4 juin 2007 12:15

              Dans notre société la promotion de la pornographie est interdite quand elle permet aux mineurs d’y acceder. Donc non Second Life n’est pas le reflet de la société, vu qu’il n’y a aucun contrôle contrairement à notre société. Dans notre société un enfant de 5 ans ne peux entré dans un sex shop. Dans second life c’est possible sans aucune mise en garde.

              L’information reportée est qu’une association attaque Second Life. Je n’ai vu nulle part un jugement d’un journaliste. Et ce n’est d’ailleurs pas le travail d’un journaliste. Un journaliste est la pour informer les gens.

              A la limite si il véhiculais une information fausse, je comprendrai cette article, mais la nan, aucune désinformation, pas de mensonge.


            • Algunet 4 juin 2007 12:59

              main froide

              D’accord sur le rôle informatif, un approfondissement neutre sur un phénomène enréalité si peu connu , c’est mieux. Relayer une informations brute n’a aucun sens dans ce cas...

              Faut-il fermer les débits de journaux car l’accés des mineurs aux magazines pornos est si facile !


            • rod 4 juin 2007 15:58

              y a un controle parental ds second life...


            • aurelien 4 juin 2007 12:05

              Ce qui m’interroge, c’est comment un divertissement virtuel comme « Second life » peut faire l’objet d’un article dans la section médias...

              Culture et loisirs, d’accord, mais médias...


              • kard 4 juin 2007 12:15

                C’est simple. L’article traite de comment les médias ont traité cette affaire... Il est donc bien classé.


              • Yannick J. Yannick J. 4 juin 2007 12:15

                regardez l’article et voyez si ce n’est que second life dont il s’agit dedans ou si c’est plus une mise en cause du relais de l’information par les médias...


              • aurelien 4 juin 2007 12:39

                Oui, mais il y a des choses bien plus sérieuses pour souligner les manquements des médias...


              • Anto 4 juin 2007 14:09

                d’autant plus que second life ne se résume pas à un simple loisir. Il y a dans ce monde virtuel, des entreprises, des promoteurs immobiliers, des partis politiques...une mini-économie parallèle en quelque sorte


              • aurelien 4 juin 2007 14:29

                Je pense que Second life est une ineptie virtuelle, comme le web le permet grâce aux nouvelles technologies.

                Un espace distractif, mais aussi de marketing et de propagandes idéologiques en tout genre destiné au grand public...


              • narvic narvic 4 juin 2007 16:12

                Merci de vos commentaires smiley Mon propos, en effet, n’est pas seulement d’évoquer cette « affaire », mais aussi la manière dont elle est traitée par la presse. Je note que personne ici ne relève qu’aucun des sites d’information professionnels qui ont relayé cette affaire les premiers ne fait état de la moindre vérification des allégations de Familles de France. Est-ce qu’un journaliste ne devrait pas commencer par là ?


              • Marcel Chapoutier Marcel Chapoutier 4 juin 2007 12:25

                La presse classique a souvent tendance à relayer des infos sans trop se poser de question par paresse intellectuelle ou (et) pour ne pas fâcher des lecteurs très conformistes ce qui a pour effet souvent des papiers plein de clichés journalistiques (y compris dans le « Monde » et « Libé »)sans intérêt (le fayotage sarkosiste n’arrange rien)...

                Il n’y a qu’à voir la désinformation incroyable sur le Venezuela et son président Chavez concernant le non renouvellement de la licence hertzienne (mais pas sur le câble) de la chaine RCTV (chaine commerciale tellement pourrie qu’à coté TF1 c’est ARTE) dans le « Monde » articles de Mr Paranagua et ailleurs...

                Vive les médias citoyens et alternatifs du net !!!...


                • tvargentine.com lerma 4 juin 2007 12:38

                  J’ai pu lire des articles sur Second Life et voir aussi sur le site LCI les videos reportages sur le coté techniques.

                  Je ne vois pas très bien le bizness des entreprises qui viennent s’installer sur Second Life.

                  Si vous pouvez me d’écrire les possibilités de développement d’activité possible avec Second Life ,cela pourrait m’aider à mieux comprendre.

                  J’ai quand même l’impression que cela ressemble à une database constitué par l’utilisateur,qui se décrit et se projete dans des besoins matériels qui peuvent permettre à de grosses sociétés de simuler des produits de consommation courantes ou hight tech avant la phase de prè-production.

                  Une sorte d’environnement de test de produit et de marketing

                  Merci de m’éclairer


                  • Carmagnole 5 juin 2007 17:03

                    Oui, c’est a peu près tout ce que des grosses boites peuvent faire. SL est bien adapté pour faire de la recherche en communication pour un nouveau produit ou une pub par exemple, parce que meme si le comportement physique des gens n’est pas réaliste, on peut facilement faire des outils de mesure le l’attention portée à un message : qui regarde quoi, combien de temps, en interagissant comment avec l’objet...

                    Il y a aussi l’effet mode : avoir une présence dans le truc qui monte. C’est effectivement surtout orienté marketting basé dans la vie réelle.

                    Enfin, pour le moment. Si des professionnels moins ConFormistes que les autres s’en apperçoivent, ils pouront créer ou financer la création d’endroits ou objets qui auront une valeur intrinsèque exclusive à 2nd life pour faire de la pub pour leur marque, et pas pour un produit qu’ils vendent.


                  • anomail 4 juin 2007 12:44

                    >Donc non Second Life n’est pas le reflet de la société, vu >qu’il n’y a aucun contrôle contrairement à notre société. >Dans notre société un enfant de 5 ans ne peux entré dans un >sex shop. Dans second life c’est possible sans aucune mise en garde.

                    Et que fait cet enfant de cinq ans tout seul devant un ordinateur connecté à second life ? Il l’a installé lui-même et s’est ouvert son compte tout seul ?

                    Cet article m’évoque plusieurs choses :

                    - Les gamins de 10 ans qui jouent à GTA qui est pourtant clairement estampillé « 16 ans et + ». Que les parents commencent donc par apprendre à lire !

                    - Les collègues qui m’apportent leur PC à dépanner avec l’historique du navigateur truffé de liens pornos. Que les parents commencent donc par apprendre à utiliser un navigateur.

                    - La diabolisation d’internet à ses débuts dans le grand public, à l’époque ou tous les grands médias si clairvoyants pensaient qu’il s’agissait d’un effet de mode. Internet était alors un repère de pirates et de pédophiles, tout le monde le savais grâce à la télé.

                    Mais point d’inquiétude, tous ces gens dépassés par leur époque auront beau cracher leur venin, personne ne tuera la poule aux oeufs d’or.


                    • jamesdu75 jamesdu75 4 juin 2007 13:19

                      les familles de France sont à la france c’est qu’est jack Thomson aux USA, c’est a dire des react, limite extréme droite, ultra catholique et qui pense que le monde est similaire à la petite maison dans la prairie.

                      Recherchez Henri Joyeux (google et wikipedia sont vos amis) et vous n’allez pas être deçus.

                      Comment les combattre ? Sur leur propre terrain.

                      Sinon regardez cette video sur le JT de 20h, une horreur TFinoise : Http ://mycrazyworld.canalblog.com/archives/2007/06/04/5184226.html


                      • Yannick J. Yannick J. 4 juin 2007 14:01

                        Il est clair qu’avec cette vie du clavier (celle des No-life justement), beaucoup ne connaissent plus la first, plus real elle....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès