• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > Internet face aux défis de la censure

Internet face aux défis de la censure

Une conférence internationale organisée par Ron Deibert a donné lieu à un débat outre-Atlantique. Soulignant le rôle grandissant du filtrage des informations, des spécialistes craignent une généralisation de cet étouffement de la pensée. Internet, qui se voyait en espace de liberté, a été rattrapé par des procédés de censure qui varient en fonction des pays. Mais qu’en sera-t-il demain si nous ne sommes pas nous-mêmes vigilants ?

Dans un article daté sur 18 may 2007, Dorreen Carjaval, une des meilleures plumes du Herald Tribune, interroge Ron Deibert, professeur de sciences politiques à l’université de Toronto, fondateur d’un « Citizen Lab » et enfin organisateur d’une conférence sur la censure d’internet. Au cours de ce rassemblement récent, chercheurs, professeurs d’université, étudiants, informaticiens et internautes-activistes ont conjugué leurs savoirs pour combattre les nouvelles censures. A cet effet, l’Open Net Initiative, sorte d’observatoire, publie des rapports d’enquête sur les pays censeurs, tandis que les techniciens de Citizen Lab conçoivent des outils pour déjouer les « stratagèmes assourdissants » de plus en plus courants. Ron Deibert « déplore un accroissement inquiétant » du phénomène de censure. Il ajoute que pendant très longtemps « on a cru au mythe qu’Internet ne pourrait être régulé » et aujourd’hui on peut considérer que c’est totalement le contraire. Les universités d’Harvard, Cambridge et d’Oxford se sont déplacées en nombre pour réfléchir à cette nouvelle montée des filtrages de la Toile. Et 100 chercheurs ont pointé 200 000 sites filtrés ou « inaccessibles ». Ron Deibert avance que la censure n’est plus à un seul niveau mais a évolué pour toucher des larges distributeurs d’informations. Les Etats se focalisent sur des « blocs » comme Yahoo, Google, YouTube...  En parallèle, on continue à bloquer les sites dissidents ou les plumes voltairiennes qui pourraient se déchaîner sur le WWW, mais les Léviathan ont choisi de museler en grand et sans discrimination.

Le sujet est sérieux. Les pionniers dans le domaine sont évidemment la Chine mais également l’Arabie saoudite, l’Iran et vingt-six autres nations qui bloquent avec sévérités des informations (OpenNet Initiative Report). Ainsi, pour reprendre les mots d’Anne de Malleray sur son blog : « De l’autre côté de la frontière chinoise, Wikipédia est filtrée. Certains jours la BBC ne répond pas et Google.cn est un moteur de recherche étrangement sélectif ». Evidemment, les photos de l’insurrection de Tian An Men sont effacées sans scrupule. Ceci illustre bien la forme que peu prendre l’idéologie de l’information particulièrement insidieuse d’un pays qui ne pense qu’en terme de croissance et rarement en terme de libertés individuelles. Outre ce fait, on peut noter des variantes dans les censures. L’Arabie saoudite bâillonne les sites pornographiques, les pages de pari d’argent et ce qui touche à un ordre moral très « austérisé ». Cerise sur le gâteau, des sites non sunnites ont tendance à ne pas être visibles à partir des ordinateurs saoudiens ce qui est logique étant donné la montée des salafismes de toutes sortes. Plus proche de nous, la Tunisie pousse les dissidents vers d’autres contrées reculées et quasi inaccessibles pour le citoyen lambda... Ainsi, pour la petite histoire, certains droit-de-l’hommistes tunisiens par exemple m’écrivent en ce moment pour m’abonner à des groupes de discussions très « exotiques » pour pouvoir faire part de leur rêves de démocratie et discuter librement... désormais impossible de communiquer sans crainte sur un yahoogroupe. Il faut savoir également que les Tunisiens trop démocrates aboutissent souvent sur des « pages d’erreurs » d’Internet explorer qui masquent la main du pouvoir... Ceci rappelle les années 60 et les publicités qui souvent permettaient de masquer les censures journalistiques. Plus sporadiquement les deux Corées se « transparisent » l’une l’autre dans une forme de même élan solidairement virtuel... En Orient, l’armée américaine a également bloqué un réseau de 5 millions d’ordinateurs sensibles afin de les détacher de Myspace, de YouTube, de Pandora.com ou de Live365.com... Histoire d’éviter d’avoir une image un peu plus délabrée auprès de ses concitoyens et surtout de laisser visionner la mort en direct d’un soldat US et d’entendre les cris de joie de la population irakienne, voire du sniper. Même si l’Europe n’etait pas le sujet d’étude de ces spécialistes de la Toile, il est noté que la censure a tendance à y être commerciale et accentue son effort par rapport à des notions très opaques de copyright élargies à l’infini. Mais l’Europe et les pays industrialisés sont néanmoins mis en accusation dans les censures internationales. En effet, la plupart des logiciels comme « Smartfilter » (Secure Computer, San Jose, Californie) sont conçus par nos vieilles démocraties... ce qui est un tant soit peu ironique sur le fond. Par ailleurs, les grands providers d’Internet n’ont pas été vraiment très combatifs lorsqu’il a fallu négocier leur entrée dans l’empire du Milieu par exemple... trop d’enjeux financiers...

Face à ces insidieuses stratégies, le logiciel Psiphon est une arme très efficace et très téléchargée. Elle permet à des internautes d’accéder à des sites « interdits » grâce à un ordinateur situé « en zone libre ». Le tout sans rien télécharger ni laisser de traces. « Souvent il faut être un « geek » pour maîtriser les logiciels contre la censure. Nous avons voulu créer un outil à la fois simple et très difficile à bloquer », précise Ron Deibert. Selon Ron Deibert, le système est « indétectable » car les échanges sont cryptés grâce au port sécurisé 443, le tuyau Internet des transactions financières. « Pour pouvoir censurer, il faudrait que l’Etat en question accepte de se passer de ces transactions », or « business is business »...

Mais il est temps d’élargir le débat de la censure virtuelle. Face à la montée de systèmes sécuritaires qui sont parfois séduisants pour des partis politiques tendant vers des populismes émotionnels, sommes-nous à l’abri d’une dérive de la Toile ? Il est évident que non. Il suffit de voir la peur des journalistes actuels quand il s’agit de faire jouer la liberté d’expression pour comprendre qu’il suffit d’un renforcement des « Patriot Act » ou des lois de sécurité intérieures pour transformer la Toile en une entité politiquement et intellectuellement correcte. Il est donc urgent de comptabiliser les dérives observables pour pouvoir les contrer dans les prochaines décennies. L’enjeu est donc la bataille de la liberté sur Internet. Evidemment, nous aurons tous compris que chaque point de la Toile est à défendre, où qu’il soit. Sinon les perspectives seront faciles à imaginer... y compris dans notre beau pays. Il faut aussi remarquer qu’Internet doit se méfier d’une forme de retour à l’ordre moral qui pourrait être poussé justement par des scandales bien échafaudés. Rappelons par exemple que des informations sur le patrimoine de Ségolene Royal avaient circulé à partir d’une rumeur reprise par le député Jacques Godfrain qui fut également à l’origine de la loi sur la fraude informatique de 1988... Sans une certaine vigilance, sans faire de procès d’intention, les politiques sont sûrement prêts à créer l’incident afin d’imposer une chape de plomb à toute la Toile...

Si des chiens de gardes virtuels ne viennent pas défendre la liberté de la Toile, l’avenir proche sera prédictible : cette fiction sera plus parlante... 2 avril 2012... Noe, un internaute citoyen, est à son ordinateur. Il doit joindre les militants parisiens pour mener une action de type « flash-mob » s’inspirant d’ailleurs de la créativité de « générationprécaire » groupe insolent des années 2000. Noe a veillé toute une partie de la nuit et a reporté l’envoi de l’appel à l’action pour le lendemain... toujours à la dernière minute... Noé est donc là à attendre sa connexion... Mais, impossible de se connecter... L’opérateur lui bidouillera des excuses pour le faire patienter... Un mois plus tard, Noe est toujours « débranché » de la Toile... impossible de jouer son rôle de militant et d’activiste... Il était en fait la cible d’un comité politique instillé chez l’opérateur et veillant à ce que tout élément subversif soit hors de capacité de mobiliser jusqu’à l’élection qui se prépare dans une ambiance quasi insurrectionnelle. La déconnection est l’arme nouvelle d’un parti majoritaire...

6 avril 2012. Marina perd l’usage de son site web qui a été hacké par un intrus avec l’aval du gestionnaire de la « blogosphère unifiée »... Le provider traîne pour lui redonner la main... même raison, une militante sur la Toile peut ouvrir les yeux du plus grand nombre et peut s’avérer très embarrassante sur une période très sensible.

12 avril, Malcomm, un jeune philosophe porté sur le débat d’idées est débranché par un virus qui aura détérioré l’ensemble de son interface web... ses lecteurs, eux, verront une « page en construction » anodine... Un hacker qui détient l’ensemble des fiches de renseignements portant sur les activistes, voire les « éléments subversifs » potentiellement influents, vient de « fusiller » virtuellement et durablement ce gêneur...

22 avril 2012, deux hommes de taille moyenne pénètrent dans l’ambassade de Belgique à Paris. Leur but est de transgresser un « tabou républicain ». Donner avant l’heure ce que tout le microcosme parisien sait depuis le début de l’après-midi... donner le résultat du premier tour des présidentielles... Au moment de se connecter sur son blog, M. Birenbaum, à l’instar M. Karl Zero, ne peuvent accéder à leur page respective et faire le post qui effarouchera les « bigots de la République » à savoir ceux qui savent l’info et jouent de la rumeur avec délectation... tout en n’acceptant pas que tout un chacun fasse comme eux. « Sites en dérangement, non accessibilités due à un trop grand flux d’internautes » diront les experts... La censure virtuelle aurait frappé la France avec des méthodes militaires de brouillage électronique... Oui, faute de vigilance citoyenne... En 2012 : la Toile est quadrillée, nul ne peut lancer ou laisser échapper une information quelconque surtout si elle déplait à un parti majoritaire... Verrouillage digne des lettres de cachets d’une certaine époque et qui planait sur la tête de tout journaliste quelque peu téméraire. Mais avant cet avènement d’une censure virtuelle généralisée qui pourrait arriver, posons-nous les questions de la légitimité de ces filtres qui bâillonnent certains Etats, de pratiques politiciennes qui pourraient germer. Une censure électronique et des brouillages ciblés pour conforter l’autocensure citoyenne, c’est l’idéal pour des régimes démocratiques déliquescents... 2012, une année qui pourrait ressembler à cela si nous n’y prenons pas garde...

http://deibert.citizenlab.org/

http://cyber.law.harvard.edu/oniconference07/Main_Page

http://www.oii.ox.ac.uk/

http://www.avantquececipasse.blogspot.com/

http://psiphon.civisec.org/

http://fr.wikipedia.org/wiki/Geek


Moyenne des avis sur cet article :  4.88/5   (64 votes)




Réagissez à l'article

44 réactions à cet article    


  • tvargentine.com lerma 25 mai 2007 11:15

    Vous signalez une chose importante

    « Plus proche de nous, la Tunisie pousse les dissidents vers d’autres contrées reculées et quasi inaccessibles pour le citoyen lambda... Ainsi, pour la petite histoire, certains droit-de-l’hommistes tunisiens par exemple m’écrivent en ce moment pour m’abonner à des groupes de discussions très « exotiques » pour pouvoir faire part de leur rêves de démocratie et discuter librement... désormais impossible de communiquer sans crainte sur un yahoogroupe. Il faut savoir également que les Tunisiens trop démocrates aboutissent souvent sur des « pages d’erreurs » d’Internet explorer qui masquent la main du pouvoir... »

    Quand on pense que Madame Ségolène ROYAL qui se disait « socialiste » passe ses vacances dans un tel pays sans exiger,revendiquer,manifester son soutien à la libérté d’expression en Tunisie,c’est largement suffisant pour voir la véritable démagogie de cette personne qui n’aurait jamais du représenter la gauche à cette élection présidentielle.


    • jamesdu75 jamesdu75 25 mai 2007 12:21

      Pr Mr Chirac c’est pareil quand il va au Maroc ou chez ses potes les dictateurs en Afrique.

      Mais comme tout bon Français on aime bien critiquer l’exterieur que notre pays.

      Pour information Yahoo est censurer en France aussi. A plusieurs reprises des articles sont postés et effacés ensuite ou tronquer.

      Par exemple derniérement un article sur Alain Juppé.

      Ou même j’allait trés souvent sur Yahoo Question / reponse et mon compte à était supprimer aprés plusieurs post sur Sarkozy ou même Yahoo qui s’auto censure en Chine.

      Noter qu’hier la surveillance automatique est autorisée en France pour le P2P.

      http://www.presence-pc.com/actualite/internet-surveillance-23498/

      Hier une fililale de Microsoft chine annoncé pour detecter un profil d’une personne (age, sexe, gout, lieu de residence ect....) juste avec un leger spyware.

      http://www.clubic.com/actualite-74143-microsoft-fort-spywares.html

      Sinon il y à une petite erreur sur l’article vis a vis de la Corée du Sud, la censure est uniquement sur tout ce qui concerne la corée du Nord. Pour information dans ce pays il est impossible de se trouver une arme, les gouvernements succéssifs ont une peur bleu, qu’un groupe de milicien travers la frontiére pour aller couper en morceau les fesses de Pyang yong (dsl pr l’orthographe).

      Je viens de terminer de relire 1984, et je me demande si la revolution virtuelle n’est pas entrain de capoter comme celle bolchévique.


    • spartacus1 spartacus1 25 mai 2007 16:54

      @jamesdu75

      On peut aussi utiliser Linux (ou BSD) et comme ça, plus de spyware possible !

      En outre on évite de renforcer une entreprise monopolistique qui s’introduit sans aucun scrupule dans la vie privée des internautes.


    • Gilles Gilles 26 mai 2007 08:56

      Et Lerma qui passe ses vacances en Argentine...un pays qui lors de la crise financière a vu le pékin moyen perdre toute ses économies et a vu se débiner les capitalistes parti mettre leurs dollars à l’abri abandonnant des usines entières qu’heureusement des salariés ont transformées en coopératives (que le patronat tente de reprendre maintenant qu’ils peuvent revenir avec leurs dollars). Un pays qui est parti en guerre contre les institutions financières internationales (FMI, BM...) responsable selon eux de l’ampleur de la crise et qui est le fer de lance d’un nouveau système plus équitable et solidaire dans la région en s’alliant avec Lula l’ex syndicaliste, Morales l’indien bolivien, Chavez le dictateur castriste ! Un pays qui accueille Chavez, venu à Buenos AIres insulter Bush alors en visite juste de l’autre coté du Rio de la Plata.

      Vous aussi vous êtes à contre-courant ! Vous passez vos vacances dans un pays où l’état d’esprit socialisant s’oppose au votre.


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 27 mai 2007 01:34

      @ Me dites-vous que Linux rend le brouillage impossible ? Je voudrais en savoir beaucoup plus. Réferences, svp.

      Quant à la censure de l’Internet... Bien prévisible. j’écrivais, il y a 8 ans :

      « Il n’est pas ridicule de penser que la grande liberté des communications sur Internet ait, entre autres buts, celui de débusquer, d’identifier et de ficher à l’échelle planétaire l’ensemble des séditieux et des contestataires même les plus vélléitaires du Système. Quand ce but aura été atteint - disons quand, d’un milliard d’utilisateurs réguliers, dans 10 ans, on aura trié le million qui pensent vraiment et les cent millions d’insatisfaits qui pourraient leur prêter l’oreille - il y a fort à parier que la »liberté« de l’Internet deviendra officiellement liberté surveillée. »

      Il est temps de préparer la « Défense Catacombes »... http://www.nouvellesociete.org/904.html

      Pierre JC Allard


    • anomail 25 mai 2007 12:27

      Je viens d’essayer Psiphon : C’est énorme !


      • jamesdu75 jamesdu75 25 mai 2007 13:28

        Je viens de l’utiliser aussi, mais je ne vois pas ou il enleve la restriction ?


      • Yannick Comenge Yannick Comenge 25 mai 2007 15:48

        Merci aux messages, mais n’hesitez pas à donner des infos sur le comment detourner les éléments de censure. Ceux qui veulent en faire la traduction en Anglais et Espagnol sont les bienvenus...


      • Voltaire Voltaire 25 mai 2007 12:58

        Bon article, bien documenté.


        • finael finael 25 mai 2007 13:35

          Effectivement Internet est un espace où l’anomymat, comme l’accès aux informations est loin d’être garanti.

          Il n’y a pas que dans les pays cités que la censure se met en place. On peut la constater chez nous, en particulier dans des forums dont la « modération » se résume à une censure veillant à la « bien pensance », je viens d’en faire l’expérience.

          Chez nous aussi les FAI bloquent l’accès à bien des sites, sous prétexte de « lutte anti terroriste » ce sont bien des pensées dissidentes qui sont ainsi « effacées ».

          De même pour les recherches sur internet qui, à la faveur de l’écrasante présence de google, peuvent avoir beaucoup de mal à aboutir (il ne faut pas oublier qu’il existe d’AUTRES moteurs, moins répandus mais souvent aux résultats surprenants : Webcrawler, Altavista, ...).

          Enfin il faut rappeler que sur internet il n’y a pas que le World Wide Web, mais aussi 90% des pages qui n’en font pas partie et qui sont accessibles par des outils comme Gopher ou Wais - tombés dans l’oubli mais toujours d’actualité.


          • Claude Simon Tzecoatl 25 mai 2007 14:47

            Je pense que la censure est l’un des moteurs de l’innovation car elle n’est pas la plupart du temps irrémédiable. En cela, elle ne me dérange qu’à moitié, beaucoup d’énergie étant dépensée pour la contourner, le plus souvent avec succès. Il est vrai que sacrifier temporairement les droits de l’homme sur l’autel du progrès peut paraitre douteux, du moins vanter une telle dynamique, il n’empêche que c’est un processus relativement redondant dans l’histoire.

            Par ailleurs, il est fort probable qu’à terme, une entreprise comme Google perde son leadership, du moins en Chine, pour s’être acoquiné avec le pouvoir en place, l’aura de cette blue ship étant particulièrement ternie, surtout auprès des consommateurs chinois. Techniquement, elle n’a pas su résoudre son dilemne, ils ne sont donc pas si forts qu’on veut bien nous le faire croire.


            • jako jako 25 mai 2007 15:12

              Merci de cet article passionant et inquiétant avec juste la bonne pointe d’humour pour que cela passe bien smiley


              • moniroje moniroje 25 mai 2007 17:03

                Oui, article intéressant car il nous concerne tous et notre liberté d’aujourd’hui, même si elle n’est pas parfaite, il faut veiller à ce qu’elle soit au moins aussi grande demain.

                Il est évident que tous les pouvoirs, quels qu’ils soient, de la lointaine Chine à celle de notre gouvernement, essaieront toujours de museler ce qui peut perturber leur ordre. De même, il est évident que notre liberté chérie est un outil extraordinaire pour commanditer des actes de terrorisme ou de pédophilie.

                Mais point d’alarmisme !! Aux outils de censure s’opposent des outils de contre-censure. De même qu’au dernier des obus se crée aussitôt le meilleur des blindages. En informatique, c’est pareil ; on veut museler le peer2peer, et voilà freenet ou autres.. On veut m’imposer Windows et j’aime Mac et j’essaie Linux. On veut censurer et vous me dites qu’existe Psiphon que je vais regarder à l’instant.


                • jako jako 25 mai 2007 20:20

                  juste une remarque , on peut interdire des mots dans les moteurs de recherche du pays considéré , par exemple le mot ’NS’ peut etre interdit sur tous les moteurs de recherche accesible depuis le pays qui l’interdit mais on ne peux empécher la connexion sur d’autres sites ou c’est autorisé. De plus l’utilisation de firefox (free ware) permet d’échaper à pas mal de mesures de blocage


                  • Mira 26 mai 2007 01:06

                    Internaute assez assidue, mais peu initiée, j’avais bien remarqué que de nombreuses pages n’étaient pas accessibles depuis quelques temps, et je me posais des questions. Votre article y répond, merci. C’est vraiment intéressant, de même que les commentaires.

                    Mais si l’existence d’outils anti-censure vous rassure, n’oubliez pas que beaucoup d’internautes sont aussi ignares que moi, et que prendre du temps pour comprendre et accéder à ces outils n’est pas toujours évident. Bien-sûr, la liberté mérite quelques efforts, mais il ne faut pas se faire d’illusion, beaucoup ne les fourniront pas, si encore même ils se doutent de la réalité de la situation ! Les censeurs ont tout de même de beaux jours devant eux, les risques seront certainement très circoncrits, à quelques foyers de « geeks » et d’insoumis pratiquants.

                    Allez, je retourne à mes fiches cuisine ! smiley


                    • perlin 26 mai 2007 07:07

                      @Mira

                      A propos d’efforts pour se débarrasser de la censure et mériter la liberté et dont vous dites que la plupart des gens ne le feront pas, vous avez sans doute raison mais n’oubliez pas que même sans la censure, la plupart des gens ne font pas d’efforts pour s’informer.

                      Pire, nous sommes capables de nous forger des convictions plus contradictoires les unes que les autres, sur la base d’informations insuffisantes ou mal comprises : le changement climatique (sujet difficile s’il en est) nous offre un florilège de prises de positions péremptoires ou déraisonnables (je ne vous dirais pas lesquelles car j’ai moi-même du mal à m’y retrouver). Idem pour les OGM, le nucléaire, la manière de traiter le chomage, le mal des banlieues, etc.

                      Concernant la liberté de l’information, le problème majeur me paraît donc, pour l’instant, davantage notre propre comportement que la censure des pouvoirs ou lobbies en place.

                       smiley


                    • finael finael 26 mai 2007 14:13

                      @ perlin

                      Je suis tout à fait d’accord avec vous, peu de gens prennent la peine de s’informer le plus complêtement possible.

                      Mais il faut prendre en compte la difficulté à le faire : Les livres sont chers, comme les revues spécialisées. De plus il est parfois quasiment impossible de se procurer des titres quelque peu anciens.

                      Documentaliste, c’est un métier !

                      Le pire - à mon avis - est que les ouvrages spécialisés de la « Bibliothèque Nationale » ne sont pas accessibles au grand public !

                      Donc internet devient un outil de recherche et documentation quasi incoutournable.

                      C’est pourquoi la censure sur internet est d’une telle gravité.


                    • Tibal59 26 mai 2007 04:32

                      Suite a cet article, j’ai moi aussi voulu telecharger ce fameux Psiphon. Mais etant actuellement en Chine je n’ai malheureusement pas acces aux pages concernant ce soft... Si quelqu’un a une solution a me proposer.

                      Merci d’avance pour votre aide.

                      Et merci a l’auteur aussi pour son article...


                      • Kelsaltan Kelsaltan 26 mai 2007 07:46

                        Si vous me fournissez une adresse mail, je vous envoie l’executable en fichier joint. Il ne fait que 2,1 Mo, ça devrait passer.

                        Je le renommerai en photo.jpg, il vous suffira de le renommer à nouveau en psiphon-1.6.msi

                        Bien à vous,


                      • cianfr 26 mai 2007 13:10

                        Vous n’avez pas besoin d’installer l’exécutable psiphon lorsque vous êtes en Chine ou dans un pays à accés au « net » restreint.Par contre, vous devez être en relation avec un internaute dans un pays où l’accés au « net » n’est pas restreint (France,Europe, Canada...)qui aura au préalable installé le programme sur son ordinateur et vous servira ainsi de serveur sécurisé auquel vous pourrez accéder grâce à un lien qu’il vous transmettra par mail.


                      • Christoff_M Christoff_M 26 mai 2007 09:18

                        Il y a déja de quoi s’inquiéter lorsqu’on tape certaines adresses en http://..., on est systématiquement rebasculé sur Google ; ou quelques fois on aboutit nulle part !!

                        J’espère que je ne suis pas le seul à le constater...


                        • JeanPhir 20 février 2008 16:56

                          Ce phénomène se produit avec le navigateur Firefox pour une raison bien simple à comprendre. La Fondation Mozilla a un accord avec Google. En échange d’un financement considérable (des dizaines de millions de dollars) qui sert au développement du navigateur libre Firefox, les erreurs, les demandes qui ne mènent à rien sont automatiquement redirigées vers le moteur de recherche Google.

                          Il ne s’agit donc pas d’une censure mais simplement d’un service assez anodin qui nous permet de bénéficier indirectement des progrès constants de ce navigateur. Il reste possible d’utiliser d’autres moteurs de recherche.

                          Donc, si ces pages sont inaccessibles c’est sans doute que le nom de domaine n’existe plus, que le serveur a été fermé, etc.


                        • dom y loulou dom 26 mai 2007 12:57

                          oui, je trouvais ironique que vous posiez des exemples de censure en 2012... puisque mon ordi a été « explosé » avant vos élections. Je n’ai pu me reconnecter seulement une fois votre nouveau et excité président élu, sympa ... la censure concernant le 11 septembre est si criante que c’en est insupportable.

                          voivi un un film à faire circuler pendant que nous le pouvons encore !

                          http://www.agoravox.tv/article.php3?id_article=15931

                          voyez le explosions dans les sous-sols des tours. Nous demandons des explications au truand de la maison blanche et à Harry Silverstein qui vient d’empocher encore une fois 2,4 milliards de dollars sur le dos des victimes de ces attentats. Le « monde libre » version patriot act on le vomit. IMPEACH BUSH !


                          • Yannick Comenge Yannick Comenge 26 mai 2007 13:05

                            Pour utiliser le logiciel, il faut etre en « zone libre » donc un ordinateur européen ou américain. Là vous servirez de relais à des ordinateurs chinois, corréens, tunisiens pour aller vers des sites de libertés.

                            Tapez le nom du logiciel pour le retrouver en zone téléchargeable. Si vous n’y arrivez pas, patientez quelques jours puis revenez le télécharger. L’article aurait été tres lu et il y aurait beaucoup de personnes pour utiliser ce logiciel de liberté.

                            Enfin, je suis à 100% d’accord sur le fait qu’il faut eviter la censure et combattre la cybercriminalité. Ceci est compatible avec la démocratie.


                          • Christoff_M Christoff_M 26 mai 2007 20:50

                            bonsoir, est ce que vous pouvez nous en dire plus sur le logiciel Psiphon ??


                            • cianfr 26 mai 2007 23:07

                              Psiphon est un logiciel libre qui a été developpé au Canada et qui permet à celui qui l’a installé sur son ordinateur de permettre à des personnes qui se trouvent dans des pays où la liberté de surfer sur le net est restreinte ou surveillée, de pouvoir accéder à des sites bloqués dans leur pays. Ceci se fait en ouvrant un port spécifique de son ordinateur , le port 443 dédié aux transactions sécurisées de type bancaire par exemple, au travers duquel l’internaute en pays censuré va pouvoir naviguer sur le web.Les données transitant par ce port sont cryptées et l’internaute utilisateur ne laisse pas de traces de sa navigation internet auprés des autorités de son puisqu’il navigue en fait sur/sous couvert du serveur ( psiphonode ) mis à disposition par l’ordinateur situé en pays à liberté de surf.C’est ce dernier qui est enrengistré par son fournisseur d’accés internet, quant à son IP sur les sites visités. Le mieux est de visiter le site de psiphon ainsi que son forum.


                            • Christoff_M Christoff_M 27 mai 2007 07:48

                              Merci pour votre aimable réponse


                            • Thomas Thomas 28 mai 2007 20:31

                              Ce n’est pas totalement sans conséquence. Quiconque pourrait tout à fait utiliser ce logiciel pour visiter sous notre couvert des sites peu recommandables (y compris du point de vue d’un occidental épris de liberté). Pour notre FAI (et donc pour la justice de notre pays), nous serons celui qui a visité tous les sites dont nous avons relayé le contenu, pour le meilleur ou pour le pire.


                            • lionesse 27 mai 2007 08:27

                              Lorsque l’on parle de censure sur le Net, point n’est besoin d’aller très loin pour en constater les effets. Notre « beau pays-la France » qui donne des leçons de liberté et de démocratie aux autres est un fief de la pensée politiquement correcte dans de nombreux domaines. Par exemple, avec l’excuse bienvenue de lutter contre le racisme et l’antisémitisme, (qui oserait s’y opposer ?), ce sont des milliers de liens qui sont bloqués par la « bien-pensance ».

                              Pourquoi considérer les citoyens comme des délinquants potentiels qu’il faut encadrer plutôt que comme des adultes responsables à qui offrir tous les arguments pour se forger une opinion ?

                              Nos systèmes de gouvernance ont tant de lacunes et de défauts soigneusement occultés qu’il est tout fait pour empêcher que ne soient divulguées les voies pour les découvrir.

                              Ce sont d’ailleurs les parties prenantes des systèmes politiques, économiques ou moraux qui s’arrogent le droit de censure au nom de leurs concepts propres. Face aux intérêts qu’ils défendent, sont-ils les mieux placés pour imposer leur mode de pensée et leurs préceptes ?

                              Quand aux sites outranciers ou dépravés, comme les livres avant eux, ils n’ont jamais eu des millions de lecteurs car insignifiants. La fourchette des genres et des possibles se doit d’être la plus large possible. A messieurs les censeurs de faciliter l’acquisition du sens aigu de la critique par les peuples.

                              Utopie malheureusement, car suicidaire pour les systèmes qui nous dirigent.


                              • Haina 27 mai 2007 16:25

                                Je suis en Chine et ne comprends pas encore tres bien le systeme du logiciel. Faut-il que l’ordinateur qui m’accueille en zone libre soit allume en permanence ? Existe-t-il des protecteurs bienveillants pour me connecter ?


                                • cianfr 27 mai 2007 17:22

                                  bonjour,

                                  Pour que vous puissiez utiliser le psiphonode de l’ordinateur en zone libre , il faut que celui ci soit connecté au web, effectivement. Souvent ils sont connectés 24h sur 24h. Si vous ne pouvez pas accéder au forum de psiphon ( http://psiphon.civisec.org/forum/index.php )pour me contacter ou entrer en contact avec quelqu’un qui pourrait vous fournir un psiphonode, faites le moi savoir afin que je vous envoie un lien par e-mail privé.


                                • ExSam 27 mai 2007 21:45

                                  Excellent article, alerte importante et nécessaire, ce n’est rien moins que les formes de la démocratie en devenir qui sont en jeu.

                                  Je fais circuler...


                                  • Internaute Internaute 28 mai 2007 09:10

                                    Oui mais il nesuffit pas de regarder la paille dans l’oeil de son voisin.

                                    La semaine dernière j’ai posté 4 commentaires dont une réponse à cet article. En moins d’un quart-d’heure, deux ont été censurés.


                                    • Internaute Internaute 28 mai 2007 09:18

                                      Big-Brother en France lit les textos, les mails et sait tout sur vous. La mise en place a eu lieu entre les deux tours des élections.

                                      http://www.lefigaro.fr/france/20070528.WWW000000165_lantiterrorisme_espionn e_aussi_mails_et_textos.html

                                      La nouvelle technologie de transmission sera le pigeon voyageur, un peu plus lent mais plus discret, surtout à Paris.


                                      • bouffon(s) du roi bouffon(s) du roi 28 mai 2007 10:09

                                        Merci pour toutes ces infos smiley

                                        « un Psiphon font font, les petites marionnettes, un Psiphon font font, 3 p’tits tours et puis s’en vont ...  » smiley


                                        • Emile Red Emile Red 28 mai 2007 10:24

                                          Bien étrange de voir un central de surveillance policière nouvelle techno installé dans le département des Hauts de Seine, y aurait-il des intérêts particuliers à cette implantation géographique ?


                                          • Yannick Comenge Yannick Comenge 28 mai 2007 11:21

                                            Juste un mot. Je n’ai censuré moi-meme aucun post. Je regarde surtout qu’il n’y ait aucune dérive raciale ou autre.

                                            Pour ce qui est des états de la censure en France, elle est très focalisée sur certains milieux sectaires et je ne m’en plainds pas. Je me dis parfois qu’elle pourrait etre utile dans le cas de blog qui visent à pousser l’anorexie de gamine en detresse. Là j’y vois meme une urgence...


                                          • Thomas Thomas 28 mai 2007 21:02

                                            On devrait demander par référendum au peuple ce qu’il convient ou pas de censurer.

                                            Sinon, le syndrome « big brother » ne sera pas loin. Imaginez quand nos frigos, nos voitures, ... seront connectés au net !


                                          • Emile Red Emile Red 29 mai 2007 10:47

                                            Pour l’instant, je suis d’accord avec vous, mais beaucoup d’indices prouvent que la censure et le fichage sont en train d’évoluer, les nouvelles lois Perben, la « base élève », sont autant d’ouverture aux fichages généralisés, et qui dit fichage dit censure, un système qui met les populations dans des boîtes catégorielles le fait aussi pour empécher certaines de ces catégories de s’exprimer.


                                          • tangor2 tangor2 2 juin 2007 15:32

                                            si on commence à se demander si la censure ne serait pas necessaire dans tel ou tel cas, le risque de dérive est grave ! C’est comme les gens qui s’interrogent sur le fait de rétablir la peine de mort dans certains cas, les meurtres d’enfants par exemple. Non à la censure ! Non à la peine de mort ! Et pis c’est tout !!! comme dit l’autre !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès