Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > Internet m’a « tuer »

Internet m’a « tuer »

La presse est moribonde

Les journaux n’ont plus les faveurs du public, et certains s’en prennent aux nouveaux médias que sont les blogs, et autres sites journalistiques citoyens.

Selon un récent sondage, pour 63% des français, les journalistes ne sont pas assez indépendants. Lien

 

Ceci explique en partie le désamour du public et la chute des ventes.

Le public a commencé à bouder ses journalistes, il y a 51 ans, lors des événements de mai.

Rappelez vous  !

Les affiches annonçaient :

« Presse, ne pas avaler » mais aussi « çà »

Comment un journalisme qui se veut indépendant peut-il gérer la contradiction d’accepter des publicités, tout en pouvant, s’il le voulait, critiquer éventuellement ses sponsors ?

On le comprend, cette indépendance sûrement désirée sincèrement, est difficilement possible.

Les quelques journaux qui vivent sans publicité continuent, eux, de se porter assez bien, prouvant que l’indépendance est payante.

Alors Internet est arrivé.

Avec ses qualités, et ses défauts.

Sombrer dans la caricature, inventer des complots, répandre des rumeurs, ne sont pas à porter au crédit du réseau.

Mais si l’on tourne la page des « hoax » et des rumeurs, on trouve aujourd’hui des sites journalistiques citoyens qui tombent de plus en plus rarement dans ces pièges. lien

C’est tout un réseau qui s’est mis en place.

Grace aux nouvelles technologies, n’importe qui peut saisir au bond la « phrase qui tue » prononcé par un Sarkozy imprudent.

N’importe qui peut filmer, même si c’est souvent mal filmé, pour prendre sur le fait un policier en train de voler, ou une intervention musclée.

Le citoyen est devenu journaliste.

Parfois maladroit, parfois excessif, mais informateur quand même.

Certes, il est facile pour le « journaliste encarté » de montrer du doigt ceux qui lui volent son travail, mais ne faut-il pas savoir raison garder ?

Pourquoi ne pas d’abord balayer devant sa porte ?

Alors « huit journalistes en colère » se sont exprimés mardi 9 février sur Arté. lien

Qui sont ces femmes et ces hommes « en colère » ? Arlette Chabot, jean Pierre Elkabbach, David Pujadas, Franz-Olivier Giesbert, Alex Ganz, Eric Fottorino, Philippe Val, et Edwy Plenel.

Jeanmar qui a fait le casting de ce documentaire aurait peut-être dû éviter Elkabbach, dont on connait les amitiés présidentielles, ainsi qu’Arlette Chabot, peu connue pour son « impertinence » face au Président.

Et que dire de Pujadas qui a laissé passer, sans répondre, le mot « coupable » destiné par Sarkozy à De Villepin ?

Ceux qui attendaient une saine colère sont donc restés sur leur faim.

Ils n’ont eu droit qu’à un ballet de justification, avec plus ou moins de bonheur, comme par exemple Fottorino, qui se vantait en direct d’avoir été engueulé par Sarkozy.

Est-ce pour autant une preuve d’indépendance ?

Ce même Fottorino qui titrait dans son journal "Le Monde" « bon débarras » au sujet du débat sur l’identité nationale et l’immigration, alors que quelques jours auparavant, il avait accepté d’animer une table ronde sur le même sujet. lien

Pour Philippe Val « le pire ennemi du journalisme, c’est sa conviction d’être au service du Bien et de la pureté ».

Faut-il en déduire que le journalisme puisse prôner le contraire ?

Pourtant lors de ce documentaire, quelques interventions étaient à relever.

Comme celle d’Edwy Plenel, par exemple qui reconnaissait : « nous ne sommes pas assez indépendants à l’égard des pouvoirs politiques et économiques ». lien Et il ajoutait : « la vraie révolution d’internet est une révolution démocratique : nous sommes à l’ère du média personnel. Ce qui veut dire démultiplication de la liberté d’expression. Qu’elle ait des excès, c’est normal parce que la liberté est toujours fougueuse, bouillonnante…la liberté est une jeunesse, quel que soit son âge ! » lien

Mais comment garder l’indépendance, lorsque les grands patrons de presse ont une double casquette ?

On sait que France Télévision est contrôlée par l’Etat, comme dans l’ancien temps de l’ORTF.

Pour les autres : Lagardère, c’est Europe1 et 2, RMF mais aussi EADS, Matra.

Alain Genestar a perdu sa place à Paris Match pour avoir agacé Sarkozy tout comme un certain Poivre d’Arvor.

Bernard Arnaud c’est La Tribune, Radio Classique, Investir, mais aussi LVMH.

Pour le bétonneur Bouygues, c’est aussi TF1, LCI, TPS.

Pour l’avionneur Serge Dassault, c’est la Socpresse, premier groupe de presse français, dont le Figaro.

On le voit, les implications du monde des affaires, avec celui de la presse sont réelles.

Mais aujourd’hui, le danger pour les journalistes vient de partout : Eric Besson n’a-t-il pas déclaré récemment : « les médias, il faut les passer à la kalachnikov ». lien

Et ce serait, d’après lui, Sarkozy qui lui aurait glissé ce conseil.

Il a ensuite ajouté que ce n’était qu’une plaisanterie, mais on peut en douter lorsqu’on se souvient de la menace sarkozienne proférée le 30 juin 2008 alors qu’il voulait « remettre au pas France 3 » lien

Au début avril 2009, 4 journalistes se sont plaints de mesures d’intimidations à leur encontre, après avoir été entendus par les policiers de la BRDP (brigade de répression de la délinquance contre la personne).

On leur reprochait d’avoir diffusé des propos tenus hors antenne par Nicolas Sarkozy. lien

Alors comme disait mon vieil ami africain : « ne te laisse pas lécher par qui peut t’avaler »


Moyenne des avis sur cet article :  4.41/5   (54 votes)




Réagissez à l'article

147 réactions à cet article    


  • jako jako 11 février 2010 11:07

     smiley « « ne te laisse pas lécher par qui peut t’avaler » »d’accord je vais faire gaffe !
    Je pense que la situation de la dépendance d’une certaine partie des merdias
    ne date pas d’hier ni de 2007, ce qui change très vite c’est que de plus en plus tout se sait grace au net notamment le monde2.0 se développe très vite et révéle tout le pourissement
    du monde 1.0


    • olivier cabanel olivier cabanel 11 février 2010 11:33

      Jako,
      vous confirmez ce que j’ai écrit, puisque j’évoque « mai 68 », ce qui ne nous rajeunit pas !
      merci de votre commentaire.
       smiley


    • L'enfoiré L’enfoiré 11 février 2010 11:11

      « Le citoyen est devenu journaliste. »

      Alors, là, pas d’accord. Wiki dit et il a raison :
      "Un journaliste est une personne dont l’activité professionnelle est le journalisme.
      Un journaliste peut être salarié permanent d’une entreprise de presse, travaillant au sein de la rédaction, ou être pigiste, c’est-à-dire également salarié mais payé à la tâche (souvent, au prorata de la longueur des articles fournis). Certaines entreprises font travailler également des correspondants locaux de presse, mais cette fonction est obligatoirement exercée en complément d’une autre activité professionnelle : les correspondants locaux n’ont pas le statut de journaliste.« 

      Comme tu as pu le voir dans l’émission, même la carte de presse peut être »arrangée« .
      Il y a des »comique" qui ont même parlé des blogueurs comme le 5ème pouvoir....
      Mais je ne citerai pas de nom.  smiley


      • L'enfoiré L’enfoiré 11 février 2010 11:15

        « Ceux qui attendaient une saine colère sont donc restés sur leur faim. »

        Pourquoi faudrait-il qu’il y ait de la colère. Ils sont payés pour faire ce qu’ils font. Nous, pas.

        « Ils n’ont eu droit qu’à un ballet de justification, avec plus ou moins de bonheur, comme par exemple Fottorino, qui se vantait en direct d’avoir été engueulé par Sarkozy. Est-ce pour autant une preuve d’indépendance »

        Avec Agoravox, tu y vois plus d’indépendance ? Là, cela me fait franchement rigoler.


      • olivier cabanel olivier cabanel 11 février 2010 11:37

        Guy,
        wiki n’a pas toujours raison,
        le fait d’être ou pas salarié ne change rien,
        j’ai été engagé, bénévolement la plupart du temps, pour participer à la réalisation de documentaires, en tant que journaliste.
        et ce n’est pas le seul métier ou l’on puisse revendiquer de l’être sans avoir été salarié.
        le bénévolat n’est pas une faute grave.
        mais bon, le débat est lancé, grâce à toi !
         smiley


      • olivier cabanel olivier cabanel 11 février 2010 11:40

        guy,
        bien sur, tout le monde attendait une colère, d’autant qu’elle était annoncée...
        je suis surpris de ton étonnement,
        et personnellement je me sens parfaitement libre dans le sein d’agoravox,
        quant un article est refusé, il y a je crois de bonnes raisons, et c’est l’occasion de se remettre en question, de retravailler l’article, en lui donnant plus de corps, plus de preuves,
        tout le monde y gagne, non ?
         smiley


      • L'enfoiré L’enfoiré 11 février 2010 12:03

        Olivier,
         Bien sûr pour Wiki.
         Ben si, être payé pour ce qu’on fait est une bonne raison de se trouver au dessus de la mêlée.
         Je l’ai dit de multiple fois, je peux aujourd’hui me permettre de travailler pour le plaisir. Tu n’as probablement pas lu « En recevoir ou pas »
        Il n’y a pas de faute grave à « être » tout simplement, mais faut pas rêver.
        « Je me voyais déjà au haut de l’affiche », comme chantait Aznavour, même s’il a connu « La bohème »’, il n’y est pas resté.
        Je ne vais pas devoir te rappeler un temps ancien avec PPP.  smiley


      • L'enfoiré L’enfoiré 11 février 2010 12:07

        "quant un article est refusé, il y a je crois de bonnes raisons, et c’est l’occasion de se remettre en question, de retravailler l’article, en lui donnant plus de corps, plus de preuves,
        tout le monde y gagne, non ?"

        J’adore ta docilité et ton manque de recherches de transparence. Mais il en faut bien sûr, pour faire tourner le machin.
        Personnellement, je ne me suis jamais dans le clan des journalistes. J’aime trop ma liberté. J’en suis sorti des obligations. Ce n’est plus que du plaisir.
        Un journaliste doit sortir son papier en temps opportun. Il est sous contrat.
        Tu n’as probablement pas suivi les débats sous P.Villach.
        Encore un qui se croit journaliste.  smiley


      • Philou017 Philou017 11 février 2010 12:35

        « Le citoyen est devenu journaliste. »

        Pourquoi pas. Faire un travail de journaliste, c’est rapporter une information, la contextualiser, la relativiser, la mettre en perspective, la vérifier (en croisant avec d’autres sources), la compléter ou l’enrichir de données complémentaires.
        Le citoyen est tout à fait capable de faire un travail journalistique sur une info, sans que cela fasse de lui un journaliste au sens strict.

        Il y a toujours des gens comme L’enfoiré pour pleurer que les choses sont pas assez bien. Je lui conseille d’essayer de faire passer un article dans le Figaro ou un autre site de grand média, ou même de placer un commentaire vraiment dérangeant.

        Le Web, dans son ensemble, fait le traitement journalistique de bien des infos, dans un ou plusieurs domaines que j’ai cité plus haut.

        C’est pour cela que le travail des journalistes en place apparait aussi faible, voire scandaleux. Le Web est un révélateur très actif.


      • olivier cabanel olivier cabanel 11 février 2010 13:32

        guy,
        tu me surprends,
        je suis sur à 100% que pour tous les autres rédacteurs, (sur av) ce n’est que du plaisir,
        je ne vois pas trop ou tu veux en venir ?
         smiley


      • L'enfoiré L’enfoiré 11 février 2010 13:51

        Mon cher Olivier,

        « je suis sur à 100% que pour tous les autres rédacteurs, (sur av) ce n’est que du plaisir,
        je ne vois pas trop ou tu veux en venir ? »

        Comme je disais, tu frises l’innocence. Il y a de tout sur AV. Il y a des prêcheurs, des kamikazes, des frénétiques de la gâchettes...
        Tu parlais de quoi ? Ah, oui, du plaisir.
        Je ne suis pas ici pour récolter des bons votes en ’+’. Je suis ici, pour apporter un peu d’expérience. que cela fasse plaisir ou non.
        Lis ce que j’écris avec beaucoup de recul et tu comprendras où je veux en venir.
         smiley


      • olivier cabanel olivier cabanel 11 février 2010 14:08

        Guy,
        je retiens une chose qui me tient à coeur,
        tu évoques « travailler pour le plaisir »,
        mais n’est-ce pas la finalité incontournable de tous ceux qui, salariés ou pas, vivent sur cette planète,
        et excuses moi d’être un peu, pour le coup, caricatural.
         smiley


      • L'enfoiré L’enfoiré 11 février 2010 14:40

        Wald,


        "Agoravox vit des informations qui proviennent de la presse traditionnelle.« 

        Entre 90 et 95%, en effet. C’est absolument certain. Je me rappelle de l’interview de Villach chez Fogiel. La question de ce dernier, simple, nette »Mais qu’est-ce que vous apportez de plus ?« a été répondu de manière évasive par un fait tout à fait local et qui n’intéressait personne.
        Voilà, une prestation de haut vol.

         » le vrai (au sens de représentatif) « journalisme citoyen » n’est qu’une mauvaise copie de l’original. Il suit la même mauvaise pente (évènementiel sans recul ni analyse, racolage, simplisme, sujets survolés, absence de regard neuf) que la plupart des médias traditionnels, par rapport auxquels il est pour le moment incapable de vivre indépendamment.« 

        Je n’aurais pu dire mieux.

         
         »l’élite des correspondants locaux ou des spécialistes d’un sujet dans des journaux à fort recul sur l’évènement, le journalisme citoyen est encore très loin, surtout qu’il prend sur Agoravox la voie du racolage (le prix à payer pour rameuter des clampins qu’on observe pour faire de la veille internet).« 

        C’est exact. Si l’un commence à copier l’autre et vice versa. Là, on brigue la médaille du mérite sportif de création de lignes à ne rien dire en low-cost.
         

         »Dans l’absolu, le journalisme citoyen peut atteindre une excellente qualité« 
        C’est vrai. Pourquoi suis-je aussi par ici ? A la recherche de perles.

         »il est incapable de faire lui même une collecte d’informations aussi efficace que les journalistes professionnels, car la collecte d’informations qui sortent des sentiers battus est une profession à plein temps.« 

        Encore une fois dans le mille. On ne nait pas journaliste, on le devient à force de travail de vocation avec parfois un peu de chance comme pour tous les métiers.

         »ce clown sinistre de Morice qui croit chaque jour débusquer des coups fumants sur la CIA à partir de Google."

        Morice, comme je l’ai dit, c’est un cas spécial que je n’ai pas encore compris.
        Peut-être un jour. Je me le réserve pour une période plus faste. smiley


      • Philou017 Philou017 11 février 2010 16:07

        "On en a un exemple avec ce clown sinistre de Morice qui croit chaque jour débusquer des coups fumants sur la CIA à partir de Google."

        Mais oui, il suffit de rechercher sur Google pour reconstituer bien des agissements de la CIA. C’est aussi simple que cela.
        Parce qu’il y a énormément d’informations sur la toile, et aussi que beaucoup de gens y placent leurs propres recherches ou témoignages. Quand on compile intelligemment ces infos, on arrive à reconstituer des complots et des magouilles infâmes.

        A notre époque d’hyper-communication, il est difficile pour des organismes comme la CIA de ne pas se faire tracer publiquement. Ils n’y arrivent que parce que les journalistes ne parlent pas et n’enquêtent pas sur leurs agissements, et plus loin parce que les pouvoirs qui contrôlent les médias s’y opposent. C’est l’unique raison de leur discrétion.

         Merci donc à Morice de ramener ces compilations, souvent parfaitement soutenues, mais qui déplaisent pour de pures raisons idéologiques et psychologiques à certains.
        D’où le trollage sous ses articles, qui n’est pas du en réalité au mauvais caractère de Morice (dans ce cas ses articles seraient simplement snobés), mais à l’énervement que provoque chez certains leurs contenus, et qui avancent ensuite des prétextes pour justifier leurs agissements.

        Pour revenir à l’article, une des raisons de la vacuité des médias est qu’une partie du peuple a bien plus envie d’entendre des histoire pour bisounours que des réalités, souhait ce que les directeurs des médias s’empressent de combler.


      • Philou017 Philou017 11 février 2010 16:23
        Waldganger : Par rapport aux meilleures plumes de la presse payante, c’est à dire l’élite des correspondants locaux ou des spécialistes d’un sujet dans des journaux à fort recul sur l’évènement,

         le journalisme citoyen est encore très loin, surtout qu’il prend sur Agoravox la voie du racolage (le prix à payer pour rameuter des clampins qu’on observe pour faire de la veille internet).
        Le racolage ne concerne qu’un nombre réduit d’article, contrairement aux médias qui pratiquent des techniques de racolage quotidiennes et systématiques.


        mais il est incapable de faire lui même une collecte d’informations aussi efficace que les journalistes professionnels, car la collecte d’informations qui sortent des sentiers battus est une profession à plein temps.

        L’enfoiré : Encore une fois dans le mille. On ne nait pas journaliste, on le devient à force de travail de vocation avec parfois un peu de chance comme pour tous les métiers.


        Vous avez des preuves ? Généralité sans intérêt.

        Morice, comme je l’ai dit, c’est un cas spécial que je n’ai pas encore compris.
        Peut-être un jour. Je me le réserve pour une période plus faste.

        Quelle suffisance.


      • olivier cabanel olivier cabanel 11 février 2010 16:25

        Walfdanger,
        bien sur, il y a de nombreux articles refusés sur AV,
        çà me surprend que vous puissiez imaginer le contraire ?!
         smiley


      • L'enfoiré L’enfoiré 11 février 2010 17:11

        Philou017,

        "Faire un travail de journaliste, c’est rapporter une information, la contextualiser, la relativiser, la mettre en perspective, la vérifier (en croisant avec d’autres sources), la compléter ou l’enrichir de données complémentaires."

        Tout à fait.... sans que cela fasse de lui un journaliste au sens strict., comme vous dites.

        "L’enfoiré pour pleurer que les choses sont pas assez bien. Je lui conseille d’essayer de faire passer un article dans le Figaro ou un autre site de grand média, ou même de placer un commentaire vraiment dérangeant."

        Je l’ai dit c’est du freeware complet. Pas question de faire payer. Pas question de passer par le Figaro. Pas question de publier des bouquins en papier. Online. Désolé pour ceux qui n’aiment pas lire sur écran. Agoravox est venu me cher en 2005, je ne serais peut-être pas là autrement aujourd’hui. Je restais sur mon blog qui me sert plus de références que de volonté de faire de la pub personnelle. 

        J’espère qu’on s’est mieux compris, même si je l’ai dit ailleurs.. smiley


      • L'enfoiré L’enfoiré 11 février 2010 17:35

        Olivier,

        « tu évoques »travailler pour le plaisir« ,... finalité incontournable de tous ceux qui, salariés ou pas, vivent sur cette planète, et excuses moi d’être un peu, pour le coup, caricatural. »

        Finalité, exact. On peut travailler pour le plaisir, même si cela devient beaucoup plus rare aujourd’hui, vu les barreaux que l’on ajoute pour casser l’ambiance.
        J’ai écrit :
        " les années 2000 étaient devenues anxiogènes.... La communication a été améliorée. Nul ne le conteste. Au lieu d’avoir une communication exclusive en verticale, de haut en bas, elle a embrayé de manière plus efficace grâce aux moyens électroniques dans une expérience plus terre à terre, plus naturelle pour tout le monde, à l’horizontale. En effet, rien n’empêcherait le courriel d’être envoyé de l’employé vers la direction, sans passer par les échelons intermédiaires. Sera-t-il lu ? Répondu ? Tenu compte ? Ou sommes-nous tombés aux abonnés absents ou pire chez les administrateurs de futurs peu enviables et qui ne sont là que pour répondre aux affaires courantes ? Apprendre à connaître son personnel n’est plus considéré comme essentiel. Ce n’est plus une équipe hiérarchique au pouvoir, mais une série de bouts de membres qui sont gérés par des fils électroniques comme si Facebook pouvait servir pour définir une stratégie, qui se veut de plus en plus opaque en se diluant de plus en plus en bout dans le bas de la chaîne du management."

        Tu vois que la question, je l’ai étudié.
        Désolé d’être sorti du cadre de ton article, mais tu parlais du travail en général.


      • L'enfoiré L’enfoiré 11 février 2010 17:39

        « Agoravox est venu me cher en 2005 »
        Correction : Agoravox est venu me chercher en 2005
        Désolé. des lettres sont restés dans mon clavier smiley


      • astus astus 11 février 2010 18:05

        sans parler des trolls et autres complotistes ...


      • olivier cabanel olivier cabanel 11 février 2010 19:02

        Guy,
        de toute façon sortir du cadre permet de prendre l’air, et je suis le premier à le faire,
        alors pourquoi s’en priver,
        c’est l’effet « serendipité »
        merci pour cette contribution parrallele
         smiley


      • olivier cabanel olivier cabanel 12 février 2010 08:07

        Waldganger,
        non, je ne suis pas vraiment d’accord,
        et nous en avons une preuve sur ce fil,
        un nommé terran est furieux qu’un de ses articles ait été refusé,
        il n’a pas trouvé mieux que de le mettre en copié collé sur ce fil,
        alors que le domaine qu’il propose est aux antipodes du sujet,
        çà a été l’occasion de lire son article, et franchement, j’ai trouvé normal que la bouillie qu’il proposait n’ait pas été publiée,
        et puis vous savez, toute situation est perfectible, et je suis sur que chacun s’y emploie.
        à+
         smiley


      • Pyrathome pyralene 11 février 2010 11:30

        Parfait Olivier , le paysage merdiatique Français , c’est Waterloo morne plaine...une armée de toutous dociles prêts à tout pour conserver leurs nonosses , nouvelle la plus importante du jour « la ferme des nazes »... smiley

        Une drôle de démocratie qui confie son journalisme aux racailles du cac 40 , elle belle la vie , plus belle ,tu meurs..... smiley

        Une presse d’enfûmage fait par des guignols de l’info ,des vrais !!! une sorte de « radio Berlin » de l’occupation....


        • Pyrathome pyralene 11 février 2010 11:33

          La preuve qu’ils s’en rendent compte , voilà le chant du cygne ou du signe......
          la chute est proche.... smiley


        • olivier cabanel olivier cabanel 11 février 2010 11:45

          Pyralène,
          d’accord avec toi,
          en fait, les journalistes ont tort de considérer Internet comme un concurrent,
          heureusement tous ne le pensent pas, comme Pleynel et d’autres, qui au contraire y voient un enrichissement d’information, une plus grande liberté (pour l’instant= sarkozy a de mauvaises intentions sur Internet)
          et puis il y a des journalistes qui n’ont pas leur langue dans leur poche, je pense à Apatie, ali badou, Demorand, et j’en oublie beaucoup...
           smiley


        • olivier cabanel olivier cabanel 11 février 2010 11:47

          Pyralène,
          oui, j’aurais pu citer le lien que tu donnes, c’était d’ailleurs le reportage qui était juste avant « les journalistes en colère », le même jour,
          c’était assez caricatural,
          mais, bon, c’est de bonne guerre.
          et çà ne plaide pas en leur faveur.
           smiley


        • L'enfoiré L’enfoiré 11 février 2010 12:18

          Pyralène,
           Mais qui voilà. Il ne faut pas abandonner PV, tout de même. smiley
           Juste pour savoir, quelle est votre profession rémunératrice ?
           Qui vous paye pour remplir votre assiette ?
           Quand il n’y aura plus de presse, croyez-vous pouvoir bouffer de l’info Agoravox sans pub ?
           Parce que cette antenne reste gratuite jusqu’au moment où la pub la payera.
           Après, ce sera l’ensemble qui sombre.
           Comme je l’ai dit plus haut : « Faut pas rêver »
            smiley


        • Pyrathome pyralene 11 février 2010 12:48

          T’inquiéte pas pour mon assiette.....c’est gentil smiley
          Quand il n’y aura plus de presse.......quelle presse ? celle qui sert la soupe aux escrocs ? elle est déjà morte , je crois......humiliée , manipulée , baillonnée , corrompue , censurée et autocensurée par des laches....quel beau tableau !!!


        • L'enfoiré L’enfoiré 11 février 2010 13:30

          Pyralène

          « T’inquiéte pas pour mon assiette.....c’est gentil »’
          Mais si justement, je m’inquiète de ton assiette.
          Moi, la mienne, j’ai travaillé pendant 40 ans pour la remplir. J’espère que tu en auras autant.
          Que les journalistes se méfient et prennent soin de la leur, rien de plus normal.
          PV écrit avec son cul assis à son bureau avec une feuille blanche devant lui.
          Un journaliste d’investigation va sur place, prend des risques.
          Et vous voudriez manger la même soupe ?
          Allons, allons, de la réflexion, SVP, il y a une différence...
          .


        • TSS 11 février 2010 16:36

          olivier cabanel

          les journalistes que vous citez ne doivent pas être le mêmes que ceux que j’ecoute !

          visqueux,obsequieux toujours avec des questions orientées dans le sens de la pommade !

          quant à Edwy Pleinel le seul fait d’arme qu’il me rappelle c’est d’avoir enterré publiquement Denis

           Robert et sa magistrale enquète sur « Clearstream » alors qu’il n’en connaissait pas le 10

           ème(il etait au monde à l’epoque)

          comme je l’ai ecrit dans un autre post ,il n’y avait aucun journaliste dans les 8 en colère... !!


        • appoline appoline 11 février 2010 17:57

          @ Pyralène,
          Juste, la presse n’informe plus depuis belles lurettes, bien au contraire, elle caresse le citoyen dans le sens du poil afin de tuer dans l’oeuf toute réaction belliqueuse de sa part. Oui, on en revient toujours à l’effet de masse qui peut, au cas où, se révéler un ennemi du pouvoir en place. La presse en devient puante et surtout elle ne remplit plus son rôle ce qui fait qu’elle relève de la plus grande imposture. Certains journalistes ne comprennent pas que leurs fautes leur retomberont plutôt tôt que tard sur le coin de la gueule.


        • olivier cabanel olivier cabanel 11 février 2010 19:11

          TSS,
          merci du commentaire.
          je suis d’accord avec toi,
          et d’ailleurs je l’ai écrit dans mon article
          il n’y avait aucun journaliste en colère, c’est évident,
          pour le reste, il y a encore, heureusement, beaucoup de journalistes qui méritent le détour,
          j’aime bien Demorand, il ne se satisfait jamais de la langue de bois, et il insiste tant qu’il a pas eu de réponse, à tel point que l’interviewé s’il continue de se défausser, passe pour un moins que rien,
          et j’aime bien Yan Barthez, avec sa façon de mettre en évidence des sujets qui nous échappent parfois,
          et puis, comment ne pas évoquer le travail que font les journalistes du canard enchainé ?
          sans oublier toute la presse dite parallèle,
          mais je suis injuste, et j’en oublie surement des dizaines qui me viendront à l’esprit des que j’aurais mis un point à cette phrase.
           smiley


        • TSS 11 février 2010 19:27


          j’en ai oublié un qui mord un peu plus que les autres c’est JJ Bourdin sur RMC ... !!

          quant au « canard » heureusement qu’il est là ,de plus cela permet aux courtisans de nescabot de

           dire anonymement ce qu’ils n’osent pas lui dire en face... !!


        • Gourmet 11 février 2010 11:53

          Sincèrement, qui peut croire à la « colère » (sic) de 7 de ces journalistes (excepté Edwy Plenel) qui montrent jour avec jour, interview après interview qu’ils sont « soumis », sans appel, sans réaction ?
          Ils peuvent bien être en colère contre Internet, nous, peuple de France, sommes en colère contre leur soumission à un pouvoir sans limite.

          Et nous sommes bien plus nombreux que 7 !

          C’est facile d’être en colère ! Cela détourne l’attention quant à une inévitable remise en question.

          Bien plus, j’AFFIRME que cette masquarade de « colère » n’est qu’une mise en scène à l’approche du vote de la loi LOPPSI et des régionales.
          Ce qui démontre que la soumission va bien plus loin : ce sont carrément des marionnettes au service d’UN POLITIQUE.

          db

          db


           

           


          • olivier cabanel olivier cabanel 11 février 2010 13:35

            Gourmet,
            merci d’avoir appuyé là ou çà fait mal,
            la loi sarkozienne en préparation (aujourd’hui à l’assemblée) n’est qu’un moyen de plus pour juguler la liberté d’expression,
            même s’ils avancent des arguments bidons, le terrorisme, etc
            le carcan que l’on essaye d’imposer dans ce domaine, et dans tant d’autres est si insupportable que je crains qu’ils regrettent bientôt leurs manigances.
             smiley


          • L'enfoiré L’enfoiré 11 février 2010 13:41

            Olivier et Gourmet,
             Juste une question quelle genre de merde achetez vous dans vos kiosques à journaux en France ?
             Il se pourrait qu’il y ait des différences notoires que je ne connais pas.
             Je lis perso de la presse française, mais j’élimine ce qui est trop bleu-blanc-rouge avec Sarko comme porte drapeau. De lui, je n’en ai rien à cirer.


          • olivier cabanel olivier cabanel 11 février 2010 14:12

            Guy,
            j’ai un choix hétéroclite,
            je suis curieux de tout, j’écoute, je partage, je lis,
            j’aime bien, naturellement le canard déchainé, oups
            mais je trouve parfois dans d’autres lectures des infos passionnantes, qu’il faut fouiller, aller au dela de ce qui est écrit, pour découvrir une autre réalité.
            je crois qu’il faut être curieux, et attentif, et accepter le débat d’idée (sauf quand il est initié par le sinistre de l’immigration et des préfets réunis)
             smiley


          • L'enfoiré L’enfoiré 11 février 2010 14:24

            Olivier,

            "je crois qu’il faut être curieux, et attentif, et accepter le débat d’idée (sauf quand il est initié par le sinistre de l’immigration et des préfets réunis)"

            Absolument. Il faut tâter de tout. Etre critique, on ne l’est jamais assez.
            Cela demande beaucoup de temps. C’est pour cela que ceux qui font du papier pour du papier dans leur coin esseulé et sortent n’importe quoi (et il y en a beaucoup plus qu’on le croit sur Internet, puisque du travail en équipe est rare) fait de plus en plus de place dans la Toile sans vérification.
            Le débat d’idées, cela s’est intéressant. Mais pour débattre avec le maximum de véracité cela demande de l’expertise et du temps de recherche, du recul.
            Ne tombons pas dans le même travers que la presse.
            Elle parle de Haïti, pendant 3 semaines.
            Puis, elle doit parler d’autre chose.
            Nous pouvons creuser et chercher les raisons du pourquoi.
            Cela devient plus clair notre rôle citoyen ?
             smiley


          • olivier cabanel olivier cabanel 11 février 2010 16:30

            Guy,
            justement, j’ai le sentiment que sur l’Internet, nous parlons « d’autre chose »,
            il y a des tonnes d’articles qui ne sont pas ceux que traitent les « médias traditionnels »,
            mais je pense que tu l’as aussi observé ?


          • L'enfoiré L’enfoiré 11 février 2010 17:13

            Olivier,
             Peut-être pas des tonnes, mais quelques kilos, je l’ai toujours remarqué. Sinon, je serais déjà parti ailleurs.
             smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès