Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > Journées du patrimoine : Marco Polo visite « Le Monde »...

Journées du patrimoine : Marco Polo visite « Le Monde »...

 

L’article de AB publié récemment sur Agora nous a ouvert des horizons nouveaux sur "la face cachée du Monde", et sur la confusion entretenue entre "activité professionnelle" et "patrimoine" par ceux qui vivent au coeur du système médiatique, et qui aimeraient bien qu’on les regarde et qu’on les traite comme des monuments historiques.

La balade vaut le détour. Le décor est planté ardemment, non sans une certaine témérité, vu la qualité de l’environnement. "Le ciel est gris, l’air lourd et pollué". Il y a "des basketteurs en train de dunker sous le pont aérien du métro" et des forces de "sécurité" présentes à l’extérieur. A l’entrée, le visiteur est pris en charge par un commissaire-politique ad hoc. On se croirait dans Don Camillo et Peppone à Moscou. Ainsi guidé par la raison d’Etat-du-Monde (voir ce qu’en pensent Pierre Péan et Philippe Cohen) le visiteur bien encadré disparaît dans le grand hall de l’actualité. L’actualité... Le mot est lâché avec tout le respect qu’on doit aux phénomènes qui nous dépassent et dont nous ne pourrons avoir l’explication que dans un autre monde. C’est qu’il ne serait pas question de se laisser aller à de petits délits de lèse-actualité sous la bannière du "quotidien de référence" aux caractères top-gothiques, même pas au moindre blasphème... Déesse delphique aux multiples Pythies, toutes plus nébuleuses les unes que les autres, l’actualité voit tout, sait tout, entend tout. Et elle restitue ce tout inabordable au commun des mortels en ronds de fumées, ronds de cuir de l’information, et ronds dans l’eau qui, malheureusement, n’ont rien à voir avec ceux de Françoise Hardy.

D’ailleurs, à cette seule évocation, le visiteur subjugué est emporté dans un tourbillon qui n’aurait pas déplu, lui, à Jeanne Moreau, jusqu’au coeur d’une richesse patrimoniale que le monde entier nous envie. Mais laissons parler notre guide ; ça vaut un récit d’Alexandra David-Neel : "On y trouve de nombreuses tables, plusieurs salles à manger, en bref une gigantesque cantine. Voisine de celle-ci, une zone de détente, soit une pièce remplie de cubes noirs encastrés les uns dans les autres, surmontés d’un grand paravent décoré de végétaux exotiques. On a la vague impression de se retrouver au Musée du Quai Branly... " Nettement plus ébouriffant qu’une visite du Potala.

L’expédition se poursuit dans les ascenseurs. Si. Si. Le geste peut paraître inhumain à beaucoup, mais c’est ça, l’aventure. Aller au bout de soi-même, atteindre les limites de "l’extrême" (c’est une marque déposée), défier l’impossible en suivant les recommandations de Roux et Combaluziers pour la fermeture des portes, Guillamet n’a pas su faire mieux. Mais la récompense est au bout de l’ascenseur puisqu’à l’instant où la porte s’ouvre, on apprend que le directeur du "Temple de l’information"(marque déposée elle aussi) a un "bureau très beau", que la rédaction dispose de "plusieurs bureaux et d’une salle de conférence", et que l’authentique bureau d’Hubert Beuve-Méry n’a pas été revendu lors du déménagement depuis le boulevard des Italiens.

D’un coup, la visite prend une autre dimension, vu que le visiteur qui, à l’insu de son plein gré, s’est indianajonisé dans la jungle de la Bonne Parole relookée par une équipe de faux-derches, entend subitement la voix caverneuse de "mongénéral" lui faire une leçon d’honnêteté intellectuelle qu’on croirait extraite d’un manuel de bonnes manières rédigé par César Borgia. Heureusement l’équipe Khol Lanta des dépêches éliminatoires a tout prévu, et pour qu’il puisse se remettre sans trop de dommages d’avoir été mis en présence de façon aussi brutale avec la bonne conscience spectrale de la France, le visiteur est autorisé à contempler durant quelques secondes un dessin original de Plantu... Ah ! Un dessin de Plantu ! Cette Joconde que les Italiens, prêts à toutes les bassesses, voudraient bien nous chiper encore une fois. Un dessin de Plantu, mais c’est autrement plus efficace qu’un battement d’aile de papillon égaré sur la côte Est des USA et capable de soulever un ouragan dans le Pacifique. Il y a tout dans Plantu (et c’est vrai qu’il y a pas mal de bonnes choses). Et dire que des imbéciles vont se presser à l’exposition de Titien et qu’ils s’arrachent - virtuellement tout au moins - la peinture mondialement reconnue de l’innommable Demian West (NDLR du "Monde à moi" : "innommable" c’est en nov’langue bien entendu) qui vit tapi dans l’entre-deux du mal-dit et de la médisance professionnelle...

Puis la visite se poursuit au 5e, (pas l’arrondissement des faux électeurs de Chirac - non le 5e étage du Monde). Et là encore, un choc ! Décidément il faut avoir l’âge voulu et le coeur bien accroché pour s’offrir ce genre d’exercice, car le spectacle offert à l’homme tendu vers sa quête patrimoniale trouve là de quoi noircir son regard, comme s’il avait été mis en présence d’une vieille morasse. J’ose à peine l’écrire : "Beaucoup de bureaux, d’ordinateurs, de piles de journaux." Des journaux au monde ! Ils ont osé ! Du papier ! Tous ces jolis arbres coupés, toute cette sève qui n’atteindra jamais la canopée amazonienne où siègent désormais nos mythologies aussi équitables que chrorophyliennes. C’en est trop pour le visiteur qui en a l’estomac tout retourné et qui se demande s’il aura la force d’aller plus loin. Heureusement pour lui, la visite se termine d’un coup (vingt minutes montre en main, paraît-il), sur une vidéo d’un agent de la réclame issu du caravansérail, puis par la remise du cadeau-souvenir impérissable à poser en rentrant chez soi sur le manteau de la cheminée ou au-dessus de la télé. Quoique, vu le format, il est plutôt conseillé d’en faire un sous-verre et de l’accrocher dans l’entrée pour afficher sa connivence avec les Grands de ce "Monde-là"...

France, dis-moi un peu ce que tu trafiques en ce moment... Ton patrimoine a l’air de foutre sérieusement le camp, dès qu’on prétend s’en approcher... Ce week-end, les télés tapineuses ont, elles aussi, ouvert grand leurs portes, et les voyeurs ont pu s’en donner à coeur joie. Il faut se résigner, notre patrimoine s’appelle désormais Arthur, Catherine Matauch, ou Thierry Ardisson... Et on voudrait continuer à nous faire peur avec Orwell ? De la rigolade, le vieux George. Voici venu le temps des astiqueurs de cerveau bien léché. De ceux qui rêvent de badigeonner la planète d’une bonne couche d’enduit auto-lissant. Même plus besoin de passer la cireuse. Le Lay a gagné.

Patrick Adam


Moyenne des avis sur cet article :  3.48/5   (29 votes)




Réagissez à l'article

18 réactions à cet article    


  • (---.---.16.203) 20 septembre 2006 13:05

    Alors LÀ Patrick, je suis ton troll préféré qui ne cesse de t’asticoter dès que cela me démange et donc je me dois absolument de te dire par déontologie avec moi-même que ton article est absolument SUPER ! Je l’ai trouvé extrèmement drôle. c’est quand même beaucoup plus sympa de te voir employer ta verve à nous parler de sujets comme ça que de taper sur les pauvres.

    Très sincèrement BRAVO smiley


    • (---.---.241.227) 20 septembre 2006 20:13

      ... et j’ajoute à mon propre commentaire que si je t’ai dit ailleurs que tu avais fait le pire fil de commentaires d’Agoravox, celui-ci est vraiment l’article le plus drôle que je n’y ai jamais lu. Le ton, le thème, le style, le fond : Tout est vraiment bien. smiley


    • gem (---.---.117.250) 20 septembre 2006 13:40

      ben là je suis peut-être fatigué, mais j’ai rien compris du tout. C’est quoi cet article ?


      • vigie (---.---.37.240) 20 septembre 2006 14:35

        Quelle revue de détail, et voilà le patrimoine refoulé au rang de curiosité pour visiteur en mal d’aventures, le voilà projeté dans le monde fascinant de la culture temporelle, cornaqué il vole quelques secondes d’éternité dont son cortex cérébral en gardera l’image pour l’éternité. Mais quel plaisir de pouvoir se raconter entre amis les merveilles patrimoniales dont dispose le pays, découvrant un morceau de son histoire enfoui dans le dédale de ses souvenirs d’école secondaire, il reprends possession du passé, emporté par une multitudes d’explications ampoulées dont il saisi vaguement le détail tout surpris qu’il est d’appartenir à un monde qu’il n’avait vaguement soupçonné qu’aux travers des récits oniriques de son professeur de 3ème. Il emportera avec lui ce morceau d’espace temps qui fera que même s’il n’a fait qu’effleurer son histoire du bout des doigts, il pourra se retourner vers son fils en lui disant fièrement, tu vois fiston, tout ca papa il l’a appris à l’école ! .

        Je note aussi que demian west, se trouve propulsé au rang de curiosité patrimoniale institutionnalisé par tes propos, portés au paroxysme de son art, voilà qui devrais te rabibocher avec lui !

        Nul doute que sa peinture va atteindre des sommets chez Sotheby’s, dépoussiérés des a priori du temps, il aura marqué à jamais son époque, nous laissant n’en doutons pas une œuvre magistrale, dans laquelle Dali, sera relégué au rang de nain insipide...

        Merci pour ce petit florilèges ou tout le monde peut partiellement se reconnaître, et même si quelquefois notre égo est pris à parti, le temps agit comme un miroir nous renvoyant son œuvre en nous apportant un peu d’humilité...


        • (---.---.16.203) 20 septembre 2006 15:44

          Mais si mais si Demian, tu l’a mérites et la demande cette violence d’amour. Car enfin que serais-tu sans Patrick ? Que serait la gauche sans la droite ? Simon sans Garfunkel ? Black sans Decker (là, ça ne va pas, sans Decker, Black irait avec Mortimer) Bref que serait une chemise sans cul ? smiley


        • (---.---.16.203) 20 septembre 2006 15:47

          Pardon « la demandes »


        • Icks PEY (---.---.232.221) 20 septembre 2006 16:44

          Un lien sur l’article de AB serait apprécié.

          Car cela donne envie de le lire de ses propres yeux ...


          • Marsupilami (---.---.187.187) 20 septembre 2006 17:08

            Eh bien voici ce lien.


            • Icks PEY (---.---.232.221) 20 septembre 2006 17:22

              Merci Marsu !


            • Patrick Adam Patrick Adam 20 septembre 2006 17:33

              @ Marco Polo

              Merci pour l’élégance du commentaire.

              Bien à vous. Patrick Adam


              • Emmanuel Cattier (---.---.101.24) 21 septembre 2006 10:07

                Au fond, nous devrions l’avoir compris depuis longtemps, Le Monde est trop gothique pour être actuel... en plus il est grostitre !

                EC


                • Patrick Adam Patrick Adam 21 septembre 2006 10:35

                  @ IP:xxx.x22.16.203

                  Je te remrcie pour ta déontologie personnelle, mais comment peux-tu écrire à la suite des trucs aussi délirants que « je tape sur les pauvres » ? Là, franchement tu n’en sors pas grandi. Je tape sur les bobos qui, à première vue, ne sont pas particulièrement pauvres. Je tape sur Balasko et Thuram qui nous donnent des leçons de morale gratuite, et je puis t’assurer que je n’ai pas le millionnième de leur compte en banque (et encore, je suis peut-être loin du compte). Alors, ne connaissant pas ma situation personnelle, évite à l’avenir d’écrire des trucs pareils.

                  Etre contre l’immigration massive et incontrôlée n’a rien à voir avec la pauvreté. Appauvrir la France n’enrichira pas l’Afrique, bien au contraire.

                  Analyse plutôt le suprême exemple d’illogisme sacralisé bonne conscience de celui qui a posté sur ce fil un commentaire parlant des femmes maliennes qui viennent épouser des paysans célibataires dans le Lot. Il n’y a pas de meilleur exemple d’immigration « choisie ». L’embêtant, c’est que pour coller à des slogans imbéciles, celui qui m’a servi cet exemple pour me clouer le bec ne s’en est même pas aperçu...

                  Patrick Adam


                  • (---.---.89.181) 22 septembre 2006 20:35

                    Patrick, les pauvres ne sont pas sur Agoravox aussi je serai, le temps d’un commentaire, leur voix.

                    Le migrant est le pauvre par excellence. Il décide de partir, n’a plus rien et place sa confiance dans ceux qui l’accueillent.

                    Quand tu auras fini ta vie (et moi la mienne) quelque soit ce que nous auront fait, une seule chose comptera : Comment avons nous traité l’étranger ?

                    A la différence de beaucoup, je ne sais pas ce qu’il faut faire pour la France pour accueillir nos étrangers mais je ne demande qu’une seule chose : Que les articles les concernant aient d’abord du respect pour eux. Ce n’était pas le cas du tien ( et encore moins des commentaires, mais tu n’en es pas responsable.)

                    Ce n’est pas grave d’avoir fait un mauvais article. Il suffit d’en faire un autre .

                    cordialement smiley

                    tonpretre.com


                  • Patrick Adam Patrick Adam 23 septembre 2006 17:34

                    @ IP:xxx.x53.89.181

                    Je ne suis plus ton commentaire... En quoi mon article sur Le Monde était-il irrespectueux des étrangers ? Et pourquoi n’as-tu pas répondu à ce que je te disais concernant celui qui me citait les femmes maliennes qui allaient repeupler le Lot ?

                    Dire que « le migrant est le pauvre par excellence » sera toujours une phrase à double tranchant. Le migrant africain aujourd’hui est obligé parfois de réunir des sommes folles pour s’offir un passeur. Il représente un investissement pour la famille qui mise tout sur un de ses membres pour rester au bled à ne rien faire les trois quarts du temps, si ce n’est à faire vivre des traditions ancestrales qui permettent à des populations privilégiées de faire trimer les autres à leur place.

                    Dire que le migrant « place sa confiance dans ceux qui l’accueillent » est le pire des slogans appel d’air pour faire en sorte que toute la misère du monde rapplique en Europe demain. Et sais-tu seulement combien il y a de candidats à l’exil : au bas mot un milliard... peut-être deux. Tu les mets où ?....

                    Il y a longtemps que je ne suis plus angélique sur ce point. Les anges, s’ils ont réellement des trompettes, ils devraient aller survoler l’Afrique et lui souffler dessus un bon coup, pour dire qu’il n’y a plus de place et que les gens feraient mieux de rester chez eux pour développer leur continent, en s’attaquant à leurs structures sociales qui empêchent toute évolution.

                    Cordialement Patrick Adam


                    • (---.---.245.196) 23 septembre 2006 19:14

                      Oups ! autant pour moi. Quand je disais que ton article était irrespectueux, je parlais évidemment de celui de Cachan, pas celui du Monde qui lui est parfait comme je te l’ai dit plus haut. Je pensais que c’était clair.

                      Concernant la question des étrangers en France il est évident que je n’ai pas la réponse sinon cela fait longtemps que j’aurais écrit un article !

                      Pour ton article sur Cachan, qui est très bien écrit comme tu le sais, on a vu comme au théatre défiler tout le monde, de Balasco à Le Pen, sauf une, la personne concernée, l’émigrant. C’est ça qui a dû me choquer et me choque toujours.

                      cordialement.


                    • mangafou (---.---.137.208) 25 octobre 2006 10:38

                      Felicitation, votre article est le reflet de votre influence sur Agoravox. 19 reactions en 5 semaines. smiley Un article sur votre principale « Tete de Turc » en receuille 2800 environ. smiley Courage Patrick, cet article peut vous amener a la redemption... smiley


                      • Patrick Adam Patrick Adam 25 octobre 2006 10:53

                        @ mangafou-du-bouffon-bleu

                        Vous n’avez que ça à faire le matin ?... Bizarre comme occupation... Moi, la comptabilité, ça n’a jamais été mon truc, pas plus que les sondages. Quant au fait de savoir si j’ai une « Tête de Turc », vous devriez peut-être songer à vous recycler quelques neurones... ça pourrait vous être utile si vous comptez « paraître » et « éblouir » les lecteurs d’Agora de toute votre subtilité. Sous semblez encore un peu « tendre » pour taquiner le goujon et faire de belles prises. Bien sûr, si vous cherchez à inventer une chaîne de « maillon faible » sur Agora, vous avez raison de tenter votre chance.

                        Patrick Adam


                        • manga fou (---.---.137.208) 26 octobre 2006 08:17

                          J’habite a Taiwan qui a 6 heures de decalage horaire. J’ai poste ce message a 16h38.

                          En ce qui concerne la Tete de Turc, je ne parlais pas vous mais de Demian West que vous n’oubliez jamais de molester a coups de batons. Tete de Turc signifie aussi « Victime » au sens familier. Sens dont vous maitrisez parfaitement le style.

                          Du goujon ? Ce n’est la que le dinner d’un heron.

                          Salutations distinguees.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès