Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > L’affaire #salemec, un exemple de la fabrique du consentement (...)

L’affaire #salemec, un exemple de la fabrique du consentement médiatique

Il y a des jours comme ça, où une des prisons mentales qui nous empêche d’être lucide se brise. Les media relais du pouvoir, ce n’est pas qu’une théorie de Noam Chomsky. Non, et cela se vérifie chaque jour au vu du traitement de l’actualité par les media de masse, au contenu tellement déconnecté des réels besoins d’information des français. Par ici, ils tentent de focaliser l’opinion sur des sujets futiles, des faits divers, en répercutant les petites phrases, ils attisent nos peurs (musulmans, immigrés, roms)… Ceci n’est pas qu’un naufrage du journalisme. Le problème vient du fait que les journalistes ne sont pas libres. Ils sont tenus par vous savez qui, il suffit de voir qui détient les groupes de presse, de voir qui, chez les annonceurs, financent les medias… Il ne s’agit pas ici de caricaturer, une étude attentive des positionnements des media est déjà très significatrice. Bref, pour ne plus céder aux sirènes des défenseurs de l’oligarchie, je vous propose d’analyser ce qui a fait le buzz le mercredi 4 janvier : la petite phrase de François Hollande, le candidat socialiste…

Alors, c’est l’histoire d’un #salemec…

Vous pourrez suivre le fil de l'histoire via l'article de Claude Askolovitch. Il soulève une interrogation intéressante, mais ne semble pas vouloir aller jusqu'au bout : "De ce fameux déjeuner, au fond de nulle importance, il reste le sentiment de la politique prise comme une bulle, un jeu de positionnements, et de slogans, et de formules. Un jeu à somme nulle. Nulle ?". Et oui, totalement nulle, mais nous, public, ça nous a bien occupé !

Ca a fait le tour des media, et même les internautes se sont fait piéger, regardez l'audience que cela a eu ! Liste non exhaustive sur mon blog (ce que j'ai vu sur le web ou écouté à la radio, je n'ai pas la TV...).

C'était en une de tous les titres de presse, sûrement des JT tv (je spécule), mais aussi des radios (j'ai entendu BFM radio, Europe 1, France Inter...). Idem pour Internet, jusqu'aux media citoyens (AgoraVox, Le Post...) les media sociaux (Surtout Twitter, mais les fils de commentaires sur Facebook furent enflammés) et les blogs. Arrêtons nous une minute, et demandons si cela est bien raisonnable, de mobiliser tant d'intelligence, de capacité d'enquête, et de temps d'information du public pour relater une information inintéressante, qui ne fait que rendre compte des facéties de nos hommes politiques.

Où est le débat de fond ? Où sont les journalistes qui enquêtent pour comprendre les racines de la crise ? Pourquoi nombres d'intellectuels sont-ils exclus du débat public, alors même que Bernard Henri Lévy, le philosophe milliardaire, a, en Grand Prêtre de la démocratie implorant la guerre, pignon sur rue ? Rendez-vous bien compte, le système est verrouillé ! Pouvons-nous tolérer cela ? Je crois que le public a simplement le droit d'être informé de façon complète, la désinformation doit cesser.

Une petite capture de l'excellent mais malheureusement incomplet documentaire Looking for Nicolas Sarkozy nous donne la perspective de la puissance médiatique au service du du chef de l'Etat (il manque France Télévision) :


Nous prennent-ils pour une bande de dégénérés incapables de réfléchir par nous-mêmes ? Pourquoi tant de mensonges d'Etat ? Tant d'efforts déployés pour tenter de manipuler les masses, de répression, de censure ! Où se trouve donc la sagesse et l'amour de l'humanité ?

Sont-ils si idiots qu'ils pensent que nous ne débusquons pas leurs outrageantes fumisteries ? En tout cas, avec Internet, nous pouvons le faire publiquement et presque librement, ce qui est une excellente chose pour l'équilibre mental des français.

Ils nous observent 

Ex étudiant en communication, j'ai fait mon stage de fin d'étude dans un cabinet d'étude qualitative, où j'ai pris conscience de l'ampleur des moyens utilisés pour observer la population. Que ce soit pour des idées (sondages politiques), des goûts et des ressentis (panels de consommateurs)... les méthodes sont légions, et elles marchent ! Grâce à tous les sondages et les études auxquelles vous répondez, nos puissants peuvent ainsi voir si leurs pitreries sont efficaces, et si ils arrivent toujours à nous vendre leur saloperie de bouffe industrielle néfaste pour la santé et l'environnement, à grand renfort de publicité. D'ailleurs, il y a deux jours, je me suis fait interrogé par l'Institut CSA pour divers clients et diverses problématiques. Je ne sais combien de fois j'ai commenté leur questionnaire biaisé et ne laissant aucune place à la dissidence pour s'exprimer. Et oui vous savez, c'est subtil de garder une opinion en état d'anesthésie générale. C'est un peu comme pour le gouvernement américain avec la nano-thermite, si vous ne cherchez pas, vous ne trouverez pas !

Regardez ce que nous montrent les baromètres de l'opinion sur Internet :

On voit bien qu'un besoin d'action envers les fondamentaux (protéger notre environnement, nourrir les populations, préserver la vie...) se dessine... Deux mentions (3 & 4) semblent faire tâche, et on est en droit de se demander ce qu'ils attendent en testant ces items ! Voyons comment, au vu des préoccupations des français, est perçu le fonctionnement des media mainstream, parfaits perroquets de nos puissants :


 

Et oui, les petites phrases, on s'en moque !

Ah ! Si vous croyez encore vivre en démocratie... Si on prend comme référence l'adage : "la dictature c'est ferme ta gueule, la démocratie c'est cause toujours !" on se rendra compte que le pouvoir exercé sur la France est un sacré mélange des genres. On vous dira que vous vivez en démocratie, on ira bombarder la Libye au nom de nos pères de 1789, mais on matraquera les Indignés de la Défense et du reste du monde sans qu'une âme ne s'interroge sur le sens de leur engagement et des questions qu'il soulève.

Vers un "nouveau monde" ?

Il faut vraiment que quelqu'un m'explique pourquoi l'on a passé une journée à se demander si François Hollande a traité Nicolas Sarkozy de "sale mec", alors même que notre Nation est exposée à tous les dangers... Peut être certains sont-ils impatients de voir le "nouveau monde" que notre Président appelle de ses voeux à chaque allocution du 31 décembre, comme le Canard du 4 janvier le fait remarquer ? Rappelez-vous :

2007 : "Notre monde a besoin d'une nouvelle renaissance. Eh bien, que la France soit l'âme de cette renaissance !"

2008 : "De cette crise va naître un nouveau monde, auquel nous devons nous préparer (...) en poursuivant nos réformes."

2009 : "Un monde nouveau commence à se construire." "Les efforts que nous faisons depuis deux ans et demi vont porter leurs fruits."

2010 : "Les grandes réformes engagées commencent à porter leurs fruits."

D'ailleurs, tout le monde se garde de demander ce qu'est ce monde nouveau...

2012 verra la fin de leur monde

Bref ! Visiblement, la situation est assez dramatique, mais je garde espoir dans le fait qu'une force citoyenne positive puisse émerger de l'éveil qui attend les populations cette année. Sarkozy l'a bien dit dans ses derniers voeux : "Ce qui se passe dans le monde annonce que 2012 sera celle de tous les risques, mais aussi de toutes les possibilités, de toutes les espérances" !

Mes confrères journalistes, s'il vous plaît, réveillez-vous ! Le but ultime de notre profession est de protéger le peuple des aversions et des abus des différents pouvoirs. Mais au lieu de cela, la plupart des mass media se rendent complices des éléments dominants en recrachant ce qu'ils leur font ingurgiter. Il faut refuser de rentrer dans le jeu de l'information manipulatrice, notre rôle de journaliste n'est pas de rendre exactement compte des vaines gesticulations de nos élites.

Notre profession est la faille du système. Si l'on déverrouille le débat démocratique aujourd'hui cadenassé par de nombreux verrous (Censure du CSA [voir qui le compose...], concurrence, empires médiatiques, intimidations...) en outrepassant les consignes de rédaction, en faisant de la Résistance, alors les choses pourront enfin changer. Les solutions à la crise sont sous nos yeux, il suffit de les ouvrir et de tirer les leçons de nos erreurs afin d'avancer. Sans quoi, nous allons droit dans le mur, j'espère que vous en êtes bien conscients ! Il est temps de nous unir pour de vraies valeurs, pour une fois.

Jonathan Moadab
 

PS : J'aurai bien écrit un billet sur le nouveau bébé de la novlangue de notre oligarchie : la "TVA sociale" ! Encore une belle quenelle, bien joué les gars !

NB : Je ne prétend pas détenir la vérité, j'espère me tromper dans l'analyse de notre système. Mais si jamais c'est le cas, je demande qu'on m'en apporte les preuves, parce que les éléments en présence soulèvent beaucoup de questions... J'en profite pour encourager tous ceux qui résistent à ce qui semble être une conspiration...

Mon blog : La Gazette d'un Humaniste
Facebook
Twitter
Mail
Le Cercle des Volontaires


Moyenne des avis sur cet article :  4.82/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • Ali 6 janvier 2012 10:09

    Oui 2012 sera très intéressante smiley


    Rien à voir avec les théories des mayas bien sur.

    De plus en plus, les gens se réveillent, il suffit de voir le mouvement des indignés / Occupy, jamais dans l’histoire, il n’y a eu un tel mouvement planétaire.

    Vu le chemin que prennent les hommes politiques, je suis sur que ce mouvement s’accéléra encore plus.

    J’attend impatiemment le jour où en s’occupera enfin de ces voleurs smiley  

    • Imhotep Imhotep 6 janvier 2012 10:22

      Le fait de pouvoir écrire cet article contredit en partie la thèse de son auteur. Je suis fasciné par toutes ces personnes qui disent que la société formatent tout le monde, sauf eux. Donc pas tout le monde. De même ils fondent leur théorie sur un évènement ignorant que, même s’il est important, il n’est pas le seul. De même si cette saillie drolatique de François Hollande a fait du buzz elle n’a pas effacé tout le reste et loin de là. On a parlé de SeaFrance par exemple. Et si la publicité envahit et triche elle ne prend ni 100 % de la population ni 100 % d’une même personne. Si le libre arbitre est réduit parfois il n’est pas anihilé. Ces théories sont des théories du noir et blanc et pour exister font disparaître la réalité des faits devant une multitude de faits concomitants et bien existants et bien perçus pourtant réduits à un seul.

      Une preuve ? Le non au TCE. Si cette théorie était juste le TCE n’aurait pas été battu en France. Une autre preuve cette article qui non seulement est écrit, a pu être écrit et en plus à un score favorable. Si la thèse qui y était défendue était la vérité il ferait alors que nous tous moutons bêlant allant à l’abattoir soit n’aurions pas de jugement soit nous contredirions le contenu de cet article. Cette théorie confond, volontairement ou non, une réelle influence et une réelle volonté de groupes de diriger le monde du moins la part qui les enrichit avec une influence totale et une capacité réelle à pouvoir tout diriger.. C’est tellement mieux pour faire passer ses idées, mais c’est erroné.

      • Jonathan Moadab L’Incorruptible 6 janvier 2012 13:15

        @Imhotep, parfaitement d’accord, je ne caricature pas. 
        D’ailleurs, pour avoir fait un peu de sociologie de la réception, il est évident que les individus deviennent de plus en plus résistants aux techniques de manipulations (c’est ce qui est ressorti de mon stage en cabinet d’étude). La Résistance se forme, et donne tort à tous les théoriciens de la manipulation de masse de Edward Bernays à Serge Tchakhotine. 

        Par contre, on ne peut pas nier que la pluralité des opinions N’EXISTE PAS que ce soit dans les media, ou dans les résultats de sondage. La meilleure des manipulations est de celle du mensonge par omission. 

        Et puis je ne me considère pas plus intelligent que la moyenne, j’ai juste eu un parcours de vie qui me fait être plus sensible à certaines choses, une fois qu’on a la grille d’analyse, il est déjà plus simple de décoder le réel. 

        Concernant SeaFrance, c’est à moitié vrai. Avez-vous vu COMMENT on en a parlé ? En disant que c’est la faute des syndicats puisqu’ils refusent, alors qu’ils n’ont surtout pas les moyens. Ce qu’on oublie de rappeler, ce que les banques viennent d’emprunter 493 milliards à 1%, et qu’elles ne réinvestissent pas cet argent dans l’économie réelle pour en faire profiter la société civile ! Merci qui ? Merci l’Union Européenne ! 


      • Hermes Hermes 6 janvier 2012 16:05

        Bonjour,

        C’est effectivement l’uniformité à grands traits et le peu de variations des opinions sur les grand thèmes dans les médias main-stream (Lybie, Nucléaire, Iran, Europe, Sécurité sociale, Dette) et la manipulation émotionnelle en est faite qui est inquiétante (culpabilisations, peurs, diabolisations uniforme, par exemple). J’irai visiter votre site.

        Cdt.


      • devphil30 devphil30 6 janvier 2012 10:48

        Bravo pour votre article et votre avis sur ce monde politico-médiatico-industriel ou tout se mêle pour le bénéfice de quelques uns au détriment du plus grand nombre.


        Pitoyable démocratie qui prend des allures de dictature sans vouloir dire son nom.

        Regardez la Hongrie les vieux démons remontent à la surface 

        Soyons vigilants car depuis 2007 la politique mené , les abus , les dérives ont été significatives de ce basculement vers la manipulation du peuple par les médias.

        Philippe

        • Taverne Taverne 6 janvier 2012 12:07

          "Ce qui se passe dans le monde annonce que 2012 sera celle de tous les risques..." (Sarkozy) Hélas oui, et c’est ce qui m’inquiète : je crois que Sarkozy est capable de prendre tous les risques en cette période électoraliste. On le voit déjà pour la TVA anti-sociale.

          Quant à l’affaire salemec, on dirait que Sarko est le grand maître de marionnettes avec clé dans le dos. Sarko remonte le mécanisme et hop ! elles courent toutes comme des lapins crétins aboyer dans les médias. Faut bien que ces gens s’occupent entre ça, Tweeter et leurs autres fonctions de cumulards, leur reste-t-il du temps pour gérer les affaires du pays et s’occuper des gens ?


          • Scorsonère noire géante de Russie 6 janvier 2012 13:20

            Voilà le seul article qu’il était valable d’écrire concernant ce nouvel épisode. Merci à l’auteur, et honte à tous les autres qui ont fait leur crotte sur ce sujet. 


            • Jonathan Moadab L’Incorruptible 6 janvier 2012 14:43

              Ce n’est pas de leur faute, nous sommes tous piégés par des disquettes mentales. Le tout étant de ne pas persévérer aveuglément dans l’erreur, et de tirer les leçons du passé. Il faut analyser le présent, et nous en rendre bêtement compte, étant donné que ces versions « officielles » sont manipulées ! Il faut les rattacher au réel, à l’histoire, aux faces cachées...


            • Jonathan Moadab L’Incorruptible 6 janvier 2012 14:46
              *pas nous en rendre bêtement compte

              • Defrance Defrance 6 janvier 2012 19:32

                  Bonjour l’auteur,

                Piegé, mais aussi muselés car en fait le locataire actuel de l’Elysée n’a JAMAIS été élu ! 

                  Les Bulletins de votes étaient au nom de Nicolas Sarkozy , or la véritable identité de l’individu est : Nicolas Sarközy de Nagy-Bosca ! 

                  Une plainte a été deposée en 2007, personne n’en a entedu parler ! 

                L’élection de Nicolas Sarkozy est illégale

                A Monsieur le doyen des juges « d’instruction » Tribunal de grande instance de Paris 4, boulevard du Palais PARIS

                Plainte avec constitution de partie civile auprès de Monsieur le doyen des juges « d’instruction » siègeant par devant le tribunal de grande instance de Paris* Pour : Le président de « la Polynésie française », des Françaises et des Français René, Georges, HOFFER, né le 28 février 1955 à Strasbourg (FRANCE - 67), BP 13722 98717 - PUNAAUIA, TAHITI

                Contre : Monsieur Nicolas SARKÖZY de NAGY-BOCSA, 52, boulevard Malesherbes - 75008 et/ou palais de l’Elysée, rue du faubourg Saint-Honoré 75008 PARIS et Monsieur et Madame le/la « sage », membre du conseil constitutionnel Jean-Louis DEBRE, Guy CANIVET, Renaud DENOIX de SAINT MARC, Olivier DUTHEILLET de LAMOTHE, Jacqueline de GUILLENCHMIDT, Pierre JOXE, Jean-Louis PEZANT, Dominique SCHNAPPER, Pierre STEINMETZ, Jean-Eric SCHOETTL, secrétaire général sis 2, rue Montpensier 75001 - PARIS

                Témoin : Madame Michèle ALLIOT-MARIE, ministre de l’intérieur de la France ET « ministre » de l’Outre-mer (affaires étrangères), rue Oudinot - 75 - PARIS

                Préambule : Le 7 mai 2007 une plainte (P.J. 01) a été déposée sur le « Territoire de la Polynésie française » (P.J. 02), par le soussigné, en fait le pays de « la Polynésie française » où l’infraction a été constatée. (P.J. 03)

                Les faits : La présente plainte, déposée sur le territoire national de la France lors de mon passage à Paris ce jour, est justifiée par le lieu où le délit a été perpétré : la France ; Paris.

                Historique : Les 21 et 22 avril et 5 et 6 mai 2007 ont eu lieu sur le territoire de « la Polynésie française » et sur le territoire national français une élection : premier et second tour. Un Monsieur Nicolas SARKOZY était candidat.

                Vérifications faites, cette personne n’existe pas dans les registres de l’état civil. (P.J. 04) Il s’agit en fait de Monsieur Nicolas, Paul, Stéphane SARKÖZY de NAGY-BOCSA, usurpateur du nom, de l’identité « SARKOZY ». (P.J. 05)

                Cette usurpation apparaît au grand jour dans le Journal officiel de la république française du 1er janvier 2005 où figure l’identité réelle de ce dernier, Nicolas, Paul, Stéphane SARKÖZY de NAGY-BOCSA adoubé chevalier de la légion d’honneur le 31 décembre 2004. (P.J. 06)

                Le document daté du 25 avril 2007 présenté et enregistré au conseil constitutionnel français sur en-tête « ensemble tout devient possible » (sic) (P.J. 07) est donc un faux grossier puisque comportant le nom d’une entité inexistante, tout comme comportant d’ailleurs une fausse signature eu égard à celle apposée sur une affiche électorale rédigée en langue tahitienne incitant les électeurs de ce pays à se présenter aux urnes le 6 mai 2007 (P.J. 08) et alors même que le 6 mai aucun bureau de vote n’était ouvert à TAHITI !

                Confirmation que la signature du 25 avril est fausse, s’est trouvée exposée à la vue de tout un chacun, lorsque ledit « SARKOZY » (sic) a signé en direct à la télévision le document le mettant sous la coupe de l’ordre de la légion d’honneur, le 16 mai 2007, avant qu’il ne s’accapare une fonction officielle présidentielle. (P.J. 09)

                Concernant donc l’usage du faux nom, elle est sanctionnée par la loi du 6 fructidor de l’an II (6 février 1793) qui a posé pour principe l’immutabilité du nom patronymique et qui énonce que notamment : « Art. 1er. Aucun citoyen ne pourra porter de nom ni de prénom autres que ceux exprimés dans son acte de naissance : ceux qui les auraient quittés seront tenus de les reprendre 2. Il est également défendu d’ajouter aucun surnom à son nom propre, à moins qu’il n’ait servi jusqu’ici à distinguer les membres d’une même famille, sans rappeler les qualifications féodales et nobiliaires. 3. Ceux qui enfreindraient les dispositions des deux articles précédents seront condamnés à six mois d’emprisonnement et à une amende égale au quart de leur revenu. La récidive sera punie de la dégradation civique. 4. Il est expressément défendu à tous fonctionnaires publics de désigner les citoyens dans les actes autrement que par le nom de famille, les prénoms portés en l’acte de naissance, ou les surnoms maintenus par l’article 2, ni d’en exprimer d’autres dans les expéditions et extraits qu’ils délivreront à l’avenir. 5. Les fonctionnaires qui contreviendraient aux dispositions de l’article précédent seront destitués, déclarés incapables d’exercer aucune fonction publique, et condamnés à une amende égale au quart de leur revenu. 6. Tout citoyen pourra dénoncer les contraventions à la présente loi à l’officier de police dans les formes ordinaires. 7. Les accusés seront jugés pour la première fois par le tribunal de police correctionnel et, en cas de récidive, par le tribunal criminel du département. »

                Cette usurpation a été dénoncée auprès du conseil constitutionnel (P.J. 10) lequel, en faisant le mort, tant par la « voix » de son délégué Pierre-François RACINE que par ses membres, s’est rendu complice de l’usurpation et l’usage de faux patronyme par Monsieur Nicolas, Paul, Stéphane SARKÖZY de NAGY-BOCSA. Que donc le 31 décembre 2004 il a accepté de reprendre sa vraie identité pour la délaisser ensuite ; que cela est proscrit par la loi du 6 fructidor de l’an II.

                Enfin, et comme l’écrit « Tageblatt » http://www.tageblatt.lu/edition/art... ?ArticleId=1180 le 11/06/2007 à 16:05:26 concernant « Clearstream » « Les documents bancaires, qui comportaient des noms de personnalités, dont celui Nicolas Sarkozy caché sous son patronyme complet... »

                Autrement dit, c’est Monsieur SARKÖZY de NAGY-BOCSA qui se cachait sous le « nom » de Sarkozy ; après la présente plainte et son aboutissement, Monsieur « SARKOZY » ne pourra plus se cacher derrière SARKÖZY de NAGY-BOCSA... et vice, versa.

                Circonstance aggravante : Monsieur Nicolas, Paul, Stéphane SARKÖZY de NAGY-BOCSA utilise à qui mieux mieux tantôt l’une, tantôt une autre identité ; en effet, dès avant le 31 décembre 2004 où il est apparu sous son identité de Nicolas, Paul, Stéphane SARKÖZY de NAGY-BOCSA, il se faisait passer pour « Nicolas SARKOZY » (P.J. 11) Qui plus est, il ridiculise actuellement les Françaises et les Français en menant grand train sur deniers publics comme par exemple à la réunion du G8 à HEILIGENDAMM où apparaissant en public sur des images heureusement auto-censurées par les médias français, s’il n’était ivre comme un Boris ELTSINE en son temps, a minima était-il sous euphorisants, cocaïne ou autres le cas échéant ?

                Car faut-il préciser, Monsieur Nicolas, Paul, Stéphane SARKÖZY de NAGY-BOCSA a été illégalement élu les 5/6 Mai 2007 « président de la République française » sous le nom de « Nicolas SARKOZY » ; son véritable patronyme n’est donc pas celui sous lequel il s’est présenté et a été élu avec la complicité des membres du conseil constitutionnel qui ont avalisé cette arnaque par leur forfaiture.

                Comme l’écrit TAHITI PACIFIQUE MAGAZINE n° 194 en juin 2007, page 9 « Le »serial plaignant« a encore frappé » : « ...Pourtant la loi est supposée être la même pour le citoyen Sarközy de Nagy Bosca que pour le citoyen »de base« . », ce qui est effectivement le cas à TAHITI où, pour se présenter à une élection législative, la candidate connue sous le nom de Loana SANFORD a dû passer sous les fourches caudines de la république française qui l’a obligée à se présenter sous son nom porté sur l’état civil : « Soana SANFORD ». (P.J. 12)

                Du code pénal, article 433-19 : Le Code pénal dispose en son article 433-19 que : « Est puni de six mois d’emprisonnement et de 7500 euros d’amende le fait, dans un acte public ou authentique ou dans un document administratif destiné à l’autorité publique et hors les cas où la réglementation en vigueur autorise à souscrire ces actes ou documents sous un état civil d’emprunt :

                1º De prendre un nom ou un accessoire du nom autre que celui assigné par l’état civil ; 2º De changer, altérer ou modifier le nom ou l’accessoire du nom assigné par l’état civil. »

                En l’espèce, Monsieur Nicolas, Paul, Stéphane SARKÖZY de NAGY-BOCSA a bien altéré son nom, qui ne correspond pas à son acte d’Etat-Civil.

                Du code pénal, article 441-6 et 7 : Ces articles mis en avant par la gendarmerie « nationale »... à TAHITI (P.J. 13) impose à un quidam d’avoir pris connaissance de cet article en ses alinea 6 et 7 qui précisent notamment « ...est puni... le fait de fournir une déclaration mensongère en vue d’obtenir d’une administration publique... un paiement ou un avantage indu ».

                En l’espèce ce sont les deux : des émoluments présidentiels et tous les ors de la république ! De la qualité de témoin requise de la ministre Michèle ALLIOT-MARIE. Sauf à être complice de Monsieur Nicolas, Paul, Stéphane SARKÖZY de NAGY-BOCSA, la ministre de l’intérieur et de l’extérieur de la France (Outre-mer ! (sic)) a été à l’évidence obligée de « légaliser » a posteriori - par « mémento à l’usage des candidats » aux élections législatives en France - les agissements délictuels.

                En effet, dans ce mémento - c’est à dire un simple papier ne faisant pas office de loi ou de document juridique ou judiciaire -, insidieusement elle a glissé dans les pages 6, 29, 30 et 31 le nom d’usage comme supérieur au patronyme, contrevenant à ce qu’a arrêté comme illégal l’haut-commissérette Anne BOQUET à TAHITI !

                La page 31 ordonne ainsi, en son « 16 » : « Indiquer ici son nom et son prénom d’usage » s’agissant de la personne acceptant de « remplacer, en cas d’élection et de vacance de siège » ; point n’est question de patronyme ! (P.J. 14)

                La ministre Michèle ALLIOT-MARIE sera ainsi attrait dans la présente procédure. En effet , on voit mal un « Loup solitaire » comme député en lieu et place d’un Monsieur François GROSSI ! (P.J. 15)

                De la situation engendrée par la forfaiture du conseil constitutionnel :

                Le président de « la Polynésie française », des Françaises et des Français soussigné précise en outre que que le mis en cause ne saurait se prévaloir de l’immunité prévue par l’article 67 de la Constitution de la dernière république française dans la mesure où les faits incriminés ont été commis avant son« élection » et que cette « élection », en raison de l’infraction dénoncée, est illégale, nonobstant la complicité des membres du conseil constitutionnel qui encourront la destitution. Enfin, cette infraction porte gravement atteinte à l’autorité de « l’Etat » français et lèse les droits de citoyen, Français du soussigné. (P.J. 16)

                Par ces motifs, Ordonner que Monsieur Nicolas, Paul, Stéphane SARKÖZY de NAGY-BOCSA soit poursuivi devant le tribunal correctionnel de Paris. Et qu’une avance de un milliard d’euros (écus) en réparation du préjudice que l’infraction lui cause soit octroyée au soussigné et en prononcer l’exécution provisoire, le soussigné étant depuis son autoproclamation sur la base de l’article 5 de la déclaration des droits de l’Homme et du citoyen, le président des Françaises et des Français depuis le 25 octobre 2004. (Livret de 100 pages reproduisant les documents ayant aboutis à cette autoproclamation gracieusement transmis pour consultation dans le présent dossier. Egalement consultable sur : http://profile.myspace.com/index.cfm ?fuseaction=user.viewprofile&friendid=167450290 (P.J. 17)

                Quant à l’argument opposé de façon préremptoire (puisqu’à aucune moment une demande de consignation n’a émané du tribunal auquel cas le soussigné y aurait donné suite dans l’affaire CD/H/07 le 25 mai 2007) par le doyen des juges Fabienne POUS, il sera écarté en l’espèce : conformément à l’article 85 du code de procédure pénale, la présente plainte contient ici même la manifestation expresse du soussigné de se constituer partie civile avec offre de consignation et ce d’autant plus aisément qu’en sa qualité de chef d’Etat... il ne pourra qu’en être dispensé. (P.J. 18)

                Enfin, le soussigné précise que contrairement à ce qu’a jugé le président Nicolas BONNAL le 3 avril 2007 dans le dossier 06126322101 et qu’il a demandé à ce juge de rectifier : il n’a jamais été « déjà condamné », à preuve du contraire bien évidemment ; la pièce jointe (P.J. 02) du 27 juillet 2006 pouvant servir de base le 27 juillet 2006 par exemple.

                En aparté, au cas où la justice voudrait ignorer que la plainte ne concerne pas un vrai président mais une imposture, Libération http://www.liberation.fr/rebonds/26... sous la plume Monsieur Daniel Soulez Larivière, Avocat, ancien membre de la commission Avril écrit : « ... Oui... à une possibilité de destitution du chef de l’Etat en cas de « manquement à ses devoirs manifestement incompatible avec l’exercice de son mandat ». »... sauf en cas de mandat illégal s’entend ! Paris, le 22 juin 2Mil7

                Avec Honneur

                Le president de la « Polynésie française », des Françaises et des Français René, Georges, HOFFER

                01 : Dossier complet à ce jour de la plainte déposée le 9 mai 2007. 02 : Jurisprudence « Territoire de la Polynésie française » (CA Papeete 208-146/ADD) 03 : Note secrète n° 369253 du 9 octobre 2003 du conseil d’Etat 04 : Mairie de Paris, services de l’état civil, recherche infructueuse. 05 : Mairie de Paris, services de l’état civil, acte de naissance et émargements. 06 : JORF du 1er janvier 2005. 07 : Consentement du 25 avril 2007 d’un « Nicolas SARKOZY » près le Concon. 08 : Affiche électorale où la signature diffère de celle du document ci-dessus. 09 : Extrait du journal télévisé du 16 mai 2007, signature autre que celle du 25 avril. 10 : Saisine du conseil constitutionnel pour dénoncer l’usage de faux noms de candidats. 11 : Entre le 28 janvier 1955 (PJ 05) et le 1er janvier 2005 (P.J. 06), le nom « Nicolas SARKOZY » était déjà usité au moins depuis le 5 juin 1988. (http://www.assemblee-nationale.fr/1...) 12 : La Dépêche de TAHITI, lundi 21 mai 2007-05-22 « INSOLITE Un « S » de trop Vous vous demandez peut-être depuis quelques jours qui est la mystérieuse Soana Sanford, la suppléante de Antonio Perez, candidat à l’élection législative ? Eh bien il s’agit de Loanah Sanford, beaucoup plus connue, mais victime d’une erreur d’enregistrement à l’état civil lors de sa naissance à Rangiroa. Depuis, dans tous les documents officiels comme une candidature à la députation), elle est condamnée à être Soana et non pas Loana. Car modifier son nom ou son prénom, même dans le cas d’une simple erreur d’écriture, c’est un vrai parcours du combattant qui doit passer par une action en justice ! De quoi vous décourager et accepter un petit « S » de trop... » 13 : Attestation de déclaration de la gendarmerie « nationale »... à TAHITI. 14 : Page 31 du « mémento » de la ministre de l’intérieur/extérieur. 15 : Le candidat aux élections législatives François GROSSI. (Loup Solitaire) 16 : « heurter la sensibilité nationale, d’autant que je suis moi-même français... » 17 : Livret « AU NOM DE LA ROYAUTE DE TAHITI... » 18 : Lettre du doyen des juges « d’instruction » Fabienne POUS réf : DC/H/07 du 25 mai 2007

                  


                • Defrance Defrance 6 janvier 2012 20:03

                    Vas t il se présenter sous le nom de Nicolas Sarközy de Nagy-Bonsaï en 2012 ? 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès