Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > L’arrêt d’« Arrêt sur Images », remplacé par un banal talk show (...)

L’arrêt d’« Arrêt sur Images », remplacé par un banal talk show ?

Le Point.fr, LeNouvelObs.com, et naturellement Daniel Schneidermann sur son blog annoncent et confirment l’arrêt de l’émission "Arrêt sur Images" après douze ans de présence à l’antenne.

Premier étonnement, l’émission annoncée pour la remplacer paraît sidérante de banalité ! On va réutiliser le concept éculé des “grandes signatures” que l’on voit et entend partout, le talk show de commentaire sur l’actualité ? J’ai du mal à y croire. C’est en tout cas ce que Philippe Vilamitjana, directeur de l’antenne et des programmes de France 5 (est-ce le même que j’ai connu à Thalassa ?) aurait déclaré à l’AFP :

“Il s’agira d’une émission en direct, rassemblant des grandes signatures de la télévision, de la radio et de la presse écrite, qui commenteront et décrypteront l’actualité de la semaine”, avec la participation de téléspectateurs de France 5, a ajouté Philippe Vilamitjana.

Passionné par les médias, je suis naturellement frustré, car c’est un rendez-vous original et unique qui disparaît. Je ne le ratais pas, sur mon téléviseur, ou via Internet (Que deviennent les archives ? Resteront-elles accessibles ?) Le regard de Daniel et son équipe était éclairant, il faisait réfléchir. Que l’audience soit forte ou faible, c’est une émission qui faisait honneur au service public, alors que le talk show annoncé ressemble à un truc passe-partout que l’on voit sur toutes les chaînes Et il n’y a pas d’offre alternative sur d’autres chaînes. Mais que le spécialiste du décryptage nous permette de redire notre étonnement face à son ton, qu’il nous permette de “décrypter” même de manière primaire.

Sur la forme donc, je suis étonné de la violence, de la colère, des réactions de Daniel via son blog et les interviews. Le billet de Daniel intitulé “Arrêt sur images sur France 5, cette fois, c’est bien fini” emploie des mises en cause personnelles (“quatuor des assassins tremblants”) à l’encontre de la direction, plus des mots durs, “crime”, “arrêt de mort”, “grossièreté” “tuer” “lâcheté” : cela fait quand même beaucoup. Aucune émission n’est éternelle, douze ans d’antenne, c’est une belle aventure, une longévité que beaucoup n’ont pas connue.

La référence que fait Daniel à la Suisse, et à “un asile médiatique”, m’étonne aussi ; il devrait laisser ce genre de parallèle à Hallyday et son asile fiscal. Ensuite, que la forme de l’annonce de la chaîne soit plus ou moins agréable, c’est autre chose, mais j’ai l’impression que c’est la règle à la télévision.


Moyenne des avis sur cet article :  4.3/5   (40 votes)




Réagissez à l'article

45 réactions à cet article    


  • cniko 19 juin 2007 14:08

    Si la réaction de Schneidermann est effectivment virulente, le déni de démocratie qui semble lié à l’arrêt de l’émission est autrement plus choquant. ASI est l’une des rares émission portant un regard objectif sur l’actualité et dénonçant les érrements journalistiques de certaines autres émissions, notament TF1, mais égalemnt France Télévision à l’occasion.
    Il est frappant de voir à quel point les politiques (via le biais de leurs amis homme d’affaires et détenteurs de la majorité des médias...) s’insinuent dans les choix éditoriaux de certaines émissions et journaux.
    Et c’est d’autant plus inquiétant si l’on met en perspective la liberté et l’objectivité de la presse dans les règimes autoritaires. En outre le nombre de journalistes diminue et le regroupement des médias entre les mains de quelques uns s’accélère. Si l’on ajoute en plus que les vendeurs de canon français détiennent la majorité des dictionnaires, de la presse et des livres scolaires, l’inquiétude ne peut que grandir.
    Le contre pouvoir que représente les journalistes ne fait que s’affabilir malgré le flot constant d’information que nous recevons chaque jour. Le pouvoir grandissant de Rupper Murdoch et de ses acolytes mets en danger la démocratie. Si ce dernier ne s’était pas autant engagé dans la voie de la guerre en faisant fit de l’objectivité et du travail des journalistes, la guerre en Irak aurait’elle eu lieu ? Certes le peuple américain semble en partie facilement manipulable (et manipulé) mais nous sommes nous aussi à la merci des méthodes douteuses.
    Poutine, Berlusconi, et tous les démagogues et populistes ayant pris le pouvoir (pour ne pas dire dictateurs...) usent de la désinformation pour maintenir la société sous leur emprise. A nous de lutter pour que ces schémas soient aussi limités que possible en France (je dis limiter car on ne pourra pas rayer TF1 de l’antenne). La lutte passe notamment par le refus des contribuables que nous sommes à ce qu’une émission du service public et rendant un vrai service soit éliminée de la grille de France 5.


    • Garp Garp 22 juin 2007 14:56

      Je ne peux que déplorer la disparition d’une émission d’une telle qualité mais je ne suis pas sur que ce soit lié à la soi-disant prise du pouvoir médiatique de l’UMP et de son candidat phare. 12 ans de bons et loyaux services c’est quand même pas mal. En comparaison le Juste Prix est resté à l’écran 13 ans et demi et a pris fin malgré une audience encore forte.

      Oui c’est une perte dans le paysage audiovisuel français mais il faut aussi renouveller les émissions. C’est l’occasion pour Daniel Schneiderman de trouver un autre concept.

      Hasard ou coincidence, il est vrai que ce changement de programme intervient après une échéance éléctorale mettant en place un pouvoir affichant des connivences marquées avec les médias. Peut-être aussi qu’en réaction l’émission avait pris un virage très orienté à gauche et qu’elle s’est fait alors pas mal d’ennemi.

      Quoi qu’il en soit, s’il faut réagir à la disparition de cette émission, il faut le faire en réclamant une émission de même qualité.


    • JPL 24 juin 2007 00:40

      à Garp

      Puisque le renouvellement doit être la règle vous êtes donc favorable à l’arrêt de Thalassa ou, dans un tout autre genre, à celui des sempiternelles émissions dominicales de J. Drucker ?


    • Bouli Bouli 19 juin 2007 14:17

      Qu’on n’aime ou non Schneidermann, on est forcé de s’interroger sur la disparition d’une émission télévisée qui critiquait la télévision. Pourquoi arrête-t-on une telle émission alors qu’elle fait honneur au service public ? N’a-t-on plus le droit de critiquer la télévision largement conciliante (et souvent plus que ça) avec le nouveau pouvoir en place ? La mise au pas de la presse continue dans ce pays !


      • Bill Bill 19 juin 2007 14:25

        Allons Bouli ! Et s’il n’y a pas une bonne audience ?

        Ceci dit, je regardais moi aussi l’emmission, c’était l’un de mes très rares rendez-vous télévisuels !

        Espérons que nous pourrons trouver sur internet, ou sur la tnt, des emmissions un peu semblable...

        Bill


      • Bouli Bouli 19 juin 2007 14:32

        Mais faut savoir ce qu’on veut ! Ou on fait de l’audience à outrance ou on choisit la mission de service public dont l’objectif n’est pas de faire du profit mais d’offrir des services au citoyen : dans le cas d’ASI, le faire prendre du recul et décrypter ce que la TV lui donne comme informations. Ils maintiennent l’émission de FOG alors que les audiences sont plutôt minables soi-dit en passant...

        L’arrêt de cette émission relève selon moi d’un choix « politique ». Je la regardais tous les dimanche, et bien que Schneidermann ne soit pas mon animateur préféré (surtout après avoir visionné les docus de Pierre Carles), son émission avait le mérite de nous faire réfléchir et de dénoncer les dérapages télévisuels.


      • Bill Bill 19 juin 2007 15:24

        Oui Bouli, je suis entièrement d’accord ! C’est le système de la télé qui amène les émissions idiotes que nous y voyons. Le « loft » recommence très bientôt, c’est dire !

        Si je vivais seul, il y a longtemps que j’aurai jeté mon poste télé ceci dit...

        Bill


      • Niamastrachno Niamastrachno 19 juin 2007 16:12

        Oui enfin heu... si ce n’était qu’une question d’audience, on ne nous refourguerait pas bientôt 7 nouvelles chaines toutes aussi pourries les unes que les autres (sans compter le coût que ça représente) mais bon...

        Il eut été salvateur que le censeur motive quelques peu sa décision, certaines émissions ont plus de 12 ans et n’ont pas cette notoriété...

        Quant à dire qu’il s’agit de censure, il est peut-être légèrement prématuré de crier au loup...


      • Niamastrachno Niamastrachno 19 juin 2007 17:05

        Oui oui c’est sur

        Je dis prématuré dans le sens où on ne connait ni les tenants ni les aboutissants, il faudrait peut-être une dernière d’ASJ pour en savoir plus...

        Il n’y a pas TOUJOURS une conspiration de la droite derrière chaque truc jugé injuste tout de même (enfin, j’espère !)...


      • Marie Pierre 19 juin 2007 14:32

        @ l’auteur,

        Le début de votre article commence bien : frustration face à la suppression d’une bonne émission. Puis vous vous en prenez aux propos de Daniel Schneidermann, trop virulents à votre goût. Où est la violence ? dans ses propos ou dans la façon peu élégante de supprimer une émission ?

        J’ai entendu Daniel Schneidermann ce matin sur France Inter, je n’ai pas trouvé d’excès. Que sur son blog, il se mette plus en colère, là c’est normal, c’est sa sphère.


        • Niamastrachno Niamastrachno 19 juin 2007 16:13

          ’bsolument.

          Et j’ajouterai que le blog même n’a pas le ton que vous dénoncez.


        • Eve 20 juin 2007 12:58

          Itou, ’bsolument, d’autant que les termes, dans l’article, sont sortis de leur contexte, donc lire absolument le billet.


        • Xerxès Xerxès 19 juin 2007 14:37

          Décortiquer des « miettes » pour dénoncer tel geste ou tel mot au lieu d’avoir le courage d’attaquer les « gros morceaux », voilà ce qu’on faisait pendant cette émission animée par une bande de Staliniens.

          A la poubelle toute la télé française... ! Sauf peut-être une seule émission : « ce soir ou jamais » qui peut se sauver grâce à son animateur Frédéric Taddeï et un semblant de démocratie « en directe » qui y règne, parfois.

          Xerxès


          • bulu 20 juin 2007 11:57

            100 % d’accord.

            Pour critiquer arthur et la telerealite, il est fort le schneiderman pour ouvrir des portes ouvertes.

            Mais sur des sujets plus sensibles, il se transforme en chien de garde. Denis Robert en a fait les frais lors d’une emission edifiante.

            Et on l’attend toujours pour une emission consacree a la journee la plus tragique de ces dix dernieres annees mais pourtant tellement televisuelle : le 11/09.


          • Ulysse 19 juin 2007 15:22

            (est-ce le même que j’ai connu à Thalassa ?) La réponse est oui

            http://www.lezappingdupaf.com/article-3212415.html


            • LE CHAT LE CHAT 19 juin 2007 15:36

              Ils font déjà ça tous les jours sur france5 avec C dans l’air , ça va faire double emploi


              • Krokodilo Krokodilo 19 juin 2007 15:38

                Rien n’est éternel, mais l’émission nous demandait de réfléchir, de décrypter les images (et le son), de ne pas se laisser manipuler... Trop subversif, ça !


                • marmor 19 juin 2007 15:40

                  Faute de mieux, on peut toujours signer la pétition : arret-sur-images@heraut.eu


                  • rod 19 juin 2007 15:49

                    pfff cette émission était franchement nulle, toujours de partis pris Daniel Schneidermann et son équipe se contentaient de « casser » des émissions tv, gratuitement et avec le recul d’une huître...

                    C’est normal qu’il vire. Je me permet de rappeler que de vraies émissions de débat comme « c ds l’air » ne sont pas menacées...


                    • Niamastrachno Niamastrachno 19 juin 2007 16:22

                      pas d’amalgame entre « C dans l’air » qui est une émission basée sur le débat et axée sur le mode présentateur, interlocuteurs avec « arrêt sur image » qui est une émission d’analyse à laquelle pouvait spontanément participer un invité.

                      Par ailleurs les interlocuteurs de l’émission étaient de diverses tendances, et l’émission proposait de décrypter les mécanismes de la communication audiovisuelle (en même temps que les petits détails qui tuent, détails qui généralement échappent complètement au spectateur commun).

                      Une émission de télivision qui a offert un regard plus lucide sur la télévision elle-même, que ce soit en france ou ailleurs garde ses mérites.

                      Mais pitié ne me dites pas que delarue fait la même chose qu’ardisson.


                    • claude claude 19 juin 2007 17:39

                      @ rod,

                      je suis de l’avis de Niamastrachno : « c dans l’air » et « arrêt sur images » sont 2 émissions différentes et je dirais complémentaires.

                      « arrêt sur image » analyse « à froid » l’actualité telle que la télé la voit, et « c dans l’air » analyse un fait précis grâce à l’avis d’experts de diverses provenances.

                      j’espère que l’on pourra retrouver cette émission sur une autre chaine. je la verrai bien sur arte, où l’on pourrait comparer le traitement de l’actualité vu du côté allemand et français...


                    • cniko 19 juin 2007 17:46

                      @ rod

                      1/ Une émission de débat et une émission d’analyse à froid d’une méthode de communication ne peuvent être comparées. De plus, s’il existe déjà une émission de débat, à quoi bon remplacer une émission d’analyse par une émission de débat supplémentaire ?
                      2/ ASI a des partis pris. Certes, mais comment ne pas avoir de parti pris lorsque l’on se trouve face à une situation flagrante de désinformation ou de manipulation ? Oui, il faut casser les émissions pourries qui ne servent qu’à offrir du temps de cerveau disponible à Coca et autres annonceurs.
                      3/ Pour le recul d’une huître, je demande à voir. ASI a réussi à m’éclairer plus d’une fois malgré ma vigilance quotidienne sur ce que je regarde et sur les infos qui nous sont transmises. As tu un exemple concret qui démontre qu’une analyse d’image ou de reportage faite par ASI ai été hative et « sans recul » ?


                    • rod 19 juin 2007 23:06

                      sauf que Arrêt sur image est une nullité...ou une équipe de bras cassés vous donnent un point de vue entièrement biaisé sur d’autres émissions...le format de l’émission ne me déplaît pas mais Schnederman et ses acolytes sont totalement incompétents en la matière. Analyses faciles (médiocres voire caricaturales) avec des à priori systématique sur les émissions présentées (ou plutôt des parcelles d’émissions choisies pour coller avec l’argumentaire...pardon le semblant d’argumentaire des présentateurs...)

                      Schnederman (le pauvre) est totalement incapable d’impartialité et d’objectivité, c’est quand même domage vu son job...


                    • rod 19 juin 2007 23:28

                      Bon plus sérieusement Schnederman a l’objectivité d’une mouette et sa réflection ne dépasse pas de beaucoup celle du bulot mais a par ca tout va bien....

                      Et pour tous ceux qui voient en lui un idole je dirais OMG smiley


                    • rod 19 juin 2007 23:33

                      PS : vous avez vu qui a écrit l’article MDR...


                    • bulu 20 juin 2007 12:03

                      mon pauvre, ASI symbole de liberte d’expression ? Y avait pas plus manipulatoire comme emission.

                      Il se donnaient l’air de decrypter, mais ont toujours savamment evite les sujets trop sensibles.


                    • Hume Hume 19 juin 2007 17:38

                      C’est en effet surprenant que que cette emission s’arrete maintenant... surtout qu’elle a son publique

                      J’essaye de ne pas etre parano mais dans un pays ou la critique n’est plus le bienvenu et ou le President a uen bonne partie des medias a sa cheville...

                      Brrrrrrr...


                      • caramico 19 juin 2007 18:23

                        Que la télé se tire une balle dans le pied, qui ça gêne ?

                        Plus vite cet appareil antédiluvien disparait, mieux c’est.

                        On ne viendra plus dans nos chaumières pour nous dire quand, quoi penser et surtout ne pas penser.


                        • Eve 20 juin 2007 13:22

                          L’avantage (ok, très mince, et c’est juste pour le fun) en serait que, lorsqu’il n’y aura plus une seule émission un peu relevée, on pourra instaurer les élections téléniques (payantes par sms) et compter de suite le nombre de veaux.


                        • Le Chacal Le Chacal 19 juin 2007 18:35

                          Je commence à m’inquiéter : au rythme où l’on va, d’ici la fin de l’année, la Russie va commencer à nous faire des leçons sur notre manque de liberté d’information, ici en France...


                          • koton 19 juin 2007 18:52

                            ouais,et bienvenue à sarkoland !!!et bonjour la france


                            • koton 19 juin 2007 20:16

                              sarko quand tu nous tiens !


                              • nameluas 19 juin 2007 21:31

                                Je vous fais part, à mon tour, de ma consternation concernant la fin d’ASI.

                                Je considère que cette émission fait un réel exercice de pédagogie et de service public en nous apprenant à décrypter la construction de l’image qui est aujourd’hui si importante dans nos vies.

                                Je pense que l’école nous prépare bien mal à ce flot d’informations prémâchées et mises en scène que nous allons recevoir en continue pour comprendre le monde dans lequel nous vivons.

                                A ce titre, ASI représente à mes yeux le cours d’analyse de l’image et des media que nous aurions du avoir à l’école de la 4è jusqu’au bac.

                                D’ailleurs, il y a quelques années, ASI faisait décrypter des reportages TV par des écoliers et nous pouvions voir combien cet exercice était efficace et pertinent

                                Je ne suis pas un professionnel de l’image (tout comme 99 % de la population). Je suis donc peu capable de comprendre qu’un reportage TV m’influence à mon insu en plaçant tel sous titre ou en réalisant tel ou tel cadrage ou encore en plaçant un commentaire différent de ce que montre l’image.

                                Je considère que cette émission m’a permis de mieux comprendre les images et à prendre plus de recul. A m’interroger sur les conditions du tournage, mais aussi sur le montage et le choix de la diffusion.

                                Au delà de révélation de réelles manipulations, il me semble que le grand plus d’ASI est de montrer comment vie et prospère la pensée unique. Comment il existe aujourd’hui un traitement uniforme de l’information malgré une grande diversité du nombre de media disponible.

                                Les rares enquêtes de fond proviennent souvent de très peu de média et plutôt de la presse écrite (canard enchainé, le monde etc...)

                                On est tout surpris de voir le canard enchainé réaliser une enquête sur le prix de la maison de SR alors que le travail d’investigation nécessaire à cette enquête a pourtant du être fort simple (recueillir l’avis de quelques agents immobilier). N’importe quel apprenti journaliste saurait le faire.

                                L’autre grande révélation de cette émission à mon sens concerne les connivences que des médias et des politiques : les émissions sur Berlusconi, l’appel de Bayrou, le comportement de sarko et sego avec leur pool de journaliste, tout ceci fait partie de la vie des medias mais n’est habituellement pas révélé. Dans le même ordre d’idée, je trouve dommage que la version non montée d’ASI ne soit plus visible sur le net (1er coup de semonce ?) : en effet, il arrivait souvent qu’on y trouve des perles en fin d’émission où les invités disaient précipitamment tout ce qu’ils n’avaient pas « pu » dire pendant l’enregistrement !

                                Le pari de DS (qui était de dire je traite de la TV à la TV) est perdu, il va donc falloir continuer autrement comme il l’annonce, peut être sur internet. Mais l’expérience de karl zero montre que le passage sur le net est difficile et qu’il n’y a pas la même audience ni les mêmes attentes. D’ailleurs, on peut constater que le net est systématiquement traité de façon négative à la TV (pédophiles, fraude, sales rumeurs, désocialisation etc...) s’agit t’il d’un moyen de défense d’un media qui se sent menacé ? : un beau sujet pour ASI smiley


                                • fifilafiloche fifilafiloche 19 juin 2007 23:06

                                  Je regrette aussi la disparition d arret sur image, dont je suis toutes les emissions depuis 12 ans meme de l etranger.

                                  Les incompatibilites d humeurs ne sont pas rares dans le monde mediatique mais France 5 est un service public avec une mission d education et d information. Si la personalite de Schneiderman ne convient pas a la direction, rien n empeche la perenite du concept avec un nouveau responsable.

                                  Je me suis souvent vante en voyage de la qualite des medias francais, prenant en exemple ASI pour prouver notre capacite culturelle a l education au sens (auto)critique. Je me retrouve aujourd hui sans argument et orphelin de mon rendez vous hebdomadaire.


                                  • Xerxès Xerxès 19 juin 2007 23:48

                                    Pour les « décodeurs » d’Arrêt sur images, il est possible de regarder une télévision propre, il suffit de leur faire confiance en tant que nettoyeurs. C’est le Harpic du dimanche midi ! La Javel dominicale à domicile !

                                    Epurer la télé, ça a l’air de nécessiter un gros boulot, mais c’est très facile quand on croit que la télé peut être claire et nette un jour ou l’autre. Il suffit de s’intéresser qu’à des épiphénomènes, à des lapsus, à des gestes ratés, à des balivernes montées en épingle : bref à l’inframince !

                                    Gratter, creuser, forer au fin fond de la saloperie médiatique, ce serait trop salissant pour ces bourgeois droit-de-l’hommistes qui ont un morceau de morale tout gris dans le crâne à la place du cerveau. Seuls les petits poils qui dépassent des symptômes les passionnent, et plus leur intérêt se force, plus ils ont des chances d’impressioner les babas de l’autre côté du miroir déformant. Si on les mettait devant un jeu des 7 erreurs, ils en verraient une huitimème, persuadés de dénicher le détail en plus !

                                    Trouver un sens au néant quel drôle de boulot !

                                    Texte de Marc-Edouard Nabe


                                    • rod 20 juin 2007 00:56

                                      @ Xerxès : pas mieux...


                                      • rod 20 juin 2007 00:58

                                        en parlant de détail croustillant, l’auteur de cet article est sûrement un amis intime de Schnederman...vu qu’ils ont bossé ds le même journal (libé).

                                        Objectivité qd tu nous tiens.


                                      • Xerxès Xerxès 20 juin 2007 04:00

                                        @Rod

                                        Visiblement les « KGB des miettes » se sentent déjà en manque pour remanger le vomi des émissions de la semaine.

                                        Mais en bon camarade ils savent se soutenir dans les moments difficiles... !

                                        Xerxès


                                        • Gilles 20 juin 2007 09:10

                                          Ex Fan d’ASI, je trouvais ces deux dernières années que cette émission perdait de son punch, devenait trop souvent consensuelle, douceureuse, n’osant plus mettre carrément les pieds dans le plat.

                                          Alors que voici 5 ans, rare étaient les émissions sans leur lot de révélations et de critiques virulentes argumentées vis à vis du monde des médias.

                                          Sans parler de certaines émissions ou Shneiderman était vraiment très, trop sympas, voir lécheur de bottes pro, avec des invités « importants ». L’émission sur Messier, quoique bien plus vieille, était un exemple frappant, choquant, mais qui avait tendance à se répéter de plus en plus, sans toutefois tomber dans la même bassesse qu’avec Messier.

                                          Ceci dit, ASI était toujours une des émissions les plus emblématique du PAF...Quelle disparaisse maintenant si elle s’essouffle, pourquoi pas, mais dommage qu’elle ne soit pas remplacé par une émission au moins aussi originale et avant gardiste sur un thème similaire .. mais ça ne PAIE pas, donc faut pas rêver !


                                          • non666 non666 20 juin 2007 10:40

                                            Il est vrai que c’est sur ASI que j’ai decouvert la manipulation des « camps de concentration yougoslaves » (en fait des camps de regroupement de la croix rouge filmés par la TV allemande).

                                            Ces images avaient été detournées par un certain lobby pour que les cameras europeennes se braquent sur l’Europe plutot que sur ce qu’il se passait en Palestine, a l’epoque, au lendemain de la guerre du golfe et des promesses d’un reglement « global » des problèmes du proche-orient ...

                                            Les dictatures a parti unique ne sont plus les seules a orienter l’information, a limiter les critiques admises a leurs seuls ennemis.

                                            Les democraties modernes ont pris les memes habitudes. On a juste remplacer les partis uniques par des duo de complices qui se repassent la balle périodiquement et sont verrouillés par des systèmes qui le rendent impotents.

                                            On garde le droit de voter. Mais cela fait longtemps que ce vote n’influe plus sur rien et que plus personne ne nous informe veritablement des enjeux.

                                            Quand aux solutions alternatives aux interets qui guident les marionettes en place, elles ne sont tout simplement meme plus evoquées.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès