Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > L’Auvergnat se meurt…, L’Auvergnat est-il mort (...)

L’Auvergnat se meurt…, L’Auvergnat est-il mort ?

« L’oubli drape les morts d’un second linceul » écrivait Lamartine. Un second linceul qui risque de faire définitivement disparaître dans la poussière de l’Histoire des médias Louis Bonnet, fondateur de l’hebdomadaire bien connu des bistrotiers de la capitale : L’Auvergnat de Paris. Car le journal emblématique des bougnats est en état de mort clinique. Placé en liquidation judiciaire, L’Auvergnat de Paris a cessé de paraître. Et sans doute ne se relèvera-t-il pas de ce nouveau coup...

C’est en lisant Le Canard Enchaîné que j’ai appris la nouvelle. Et je l’avoue sans honte, elle m’a fichu un coup au cœur. L’Auvergnat de Paris n’avait pourtant rien d’un journal progressiste. À certains égards, il avait même des côtés un tantinet poujadistes. Mais j’ai été en partie élevé en sa compagnie, et je lui suis resté fidèle durant de longues années. Non pour ses articles socio-économiques, mais pour ses plongées culturelles dans un patrimoine auvergnat éclectique : culturel, géologique, architectural ou paysan. Fidèle également au billet d’humeur hebdomadaire du talentueux Jean Chicou estampillé « En para lo costogno » (en épluchant les châtaignes). Fidèle surtout à ce qui faisait le sel de ce journal à mes yeux : les nouvelles du pays. Et plus que tout, les petits échos des communes rurales, classées par département. Des échos rédigés, à l’attention des compatriotes montés dans la capitale, par d’anonymes bénévoles : ici l’épicière, là l’instituteur, ailleurs l’épouse du pharmacien ou le retraité de la SNCF. Et quelles nouvelles ! 

Chaque semaine, la bande de routage déchirée, on allait de commune en commune, en quête de nouvelles des amis, des oncles et tantes, des cousins restés au pays. De Picherande (Puy-de Dôme) à Nasbinals (Lozère), en passant par Paulhaguet (Haute-Loire) ou Cheylade (Cantal), on y glanait ceci :

· Madame Delcros a récolté un cèpe de 1,2 kilo dans le bois d’Anglard.

· Louis Jouvente a racheté le tracteur John Deere de Jeannot Marty en remplacement de son vieux Massey-Ferguson.

· Nathalie Batifoulier, la fille des fermiers du Breuil, a obtenu son permis de conduire à sa 2e tentative.

· Daniel Lescure a vendu Napoléon, son taureau reproducteur salers primé à Paris, à un négociant d’Aurillac pour un élevage argentin.

· Madame Bompard est rentrée de Clermont, où elle était hospitalisée pour un ulcère à l’estomac. Elle est bien fatiguée.

Présent sur tous les zincs de la capitale
 
Tout cela peut paraître dérisoire, et objectivement ça l’était. Mais nous gardions ainsi un contact quasi permanent avec les monts d’Auvergne et avec des cousins éloignés, des connaissances perdues de vue, ou d’ancien(ne)s « bon(ne)s ami(e)s » qui reprenaient vie dans notre quotidien par le biais d’un bref écho paru dans L’Auvergnat. Et c’était exactement ce qu’avait voulu Louis Bonnet, fils d’un imprimeur aurillacois, lorsqu’il avait fondé le journal le… 14 juillet 1882. Cela, et l’annonce à la communauté auvergnate de Paris des évènements associatifs destinés à la souder : fêtes, banquets, concerts, assemblées générales. Sans oublier l’élection annuelle, lors de la traditionnelle Nuit Arverne, de la pastourelle de la Ligue Auvergnate. Celle qui, choisie parmi les pastourelles départementales, allait, un an durant, représenter le Massif Central lors des manifestations culturelles ou professionnelles (Salon de l’Agriculture). Mais là, pas de maillot de bain : la fille devait être certes plutôt jolie, mais surtout avoir la tête bien faite et posséder une bonne connaissance de l’Auvergne ou des départements associés (Lot, Corrèze et Allier).    
 
Cela dit, L’Auvergnat de Paris ne se limitait pas à ce lien affectif et à ce rôle de ciment de la communauté. Très vite, il est devenu l’organe de presse indispensable des restaurateurs et des limonadiers* de la capitale, de ces légendaires patrons de café-charbon moustachus et rudes à la tâche dont une large majorité provenait des départements du Massif Central, et notamment des trois qui se rejoignent, au cœur de l’Aubrac, à la Croix des Trois-Evêques** : l’Aveyron, le Cantal et la Lozère. Il suffit à cet égard de traverser l’été le superbe village de Saint-Urcize, envahi de voitures immatriculées en région parisienne, pour se rendre compte de l’ampleur de ce phénomène parfaitement décrit par l’historien régional Roger Girard dans son excellent livre sociologique intitulé Quand les Auvergnats partaient conquérir Paris.

Des restaurateurs et des limonadiers – les fameux bougnats – qui trouvaient dans L’Auvergnat de Paris, sous forme d’articles et de petites annonces, toutes les informations utiles sur le marché de l’emploi dans leur secteur d’activité, sur les fournisseurs de café et de percolateurs, ou sur les nouveautés législatives et réglementaires. À tel point que presque tous les restaurants, brasseries et bistrots de la capitale étaient abonnés à l’hebdomadaire, y compris ceux qui étaient tenus par des patrons non-Auvergnats. « Un auxiliaire indispensable », m’a dit un jour le rabelaisien Robert Cointepas, patron… angevin de la Taverne Henri IV, un bar à vins réputé du Pont-Neuf.

Une inévitable agonie

L’émergence d’internet, les difficultés corrélatives de la presse, la baisse des recettes publicitaires, et la dilution progressive du sentiment communautaire ont porté des coups très rudes à L’Auvergnat de Paris. Il est bien loin le temps où l’on pouvait discuter du pays dans les confortables bureaux du 13 boulevard Beaumarchais, au cœur de ce Paris des Auvergnats dont la place de la Bastille et la rue de Lappe constituaient l’épicentre, à l’image du Montparnasse des Bretons. Après une première grave alerte en 2004 et l’adoption dans son titre du logo CHR (annuaire des cafés, hôtels et restaurants), l’hebdomadaire, de nouveau en difficulté, a été repris en juillet 2008 par Yvon Mézou, président de la holding professionnelle Bistrots & Comptoirs. Le nouveau patron a tenté de revenir aux fondamentaux, et notamment à la forte empreinte identitaire qui a marqué l’histoire du journal durant des décennies de gestion par Louis Bonnet puis ses héritiers. En vain : devant l’accumulation des pertes (300 000 euros par an), L’Auvergnat de Paris a déposé le bilan le 23 juillet 2009. Le 6 août, il était mis en liquidation judiciaire par le Tribunal de Commerce de Paris.

 

Désormais, le vieux journal de Louis Bonnet, compagnon fidèle des bougnats depuis… 127 ans, ne répond plus. Et aucun air de cabrette ou d’accordéon, aussi joyeux soit-il, ne pourra faire passer cette désolante nouvelle : L’Auvergnat se meurt…, L’Auvergnat est mort ! 

 

* Les premiers débitants de boissons vendaient de la limonade dans les rues de la capitale, d’où leur nom de « limonadiers ». Un nom qui a survécu à l’avènement des bistrots, et désigne aujourd’hui aussi bien le tenancier d’une buvette que le patron d’un… bar à vins !

** La Croix des Trois Evêques se trouve également à la jonction des évêchés de Mende, Rodez et Saint-Flour (origine de son nom) ainsi que des régions Auvergne, Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées.

Moyenne des avis sur cet article :  4.33/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

20 réactions à cet article    


  • Surya Surya 26 août 2009 12:27

    Bonjour Fergus,

    Comment se fait-il que le Ministère de la Culture n’ait pas aidé ce journal à survivre ? Franchement, il ne devrait pas laisser ce patrimoine culturel s’éteindre comme ça, c’est son rôle aussi de sauvegarder la mémoire des régions. Il faudrait qu’il joue le rôle que l’UNESCO tient pour le patrimoine mondial, mais à un niveau local. On est en train de laisser tout ça partir en fumée. La rue de Lappe par exemple n’a plus rien à voir avec celle de Francis Lemarque. Ce n’est pas que le changement soit en soit mauvais, mais le problème avec le changement et la nouveauté, c’est qu’il ne font que remplacer ce qui existait avant, pas compléter, comme si le fait que ce soit ancien signifie forcément « à jeter ».
    Espérons que cet arrêt ne sera pas définitif, ce serait bien dommage, une grande page d’histoire d’une région et du quotidien de ses habitants qui tombe aux oubliettes.


    • Fergus fergus 26 août 2009 13:00

      Bonjour, Surya.

      Je n’ai pas de réponse à votre question. Cela dit, il est effectivement dommage qu’aucune aide n’ait été apportée à ce journal qui est, à ma connaissance, le plus vieux de France après Le Figaro.

      Un journal et un patron sur lesquels je reviendrai probablement dans un autre article pour parler de ce que l’on a appelé les « trains Bonnet ». Une belle histoire là aussi, qui a débuté en... 1904, Louis Bonnet s’étant mué en organisateur de voyages pour faciliter les échanges entre Paris et le Massif Central (Clermont, Aurillac, Saint-Flour, Rodez, jusqu’à... Albi). Le moyen : des trains spéciaux dont les tarifs, négociés avec les compagnies privées d’alors (PO Midi ou PLM), étaient réduits de 40%. Ces trains, dont on pouvait acheter les billets au siège de l’Auvergnat de Paris, ont circulé jusqu’en... 1939, et l’ambiance y était des plus chaleureuses. Durant des années, il y même eu 2 cabrettaïres qui voyageaient gratuitement dans chaque train, à charge pour eux d’animer le voyage !

      Alors oui, il est réellement dommage qu’un organe de presse aussi chargé d’histoire (si anecdotique qu’elle puisse paraître au regard des grand évènements nationaux) disparaisse en emportant avec lui tout un pan des patrimoines auvergnat et parisien. Mais ne nous en étonnons pas, Surya, le mot d’ordre qui prévaut partout est : profit, et malheureusement L’Auvergnat, fortement pénalisé par le net, avait cessé d’être rentable. Un crime dans notre société marchandisée !


    • Ginfis 26 août 2009 15:05

      Juste une petite précision...
      Je cite : "mais surtout avoir la tête bien faite et posséder une bonne connaissance de l’Auvergne ou des départements associés (Lot, Corrèze et Allier)."
      Certes, nous les habitants de l’Allier, ne nous considérons pas, et ne sommes pas considérés comme des auvergnats, et encore moins comme des bougnats. Nous sommes Bourbonnais !!!

      Mais, l’Allier est tout de même le quatrième département de l’Auvergne, donc quand on parle de l’Auvergne, l’Allier en fait partie, et n’est pas un département associé, comme pourraient l’être le Lot et la Corrèze...

      C’était juste pour préciser...


      • Fergus fergus 26 août 2009 15:40

        Bonjour, Ginfis.

        Je n’ai pas voulu me monter condescendant en employant cette expression, et ne doutez pas que j’ai beaucoup d’estime pour les Bourbonnais. Simplement, je voulais rappeler par ce biais que L’Auvergnat de Paris s’est d’emblée fait le porte-parole et le lien parisien de 8 départements : Allier, Puy-de-Dôme, Corrèze, Cantal, Haute-Loire, Lozère, Aveyron et Lot.

        L’Auvergne historique n’étant constituée que du Puy-de-Dôme, du Cantal et de l’arrondissement de Brioude en Haute-Loire, cela n’a pas manqué de faire grincer quelques dents au début, non seulement chez les Bourbonnais, mais également du côté des Vellaves, des Rouergats, des Languedociens et des Limousins.

        Des grincements de dents vite oubliés. Et si aujourd’hui encore, nombre de Bourbonnais ne se considèrent pas comme Auvergnats (malgré leur appartenance à la région administrative Auvergne), il n’en va pas de même de la part des Lozériens du nord (ceux du Gévaudan) ou des habitants du Velay, économiquement et culturellement tournés vers l’Auvergne. Qaunt aux Limousins de Corrèze et aux Rouergats de l’Aveyron, ils voient plutôt là une sorte de double nationalité qui, loin de les vexer, aurait plutôt tendance à les amuser. 


      • Babar Olivier Bailly 26 août 2009 15:11

        Bonjour Fergus, 

        Effectivement l’AdP est l’un des plus anciens des journaux français (peut-etre meme plus vieux que le Figaro). L’histoire de ce journal est intrinsequement liee a l’immigration « interieure », celle des Auvergnats qui monterent àParis au 19eme siecle. Au fil du temps, sa formule et sa pagination ont beaucoup evolue. Ces derniers temps l’AdP etait moins un journal d’information pour les Auvergnats exiles a Paris qu’un organe professionnel destine aux restaurateurs, bistrots, hoteliers. La concurrence dans ce domaine est rude. A ces deux raisons il faut sans doute ajouter le relatif desinteret des actionnaires. l’Adp n’est plus une entreprise familiale, il faut s’y resoudre. ..
        J’ai apprecie votre partie sur Cointepas. Il faut savoir qu’a son epoque les chroniques de l’AdP etaient ecrites par l’excellent Jacques Yonnet, auteur du fameux Rue des malefices. Une fois disparu, en 1975, c’est le non moins excellent Robert Giraud, auteur quant a lui du Vin des rues qui pendant quinze ans, fidele au poste (et pour un salaire derisoire), evoqua les bistrots parisiens. 
        L’Adp ni les bistrots - et particulierement les jeunes qui commencerent leur activite en ces annees - ont un peu oublie ce grand chroniqueur de la vie parisienne. 

        • Fergus fergus 26 août 2009 15:53

          Bonjour, Olivier.

          Merci pour ces précisions.

          Il est exact que L’Auvergnat de Paris a fortement évolué ces dernières années en se démarquant de sa tradition éditoriale pour se ranger sous la bannière purement corporatiste de CHR. Une transformation de fond et de forme qui a contribué à lui faire perdre une grande partie de ce qui en faisait le charme. Et la reprise par Mézou en 2008, accompagnée d’une tentative de recentrage sur les fondamentaux éditoriaux qui en avait fait le succès, n’a fait que retarder une chute devenue inéluctable.

          J’avais pensé parler de Jacques Yonnet et Robert Giraud, et sans doute aurais-je dû le faire (j’ai bien mentionné Jean Chicou dans le rôle a été moins important). Merci donc à vous de leur rendre par ce commentaire un hommage mérité.


        • Krokodilo Krokodilo 26 août 2009 15:20

          Bel hommage. 

          « Madame Delcros a récolté un cèpe de 1,2 kilo dans le bois d’Anglard. »
          Lors d’un remplacement dans l’Ardèche, je me souviens encore d’une photo d’un cèpe gigantesque parue dans le journal local, champion de la saison !

          • Fergus fergus 26 août 2009 16:03

            Eh oui, Krokodilo, les journaux régionaux sont friands de photos de ce genre dans leurs pages consacrées aux nouvelles locales. Et les gens sont si fiers d’avoir leur photo dans le journal (il suffit d’envoyer le cliché par e-mail ou de passer un coup de fil à la rédaction la plus proche pour qu’elle envoie un photographe) !

            Bonne journée.


          • Marc Bruxman 26 août 2009 18:47

            Ben j’ai pas mal trainé dans divers bistrots de Paris et je ne suis jamais tombé dessus. Peut être n’allais-je pas dans les bons bistrots... Et peut être aussi que leurs problèmes viennent de la avant tout.

            Pour le reste, je ne peux pas en parler vu que je n’ai jamais eu un exemplaire en main...


            • Fergus fergus 26 août 2009 19:33

              Bonsoir, Marc.

              En général, on trouvait L’Auvergnat à la caisse dans les brasseries ou les restaurants, et... sous le comptoir dans les bistrots. Omniprésent dans les années 60’s ou 70’s, force est de reconnaître qu’il s’était raréfié ces dernières années, avant même sa mutation ratée de 2004, pour cause de nouvelles sources d’information (internet notamment), de diversification de l’origine des patrons de bistrot, et de désaffection relative des jeunes pour un lien considéré comme désuet.


            • Paul Cosquer 26 août 2009 20:59

              Alors, c’était le Jean-Pierre Pernaut auvergnat ?

              Fais une chanson pour récolter des fonds
              Appelle à la mobilisation et à Giscard
              Cet auvergnat qui sans façon
              Nous donna des airs d’accordéon.


              • Fergus fergus 26 août 2009 22:20

                J’avoue humblement... ne pas comprendre cette allusion au très people Pernaut.
                Quant à Giscard, laissons-le à son faux d’Estaing !


              • Yohan Yohan 30 août 2009 00:32

                Merde, tout fout le camp...


                • Fergus fergus 30 août 2009 09:05

                  Salut, Johan.

                  Eh oui, tout fout le camp. Du moins tout ce qui n’apporte pas de profits rapides dans cette société de plus en plus marchandisée.


                • Bois-Guisbert 30 août 2009 09:15

                  Comment se fait-il que le Ministère de la Culture n’ait pas aidé ce journal à survivre demande Surya.


                  Parce que tout ce qui découle d’une appartenance identitaire souchienne doit impérativement disparaître !!!


                  • Fergus fergus 30 août 2009 09:26

                    Paradoxale, votre position, Bois-Guibert, parce qu’elle va à l’encontre de vos idées en favorisant le mixage total des populations et des cultures.

                    Cela dit, d’accord avec vous pour dénoncer tout ce qui est identitaire sectaire. Mais ce n’était pas le cas de ce journal qui était avant tout un lien pour les Auvergnats de Paris avec leur région d’origine, et un lien professionnel utile pour les limonadiers et les restaurateurs, qu’ils soient auvergants ou pas.


                  • Bois-Guisbert 30 août 2009 09:52

                    Paradoxale, votre position, Bois-Guibert, parce qu’elle va à l’encontre de vos idées en favorisant le mixage total des populations et des cultures.

                    Nous nous sommes mal compris, ce n’est pas ma position, c’est celle du Pouvoir et des pouvoirs forts.

                    Cela dit, d’accord avec vous pour dénoncer tout ce qui est identitaire sectaire. Mais ce n’était pas le cas de ce journal qui était avant tout un lien pour les Auvergnats de Paris avec leur région d’origine, et un lien professionnel.

                    Il n’y a pas de position identitaire sectaire. Il y a des communautés qui sont fières de ce qu’elles sont et qui veulent le défendre contre le phagocytage universaliste.

                    La disparition de « L’Auvergnat de Paris » est encore une victoire posthume des génocideurs des années 1790 !!!


                  • auvergnat75 auvergnat75 30 août 2009 12:19

                    Notre journal disparait dans une indifférence totale. Bonjour l’ingratitude. Sans un regret (de lisou) ni air de cabrette, te voici sur le chemin de l’oublie, de cette abime qu’est l’indifférence.

                    L’Auvergne de paris se meurt, à l’image de son journal.

                    Adieu l’ami...


                    • Fergus Fergus 30 août 2009 16:58

                      Bonjour, Auvergnat75.


                      C’est en effet bien dommage, et c’est en partie pour cela que j’ai rédigé cet article. Cela dit, il faut reconnaître que L’Auvergnat de ces dernières années n’était plus que l’ombre de ce qu’il avait été du temps de la famille Rovira-Bonnet.

                      Souhaitons qu’il puisse renaître, si ce n’est sous forme écrite, du moins sur le net où des potentialités existent pour donner vie à un support privilégié des Auvergnats de la capitale.

                    • brieli67 30 août 2009 18:56

                      Dans les années 8o, il y avait encore le Corrézien de Paris.
                      Un imprimeur_pamphlétaire qui publiait à bout de bras son hebdomadaire
                      un sosie de Léon Blum avec moustache, chapeau, habits élimés....
                      gendre de Henri Fabre

                      sa cible : la clique autour du petit-fils d’ un hussard de la République et libre_penseur :
                      http://www.francecourtoise.info/04/311/page.php?id=08bri

                      En son temps, il a fait mordre la poussière à un dénommé Charbonnel qui tel Soisson devait hériter d’un « maroquin » d’ouverture

                      Quid de La Corrèze républicaine et socialiste ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès