Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > L’ère du bavardage

L’ère du bavardage

On retiendra du début du XXIe siècle qu’il a vu la naissance d’une nouvelle idéologie. Après Dieu, après le Volk, après la dictature du peuple, l’Occident s’est donné une nouvelle valeur suprême : le bavardage. De lui, et de lui seul, sortirait la vérité.

Comme toujours, cela a commencé par un progrès technologique. Dès l’apparition des premiers internautes, au début des années 1990, on a pu observer chez cette espèce un étrange instinct, comme un besoin compulsif de s’échanger des opinions, plus rarement des informations. La possibilité de donner son avis sur n’importe quel sujet, souvent dans le simple but d’observer les réactions, le tout dans un très confortable anonymat : voilà bien une perspective alléchante. Une des premières utilisations massives d’Internet fut le d’ailleurs le chat, mot qui ne signifie rien d’autre que bavardage. Rien de bien alarmant : il faut bien s’occuper, après tout. Jusque-là, si l’on peut dire, tout va bien.

Le mystère restera en revanche complet sur la façon dont ces innocents échanges ont si rapidement accédé au statut de débat. Par quelle étrange distorsion, par quelle aberrante erreur de langage a-t-on pu ainsi qualifier de vagues saillies bourrées de fautes s’apparentant fortement à l’ancien café du commerce ? Peut-être, pensent certains, cette surprenante montée en grade est-elle due à une acceptation tacite de la masse des internautes, espérant ainsi élever leur image. Peut-être aussi, hypothèse "Désir d’avenir", est-ce là une volonté politique d’abaisser le statut du débat, pour éviter toute remise en cause sérieuse. On ne sait pas.

Quoi qu’il en soit, une fois accepté et encouragé, le phénomène s’est prestement répandu dans les médias traditionnels. L’exemple le plus flagrant étant la quasi-disparition des émissions matinales de radio sous la masse des appels d’auditeurs. En lieu et place d’un débat entre deux spécialistes ayant consacré leur vie à l’étude d’un sujet, on trouve désormais un flot d’avis vagues et incertains, parfois involontairement comiques, et ceci sur tous les sujets. Cette situation étant bien entendu considérée comme bien meilleure, puisque plus proche des gens, donc participant à l’amélioration du vivre ensemble. Tout se monde se tait : le téléphone sonne !



Moyenne des avis sur cet article :  3.76/5   (58 votes)




Réagissez à l'article

27 réactions à cet article    


  • (---.---.162.15) 23 octobre 2006 11:21

    Ce sujet m’amène à m’interroger sur certains modes de fonctionnement d’Agoravox.

    1) Aujourd’hui il y un article sur Mozilla 2.0 et un autre sur les champignons. Il n’est pas possible de discuter sur le premier, alors qu’on peut le faire sur le second. J’aurais pu prendre d’autres exemples d’autres jours... Il y a régulièrement des articles non discutables, quelques soient les conneries qu’on y raconte. Pourquoi donc ? Par quelle décision arbitraire un article est-il bavardable et l’autre pas ?

    2) De plus, cet article sur Firefox (comme quelques autres) n’est pas signé. Pourquoi chaque article n’est-il pas signé ? Y-a-t-il des articles publicitaires ? Si l’équipe d’Agoravox soutient Firefox plutôt qu’un autre navigateur, pourquoi affiche-t-elle ainsi anonymement son soutien ? Il est désagréable de bavarder avec un interlocuteur cagoulé.

    3) Je reviens aussi sur un souhait que j’ai déjà exprimé à plusieurs reprises et sur lequel je n’ai eu aucune réponse. Quand donc l’équipe technique d’Agoravox fera-t-elle en sorte que l’aperçu d’un article à poster soit identique à sa forme publiée ? C’est bien beau de bavarder, mais quand les intonations qu’on y met sont déformées à l’insu du contributeur (par exemple suppression des tirets d’énumération), c’est désagréable. Et ça fonctionnait mieux il y a quelques semaines...

    En espérant avoir des réponses, merci d’avance.

    Am.


    • U.S. Air Force (---.---.115.196) 23 octobre 2006 19:28

      Apropos l’affaire corrompue de la firme MicroSoft(MS) WINDOWS de Redmond et MS Internet Explorer(IE), le navigateur de la fraude en ligne : Fermez cette entreprise pour l’importation-« software » et de sa revente avec une surtaxe[« agio »] aussi rapidement que possible ! Les frais pour les dommages[fraud en ligne] doivent se charger cette entreprise et ses utilisateurs .


    • L'équipe AgoraVox L’équipe AgoraVox 23 octobre 2006 11:42

      En fonction de l’actualité proposé par les lecteurs, nous faisons de temps en temps des petites brèves assez courtes pour permettre de coller de plus près à l’actu quand cela est nécessaire. S’agissant de brèves courtes, nous avons fait le choix de ne pas ouvrir de commentaires pour l’instant (elles apparaissent toutes dans la rubrique « actu en bref »). S’il n’y a pas de signatures c’est l’équipe agoravox. Si on ne l’affiche pas c’est que ça pose un problème d’interprétation technique dans l’affichage. Mais vous avez raison, ce serait mieux et on va donc essayer de contourner le problème technique.

      En ce qui concerne la prévisualisation, en principe on a tout résolu sauf les tirets je crois. On transforme même les URL en hyperliens. On va trouver vite une solution pour les tirets j’espère. Merci


      • Avatea Avatea 23 octobre 2006 11:45

        aujourd’hui, tout le monde doit donner son avis sur tout, chacun est un « expert » sur tout. D’ou simplifications des journalistes pour la masse bêlante.


        • Courouve (---.---.44.68) 23 octobre 2006 11:49

          On est passé de l’égalité des droits à l’égalitarisme, à la négation de la hiérarchie des compétences.

          D’où par exemple le slogan politiquement correct « tout le monde est philosophe », et l’égalité des paroles dans les cafés philo.

          D’où aussi l’appréciation de la philosophie sous l’angle uniquement politique, comme « servante de la démocratie ».


        • le muet (---.---.64.135) 23 octobre 2006 11:52

          agoravox est une entreprise !elle va pas faire de la pub pour un truc (mozilla,firefox) qui ne rapporte pas une roupie !par contre une bonne polémique avé des vrais morceaux d’inégristes dedans le pestacle est assuré (donc de l’audience ).


          • Jesrad 23 octobre 2006 12:07

            Heureusement, le bavardage ne tourne pas en circuit fermé : il s’alimente (et son appétit est vorace !) auprès du monde extérieur. Il digère (parfois très mal) les faits, engloutit anecdotes et statistiques avec le même enthousiasme, dévore les points de vue aussi différents soient-ils.

            Mais jusqu’ici, il n’en est pas sorti grand chose de tangible. Gare à l’explosion !


            • l’autresens (---.---.227.141) 23 octobre 2006 12:21

              c’est le sentiment que j’avais.... on blablatte, chacun dit sa vérité....dans le vent.

              Les articles et sujets vont et viennent, passent et trépassent , poussés par d’autres sujets, d’autres actualités....

              L’info pousse l’info et l’histoire se répète....

              On consomme la connaissance, comme le reste, mais on en fait rien, juste le plaisir d’avoir su ....

              Que change agoravox par rapport au médias traditionnels, si ce n’est augmenter un flux d’infos, dont nous sommes déjà saturé et qu’il nous faut laisser filer, car déjà le futur se présente !

              et regarder comment ce commentaire va devenir rien, je vais cliquer et l’envoyer se noyer dans les millions d’articles publié en même temps sur le net.

              je me fait plaisir en croyant a mes illusions, notament celle d’un illusoir pouvoir de suggestion que l’on estimera suivant les commentaires, ....

              Mais ce qui nous reste et nous attire, tout au fond, c’est ce sentiment qu’il nous reste, l’impression d’être quelqu’un et d’éxister, parce qu’on s’est exprimé...

              Dans la solitude de nos société, le net est l’espace de communication qui nous donnes ce sentiment d’éxister, encore...


              • anto (---.---.178.10) 23 octobre 2006 12:43

                @ l’auteur

                tu es super cynique. Tu as rempli ton objectif : Faire bavarder les gens sur le bavardage. Un comble. Ca me fout le cafard. Quel article pourri smiley


                • Colza09 (---.---.58.176) 23 octobre 2006 12:46

                  Donc, si on ne dit rien, on est une huitre. Si on s’exprime, ce n’est que la parole d’une huitre !!

                  Morale, fermez-la et laissez les grandes personnes parler entre elles.

                  Merci du conseil !!


                  • anto (---.---.178.10) 23 octobre 2006 13:01

                    Ca vaut bien un coup de Gustav Parking :

                    « Mieux vaut ne rien dire et passer pour un con que de l’ouvrir et ne laisser aucun doute à ce sujet » .

                    Pour avoir l’air moins con qu’on ne l’est, rien de tel que de répéter les gens intelligents, n’est-ce pas ?


                  • Dop (---.---.122.68) 23 octobre 2006 19:20

                    belle auto-démonstration. Gustave parking n’est pas l’auteur, mais le répétiteur. Donc « Mieux vaut ne rien dire et passer pour un con que de l’ouvrir et ne laisser aucun doute à ce sujet » J’aurais dit Desproge, mais wikipédia me dit Sacha Guitry... Et des sites moins « serieux » donnent en effet gustave parking.

                    Ce qui est sur, c’est que pas mal de site se plante sur l’origne de cette citation. ( je ne prétent pas connaitre la réponse. Je suis juste certain qu’elle n’est pas de parking )

                    sinon une autre assez adapté a la situation, et a l’article :

                    « On nous a dit qu’un million de singes tapant sur un million de claviers pourraient produire les œuvres complètes de Shakespeare ; maintenant, grâce à l’internet, nous savons que ce n’est pas vrai. » Wilensky


                  • anto (---.---.178.10) 24 octobre 2006 10:30

                    héhé. smiley ok

                    j’ai lgt cru aussi à desproges mais déjà à l’époque, on m’avait détrompé... on l’attribue aussi à coluche, etc...

                    j’ajouterai votre citation à ma besace


                  • jipé (---.---.221.74) 23 octobre 2006 14:45

                    Qu’ une brève paléo-zoologique (supra dans Agoravox sur Gogognasus) devienne prétexte à blabla ( la touche humoristique de l’article in fine est une trop facile excuse des commentaires débilifiants) est un signe de la régression du discours fondé et de l’ère du bavardage ; voir plus loin l’article de Nerban et dossier Pronétariat.


                    • Cassandre (---.---.115.236) 23 octobre 2006 17:24

                      « La dictature, c’est »ferme ta gueule« , la démocratie, c’est »cause toujours !«  » (Coluche, il me semble).

                      Donc, de quoi se plaint-on ? La démocratie prospère !

                      A part ça, ce bavardage survalorisé me semble n’être qu’un des aspects de l’individualisme moderne. La perte des valeurs transcendant l’individu conduit celui-ci à chercher dans un contact égotisé avec les autres une confirmation toujours à renouveler de sa propre existence : je bavarde (et on semble me répondre), donc je suis !

                      Dans ce contexte, pas question de changer de position dans un forum ! Abandonner les idées qui vous y ont donné un profil personnel identifiable, ce serait un suicide !

                      D’où certaines interminables parties de ping-pong qui ne vous aurons pas échappé, sans qu’aucun des joueurs prenne jamais la peine d’aller réétudier la question débattue en suivant les liens prodigués par son adversaire (la rapidité des échanges le prouve).


                      • L'enfoiré L’enfoiré 23 octobre 2006 17:24

                        Bonjour,

                        Voila, votre blablateur de service.... Ton article, je n’en saisi pas vraiment le fin mot. Est-ce une simple constatation de la situation ? Veux-tu dire que tu n’aimes pas le bavardage et les communications ? Je regrette personnellement une chose, c’est que ces bavardages sont devenus pour la plupart « virtuels » et plus jamais « physiques ». On reste derrière son écran, on se réfugie derrière l’anonymat d’un pseudo. Il y a bien la webcam, mais pour le serrement de main, c’est pas vraiment ça. Les caisses des supers magasins sont de plus en plus remplacées par des moyens automatiques. Automatiques, surtout pour le magasin. A la banque même chose, vous prenez la responsabilité des versements, plus la banque. Enfin, puisqu’il ne reste que ça, comme bavardage... Je me retire sur la pointe des pieds et je vais voir la télé. A+


                        • Johan Johan 23 octobre 2006 17:58

                          A l’auteur,

                          1 Vive le café du commerce, qui met à la portée de ceux qui ne s’intéressent pas les sujets intéressants. Comment voulez vous que le quidam moyen comprenne clearstream s’il n’a pas un ami qui lui a vulgarisé tout ça ?

                          Mes amis me tiennent au courant de ce qui se passe en science, moi du Droit, de l’actu politique etc...

                          Pas de démocratie sans café du commerce.

                          2 Ce qui me semble inquiétant c’est l’avancée du microtrottoire, plus que le bavardage. Je m’explique : qu’Agoravox laisse l’option commentaire ouverte, c’est son choix. Tout le monde va s’exprimer. Ca sera en fonction des sujets, des intervenants et des événements une discussion privé, un café du commerce, une foire d’empoigne, un échange d’érudits.

                          Maintenant, les grands médias, qui sont censé ALIMENTER le café de commerce, et pas en FAIRE, vont nous innonder des avis de telle ou telle célébrité sur tel ou tel problème, multiplier les micro trottoirs, au point que quand il y a une grève on entend plus les voyageurs que les partenaires sociaux.

                          Il y a un vrai amollissement du rôle du crédit. Le crédit, c’est l’audimat. Basta. De toute façon, c’est qui se sociologue, le criminologue, cet historien ou ce philosophe. J’connais pas. Par contre Lorie, ça je connais.

                          3 prenons un exemple : le journal gratuit Metro. Pas plus mauvais qu’un autre, au contraire. Synthétique, de bonnes tribunes. Quelques pages nulles vite identifiées et esquivées. Le microtrottoire s’est généralisé : la « question du jour » aux passants s’est multipliée : il y en a maintenant au moins 4.

                          Pire, cette question du jour a été faite en collaboration avec RTL.

                          Bref, le bavardage même généralisé, ne m’inquiète pas. Un débat entre moi et mon pote sur le théorie de la relativité (même si on est pas physiciens) c’est un débat. C’est sur sa place qu’il faut s’interroger.


                          • Aldoo (---.---.43.7) 23 octobre 2006 19:08

                            Y a pas à dire, c’était mieux aaaaa-vant ! (voire à vent !)


                            • loga (---.---.175.62) 23 octobre 2006 20:54

                              Est ce que bavarder n est pas une soupape de sécurité qui evite les violences .

                              Le silence peut être la meilleur ou le pire des choses.

                              Le bavardage est une recherche de communication ou tout au moins d écoute .La société actuelle a peut être perdue ces 2 notions .Regardez dans le métro c est surprenant les gens sont renfermés sur eux même par peur ? par fatigue ? par stress ?ou pb d amours ?etc je ne sais donc bavader de rien et de tout sur internet ou au tél est peutêtre une thérapie .


                              • herbe (---.---.16.166) 23 octobre 2006 21:31

                                Dans votre bavardage à vous, j’ai retenu quelque chose. En fait c’est un mot que vous utilisez au début : Dieu.

                                Et bien ça m’a fait penser à ce texte de la Bible (est ce une coïncidence ?) extrait du livre de Jean 1,1 :

                                "Au commencement était la Parole et la Parole était auprès de Dieu et la Parole était Dieu."

                                Bon finalement c’est très rassurant et pas très nouveau à la fois,

                                parler donc bavarder c’est au moins le propre de l’homme (et pour les croyants c’est carrément aussi du divin)

                                et ça commence par le babillage....


                                • odfra (---.---.74.54) 23 octobre 2006 21:34

                                  Intéressant de lire les réactions. Ce n’est pas tant le bavardage en soi effectivement qui est génant mais le rôle et l’ampleur qu’on lui donne : remplacement d’une vie sociale de plus en plus difficile et qui ferait accroire que c’est comme une discussion in real life, soi-disant débat quand il n’est qu’acceptation ou non des idées de l’initiateur (je n’ai jamais vu un vrai débat contradictoire et enrichissant qui fasse qu’après on aille plus loin) et qui fait effectivement café du commerce sans le charme, soit le contact, bouffe, alcool, musique, rire ou coup de gueule, et donc sans intérêt. Beaucoup de bloggeurs ont trouvé une popularité grace à ça et refuse toute critique sous couvert d’un « t’es pas dans le coup ». D’autres dans les médias (parmi lesquels on retrouve pas mal de bloggeurs comme par hasard) font peuple et s’évite la sueur du vrai journalisme sous couvert de démocratie participative. Reste que, ce qui fait plaisir, un certain nombre n’est pas dupe. En revanche ce qui est enrichissant, c’est la diffusion d’un vrai savoir, d’un témoignage qui ne peut être produit que par quelqu’un qui connait. Ce qu’on trouve ici. Et pas dans 20mn, à la TV, où la caméra fausse tout, ou dans la presse où on fait de plus en plus du café du commerce chic en sortant plus de son bureau. Les commentaires derrière peuvent alors instructifs.


                                  • Sam (---.---.116.120) 23 octobre 2006 23:37

                                    Faut pas se prendre la tête non plus. Le bavardage c’est la réduction au moyennement intelligible des affaires de la planète.

                                    Dans les dictatures on ne parle pas, on répète.

                                    Dans les démocratures on ne parle pas, on commente. C’est un mieux. Non ?


                                    • le vénérable du sommet (---.---.54.228) 24 octobre 2006 02:21

                                      "Dans les dictatures on ne parle pas, on répète.

                                      Dans les démocratures on ne parle pas, on commente. C’est un mieux. Non ?"

                                      Joli comme phrase, bravo !! smiley


                                      • L'enfoiré L’enfoiré 24 octobre 2006 19:41

                                        Bonsoir, Je viens de voir un bon film « Instincts meurtriers » à la télé belge ce lundi soir. Il a été suivi par un débat « opinion publique » avec pour thème la violence et la télévision. L’idée maitresse qui en découlait était que la violence n’est pas nécessairement mauvaise à condition que dans l’autre côté de la balance, il y ai une conversation entre les enfants et les parents pour remettre les pendules à l’heure. C’est justement cela qui manque le plus souvent et qui le plus dangereux. Le bon vieux bavardage est donc nécessaire pour contenir la peur et le stress créé par les événements vus aux actualités ou ailleurs. vive le blabla...


                                        • Dragoncat (---.---.246.87) 25 octobre 2006 01:22

                                          @ l’auteur

                                          Mal parti au décollage (il était tout de même gonflé de critiquer les chat en faisant un article sur Agoravox), votre article est nettement plus intéressant à l’aterrissage, bien que redoutablement bref.

                                          Le sujet des chat devenant la base de l’information télévisée est intéressante bien que pas si neuve. Les fans des guignols de l’info (les autres, avant le changement de l’équipe créatrice et la chute des sketches dans la médiocrité) se rappelleront peut-être d’un sketch sur l’info TF1.

                                          On voyait dans ce sketch des quidams faire la queue une cassette à la main pour rencontrer le directeur de l’info (Carreyrou à l’époque) et PPDA. Chacun a fait une vidéo sur un fait divers et vient la soumettre pour la vendre au journal télé. Au final, c’est le journal lui-même qui est filmé par un amateur avec cadrage de travers et flou permanent.

                                          C’était le début du phénomène que vous dénoncez. Faites par des professionnels pour le public, la télévision s’est transformée. Elle est devenue, dans un soucis putassier de plaire au plus grand nombre avec le minimum d’effort, un objet fait avec le public pour le public. Comment expliquer autrement la multiplication et le succès d’émission genre « Star’Ac » ?


                                          • Dragoncat (---.---.246.87) 25 octobre 2006 01:23

                                            La même problématique se pose pour la qualité des séries françaises, en opposition avec ce qui se fait aux USA, mais aussi en Angleterre ou en Allemagne. Je renvois à la lecture de l’excellent hors-série du Canard Enchainé sur la télévision.

                                            Là ou les productions américaines se mouillent et vont chercher les meilleurs scénaristes pour faire du neuf, s’approcher du réel, toucher du doigt des problèmes du quotidien et donner à leur personnage une profondeur psychologique qui évolue avec les épisodes, les séries françaises culminent avec « Navarro ». Les méchants sont méchants, les gentils sont gentils et le bien triomphe à la fin.

                                            Les diffuseurs français refusent de faire des séries anxiogènes. Il ne faut pas parler des problèmes de la banlieue, ni des misères du chômage, ni des SDF... La série française est conçu comme une pantoufle. On y rentre sans effort et on y est bien au chaud. Corrolaire : on s’y fait redoutablement chier !! smiley

                                            Vite un tesmetat, c’est l’heure de « Navarro ».


                                            • Eric Mainville (---.---.37.5) 11 novembre 2006 16:07

                                              Bravo, entièrement d’accord. Votre texte échappe au bavardage que vous dénoncez. Et pourquoi ? Parce qu’il fait réfléchir. Il entraîne un changement de perspective sur le sujet.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès