Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > L’Express : le voile qui dévoile

L’Express : le voile qui dévoile



On sait tous plus ou moins ce qu’est un message subliminal. Un type de stimulus conçu pour un être perçu inconsciemment sans alerter la conscience. La méthode, on le sait, est liée presque toujours à la propagande publicitaire ou politique. On se souvient de l’insertion du fameux « Buvez du Coca-Cola » que James Vicary, responsable marketing du New Jersey en 1957, jugeait responsable d’une hausse des ventes de plus de 18% pour le géant mondial du soda. L’efficacité de la méthode n’a, certes, jamais été démontrée. En même temps, démontrer scientifiquement les effets produits sur l’inconscient humain, c’est-à-dire ramener à la conscience un processus proprement inconscient pour en mesurer l’ampleur, apparaît difficilement possible. Insoluble problème qui n’a pas empêché pour autant de vives polémiques dans l’histoire de l’audiovisuel. En passant par la campagne électorale de George W.Bush qui diffusait le mot « rats » à quelques secondes de la diffusion de la photo d’Al Gore, à la photographie éclair de John Mc Cain derrière le logo de la chaîne Fox, les exemples d’exercices de cette pratique fusent.

Naturellement c’est à cela qu’auraient dû penser les lecteurs particulièrement attentifs de l’Express cette semaine. Le 24 mai 2010, l’Express publie un article sur la grève générale en Espagne intitulé : « la menace d’une grève générale se précise en Espagne  ». Jusqu’ici tout va bien. L’article traite du plan d’austérité mis en place par le gouvernement Zapatero pour répondre à la crise qui s’accroît dans le pays. La tension monte bien que précise l’article « les syndicats hésitent à franchir le pas ». Quel pas ? Celui de se mobiliser ? Pourtant la photo censée illustrer l’article montre bien une foule de manifestants armés de drapeaux et panneaux de protestation. Aucune hésitation ne semble retenir les syndicats. De quoi parlons-nous donc ? Après un temps de concentration, l’œil aiguisé remarquera quelque chose de familier, en deuxième plan de la photo, quelque chose qu’il a l’habitude de voir, tellement l’habitude qu’il ne le voit plus : le regard d’une femme de couleur cloisonné derrière le tissu épais d’un niqab. La photo érigée au-dessus de la foule est pourtant bien visible. C’est d’ailleurs, le seul élément de la photo qui soit bien défini au milieu d’un groupe épars et informe de manifestants espagnols. Le niqab encore et toujours continue à jouer la vedette des médias français. Cependant, quelque chose dérange cette fois-ci . On se demande. Que vient faire ce niqab dans un article sur la crise économique en Espagne ? Ne cherchez pas dans le texte ni dans la légende, aucun rapport avec « l’islamisme » n’est mentionné. Et c’est bien là le hic. Qu’on publie cette photo pour témoigner de l’amalgame malheureux qui est à la source d’un regain du racisme en Espagne, voilà un angle journalistique tout à fait honorable. Encore faudrait-il l’expliquer dans l’article. Justifier cette affiche douteuse dont la présence improbable peut donner lieu à de dangereuses interprétations. Mais laisser ainsi la terrible photo sans même y voir l’illustration d’une islamophobie assumée, c’est y participer. Pire c’est la cautionner et avec elle son message incontestablement raciste. Les lecteurs auraient eu droit à une explication. Ne serait-ce que dans la légende de la photo. Mais cette dernière se contente simplement de répéter textuellement l’introduction écrite plus haut. « Les syndicats hésitent à franchir le pas ». Cette crainte paralysante que prête cette formule aux syndicats n’est aussi pas anodine. Les syndicats n’ont jamais réellement hésité à protester pour défendre leurs droits. C’est l’essence même de leur action. Pourquoi donc une telle atmosphère de peur ? Il semble que la femme au niqab offre réponse à tout cela. Difficile de ne pas penser aux caricatures de juifs placardées dans les rues par les antisémites pour effrayer l’humble aryen face à la menace juive. D’ailleurs remarquons que le terme « menace » premier mot de l’article sert fâcheusement le choix d’un champ sémantique douteux. Message subliminal des journalistes de l’Express ? Ne soyons pas hâtifs à tirer des accusations aussi graves. Certains puristes de la méthode nous rétorquerons qu’il n’y a message subliminal que si ce dernier ne dure que quelques secondes. La conscience n’aurait alors pas le temps d’éveiller son sens critique pour empêcher certaines informations de s’immiscer dans ses données cognitives. Mais l’inconscient aurait « enregistré » le « message ». Si en plus, on concède à nos actions et à nos pensées, même les plus réfléchies, de n’être en fait guidées que par des considérations inconscientes qui nous échappent, l’enjeu est de taille. Sous cet angle, on se croirait dans un film paranormal. Pourtant, les représentations et croyances d’un groupe d’individus sont bel et bien constitutives de toute société. Cette mythique « identité nationale » en est l’illustration parfaite. Insaisissable conceptuellement elle n’en est pas moins inexistante. Elle existe dans notre société sous le mode des représentations sociales. Elle est cette légende française autour de laquelle tous les fantasmes et données inconscientes se cristallisent. Fallait-il s’étonner que la volonté de la rendre intelligible, elle qui est précisément inintelligible puisque tributaire d’un inconscient collectif, donne lieu à une telle polémique ? Négliger le rôle que joue les « connotations » xénophobes comme le fait la photo de l’Express ne peut que résulter que de deux hypothèses : soit de la naïveté aveugle qui par son ampleur ici deviendrait une faute professionnelle soit de la participation volontaire et consciente à une propagande islamophobe qui jouerait sur les signes forts de l’Islam radical en en caricaturant les traits. La menace de la crise devient la menace de l’Islam. Le message est envoyé dans les arcanes de la pensée. Insidieusement. Silencieusement. Pour ne pas la réveiller. Avec cette constatation amère, au vu de la quasi-absence des réactions dénonciatrices de l’article, que ça a déjà peut-être fonctionné.

Yousfi Louisa

Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

14 réactions à cet article    


  • FRIDA FRIDA 28 mai 2010 12:46

    Les drapeaux sont ceux de CGT ?? Syndicat français ou espagnol ???
    Même pas d’indications sur les crédits de la photo, tout cela me paraît louche.


    • louisa 28 mai 2010 13:16

      La CGT est aussi un syndicat espagnol :


    • FRIDA FRIDA 28 mai 2010 14:05

      OK pour la CGT, mais pas d’indication sur les crédits photos


    • Lorenzo extremeño 28 mai 2010 17:54

      CGT ou UGT ?


    • Den 28 mai 2010 14:30

      A priori tout ceci a l’air développé et argumenté....mais on reste sur sa faim.

      « islamophobie assumée » où, comment, pourquoi ?

      + vous avez oublié la référence aux HLPSDNH.


      • louisa 29 mai 2010 10:48

        Je ne prétends pas faire un article exhaustif sur l’Histoire de l’islamphobie. Il s’agit d’une réaction inquiète à une photo qui fait trop souvent la une des médias en ce moment et vers laquelle on stigmatise volontiers les musulmans.


      • Den 31 mai 2010 13:52

        ça tombe bien je ne demandais pas d’Historique..

        Je souhaitais juste comprendre où était l’islamophobie dans la publication de cette photo...je n’ai toujours pas compris. Tout au plus il y aurait « burqaphobie » et encore...il n’y a de « phobie » nulle part..

        Tout comme je ne comprends pas où il y a « stigmatisation » des musulmans ( ie blâmer, flétrir publiquement, dénoncer violemment (quelque chose). Et ce d’autant plus que les « autorités » compétentes en la matière, nous disent que la burqa n’a rien d’une prescription religieuse.

        La contradiction entre le fait de nous dire que ça n’a rien de religieux et le fait de nous dire qu’il y a « stigmatisation » est flagrante mais cela ne semble pas déranger grand monde...


      • iomej 28 mai 2010 21:09

        Ce papier est bien écrit. Mais à mon humble avis, il se résume à un procès d’intention. Pour avoir bossé dans différents journaux, dont l’Express, le choix des photos se fait surtout sur des critères graphiques : couleurs, possibilités de cadrage etc. La recherche d’un message subliminal, je n’y crois.


        • louisa 29 mai 2010 10:52

          Je ne dis pas qu’il s’agit d’un message subliminal. L’évocation de cette méthode n’est qu’une ruse narrative, un angle symbolique par lequel j’ai cherché à exprimer un sentiment premier lors de la lecture de cet article de l’Express. Quant à dire, que cette photo est fruit d’un pur hasard il me semble qu’il s’agit d’un hasard fâcheux, que je trouve légitime ici de dénoncer


        • docdory docdory 28 mai 2010 23:38

          @ Louisa 


          C’est une pure coïncidence : la femme en niqab semble être une affiche de propagande pour un breuvage musulman, le Mecca-Cola ( en témoigne la petite inscription en lettres blanches sur fond rouge à gauche de l’affiche ) . Rien à voir avec une conspiration islamophobe sublimnale, le reporter a pris sa photo par hasard au moment où la manif passait devant l’affiche .

          • FRIDA FRIDA 29 mai 2010 00:36

            Cela veut dire que la pub ne peut pas se passer de la femme, même portant le niqab smiley


          • louisa 29 mai 2010 10:59

            Comme je l’ai dit plus haut, je n’ai jamais sérieusement cru à la thèse de la conspiration subliminale. Cela dit, êtes-vous sûr de ce que vous avancez sur la publicité ? D’où tenez cette information ? Je perçois bien la petite affiche rouge dont vous parlez mais impossible d’y lire quoique ce soit.
            Si comme vous le dîtes, il s’agit bien d’une pub de soda qui a pour égérie une femme en niqab, je trouve cela encore plus grave.

            Pour le hasard, je le répête, il n’est hors d’atteinte de toute critique. Aussi hasard qu’il soit, je trouve nécessaire de le signaler.


          • Bill Grodé 29 mai 2010 08:28

            Encore un article qui sème la confusion : assimiler l’islam radical (port du foulard) à une « race » est parfaitement abusif .
            Or on trouve pusieurs fois le mot « racisme » dans ce texte, et même « xénophobie ».
            Serait-ce que l’auteur croit à une«  identtié nationale mulsulmane » qu’il ou qu’elle qualifie pourtant de mythique ?
            Il faut le dire et le répéter : une religion n’est ni un pays ni une ethnie.


            • louisa 29 mai 2010 11:13

              Pour une personne qui prétend faire la chasse aux confusions et aux raccourcis, je trouve assez risible que vous résumez l’islam radical au port du foulard.
              Cela dit, le terme xénophobie est sémantiquement une simple façon d’englober tout genre de rejet de l’autre, de l’inconnu, de l’étranger. Or, l’Islam est bel et bien cette religion nouvelle en Occident dont les fondements sont judéo-chrétiens. Je n’ai jamais parlé d’ethnies et surtout pas de race. Le terme raciste est, si je puis dire, un terme volontairement raciste en lui-même ( puisque les races n’existent pas figurez-vous) mais on l’emploie précisément pour désigner ceux qui croient aux races humaines et font une hierarchie entre elles. Proposez-vous de supprimer le terme raciste du dictionnaire français ? Dans ce cas-là , ce n’est pas à moi qu’il faut s’adresser. La confusion est du côté des xénophones justement. Et si vous vous penchiez un peu sur l’actualité espagnole vous remarquerez hélas que la crise économique est l’occasion d’un regain de xénophobie qui précisément assimile la venue des émigrés d’Afrique, à l’Islam et aux problèmes sociaux.
              Ne vous en faîtes pas pour moi, je suis bel et bien consciente des subtilités sémantiques concernant ce sujet.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

louisa


Voir ses articles







Palmarès