Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > L’image impossible du président

L’image impossible du président

Nous vivons ces derniers mois une étonnante contradiction quant à l’image présidentielle. L’actualité concernant le chef de l’Etat est de plus en plus fournie, l’intérêt du public de plus en plus marqué, mais, paradoxalement, sa cote auprès de l’opinion s’écroule comme jamais en si peu de temps sous la Ve République. Nicolas Sarkozy intéresse, mais c’est à son désavantage.

Notons toutefois que ces jugements négatifs ne favorisent pas l’éclosion d’un leader de l’opposition et ne correspondent pas non plus à une forte érosion de la droite comme on vient de le constater aux élections municipales où la poussée de la gauche est sans commune mesure avec la dégradation de la popularité du chef de l’Etat. C’est véritablement la personnalité du président qui est remise en question, son image, indépendamment des valeurs que peut porter sa politique et de l’évolution de ses concurrents.

Quand l’hebdomadaire Marianne, qui nous avait habitués à mieux, titre : Le vrai Sarkozy, ce que les grands médias ne veulent pas ou n’osent pas dévoiler, une couverture digne des pires tabloïds anglais ou italiens qui resitue sans ambiguïté l’hebdomadaire au niveau de Closer, il tire à 500 000 exemplaires et voit, globalement pour 2007, sa position anti-Sarkozy gonfler de 34,9 % ses chiffres de vente. L’Express interviewe le 13 février Carla Bruni et imprime 600 000 exemplaires. En 2007, 252 couvertures ont été consacrées à « l’univers Sarkozy ». On parle dans la presse d’un « effet Sarkozy » qui a véritablement dopé les ventes d’un secteur morose. Parallèlement, la cote de satisfait de l’action du président est passée de 65 % à 37 %, celle des mécontents de 31 % à 61 % soit pratiquement le double en 9 mois (TNS- Sofres). De surcroît, on ne peut pas prétendre que Nicolas Sarkozy soit un inconnu du grand public, que l’électorat ait été surpris par un homme qui cachait son jeu. Souvenons-nous, le Kärcher, la trahison balladurienne, ses déclarations de ministre de l’Intérieur. Alors comment expliquer un dérapage si rapide et dévastateur pour son image ? Comment expliquer qu’en l’espace de neuf mois, près de la moitié de ceux qui ont voté pour lui ne le ferait plus aujourd’hui ?

D’abord, il est temps de réviser l’opinion qui persiste à penser que les grands groupes de médias sont à la solde du pouvoir en place. L’expérience montre que la presse, tout en ayant sa part de responsabilité sur les choix du public, suit les courbes des sondages. Elle navigue là où elle peut faire du chiffre et ne craint pas les basses eaux. Ce n’est pas un hasard si ceux qui présentaient du président une image positive au printemps dernier le flagellent aujourd’hui de leurs articles assassins. Toutes les rédactions savent bien qu’un média signerait son arrêt de mort en s’inféodant à un courant politique. C’est un des nouveaux travers des médias que celui de caresser systématiquement l’opinion dans le sens du poil, quitte à laisser les minorités de côté.

Ensuite, le consensus qui existait entre le pouvoir et les journalistes n’a plus cours. Toute la presse connaissait la double vie de Mitterrand, les maîtresses de Chirac et les écarts de nombreux ministres... mais toute la grande famille médiatique se taisait pour être admise dans la cour présidentielle et gare à celui qui lâcherait le morceau. Le SMS à Cécilia tant commenté, révélé par Le Nouvel Observateur, apporte la preuve d’un autre nouveau penchant des médias, bien plus dégradant celui-là, et montre bien que le consensus a vécu : il n’y a plus aucune règle pour ternir une image et tous les coups sont permis pourvu que le public en redemande. La presse y perd en respectabilité, mais y gagne en audience et c’est là toute la perversion du système auquel les politiques ont adhéré en mettant en scène leur vie privée.

Le proche passé (Jospin, Balladur) a montré qu’un prétendant ne pouvait se passer d’une campagne de proximité. Etre élu revient aujourd’hui à étaler son intimité en misant sur le principe qu’un électorat choisira un candidat du même monde que lui, un représentant conforme à son image. Le bruit court dans les partis qu’on ne peut plus dépersonnaliser la fonction, entendons par là qu’on ne peut plus maintenir une distance entre les hommes en vue et leurs électeurs.

On a remarqué également que toute vérité n’était pas bonne à dire : reconnaître, comme l’a fait Lionel Jospin, que le président ne peut pas tout dans une société mondialisée, européanisée et privatisée est très mal perçu. Constater, comme François Fillon, que les caisses sont vides quand on a tant promis est vécu comme une trahison. Il faut donc, pour être élu, que le candidat soit en même temps humain et donc faillible, mais qu’il détienne des pouvoirs surnaturels. On entre dans le cycle infernal des promesses intenables parce que, compte tenu du pouvoir déclinant des politiques et des aspirations montantes de l’électorat, les miracles se feront encore attendre. Nicolas Sarkozy a poussé le processus à son extrême en misant sur la vérité et la confiance (les deux maîtres mots de sa campagne). Pourtant, encore aujourd’hui, tout le monde admet, y compris ses adversaires, qu’il a mené une très habile stratégie électorale, mais les électeurs se réveillent à la fin de l’hiver avec la gueule de bois. Le rêve prend fin et l’image présidentielle du dynamisme entreprenant s’efface brutalement.

Il est commun de dire que trop d’images tuent l’image. C’est le problème de l’érotisme face à la pornographie qui introduit la notion d’obscénité. La séduction doit préserver des pans de mystère pour perdurer. On a tout montré de Sarkozy. Il en a joué pour se faire élire, mais ces armes se retournent maintenant contre lui. La photo de Paris-Match du bourrelet retouché est significative : le public veut des héros, mais dans le réel. Pas question d’arranger la vérité, de la travestir. A partir de l’instant où l’on exige une transparence totale de celui qu’on a élu (et, s’il ne la donne pas, la presse s’en charge pour lui) il faudra assumer d’amères déceptions. Plus inquiétant encore : personne ne pourra à l’avenir jouer le rôle du héros réaliste très longtemps. Nous dirigeons-nous vers des élus Kleenex à jeter sans remords après un court usage ? Ou encore à des pourvoyeurs de rêves qu’on abandonnera dès qu’ils se frotteront à la réalité ? Si cela devait être le cas, le bien-fondé d’un système présidentiel au suffrage universel serait mis à mal.

Notre système de représentation est tel qu’il confère à un personnage élu par 37 millions de Français une responsabilité exceptionnelle. On façonne, à travers les urnes et les images médiatiques, une sorte de surhomme, proche du mythe. Comme on l’a vu, il intéresse plus que jamais, mais en même temps il déçoit de plus en plus rapidement quand il ne remplit plus son rôle de personnage d’essence supérieure. Ce n’est pas nouveau et tous les derniers présidents ont connu ces baisses quelques mois après leur élection. Mais cette tendance s’accélère aujourd’hui en prenant de l’ampleur. C’est le prix que les politiques paient pour avoir instauré des rapports affectifs avec le public. Les passions s’épuisent quand elles ne sont pas entretenues et le « tout montrer et tout dire », devenu indispensable pour accéder au pouvoir, est la pire des stratégies amoureuses.

Même si l’on souhaite qu’il nous ressemble, on ne supporte pas que le président se comporte comme nous, c’est-à-dire avec des faiblesses (casse-toi sale con), des tics, des passions changeantes et peu raisonnables (Carla Bruni). On rit de le voir courir mal, prendre du ventre. Dans notre inconscient, il n’a plus de place en tant que président chez les humains rongés de failles que nous sommes. C’est face à cette impossibilité que l’opposition peine tant à choisir une politique de gestion responsable compatible avec une stratégie de prise de pouvoir. Il y a là une contradiction à résoudre qui rend l’image d’un président impossible. Car elle doit satisfaire à la fois des exigences de réalisme - tout en faisant rêver - pour se faire élire, et des vertus de mythe - tout en pratiquant une gestion devenue brutalement pragmatique - une fois élu.


Moyenne des avis sur cet article :  4.36/5   (50 votes)




Réagissez à l'article

71 réactions à cet article    


  • tvargentine.com lerma 12 mars 2008 12:53

    Vous écrivez tres justement que j’avais déjà analysé ici en parlant de la dérive de la press pour faire du fric facile "....sa position anti-Sarkozy gonfler de 34,9 % ses chiffres de vente"

    C’est pour cela qu’il convient d’être vigileant à cette presse dont l’objectif n’est plus d’informer (cela ne rapporte rien) mais de communiquer et de vendre.

    Hier comme aujourd’hui les mots clés NICOLAS SARKOZY CECILIA ,CARLA BRUNI sont des mots qui font vendre et exploser les compteurs

    Donc,attendons nous à des "coups" opportunistes des "médias" à l’image du SMS bidon pour faire exploser le trafic du site web du "Nouvel’obs" et ramasser la mise sur la publicité internet

    Lisez donc http://www.crocis.ccip.fr/publications/publications_cahiers.htm pour comprendre que ce "milieu" est en pleine mutation

    Nicolas Sarkozy utilise à plein sa fonction de Président pour remplir au mieux son mandat ,là ou les anciens président avaient une vision "monarchique" du pouvoir et ou "le roi de france élu par les français" ne sortait de son palais que 2 fois l’an

    Cette époque est révolu et nous sommes rentré de front dans la modernité ,avec un homme,Nicolas Sarkozy ,qui a été élu par le peuple,sur un programme de réformes.

    Qu’en au PS,tant que la techno-structure n’aura pas été écarté de ce parti,il ne sera pas une solution d’avenir

    Soyons tous certain que Nicolas Sarkozy sera réélu au la main en 2012 pour un nouveau mandat

     

     


    • Yifu66 12 mars 2008 13:54

      @Lerma

      Cher ami,

      Non content de dire n’importe quoi (comme d’habitude), vous faites de plus en plus de fautes de français et de grammaire.

      D’habitude vous êtes à vomir, aujourd’hui vous êtes à pleurer...


    • christophe 12 mars 2008 18:18

      Que d’aigreur Yiffu66 !!!!!! Un petit vermifuge serait approprié .....


    • roOl roOl 13 mars 2008 10:44

      Merci de ne pas nourri le troll.

      Il est intenable apres, et il hurle aux trotskystes toute la nuit, bave aux levres.

      Merci.

      Le Gardien.


    • voilamamie 18 mars 2008 19:30

      Nous ne sommes pas encore en 2012.

      Les choses vont vite en ce moment.

      Avant de parler de la réelection de notre Président, voyons ce qui va se passer aux States !


    • DIEU le père 12 mars 2008 13:04

      Article très bien écrit. Ce qui est amusant, c’est que le moinsseur moyen va avoir du mal à dégager ce qui est le plus important pour lui. Votre article est-il pro sarko, et alors il faut le moinsser, ou anti sarko, et alors il faut le plusser. Le reste, la qualité de votre analyse, ils s’en contre-foutent.

      C’est assez drole finalerment. J’ai expérimenté il y a quelques temps, des recettes magiques qui se basent sur la lecture en diagonale. Les résultats sont édifiants.


      • Gasty Gasty 12 mars 2008 13:24

        Est-ce que l’article peut se lire de haut en bas ???

         

        Alors.... ! Je pense à rien , c’était juste pour faire avancer l’article.


      • A. Nonyme Trash Titi 12 mars 2008 14:39

        @ Dieu

        "Votre article est-il pro sarko, et alors il faut le moinsser, ou anti sarko, et alors il faut le plusser"

        Dieu peut-être, mais de lumière fort peu divine alors. Vous en avez beaucoup des analyses comme ça ?


      • roOl roOl 13 mars 2008 10:47

        Dieu, je vous ai trouver un avatar beaucoup plus "compete" que l’actuel :

        http://aor.macinbytes.com/bush-small.jpg


      • roOl roOl 17 mars 2008 16:45

        Possible, je ne reconnais l’orientation du trou du cul uniquement lorsqu’il donne son avis.


      • voilamamie 18 mars 2008 19:39

        Non, moi en ce moment, je commence toujours par le bas.

        C’est normal, avec un salaire de 784 € par mois, je suis la fourmi laborieuse qui, avec mes congénères, participe au fondement de la pyramide.

        Ceux qui savent de quoi je parle réagiront.


      • Forest Ent Forest Ent 12 mars 2008 13:27

        Ca revient à supposer que tout n’est question que d’image et qu’il n’y a pas de sujet de fond en jeu. Mais n’est-ce pas là la nature et le problème de Sarkozy ?


        • DIEU le père 12 mars 2008 13:36

          Une photo peu flatteuse de sarko, un premier paragraphe agressif, et le dernier qui critique autre chose, maisn qui critiique. Tout le reste pourrait être pro-sarko, vous auriez le résultat escompté. Agoravox est un média trollien. Il engendre du troll, fruit de la paresse.


        • Philippakos Philippakos 12 mars 2008 15:12

          Je ne suis pas de ceux qui pense que tout est équivalent. Toutefois les positions de Sarkozy ne sont pas des surprises et je ne vois pas comment expliquer politiquement un revirement de la moitié de ses électeurs.


        • Forest Ent Forest Ent 12 mars 2008 16:18

          Ca me surprend aussi, mais la forme ne me semble pas non plus suffisante comme explication. Après tout, ça ne fait jamais que 6 ans qu’il passe deux fois par jour à la télé et qu’il met en scène sa vie privée.

          Mais si c’est une question de fond, il faut bien reconnaitre qu’il a appliqué son programme électoral, ce qui est un précédent.

          J’aimerais bien qu’un électeur déçu m’explique de quoi il est déçu.


        • Bulgroz 12 mars 2008 16:44

          Ah les promesses électorales !!! Forest a bien raison.

          Sarkozy avant son élection avait dit qu’il n’y aurait pas d’amnistie présidentielle, et, après son élection, il n’y a pas eu d’amnistie.

          La démagogie chez cet homme là est absolument incroyable. Quelle lâcheté !!

          Dire qu’il a été élu avec ce genre de menteries !!

          Dire que Forest Ent a été obligé de payer ses amendes patiemment accumulées.

          Moi, j’en suis tout contristé pour Forest. Dire que NS est Président pour 10 ans !!

          Forest Ent a de grandes espérances dans la critique absolue et irréfléchie de Sarkozy (notre Président pour 10 ans). Il y croit comme Popeye croit à la vertu salvatrice des épinards.

          A chaque fois que Forest poste, il ouvre sa boite d’épinards.


        • Charles Ingalls Charles Ingalls 12 mars 2008 16:54

          (Forest Ent) "J’aimerais bien qu’un électeur déçu m’explique de quoi il est déçu. "

          Vous croyez encore trouver la perle rare cher Forest ?

          Le programme de sarkozy était clair du départ. Il ne s’adressait, au mieux, qu’à 1% (les plus riches) de la population...

          Les reformes "pipeaux" n’étaient là que pour berner le gogo...Aujourd’hui la moitié s’en est rendu compte, l’autre moitié fonce tête baissée dans le mur de la connerie...

          Ecouter Woerth et Copé (sourire en coin) défendre le paquet fiscal comme un moyen du retour à la croissance est à gerber...


        • christophe 12 mars 2008 18:26

          C’est la meilleure !!!! Parce que Ségo elle ne joue pas que sur l’image peut être ???? Toujours habillée de blanc, telle une pucelle fraichement débarqué de la Lune !!! Et elle vient de déclarer récemment qu’elle sent une poussée en sa faveur qui va certainement la conduire à postuler à la tête du PS !!!! MORT DE RIRE !!!! Elle sent quoi ????? Elle s’est pris une raclée à la présidentielle, ne s’est présentée ni aux législatives, ni aux municipales ...... Alors elle sent quoi de la part de l’éléctorat puisqu’elle n’a pas affronté le suffrage universel depuis près d’un an ?????????? Elle ne sent rien !!! Elle entend simplement des gens qui hurlent lorsqu’elle passe dans leur quartier !! On dirait Madonna essayant de se frayer un chemin à travers ses fans histériques !!! Justement des FANS !!! Ségo n’a que des fans, pas des gensqui adhèrant à son programme puisque précisément elle n’en a pas (ou alors le congrès du PS a déjà eu lieu et je l’ai raté !!).

          Ce n’est pas que de l’image tout ça ??? alors c’est quoi d’autre ??? La politique c’est avant tout de la comm car les gens aiment voter ou soutenir ceux qui leur disent ce qu’ils ont envie d’entendre ..... Alors pas de leçons sur Sarko ...... à gauche c’est pareil voire pire !!!

          Il est toujours plus facile de faire des promesses sans annoncer les efforts à faire ! Sarko au moins a dit que pour gagner +, il fallait travailler + !! Il a pas promis une subvention ou autre aide financière au frais de la collectivité !


        • Forest Ent Forest Ent 12 mars 2008 18:27

          @ Bulgroz

          Je ne comprends pas votre réaction. Quand j’écrivais que Sarkozy avait tenu ses promesses électorales, c’était sans aucune ironie. Il a à mon avis effectivement appliqué son programme électoral. Je ne vois donc vraiment pas de quoi son électorat serait déçu sur le fond. Quand à la forme, il n’en a pas vraiment changé non plus. Sa "chute de popularité" est donc pour moi un vrai mystère.

          Je peux imaginer que ses électeurs n’avaient pas vraiment lu ou compris ce programme, mais j’aimerais bien en être sûr, parce que 53% ça fait quand même beaucoup.

          Je pourrais comprendre aussi que des gens aient voté pour Sarkozy juste pour ne pas avoir Royal, mais justement elle n’a pas été élue et ils n’ont pas de raison de changer d’avis aussi vite.

          En tout cas, je ne comprends absolument pas ce que les électeurs de Sarkozy attendent de lui aujourd’hui.


        • Bulgroz 12 mars 2008 18:41

          @ Forest Ent,

          Question sérieuse : Critiquez Sarkozy, je comprends, ca entretient , mais quel est le plan B ?


        • A. Nonyme Trash Titi 12 mars 2008 18:46

          @ Charles

          "Le programme de sarkozy était clair du départ. Il ne s’adressait, au mieux, qu’à 1% (les plus riches) de la population..."

          Diantre ! Avec un programme prétendument destiné à 1% de la population, Sarkozy a réussi à trouver 52 % de gogos pour se faire élire ! Puisqu’on vous répète qu’il est trop fort !!!


        • Charles Ingalls Charles Ingalls 12 mars 2008 19:57

          Ah mais en voilà des candidats pour nous expliquer objectivement les bienfaits des excellentes réformes de l’excellente équipe de l’excellent sarkozy...

          Alors les enfants, quoi de neuf pour le français moyen ?

          Travailler plus pour gagner plus, bien sûr...un candidat pour nous expliquer la loi TEPA ? TrashTiti peut être ??

          C’est intéressant pour le salarié ? Ca existait pas avant les heures sup ?

          Quelques chiffres sur le réinvestissement du paquet (gros paquet) fiscal dans l’économie française ?

          Blablabla...Toujours aucun sarkozyste capable d’expliquer son culte...

          @ TrashTiti

          Oui, 52 % de gogos me semble être une bon chiffre. Mais je ne desespère pas, de plus en plus ouvrent les yeux...C’est comme une secte, pour les plus faibles (comme vous), il faut du temps...


        • Forest Ent Forest Ent 12 mars 2008 21:29

          @ Bulgroz

          Quel est le plan B ? Sarkozy est légitimement élu jusqu’en 2012 et sauf innovation il n’y a pas d’alternative d’ici là. Ca ne m’empêchera pas de le critiquer, c’est le rôle des opposants, mais il a semble-t-il plus à craindre de son propre électorat. Si 47% des électeurs le critiquaient, ce ne serait ni une surprise ni un problème.

          Alors quelle est plus précisément votre question ?

          Que va-t-il se passer si Sarkozy s’enfonce dans l’impopularité ? A mon avis une cohabitation entre Sarkozy et l’UMP reprise en main par les chiraquiens. Ce sera original.

          Pour qui aurait-il fallu voter en 2007 ? J’ai voté Royal sans conviction car je la trouvais un peu moins pire.

          Pour qui faudra-t-il voter en 2012 ? On verra. Il y a le temps. Si le candidat PS est par exemple Delanoe, il ne m’inspire guère plus que Royal.

          Quel serait pour moi un bon programme de gouvernement ? Je pense que vous commencez à me connaitre assez pour deviner mon opinion sur le sujet. Et puis j’y ai consacré des articles juste après la présidentielle. Cela dit, je consens volontiers à la redire, mais j’aimerais alors aussi que vous répondiez à ma question : qu’attendez-vous de Sarkozy, vous, personnellement ? (D’ailleurs, pourquoi ne pas en faire un article ?)


        • Bulgroz 13 mars 2008 08:25

          @ Forest Ent,

          La France a plus besoin de réformes que d’opposition.

          Surtout quand cette opposition se manifeste essentiellement en un blocage systématique sans jamais faire une proposition alternative.

          Cette opposition se manifeste surtout pour nous dire que rien ne doit être changé et en même temps nous dire que tout va mal ou de pire en pire.

          C’est une opposition sur la forme et non sur le fond. Une opposition stérile qui dénonce les problèmes et qui en même temps est incapable d’élaborer une quelconque proposition de solution.

          C’est une opposition qui fait dans le déni des résultats électoraux et qui ne cesse de ruminer sa défaite.

          La carte judiciaire, le service minimum, la rétention de sureté, l’abandon des régimes spéciaux, la défiscalisation du travail, la maîtrise de l’immigration, l’autonomie des universités, l’accession à la propiété, la réduction réelle du chomage, la réduction des effectifs de la fonction publique, la réhabiliation du travail...

          Qu’est ce qui vous gène dans tout ça ? Vous en connaissez vous des propositions alternatives ?

          Oui, la France a plus besoin de réformes que d’opposition.

          2012 sera l’année du bilan et du choix, en attendant, oeuvrons pour que la France se réforme et se modernise.


        • roOl roOl 13 mars 2008 10:49

          Diau a dis :

          "Une photo peu flatteuse de sarko, un premier paragraphe agressif, et le dernier qui critique autre chose, maisn qui critiique. Tout le reste pourrait être pro-sarko, vous auriez le résultat escompté. Agoravox est un média trollien. Il engendre du troll, fruit de la paresse."

          Si ca, ce n’est pas un troll en soit...


        • A. Nonyme Trash Titi 13 mars 2008 10:52

          @Charles

          Je ne suis pas une groupie ! Cessez de pensez que ceux qui votent à droite ressemblent à ceux qui votent à gauche : droits dans leur bottes, bardés de certitudes et incapables de critiquer leur position.

          Si je n’adhère plus trop au personnage - et encore je reste bienveillant, car les attaques sur sa taille, ses lunettes et ce qu’il porte au poignet (on se comprend smiley frisent le délis de sale gueule - je ne regrette absolument pas mon choix pour la politique mise en œuvre, dont vous faites un bilan définitif moins de 12 mois après son application.

          Vous restez bloqués sur le bouclier fiscal ? Tant pis ! Il fallait le faire ce bouclier fiscal d’ailleurs, j’en suis persuadé. Je préfère que ceux que vous cataloguez certainement comme des salops de riches claquent leurs euros en France, et pas en Belgique, Suisse, Luxembourg... Bref quasiment partout ailleurs que chez nous. L’erreur, et encore que cela ne donne de grain à moudre qu’à la gauche bien pensante, c’est d’avoir fait cette réforme d’entrée.

          Pour le reste, il n’y a jamais eu autant d’action, de mouvement, de réforme depuis belle lurette. Et c’est aussi la première fois, ne vous en déplaise, qu’un candidat met en œuvre son programme électoral.

          Enfin ne faites pas l’enfant en demandant aux autres d’expliquer la politique du gouvernement. Vous la comprenez très bien, et c’est bien là que vous êtes coincés. A défaut de nous parler des seules vraies solutions, celles qui marchent à fond, c’est sûr, la gauche nous annonce des rentrées sociales tonitruantes, des manifs monstres, la révolution dans la rue, des cartons rouges. J’attends...

          Voilà, voilà. Et sinon, la famille, ça va ?


        • ARMINIUS ARMINIUS 13 mars 2008 11:09

          Enlève ton masque Sarkozy hi-hi -hi ! on t’a reconnu !


        • Charles Ingalls Charles Ingalls 13 mars 2008 11:41

          (TrashTiti) "Cessez de pensez que ceux qui votent à droite ressemblent à ceux qui votent à gauche"

          Ah d’accord...Donc si je résume, être de droite = voter sarko, le reste = être de gauche...

          Comme c’est reposant la pensée binaire...

          (TrashTiti) "car les attaques sur sa taille, ses lunettes et ce qu’il porte au poignet "

          Ces "attaques" (vous croyez vraiment qu’il en souffre ?) sont largement justifiées. C’est votre gourou et lui seul qui en est responsable. A votre avis, quel impact peut avoir le côté ostentatoire de son altesse sur des gens qui souffrent au quotidien (et je suis bien placé pour les connaitre) de la pauvreté ?

          (TrashTiti) "vous faites un bilan définitif moins de 12 mois après son application"

          Vous pouvez me détailler les mesures (bien résumé par notre ami Bulgroz) qui concernent ou concerneront le français moyen ? Alors 12 mois ou 12 ans peu importe...

          (TrashTiti) "Vous restez bloqués sur le bouclier fiscal ?"

          Oui tout à fait. C’est la même chose que la rolex...Bling bling qui fait mal aux plus pauvres...

          Vous pensez sérieusement que cet argent va être réinvesti en France ? Attention, on ne parle pas du notable du coin là, on parle grosse fortune...A moins que Dubaï, Gstaad etc...soient des provinces Françaises, je vois pas...

          (TrashTiti) "Pour le reste, il n’y a jamais eu autant d’action, de mouvement, de réforme depuis belle lurette."

          Encore une fois, vous pouvez nous détailler les réformes ? Qu’est ce qu’il y a comme vent en ce moment...

          (TrashTiti) "Et c’est aussi la première fois, ne vous en déplaise, qu’un candidat met en œuvre son programme électoral."

          Relisez mon commentaire plus avant...

          (TrashTiti) "Enfin ne faites pas l’enfant en demandant aux autres d’expliquer la politique du gouvernement."

          C’était la question de Forest auquel aucun n’a encore répondu...Mais je vous sens vexé, c’est le mot "gogo" ou "faible" ?

          (TrashTiti) "la gauche nous annonce des rentrées sociales tonitruantes, des manifs monstres, la révolution dans la rue, des cartons rouges. J’attends..."

          J’ai parlé de la gauche ? Ah oui j’oubliais : anti-sarko = être de gauche...01010101110101011

          (TrashTiti) "Voilà, voilà. Et sinon, la famille, ça va ? "

          Trés bien je vous remercie. Mais comme nous en sommes à parler de nos centres d’interêt, comment va votre compte en banque ?


        • Forest Ent Forest Ent 13 mars 2008 12:03

          @ Bulgroz

          La carte judiciaire, le service minimum, la rétention de sureté, l’abandon des régimes spéciaux, la défiscalisation du travail, la maîtrise de l’immigration, l’autonomie des universités, l’accession à la propiété, la réduction réelle du chomage, la réduction des effectifs de la fonction publique, la réhabiliation du travail...

          Ok, discutons-en.

          La carte judiciaire.

          Une adaptation permanente de l’implantation des services publics à la réalité du peuplement des régions est en effet indispensable, et c’est assez courageux à l’UMP de l’avoir tentée contre son électorat. En revanche, je ne peux que constater que cette adaptation a été assez ratée dans la forme. En pleine phase de décentralisation, la carte des tribunaux a été décidée à la Chancellerie sans aucune concertation avec ni les Conseils Régionaux, ni la magistrature.

          Le "service minimum".

          "Réforme" pipeau et superficielle qui ne change rien à la réalité, heureusement. Rubrique "cosmétique".

          La "rétention de sûreté"

          Rubrique "cosmétique" également.

          L’abandon des régimes spéciaux

          Lesquels ? Il en reste plein, et ceux qui sont supposés être alignés sont toujours en cours de négociation. C’était un sujet assez mineur. L’allongement de la durée était un sujet consensuel dans le pays. Il n’y avait pas besoin de montrer les crocs pour cela. La question est qu’il faut négocier l’assiette et le montant, ce qui n’est pas encore fait. Le fait de l’avoir exhibé en sujet conflictuel fait que la négociation sera mauvaise pour le contribuable. Encore une question de style...

          La défiscalisation du travail

          Cette expression ne veut rien dire. Vous parlez de la défiscalisation des heures sup ? Elle signifie que tous les travailleurs, y compris ceux qui sont contraints au temps partiel, vont financer ceux qui font des heures sup. Dans le genre relance keynésienne, c’est la moins pertinente que j’aie vue.

          La maîtrise de l’immigration

          De quoi s’agit-il ? Je ne vois pas de différence avec avant. A part qu’on n’a plus le droit de virer les roumains, ce qui coince Hortefeux. Ce grâce à l’UE, que Sarkozy a été encourager avec le TCE2 et une réforme constitutionnelle qui permettra l’entrée de la Turquie sans référendum.

          L’autonomie des universités

          J’ai bien du mal à me faire une idée précise sur ce sujet. Je fréquente pas mal de chercheurs, et eux-mêmes n’arrivent pas à s’en faire une idée très claire, en particulier concernant l’affectation des crédits de recherche. Sur le fond, ça n’a pas l’air d’une mauvaise idée, mais l’enfer est pavé de bonnes intentions, et j’attends d’y voir plus clair.

          L’accession à la propriété

          Thème catastrophique, au moment où la bulle immobilière est au plus haut et où l’on manque de logements sociaux. Voir "la tribune" d’aujourd’hui : la dfiscalisation n’a profité qu’aux vendeurs en retardant la baisse des prix. Elle est arrivée bien trop tôt. Il fallait laisser dégonfler la bulle d’abord.

          La réduction réelle du chômage

          J’y croirai le jour où l’exécutif montrera qu’il laisse à l’INSEE une certaine indépendance pour élaborer ses chiffres. Ce régime est le roi du cassage de thermomètres.

          La réduction des effectifs de la fonction publique

          Je ne l’ai pas constatée sur les chiffres. Par ailleurs, le discours officiel est d’augmenter le nombre de policiers et magistrats. Normalement, la réduction devrait porter sur les enseignants et militaires.

          Pour les enseignants, l’éducation nationale fonctionne déjà avec un volant d’esclaves non titulaires et non fonctionnaires.

          Pour l’armée, j’attends de voir la compatibilité de cela et un effort militaire accru au Tchad et en Afghanistan.

          La réhabilitation du travail

          C’est une blague ? Dans un pays avec 3 millions de chômeurs, il faut réhabiliter le travail ? Allez dire cela à mes enfants qui cherchent désespérément un premier boulot et à qui on ne propose que des stages.

          Résumé

          Il y a globalement un problème d’orientation macro-économique, et aussi un problème de style. Je ne crois pas que M Sarkozy, avec son tempérament provocateur, soit effectivement capable de "réformer". Il aime trop communiquer, et c’est contradictoire. Dans une période difficile nous aurions plus besoin d’un homme de consensus que d’un boutefeu.


        • RilaX RilaX 13 mars 2008 12:04

          addendum : la reduction réelle des chiffres du chommages.


        • Bulgroz 13 mars 2008 13:43

          @ Forest,

          Je comprends que la politique de Sarkozy vous est systématiquement contraire, à croire qu’il fait tout ça pour vous emmerder.

          Le bon programme consistera donc à faire l’inverse de ce qui aura été fait par Sarkozy. On se revoit en 2012 ?

          Moi, je préferre une réforme à pas de réforme.

          Un consensus ? Vous vous foutez du monde : avec les infirmières, les médecins, les avocats, les routiers, les cheminots, les taxis, les agriculteurs, les fonctionnaires....

          Votre attitude est négative comme beaucoup de Français. En fait, vous êtes d’accord pour ne rien changer et vous devrez expliquer cela à vos enfants en mal d’emplois.

          Votre attitude n’est qu’un prétexte pour remettre à plus tard les réformes nécessaires.

          Vous refusez le changement et vous avez toujours une bonne excuse pour expliquer qu’une réforme n’est pas la bonne.

          Consensus ? : elle est bonne celle là, consensus avec vos idées surtout. Les réformes vous gènent, voilà tout. Et dans votre famille, tout est consensus ? Pas de conflit avec les enfants, l’épouse, les frères...

          Faites semblant d’y croire et bientôt vous y croirez.

          je vous y vois déjà, en 2018, vous nous répéterez : "c’était bien mieux avant".


        • A. Nonyme Trash Titi 13 mars 2008 14:07

          @ Charles

          Désolé si vous pensez que je vous rejette dans le camp de gauche. Je fais peut-être erreur, mais bon, votre façon de penser et de tout rejeter, ça me rappelle quelque chose... Franchement, je ne sais pas qui est le plus binaire de nous deux !

          Si le Président est Bling-Bling, hé bien il est comme ça et moi j’en ai rien à foutre. C’est de la forme. Des comme ça, on en croise tous les jours. Je préfère ça, même si ça m’insupporte, aux faux-culs.

          Je ne reviendrai pas point par point au méticuleux découpage que vous avez fait. Pour savoir ce qu’il ce passe, ce qui bouge, ce qui avance, ce qui change, ouvrez un journal.

          Encore une fois, (oui ça, ça m’énerve Charlie !), je ne suis pas une groupie, et le Président n’est pas mon gourou (ah mais !). Je sais garder de la distance, critiquer les actes (et non pas son style vestimentaire et personnel) qui ne me plaisent pas (adoption de la mémoire d’un jeune déporté par exemple...). Mais j’approuve, par exemple, la fusion ANPE- ASSEDIC. Désolé également d’insister sur ce point : il n’y a aucune alternative, proposition, vision de l’avenir qui pourrait me faire douter, car c’est le vide sidéral qui habite l’opposition.

          Or notre pays doit avancer, se reformer, et c’est aujourd’hui ce qui se passe. Je ne préjuge pas des résultats. J’espère, comme tout le monde devrait normalement l’espérer au lieu de geindre à qui mieux mieux, que ça marche !

          Quand à mon compte en banque, pffffffff, comment vous dire. Je suis "pété de thunes," et je me dégoute presque tellement je gagne d’argent ! Normal, un salop de patron comme moi, ça ne peut pas être autrement !


        • Charles Ingalls Charles Ingalls 13 mars 2008 14:55

          (TrashTiti) "Pour savoir ce qu’il ce passe, ce qui bouge, ce qui avance, ce qui change, ouvrez un journal."

          Pour savoir ce qu’il se passe, ce qui bouge, ce qui avance, ce qui change, allez au Restos (et accessoirement donnez un coup de main)...

          @ Forest Ent

          CQFD...


        • Forest Ent Forest Ent 13 mars 2008 16:53

          @ Bulgroz

          Moi, je préfère une réforme à pas de réforme.

          Moi pas. Ca dépend laquelle.

          Je comprends que la politique de Sarkozy vous est systématiquement contraire, à croire qu’il fait tout ça pour vous emmerder. Le bon programme consistera donc à faire l’inverse de ce qui aura été fait par Sarkozy. En fait, vous êtes d’accord pour ne rien changer et vous devrez expliquer cela à vos enfants en mal d’emplois. Votre attitude n’est qu’un prétexte pour remettre à plus tard les réformes nécessaires. Vous refusez le changement et vous avez toujours une bonne excuse pour expliquer qu’une réforme n’est pas la bonne.

          La question ne semble pas être ce que j’en pense moi, mais ce qu’en pensent ses électeurs. J’aimerais bien que l’un d’eux puisse écrire quelles réformes il attend, que l’on puisse comparer à ce qu’attendent les autres et à ce qui sera fait. Parce que le terme "réformes" en général ne veut rien dire.

          Un consensus ? Vous vous foutez du monde : avec les infirmières, les médecins, les avocats, les routiers, les cheminots, les taxis, les agriculteurs, les fonctionnaires.... Consensus ? Elle est bonne celle là, consensus avec vos idées surtout. Et dans votre famille, tout est consensus ? Pas de conflit avec les enfants, l’épouse, les frères... ?

          En admettant qu’il y ait des "réformes" utiles, et qu’elles soient à même de contrarier les intérêts de certains électeurs, il est d’autant plus important de ne pas les présenter comme des jugements de valeur contre eux et antagonismes avec les autres. Or le discours électoral et ultérieur de Sarkozy a été plutôt incendiaire en termes de stigmatisation.

          Contrairement à ce que d’aucuns pensent, nous formons une nation et avons besoin les uns des autres, ce qui manque beaucoup dans le discours UMP. Les commerçants ont besoin des fonctionnaires même s’ils ne le savent pas et réciproquement. Il est déjà difficile de dire aux gens qu’ils vont avoir des sacrifices à faire, mais si on leur dit en plus que c’est de leur faute et qu’ils sont de mauvais français ça n’aide pas.

          Par exemple, "réhabiliter la valeur travail" revient à dire aux chômeurs qu’ils sont coupables. C’est un peu sec.

          En résumé, je vous ai détaillé une critique mesurée des "réformes" entreprises que vous avez citées, et en retour vous m’avez juste traité d’aigri. Eh bien alors prenez votre plume et décrivez les "réformes" que vous attendez, on y verra plus clair.


        • A. Nonyme Trash Titi 13 mars 2008 17:56

          @Charles

          Vous semblez douter que je puisse avoir les yeux ouverts sur le monde. Vous vous trompez, je baigne dedans.


        • Bulgroz 13 mars 2008 19:20

          @ Forest,

          Maintenant, je comprends, vous êtes plus attaché à la forme qu’au fond et en grattant, vous paraissez être globalement d’accord avec le sens des réformes engagées et à venir.

          Peut être un fond de jansénisme ou de jésuitisme ? Ce n’est pas grave, je connais effectivement beaucoup de personnes pour qui les mots peuvent parfois être insupportables, mais qui sont profondément d’accord avec leur sens.

          Je n’ai pas souvenir que Sarkozy ait stigmatisé quiconque et dit que les chômeurs soient responsables de leur situation. Enfin, si quelqu’un estime avoir été insulté ou traité de mauvais Français (peut être l’a t il été par une désinfo à Canal +, Libé ou France Inter) , je suis sur que Nicolas Sarkozy est prêt à s’en excuser. La forme sera ainsi préservée. N’est il pas le président de tous les Français ?

          Nicolas Sarkozy utilise parfois un langage cru, c’est justement ce qui permet aux différentes catégories de citoyens toujours prompts à défendre leurs intérêts exclusifs d’être mis devant les réalités et leurs responsabilités.

          En ce qui concerne les réformes, je ne suis pas à les décortiquer l’une après l’autre, je prends toutes les réformes en bloc (elles sont de toute manière dans le programme) même celles qui me déplaisent. Certaines me déplaisent mais je n’en continue pas moins à défendre ce Président.

          Je suppose que c’est un réflexe de droite. La France a besoin d’un chef et le chef a besoin de la durée et de marges de manoeuvre. Il en est ainsi partout, dans la vie privée et professionnelle. Rien ne se fait ni fonctionne sans chef. La sanction pour un élu comme le Président c’est l’élection ou la destitution prévue par la loi. Nous n’en sommes pas là.

          Quand je vois le bordel au PS où tous s’expriment de manière contradictoire sans en référer au chef, je me dis que nous l’avons échappé belle et je me dis surtout que ces gens n’ont aucune ligne directrice (oublions le consensus).

          Je n’attends donc rien d’autre de Nicolas Sarkozy que de mettre en oeuvre le programme pour lequel il a été élu.

           


        • Forest Ent Forest Ent 13 mars 2008 21:06

          @ Bulgroz

          Je vous remercie du ton de ce dernier post, qui me semble un peu apaisé.

          Quand je vois le bordel au PS où tous s’expriment de manière contradictoire sans en référer au chef, je me dis que nous l’avons échappé belle et je me dis surtout que ces gens n’ont aucune ligne directrice.

          C’est ma foi vrai. D’un autre côté, ils auraient moins déçu. smiley

          La France a besoin d’un chef et le chef a besoin de la durée et de marges de manoeuvre. Il en est ainsi partout, dans la vie privée et professionnelle. Rien ne se fait ni fonctionne sans chef.

          Il y a une grande différence entre un chef et un autocrate. Sarkozy me semble avoir un mal fou à déléguer. Nous verrons mieux à l’usage, mais pour l’instant c’est le bordel dans la troupe.

          En ce qui concerne les réformes, je ne suis pas à les décortiquer l’une après l’autre, je prends toutes les réformes en bloc (elles sont de toute manière dans le programme) même celles qui me déplaisent. Certaines me déplaisent mais je n’en continue pas moins à défendre ce Président. (...) Je n’attends donc rien d’autre de Nicolas Sarkozy que de mettre en oeuvre le programme pour lequel il a été élu.

          Ca parait normal, mais nous ramène à la question initiale : pourquoi les électeurs sont-ils aussi déçus alors que Sarkozy est pratiquement le premier président de la 5ème à appliquer son programme ?

          Maintenant, je comprends, vous êtes plus attaché à la forme qu’au fond... Peut être un fond de jansénisme ou de jésuitisme ?

          Non, je suis attaché aux deux, et je ne suis pas sûr d’être le plus jésuite de l’histoire (bien que vous vous doutiez que le mot jésuite n’est pas pour moi spécialement péjoratif). La forme a, vous le savez comme moi, son importance en politique, et Sarkozy n’a pas attiré les voix du FN sans quelque non-dit et implicite. Je crains le retour d’un certain nombre de refoulés mis à nu, et c’est pour cela que cette désaffection trop soudaine m’inquiète.

          Vous paraissez être globalement d’accord avec le sens des réformes engagées et à venir.

          Non. Nous avons passé pas mal de temps à discuter d’histoires de personnalité, mais nous n’avons pas ainsi évacué le débat sur le fond. Le problème sur AV, c’est qu’il est difficile d’en discuter sereinement sans se faire régulièrement traiter de noms d’oiseaux, pour mon cas en général bobo gauchiste marxiste anti-américain primaire et autres ...

          Je pense que la politique macro-économique actuelle et passée de l’UMP est mal orientée. Je pense d’ailleurs que celle qui aurait été menée par le PS n’aurait été guère mieux. Il faut malheureusement pour expliciter ce sujet entrer dans des questions de nature technique et peu manichéenne. J’ai souvent remarqué que la question embête au fond les gens férus de politique, histoire ou philosophie, parce qu’elle est trop technique et un peu déstabilisante.

          La gauche et la droite se sont traditionnellement opposées sur certains concepts que la mondialisation a rendus tout à fait obsolètes, et leurs discours pas updatés portent tous à faux.

          Sarkozy a peut-être un vrai dynamisme, et en tout cas a eu l’art de sentir ce que les gens voulaient entendre. Mais il ne connait strictement rien en économie, et repose entièrement pour ces sujets sur un entourage intéressé. Il n’a pas de vision personnelle, et pas d’expert crédible. Guaino et Guéant n’y connaissent rien. Bazire, Minc et Baverez sont "biaisés", de même que les Bébéar, Pébereau, Bouyges, Arnault, ... qui ont souvent son oreille.

          Pour vous résumer encore une fois mon opinion sur ces sujets, UMP et PS sont confortablement assis sur l’idée que l’augmentation des échanges commerciaux et l’ouverture des frontières sont génératrices de richesse au prix d’une certaine "adaptation". Théorie "classique" du "libre-échangisme". Je pense que c’est foncièrement faux, et que l’année 2008 va le démontrer. Reset total pour les CPU du PS et de l’UMP. Comment réagira ensuite Sarkozy ? Je n’en sais rien mais je l’appréhende.


        • voilamamie 18 mars 2008 19:49

          Oui, tout est question d’image.

          Quand les enfants regardent la marionette "Guignol" (je sais, c’est ringuard) ils ne voient pas le marionettiste.

          La marionette est petite, le marionettiste, immense, mais les enfants rèvent quand-même car ils ne le voient pas.

          Ils adorent les contes de fées qui sont pourtant remplis d’horreurs.


        • voilamamie 18 mars 2008 19:53

          Pour les patates, si la récolte est bonne c’est que Monsanto veille sur notre alimentation.


        • Philippakos Philippakos 12 mars 2008 15:24

          Parce qu’une fois élu il est sacralisé et donc plus du même monde que nous. Les défauts communs deviennent insupportables pour celui qu’on met (qu’on le veuille ou non) sur un piediestal. Comme je l’ai dit dans l’article je crois, en montrant tout (le ventre et plus) il ne correspond plus au comportement du héros avec les vertus qu’on en attend... L’idéalisation devient impossible et l’imaginaire ne fonctionne plus.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès