Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > L’indécence... du triomphe !

L’indécence... du triomphe !

Sur le ralenti de l’essai victorieux de l’équipe de France contre la Nouvelle-zélande, Thierry Gilardi faisait remarquer que la passe décisive de Traille pour Michalak était en avant, d’au moins 50 cm. Thierry Lacroix, dans l’euphorie du moment, s’exclamait : « On l’a pas vu, on oublie ». Dans la seconde qui a suivi l’essai illégal, un gros plan prémédité de Nicolas Sarkozy venait souligner la révolte héroïque française. Du très bon boulot TF1 ! Et un goût bizarre dans la bouche... Le lendemain, L’Equipe titrait : « tellement français », avec une édition intégralement exempte du moindre commentaire sur ce fait majeur du match, qui allait entraîner le triomphe français.

Imaginez que nous vivions dans un monde où il existe un sport exemplaire, où les erreurs d’arbitrage sont inenvisageables parce que tout serait fait pour qu’elles soient systématiquement corrigées et réparées. Imaginez que dans ce monde, chaque rencontre sportive, peu importe son issue, n’ait jamais à souffrir d’une injustice flagrante. Imaginez aussi, dans un recoin reculé de l’esprit, que là-bas, dans ce monde utopique, le sport lui-même et la presse sportive cesseraient de revendiquer leur propre exemplarité, notamment vis-à-vis de la jeunesse, et s’insurgeraient systématiquement contre les injustices avérées au lieu de les oblitérer au profit de leur propre gloire et de leur propre félicité indécente... Eh bien, cela voudrait dire nous vivons dans un monde plus juste et plus mature, tout simplement, à tous les niveaux. Mais ce n’est pas le cas. Que ce serait-il passé si l’en-avant avait été commis par les All blacks dans le même scénario de jeu ? L’injustice aurait été exactement la même et la France aurait été meurtri dans sa chair ! Voir les Blacks, fantastique équipe de rugby d’un pays de 4 millions d’habitants où ce sport est plus qu’un simple jeu et qui a écrasé tout le monde depuis 4 ans, admettre leur défaite injuste sans la moindre contestation, a quelque chose d’admirable, mais de terriblement triste, et puis... voir la satisfaction générale française a quelque chose d’indécent. « Indécente », c’est le mot qui reflète le mieux ce qui se dégage de tout ça et qui reflète peut-être la France du moment d’ailleurs, « indécente »... comme a été qualifié la victoire de Glasgow à Lyon en coupe d’Europe de Football, dans l’émission dominicale de TF1 consacrée à cet autre sport, pionner en la discipline de l’injustice arbitrale et des dérives comportementales collatérales. C’est pratique, pas nouveau, mais vraiment très confortable : la victoire tout à fait légale d’une petite équipe sur une plus grosse est indécente de réussite, mais la victoire litigieuse des Français contre les Blacks est belle et glorieuse. Notre sport utopique est bien loin, il n’existera jamais.

 

La beauté du sport, c’est d’abord le jeu. Ensuite c’est la fable, le scénario qui est réalisé par les acteurs. Il y a une dimension symbolique et expiatoire évidente dans l’incertitude d’un événement sportif qui ne peut être sacrifiée au nom de la simple victoire sur l’autre. L’important, c’est la manière, on l’a totalement oublié. Un fort peut battre un plus faible, un faible peut faire douter un plus fort et en ressortir avec plus de gloire, un plus faible peut même battre un plus fort et devenir héroïque, mais si l’injustice devient partie prenante du sport, c’est que le sport est dévoyé et que sa dimension cathartique laisse la place à une extraordinaire machine à produire de la haine. Peut-on réellement savourer une victoire acquise dans l’irrégularité ? Apparemment oui, et pas qu’en France bien sûr. Mais les questions subsidiaires sont celles-ci : combien d’équipes auraient accepté le verdict final sans se sentir spolié ? Aucune, c’est évident ! Combien de pays auraient célébré une victoire invalide sans jamais reconnaître son caractère immérité ? Tous, sans doute ! Alors pour ceux qui aiment le sport avant tout pour la beauté du jeu et les multiples possibilités scénaristiques qu’il peut offrir, ça devient de plus en plus dur de supporter les injustices. Ajoutez à cela la récupération politique du pouvoir qui est opérée en ce moment en France, il y a de quoi avoir mal pour les Blacks, qui était meilleurs et méritaient de l’emporter. Parce que même si les Français ont parfaitement défendu et résisté, leur second essai est marqué sur une irrégularité.

Le sport draine de plus en plus ce sentiment nauséabond d’injustice qui, au-delà des envoûtements médiatique et marketing, finit par créer l’écoeurement chez ceux pour qui le sport reste une discipline pure et esthétique. Tout le monde a non seulement le droit de supporter n’importe quelle équipe, au nom de son idée du sport et des valeurs que l’on choisit, mais on a aussi le droit d’être déçu par la façon dont son équipe peut triompher. Le patriotisme ne doit pas justifier la négation collective et tacite d’une victoire usurpée. Sinon, c’est que le pays en question est malade. On peut se dire alors que tous les pays du monde sont malades, me diriez-vous. Je vous répondrais que oui. C’est le problème. Les Blacks auraient disposé de la victoire comme les Français. La presse néo-zélandaise aurait sans doute passé sciemment sur l’en-avant décisif. Mais il faut le dire et le répéter : quel spectacle affligeant que la célébration collective d’une victoire irrégulière. Sur le plan socio-anthropologique, cela est hautement significatif de l’état de nos sociétés. Mais nous, les amateurs de beau sport, les esthètes, les puristes, les amoureux de la performance méritée... nous, pour qui le sport transcende les frontières et les différences, nous, pour qui le sport possède une dimension symbolique, nous, pour qui la tristesse de celui qui est injustement vaincu est difficile à digérer, sommes-nous obligés de supporter sans rien dire le malaise que l’on ressent ? Doit-on se taire parce qu’il faut se conformer au patriotisme de marketing qui déferle dans les consciences ? Les commentateurs français n’ont cessé pendant cette Coupe du monde de louer l’esprit sportif des équipes, lors notamment des haies d’honneur. Ils n’ont cessé de se féliciter de l’aspect tellement valorisant du rugby. Alors pour conclure, je vous rappellerais juste le dialogue des deux Thierry de TF1, vers la 70e minute : - « Ho n’y a-t-il pas en-avant là » (sur la passe de Michalak), - « Ho là oui, on a rien vu, on oublie ». Puis, le titre de L’Equipe, le lendemain : « Tellement français ». Consternant !


Moyenne des avis sur cet article :  3.29/5   (42 votes)




Réagissez à l'article

39 réactions à cet article    


  • thirqual 10 octobre 2007 13:29

    Loi de composition des vitesses. Si on lance un ballon sur le côté et légèrement vers l’arrière en courant vers l’avant, le ballon avance dans le référentiel du terrain.

    Corollaire : si on est plaqué après le lancer du ballon, les partenaires vont pouvoir le rattraper EN AVANT de la position du lanceur. Facile à voir avec des marques sur le terrain.

    Et selon les règles du rugby, cela ne constitue pas un en-avant. Cf les liens donnés par Bozz dans un article précédent (pour une fois que je suis d’accord avec lui)

    http://www.youtube.com/watch?v=RgMlDy2jP9s

    http://img521.imageshack.us/my.php?image=michalakrg6.jpg


    • yoda yoda 11 octobre 2007 01:07

      Il y a clairement en-avant meme en tenant compte de la compo des vitesses : les lignes ajoutées sur les photos de l’équipe ne sont pas perpendiculaires au ligne tracées sur le terrain selon la regle des perspectives !!!!

      Mauvaise foi quand tu nous tiens. Il se serait passé l’inverse les francais aurait crié au scandale...

      Allez l’Angleterre ! smiley


    • thirqual 11 octobre 2007 09:15

      Si vous le dites... et donc je suppose que le journaliste de l’Equipe c’est donné le mal de calculer, avec la vitesse du passeur, les positions au cours du temps pour tracer ses repères.


    • yoda yoda 11 octobre 2007 10:44

      @ Thirqual

      Le journaliste de l’equipe s’est doublement ridiculisé : (1) il ne connaissait pas la regle que vous evoquiez visible sur le site youtube, (2) il ne sait pas tracer des reperes qui tiennent compte de la perspective (la camera est clairement de biais, le repere devrait etre comme ca : \ (pour que les lignes en pointilles soient a la meme hauteur)...

      Bien a vous


    • Alpo47 Alpo47 10 octobre 2007 13:50

      Le jeu génère des fautes et l’arbitre qui doit les relever fait partie du jeu et est faillible. Les erreurs d’arbitrage font donc partie des impondérables.

      Je trouve que la seule question qui serait importante est : L’arbitre a t-il volontairement refusé de voir une faute ?

      Personnellement, je ne pense pas qu’on puisse lui faire ce procès d’intention, donc ...

      (Quand à savoir s’il y avait faute ou pas, on en parlera encore dans 20 ans)


      • Nicoberry Nicoberry 10 octobre 2007 13:54

        Article bete, idiot,etc.... Selon vous, l’arbitre a sifflé toutes les fautes des all black ? Même sur leur premier essai ? renseignez vous avant de rédiger de telles idioties !!! Est il honteux d’etre chauvin et passionné par le sport ? Car les réaction en France sont lié seulement à ça ! la passion le chauvinisme ! et puis référez vous au lien ci dessus !!!


        • Thiland Thiland 10 octobre 2007 16:11

          Salut Si l’en-avant est légal, pourquoi tous les arbitres qui ont témoigné ont souligné l’irrégularité de cette phase de jeux. La fédération internationale des arbitres envisage d’ailleurs d’étendre le rôle de la vidéo aux phases de jeux qui précèdent la zone d’applatissage. Outre l’en-avant flagrant, il y a un talonnage à la main d’harrinordoquy, non signalé et parfaitement visible, en dexième mi-temps. On peut rescencer au moins 5 fautes non sifflées des bleus sur les rucks blacks... Si c’est si scandaleux, c’est parce que les blacks n’ont pas fait de fautes non pénalisées ! Il n’y a aucun équilibrage...Bref, ce que je dis surtout dans l’article, c’est que le plus affligeant, c’est d’assister au triomphalisme romantique « dégueulasse »de la presse pour qui une victoire injuste est une victoire héroique. Alors comme vous ne savez pas lire et que vous commentez les aticles des autres, laissez moi parler de ce match même si je n’ai pas joué au rugby. J’ai cependant pratiqué le foot à un niveau national, en jeune, et je peux vous dire que l’injustice sportive ne peut être conformée par la joie du vainqueur. L’erreur est humaine, ok, c’est pour ça qu’il faut les corriger avec la vidéo...ne serait-ce pas encore plus humain ! le facteur chance retrouverait tout son sens ! Bien à vous, Thiland


        • Nicoberry Nicoberry 10 octobre 2007 16:41

          Mais ne parler pas d’injustice sportive sur ce match ! des fautes blacks il y en a eu (hors jeu de McCaw, en avant sur le premier essai)... c’est un débat sans fin !!!

          Tout comme vous j’ai pratiqué le sport à bon niveau (moi c’était le hand),et bien sur, il faut combattre l’injustice sportive. Mais la video ne réglera en rien toutes les erreurs d’arbitrage. Ou alors il faudra regarder chaque action à la loupe.

          L’arbitre est au centre des décisions, il fait des erreurs involontaires et il faut faire avec.

          Et puis etre passionné ,entraine souvent (forcément ?) une part de chauvinisme. alors a vendredi devant les écrans et un bon verre et que le meilleur gagne (aller les bleus smiley )


        • Zalka Zalka 10 octobre 2007 16:54

          C’est le commentaire que je trouve bête, idiot, etc...

          J’ai beau soutenir la France, être bien content de son passage et admiratif de sa prestation durant ce match (en tous cas de la 2ème mitemps), j’ai été choqué de constater qu’il n’y a pas eu un seul échos de l’en avant dans les médias. Celui ci est pourtant flagrant (pas de 50cm, mais bien d’1m !).

          Il s’agit moins de remettre en cause la victoire des bleus que de déplorer le manque de fair-play des médias en omettant de parler de cet erreur d’arbitrage. Nul doute qu’une faute d’arbitrage ayant des conséquences décisives mérite qu’on en parle. Et ce quelque soit le camp qui a bénéficié de l’erreur.


        • Flamant rose 10 octobre 2007 14:29

          Un article écrit par quelqu’un qui ne connait pas le rugby.

          Qui n’a jamais joué au rugby.

          Car il aurait déjà arbitré une rencontre, et cet article n’aurais jamais vu le jour.

          Flamant


          • imarek imarek 10 octobre 2007 14:29

            L’en-avant de traille n’est pas évident. Ce qui compte, c’est la trajectoire de la balle au moment de la passe et pas la position de michalak au moment ou il reçoit la balle. L’arbitre n’ayant pas sifflé a estimé qu’il n’y avait pas en-avant. Les all-blacks n’ont d’ailleurs pas contesté cet essai.

            Contrairement à ce que vous affirmer les all-blacks ont très mal joué le coup en particulier sur les 12 dernières minutes ou ils ont eu l’occasion de passer deux drops lorsque’ils étaient dans nos 22 mètres. Ils ont voulu passer en force et ont clairement manqué de lucidité. Au rugby il ne suffit pas d’occuper le terrain, il faut aussi marquer. L’équipe de France, sur ce match, a mérité cette victoire. Sur le reste, TF1, sarko, les commentateurs... vous allez vous faire mal à l’estomac.


            • Zalka Zalka 10 octobre 2007 16:57

              L’en-avant est sans ambiguité. Le ballon se retrouve non seulement devant sa position au moment où il est laché (ce qui est dur à déterminer) mais surtout devant Traille.


            • Roswell 10 octobre 2007 15:24

              Article interessant. Je ne suis pas entierement daccord mais je soutiens les grandes lignes.

              @Nicoberry, flamand rose... Vous n’avez pas saisie la pensée de l’auteur je pense. le probleme ne se résume pas au rugby ou au sport, c’est un phénomène general qui est denoncé pas l’auteur et ce match france - nouvelle zealand un tres bon exemple.

              En effet, tant que la victoire est au bout, la maniere et les contournements du reglement importent peu (bien evidemment il ne faut pas que cela soit trop extreme). Voila ce que veux dire l’article.


              • Nicoberry Nicoberry 10 octobre 2007 15:46

                Mais je ne dis pas que je suis pour le contournement des règles pour gagner. Mais l’article se base sur le match de samedi dernier où l’equipe de france n’a pas tricher/contourner les règles pour gagner ! D’ailleurs, dans chaque match de foot , chaque match de rugby , hand ou basket il y a des fautes d’arbitrage (on ne peut aller contre celà). alors que faire ? on ne fete plus aucune victoire ? Pourquoi quand une équipe en/de France gagner il faut trouver quelques choses pour critiquer !! L’auteur parle d’indécence du triomphe ! Je trouve indécent de remettre en cause la victoire des bleus ! si les bleus gagnent : on va les traiter de doper ? il faut arreter aussi de s’autoflageler et savourer aussi c’est moment de liesse et de bonheur partager, surtout quand l’essai est valide !


              • Pallaké Pallaké 10 octobre 2007 15:41

                Ahlala et qui se souvient qu’il y a un bel en avant sur le premier essai black ??? Enfin bref comme on dit dans ces cas là.


                • Voltaire Voltaire 10 octobre 2007 15:51

                  Il existe deux réponses possibles à cet articles.

                  La première est technique : comme le font remarquer plusieurs commentaires, l’en-avant n’est pas évident (attention à la trajectoire relative et absolue du ballon : pour qu’il y ait en-avant, le ballon doit être lancé en avant par le joueur. Il n’y a pas en-avant si le ballon progresse vers l’avant du fait de la vitesse du lanceur), il était de toute façon quasi impossible à déceler par l’arbitre à son niveau, le doute sur ce type d’action bénéficie à l’attaquant, les neo-zelandais ont aussi béénficié du doute de l’arbitre sur leur second essai et d’erreurs sur plusieurs touches etc... Bref, l’arbitre est humain, des erreurs font parties du jeux, et sauf cas de plus en plus rare, elles s’équilibrent entre les deux camps.

                  La seconde concerne le fond : peut-on céléber une victoire acquise sur un coup douteux ? IL me semble que l’auteur manque complêtement l’enseignement essentiel du match.

                  Certes, toute victoire acquise par un score serré entraîne un sentiment d’injustice de la part du vaincu. Mais si l’on regarde d’un peu plus prêt les commentaires les plus objectifs de ce match, une vérité, la principale vérité, émerge : les français voulaient cette victoire plus que les Blacks. Les français étaient prêt à « mourir » pour cette victoire. C’est cette volonté farouche de ne pas se rendre qui a, sur la fin, déconcerté, découragé les blacks, et leur a fait perdre leur lucidité. C’est volonté qui a fait de ce match un match exceptionnel. En ce point, la victoire des français est méritée, quelle que soit le doute sur le dernier essai. Les français n’ont pas « volé » leur victoire, ils ont été la chercher avec les crocs, avec les trippes, avec le coeur.

                  L’esprit sportif n’a donc pas été violé, les français ne sont pas imposé sur une faute imaginaire comme un joueur de foot qui s’effondre dans la surface pour avoir un penalty ou qui marque de la main, mais par un essai à la limite, comme un but marqué sur un quasi hors-jeu (rappelons que le commentateur peut aussi se tromper : la passe en avant est toujours trompeuse et ambigüe). Et dans ce cas, les arbitre appliquent la règle où le doute profite à l’attaquant. Les bleus ont mérité cette victoire, qui fut largement dépourvue de fautes gratuites. Votre conclusion est donc totalement dépourvue d’objet.


                  • Yannick J. Yannick J. 10 octobre 2007 16:08

                    exactement....

                    On pourrait de plus parler des systématiques Hors jeu de Richie mac caw depuis le début de cette coupe du monde, puis lorsqu’il risque le carton car l’arbitre en a assez, comme par hasard le meilleur de sa catégorie n’est plus inccisif... donc les torts sont partagés, la différence est liée à l’envie...


                  • geko 10 octobre 2007 16:44

                    @L’auteur

                    Ce rubgy là va vite, très vite, alors l’erreur est humaine. Et oui ! Parlons de l’en avant des blacks sur leur premier essai. Et puis les touches non ou mal signalées par l’arbitre de touche : Le joueur black récupère le ballon dans le terrain l’accompagne en touche et la joue pour son équipe. Si vous aviez suivi les france-angleterre il y a 10 ou 20 ans vous constateriez que l’arbitrage est beaucoup plus juste aujourd’hui !

                    Cette victoire le XV ne l’a pas volé ! Les blacks l’ont perdus !

                    Je n’apprécie pas vraiment que la FFR ait fait le cadeau de la retransmission à TF1. Si vous voulez éviter les commentaires faussement passionnés de Gilardi (certes bien documenté sur le sujet) coupez le son et mettez la radio !

                    Ce qui est lamentable c’est plutôt la récupération propagandiste des valeurs du rugby par des entreprises et des personnes qui ne les ont pas...ces valeurs !


                    • Le péripate Le péripate 10 octobre 2007 17:02

                      Le rugby n’est pas une science exacte. C’est un JEU. Enfin, c’était un jeu.


                      • yralim yralim 10 octobre 2007 17:32

                        Je trouve l’article très bien fait, et portant sur un point important qui ne concerne pas seulement ce match là ni le seul rugby.

                        Je ne suis pas choqué à priori par le résultat du match. Et je comprends ceux qui disent que les fautes d’arbitrage sont un impondérable dans le sport et qu’il faut s’y faire.

                        Ce qui me choque c’est le chauvinisme outrageusement cocardier et qui en devient effectivement indécent, celui qui nie la faute ou l’occulte. Ce qui me dérange, c’est l’esprit lamentable de ces deux commentateurs qui ont, dans leur vision du jeu, bien estimé qu’il y avait en-avant et qui décident que c’est bien, et qu’il faut le taire puisque ce sont les français qui l’ont commis. Que ne les aurait on entendus hurler si la même faute était venue des blacks !

                        C’est une absence déplorable d’esprit sportif, liée à l’évolution négative de l’ensemble des sports professionnels.

                        Mais dès lors, avec des exemples pareils, comment demander à des jeunes d’être fair play, de se comporter en citoyens, de respecter des règles ? Et en cela oui cette victoire déja entachée d’une sombre histoire de maillots qui ne s’imposait pas me choque.


                        • clair 10 octobre 2007 18:21

                          ceux qui connaissent le rugby savent que si l’arbitre sifflait toutes les fautes , le jeux se reduirait a l’exercice des pénalites. Je trouve cet article exemplaire .


                          • Yohan Yohan 10 octobre 2007 18:36

                            Nous avons assez souffert d’arbitrages contestables par le passé pour ne pas s’attarder trop longtemps sur cet en-avant flagrant, que l’arbitre n’a pas vu. Les blacks ont été exemplaires sur le coup, mais les français ne sont pas les derniers non plus à faire de même sur les erreurs d’arbitrage. Exemple récent : contre l’Irlande, l’arbitre aurait dû valider l’essai (ballon de touche balbutié)et les joueurs n’ont rien dit non plus. Par contre, si les joueurs de rugby ne contestent pas les décisions de l’arbitre, certains supporter NZ n’ont pas hésité à menacer l’arbitre de mort.


                            • coati coati 10 octobre 2007 20:23

                              L’auteur a raison de souligner l’immoralité qu’il y a à triompher lorsque une victoire sportive est entâchée d’erreurs d’arbitrages.

                              Réagir à l’article en essayant de démontrer qu’il n’y a pas eu en-avant ou que de toute façon les blacks ont eux aussi bénéficié de méprises arbitrales dans ce quart de final (ou autre chose encore) n’a pas grand intérêt... enfin par rapport au problème posé.

                              On sait bien que les erreurs d’arbitrage existent, sont récurrentes et parfois désignent injustement le vainqueur.

                              Il faut mettre plus de technologie dans l’arbitrage. Cela ne peut que minimiser ces erreurs. Les machines se trompent très très rarement. Le débat se situe là. Et l’auteur peut bien faire des leçons de morale à la planète entière ça ne servira guère sa cause. Et s’il le pense c’est qu’il est naïf sur la nature humaine... Ou alors on se contente, lorsqu’on gagne injustement, de n’afficher aucun triomphalisme. Comme ça les 2 camps (vainqueur et vaincu) sont tristes.

                              Je n’aborde pas la question technique du « comment ». Pour moi il est EVIDENT qu’on peut faire beaucoup dans ce domaine.

                              Le meilleur exemple étant le foot... où RIEN n’est fait. On ne compte plus les buts valides non validés, les buts non valides validés, les expulsions injustifiées, les expulsions injustement oubliées, les ballons que l’arbitre voit à tort rebondir devant (ou derrière) la ligne de but, les hors-jeu mal jugés, etc...

                              A ce demander si la FIFA n’essaie pas de préserver à tout prix cette merveilleuse incertitude du sport. De façon à ne pas décourager « les petits » qui pourront toujours espérer un coup du sort, une intervention divine (comme la main d’un petit gros bourré à la coke), pour l’emporter. Et tant pis pour l’équité sportive. Seule la victoire compte. De cette façon on concerne un maximum de gens pour ce business qu’est le foot (et le sport en général).

                              Qd je parle de technologie pour l’arbitrage je pense à des technologies « immédiates ». Pas de la vidéo à tout va qui allongerait la durée des rencontres et ferait de fausses joies au public en permanence.


                              • fg 10 octobre 2007 21:05

                                Ce qui m’étonne également et qui n’est pas évoqué : comment peut on faire arbitrer France NZ par un arbitre anglais alors que l’on sait que le prochain adversaire est l’angleterre ?

                                POur lui laisser le choix de l’adversaire à rencontrer ? par incompétence des dirigeants ?

                                parce que comme pour le foot l’important c’est que le pays organisateur soit dans les 4 derniers ?


                                • acmazin 10 octobre 2007 21:37

                                  Et l’impartialité de l’arbitre, quelle que soit sa nationalité ? A croire (et ce n’est pas valable que pour cet article) que le monde dans lequel on vit n’est peuplé que de veaux et de paranos... On peut, à juste titre, critiquer la récupération politico-commerciale pratiquée par le couple Sarko-TF1, sans pour autant salir tout ce qui touche à la France, à travers ses joueurs qui, eux, ont tout donné pour gagner, comme ceux d’en face, d’ailleurs. Ce coup-ci, les Bleus ont gagné, une prochaine fois ce sera les Blacks. C’est bien. C’est tout. C’est un jeu.


                                • Jerome Bondu Jerome Bondu 10 octobre 2007 21:06

                                  Je suis assez d’accord avec vous. J’avais d’ailleurs posté un message sur mon blog qui soulignait comme vous l’exprimez très bien « L’indécence... du triomphe ! ».

                                  Les médias ont perdu leur quart de finale

                                  Ce titre provocateur a simplement pour but de rappeler que malgré la joie de la victoire du XV de France en quart de finale de ce mondial de rugby, la meilleure préparation pour les matchs à venir est de garder tête froide. Ce que les médias n’ont pas vraiment fait en minimisant « l’en avant » de Damien Traille. Il n’y a pas de honte à l’avouer, nous avons gagné, en partie sur une erreur d’arbitrage !

                                  « L’exploit des Bleus ! »* Comme le titre le Figaro, qui écrit « Rien, absolument rien ne semblait pouvoir faire dévier les Bleus de leur objectif de victoire » ou le « Miracle bleu, fiasco noir »** comme le titre Le Monde, me semble un peu exagérés.

                                  A ce propos, il est opportun de rappeler que le coq n’a jamais été l’emblème des Gaulois. C’était le sanglier ! L’image du « coq gaulois » est née au XIIème siècle d’une insulte des Anglais qui récupérèrent un jeu de mot Romain pour railler les rois de France. En latin en effet, Gallus signifie à la fois gaulois et coq. Ainsi les gesticulations de Philippe Auguste étaient-elles comparées à celles de cette volaille, ridicule et ... orgueilleuse.

                                  Christophe Dominici est dans le vrai quand il estime que la défaite vient notamment de l’excès de confiance des Néo-Zélandais « Les Blacks ont peut-être été orgueilleux en pensant qu’ils nous mettraient 30 ou 40 points. Ils ont manqué d’humilité » ...

                                  Il est une loi fondamentale, qui fait que sur le champ de bataille, dans les stratégies d’entreprises, comme en intelligence économique, on ne perd pas forcément parce que l’on est le plus faible, mais on perd systématiquement parce que l’on sous-estime son adversaire.

                                  Espérons que le XV de France ne tombera pas dans ce travers. Si les médias pouvaient les y aider, ce serait le meilleur des services à leur rendre. Face aux Anglais ... “Lets keep a cool head” smiley

                                  Jérôme Bondu http://jerome-bondu.over-blog.com/article-12946749.html

                                  * Sources : http://sports.lefigaro.fr/article_rugby_l_exploit_des_bleus___19563.html

                                  ** http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-947074,36-964301,0.html?xtor=RSS-3242


                                  • Le bateleur Le bateleur 10 octobre 2007 21:43

                                    Proposition d’amendement

                                    "La personne qui arbitre un match de quart de finale ne pourrait être de la nationalité du pays déjà qualifié dans la demie-finale correspondante.

                                    Même chose pour la phase suivante. Et ce de manière à ce que l’arbitrage ne concerne pas aussi le choix de l’adversaire de son équipe. Il s’agit d’éviter toute manipulation du résultat visant à faire triompher l’équipe la moins dangereuse pour son pays"

                                    Pas bête ! On aurait peut-être évité cela :

                                    « Wayne Barnes born 20 April 1979 is an Pommy international rugby union referee. He became a »professional" referee in April 2005.His refereeing in the quarter-final match between France and New Zealand, on 6 October 2007 caused controversy among fans and commentators. New Zealand centre Luke McAlister was sinbinned, unjustly in the eyes of commentators Grant Fox and Andrew Mehrtens, early in the second half yet a French player was not cited for a similar event about twenty minutes later and a very obvious French forward pass, not noted by the referee or the touch judges, resulted in a penalty and converted try respectively, giving France a 20-18 victory.

                                    Thanks Wayne Barnes For Cheating The ALlBlacks out yew dipshit now we have to Wait 4 More Years TO get the cup bAck to where it belongs"

                                    http://www.garde-a-vue.com/article-7169547.html


                                    • le pen la vie la vraie 10 octobre 2007 21:47

                                      c’est marrant, l’un des seuls juste après le match à avoir parlé de l’arbitrage coupable allant jusqu’à dire que la france avait gagné à 16 contre 15, c’est patrick Sébastien !

                                      Sur le dialogue des commentateurs « Ho n’y a-t-il pas en-avant là » (sur la passe à Michalak), - « Ho là oui, on a rien vu, on oublie », il faut le situer dans le contexte du direct et du ton employé, gilardi (qui me semble plus décontracté et meilleur en ce moment) aurait pu tel un rolland faux-cul faire semblant de ne pas l’avoir vu. Il l’a pourtant tout de suite dit. Quant à la réaction de lacroix, c’était une boutade dans un moment de joie comme celui là, rien d’autre. Je vous trouve un peu trop sérieux et pourquoi pas de mauvaise foi. Au nom de la pureté que vous revendiquez, vous n’auriez pas voulu peut-être que tf1 aille porter une cassette de l’action à la fédération d’arbitrage du rugby ?

                                      Cela dit, je suis en partie d’accord avec vous. C’est vrai, en regardant le match, sans être spécialiste du rugby, j’ai eu le sentiment que l’arbitre passait beaucoup de fautes aux français. Je sais trop bien aussi que si les blacks avait gagné sur une action litigieuse, on en parlerait encore partout en France et on critiquerait l’arbitre à n’en plus finir. Mais bon, cela dit, ceux qui ont fait la fête ne sont pas forcément des chauvins stupides, et ont aussi intériorisé cela, j’en suis sûr. On peut faire les deux quand ni supporters ni joueurs ne sont responsables des erreurs d’arbitrage, d’autant que les bleus ont fait un excellent match. Peut-être d’ailleurs a t-on fêté un tout petit peu moins la victoire par respect pour cette « injustice ». On ne peut pas décemment en demander plus. Tout ceci me parait trés humain, pas idéal certes, mais simplement humain. Vous coupez un peu les cheveux en quatre.

                                      J’ai pour ma part plus été choqué par l’attitude des joueurs français au moment du « akka » (orthographe improbable). S’avancer devant les joueurs black jusqu’à presque les toucher ne m’a pas semblé trés respectueux, voire presque indécent. Et les français ont montré là hélas ! qu’ils étaient fidèles à leur réputation de vouloir toujours se faire remarquer à tout prix.

                                      Quant à sarkozy, c’est risible : imaginez jospin ou royal, vous auriez eu le même plan hilare après l’essai (peut-être un peu plus tardif avec royal qui comprend lentement).


                                      • Sir William 11 octobre 2007 13:33

                                        « J’ai pour ma part plus été choqué par l’attitude des joueurs français au moment du »akka« (orthographe improbable). S’avancer devant les joueurs black jusqu’à presque les toucher ne m’a pas semblé trés respectueux, voire presque indécent. Et les français ont montré là hélas ! qu’ils étaient fidèles à leur réputation de vouloir toujours se faire remarquer à tout prix. »

                                        J’ai entendu dire que la FFR avait demandé à son homologue néo-zélandais la permission d’adopter une telle attitude lors du Haka ( orthographe improbable aussi )des blacks. Donc tout sauf de l’irrespect bien au contraire. Après peut être n’était il pas prévu qu’ils se retrouvent si proches. D’un autre coté pourquoi les blacks auraient-ils le monopole ( avec quelques équipes venant des îles ) du cérémonial d’avant-match ?


                                      • ytty54 ytty54 10 octobre 2007 23:07

                                        Bon déjà c’est facile d’analyser après coup et au milimètre ce qui s’est passé et a du être jugé en une fraction de seconde. Cet en avant possible mais pas prouvé ne change pas le résultat final vous savez pourquoi ? Parce qu’après le match, Graham Henry, le coach blacks est passé dans le vestiaire des bleus. Dans un silence respectueux il les a félicité estimant que les meilleurs avaient gagné. Voilà ce que c’est le sport de haut niveau, l’esprit du rugby, c’est trés éloigné du contenu de votre article.


                                        • moebius 10 octobre 2007 23:18

                                          ..du trés bon, l’article.


                                          • Walid Haïdar 11 octobre 2007 01:43

                                            Je vous suggère à tous de regarder les deux liens de thirqual, en premier commentaire.

                                            Personnellement, j’avais été très étonné qu’un en avant ne soit pas sifflé sur cette action.

                                            Mais en voyant la vidéo de la fédération australienne d’arbitres de rugby, très instructive en ce qui concerne l’en avant, et en la rapportant à la séquence d’images sur l’action de traille/michalak, l’en avant n’est plus du tout évident.

                                            En effet, dans la vidéo susmentionnée (ils ’agit d’un tutorial sur l’en avant en fait), on y explique en plusieurs temps ce qu’est véritablement un en avant, et ce qui ne l’est pas. On y mentionne aussi le fait qu’il y a parfois confusion des arbitres, qui sifflent des en avant qui n’en sont pas.

                                            1/Un joueur qui avance plus vite que sa balle n’est passée vers l’arrière, verra son coéquipier réceptionner sa passe en avant de la position d’où il avait lancé le ballon. Le fait que le passeur avance plus vite créé l’illusion selon laquelle la balle a été passée en arrière. En fait, le joueur a lancé la balle vers l’arrière de sa position, mais globalement, la balle est allée vers l’avant. Généralement, lors d’un action offensive, la vitesse des joueurs est telle que c’est ce qui ce passe. La balle va vers l’avant de 2 à 5mètres si c’est une passe longue, mais il n’y a pas du tout en avant.

                                            2/Lorsque le passeur effectue la même passe vers l’arrière de sa propre position au moment de la passe, mais qu’il est stoppé dans sa course par un défenseur juste après ou au moment de sa passe, l’illusion est donc brisée, puisque cette illusion était créée par la vitesse du joueur, et du coup on a l’impression qu’il a lancé la balle vers l’avant, alors qu’en fait il l’a lancée exactement de la même manière qu’en 1/.

                                            Donc finalement, ce qui est important, ce n’est certainement pas la différence entre la position de départ et d’arrivée de la balle, mais la direction dans laquelle le ballon a été lancé relativement à a position du PASSEUR au MOMENT de la passe.

                                            C’est la règle de l’en avant.

                                            Et selon ces critères, la passe de traille est pile droite, mais pas en avant. Donc il n’y a pas en avant. Mais comme traille est stopé (et même presque tiré en arrière) pile au moment de sa passe, on a cette impression d’en avant, très forte d’ailleurs, puisque la passe de traille n’est pas vers l’arrière (mais juste droite), et qu’en plus traille allait assez vite au moment de la passe.

                                            Concernant l’article, je trouve qu’il monte sur des grands chevaux pour pas grand chose, car non seulement l’en avant n’est pas du tout évident (quand on fait plus attention), mais en plus, quoi qu’il en soit, les blacks aussi ont fait des fautes non sifflées (contrairement à ce que l’auteur affirme dans un de ses réponses plus bas), mais surtout, les français ont joué avec les tripes, et ils se sont bien battus.

                                            Ce match était superbe de suspense, et ce aussi bien grâce aux Français qu’aux Blacks.

                                            Pour moi, il n’y a pas d’injustice ici, j’ai aimé cette équipe de France, et si elle avait perdu face à cette équipe black de peu, je l’aurais aimé aussi. J’ai aimé les Blacks (même si j’en attendais un peu plus), et je les aurait encore plus aimé s’ils nous avaient offert un festival plus pétillant, ou s’ils avaient foutu une taule à la France. Mais ce jour là, les français étaient à la hauteur.

                                            Ce fut terrible, ce fut un choc, ce fut serré, et la réussite a choisit les bleus ce jour là.

                                            Bravo à ces guerriers, bleus et blacks, et espérant que la France et l’Angleterre soient en grande forme pour nous offrir un match super, et que le meilleur gagne !


                                            • Eric P Eric P 11 octobre 2007 08:21

                                              Disons le tout net : cet article a un vrai fond mais s’est trompé d’exemple pour illustrer son propos.

                                              Le fond : le sport a une dimension injuste récupérée par les médias et les politiques pour vendre leur sauce. On peut le juger comme allant de l’habile à l’immoral mais sport n’est plus un simple jeu, c’est une valeur économique et sociale qui reflète notre société. Le rugby n’y échappe pas malgré ses valeurs intrinsèques.

                                              La forme ici, c’est le match France-Nzélande érigé comme un exemple de mauvaise foi guidé par des intérêts multiples : patriotisme, audimat, politique etc...

                                              Mais la réalité en rugby (surtout) comme dans bien d’autres sports (aussi), c’est que les erreurs d’arbitrage sont inévitables (vidéo ou non) même si l’arbitre s’avère totalement intègre.

                                              Dans ce match, le rugbyman et l’éducateur confirmé que je suis m’autorise à dire que la victoire n’a aucunement été usurpée. S’il y a peut-être en avant sur l’essai français, rien n’est moins sur (et dans le doute au rugby, on laisse profiter l’avantage), il y aussi un essai de pénalité peu avant sur le coup pied dans l’en-but dont l’auteur fut plaqué sans ballon. On pourrait égrener à loisir l’ensemble des fautes commises par les uns ou les autres mais sur ce match, ce fut équilibré.

                                              Lors d’un stage d’arbitrage de Rugby (l’auteur a t il même arbitré ?), le formateur national a bien démontré la difficulté de prise de décision de l’arbitre en Rugby : Il ne s’agit pas de siffler toutes les fautes (le match se résumerait à un duel de pénalités) mais de siffler celles qui sont significatives dans l’esprit des règles du jeu.

                                              La loi, c’est la lettre et l’esprit...heureusement.

                                              Les français repliés en défense, profitant habilement des rares opportunités mais commettant aussi des erreurs en conquête, n’ont pas été géniaux, mais simplement combatifs à en mourir. Les Blacks, d’abord déstabilisés par les blessés, moins perçant qu’à l’habitude, se sont mis à douter. Se révoltant en fin de match, ils ont pêché par orgueil en voulant marquer l’essai au lieu de taper un simple drop qui leur donnait la victoire.

                                              Un manque d’esprit (ou trop, je ne sais pas) d’un côté, le french-flair de l’autre...

                                              Ce fut beau, victoire ou non.


                                              • Nobody knows me Nobody knows me 11 octobre 2007 09:47

                                                « Dans la seconde qui a suivi l’essai illégal, un gros plan prémédité de Nicolas Sarkozy venait souligner la révolte héroïque française. »

                                                On a eu de la chance, on a réchapper au tour d’honneur de Sarko avec l’équipe. Apparemment, notre roi voulait faire le tour avec l’équipe mais son équipe de sécurité a refusé car trop de risques... Ce mec est complètement égocentrique, c’en est maladif je crois. Un vrai petit BHL.

                                                Et le champion de la récup et du chauvinisme : TF1.

                                                ALLEZ LES BLEUS ET LES BLEUS UNIQUEMENT !! Tous les politiques qui se récupèrent ce genre d’évènement, allez vous faire...


                                                • jlouis jlouis 11 octobre 2007 10:19

                                                  L’auteur a l’air de dire que les new zealandais sont fairplait.

                                                  Je vis en Nouvelle Zelande, et je peux vous dire que certains le sont effectivement mais pas tous...

                                                  D’ailleurs, voici un petit article (en anglais) qui dit que l’arbitre va etre place sous sécurité. Il a déjà eu des menaces de morts de supporter de All Blacks...

                                                  http://www.nzherald.co.nz/section/4/story.cfm?c_id=4&objectid=10469234

                                                  http://www.nzherald.co.nz/section/4/story.cfm?c_id=4&objectid=10469118


                                                  • bernard29 candidat 007 11 octobre 2007 11:03

                                                    problème inexistant.

                                                    Car c’est évident que ces spectacles ne sont plus du sport.

                                                    D’ailleurs il ne s’agit que de faire repartir la croissance, et il est clair que si des pays veulent organiser les championnats internationaux sur leur propre territoire, c’est pour le bussiness. Tout le monde y a intérêt. Il faut remplir les stades, les sponsors qui n’aimeraient pas des stades vides et des supporters isolés, des médias désintéressés, faire plaisir au pays organisateur qui en profite pour montrer sa force et sa fougue.. etc etc.... Les équipes de ce pazys sont toujours avantagées (c’est le bussiness) et il faut un concours de circonstances incroyable pour que cette équipe nationale perde.( en finale peut être car l’argent a déjà changé de poches).

                                                    Pour les JO de Pekin, on peut déjà dire qu’il y aura une pluie de médailles d’or pour les chinois.


                                                    • Signé Furax 11 octobre 2007 12:37

                                                      On n’est pas au foot ! Au rugby l’arbitrage ne se discute pas, point barre.

                                                      Quant à penser que l’arbitre était pro-français, je rappelle qu’il était anglais. Alors ne fantasmez pas trop quand même.

                                                      Vous avez lu un commentaire dans la presse neozed ? Moi pas.


                                                      • trou noir trou noir 11 octobre 2007 21:13

                                                        l’@auteur,

                                                        Vous avez parfaitement raison d’avoir décortiqué cet instant du match,mais la victoire a pris le dessus..... j’ ai un trou noir. smiley


                                                        • ddacoudre ddacoudre 15 octobre 2007 19:18

                                                          Bonjour thiland.

                                                          Très bonne décortication de nos paradoxes « émotico-financiers » désolé pour ce néologisme il est venu tout seul.

                                                          Une autre indication sans la trop la commenter l’objectivité à mon sens n’existe pas, nous n’avons que des points de vue singulier, mais nous avons conservé ce terme en mémoire d’un passé d’hommes qui pensaient que certains détenaient une vérité opposable, c’est comme l’impartialité, le seul usage que je leur trouve c’est de pousser à l’apaisement.

                                                          J’ajoute mon commentaire à quelques autres excellents aussi.

                                                          Dans notre quotidien il n’est pas rare que nous nous querellions au cours de la perception d’un événement autour du temps. Je pense aux alignements litigieux du hors jeux au football. Est-ce que nous allons le mesurer à 299 792 458 mètres par seconde ? (Vitesse de la lumière en étalon historique normalisé, le mètre social, alors que nous, nous percevons une image entre 180 et 360 millisecondes, et nous, en sommes conscients entre 540 et 720 millisecondes) Même si nous pouvions le faire, pour avoir la même vision, il faudrait que tous les spectateurs soient à la même place, et que nous soyons assurés que la perspective ne déforme pas notre vision. Et la télévision ? Elle nous renvoie son temps, et elle nous trompe en exigeant de nous, que nous fassions notre le sien, au nom de l’impartialité télévisuelle, alors que ce n’est que celui du cadreur ; à qui, il est tout aussi impossible de saisir l’instant réel qui va trancher le litige. Ensuite nous ferons appel à la technique pour résoudre le litige. Cette même télévision ne nous explique-t-elle pas qu’elle nous fait vivre en direct instantané des événements qui se produisent à l’autre bout du monde.

                                                          Naturellement c’est faux.

                                                          Nous n’avons ni l’odeur ni la sensation ni une vue personnelle car il s’agit d’un langage commercial sélectif, d’une réalité partielle, dont chacun tire l’émotion qui l’arrange. Ceci parce que l’information nous arrive dans un temps que nous ne pouvons pas mesurer consciemment. Cette réalité ne nous est pas perceptible du fait de nos limites, mais l’intelligence peut la connaître et en tenir compte, au-delà des luttes d’images émotionnelles.

                                                          Je m’explique, je veux dire que l’image télévisée, n’est qu’une suite de photos. Autant nous avons conscience qu’une photographie fixe un événement passé, et suscite l’imaginaire, autant nous perdons cette réserve de vue, à cause du mouvement qui est donné à la succession de photographies qui défilent, parce qu’elles ressemblent à un instant de vie proche.

                                                          Un événement retransmis n’est qu’un fragment de vie, il est partiel et partial, il n’a toute sa valeur de réalité qu’à partir du moment où vous l’avez vécu, ou que vous connaissez l’histoire des événements qui l’ont emmené.

                                                          Sinon le film d’un événement reste des photos qui nous parlent, comme nous disons improprement, car le dialogue c’est nous qui le faisons avec notre imaginaire, quand nous ne répétons pas ceux des commentateurs et journalistes. Nous en oublions trop souvent, que les médias et la télévision en particulier sont un commerce d’audience. Ils sont une loupe grossissante, tant ils sont le reflet de la notoriété qui est sous-jacent en nous.

                                                          Ceci n’empêche pas d’avoir des commentateurs émotionnellement chauvins, mais il ne faut pas prétendre à l’objectivité d’analyse. Etre passionné et le manifester est une belle chose quand cela ne conduit pas à la violence, mais il y a, nous le savons, un lien très étroit entre les deux, et en plus depuis 98 une exploitation populiste par les politiques.

                                                          Mais l’homme n’est pas un être paisible et raisonnable.

                                                          Cordialement.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès