Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > L’UMP peut se permettre une « claque » aux municipales (et aux (...)

L’UMP peut se permettre une « claque » aux municipales (et aux cantonales)

Pourquoi, d’un coup, les médias permettent à l’opinion publique de « lâcher » le gouvernement, alors qu’il était plébiscité il y a quelques mois ? Pourquoi Les Nouveaux Chiens de garde (1) du capitalisme s’autorisent-ils une telle dégradation de l’image du président ?

Les titres de la presse ont bien évolué ces derniers temps. Rappelons-nous les nombreuses interviews du Monde et du Figaro des ministres lors de la prise de leurs fonctions concernant leurs méthodes et leur passé. Rappelons-nous les éditoriaux enthousiasmés par le "changement" promis, vers la radicalisation du libéralisme. Rappelons-nous les journaux télévisés qui passaient leur temps à admirer l’action quotidienne du gouvernement (Grenelle, réformes) et la forme qu’il lui donnait.
Aujourd’hui, de Radio France à Libé, en passant par Le Figaro, on met bien en avant la « chute dans les sondages » du président. La gauche bande ! Elle n’a plus rien à faire pour les municipales. Toutefois, on entend le matin sur France Inter que « le message est clair, si les Français sont mécontents, ce n’est pas par rapport à ce qu’il fait, mais par rapport à ce qu’il ne fait pas ». Et pourtant, de nombreuses lois passent en ce moment, et l’actualité internationale n’est pas brillante. On parle beaucoup de « fabuleuses » primaires démocrates, comme si le peuple français s’identifiait à la gauche américaine, sans évoquer dans les titres du 20h les événements à Chypre (communistes réunificateurs qui prennent le pouvoir, l’UE flippe), en Grèce (grève quasi générale), ou le Tchad (trop complexe pour le public visé...). On occulte ce qui est important au profit de l’actualité « bling-bling » du couple présidentiel (cf. Les Guignols).
Il est vrai que les grosses réformes sont mises de côté pour quelque temps, mais qu’a à perdre la droite avec les municipales ? Faut-il avoir peur d’une « vague rose » dans les mairies ? 1) Une grande partie des municipalités est laissée à tel ou tel parti suite à des accords tacites aux niveaux locaux ou régionaux. 2) La mairie reste en France une institution sans grand pouvoir. D’un côté on félicitera l’Etat et les entreprises pour l’aide apportée à des projets « écolos » ou autres (sécurité...) et de l’autre on rejettera la responsabilité des échecs sur les municipalités (logements, pas d’attractivité des territoires pour les entreprises donc pas d’emplois).
La droite peut perdre, l’opinion publique fluctue bien assez vite.
Autre perspective : le remaniement ministériel. Il est certain que le président va encore nous surprendre avec de nouveaux secrétaires d’Etat, des nouvelles décisions phares.

Le traitement médiatique des municipales : une commune par jour !
Une super-méhode, qui a conquis toutes les formes d’information quotidienne (radio, télé, journaux) ! On voit défiler les bilans de plein de villes, les débats centraux de chaque commune, Pernaut nous emmène dans la ruralité. On nous apprend quels sont les enjeux : économiques, sociaux, urbains, écologiques. « Voter, c’est important » nous dit-on d’un air tant infantilisant que fatiguant et exacerbant. Du coup, après, on fait des sondages du style : 79% des électeurs iront voter « en pensant plutôt aux enjeux qui concernent (leur) ville » (2). Face à la propagande médiatique, c’est évident (bande d’imbéciles) ! Il n’empêche que 52% des gens ont voté pour le président, il y a 10 mois. Il a aujourd’hui 38% d’opinions favorables (3), c’est du délire ! On nous prend sacrément pour des cons dans l’histoire ! (Veuillez m’excuser pour cet emportement.)
Ce qui est prévisible, c’est un taux de participation hors normes pour ces municipales, en faveur des alliances de gauche (PS-MoDem-PCF-Verts).
Les mois prochains seront peut-être fatidiques en ce sens qu’une minorité de la population continuera à agiter les molécules du corps social par le bas. Un peu partout, sous plein d’étiquettes, on sait qu’un vaste mouvement confus se crée et commence à porter de nouvelles idées sur le pouvoir, la croissance, la consommation, les rapports de force. Reste à chacun de prendre la responsabilité d’une implication franche dans le(s) changement(s) qui s’impose(nt).

Nathan Blanckaert

(1) Les Nouveaux Chiens de garde, Serge Halimi, Passion d’agir.
(2) Sondage LH2-Libération, source JDD, 13/01
(3) Sondage Ifop-JDD, source Libération, 23/12


Moyenne des avis sur cet article :  3.83/5   (41 votes)




Réagissez à l'article

47 réactions à cet article    


  • tvargentine.com lerma 28 février 2008 11:14

    Je ne crois pas qu’il ne va pas se produire "une vague rose" car le PS et la gauche dans son ensemble ont été atomisé par la stratégie suicidaire à l’élection présidentielle et que comme tout les citoyens dans ce pays,nous voyons bien que des notables locaux (de droite ou de gauche) vont voir leur pouvoir remis en cause par l’émergence de nouvelles listes ,de nouveaux candidats représentants l’anti-système du conservatisme local

    Les besoins ont changé dans les communes et seul les réalisations contraites seront acceptées par les citoyens

    Je pense que la gauche va se planter et principalement à Paris et nous verrons que le MARKETING ne ressemble pas un projet de société

     

     


    • Le péripate Le péripate 28 février 2008 14:06

      Est-ce que ce pronostic est aussi sérieux que celui qui voyait Bling-blang battu à la présidentielle ?


    • Yvance77 28 février 2008 15:43

      Par contre il est une chose impossible à atomiser c’est une forme d’intelligence chez lerna.

      Car pour ce faire, encore faut-il qu’elle ait pu existée.

       

      A peluche


    • Forest Ent Forest Ent 28 février 2008 11:28

      Il est vrai que les médias parlent de tout sauf de ce qui est important. Mais je ne pense pas qu’ils aient inventé l’impopularité du président. Je pense plutôt qu’il y est arrivé tout seul, et que c’est la simple conséquence de ses promesses électorales. Travailler plus en période de chômage massif, ça vaut largement la fracture sociale. Et non il n’y a plus de représentation politique crédible, ni à droite ni à gauche. Il reste quatre ans pour clarifier le sujet.

      Sarkozy va maintenant devoir choisir une ligne politique entre toutes ses promesses contradictoires. Je pense que ça va beaucoup ressembler à Chirac.


      • Entropiste 28 février 2008 19:59

        « Mais je ne pense pas qu’ils aient inventé l’impopularité du président. »

        M’est avis que ce sont bien les médias qui ont fabriqué la popularité de Sarkozy. Donc ce ne serai pas abusé de dire qu’ils sont également responsables de son impopularité. A moins que l’on considère que sa popularité ne soit devenue insoutenable.


      • Forest Ent Forest Ent 28 février 2008 21:06

        Je penche pour cette dernière hypothèse.


      • Djanel 29 février 2008 07:53

         

         A ce cher Hihihihi noctambule notoire.

         

         

        En publiant à 3 heure du matin, vous avez de bonne chance que l’on ne vous moinsone pas, Hihihhi alias Demian West, et comme en fin de matinée les nouveaux articles paraîtront, vos commentaires iront dans les archives sans que le public puisse vous lire et vous replier comme il se doit. Toutes mes félicitations pour votre action en faveur de Sarko qui en vous voyant agir aura quelques craintes de se voir défendu par les imbéciles.

         

        De toute manière ce n’est pas grave car votre texte n’a aucune valeur littéraire même pour rubrique des chiens écrasés. Il ne contient aucune information sur ce que vous penser en conséquence, vous ne possédez pas le pouvoir de convaincre. Votre humour ne fait rire que vous parce que pour un lecteur habitué d’AVox ce que vous dites, n’est qu’une banalité de plus qui vient s’ajouter à la liste bien fournie des imbécillités déjà exprimées.

         

        Au plaisir de vous revoir.


      • hood 28 février 2008 11:57

        Vous ne répondez pas vraiment à la question intéressante que vous posez en ouverture : pourquoi les media ont lâché Sarkozy.

        Une hypothèse simple : le patronat a voulu son élection pour être tranquille et ne veut pas spécialement d’un président fort dont certaines promesses lui nuiraient. Le président, comme ceux qui ont voté pour lui sont les dindons de cette farce. Pendant la débacle du nabot, les affaires continuent et le parlement est toujours aussi coulant avec les lobbys.

         En conclusion, le patronnat peut se permettre que l’UMP se prenne une claque aux municipales.


        • goc goc 28 février 2008 17:36

          ca peut aussi venir d’une defense corporatiste, apres l’attaque du nabot contre le journaliste de libé lors de la conference de presse


        • Patience Patience 29 février 2008 11:02

          Ca me parait probable, à moi aussi.

          Mais aucun journaliste ne l’avouera jamais.


        • Narkoléon 28 février 2008 12:00

          Les médias tapent dur sur Sarko depuis qu’il a porposé de supprimer le pognon des médias publics. Les médias privés se joignent à la "lutte" parce qu’ils savent qu’ils sont les suivants sur la liste (coupure des subventions).

          C’est la vrai raison de la baisse de sarko dans les sondages et la démonstration que ce sont les médias qui tirent les ficelles, sans qu’il y ait de contre pouvoir.

          D’un coté ou de l’autre, quelqu’un va se faire couper les couilles. Je suis curieux de voir qui va perdre la bataille...


          • val 28 février 2008 12:02

            Vous oubliez que de ces élections locales dépendent la désignation des grands électeurs, électeurs seuls habilités à voter pour les sénatoriales.

            Une vague " rose et orange" peut changer quelque peu la composition de l’Assemblée Sénatoriale lors du prochain renouvellement.

             


            • tvargentine.com lerma 28 février 2008 12:07

              Les médias n’ont laché personne

              Ils se comportent maintenant comme la revue "entrevue",ils font de l’argent et cherchant les coups marketing car nous savons tous que le couple Nicolas Sarkozy - Carla Bruni attire beaucoup et font vendre beaucoup

              D’ailleurs il voudrait connaitre le chiffre exact des ventes avec des couvertures "Sarkozy-Bruni" et des ventes sans !

              Attendons un peu de voir ces infos,"le canard enchainé" va faire surment un sujet dessus prochainement


              • Narkoléon 28 février 2008 12:29

                "D’ailleurs il voudrait connaitre le chiffre exact des ventes avec des couvertures "Sarkozy-Bruni" et des ventes sans !"

                Pour une fois, lerma n’a pas dis une bêtise. Ces médias gagnent-ils gros en tapant sur sarko ?


              • Traroth Traroth 28 février 2008 13:00

                Les médias ont fait Sarkozy, et peuvent parfaitement le défaire. Pourquoi le font-ils ? Il a sans doute dû déplaire à ses maitres du Medef.


              • Traroth Traroth 28 février 2008 13:04

                Exemple concret : à l’époque des déboires à la tête d’Airbus et d’EADS, on lisait des stupidités comme "Sarkozy lâche Lagardère". Pour lâcher quelqu’un, encore faut-il le tenir. Et on est train de découvrir qui de Lagardère et de Sarkozy tient l’autre. Ce n’est pas le valet qui lâche le maitre...


              • goc goc 28 février 2008 17:40

                Pour une fois, lerma n’a pas dis une bêtise

                 

                c’est quand meme pas une raison pour plusser le zozo

                et puis j’ai quand meme mis un "-", c’est pour les fois ou j’ai oublier de le "moinsser", qaund il raconte une connerie, c’est a dire a chaque fois


              • luteola luteola 28 février 2008 12:09

                qu’a à perdre la droite aux municipales et aux cantonales ? bah déjà le soutien des élu(e)s de droite à notre omniprésident, et donc la splendeur de ce dernier... comment pourrait-il virer des ministres s’il l’on démontre que le seul problème c’est lui ? en fait, le seul problème n’est pas lui, mais l’ensemble de sa politique, mais ça j’espère que ses electeurs s’en rendront compte aussi rapidement...

                et pis ensuite la majorité au Sénat... dont les membres represensent les élus locaux... et sans le sénat, la droite ferait moins bonne figure.

                donc je crois pas à ce bluf. le droite a besoin de gagner ces elections pour se relancer.


                • Traroth Traroth 28 février 2008 12:36

                  Un titre qui montre que la droite a changé d’objectif : elle est passé de "gagner les municipales" à "amortir le choc du désastre aux municipales".

                  La droite peut se permettre l’échec ? Tant mieux pour elle. On ne va pas se priver. Ce que l’auteur oublie d’analyser, c’est l’impact d’un véritable fiasco à ces élections sur les prochaines sénatoriales. Le Sénat va-t-il basculer à gauche ?


                  • Narkoléon 28 février 2008 12:38

                    "Le Sénat va-t-il basculer à gauche ? "

                    Et voter sa propre dissoulution, vieille lubie à gauche...


                  • Traroth Traroth 28 février 2008 12:58

                    Dissoudre, non, réformer, sûrement. Une assemblée-cadeau bonus à la droite, ça n’est pas démocratique.


                  • Narkoléon 28 février 2008 13:39

                    En tout cas, Jospin voulait la suppression pure et simple, et Montebourg également. C’est pourquoi je parle de lubie de la gauche. Puisque le pouvoir n’est pas accessible, on le supprime.


                  • Traroth Traroth 28 février 2008 16:31

                    J’ignorais que Jospin et Montebourg représentaient "la gauche", à eux deux.


                  • PUCK 28 février 2008 23:07

                    Que le Sénat passe à gauche ,on s’en fout .

                    Le Sénat ne sert strictement à rien sauf à nous couter du fric ....

                    Supprimons le Sénat ,placard en or de tous ceux qui n’ont pas trouvé de place ailleurs .


                  • Traroth Traroth 29 février 2008 10:46

                    Entre vouloir supprimer le Sénat et dire qu’il ne sert à rien dans les institutions actuelles, c’est très différent. Si le Sénat bascule à gauche, ça permettra un bien meilleur équilibre.

                    Et personnellement, je comprends l’intérêt du bicamérisme. Simplement, le mode de désignation actuel du Sénat, c’est n’importe quoi.


                  • Voltaire Voltaire 28 février 2008 13:00

                    Comme d’autres lecteurs, je reste sur ma faim vis à vis de cet article.

                    Vous ne répondez en effet pas à la question posée dans le titre, et l’article comporte certaines affirmations plus que douteuses ;

                    "1) Une grande partie des municipalités est laissée à tel ou tel parti suite à des accords tacites aux niveaux locaux ou régionaux" : première nouvelle ! Ce type d’affirmation demande à être étayée ! A part cas exceptionnel, i me semble au contraire que le contrôle des municipalités comme des conseils généraux fait l’objet de luttes acharnées, et ce pour une bonne raison : aucun parti politique ne peut survivre sans élus locaux. Les Verts et le FN en font l’amère expérience.

                    "2) La mairie reste en France une institution sans grand pouvoir. " Rien n’est plus erroné. Même avec les récente réforme qui privent effectivement le maire de certaines de ses anciennes prérogatives, un maire demeure sans doute l’élu dont le pouvoir effectif est le plus important (sauf dans les petites communes, regroupées au sein de communautés de communes). C’est bien aussi pour cela que les mairies sont si disputées, d’autant qu’elles permettent un enracinement souvent à long terme des politiques : le maire demeure l’élu le mieux aimé et connu des citoyens, et être maire permet souvent ensuite de se présenter à d’autres élections avec de bonnes chances de succès.

                    Si votre analyse sur le traitement médiatique des élections est sans doute juste, vous devriez reprendre cet article un peu confus afin d’en dégager votre message plus clairement.

                     


                    • tvargentine.com lerma 28 février 2008 13:57

                       Un sondage CSA de novembre 2007 montre que l’insécurité a été reléguée au neuvième rang des préoccupations des Français, loin derrière le pouvoir d’achat (48%), la santé (39%), la retraite (37%) ou encore l’emploi (32%).

                      Ce silence apparent des candidats est d’autant plus surprenant que la loi de prévention de la délinquance du 5 mars 2007, en confiant au maire un rôle "pivot" en matière de prévention de la délinquance, avait suscité tant de remous l’an dernier.

                      Nous pouvons reconnaitre que Nicolas Sarkozy par ses réformes dans la sécurité public aura permis de remettre ce problème à sa juste place des préocupations des citoyens.

                      Durant des années l’insécurité pollué le débat politique local,maintenant le débat politique local existe et c’est une très bonne chose


                      • Le péripate Le péripate 28 février 2008 14:04

                        Merci monsieur le Président !


                      • LE CHAT LE CHAT 28 février 2008 15:51

                        @lerma

                         

                        la chute du pouvoir d’achat ressentie par les catégories les moins favorisés va faire remonter l’insécurité , car il faudra que l’homme à la rollex explique comment fait on pour survivre avec un smic par les temps qui courrent .Zyva L’économie parralèle pour faire bouillir la marmite !


                      • Traroth Traroth 28 février 2008 16:34

                        Lerma, vous êtes en train d’affirmer que la délinquance a baissé, depuis mai ?


                      • 1984 28 février 2008 16:35

                        Lerma ton argumentation est tellement débile que je me demande si tu n’es pas sarkozy ?


                      • Traroth Traroth 28 février 2008 16:41

                        Ah, *voila* à quoi me faisait penser la stupidité de Lerma ! Je me disais bien que ça me rappelais quelqu’un...


                      • Ran 29 février 2008 10:02

                        Incroyable, j’ai plussé Lerma. Pas pour l’argumentation, mais pour avoir mis le doigt sur un problème réel : celui de la PERCEPTION de l’insécurité (et non de sa réalité).

                        Sarko a été élu dans un climat de peur et d’insécurité, assez complètement déconnecté du réel, et très largement fabriqué par les médias certes, mais qui reflétait un problème de fond : l’absence ou la médiocrité de la COMMUNICATION des gouvernements précédents (droite et gauche) sur la question de la sécurité a fait le lit des extrémismes les plus détestables.

                        Depuis que Nicolas Ier a rempli nos petits écrans de bleu police et de bruits de bottes, les gens ont eu ce qu’ils voulaient : les petits vieux barricadés chez eux se sentent plus en sécurité, et le citoyen moyen a enfin, comme au bon vieux temps, plus peur des policiers que des voyous. On peut donc enfin passer à un autre débat.

                        Reste l’argument sur la pertinence de soigner le mal par le mal... Mais c’est un autre débat.

                        P.S. Ma conclusion pour ceux que l’argumentation précédente aurait égarés : éh la gauche, faites AUSSI de la comm. sur la sécurité, sinon les lâches voteront tous en masse pour l’autre bord, et on se retrouvera ENCORE avec la République des Lâches aux commandes !!


                      • tvargentine.com lerma 28 février 2008 15:20

                        Vous êtes invité à participer à un débat citoyen autour de l’Analyse du déclin du logement social en France

                         


                        • Traroth Traroth 28 février 2008 16:42

                          Vous voulez parler de la non-construction de logements sociaux par la droite depuis qu’elle est au pouvoir ? Ou vous préférez parler du non-repsect des quotas de logements sociaux à Neuilly ?


                        • adryan barlet 28 février 2008 16:46

                          Article Confus, très dans la RagoVox Populi.

                          Personne ne comprend plus rien à la politique française parcequ’il n’y a plus rien à comprendre :

                          Avant Sarkozy combattait l’insécurité dans les banlieues ?à ce qu’on disait...

                          Maintenant il crée l’insécurité présidentielle par son comportement insensé.

                          Les français sont perplexes et je crois aux surprises absentionnistes !


                          • TSS 28 février 2008 17:39

                            la plupart des maires UMP ne mettent pas le logo du parti sur leurs professions de foi !

                            ils ne sont pas fous


                            • wesson wesson 28 février 2008 18:50

                              Bien vu l’auteur, la fabrique des medias essaie effectivement de dégonfler l’opinion en chargeant le gouvernement. Après ces élections gagnés par la gauche, nous verrons probablement des articles du genre : "le gouvernement, l’assemblée et le sénat à droite, les régions et les mairies à gauche, la france est donc équilibrée ... "

                              mais est-ce vraiment le gourvernement qui est chargé ? en fait non, c’est Sarkozy qui est chargé, et c’est facile tellement il est caricatural. Par contre, c’est soigneusement dit et répeté à longueur de sondages catastrophiques, "mais l’action du gouvernement n’est pas sanctionnée, la preuve, Fillon est très populaire".

                              Elle est là à mon avis, la vrai manipulation de l’opinion, qui prends une tournure de : "laissez faire le pantin pendant que son gouvernement de gens sérieux travaille à faire les bonnes réformes".

                              ça me rappelle furieusement un certain Bush, présenté par les médias initialement comme un crétin définitif... maintenant qu’ils l’ont eu pendant 7 ans, les Américains savent que Bush était tout sauf un crétin, et que sa bétise assumée a permis de détourner l’attention sur les décisions catastrophiques notamment en politique intérieure que le gouvernement Bush a prise...

                               

                              Voilà à mon avis ce qu’il se passe aujourd’hui en France, ni plus ni moins que ce que les Américains ont subi avec Bush.

                              Si les français comprennent que on leur bourre le mou avec ce pantin de Sarko, alors les sondages sur l’action de Fillon - à mon avis bien plus dangereux que sarko - vont suivre le même chemin vers les profondeurs ...


                              • sale bête 28 février 2008 19:23

                                N’oublions pas :

                                Mr Sarkosy a fait (ou laissé) tirer à balles réelles sur des journalistes français en Egypte,

                                lors d’un jogging avec Kouchner l’un d’eux a même eu la clavicule cassée par ses molosses.

                                 

                                Du jamais vu !


                                • sale bête 28 février 2008 19:31

                                  les municipales et les cantonales

                                  paient à manger à presque 100.000 personnes (les élus)

                                  bien plus si l’on rajoute la famille, les amis, les fournisseurs divers à qui l’on trouvera un emploi ou un contrat juteux !!!???

                                   

                                  les municipales c’est aussi les 500 signatures pour la présidentielle ... et le chantage associé !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès