Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > La culture universelle selon Arte

La culture universelle selon Arte

Tout le monde connaît Arte, la chaîne qui veut diffuser la culture à tout le monde, celle qu’on paye avec nos impôts et ceux de nos amis allemands.

Arte, la chaîne publique (comprenez "qui reçoit de l’argent public venant de nos impôts et taxes obligatoires") nous a inventé, dans sa mission de service public de la plus grande diffusion de la culture, artevod.fr

VOD, c’est Video On Demand, un terme bien français et allemand pour l’exception culturelle qui est qu’on peut regarder l’émission quand on veut et non plus seulement aux heures de diffusion bien précises qu’on ne connaît pas toujours.
Pas mal, non ?

Seul petit problème, notre chaine publique a choisi de ne s’adresser qu’à la partie de la population qui a des ordinateurs avec Windows.

Macintosh, dehors : ce ne sont pas des bons citoyens, et c’est pour ça que même si la chaîne a le devoir de recevoir leur argent pour faire des émissions, elle ne leur doit rien. C’est politiquement plus correct que d’éliminer les Chinois, les Juifs ou ceux qui ne mangent pas de porc, mais si c’est volontaire, ce n’est pas bien plus joli. Et le simple fait que nulle part on ne voit un seul texte de regret ou une excuse, serait-elle que bidon, pour nous dire qu’ils cherchent, me laisse penser que c’est volontaire.

Quand à ceux qui ont Linux : ah ah ah ! Qu’est-ce que c’est que Linux ? Ca fonctionne ? Il n’y a que des chercheurs universitaires qui marchent en sabots qui ont ça ....

On peut se demander quelles sont les raisons de ce choix plutôt discutable, sachant que les outils VOD pour Mac et Unix, il en existe autant que pour Windows. Et en fait, je crois que j’ai trouvé l’explication : la licence.
Car pour 0,99 euros pour une émission ou 2,99 euros pour un film (aussi cher qu’un vidéo club), on a le droit à 48 heures de visionnage et ce, dans un délai de 30 jours après la commande.
Et ça, c’est media player 9 qui permet de le contrôler, et cela marche sur Windows.

Voilà donc l’explication de ce choix : s’associer avec Microsoft à l’exclusion de tous les autres parce que cette boîte dont on connaît l’absence totale d’altruisme s’il n’a pas la couleur verte du dollar, est la seule à permettre à Arte de bien protéger ses droits au visionnage de ses émissions.
Oui, mais ses émissions, ce n’est pas moi, vous, nous, qui les payons avec nos impôts ? Que TF1 ou M6 fassent ce genre de choses avec leurs émissions de TV réalité en piquant le maximum de fric au public, je comprends, ils n’ont pas d’autre mission que de faire de l’argent.
Mais qu’Arte, qui touche de l’argent en tant que chaîne publique pour faire de la culture, fasse cela, alors là, je ne trouve pas acceptable. Ou alors, qu’ils renoncent à l’argent public et je leur reconnaîtrai le droit de choisir le public qu’ils veulent en limitant l’accès à ceux qu’ils veulent. Après tout, KTO ne reçoit pas d’argent public, et je ne la regarde pas sans que cela les gêne, ni moi d’ailleurs.


Moyenne des avis sur cet article :  4.63/5   (139 votes)




Réagissez à l'article

33 réactions à cet article    


  • gem (---.---.117.250) 16 janvier 2007 12:46

    Bon article

    Pour paraphraser un grand homme : « pour que cela soit un service public, il lui manque deux choses : qu’il rende service, et qu’il se soucie du public ». Pas spécifique à Arte, hélas...


    • Amerigho (---.---.94.65) 17 janvier 2007 14:38

      On nous impose d’office Windows et bien sur Internet Explorer. J’ai XP et j’ai voulu naviguer dans leur site avec FIREFOX, c’est impossible. Bonjour le service au public ! Rarement vu un site aussi verrouillé et dévoué à la firme américaine de Redmond.


    • space_cowboy (---.---.205.201) 16 janvier 2007 15:04

      Complètement improductif...

      Sans les impôts, ça donne du TF1 et en matière de culture, ça le fait pas des masse...

      La culture n’est pas partout, la culture c’est quand on se fait un peu de mal cérébral pour s’enrichir... tout le contraire des complices de coca... si tu veux pas payer d’impot, vote pour ton borgne ou casse toi en suisse...

      Bande de propagandistes analpha-bêtes !


      • gem gem 16 janvier 2007 16:16

        pfff...

        * je n’ai pas lu que l’auteur ne veut pas payer d’impôts, mais qu’il ne veut pas payer come consomateur ce qu’il a déjà payer come conttribuable. Non à la double peine !

        * « casse toi (en suisse ou alleurs), c’est vraiment »l’argument" débile par excellence. Qui t’expose toi-même à l’injonction d’aller de casser à Cuba ou chez le petit père Kim,

        * avec les impôts ça donne FT2 et c’est pas mieux que TF1...

        * De toute façon le principe de la démocratie c’est qu’il n’est plus permis de porter un jugement collectif sur la culture, il n’y a plus que des gouts individuels qui se valent tous (du boum-boum binaire à Mozart, de Rambo au voleur de bicyclette, de l’acteur amateur à Philippe Caubère etc.), ce qui vide de sens votre « critique » de la « culture TF1 »


      • Bruno (---.---.109.53) 17 janvier 2007 17:42

        @space_cowboy pfff n’importe quoi apparement tu répond à un article que tu n’as meme pas lu ou alors c’est plus grave : t’es con !


      • zeloise 16 janvier 2007 18:56

        merci pour ce plaidoyer ! On pourrait aussi ajouter France2, France3 et France5 à la liste. A se demander si les chaines publiques françaises n’ont pas des actions chez Microsoft !

        zeloise


        • dana hilliot dana hilliot 16 janvier 2007 19:06

          j’avais écrit à Arte pour m’en plaindre (étant sous linux ubuntu edgy) ils m’avaient gentiment répondu qu’ils prenaient en compte mon message etc.. c’était il y a quelques mois rien de nouveau manifestement..


          • dionysos (---.---.232.178) 16 janvier 2007 19:13

            moi auusi je suis sous edgy ! bienvenue au club !


          • Bill Bill 16 janvier 2007 19:07

            Arte, la chaine de la désinformation publique ! Payé avec nos deniers ! Moui !

            Il y a tant d’informations déjà sur internet, pas un grand intéret !

            Bill


            • dionysos (---.---.232.178) 16 janvier 2007 19:14

              Tout le monde doit avoir accès à la culture. Et il y a des choses bien parfois sur Arte. Halte aux D.R.M. et vive Linux !


            • T.B. T.B. 20 janvier 2007 21:32

              Dionysos. Je trouve qu’il y en a de moins en moins. Arte se nivelle peu à peu avec les autres chaînes de plus en plus affligeantes. De plus en plus d’intox, Arte n’y échappe pas.


            • Algunet 16 janvier 2007 20:47

              Payer pour regarder une émission en VOD d’une chaine publique ? faut être maso ! C’est peut-être pour cela que seuls les windaubiens sont concernés, Arte considère que les linuxistes et macciens sont suffisemment intelligents pour programmer leur enregistreur.

              Une seule solution, le boycott. smiley


              • Romain (---.---.6.147) 16 janvier 2007 22:00

                Je propose une lettre type à adresser au service téléspectateur d’une chaîne de France Télévision ou à son webmaster. Vous pouvez la recopier ou vous en inspirer :

                Bonjour, Mme, Mr. France télévision a créé courant 2006 son service de vidéo à la demande. Pourtant celui-ci est en contradiction avec le 1er article de la charte de l’antenne. Le voici :

                1.1.1. La télévision de tous La télévision publique est la « télévision de tous les citoyens, [du] public pris dans toutes ses composantes ». Elle s’adresse à tous, elle privilégie l’intérêt général sur les intérêts particuliers, elle est accessible à tous. Elle a pour mission de « s’adresser à la société dans son ensemble ».

                La télévision publique telle que vous la définissez est accessible à tous... Sauf que votre service de vidéo à la demande, nouvelle forme de télévision, n’est accessible que depuis des PC équipés du système d’exploitation Windows. Les utilisateurs de MAC ou de PC sous Linux sont sommés d’« essayer depuis un autre ordinateur ». Selon mes estimations ces utilisateurs représentent presque 5% des internautes. 5%, ce n’est pas rien. On est donc loin « du public pris dans toutes ses composantes » et de « la société dans son ensemble ». J’ajoute que votre service ne fonctionne qu’avec le logiciel Windows Media Player. Au final l’intéropérabilité est inexistante au niveau des systèmes d’exploitation ainsi qu’au niveau des logiciels. J’espère que vous allez faire évoluer la situation dans les prochains mois et vous mettre en conformité avec la charte de France Télévision.

                Cordialement.

                À envoyer au service téléspectateur de France 2 : http://relations.france2.fr/ France 3 : http://relations.:france3.fr/ ou France 5 : http://relations.france5.fr/ ou au webmaster de France Télévision : webmestre@francetv.fr

                Arte ne fait pas parti de France Télévision et je n’ai pas réussi à trouver la charte de cette chaîne. La lettre ci-dessus n’est donc pas tout à fait valable dans ce cas. Mais le combat est le même.


                • chris (---.---.187.98) 16 janvier 2007 22:22

                  Moi je suis sous linux je connais donc bien le problème.

                  On peut très bien proposer de la video à la demande payante pour linux et mac. Il existe même un format de protection libre.

                  Je pense qu’il s’agit donc plutôt d’ignorance. Une ignorance un peu provoqué par microsoft qui a depuis longtemps compris qu’il fallait mettre les prestataires dans leur poche. Ainsi, bien souvent si le client (arte dans le cas présent) fait appel à un prestataire qui connaît sur le bout des doigts les technologie microsoft et qui propose donc ce qui lui semble le plus évidant.

                  Microsoft abuse de sa position de monopole (apple fait la même chose cf. l’ipod/itune et d’autres cas). C’est à nous consommateur de pousser la sonnette d’alarme. Et de demander qu’arte et les autres mettent l’interropérabilité dans leur cahier des charges.

                  Notons l’ignorance que seul l’UDF propose dans son programme une vrai politique en faveur du logiciel libre.


                  • nanoman (---.---.44.14) 17 janvier 2007 09:38

                    Je suis assez d’accord avec cette analyse, et je dirais même plus que d’ignorance il s’agit de facilité : il est indéniable que la manière la plus simple de développer un service de VOD (d’autant plus quand le web n’est pas son métier d’origine) est de se tourner vers windows. Et il faut avouer que malgré tout c’est sur windows et IE qu’il y a le plus d’utilisateurs - pourquoi dans ces conditions développerait-on un service spécifique pour Mac ou Linux, par conviction ?...Et développer plusieurs services de front est un investissement trop lourd sur un marché où tout le monde perd de l’argent, sauf les majors.

                    Enfin il faut savoir que ceux qui subissent le plus l’intox sécuritaire de microsoft sont certaines majors et ayants droits divers qui pensent que la drm est la voie du salut. Et qui refuseront donc de vendre leurs droits à une plate-forme linux.

                    Mais des films comme l’Empire des Sens ou les Ailes du Désir (bon le choix fait un peu orienté !) en téléchargement, même compatible uniquement windows, moi je trouve ça bon pour la culture


                  • Xapon (---.---.195.126) 19 janvier 2007 13:00

                    Il existe effectivement des formats de protection libres mais comme dit l’auteur « Non à la double peine ! » Il me semble injustifié de faire payer le téléchargement d’émissions déjà payées par nos impôts. Je dirais même que diffuser le plus largement possible et sans contrainte des éléments de culture me semble un devoir pour ARTE. Que ses émissions soient copiées et diffusées le plus possible devrait être son objectif.


                  • T.B. T.B. 20 janvier 2007 21:11

                    @ CHRIS « seul l’UDF propose dans son programme une vrai politique en faveur du logiciel libre »

                    Encore une pub mensongère d’un bayrouiste (il y en a beaucoup) sur Avox . L’UDF est une des plus timide concernant le logiciel libre. Voir lien ci-dessous qui m’évite le copié-collé :

                    SPÉCIAL ÉLECTIONS Positions des formations politiques sur le logiciel libre et sur la brevetabilité des logiciels :

                    http://www.linux-france.org/ cphil/election2002.html

                    TB pour la démocratie directe et le logiciel libre.


                  • T.B. T.B. 20 janvier 2007 21:19

                    Ca ne correspond pas. Vous tapez « Positions des formations politiques sur le logiciel libre et sur la brevetabilité des logiciels : » et là vous pourrez faire la comparaison avec tous les partis.

                    (J’ai pourtant copié le http du lien et ça renvoie ensuite sur une autre page, bizarre !)


                  • SIMBAD (---.---.198.18) 20 janvier 2007 10:13

                    Arte est une chaîne totalement différente. Les émissions sont d’une très grande qualité et vraiment instructive. En vous entendre plaindre pour si peu je crois que ce n’est pas sérieux. ARTE a le plus petit budget et toute petite investition se fait en détriment de la qualité. C’est vrai que c’est embêtant pour ce qui n’ont Windows mais il faut pas faire tout un procès. ARTE c’est une chaîne sérieuse et s’il y a une probleme elle sera résolue dans le temps. PS. Vous avez regardé le film d’hier soir sur les présidentielles de 2002 ? Croyez-vous q’il y avait une autre chaîne qui aurait l’audace de le transmettre ?


                    • koudou 20 janvier 2007 11:03

                      Je ne nie pas le fait que les émissions de Arte soient d’une grande qualité.

                      Et ne croyez pas qu’il y ait à l’intérieur de mon article une quelconque intention de dire le contraire. Et parmi les nombreuses chaines que je regarde, Arte fait partie de mes préférées.

                      Mais, car il y a un mais, si on a eu le réflexe de programmer son magnétoscope, qu’il soit analogique ou numérique, on peut conserver pour son propre usage une copie que l’on regarde dans un temps décalé. Et tant que la loi n’est pas changée en France, nous avons ce droit.

                      La VOD se justifie en grande partie par le fait que si on n’a pas pensé à programmer son magnétoscope, on peut quand même retrouver l’émissionn ou le reportage qu’on a manqué.

                      Ce qui me déplait, c’est que pour des raisons abruptement de savoir faire de protection, arte s’arroge le droit de choisir qui a le droit d’avoir ce service en choisissant l’unique configuration qui permette de le faire.

                      Depuis mon article, Arte m’a répondu en me disant que sur Apple, il faut utiliser le système de protection itunes et que par conséquent, ils ne veulent pas mettre à disposition sur mac parce que cela obligerait à avoir iTunes.

                      Bien non ?


                    • (---.---.108.56) 20 janvier 2007 19:00

                      « La VOD se justifie en grande partie par le fait que si on n’a pas pensé à programmer son magnétoscope, on peut quand même retrouver l’émissionn ou le reportage qu’on a manqué. »

                      C’est exactement ça que je ne comprendrais jamais . Si on pense à enregistrer , on a la vidéo ad vitam aeternam , si on n’y pense pas faut payer cheros pour avoir le droit de visionner un temps limité ! Qu’on nous fasse payer le serveur,la bande passante touça ok mais plus pour seulement 48 heures smiley


                    • kasko (---.---.229.89) 21 janvier 2007 00:44

                      ARTE : une chaîne de qualité ? oui sauf qu’elle est d’une hypocrisie très pernicieuse. Exemple : la fiction Poison d’avril diffusée vendredi soir 19 janvier : la manipulation dénoncée par une ... manipulation !

                      Très intéressé par tout ce qui est manipulation, convaincu qu’il s’agit d’un véritable fléau moderne et faisant confiance à ARTE pour traiter honnêtement ce sujet, je me suis précipité sur « Poison d’Avril ». Consternation : la soi-disant fiction est un modèle de manipulation ! Tout ce qui est présenté est certainement exact mais la manière d’annoncer, les choix faits et les omissions présentes en font une émission faussement neutre. Il s’agit d’une manipulation assez subtile mais tout aussi pernicieuse et condamnable que les autres manipulations. Ma déception découle de 5 observations simples :

                      1 / Que la télévision et les médias en général manipulent leurs publics respectifs est vrai, qu’ils le fassent de manière outrageuse et machiavélique comme montré dans le film l’est aussi. Par contre, pour être honnête, il faut dire que ceci se fait à gauche comme à droite et depuis longtemps. La Direction d’ARTE est trop perspicace pour ne pas le savoir et n’aurait aucun mal à trouver le pendant à gauche. Traiter ce sujet en ne démontant que les manipulations de la droite s’appelle de la... manipulation (par le choix et l’omission). Pour que ce n’en soit pas il aurait fallu que vendredi prochain ARTE programme une autre fiction sur une manipulation de gauche. A ma connaissance ce n’est pas prévu.

                      2 / Démontrer que la tactique de la droite en 2002 a consisté à mettre en avant l’insécurité, quitte à l’amplifier et à la dramatiser, et que ceci a joué en défaveur du PS est exact mais ne peut pas être considéré comme neutre et impartial quand on le diffuse à 3 mois des élections de 2007 ! Choisir dans les extraits un passage montrant Ségolène Royal (côté victime : Lionel Jospin) et Nicolas Sarkozy (côté méchant : Jacques Chirac) ne peut pas être un choix sans arrière-pensée car en 2002 ni l’un ni l’autre ne faisait partie des tous premiers personnages de la campagne. C’est donc une fiction qui a des objectifs partisans évidents, mais non déclarés. Ce décalage entre la présentation (fiction sur la manipulation) et le contenu s’appelle de l’hypocrisie.

                      3 / Mêler des extraits d’archive avec de la véritable fiction donne à l’œuvre un statut ambigu. Ceci lui confère, de fait, un statut de « documentaire » ou de « dossier politique » au moins pour partie. Le fait d’annoncer cette émission sous le seul terme de fiction est un mensonge.

                      4 / S’offusquer de l’utilisation d’un « fait divers » amplifié, voire déformé (le Monsieur Voise d’Orléans) sans rappeler que tous les médias (télé, radio et papier) nous inondent de tels cas depuis plusieurs années est plus que tendancieux. Présenter l’utilisation d’un fait divers comme quelque chose d’extraordinaire et choquant pour les journalistes est abusif. Il y là aussi de tout évidence de la manipulation.

                      5 / Situer le cadre dans une chaîne privée, concurrente de France 2 est hypocrite, bien que France 2 n’apparaisse pas comme irréprochable dans le film. Comme il n’est dit nulle part que le service public manipule aussi (ARTE le confirme avec cette fiction !), le minimum d’objectivité n’est pas assuré. Ce choix protège le service public et charge le privé de manière sournoise, c’est aussi de la manipulation.

                      Certains autres éléments ont dû m’échapper, mais ceux-ci suffisent à montrer le côté pernicieux de la manipulation réalisée par ARTE. Je n’ai pas voté pour Chirac au premier tour en 2002. Je ne voterai pas pour lui, s’il se présentait, en 2007. Ni pour Sarkozy. Je ne cherche donc à défendre personne. William Karel, le réalisateur, se justifie en expliquant que c’est la première grande manipulation politique en France. Ceci est une appréciation personnelle que certains contesteront en estimant que Miterrand a été le plus manipulateur et le plus machiavélique au point que Chirac s’en est inspiré. Peu importe le rang de l’un et de l’autre, cet avis est personnel et n’est pas partagé par tous. L’honnêteté exige alors de jouer carte sur table, d’indiquer le parti pris et de ne pas cacher certaines de ses intentions. Une œuvre partisane est tout à fait légitime, mais elle doit se présenter comme telle. On ne peut pas annoncer une comédie politique et faire insidieusement une œuvre orientée à 3 mois des élections. Il est inacceptable que des censeurs utilisent les méthodes qu’ils condamnent. Et nous manipulent avec notre argent ! Bravo ARTE.


                    • aixetterra... aixetterra 20 janvier 2007 11:30

                      Cher Dr Koudou, Bien que la chaine en question monopolise une large part, du peu de temps que je consacre au petit écran, pour la simple raison qu’elle constitue (parmi les chaines hertziennes), selon moi, le seul exemple de télé originale et pluriculturelle, j’apprécie, et vote donc favorablement pour votre article qui dénonce la soumission et/ou l’acoquinage des médias envers le plus puissant d’entre-eux. Bien à vous, Aixetterra.


                      • (---.---.178.178) 20 janvier 2007 12:36

                        Régle 1 pour le boycotte sur internet : l’indifférence !

                        Si vous n’aimez pas quelques choses, quelqu’un..., vous ne cliquez jamais sur son lien.

                        J’aime pas ségollande, je passe...

                        C’est juste un petit problème de stats ! Et si une majorité s’en dégage, les réactions ne se font pas attendre...

                        Régle 2 faite tourner une pétition, avec 100 000 signatures, dans un premier temps, les acteurs concerner la mette à la poubelle, dans un deuxième temps ils y reviennent... ou déposent le bilan !

                        Exprimons notre pouvoir, il sera toujours vainqueur...


                        • (---.---.29.186) 20 janvier 2007 13:20

                          Achétes toi un pc à 500 euros et nous casse pas les couilles.....


                          • Forest Ent Forest Ent 20 janvier 2007 14:56

                            On touche comme prévu avec la DADVSI aux limites du système :

                            http://www.agoravox.fr/auteur.php3?id_auteur=6425

                            Impossible de faire payer la transaction sans DRM, et pas de DRM libres possibles. Ceci est un exemple parmi d’autres de la bourrasque qui va secouer les télés dans peu de temps, comme les journaux et les CD audio sont déjà dans la tempête internet.


                            • idoric (---.---.239.57) 20 janvier 2007 19:06

                              > « Oui, mais ses émissions, ce n’est pas moi, vous, nous, qui les payons avec nos impôts ? »

                              Tout comme les logiciels qui sont utilisés par nos administrations publiques, je m’interroge toujours sur les fortunes qui sont dépensées auprès d’éditeurs propriétaires, alors que cet argent pourrait être bien plus utilement employé à la création d’un logiciel libre équivalent, dont nous pourrions ensuite tous bénéficier librement et gratuitement.

                              Un exemple concret : les logiciels de gestion de notes dans les établissements scolaires. Rien qu’avec profnote [1], qui déclare équiper 4000 établissements [2], et sachant que le plus petit forfait annuel (l’achat définitif, c’est trois fois plus chers), c’est 220 €, cela fait déjà 880000 €, soit la possibilité de payer pendant un an 48 développeurs à 1500 €/mois… bref, largement de quoi financer un équivalent libre. Et sachant que la plupart des établissements payent plus que ça, qu’il n’y a pas que profnote, on réalise que le gachis est en réalité bien plus gigantesque…

                              Désolé pour le long exemple, mais je suis sûr que c’est beaucoup plus parlant maintenant, non ?

                              Enfin bref, tout ça, c’est pour dire que le raisonnement suivi par l’article (nous n’avons pas à payer deux fois, une fois en tant que contribuable et une fois en tant que consommateur) est généralisable à toutes les productions numériques.

                              [1]http://www.profnote.com/ [2]http://www.profnote.com/fr/info.php?idProd=2&design=3&article=134


                              • Julien (---.---.17.122) 20 janvier 2007 22:30

                                >> cette boîte dont on connaît l’absence totale d’altruisme s’il n’a pas la couleur verte du dollar

                                Contre-verite totale... ce serait si pratique si c’etait le cas...mais non, microsoft redistribue beaucoup.


                                • koudou 20 janvier 2007 22:57

                                  A ma connaissance, la politique de Microsoft est de ne rien faire qui ne soit favorable au business, directemet ou indirectement. Tout est orienté là-dessus.

                                  Par ocntre, j’ai pu voir comme tout le monde un certain nombre d’actions positives entreprises sans que je ne puisse y voir autre chose que de la générosité de la part de certains de ses dirigeants, à commencer par Billou.

                                  Mais pour ce qui concerne Microsoft dont j’ai eu l’occasion de lire la policy qui m’a fait beaucoup penser à celle d’IBM d’ailleurs, je n’ai rin vu qui n’ait une arrière-pensée.

                                  De toute façon on est très loin de l’éthique d’une boite comme Essilor.


                                • Nico Legros 20 janvier 2007 23:01

                                  1/ Arte est une chaîne du service publique ? (sources) 2/ Ce serait une chaîne publique, son rôle (ce pourquoi elle recevrait des subventions) serait de diffuser des programmes de qualité et de nécessité (autre que gouverné par l’audience). Ce que rempli très bien Arte. Le service VOD est un service de plus, c’est service supplémentaire (payant). Rien en vous oblige à le consulter. 3/ Le problème est plutôt le monopole de Microsoft et non la « perfidie pro-capitaliste » des chaînes de télé.


                                  • Bayrolien (---.---.157.177) 20 janvier 2007 23:36

                                    Juste par esprit de contradiction, il me semble que William Gates est plus altruiste que Mr Smet par exemple. William Gates consacre une part non négligeable des revenus qu’il a tirés de sa première entreprise, Microsoft, à sa seconde : la fondation Gates.

                                    Or sujet mais ça soulage :

                                    Mr Smet n’est pas Louis Pasteur. Son apport au bien être de l’humanité francophone est bien moindre que celui de Mr Pasteur. Je n’ai pas connaissance que Mr Pasteur soit allé s’installer en Suisse pour payer moins d’impôt.

                                    Le travail de Mr Smet me parait moins pénible que celui d’un mineur de fond. Les revenus respectifs ne sont pas en rapport avec la pénibilité des « travaux ».

                                    Revenant au sujet :

                                    Les thés et fins et autres utilisent un bien public, l’espace hertzien, pour diffuser leurs messages publicitaires et avilissants. J’estime qu’ils ne paient pas assez cher le droit de souiller de leurs saletés ce bien public. Avec une plus juste rétribution de ce droit accordé, on pourrait financer sans impôt les chaines publiques.

                                    Arte n’est pas une chaine codée que je sache, tout le monde a accès à sa diffusion en direct.

                                    Maintenant qu’elle propose un service supplémentaire qui soit payant, je ne vois pas où est le problème. Dans la mesure où cette société est détenue par des organismes publics, les bénéfices qu’elle tirera de ce service complémentaire seront autant de moins que l’Etat aura à lui procurer. Et à la limite, si elle venait à en tirer plus de bénéfices que ce que l’Etat lui injecte, les dividendes qu’elle versera alors à l’Etat seront autant de moins que les français auront à payer en impôt !

                                    A quand un président de la République chanteur, qui vendrait des disques au monde entier et dont le produit servirait à construire des routes, des écoles et des hôpitaux pour le bien être de ses administrés ?

                                    A part ça, vive Firefox, Linux, Openoffice, The Gimp et tous les autres. Internet, l’IP de TCP/IP n’est-il pas l’enfant d’Unix, l’oncle de Linux ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès