Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > La fièvre perdure, mais ça va mieux

La fièvre perdure, mais ça va mieux

L’information à flux tendu ne nous contraint-elle pas à réviser artificiellement et sans cesse la hiérarchie de nos centres d’intérêt ?

Vous avez remarqué que le monde des gueux ne claque plus du bec ou beaucoup moins ? Si, sans blague, en l’espace de moins d’une semaine nous sommes passé des « émeutes de la faim » à « circulez, y a rien à voir » depuis que les gouvernants des pays les plus riches ont promis de faire ce qu’il fallait pour soulager les crampes d’estomac des miséreux tout en ne tapant pas sur les doigts de la « main invisible du marché » qui, au cas où vous en douteriez encore, règle tout pour le mieux dans le meilleur des mondes. Cependant, dans l’enceinte vertueuse des bourses, les cours du blé et du riz n’ont pas fléchi, au contraire, et celui du pétrole enfonce tous les jours son propre plafond sous les hourras admiratifs des spéculateurs pour qui un record est une fin en soi, qu’il s’agisse du prix du baril de brut ou du 100 mètres haies.

Tiens ! à propos de course à pied, ça se tasse sur le front des JO depuis que Pékin a trouvé une parade en organisant minutieusement le boycott « spontané » des magasins Carrefour, qui sont aussi sacrés au pays de Descartes qu’un temple bouddhiste au Tibet.Du coup ici, Nicolas, le prince régnant, multiplie les attentions délicates envers les Chinois et invite personnellement à l’Elysée mademoiselle Jin Jing, athlète handicapée odieusement bousculée à Paris par des contestataires contre-productifs qui en ont fait subito une héroïne pour les foules sentimentales qu’un rien bouleverse, sauf une exécution capitale.Manque de pot, le bourgmestre Delanoë, soucieux d’ajouter un chapitre au feuilleton, en profite de son côté pour nommer le dalaï lama et le dissident Hu Jia citoyens d’honneur de la ville lumière au vif mécontentement des autorités pékinoises décidément très sourcilleuses, comme tous les bureaucrates bornés, à propos de mesures symboliques qui, nous le savons, ne coûtent vraiment pas cher à celui qui les prend et devraient provoquer ou l’indifférence de ceux à qui elles s’adressent ou leur réplique ironique, par exemple en faisant d’Yvan Colonna un citoyen d’honneur de la ville de Pékin ou en invitant Filipe Bidart à faire la promotion d’ETA à l’université de Nankin.Quoi qu’il en soit, sponsors et champions auraient tort de s’inquiéter puisqu’il s’agit à l’ouest comme à l’est de distraire les masses durant plus d’un trimestre en attendant le grand rabibochage au moment de l’ouverture des Jeux promis à un grand succès grâce à un habile marketing politico-commercial qui aura motivé le spectateur depuis le début de l’année.

Même zapping accéléré en ce qui concerne Ingrid Betancourt, successivement à l’article de la mort puis brusquement requinquée et pour finir en pleine forme ou presque.Il paraîtrait qu’on s’avise enfin en haut lieu qu’une telle médiatisation, outre qu’elle finit par lasser le public, fait le jeu des ravisseurs et que consigne serait donnée de mettre Ingrid en veilleuse le temps que sa cote d’échange se déprécie suffisamment pour qu’elle ne vaille plus à tout casser qu’une douzaine de guérilleros ordinaires.De nouvelles dispositions qui éviteront peut-être à notre Président et à son Iago de ministre des Affaires étrangères de se ridiculiser derechef en jouant les Don Quichotte en jet, la poésie en moins, la forfanterie en plus.

« Trappés » aussi les SDF décidément peu photogéniques et, comme nul ne l’ignore, gais comme des pinsons le printemps venu, quand il faut vraiment être embourgeoisé jusqu’à l’âme pour avoir besoin d’un toit, Eric Breteau et sa petite bande de fournisseurs d’enfants exotiques pour nantis en mal d’adoption, les dons en liquide de l’IUMM aux syndicats nécessiteux, les pertes abyssales de la Société générale déjà étanchées, comme quoi plaie d’argent n’est pas mortelle, et le très baroque Sarkozy première mouture au profit de son si digne et sobre remplaçant.Vous verrez que s’il tient la distance dans ce genre ascétique qui lui sied comme un tutu de ballerine à un moine, on finira par lui réclamer davantage de fantaisie.

Bah ! tourne la roue folle de l’info aussitôt oubliée que publiée puisque grâce à elle se mêlent en salade le grave et l’insignifiant, la réalité brute et la mise en scène, le fond et l’anecdote, formant du tout un brouet dont, gavés, nous ne savons plus distinguer le prioritaire de l’accessoire.

Mathias Delfe


Moyenne des avis sur cet article :  4.43/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • melanie 3 mai 2008 15:31

    @ l’auteur,

     

    J’adore le ton acéré de votre article ...on dirait du Marianne et c’est un compliment.

    Tout ce que vous dites est exact tant la roue médiatique tourne en accéléré et broie à mesure les informations hier déclarées comme cruciales et ce avec une indifférence meurtrière qui génère une amnésie frénétique.

    Ingrid ,avez-vous dit ?? C’est déjà du passé, presque réglé.

    L’arche de Zoé ??? C’était quand déja ???

    Les emeutes de la faim ??? C’est en passe de se régler puisqu’on en parlé en haut lieu.

    Le Tibet ? Déjà, on en parle moins au bénéfice des salamalek de rafafa et consorts.

    Vous avez raison, la valse médiatique est impitoyable et nous "règlons" les problèmes les uns après les autres en fonction de l’actualité de l’instant et et notre égotisme borné par quelques coups de coeurs humanistes.

     

    Les SDF ??? Zut , on avait oublié, avec le printemps venu...

     


    • isis 5 mai 2008 02:09

      tout à fait d’accord avec vous.

      mais pour moi la question est : quand seront nous suffisement matures pour ne plus nous laisser berner / bercer / promener par les medias de masse , ou pour ne pas craindre le manque de sensationnel à la lecture du monde diplomatique ?

      en fait, la question est peut etre : quand on est plusieurs dizaines de millions à penser, comprendre et reagir face à une meme info, pouvons nous esperer que cette masse grouillante soit lucide, responsable et proactive ?

      à ceci rajoutons que les infos se demultiplient et se contredisent pour satisfaire chaque obediance, compliquant la tache pour celui qui cherche l’objectivité là dedans..

       et maintenant que nous avons conscience de ce jeu de dupe qu’est l’information.. que faisons nous ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès