Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > La mauvaise idée d’Alain Minc

La mauvaise idée d’Alain Minc

Alain Minc rit et les radios associatives pleurent.

Mais qu’est-ce qui motive "un essayiste du week-end" (comme il s’est présenté) à donner de mauvaises idées au président de la République ? Alain Minc était l’invité de Nicolas Demorand ce mardi 19 février 2008 au matin sur France Inter. Pas imbu de sa personne ni autosatisfait de son ego démesuré, il s’est efforcé d’être juste ce qu’il faut d’arrogant et d’antipathique pour faire monter un peu plus la moutarde au nez des radios associatives.

Donner la petite idée de "nationaliser le service public" sans avoir réfléchi en amont aux mesures nécessaires pour la réussite de ce projet, c’est faire fi des lois de l’apesanteur, de la logique et du respect des gens. Comme le dit Alain Minc, il faut prendre les gens de court pour faire bouger les choses. La population, les salariés du service public et même les dirigeants des télévisions et radios publiques ont en effet été pris de court, sans parler des ministres, comme Christine Albanel, ministre de la Culture quand même. Cependant, cette proposition a été adoptée par Nicolas Sarkozy avec tellement de joie, d’impatience et, oserais-je le dire... d’amateurisme que personne n’avait prévu que les radios associatives seraient touchées (connaissaient-ils le dossier avant de faire l’annonce devant les journalistes le 8 janvier dernier ?).

En effet, leur financement principal (Fonds de soutien à l’expression radiophonique) est financé à hauteur de 28 % par les taxes sur les recettes publicitaires des chaînes de télévision publiques et les radios du groupe Radio France, soit une somme de 7 millions d’euros à trouver quelque part au fond des tiroirs vides de l’Elysée, en plus du 1,2 milliard d’euros nécessaire pour combler le manque à gagner du service public.

On peut dire qu’Alain Minc a donc réussi son effet de surprise avec une mauvaise idée à 1,9 milliard d’euros. Pendant ce temps, les radios associatives voient leur fin arriver. Leur financement principal est amputé de 28 % grâce à Alain Minc et leurs emplois aidés sont supprimés grâce à la politique très sociale du gouvernement.

Et si on mettait des verrous aux portes de l’Elysée pour que certains "visiteurs du soir" n’y entrent plus ?


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (34 votes)




Réagissez à l'article

19 réactions à cet article    


  • tvargentine.com lerma 20 février 2008 11:02

    Il est étonnant de voir un homme libéral qui donne parfois des bonnes idées mais aussi de mauvaises,tout cela faisant avancer le débat d’idées

    Dans ce débat,la seule véritable solution pour FRANCE 2 c’est la privatisation car c’est une garantie de rentrée d’argent dans les caisses de l’Etat et FRANCE2 est dans un secteur concurrentiel qui ressemble à du TF1 ou du M6

    De plus,nous n’avons pas à financer les sociétés privées des animateurs producteurs ,qui vont ainsi s’enrichir avec l’argent du contribuable

    Il s’agit donc d’une erreur d’analyse d’Alain Minc

    Il aurait plutot utile de vendre FRANCE 2 à Hachette ou BOLLORE pour plusieurs milliard d’euros et ainsi apporter une solution

    Au lieu de cela,on va monter une usine à gaz avec l’argent du contribuable qui rale car il n’a déjà plus de pouvoir d’achat

    Arrêtons tout de suite le massacre,il faut privatiser FRANCE2


    • Vieux Sachem 20 février 2008 16:36

      Vous avez raison, Lerma, de la Star Academy et de la Loft Story sur toutes les chaïnes, sans oublier la Ferme des Célébrités, L’Ile de la Tentation et autre Koh Lanta, ça va relever le niveau de culture des Français et l’amener à votre niveau tristement désolant.

      Est-ce que ça vous arrive parfois de réfléchir avant de parler ?


    • philou 20 février 2008 17:48

      On peut savoir pourquoi tu utilises la photo et le pseudo de Michael Moore ?

      Ce n’est pas à mon sens conforme à la charte d’AV.


    • tchoo 20 février 2008 11:14

      Il faudrait surtout réfléchir avant d’avancer quoi que ce soit.

      Mais cela ne fonctionne plus comme ça, on balance n’importe quoi, tout le monde se sent obligé de réfléchir, parce que le Prince à parlé et qu’il a tellement dit qu’il ferait ce qu’il dit, que chaque connerie émise est pris pour argent comptant.

      Il est certain que supprimer la pub sur les chaines publiques est une réforme prioritaire qui va amélioré la vie en France.

      Sans aucun doute !


      • Trashon Trashon 20 février 2008 15:05

        "Il est certain que supprimer la pub sur les chaines publiques est une réforme prioritaire qui va amélioré la vie en France"

        Ce n’était surrement pas le but visé :

        www.lesechos.fr/info/comm/300231510.htm

        Juste un petit cadeau de plus de sarko à ses potes

        Et, qui c’est qui va encore cracher au bassinet ??


      • ZEN ZEN 20 février 2008 11:22

        Alain Minc ? Une des éminences grises de l’Elysée ? Celui qui n’a pas peu contribué à couler le Monde en tendant la main à Lagardère pour lui faire ce gros cadeau ?...


        • bernard29 candidat 007 20 février 2008 13:53

          Minc n’a jamais eu de bonne idées.


          • Spyder974 Spyder974 20 février 2008 15:50

            On a l’impression que de nos jours, il faut simplement proche du pouvoir pour que nos désire deviennes une réalité. Comme au temps des rois, le roi dit le peuple subbit.

            Il y a toujours des limites, la révolution à deja eu lieu une fois ...


            • philou 20 février 2008 17:42

              Pour qui a lu "Petits conseils" de Georges Mauduit on ne peut qu’applaudir le fait que Minc conseille Sarko, il le coulera encore plus vite qu’il n’a coulé de Benedetti et tant d’autres. Au pire il ira conseiller le PS en même temps comme il fait pour les fusions acquisitions : il conseille à la fois le prédateur et la proie pour accélérer le processus et toucher des deux côtés.


              • JL JL 20 février 2008 18:28

                Voici la copie du mail que j’aie envoyé ce jour à Nicolas Demorand :

                ""j’ai écouté Alain Minc ce matin. Plusieurs de ses propos m’ont choqué, et je voudrais particulièrement citer celui-ci qui m’a paru insultant et méprisant envers Nicolas Demorand et par delà, pour tous les auditeurs :

                Minc a dit à N. Demorand : "Vous en tirerez avec la logique qui est la votre la conclusion que vous voudrez".

                Parce que je crois que la logique est une, la même pour tous excepté pour les simples d’esprit. Ce que ne sait pas Mr Minc et qui fait que nous avons des points de vue divergents c’est que nous avons des connaissances et des valeurs différentes. Pésupposés différents et logique commune mènent à des conclusions différentes.

                Les obscurantistes savent bien qu’avec des présupposés différents et une logique différente, on peut arriver à une conclusion identique, et c’est pourquoi ils sont coutumiers des sophismes.

                Que ce monsieur Minc ait une telle influence et un si petit esprit m’effraie.""

                Pour moi, Alain Minc est une "crétin utile" à l’establishment. Mais comme cet establishment est peuplé de crétins, il y a naturellement sa place.


                • Jean Lasson 20 février 2008 21:33

                  "cet establishment est peuplé de crétins"

                  Crétins, sans doute pas tous (encore que leur compétence globale soit proche de zéro), mais escrocs et salauds, sûrement !

                   


                • wesson wesson 20 février 2008 23:34

                  Alain Minc sur France Inter interrogé par Demorand, c’est plus qu’un évenement, c’est une synthèse.

                   

                  Pensez-donc un imbécile interrogé par un âne !


                  • Charles Ingalls Charles Ingalls 21 février 2008 10:03

                    C’est une insulte pour les ânes...

                     


                  • GéraldCursoux Cursoux Gérald 23 février 2008 18:35

                    La notion de service publique n’a aujourd’hui plus de sens. Comment dire ce qui en est et ce qui n’en est pas ? C’est une notion à jeter à la poubelle du jacobinisme, du communisme, et de tous les ismes franco-fraçais. Ne doivent rester à l’Etat que les fonctions régaliennes, qui doivent être assurées par des fonctionnaires. Tout le reste est du secteur concurrentiel ordinaire et les salariés doivent être sous contrat, comme ailleurs.

                     

                     

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Solano


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès