Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > La notion médiatique de « bon client »

La notion médiatique de « bon client »

Le phénomène s’amplifie : le « bon client » des médias impose-t-il sa parole singulière ou entre-t-il dans un système qui le domine ?

Depuis plus d’une dizaine d’années, les animateurs et commentateurs de la sphère médiatique utilisent de manière récurrente une expression troublante pour désigner un homme ou une femme qui apporte une valeur ajoutée quantifiable à un programme télé ou radio, celle de bon client. Passons sur le clientélisme que cet usage linguistique promet. A l’intérieur ou hors du service public d’information et de divertissement, le programme, l’œil sur l’audience, a besoin de fidéliser, donc de séduire. Quand l’offre multiple génère un comportement récepteur de zapping, que ne faut-il faire pour produire du spectacle ! Ainsi, au fil des émissions, ce concept s’est installé, ces hommes de tempérament se sont imposés comme capables de créer de l’inattendu. Paradoxalement, et cela dans le même temps, les émissions de télévision ont considérablement réduit la part d’aventure liée au direct du plateau. On assiste donc aujourd’hui, du côté des producteurs et animateurs, à un désir d’offre qui laisse éclater les propos singuliers et les personnalités dérangeantes en même temps que celui-ci réduit la liberté de diffusion : au cas où le « bon client » dérape, on peut couper ! Ce qui signifie que chez le bon client sommeille un mauvais client qui s’ignore ! Le rapport dominé/dominant participe de ce rapport d’offre et de demande. Mais comment appréhender ce rapport ?

Pour savoir de quoi on parle, examinons ce phénomène à l’aide d’une typologie simple : elle dit beaucoup, à mon sens, sur l’état de nos attentes de spectateur. Empiriquement, je vois quatre types de « bons clients » donc quatre postures langagières :

  1. le discours surjoué, bavard et inventif, type Michel Serrault-Fabrice Luchini : on l’aime parce que les décalages qu’il promet sont de l’ordre d’une bouffonnerie tranquille et en partie formatée. On ne s’ennuie jamais, on est dans la cour de récréation... Serrault peut montrer son derrière au journal de 20 heures, c’est le derrière du comédien. Ces hommes-là ne se mettent jamais à nu, ils jouent avec folie une nudité qui passe essentiellement par une rhétorique du cache.
  1. Le discours sincère, constant et brut, type Sœur Emmanuelle-Arlette Laguiller : on l’apprécie parce que le sillon qui l’anime est antisocial et casse le moule de la puissance invitante. Certes, on sait ce qu’on va entendre, mais on est dans la cour des comptes... Sœur Emmanuelle tutoie la planète et ce tutoiement s’impose comme un projet de vie qui interroge le nôtre. Ces êtres hallucinés laissent entrevoir la simplicité d’une certitude et c’est souvent le téléspectateur qui se retrouve nu devant l’évidence d’une rhétorique étrangère.
  1. Le discours revanchard, populiste et catégorique, type Jean-Marie Le Pen-Marielle Goitschel : on l’utilise pour chauffer un plateau, pour traquer la surchauffe. On sait qu’ils sont là pour casser notre bien-être, on est dans la cour de cassation... Le Pen dérape avec ou sans brio, et le dérapage garantit l’écho. Ces individus du malaise foncent sans prendre de gants. Boxeurs invétérés, ils donnent à voir le corps blessé de l’écorché, ils nous coupent la langue par une rhétorique au couteau.
  1. Le discours élégant, averti et complice type Jean d’Ormesson-Édouard Baer : il sert à montrer du désenchantement la face la plus rieuse et la plus pétillante. Les mots sont choisis, les formules heureuses. Cet esprit français nous propulse dans une ancestrale cour des grands. D’Ormesson peut frétiller en susurrant une histoire salace qu’on raconte à l’Académie, il est encore plein de délicatesse. Ces esprits-là nous habillent pour l’hiver (un smoking, sinon rien !) d’une rhétorique mondaine.

Il se peut qu’il existe d’autres catégories. Les balbutiements de Modiano et les chapeaux de Geneviève de Fontenay doivent trouver leur entrée quelque part... Le mode anglosaxon d’interview cantonne l’invité à se saisir du show de l’invitant pour exister. C’est l’invitant qui est le dominant, l’invité qui est le dominé, même si ce dernier, pour plaire, fait toutes les pirouettes attendues. En France, on le voit, c’est l’invité qui sert sa verve ou sa singularité rhétorique sur un plateau. Nous sommes dans un pays, heureusement, où la puissance du langage trouble encore. Et parce que ces clients ne vendent que du langage, ils arrivent à dominer le tout-puissant espace médiatique qui les met en images...

Ah, vertu des bravitudes oratoires ! Non, vraiment, on ne m’ôtera pas de l’idée que la France est un grand pays !


Moyenne des avis sur cet article :  3.86/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • lyago2003 (---.---.185.18) 31 janvier 2007 13:25

    Bonjour, Au-delà des intérêts idéologiques et financiers, quelque chose de pathologique dans la façon dont certains « journalistes ,animateurs etc... » confondent leur rôle avec celui d’inquisiteur, de délateur, de policier ou de procureur. Ceux qui, dans la persécution de leurs prochains, trouvent une compensation à leur impuissance sont les mêmes qui, durant la dernière guerre, tenaient des discours antisémites sur les ondes officielles, qui dénonçaient les mauvais Américains durant le MacCarthysme ou qui combattent les dissidents, aujourd’hui en Chine comme hier en Russie. Les porte-parole des idéologies d’intolérance expriment toujours la même peur et la même haine de la différence. Chacun peut réagir à cette désinformation généralisée et à ce terrorisme intellectuel qui ont pour but de faire peur en détournant les individus de toutes formes alternatives de vie et de pensée. En militant au sein d’associations qui luttent pour la liberté de conscience et constituent des pôles de vigilance contre la désinformation. En répondant systématiquement aux médias pris la main dans le sac aux mensonges et aux amalgames. En créant des réseaux relationnels et des supports susceptibles de faire circuler une information libre.


    • Le furtif (---.---.163.160) 31 janvier 2007 13:57

      Nous appartenons à un pays où les stars sont disk jockey.Qui se souvient des caesars d’il y a deux ans des victoires de la musique de la même année voire des molières....Dans un monde où les passe plats se la pètent et veulent usurper la gloire des Curnonsky.

      Ce qui est à regretter aussi , c’est que ce mal nous guette, car (je nous ) sommes de la même tribu. (Je nous) sommes des decortiqueurs , sommes nous assurés que nous ne faisons pas obstacle ,...avec toutes nos marches à suivre ?

      Pour en revenir à votre article, très plaisant, jouissif même...

      J’attends l’auteur qui aura le courage de renouveler sur le plateau de Vogiel ou de Ardisson le geste de Sarte intimant à Chancel de se taire « Car il [avait ]des choses à dire... »

      Très cordialement

      Un voisin


      • Le furtif (---.---.163.160) 31 janvier 2007 14:06

        ce n’est pas moi qui ai mis ce « s » à marche à suivre ...

        Quoique http://education.deboeck.com/secondaire/catalogue/?category_id=275


      • paslyon (---.---.15.38) 31 janvier 2007 17:46

        dans l’univers des médias, quand on parle de « bons clients » (c’est vrai que l’expression n’est pas très heureuse" on parle surtout de personnes qui vont répondre aux questions avec facilité, qui ne vont pas bafouiller devant la caméra, qui vont être ouverts..en bref, qui vont un peu macher le travail des journalistes (d’un point de vue technique évidemment !)

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès