Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > La presse : ce contre-pouvoir indispensable

La presse : ce contre-pouvoir indispensable

Du 21 au 26 mars s'est déroulée la 27ème Semaine de la presse et des médias dans l’école, organisée par le CLEMI (Centre de liaison de l’enseignement et des medias d’information). Cette semaine a « pour but d’aider les élèves, de la maternelle aux classes préparatoires, à comprendre le système des médias, à former leur jugement critique, à développer leur goût pour l’actualité et à forger leur identité de citoyen ».

A ce sujet, trois documents publiés récemment méritent une lecture attentive concernant le rôle du journalisme et des journalistes, de leurs droits et devoirs, contre-pouvoir fondamental dans une société moderne qui se veut libre et démocratique.

ACRIMED, critiquable mais indispensable

Le premier document à lire avec intérêt est le texte du collectif ACRIMED, qui, quoi qu’on en pense, apporte sans relâche sa pierre à l’édifice. Toutefois, il est permis de remettre en cause la vision indépassable d’ACRIMED pour qui « la domination des médias par des grands groupes privés favorise une information biaisée, faussement pluraliste et souvent orientée par les intérêts de quelques-uns ». Mais existe-t-il ou a-t-il déjà existé un groupe ou un media 100% indépendant d’un actionnaire privé ou d’une obligation commerciale ?

La vision binaire des choses n’est jamais une bonne manière de poser le débat. Mais ceci reste un point de vue personnel. Le texte d’ACRIMED, quoiqu’intéressant, laisse dubitatif à toujours relativiser les choses. Oui, il faut combattre le conspirationnisme, éduquer à la critique des medias, mais elle doit être totale, radicale selon eux. Il y a une sorte de malaise à aller dans le sens d’ACRIMED car ils disent combattre le conspirationnisme mais tombe – à mon sens, je le répète – dans une ‘paranoïa’ déplacée. Etant donné que tous les medias ‘mainstream’ sont à la main du privé ou soumis au ‘diktat de la pub’, il ne faudrait faire confiance qu’aux medias alternatifs.

« Alternatifs par leur modèle économique, leur rythme de parution, etc. » leur donnent-ils une crédibilité ? Qui sont les journalistes derrière, leur parcours… ? Néanmoins, ce cadrage d’ACRIMED, à l’image de leur production en général, est un apport bienvenu pour qui souhaite améliorer/construire son regard critique dans cette société du tout info.

Rapport 2016 de l’ODI : remarquable

A juste titre intitulé « l’information dans la tourmente », le rapport 2016 de l’Observatoire de la déontologie de l’information est un must read. Après une année 2015 des plus troubles, on saluera le travail critique – et d’autocritique ! – remarquable réalisé par les équipes de Patrick Eveno. L’ODI a cela d’intéressant que l’association interpelle tous les acteurs de cette profession pour les mettre devant leurs responsabilités.

Son président rappelle à juste titre que « la convergence des médias n’est pas seulement un thème économique, elle est également la réalité actuelle de l’information interconnectée qui fait système ; le rôle croissant des réseaux sociaux vient renforcer cet effet systémique ; la gestion des relations avec les sources devient plus complexe à mesure qu’elles se diversifient. Déjà relevés l’année dernière [rapport 2015], le durcissement des relations entre les politiques et les médias ou l’effacement des frontières entre information, communication et publicité doivent conduire les rédactions à renforcer leurs défenses déontologiques ». Un rapport dense donc, mais qui a l’avantage de l’exhaustivité sur les devoirs du journaliste : de la syntaxe aux problématiques déontologiques (attention !! Gros mot !!).

Une excellente entrée en matière pour les apprentis journalistes ou un bréviaire (ou un rappel à l’ordre, c’est selon) indispensable pour les plus expérimentés d’entre nous. Car le rapport pointe une vérité à rabâcher : nous sommes dans une époque où les mots sont dorénavant en liberté surveillée.

Mediapart 2008-2016 : une réussite

Mediapart est sans doute le rare media français qui a su convertir une stratégie éditoriale (journalisme d’investigation) et pure player (Internet) en réussite financière. A l’heure où les oraisons funèbres se succèdent (Terraeco, Rue 89…), Mediapart est plus solide que jamais. D’où la question : Mediapart est-il le symbole d’une démocratie qui, quoiqu’on en dise, fonctionne relativement bien ou, au contraire, le symbole de pouvoirs (de droite comme de gauche) démocratiquement élus mais en déliquescence (affaires de corruption, favoritisme, reniement en politique intérieur ou étrangère…) ? Vaste débat.

Avec son rapport 2015, Mediapart fait preuve de transparence, rappelant avoir été autonome financièrement seulement deux ans et demi après le lancement du projet. Ce qui n’est pas rien. Preuve qu’une stratégie éditoriale volontariste fonctionne. Ne disons pas novatrice : Mediapart ne fait ‘que’ du journalisme (ce qu’il doit être) et ce n’est pas faire injure à Edwy Plenel & Co que de le rappeler.

Preuve que Mediapart est une réussite, au-delà des scoops, le journal a su fédérer une large communauté (abonnés, lecteurs occasionnels ou sympathisants) lorsqu’il a dû payer l’amende suite au contentieux fiscal concernant le statut du journal.

 

Bref, on aime ou on n’aime pas mais ces trois acteurs restent indispensables à la profession et à notre démocratie. Celles-ci se construisent et ne sont pas acquises. De même, ACRIMED, l’ODI ou Mediapart ne sont que les acteurs les plus visibles. En en attendant d’autres, comme Les Jours, le Quatre Heures ou Society… A suivre.


Moyenne des avis sur cet article :  2.38/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

27 réactions à cet article    


  • Jeussey de Sourcesûre M de Sourcessure 18 avril 13:09
    On dit souvent que le quatrième pouvoir (les médias) fait suite aux trois pouvoirs classiques (pouvoir législatif, pouvoir exécutif et pouvoir judiciaire). Aux États-Unis, on parle de quatrième branche du gouvernement par analogie aux branches exécutive, législative, et judiciaire du gouvernement fédéral américain. 
    Et en effet, aujourd’hui lAurore de Zola et l’Humanité de Jaurès n’existent plus.
    La presse est devenue un outil de propagande snon exclusif, au moinsdominant.

    • La mouche du coche La mouche du coche 18 avril 14:29

       smiley Les journalistes sont en train de nous vendre leur métier sur un média citoyen. Cela veut dire que c’est l’hallali pour eux et la consécration pour Agoravox. Quel bonheur ! smiley


    • hervepasgrave hervepasgrave 18 avril 14:30

      Bonjour,
      Je ne connaissais pas « journaliste masqué » Zorro ?
      Le journalisme est un sujet bien récurrent en ce moment ,mais il ne sortira personne de la M... La seule chose qui est réelle et primordiale c’est notre vision du monde qui nous entoure ,les choses que nous voyons ,des choses que nous craignons,des choses palpables.............
      Alors si les gens n’ont plus confiance en les politiques,les journalistes et autres personnes médiatiques ce n’est que le résultat « de la cause et des effets »
      pourquoi ce n’est pas faute de moyen pour tout ce petit monde,mais la réalité devient pesante,même s’il elle ne nous touche pas encore.C’est dans l’air ,impalpable pour certains.Incompréhensible pour d’autres , mais c’est bien là !
      Journaliste masqué dit moi quand tu as créer ton site internet ,il a bien fallut que tu laisses quelques coordonnées sur ton identité comme tous ceux qui écrivent sur le net. Masqué n’est pas joué« Eh !eh ! »


      • Anthrax 18 avril 19:49

        @hervepasgrave

        Ouais. Enfin j’ai encore jamais rencontré d’autres professions qui s’interrogent autant sur leur façon de travailler, sur leurs ratés, les bonnes pratiques de la profession etc. Si les toubibs et les restaurateurs pratiquaient autant l’auto-critique on serait sûrement mieux soigné et on boufferait mieux. 
        Les derniers grands scandales en France sont des scandales médicaux et alimentaires, pas journalistiques. 

      • hervepasgrave hervepasgrave 19 avril 14:20

        @Anthrax
        Bonjour, tu es aussi un vendeur de M..Et oui,je choque !
        Mais quoi de plus normal.Car quand tu es un professionnel sérieux dans ton métier ,tu ne t’assois pas sur les acquis tu remets tout les jour ton ouvrage en cause.Tu fais là un mauvais discours ,ou tu es de mauvaise fois.Les journalistes n’ont comme métier que du vent et des écrits/paroles a brasser.Tu devrais comprendre cette mécanique qu’ils utilisent .Le mensonge/ la sincérité Pour en fin de compte te rouler la G et passer pour des héros. Le terme est je crois « la pente douce,n’est-il pas ? »
        Les commerçants gueulent comme tous les marchands et prennent ce que l’ont leur donne.Il se foute pas mal que cela ne serve a rien .A eux oui. C’est cela le principal. Et cela depuis la nuit des temps. Alors les journalistes,les commerçants ,les nouveaux artisans (quand je dis cela ,c’est de reconversion par le pognon,mais certainement pas par passion.Et oui,aujourd’hui sur tous les supports nous voyons la publicité sur tous les métiers.Dans les faits racheté pour une image de marque/ gloire et faire de l’argent.Le métier en tant que tel ,ils s’en foutent comme de leur première vérole/chemise) La presse contre pouvoir mon cul. Il faut regarder ou sont les écoles/stages et qui sont les maitres et demain les employeurs. Et pour conclure,oui !il faut d’urgence lire l’histoire des libelles/billets je ne me rapelle plus a l’instant ou j’écris le terme exacte et je n’ai pas envie d’aller chercher les infos pour avoir l’air intelligent et me montrer maitre du sujet,mais c’est exactement cela. Ton article comme la majorité .est là pour montrer la démocratie ,la liberté d’expression,mais c’est aller dans le sens contraire.De l’intox.
        « je le sais il est grave le personnage »Pasgrave


      • leypanou 18 avril 16:13

        Etant donné que tous les medias ‘mainstream’ sont à la main du privé ou soumis au ‘diktat de la pub’, il ne faudrait faire confiance qu’aux medias alternatifs. : ACRIMED dit qu’il ne faut faire confiance qu’aux médias alternatifs ? J’aimerais bien savoir où et quand.

        Par contre, il est certain que le fait de travailler pour un média qui a une obligation commerciale qui, dans beaucoup de cas, est constituée des annonceurs, limite déjà les prétendues libertés éditoriales. Prétendre le contraire est de la malhonnêteté intellectuelle.

        Je ne vais pas citer ici tous les cas, mais le cas d’Hervé Kempf, ex du Monde, maintenant à Reporterre, est par exemple symptomatique.

        Quant à la réussite de Mediapart, en ce qui concerne la politique étrangère, il vaut mieux s’informer ailleurs : en tout cas, c’est mon point de vue (Le Figaro est même moins caricatural).


        • Anthrax 18 avril 19:44

          @leypanou

          Les médias sont une industrie, c’est une réalité. Donc, en gros, pour t’informer tu as le choix entre des medias vivant de la pub et de la vente, et des medias subventionnés par un parti, un pouvoir politique ou financier quelconque genre Russia Today, Sputnik, Radio Free Europe. Choisis ta drogue !
          Ayant travaillé dans les deux, je peux te dire qu’on n’est pas plus libre de sa plume dans l’un que dans l’autre. C’est donc au lecteur de faire la part des choses et d’aller chercher l’info où elle se cache.


        • hervepasgrave hervepasgrave 19 avril 20:36

          @leypanou
          Bonsoir,mais le piège est refermé avec ce que tu dis,car faire confiance aux médias alternatifs n’est pas beaucoup mieux. Car leurs articles sont souvent basé et issu de médias !? Alors je cherche l’erreur. S’il fallait faire le tri,aie,aie que resterait-il, je te le demande ?


        • christophe nicolas christophe nicolas 18 avril 16:20

          Le journaliste a le plus souvent affaire a des experts auxquels il doit se fier.


          Par exemple Médiapart a signé un bon article sur la fusion froide. Ils signalent un COP de 20 à 80. On rentre 1 kWh et on en sort 20 à 80 fois plus sans déchet nucléaire, sans hydrocarbure, sans rien. Ils utilisent du Nickel, de l’électricité et un catalyseur, du Tétrahydruroaluminate de lithium (Li-Al-H4) qui fournit de hydrogène et du lithium connu pour augmenter la puissance des bombes thermonucléaires. Vous pouvez recycler une centrale nucléaire avec cette technologie propre.

          Les experts vous diront que c’est impossible ou inexpliqué parce qu’admettre des réactions nucléaires basse énergie revient à remettre en question le modèle du big-bang et de nombreux modèles spéculatifs de la cosmologie dont certains tiennent de l’imagination mais cela, ils ne vous le diront pas d’où cet espèce de black-out. Pensez à ITER qui devient totalement caduque qu’il faudrait d’ailleurs éviter de brancher par sécurité car la physique qui fait marcher la fusion froide n’est pas prise en compte dans la conception d’ITER or certains inventeurs ont montré qu’on pouvait liquéfier le métal avec des combinaisons de champs et ITER n’est que ça or la conception de l’usine est déjà très dangereuse sans ça.

          Vous avez intérêt à ne pas croire ce qu’on vous dit sur parole et à être pugnace parce que le monde de la science est en crise, il va s’effondrer pour muter et tout une partie va devenir caduque comme pour l’affaire des épicycles de Ptolémée alors les coups de Jarnac sont à craindre.









          • Doume65 18 avril 17:16

            @christophe nicolas
            La « fusion froide » est loin d’être un scoop. Toutes les revues scientifiques (et bien plus) en ont parlé depuis le début des années 90. Et ce n’est pas Mediapart, mais le blog de atanguy, hébergé par Mediapart, qui en parle.


          • Anthrax 18 avril 19:33

            @Doume65

            Bien vu. C’est important de citer des sources justes si tu vois ce que je veux dire...

          • Anthrax 18 avril 19:37

            @christophe nicolas

            Ben oui couillon, il t’aura pas échappé que le « journaliste » n’est ni un juriste, ni un physicien, ni un pilote de F1, ni un plombier, ni un para commando, donc il s’adresse à ceux qui savent et il s’efforce de reporter leurs propos de la façon la plus fidèle possible. 
            Maintenant, il arrive que des lecteurs ou des auditeurs soient tellement ignares qu’ils ne comprennent rien à ce qui est écrit. Mais là on ne peut pas reprocher au journaliste ne pas être enseignant niveau bac à sable.

          • christophe nicolas christophe nicolas 18 avril 20:59

            @doume65


            C’est faux, on parle de la fusion froide depuis bien avant 1989, par exemple Corentin Louis Kervran, 1989 est la date de l’annonce de Fleischmann et Pons dézingués en flèche par la communauté scientifique. Les recherches qui concernent les travaux menés par Andréa Rossi ont débuté en 1989 chez des chercheurs Italiens également largement malmenés. John Huizenga écrivit en 1993 « De Cold Fusion : Le Fiasco scientifique du siècle », c’était un ancien du projet Manhattan membre de l’intelligence Community des USA.

            @Anthrax

            Un journaliste peut consulter un expert style Colin Pauwell pour l’anthrax ce qui prouve que tu as bien appris ta leçon mais il peut aussi se renseigner auprès d’un chercheur qui a un autre avis, par exemple un de ceux présents à l’ICCF19 pour la fusion froide. Un journaliste a tendance à aller vers le CERN, le CEA ou le CNRS ce qui est logique mais pas dans ce cas puisque ces institutions n’y ont pas cru sinon il y aurait eu des recherches dans ce domaine. En recherche, ce qui est intéressant est ce qu’on ne comprend pas. Les journalistes ont des sujets en or s’ils creusent un peu.


          • christophe nicolas christophe nicolas 18 avril 21:08

            Je dois rajouter qu’il n’était pas évident de croire Andréa Rossi car il a fait 4 ans de prison dans le scandale Petroldragon bien que ce ne soit pas vraiment de sa faute.


          • Anthrax 19 avril 09:23

            @christophe nicolas

            Totalement d’accord, il y a des mines de sujets à creuser, (la gouvernance du CNRS par exemple...) encore faut-il avoir un red chef qui accepte qu’un journaliste consacre des semaines à enquêter avant d’écrire la moindre ligne. Ce qui me désole, c’est que des journaux comme Le Monde ou Le Figaro ou encore Sud Ouest, qui avaient, il y a quelques années, des services enquête costauds ses soient mis dans la roue du Parisien et de Libé pour fournir une actu à chaud, souvent démentie le lendemain.
            On a par contre une presse magazine spécialisée d’une grande richesse où on trouve beaucoup d’infos. Encore faut-il avoir le temps (et l’argent) de les lire. 
            Pour ce qui est de l’anthrax, je n’ai attendu ni toi ni le ridicule Powell pour savoir qu’il s’agissait du nom anglais du bacille du charbon. Et que ça n’a aucun rapport avec mon pseudo.

          • robin 20 avril 11:20

            @christophe nicolas

            Mais heureusement Rossi n’est pas le seul à revendiquer des expériences qui démontrent clairement la réalité de la fusion froide loin s’en faut (Brillouin, Defkalion, entre autres)


          • christophe nicolas christophe nicolas 25 avril 00:04

            @anthrax


            Je préfère @tuberculose, c’est plus terroir.

          • christophe nicolas christophe nicolas 25 avril 00:38

            @robin

            Oui, il y a des dizaines de façon de faire mais Rossi est en avance parce qu’il utilise la réfrigération magnétique pour évacuer la chaleur. La fusion est très simple à obtenir en réalité mais la difficulté est d’exploiter l’énergie d’ailleurs Rossi ne sait pas qu’il fait cela puisqu’il avait découvert le champ au moment des essais de CEM normatifs. C’est normal, la physique qui est derrière les phénomènes n’est pas connue des institutions scientifiques, ça remet en cause le big-bang.

            Deflakion fait comme Rossi puisqu’ils ont travaillé ensemble mais je ne connais pas Brillouin, je sais qu’ils utilisent des ondes électromagnétiques, ça peut se faire mais ils n’abordent pas le problème par le bon bout au niveau théorique.

          • Le421 Le421 18 avril 19:13

            La presse ?

            Vite fait.

            Il reste Le Canard Enchaîné qui n’est pas à la merci des publicitaires et L’Humanité qui se revendique de gauche mais est bien gangréné par les annonceurs et les difficultés financières...

            Le reste.
            C’est dans les kiosques et pour ma part, ça y reste.
            A la télé ? Rien. A droite, à droite, à droite ou à droite. Des experts économistes à la mords-moi-le noeud qui rabâchent les mêmes conneries et des journalistes d’investigation de bureau du dirlo.
            La radio ?
            Un peu France Inter et encore pas tout le temps.
            Le meilleur de tous ??
            Eric Brunet sur RMC.
            Au moins, il revendique son appartenance politique.
            La pauvre est tellement azimuté qu’il croit dur comme fer que la gauche est au pouvoir en France...

            mdr !!  smiley


            • Anthrax 18 avril 19:32

              @Le421

              On va remettre un peu l’église au centre du village :
              Le Canard ? Toutes ses infos politiques proviennent des politiques eux-mêmes. Sarko a beaucoup alimenté les chroniques. Le principe éditorial est assez simple : s’opposer au pouvoir en place, ce qui est pain bénit pour l’opposition qui trouve là un formidable media jugé « indépendant » par les naïfs. Accessoirement le Canard ne crache aps sur les aides à la presse : 500 000 euros/an.
              L’Humanité ? diffusion 95 000, autrement dit rien, porté à bout de bras par les aides de l’Etat : 700 000 boules quand même chaque année, pour un canard qui dénonce les aides aux entreprises c’est assez costaud comme numéro d’équilibriste. Pour info, Le FIgaro et Le Monde, c’est 16 millions chacun. Quand on accepte de toucher autant de pognon, on a quelques velléité d’auto-censure.
              Brunet ? T’as raison, il ne cache pas ses choix politique, ce qui lui a fait écrire un bouquin d’anticipation « Pourquoi Sarko va gagner » sorti quelques semaines avant la défaite dudit clown, ce qui en dit long sur ses qualités d’analyse.
              Voila voila.

            • Le421 Le421 19 avril 08:23

              @Anthrax
              Nous ne lisons pas du tout les mêmes articles dans le Canard Enchaîné.
              1) Le journal tape sur le pouvoir en place mais pas plus que sur les autres.
              Actuellement, Juppé, Sarko ou autre Le Pen, sans oublier Laurent ou Mélenchon, se font « habiller » correctement au moindre pas de travers.
              Je m’inscris donc en faux contre vos écrits.
              2)Il faudrait être un peu malade de la tête pour se priver de subventions prévues par la loi au titre de l’aide à l’indépendance de la presse. Un journal aussi neutre que Valeurs Actuelles ou Le Figaro... Laissez-moi rire deux secondes !! touche allègrement cette subvention sans que personne ne moufte !!
              3)Effectivement. Il serait souhaitable que l’humanité soit repris par un Lagardère, Bolloré ou autre Pinault, histoire de bien finir de verrouiller la presse française, ce qui semble bien vous arranger quelque part.

              Le français type, il a de la merde plein la cour et trouve encore le moyen d’écraser la petite fleur qui a eu l’audace de pousser au milieu de la fange...

              Vous n’avez plus que quelques mois à attendre et la presse sera définitivement muselée par les « nouveaux » arrivants aux commandes du pays... Comme ça a failli l’être pour La Voix du Nord.


            • Parrhesia Parrhesia 18 avril 19:40

              Considérer la presse contemporaine comme un contre-pouvoir ?

              Connaissant la vraie nature du pouvoir actuel, j’avoue que je n’y aurais pas pensé !!!


              • Anthrax 18 avril 20:05

                @Parrhesia

                Je suis assez d’accord. Je trouve le titre mal choisi. 
                La presse n’est pas un contre-pouvoir. Elle l’a été quand il n’y avait pas de lois sur la presse justement, en provoquant des suicides, des meurtres, des scandales. Je parle bien sur de la presse française. Je dirais qu’elle est plutôt un garde-fou, qui empêche les pouvoirs financiers et politiques d’aller trop loin... dans une certaine mesure. Après, la mesure se négocie.
                Le seul contre-pouvoir en France c’est la Justice. C’est bien pourquoi tous les gouvernements s’efforcent de museler les magistrats. C’est pourquoi les magistrats sont les meilleurs alliés des medias quand ils veulent faire sortit une affaire. C’est pourquoi le budget de la Justice est systématiquement saqué par les gouvernements : si les juges avaient plus de moyens ils travailleraient mieux. Et là...

              • TSS 19 avril 09:49

                 Il n’y a pas de journaux independants en France ils sont tous sub

                ventionnés par l’etat(sauf le palmipède) et appartiennent pour la plu

                 part aux banques... !!


                • Anthrax 19 avril 12:36

                  @TSS

                  500 000 euros / an par pour le Canard, c’est quoi d’après toi ? Une aumône ? 

                • robin 20 avril 11:24
                  À New York, lors d’un banquet, le 25 septembre 1880, le célèbre journaliste John Swinton se fâche quand on propose de boire un toast à la liberté de la presse :
                  « Il n’existe pas, à ce jour, en Amérique, de presse libre et indépendante. Vous le savez aussi bien que moi. Pas un seul parmi vous n’ose écrire ses opinions honnêtes et vous savez très bien que si vous le faites, elles ne seront pas publiées. On me paye un salaire pour que je ne publie pas mes opinions et nous savons tous que si nous nous aventurions à le faire, nous nous retrouverions à la rue illico. Le travail du journaliste est la destruction de la vérité, le mensonge patent, la perversion des faits et la manipulation de l’opinion au service des Puissances de l’Argent. Nous sommes les outils obéissants des Puissants et des Riches qui tirent les ficelles dans les coulisses. Nos talents, nos facultés et nos vies appartiennent à ces hommes. Nous sommes des prostituées de l’intellect. Tout cela, vous le savez aussi bien que moi ! »

                  Alors oser parler encore de la supposée indépendance et liberté de la presse en 2016, je n’ose pas qualifier ça !


                  • Ar zen Ar zen 20 avril 11:44

                    @robin

                    Un grand merci de nous avoir proposé cet extrait. De temps à autre sur AV je trouve mon bonheur. Aujourd’hui vous y avez participé. Une fleur vient parfois fleurir sur un tas d’immondices.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès