Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > La presse : en liberté surveillée ?

La presse : en liberté surveillée ?

Trop de déclarations d’amour, trop de sollicitudes, trop d’observations de ce qu’elle peut écrire et faire, par de jeunes prodiges font peser une menace constante sur la liberté véritable de la presse.

Par Bertrand C. Bellaigue

En février dernier une affaire d’Etat a secoué les milieux gouvernementaux de la capitale. Un hebdomadaire, Le Nouvel Observateur venait de publier une information de type sensationnel concernant la vie privée du président de la République dont le prochain mariage venait d’être annoncé. Ce dernier avait introduit contre lui, une instance en justice « pour faux et usage de faux ». Mais tout vient de se terminer à peu près bien le 19 mars quand un éditorial publié dans Le Monde de Paris, intitulé « Halte à la calomnie ! » et attribué à Mme « Carla Bruni-Sarkozy, auteur-compositeur-interprète, épouse du président de la République ». Dans ce texte il était annoncé que le président avait décidé d’abandonner ses poursuites, avant de traiter de l’éthique nécessaire et des dangers dans le journalisme qui manque de rigueur dans l’information. : « Car, y affirmait-on, si, désormais, la rumeur sert d’information, si les fantasmes servent de scoops, où allons-nous ? Si les grands journaux cessent de faire le tri entre les ragots et les faits, qui le fera ? »

De tout temps, quelles que fussent les circonstances, les gouvernements ont redouté les informations diffusées par les médias et les réactions de ces derniers à l’égard de leur politique et les médias l’immixion du pouvoir dans leurs affaires.

En France, il est de coutume de reconnaître Théophraste Renaudot, présenté par les plus respectables institutions professionnelles comme le créateur du premier journal français La Gazette de France (1631). Mais, en fait, à y regarder de plus près, cet antique confrère n’a été qu’un propagandiste financé par le père Joseph, éminence grise du cardinal de Richelieu, au nom du roi Louis XIII.

Ce type de presse-là fut toujours de tout repos pour le souverain.

On a également constaté depuis, à travers le monde, que moins un gouvernement respectait les impératifs de la démocratie, plus il imposait son contrôle aux médias, qualifiés d’empêcheurs de danser en rond.

De nos jours, l’idée même - grâce à internet - que les citoyens vont pouvoir, en toute liberté, croient-ils, échanger, répandre leurs idées et leurs réflexions à travers le monde est devenue proprement insupportable à de nombreux hommes politiques.

Ceux-ci se croyaient investis du pouvoir suprême d’imposer aux peuples leur façon de concevoir la société et le monde. L’expression « politiquement correct » s’est même imposée un moment. Mais il avait été, quelques années auparavant, une époque où les machines à polycopier étaient interdites. Leur possession clandestine pouvait conduire directement en prison ou pire.

Aujourd’hui, une technologie révolutionnaire venue des Etats-Unis leur apporte un démenti cinglant.

Or, cette liberté est actuellement menacée par des mesures qui finalement adoptées, frapperaient durement, assure-t-on, les contrevenants.

Quand le président François Mitterrand avait décidé de faire établir des écoutes téléphoniques pour protéger des secrets familiaux et peut-être aussi contrôler les menées subversives dans le pays, la France presque tout entière et la presse d’opposition ont hurlé et crié au viol de l’intimité des citoyens.

Les années, les présidents se sont succédé dans le palais de l’Elysée. Les progrès de la télématique ont été stupéfiants. De telle sorte, annonce-t-on aujourd’hui, qu’un système de surveillance des activités au sein d’internet peut être aisément établi. C’est ainsi qu’un diplômé de 24 ans va être chargé de ratisser dans le net tout ce qui serait de nature à mettre en cause les plus hautes sphères de l’Etat.

Il devrait être capable de surprendre « en flagrant délit » de tels échanges sur internet. Il risque de ne plus exister aucun « pare-feu » pour dissuader un gouvernement et ses sbires - quels qu’ils soient et quelle que soit l’époque - d’aller fouiller, à leur insu, dans la vie privée et les ordinateurs de millions de Français. On sait que cela est parfaitement possible grâce à « l’IP », numéro matricule dont est affecté chaque ordinateur et chaque liaison.

Se refusant à croire à une telle perspective de contrôle d’un « Big Brother » au nom de la morale professionnelle - mais n’étant pas sûr de l’avenir -, on attend maintenant un démenti et un engagement ferme des plus hautes instances de l’Etat, garantissant aux citoyens que jamais dans ce domaine, - dans le respect de la Constitution -, la liberté d’expression et d’information ne sera violée.

© Bertrand C. Bellaigue


Moyenne des avis sur cet article :  4.73/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • tvargentine.com lerma 2 avril 2008 13:00

    Ne pas tomber dans le phantasme psychologique des déclarations de tel ou tel gouvernement sur l’internet.

    Quand on sait déjà que les moyens des diffférentes polices en Europe ont des difficultés pour résoudre des problèmes de sécurité public,alors surveiller complétement internet 

    Ce pose plutot la question de l’utilisation de mot et du contenu des mots comme ’citoyen’,journal citoyen’,’information’ dont les dérives vont vers le publi-reportage et le bidonnage en vue de lancer des rumeurs et d’instrumentalisation de masse

    D’ailleurs l’instrumentalisation de masse a toujours été un outil pour les fascismes rouges et noirs et aujourd’hui l’internet est un outil gratuit,ouvert à tous !

    Normal,pas normal ?

     

     


    • Yvance77 3 avril 2008 10:11

      Le single neurone a écrit : "D’ailleurs l’instrumentalisation de masse a toujours été un outil pour les fascismes rouges et noirs et aujourd’hui l’internet est un outil gratuit,ouvert à tous !"

      Il est clair qu’internet aujourd’hui instrumentalise aussi la bétise crasse dont le lerna est un haut dignitaire. La bétise au service du net, voyez Seguéla et faites en votre marque de fabrique, vous avez du pognon à prendre par ce biais.

      Petit soldat à l’affut de ce qui s’écrit sur son Nico dès 09h00 du mat, vous n’êtes qu’un sombre clown même pas drôle. Votre inculture mélée à une mauvaise foi pathologie font vomir bon nombre de lecteurs amateurs de vraies infos.

      Et si vous quittiez Vox pour aller jouer les Chippendales auprès de votre gourou au son d’une gratte sèche.

      La chance que vous avez c’est que le Sarko n’est pas Jim Jones, sinon il y a longtemps que l’abruti que vous êtes aurait quitter ce monde.

       

      Pauvre tâche


    • Proto Proto 2 avril 2008 13:46

       

      L’exégèse d’un SMS…ok

      Mais avec ceci je ne peux être d’accord :

       

      « Se refusant à croire à une telle perspective de contrôle d’un « Big Brother » au nom de la morale professionnelle - mais n’étant pas sûr de l’avenir -, on attend maintenant un démenti et un engagement ferme des plus hautes instances de l’Etat, garantissant aux citoyens que jamais dans ce domaine, - dans le respect de la Constitution -, la liberté d’expression et d’information ne sera violée. »

       

      Ce vieux documentaire sur Echelon vous apprendra que la France est dotée d’un système d’interception des messages non cryptés transitant par les satellites commerciaux.

      Non plus personne n’a d’illusion là-dessus (Espionnage au quotidien du National Geographic), les écoutes Mitterand c’est déjà loin…

       


      • impots-utiles.com 2 avril 2008 17:42

        et oui... et que dire d’une grande partie des "journalistes" télé , tous plus mielleux les uns que les autres dès qu’il s’agit de parler du gouvernement... ?? "journalistes" qui ne sont au final, eux aussi , que de médiocres outils de propagande du gouvernement (difficile de parler de journalisme quand on passe son temps a cirer les bottes du roi et sa cour)

        http://www.impots-utiles.com/comment-tf1-voit-la-situation-en-france.php


        • foufouille foufouille 3 avril 2008 11:12

          les hackers ont tjrs un train d’avance. ca doit etre le seul a avoir 24a. les autres finissent l’ENA a 28 minimum.

          de tout maniere, il y a freenet


          • valere valere 10 avril 2008 15:46

            "on attend maintenant un démenti et un engagement ferme des plus hautes instances de l’Etat, garantissant aux citoyens que jamais dans ce domaine, - dans le respect de la Constitution -, la liberté d’expression et d’information ne sera violée"

            C’est cuit !!! Au contraire, la liberté d’expression va être revue façon Sarkomaniac.

            Il est à bonne école avec son pote Poutine. A quand les mêmes milices qu’en Russie qui défoncent la gueule à tout ceux qui sont  contre le régime ?

            Peut être que Lerma y sera embauché(e) ??

            Sarkonunuche sait que la majorité des français a changé d’opinion sur lui. Pour pouvoir rester là où il est, il va falloir qu’il trouve une solution.

            Et c’est qu’il est rusé notre Sarkozéro !! (Pour tous ceux qui auraient des doutes, repassez vous les discours de la campagne présidentielle et vous verrez la différence avec la situation actuelle. J’en suis même à me demander si c’est le même bonhomme qui cause !!!).

            Le parcours de son fils à Neuilly est une preuve concrète que Sarko est un effroyable manipulateur, qui n’est là que pour servir ses propres ambitions/intérêts.

            Il va falloir être très attentifs à tout ce que le gouvernement proposera, si nous voulons garder notre démocratie.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès