Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > La presse quotidienne nationale en monochromie

La presse quotidienne nationale en monochromie

Aucun journaliste noir dans les quotidiens nationaux sur près de deux milles salariés. On a du mal à le croire. C’est le constat des deux auteurs du livre Noir et français paru en 2006. Ce chiffre serait toujours d'actualité. Le conservatisme sociale qui périclite notre belle presse est la norme.

Il est de notoriété publique que les noirs ne lisent ni Aujourd’hui en France, ni Libération ni Le Figaro, encore moins Le Monde alors à quoi bon embaucher des journalistes noirs ? C’est ce que doivent se dirent à eux-mêmes les chefs de services responsables de l’embauche de nouveaux collaborateurs. Comment expliquer autrement l'absence total de journaliste noir dans ces médias ? 

On me rétorquera immédiatement qu’un journaliste est par essence indépendant de ces pensées, états d’âmes et plus encore de sa couleur de peau pour traiter une information de plus en plus diversifiée. Il suffit qu’un journaliste soit consciencieux et impartial afin que nous ayons une information à la hauteur. C'est une belle idée mais...

La lecture de la presse nous montre qu’elle se confronte à la réalité. Libération est plutôt de gauche, Le Figaro plutôt de droite et Le Monde plutôt de centre gauche mais le journaliste qui y travail serait totalement impartial. Impossible ! Si certains veulent le faire croire, les lecteurs français ne sont pas dupes. C’est renié que notre inconscient, influence notre manière de penser, de concevoir le monde. C’est méconnaitre le fonctionnement complexe de notre cerveau dont les zones d’ombres immenses causent bien des nuits blanches aux meilleurs neurologues.

Sans parler de race, il est admis que les quartiers populaires sont plus « colorés » que les banlieues chics. On n’a généralement pas le même vécu selon que l’on soit né avenue Céline à Neuilly-sur Seine ou dans une cité de Sarcelle. On n’y grandi pas en y rencontrant les mêmes personnes. On ne part pas en vacances aux mêmes endroits. Comment se pourraient-ils que leurs habitants respectifs pensent et voient le monde exactement de la même manière ?

Il est peut-être vrai que la presse quotidienne est moins lue par les sarcellois que par les neuilléens, mais cela ne tient-il pas aussi au fait que les journalistes qui y écrivent ont des préoccupations souvent très éloignées des leurs. La faute au manque de mixité sociale des grandes rédactions et au peu de diversité dans ces ghettos de pauvres. Le manque d’interaction dans les deux cas n’aide pas à une ouverture d’esprit salutaire.

L’autre problème de la presse quotidienne nationale est son manque de renouvellement. Elle se meurt aussi du trop de connivence et de piston. Il est évident que les places y sont comptées et tous les membres de leur rédaction connaissent quelqu’un dont le fils ou la fille ferait tout pour être embauchée. Ce phénomène se retrouve aussi pour les stages dans des médias important. Il laisse peu de place à ceux dont les parents n’ont pas de réseau. Le « turn-over » est quasi inexistant concernant les meilleures places. Les plus compétents ne sont pas forcément ceux qui seront pris. Ce n’est pas simple quand on n’est pas aidé. Pourtant des exceptions existent pour ceux qui ont crût en eux et que les coups durs n’ont pas arrêtés.

Mais pas dans la presse quotidienne nationale. A la radio et à la télévision où une visibilité plus importante encourage cet état de fait, des personnes issues de minorité visible sont embauchées. On en voit même de plus en plus. Roselmack et Pulvard sont les arbres qui cachent la forêt de la PQN dont les journalistes ne sont par essence, pas exposés aux feux de la rampe. 

En 2006 les lecteurs du Monde et de Libération réputés ouvert d’esprit n’appréciaient eux aussi qu’un regard « de souche » sur une actualité de plus en plus mondialisé. Etonnant et peu vraisemblable. Mais après tout, peut-être que les responsables de rubriques n’ont pas trouvé un seul noir qui ait une plume dans ce pays peuplé de 60 millions de personnes ?

Alors que le gouvernement condamne les villes qui n’ont pas au moins 20% de logement social à verser des amendes. Rien n’est fait dans ces temples de la transmission du savoir que sont les rédactions de la presse quotidienne nationale. Dire qu’il est nécessaire de prendre des décisions politiques, ce serais reconnaitre le manque de courage des chefs de rubriques.

On semble pourtant se diriger vers cette voie car il est vrai qu’aucun journaliste noir en 2006 sur plus de mille journalistes salariés rien qu’au Figaro et au Monde, c’est un constat d’échec sans nom pour notre PQN. Espérons que la situation à évoluée depuis cette date, mais ne rêvons pas trop. Le système américain des quotas « affirmative action » qui à aboutit au bout d’une trentaine d’année à ce qu’ « un président de couleur » soit élu à la maison blanche sera nécessaire en France. 

Documents joints à cet article

La presse quotidienne nationale en monochromie La presse quotidienne nationale en monochromie

Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

15 réactions à cet article    


  • Ronald Thatcher rienafoutiste 24 février 2011 12:37

    Mais que fait la police, c’est un scandale, et la discrimination positive alors, c’est pour les dalmatiens ?

    ... et a la tele, sur France O, combien il y a de journalistes blanc ?


    • Michaux Jérémi 24 février 2011 22:21

      Beaucoup plus que dans la PQN, surtout proportionnellement.

      On ne peux pas dire à une partie de la population restez dans votre coin. 


    • Giordano Bruno 24 février 2011 13:58

      L’absence de journalistes noirs me choque moins que la quasi absence de journalistes disposés à informer objectivement leur lectorat sur les questions relatives à la géopolitique et à l’oligarchie mondialiste.


      • LE CHAT LE CHAT 24 février 2011 14:13

        y’a pas plus de journalistes blancs dans la presse ivoirienne , senegalaise ou gabonaise ...


        • Michaux Jérémi 24 février 2011 22:23

          Leur pays est beaucoup moins « coloré » que le notre. De plus notre pays est plus développé non ?


        • miel de fiel miel de fiel 24 février 2011 16:59

          « Pour ma part, je crois que les peuples [... « européens » .. ]

          « sont riches d’énergie, de passion

          « qu’il ne leur manque ni vigueur, ni imagination

          « mais que ces forces ne peuvent que s’étioler

          « dans des organisations qui ne leur sont pas propres,

          « faites pour eux, faites par eux

          « et adaptées à des fins qu’eux seuls peuvent déterminer.
          -------------------------------------------------------------------------------------------------
          UNE DECLARATION FACHO IDENTITAIRE ??? MARINE LEPEN ???
          PAS DU TOUT .................................

          JUSTE UNE DECLARATION CONJOINTE DE MONSIEUR CESAIRE et moi-même, j’ai juste remplacé « noirs » par européens ...........
            smiley Allez ciao les névrosés paranos vous nous pourrissez la vie et on n’a pas besoin de poids morts larmoyants pour trouver des solutions à nos problèmes de survie ! Vive Césaire qui défendait « son » peuple et vive Moi qui défend le « mien ». Merde alors ! (ca vaut aussi pour DIALLO !)

           


          • miel de fiel miel de fiel 24 février 2011 17:24

            Et j’ajoute :

            non contents de manger leur pain « blanc » ici, ils ne rêvent que de zigouiller le boulanger .....


          • Michaux Jérémi 24 février 2011 22:26

            Passage d’un autre temps. Qu’elle année de publication ?

            Le monde évolue. Ne reste pas à la traîne.

          • pavillon noir 25 février 2011 00:01

            Les Français sont les citoyens de la République Française « sans distinction d’origine ,de race ou de religion ».


          • miel de fiel miel de fiel 25 février 2011 01:39

             @ MICHAUX J.

            Tu ne dois pas pratiquer pleinement les Antilles ....... Pour la traîne, je marche sur le chemin de crête depuis longtemps, j’ai 10 ans d’avance sur toi qui patauge encore dans le marigot !

             70 ans  smiley et marre-seillaise smiley


          • miel de fiel miel de fiel 25 février 2011 01:59

            — @ pavillon noir :

            tout à fait ! une république formée d’individus citoyens et pas une mosaîque de communautés de plus en plus importantes ET antagonistes avec des alliances croisées au gré des objectifs politiques, religieux ou ethniques à atteindre.

            Vous seriez étonnés du nombre de vrais français de coeur venus d’ailleurs qui en ont plus que marre de toutes ces inepties pesantes et attendent le grand coup de balai de 2012 ............ que la « blancaïra » va donner pour le bonheur de tous ! Finita le bordel organisé, vive la liberté librement organisée.


          • Miss Fischer-Brown 24 février 2011 17:18

            Et Harry vous l’avez oublié ? Il a fait d’excellents reportages.




            • eric 25 février 2011 07:38

              Bof. Ces chiffres sont sans doute faux et/ou sans signification. On ne connait pas la couleur des journalistes, et c’est bien le diable, comme le signal le commentaire ci dessus si on ne trouve pas quelques personnes colorées d’une manière ou d’une autre ici ou la. Compte tenu qu’on n’a pas le droit de faire de statistiques ethniques, on ne sait pas combien il y de noirs, colores ou autres en France, mais au doigt mouille, j ’imagine qu’on ne doit pas dépasser les quelques pour cent. Si on croise avec le fait que les journalistes sont en général issus des classes moyennes et supérieures, que les noir d’immigration récente sont sans doute au début de l’ascension sociale en France et qu’en ce qui concerne les dom tom, il n’y a pas non plus beaucoup de journalistes blanc caldoches ou guyannais, il est vraisemblable que les représentativités relatives sont en fait assez bien respectée si on tient compte de tous les critères. Mettre dans une même catégorie des français des iles, des migrants récents au français approximatif avec des enfants en difficulté scolaire, des intellectuels africains réfugiés et en faire des statistiques « raciales » n’a pas beaucoup de sens Il n’y a sans doute pas non plus beaucoup de journalistes de la presse quotidienne nationale qui soient des enfants du sous prolétariat ou du quart monde blanc. De la même façon, on pourrait s’étonner du faible nombre de patronymes portugais dans la presse nationale, alors même que les portugais constitue un des plus important groupe d’origine étrangère en France.
              En revanche, si il faut établir des critères de représentativité, de représentativité, etc... pour toutes les professions et pour les journalistes en particulier, le vrai et peut etre seul scandale est que d’apres Marianne, 80% des journalistes seraient a gauche dans un pays ou la droite est majoritaire. La, on a une forme d’exclusion qui touche une bonne moitie de la population.
              Par ailleurs, si de fait, la profession excluait les gens de couleur en pratique, il ne serait pas ininteressant de noter que c’est une categorie fondamentalement militante, et le plus souvent hostile en paroles et écrits aux discriminations.

              Enfin, les américain ont été oblige de recourir aux quotas et autres affirmative action, parce qe, comme le montre Emmanuel Todd, ils ont antropologiquement une tendance a exclure des minorites et qu’ils ont décidé de lutter consciemment contre elle. Ce n’est pas le cas de la France. Les americains ont attendu la guerre de coree pour avoir de vrais officiers noirs. La france en avait depuis louis XV. PLusieurs generaux noirs sous la revolution. Des ministres sous la troisieme quatrième et cinquième etc, etc etc... Je vous renvoie aux écrits des soldats noirs américain des deux guerres, constatant avec surprise qu’en France, ils étaient considérés comme des hommes a part entière.

              Tous les américains savent spontanement qu’Obama, blanc, élevé par des blancs chez des blancs et avec des blancs est noir. Essayez de trouver un français qui sache consciemment et sans réfléchir que Yannik Noha, un des français les plus populaire est noir !


              • Michaux Jérémi 25 février 2011 16:55

                Ces chiffres sont confirmés par un journaliste en activité dans ces médias même si c’est dur d’y croire. Ce sont effectivement des statistiques ethniques qui ont été faites pour ce livre. 

                Je vous est fait un copié-collé de cet article du Monde du 5/02/2010 sur les stats ethniques.

                « Contrairement à une idée répandue, relève François Héran, président du Comedd et ancien directeur de l’Institut national des études démographiques (INED), la loi ne pose pas un interdit absolu de traiter statistiquement des données sensibles, y compris ethniques et raciales. Mais elle l’autorise à titre dérogatoire et sous strictes conditions. »

                De fait, si la loi Informatique et liberté de 1978 énonce une interdiction de principe sur le traitement statistique des données sensibles, elle permet d’y déroger, sous contrôle de la Commission nationale informatique et libertés (CNIL) et à condition de respecter certains critères (consentement individuel, anonymat, intérêt général...).

                On comprend une autre raison pour laquelle elles sont interdites c’est que les résultats seraient effarant. 
                Comment sauraient-on le nombre ridicule de femmes dans les CA des entreprises du CAC 40 sans des stats ciblés ? Aucunes améliorations de leurs représentativité n’auraient été possible.


                • miel de fiel miel de fiel 26 février 2011 16:27

                  No souçaïe ! Nous prendrons au lasso celui ou celle qui mettra en place le désenfumage du théâtre d’ « OMBRE » indonésiennes pour une meilleure gestion de notre pays compte tenu  :

                  - de sa surface géographique .........
                  - des bons élément venus d’ailleurs qui sont devenus de vrais français.......
                  - de la bonne gestion des gratteurs de cicatrices énervés mais improductifs ....
                  et couettes et rats  smiley

                  Pour ne garder dans la galère que ceux qui savent souquer dur et veulent atteindre la terre ferme pour y planter nos sous et nos choux ...... aaawoueerrkkkk ! je rame fort chef, mais j’ai sans arrêt le mal de merde ! ! 
                   

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès