Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > La pub vue du ciel, un nouvel support très « aérien » !

La pub vue du ciel, un nouvel support très « aérien » !

Les acheteurs d’espaces publicitaires ne sont jamais à court de nouvelles idées. Après le célèbre Vélib’ et l’habillage des transports en commun, bienvenue à la publicité aérienne !

En s’extasiant devant la qualité des photos prises par Yann Arthus Bertrand, par exemple dans La Terre vue du ciel, certains adeptes incorrigibles du mercantilisme songent peut-être que : "C’est beau ces paysages, mais pas très commercial !".

Des publicitaires jamais à court d’idées

Qu’ils soient rassurés, des professionnels du monde publicitaire, précurseurs dans l’âme, ont programmé de combler ce vide et vont redonner à la terre ses "lettres de commerce". De ce fait, en plus du remplissage du trop fameux panier de la ménagère, nous entendrons dorénavant parler du garnissage de la charrette de l’exploitant agricole. Mais pas de tous, puisque les heureux élus se devront de posséder des terrains à proximité des aéroports de grande envergure et générant un fort trafic.

Le principe est simple : la société Addair, spécialisée dans l’achat d’espaces publicitaires, se propose de tendre sur ces terrains des immenses bâches, ornées de logos ou de messages publicitaires, à proximité des pistes d’atterrissage, afin que ceux-ci puissent être vus des voyageurs en phase d’approche, de décollage ou d’atterrissage. Ces bâches, dont la dimension pourra avoisiner l’hectare, soit l’équivalent de 2 à 3 terrains de rugby, recouvriront donc des terres agricoles. Pour l’exploitant, ce sera l’occasion d’empocher un loyer annuel d’environ 15 000 €. De son côté, la régie publicitaire ne sera pas en reste puisqu’elle escompte un rendement sur la même période d’environ 90 000 € à l’hectare. Après tout, pourquoi pas ?

Les calculs de faisabilité indiquent que 20 millions de passagers sont susceptibles de voir le message publicitaire. Pour l’instant une dizaine d’aéroports sont pressentis d’ici fin 2007, parmi lesquels Roissy ou Dubaï. A plus long terme, l’entreprise envisage une trentaine de potentialités. Signalons d’ailleurs pour être très complet que la location de terres agricoles est une spécificité française, puisque dans la majorité des autres cas, il s’agira de l’achat de terrains laissés à l’abandon.

Gare aux critiques !

Ce nouveau support d’affichage devrait immanquablement engendrer des réticences de la part des puristes, d’autant qu’il ne s’agira pas d’une oeuvre artistique à la Christo, mais plus vraisemblablement d’un bon vieux logo ou d’une accroche commerciale vantant les mérites d’une marque de luxe ou d’un produit alimentaire. Dans la prise conscience idéologique qui s’opère à l’heure actuelle, souhaitons que la matière employée pour la fabrication des bâches soit biodégradable, ou pour le moins respectueuse de son environnement.

Ce nouveau support d’affichage est aussi la preuve d’un monde investi de toutes parts par la publicité. A chaque fois nous pensons que tout a déjà été inventé, et bien NON, trois fois NON ; l’énergie créative ne se tarit pas, surtout quand il y a des bénéfices au bout...

En poussant à l’extrême la recherche de supports d’affichages novateurs, pourquoi ne pas inscrire des messages ou logos dans le fond des cuvettes de toilettes pour hommes ; après tout le message sera lu entre 6 à 8 fois par jour !

Souhaitons dans le cas présent de l’affichage publicitaire au sol que les pilotes garderont les yeux sur la piste d’atterrissage !

Et un support de plus !

Comme souvent dans la loi des séries, vient d’être autorisé par décret l’autorisation d’affichage de messages publicitaires, à concurrence de 50 % de la surface, sur les bâches recouvrant les monuments historiques en réparation. Là encore, certains vont hurler au scandale, considérant ces écrits comme une dégradation de "lieux sacrés". Rappelons-leur qu’il s’agit simplement des bâches protégeant les monuments et que l’opération aura une durée éphémère, même si certaines réfections durent bien longtemps...

De plus, présageons qu’une certaine éthique sera préservée quant à la nature de l’annonceur et que les revenus générés par la location de l’espace seront directement affectés au monument en question.


Moyenne des avis sur cet article :  4.2/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • Halman Halman 4 octobre 2007 19:46

    http://www.myaviation.net/search/photo_search.php?id=00104520

    http://www.myaviation.net/search/photo_search.php?id=00047690

    http://www.myaviation.net/search/photo_search.php?id=00052771

    De l’espace publicitaire ?

    Sur les habitations ?

    Et pourquoi pas renouveler cette monstruosité : http://www.myaviation.net/search/photo_search.php?id=00699111

    Le plus magnifique avion du monde recouvert d’une pub immonde !

    Ce ne serait pas le même genre de furieux qui avaient fait une étude récente sur la faisabilité de faire voyager les passagers debouts ?

    Ce ne seraient pas les mêmes cinglés qui avaient envisagés des satellites positionnés en forme de bouteille de soda américain, visibles depuis le sol ?

    En tant que pilote cette idée est gerbante !

    On vole pour échaper à cette vomissure de sol envahi de pubs (on en a même sur les voitures), pour voir un ciel encore épuré des merdes humaines et certains cinglés nous rebalancent leurs merdes commerciales dans le ciel !

    C’est des malades !

     smiley


    • moebius 4 octobre 2007 22:34

      ..il y a une pub à la télé je ne sais plus pour quel produit ou c’est la planéte qui devient l’espace publicitaire, un espace global en quelque sorte. C’est une publicité a destination d’une capsule spatiale qui gravite autour de la terre. Le produit je ne sais pas un rouleau de PQ anti gravitationnel ? ou un gel quelconque a usage interne ?


      • Utopiah Utopiah 5 octobre 2007 11:25

        Et si le progrès venait d’ailleur ? Sao Paolo par exemple et sa nouvelle réglementation ?

        Malgré les techniques toujours plus pernicieuse à base de science cognitive et de psychologie la législation semble fonctionner ... quand on l’applique et que l’on en possède une.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès