Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > La recherche du « buzz », déliquescence du journalisme

La recherche du « buzz », déliquescence du journalisme

Vincent Peillon plaide sur Canal+ pour une meilleure redistribution des richesses au moyen d’une « grande réforme fiscale » (en clair, faire davantage payer les plus riches). La journaliste, elle, cherche un « buzz » sur l’ISF.

Vincent Peillon était dimanche 4 avril invité de l’émission Dimanche+ (C+) animée par la journaliste Anne-Sophie Lapix.

Peillon : « nous sommes un des pays les moins redistributifs  » (Canal+, 04/04/10) 

Après qu’ait été traité le sujet du bouclier fiscal, la journaliste demande à Peillon (à 1’30 de la vidéo ci-dessous) :

« certains en profitent pour demander la suppression de l’ISF, et en contrepartie une nouvelle tranche d’imposition plus haute, est-ce que c’est une bonne idée ? »

Peillon rétorque :

« la bonne idée cela va être de remettre un peu de justice dans tout notre système fiscal, je suis partisan d’une grande réforme fiscale. On a (...) l’explosion des très hauts salaires, des écarts qui s’accroissent, et des gens qui ont gagné beaucoup d’argent (...). »

La journaliste ne lâche pas le morceau (à 2’24) :

« la suppression de l’ISF c’est inenvisageable pour vous ? »

Peillon :

« c’est assez marginal par rapport à la question qui est celle de remettre de la progressivité, donc fondre l’impôt sur le revenu et la CSG, faire des tranches supérieures d’impôt sur le revenu qui correspondent à quelque chose, nettoyer ces niches fiscales qui permettent aux plus riches de ne pas payer, et si on trouve un système intelligent, pourquoi pas. »

Il ajoute aussitôt :

« Mais faisons attention, (...) on s’intéresse toujours aux détails, aux choses très politiciennes et pas au fond. »

Trop tard.

Moins d’une heure après, LeFigaro.fr titre, reprenant une dépêche AFP :

Suppression ISF : "pourquoi pas" (Peillon)

Puis 20minutes.fr :

Vincent Peillon n’est pas contre la suppression de l’ISF

Puis d’autres comme NouvelObs.com :

La suppression de l’ISF : "Pourquoi pas", répond Vincent Peillon

Avec là en plus une erreur de retranscription, avec cette citation : « si on trouve un système intelligent, pourquoi pas, mais faisons attention ». Or comme on l’a vu plus haut, le « faisons attention » de Peillon renvoyait non à la suppression de l’ISF, mais au fait de « s’intéresser toujours aux détails, aux choses très politiciennes » (en l’occurrence l’ISF), et pas « au fond ».

Bref, alors que Peillon a plaidé pour la nécessité de faire davantage payer les plus riches, différents relais de presse mettent par leurs titres les pleins feux sur un élément secondaire (quoique symboliquement important), accréditant aussitôt dans l’esprit du lecteur pressé (tout un chacun sur le net) l’idée que Peillon veut favoriser les riches. Soit l’inverse exactement de ce qu’il a défendu plusieurs minutes durant !

 ***

Comme on avait pu le remarquer déjà en conclusion d’une précédente étude, la "recherche de buzz" ne vise pas prioritairement à informer, mais à attirer l’attention sur soi émetteur (ou relayeur) du "buzz".

  • « L’objectif premier du "buzz" n’est pas de livrer une information, mais plutôt publicitaire : il s’agit de se faire remarquer, d’attirer à soi, source du "buzz", un maximum de trafic. » (contributeur anonyme)

Un médecin qui ne viserait pas d’abord le bien de son patient, mais sa propre publicité ; un enseignant qui ne viserait pas d’abord l’essor et les progrès de son élève, mais on ne sait quel profit personnel : ces gens seraient aussitôt méprisés, blâmés. Ne devrait-il pas en être ainsi, pour un journaliste "recherchant le buzz" ?

Sans doute le journaliste précaire employé par tel site de presse en ligne a des circonstances atténuantes. Mais une journaliste en vue, à la sécurité de l’emploi assurée et ceci aux meilleurs postes, au salaire conséquent, à la popularité lui permettant sans doute de préserver une indépendance, voire une certaine exemplarité dans la conduite de son métier : cette journaliste se devrait de ne pas "rechercher le buzz" !

******
  
A lire aussi :

AFPisation de la vie publique : bienvenue en buzzocratie ! (Romain Pigenel - Variae)

Sous le règne du buzz, malaise dans la politique et l’information (Narvic - Slate)

"Buzz" sur les "regrets" de Peillon concernant Chabot : analyse d’une désinformation (antennerelais)

 

Moyenne des avis sur cet article :  4.92/5   (49 votes)




Réagissez à l'article

33 réactions à cet article    


  • FRIDA FRIDA 6 avril 2010 10:31

    C’est ce qu’on appelle « noyer le poisson », une façon d’éviter de parler de l’essentiel, de faire sortir des propositions valables,
    Il vaut mieux brasser du vent, ça distrait en plus. Dans quel but cette façon d’agir ? C’est la question.


    • COLRE COLRE 6 avril 2010 10:36

      Excellent ! c’est une tare gravissime du fonctionnement médiatique qui ne date pas d’aujourd’hui mais qui prend un essor phénoménal depuis qque temps.

      Il faut la pointer, encore et encore : continuez ! ça c’est de la valeur ajoutée. 

      Car, vous verrez, dans qques semaines, il ne restera que le buzz, l’écume, et vous lirez et entendrez partout, des journalistes s’adressant à des personnalités de gauche : « Vincent Peillon ne trouve pas inconsidéré de supprmer l’ISF : et vous ? »… et c’est comme ça que la manipulation deviendra information…

      Et voilà le travail ! smiley


      • Antoine Diederick 6 avril 2010 10:46

        remplacer le mot « buzz » par « ramdam ».


        • Antoine Diederick 6 avril 2010 10:48

          ............

          Manifestation bruyante et déplacée ; grand bruit, vacarme. Synon. barouf, boucan, chambard, potin, raffut. Faire du ramdam. [L’aubergiste :] Suivez-moi. Faites pas de ramdam. Il pionce pas encore (Le Breton, Rififi, 1953, p. 224). Vous faites pourtant un de ces ramdams, dit le flicard (Queneau, Zazie, 1959, p. 139).


        • zadig 7 avril 2010 05:59

          Diederick,
          Bien d’accord avec vous.
          Alors vive le ramdam.
          Mais aussi le boucan,le cirque,le bordel (ambiant)

          Salutations.


        • Vox Populi 6 avril 2010 12:35

          Vincent Peillon et une journaliste de Canal +... On est bien habillé niveau remue-ménage...


          • antennerelais 6 avril 2010 14:13

            @ chantecler
            « journalisme pour les médias est devenu synonyme d’enfumage et galons pour leurs serviteurs »

            Ceci dit je pense pas que la plupart du temps il s’agisse d’une démarche délibérée de la part des journalistes (en l’occurrence ici de Anne-Sophie Lapix). Il y a plutôt reproduction d’un « système » qui leur préexistait, et qu’il se gardent de chambouler. Ceci d’abord pour conserver leur boulot tout simplement...

            Sur ce sujet, Peillon s’est montré assez explicite, dans le « Confidences+ » tourné en marge de l’émission « Dimanche+ » :
            http://www.canalplus.fr/pid1895.htm?nav=1
            (à partir de 3’20, quand il commente la « vidéo Mélenchon »)

            Verbatim :

            « On est un pays dans lequel on préfère actuellement la lâcheté, courber l’échine, ne pas dire ce qu’on pense... Et surtout plier à la demande, puisque le grand pouvoir est médiatique, les grands groupes etc. : si vous voulez exister comme homme politique il faut faire ce que l’on vous dit. (...) Il y a une injonction de parole vous savez, c’est le pouvoir totalitaire : il faut répondre aux question qu’on vous pose. Enfin même mon fils ne répond pas à toutes les questions que je lui pose ! Mais l’homme politique - qui est dans le fond « un moins que rien » - il doit se soumettre au spectacle, organisé par d’autres.

            Donc [Mélenchon] est en révolte. (...) Il a toute ma solidarité, et je lui dis : tiens bon. (...) Vous savez, quand Socrate était dans la Cité, de temps en temps il piquait un peu les gens pour les réveiller. (...) Je pense que c’est pas mal de dire ce qu’on pense aux gens de temps en temps, et de leur renvoyer l’image - parce qu’ils ne s’en rendent pas compte, c’est « les somnambules » de ce qu’ils... ; et puis il faut gagner sa croute, c’est comme ça qu’on tient tout le monde... [Mélenchon] a renvoyé l’image. »
             
             
            PS. Si quelqu’un pouvait récupérer cette partie de la vidéo (qui ne restera pas indéfiniment en ligne sur le site de C+) avec un logiciel de capture d’écran (j’ai pas réussi), puis la placer sur www.123video.nl (car C+ fait effacer ses contenus placés sur « dailymotion » et « youtube »), ce serait service rendu à l’Humanité.

            ***

            Cette « reproduction d’un système préexistant » (à l’arrivée des journalistes dans leur métier), Noam Chomsky l’a semble-t-il étudiée de près dans son livre La fabrication du consentement : De la propagande médiatique en démocratie. Il y a aussi un documentaire TV intitulé de même La fabrication du consentement, où Chomsky énonce divers propos bien sentis sur le sujet. On peut le télécharger (2 parties) via un « logiciel de partage » (qui n’est pas pour les ânes), ou simplement le visionner sur « dailymotion » (9 parties) grâce au posteur « Mecanopolis ».

            Dans le même ordre d’idées, l’article Journalisme et médiacratie : un nouveau clergé posté ici même hier sur Agoravox, me semble bien vu.


          • antennerelais 6 avril 2010 23:24

            La vidéo en question a heureusement été sauvée par une jeune génie de l’informatique, et a été postée là :

            Peillon réagit au coup de gueule de Mélenchon


          • paul 6 avril 2010 13:22

            Après votre article paru hier sur le même sujet , le buzz ou ramdam , où l’accusé était l’interviewé ,
            vous tirez une conclusion inverse pour Peillon où l’accusé est le média .

            Dans les deux cas , la Presse a le même comportement : tirer parti d’une situation - la colére de
            Mélenchon - ou de quelques phrases tronquées - pour fournir au diffuseur de la publicité , du trafic sur la toile , et donc attirer les annonceurs qui financent ce média .
            Vous le dites vous même , le but premier n’est pas d’informer . Je traduis : il est commercial .

            Ce matin, 18 jours après « l’affaire » Mélenchon , Pascal Riché de Rue 89 , d’habitude mieux inspiré , en remet une couche pour défendre son ex-stagiaire : il parle des curieuses justifications de « l’accusé »et des « conneries »qu’il a dites au micro qui se tendait vers lui .
            Riché avec cette réaction corporatiste et basique n’élève pas le débat . Il montre qu’ il n’a rien compris à la défiance générale du public qui touche les médias traditionnels : leur crédibilité
            est mise en cause , surtout avec le net qui permet de croiser les infos .


            • Philou017 Philou017 6 avril 2010 13:43

              Je veux pas dire du mal, mais Pascal Riché est vraiment le type de journaliste assez indécrottable du système conformiste. Ces gars ont créé un site internet, en clamant fort à la liberté d’expression, et ils font à peu pres la même info conformiste que Libération, en peu plus libre et un peu moins de tabous.
              Ils ont l’esprit de corporation chevillé au corps, une vision ultra-conformiste de l’économie, de la géopolitique, etc. Ils font même un supplément économie sur leur site,comme il y a un supplément économie au Monde, au Figaro, etc
              En un peu plus libre.
              Les articles sur la Colombie, l’Iran, le Vénézuela ont le même parti pris que le reste de la presse,etc, etc Il faut entendre Pierre haski et hervé Morin parler comme deux vieux copains.
              Une vraie proximité avec les politiques donc, comme ailleurs....
              Il m’arrive même de me demander si rue89 n’est pas un sous-marin destiné à capter l’audience du web pour diffuser grosso-modo la même soupe que sur les autres médias.
              Bon, disons que je fais du mauvais esprit...


            • antennerelais 6 avril 2010 18:47

              @ paul
              « Après votre article paru hier sur le même sujet, le buzz ou ramdam, où l’accusé était l’interviewé, vous tirez une conclusion inverse pour Peillon où l’accusé est le média »

              Dans ce billet Mélenchon était « accusé » de s’être planté dans le buzz des soi-disant excuses de Peillon à Chabot, d’avoir à cette occasion donné un coup de pied à Peillon qui pourtant travaille dans le même sens que lui, et autres détails.

              Après c’était juste cocasse en passant de le voir lui-même aux prises avec un « buzz », mais ce n’était pas le sujet du billet  smiley


            • curieux curieux 11 avril 2010 11:40

              A philou17
              "Il m’arrive même de me demander si rue89 n’est pas un sous-marin destiné à capter l’audience du web pour diffuser grosso-modo la même soupe que sur les autres médias.« 
              Inutile de vous demander, c’est sûr. Ces journaleux font partie des Young Leader et il s’y croît.
              Sur Rue89, je leur en foutais plein la gueule et un jour, ils m’ont viré sous prétexte »d’homophobie"
              Ils ne supportent pas trop quand on leur dit ce qu’ils sont mais il n’y a que la vérité qui blesse. Je ne vais même plus sur ce site d’enfumage


            • Eleusis Bastiat - Le Parisien Libéral eleusis 6 avril 2010 13:28

              ceci est une consequence directe de la fin des medias de masse et de l’emergecnce de la masse des medias

              or, nous n’avons qu un cerveau donc nous retenons les idees fortes, meme fausse. Exemple : la crise economique est due aux traders, ou bien le liberalisme est injuste. 

              il va falloir s’habituer a jongler avec ces raccourcis diffusés en bouble, tout comme la politique ne peut pas etre la meme avant et apres youtube et dailymotion. 


              • David Meyers 6 avril 2010 13:46

                Excellent démontage de cette partie de l’émission.

                Le buzz est pratique car il évite de réfléchir, il nous donne des réactions et des sensations en libre service, pratiquement gratuites, et surtout...

                Il évite de nous remettre en cause.

                Penser à un système fiscal plus équilibré, plus dynamique, moins corpo ??? pff quelle barbe

                Mais qu’un socialiste en vue soit pour les riches, ça c’est tout bon coco.


                • L'enfoiré L’enfoiré 6 avril 2010 13:56

                  Bonjour antennerelais,
                   Comme je vois vous êtes un buzzophobe.
                   Deux articles sur AV, deux fois, les journalistes pointés.
                   Pas de problème, je ne connais pas vraiment les journalistes français, même si je les regarde parfois de chez moi.
                   Le problème est bien plus général que cela.
                   Ce besoin de retirer à soi l’avantage de toutes entreprises qui penseraient faire ressortir l’avantage au client, fait par effet miroir rejaillir le bénéfice sur le fournisseur.
                   Il ne faut pas chercher bien loin.
                   Sur cette antenne, cherchez bien, vous allez très vite comprendre.
                   Je l’ai décrite avec une métaphore : « Le syndrome d’Erostrate ».
                   Le bling bling qu’à apporté votre président n’en a confirmé que la nième couche.
                   Je plusse vote article.  smiley 
                   


                  • Superyoyo 6 avril 2010 14:16

                    Mauvaise tactique de Peillon.
                    Il s’est dit : « Je vais prendre toutes les précautions possibles avant de dire qu’il faut supprimer l’ISF car je risque une manipulation médiatique »
                    Il aurait du :
                    - Affirmer haut et fort qu’il était contre l’ISF sans aucune explication, comme ça c’est lui qui aurait provoqué le buzz (pardon le ramdam) tout le monde se serait posé des question sur la violence d’une telle position par un homme de gauche
                    - Laisser la polèmique enfler
                    - S’expliquer

                    Faut tout leur dire !...


                    • antennerelais 6 avril 2010 14:47

                      ça ce serait plutôt la tactique Valls ! Qui a effectivement « affirmé haut et fort qu’il était contre l’ISF » (l’ISF point « marginal » dans la question de la « grande réforme fiscale » souhaitée par Peillon, mais point « médiatique » ou « politicien ») : ceci pour attirer l’attention à lui Valls, bref pour « buzzer » ! (et non pour faire avancer le débat, pour diffuser une information ou une réflexion intéressante).


                    • frédéric lyon 6 avril 2010 14:32

                      Bien sûr que Peillon est POUR la suppression de l’ISF.


                      Puisqu’alors qu’il était relancé à PLUSIEURS reprises par la journaliste (qui avait parfaitement compris sa position, contrairement à notre « journaliste citoyen » qui reprend le « buzz » et qui surfe dessus, tout en prétendant s’insurger contre !!) il a REFUSE clairement de dire qu’il était contre sa suppression !!

                      Tout le monde sait que l’ISF est le plus injuste et le plus contre-productif de tous les impôts.

                      C’est le plus injuste parce que c’est un impôt sur de l’impôt.

                      C’est le plus contreproductif puisqu’il provoque une gigantesque évasion des capitaux.

                      Vincent Peillon est donc CONTRE cet impôt. Le seul problème est qu’il na pas dit par quoi il le remplacerait ! 

                      Mais comme il a clairement dit qu’il voulait le remplacer par des tranches progressives supplémentaires, il est probable que les capitaux continueront de fuir avec lui au pouvoir.

                      • Tiberius Tiberius 6 avril 2010 15:07

                        Moi ce que je vois, c’est une question simple posée à Peillon et à laquelle celui-ci avait visiblement du mal à répondre honnêtement.

                        Ce n’était pourtant pas difficile de dire si oui ou non (et pourquoi) il était pour la suppression de cet impôt.

                        Cette journaliste a très bien fait son travail en forçant le politique à dévoiler clairement ses positions.


                        • Internaute Internaute 6 avril 2010 15:42

                          Attention les gars. Il me semble que ni l’article ni les commentaires ne font le rapprochement avec les déclarations de Manuel Valls dans Le Talk du Figaro de la semaine dernière. Valls y déclare trés calmement et sans y être prié qu’il est pour la suppression de l’ISF au cours d’un grand nettoyage fiscal qui verrait rehaussées les tranches de l’impôt sur le revenu.

                          Lapix ne cherche pas forcément le buzz mais peut-être de coïncer Peillon par rapport à son concurrent du PS aux prochaines échéances électorales.


                          • antennerelais 6 avril 2010 16:00

                            On en a déjà un peu causé + haut :

                            « Il aurait du : - Affirmer haut et fort qu’il était contre l’ISF sans aucune explication, comme ça c’est lui qui aurait provoqué le buzz (pardon le ramdam) tout le monde se serait posé des question sur la violence d’une telle position par un homme de gauche »
                            Superyoyo 6 avril 14:16

                            ça ce serait plutôt la tactique Valls ! Qui a effectivement « affirmé haut et fort qu’il était contre l’ISF » (l’ISF point « marginal » dans la question de la « grande réforme fiscale » souhaitée par Peillon, mais point « médiatique » ou « politicien ») : ceci pour attirer l’attention à lui Valls, bref pour « buzzer » ! (et non pour faire avancer le débat, pour diffuser une information ou une réflexion intéressante).
                            antennerelais 6 avril 14:47

                            Peillon ne se présentera pas aux primaires socialistes, il n’y a pas « concurrence aux prochaines échéances » avec Valls smiley


                          • PtitLudo PtitLudo 6 avril 2010 17:24

                            Merci pour l’article, qui après l’affaire Mélenchon, démontre encore une fois, s’il fallait, la perversion de ces médias aux ordres.

                            Cela donne également raison après coup à V. Peillon d’avoir boycotté l’émission d’Arlette Chabot « A vous de juger » car le seul fait de sa présence aurai eu valeur de caution, quelque soit ce qu’il aurai dit pendant l’émission.

                            Dans certains commentaires on objecte le fait qu’il n’ai pas pris une position claire. Mais dans ce système, tel qu’il est, une position claire aurai également été reprise à charge quoi qu’il en soit. Les médias, frustrés de ne pas avoir eu leur os à ronger, ont alors perverti la parole de V. Peillon, se discréditant ainsi toujours plus.


                            • Yakaa Yakaa 6 avril 2010 17:28

                              "Un médecin qui ne viserait pas d’abord le bien de son patient, mais sa propre publicité ; un enseignant qui ne viserait pas d’abord l’essor et les progrès de son élève, mais on ne sait quel profit personnel : ces gens seraient aussitôt méprisés, blâmés. Ne devrait-il pas en être ainsi, pour un journaliste « recherchant le buzz » ?"

                              Non !
                              Il y a même un énorme pourcentages de gens dans divers domaines
                              professionnels, qui font passer leurs intérêts personnels avant la qualité de leur travail.
                              Je ne vois pas pourquoi on s’en étonne autant au sujet des journalistes.

                              Nous sommes dans la société du paraître, de la comm et du chacun pour soi, ou l’individu moyen ne pense qu’à acquérir ou maintenir des avantages personnels, des privilèges.

                              Le politiciens et les journalistes ne sont pas pires que les autres, ils ne sont que le reflet de la population (moins visible) et d’une société moralement et massivement corrompue.


                              • ubotugy ubotugy 6 avril 2010 22:05

                                Bon article politique qui montre bien la perte de l’information... et la rattrape ! Merci.

                                « Il est difficile à un homme de comprendre quelque chose si son salaire dépend de ce qu’il ne la comprenne pas. » Upton Sinclair

                                Propagande vs. Propagande ^^


                                • antennerelais 6 avril 2010 23:35

                                  bien la citation !


                                • ddacoudre ddacoudre 6 avril 2010 22:34

                                  bonjour antenne

                                  l’information est une puissance indiscutable qui a fini par faire des politiciens des pantins de spectacles guignolesques.
                                  ou il demande comme cela devrait l’être dans une société qui mise tout sur la manipulation (pardon la communication) un droit d’expression politique régulier de manière d’éviter la désinformation et leur donner un droit de réponse quand cela leur parait nécessaire.
                                  il serait tout de même temps que se démocratise la télé comme se sont démocratiser les journaux.
                                  chaque parti dispose de son journal faute de disposer de la télé ils devraient disposer de tranche d’audition et non d’être à la merci de journalistes quel qui soient. il est clair aujourd’hui comme hier que c’est devenu une arme de conquête politique, alors il n’y a pas lieu qu’en démocratie elle ne soit que la possession des plus riches.

                                  cordialement


                                  • antennerelais 6 avril 2010 23:33

                                    C’est sûr que la télé est un cas spécial, la grande majorité des gens « s’informant » via les JT, ils restent très cadenassés !


                                  • antennerelais 6 avril 2010 23:30

                                    Filmé dans Confidences+, en marge de l’émission Dimanche+ (voir billet plus haut...), Vincent Peillon réagit à la vidéo de Jean-Luc Mélenchon qui a « créé le buzz » durant plusieurs jours : tout en lui apportant son soutien, il esquisse une critique d’un « système médiatique » orienté vers le « spectacle » et qui semble se perpétuer de lui-même, dans lequel les journalistes (ainsi que les hommes politiques) sont finalement pris au piège.

                                    A visionner là : Peillon réagit au coup de gueule de Mélenchon


                                    • Henri François 7 avril 2010 09:13

                                      Première réflexion :
                                      Voilà que depuis quelques années, hommes et femmes politiques de tous bords, qu’ils soient simples « soldats », chefs, ministres ou même président,, se précipitent, la bouche en cul de poule, sur le moindre micro et surtout face à la moindre caméra pour jouer les camelots.
                                      Seconde réflexion : 
                                      Voilà que depuis plusieurs années, dès l’apparition du petit écran, les journalistes « télévisuels », abandonnant toute éthique, se sont peu à peu transformés en acteurs, cabots la plupart du temps, se prenant pour d’authentiques vedettes, allant jusqu’à vouloir rejeter au second plan tout individu venu devant eux vendre sa soupe.
                                      Conclusion :
                                      Comment voulez-vous qu ce mélange, baroque et médiocre à la fois, puisse être crédible, sinon sous la forme d’une farce grossière au sujet de laquelle s’empoignent, hélas bon nombre de citoyens ou autres, à travers « buzz » ou « ramdam » (des mots qui égratignent la langue française) qui ne sont que le comble de la futilité.


                                      • DEEVIN 7 avril 2010 10:36

                                        Sûr que si on supprimait l’ISF cela enlèverait une épine du pied d’un certain nombre de caciques PS qui tortillent les chiffres de leur patrimoine pour nous faire croire qu’ils restent sous la barre fatidique au lieu de faire preuve de cette généreuse solidarité fiscale qu’ils nous chantonnent si volontiers.


                                        • antennerelais 7 avril 2010 20:06

                                          Invité ce matin sur France Inter, Vincent Peillon est ainsi relancé par un journaliste :

                                          «  vous prônez aujourd’hui la suppression de l’ISF  »

                                          Réplique de Peillon :

                                          «  C’est une erreur de l’AFP, je vous encourage à regarder, je n’ai jamais dit ça  » !

                                          A visionner à partir de 8’37 là :

                                          Vincent Peillon répond aux questions des auditeurs (France Inter) - vidéo


                                          • antennerelais 7 avril 2010 22:14

                                            Il ajoute (à 10’08) :

                                            « On vous pose une question sur quelque chose [l’ISF] dont je comprends bien que c’est un symbole - en France on parle toujours des symboles, comme sur la retraite, et jamais des vrais problèmes, et ça donne l’état du pays où l’on est. Je veux parler des vrais problèmes. Cela fait 15 ans que je me bats pour qu’il y ait un grand impôt progressif en France (je pense qu’on va y arriver), et on me pose une question sur quelque chose dont tous les spécialistes [disent que] c’est secondaire !  »
                                             

                                            Plus loin :

                                            «  c’est aussi le grand problème dans votre métier (comme dans le mien) : la vérification de ce qu’on allègue. » (à 15’36)

                                            «  Maintenant vous avez une espèce de »procès médiatique" qui="qui" un="un" engouement="engouement" sans="sans" vienne="vienne" la="la" des="des">font>  » (à 16’15)

                                            (mise à jour du présent billet là : http://antennerelais.canalblog.com/archives/2010/04/04/17469949.html )

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

antennerelais


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès