Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > La téléréalité est en train de toucher aux sommets de l’odieux

La téléréalité est en train de toucher aux sommets de l’odieux

C’est l’escalade. Depuis Loft Story 1, premier coup de pioche inoffensif dans le roc de la téléréalité, les boîtes de prod’ françaises ont continûment gravi un à un les échelons vers toujours plus de vulgaire.

Premiers de cordée, tous les shows censés récompenser l’exercice de compétences, notamment les nouveaux télécrochets modernes : car qui dit vainqueur par talent, dit aussi éliminés par manque de talent. Et c’est ainsi que de voyeurs de seize rats de laboratoires enfermés dans un grand appartement on est devenus voyeurs au rire gras des casseroles vocales de malheureux candidats en quête éperdue de célébrité rapide.

Pire : on a voulu aussi tester la capacité de candidats à surmonter leurs peurs ou à jouer les Rambos modernes. Alors, devant Fear Factor, nous sommes devenus des violeurs de l’intimité, nous repaissant goulûment des phobies d’autrui. Devant Koh-Lanta, nous avons regardé des pauvres malheureux obligés d’ingurgiter des gros vers, des testicules de mouton, ou, dernière facétie en date, des tarentules vivantes, poils et pattes compris.

Nous avons aussi vu des couples se déchirer, se tromper, exposer à la lueur des flammes les détails intimes de leur couple, leurs espoirs déçus, leur tristesse et leurs larmes. Et ça nous a plu. Dans la même veine, on nous a servi en guise de dessert d’autres candidats chargés de lutter pour préserver un secret, par nature fermé à la divulgation, dernier joyau de l’indissolubilité de l’homme dans le collectif. Et pourtant, on a proposé à certains de se dévoiler pour les plaisirs d’un jeu et pour le son argentin de plusieurs dizaines de milliers d’euros.

Certains de ces ex ont fait leur rédemption. La plupart sont retournés à un anonymat qu’ils n’auraient jamais dû quitter, qui avec regrets, qui sans. D’autres continuent éperdument à écumer les soirées people, pensant être devenus un des leurs, avides de monnayer leur vie sans chercher à vraiment la remplir. D’autres enfin s’en sont extraits, ont gagné avec un brin de talent d’autres reconnaissances, musicale, artistique ou médiatique. Pour autant, ils resteront toujours marqués par la macule de la téléréalité.

Voici quelques jours, Loana, plus grande « star » de la téléréalité à la française, a été hospitalisée, sans doute pour cause d’agression physique à son domicile. Titres des journaux tabloïds, couverture filée (et cousue de fil blanc ?). Voilà un scoop. Comme si désormais, tout dans sa vie devenait événement : sa manducation des cerises, ses entorses de la cheville, ses sourires disgracieux, etc. Traquée à tout jamais : comment celle qui a accepté qu’on la filme en train de vivre enfermée, qu’on pénètre au plus profond de son intimité (sans mauvais jeu de mots), pourrait-elle avoir autorité pour réclamer un droit à la vie privée et un droit à l’oubli ?

Hors de France, le déchaînement du vulgaire, du salace et de l’odieux, est encore bien pire. Aujourd’hui, une ancienne star de la téléréalité britannique, Jade Goody, vit les derniers mois de sa vie. Sa bataille contre le cancer semble perdue. Oh, ne nous attendrissons point trop : jusqu’au bout, elle aura joué à fond la carte de la téléréalité. Celle qui a toujours assumé le fait de monnayer sa vie, monnaie aussi sa mort : son cancer lui aura permis d’assurer à ses deux fils un solide héritage qui leur permettra de grandir plus confortablement qu’elle-même. En Espagne, le sommet du vulgaire a été atteint. Un couple de candidats à la version ibérique de Pékin Express, a été sommé d’abandonner. Motif ? Le candidat masculin, âgé aujourd’hui de trente ans, a assassiné ses parents quand il avait 15 ans.

Qu’y a-t-il de plus paradigmatique de cette forme de télévision qui conduit à la déshumanisation par le cloisonnement, la destruction de l’instinct grégaire par le concept des éliminations endogènes au groupe, et l’abandon de toute dignité, que d’avouer en direct avoir commis l’acte qui par essence vous exclue le plus de la communauté humaine : le meurtre ?


Moyenne des avis sur cet article :  4.17/5   (48 votes)




Réagissez à l'article

40 réactions à cet article    


  • TVSET 16 février 2009 20:39

     "... de voyeurs de seize rats de laboratoires enfermés dans un grand appartement on est devenus voyeurs au rire gras"
    "...nous avons regardé des pauvres malheureux obligés d’ingurgiter des gros vers..."
    "...Nous avons aussi vu des couples se déchirer..."

    Pardon, mais qui vous oblige à regarder ? 
    Il n’a jamais eu autant de choix de programmes mais votre article donne l’impression que les individus sont passifs, presque forcés de voir la télé-réalité.
    Ce n’est pas le cas. Il n’y a jamais eu autant de chaînes et l’offre n’a jamais été aussi variée.
    Je n’aime pas la plupart de ces émissions mais je peux admettre que d’autres puissent y trouver un intérêt. Les valeurs véhiculées vous heurtent ou vous révoltent, je peux le comprendre, mais qui peut se prévaloir de détenir les bonnes valeurs et les mauvaises ? Le bon goût et le mauvais goût ?
    Il me semble déceler dans la violence de votre texte une pensée qui voudrait protéger le "bon peuple". Il faudrait supprimer les programmes de télé-réalité pour sauver la société, empêcher les masses d’être abruties et influencées par cette dépravation, cette apologie "du vulgaire, du salace et de l’odieux".
    Mais qui façonne l’autre ?
    Pour ma part, je pense que le péril est moins grand dans un monde ou l’individu est libre de choisir un "mauvais" programme que dans celui ou il y a une police de la pensée, prompte à condamner ceux qui ne regardent pas les "bonnes émissions".

    Indépendamment du contenu de la télé-réalité qui repose effectivement souvent sur l’élimination je ne partage pas non plus votre point de vue sur "la déshumanisation, le cloisonnement...".
    Ces programmes font débat. Ceux qui les regardent en parlent entre eux (ceux qui ne les regardent pas aussi), certains même se réunissent devant la Nouvelle Star ou les prime de la Star Academy. C’est aussi souvent un sujet de discussion transgénérationnel.
    Paradoxalement donc ces programmes rassemblent.

    Le rapport coût/efficacité de la télé-réalité demeure imbattable.
    Pour les chaînes, notamment privées, il n’y a pas de raison de s’en séparer.
    Tant qu’un autre type de programme ne sera pas aussi puissant ou tant que le plus grand nombre ne s’en détournera pas de lui même (saturation, rejet, lassitude...) la télé-réalité occupera une place importante. En attendant, vous savez quoi ? Il y a des dizaines et des dizaines de chaînes qui proposent autre chose.


    • Piotrek Piotrek 17 février 2009 10:17

      J’ai beau essayer de chercher mais je ne trouve pas de "bon gout" ni de "bonnes valeurs" dans une emission de télé-réalité dont le but premier est de creuser dans le voyeurisme douteux tout en entretenant un rapport coût/efficacité imbattable comme vous le dites si bien.

      En quoi l’existance d’emissions de télé-réalité nous sauve-t-elle de la police de la pensée ? Ce pourrait etre l’inverse non ?

      Bref je trouve vos arguments alambiqués

      "En attendant, vous savez quoi ? Il y a des dizaines et des dizaines de chaînes qui proposent autre chose" 
      En attendant, vous savez quoi ? Je passe desormais mon temps sur Internet car son rapport coût/efficacité est imbattable... pour moi


    • Yena-Marre Yena-Marre 16 février 2009 20:51

      Bonjour ,
      Effectivement , vous avez raison c’est l’ere de la télé poubelle ! Le comble de l’horreur a été atteint il y a environ deux semaines ! On a pu voir pendant près de deux heures , sur deux chaînes nationales une personne de hauteur contrariée (petite taille ne se dit plus) se faire malmenée par quatre journalistes féroces. C’était insoutenable , scandaleux la façon dont il se sont acharnés sur le pauvre homme !J’avais honte de notre télévision ! smiley


      • joelim joelim 16 février 2009 21:02

         ou, dernière facétie en date, des tarentules vivantes, poils et pattes compris

        Ah, je vois que vous regardez aussi... smiley C’est vrai que KL est le seul truc marrant (qu’il faut prendre au 3e degré comme les grosses vannes de forum.hardware.fr par exemple). Evidemment c’est assez grossier comme humour, mais l’émission est tellement profondément débile !

        Les autres émissions de télé-réalité (on devrait dire "téléartificialité" non ?) ne sont hélas pas drôles : l’abject et le dégoûtant ne sont pas solubles dans l’humour...

        Ah si, il existe une téléréalité de qualité, on la voit sur les chaînes Planète, Histoire, etc. Je ne me rappelle plus les titres, mais voici le contenu (très intéressant et à mille lieues de ce qui se fait sur "Téhefin" ou "Emssis") :


        - des jeunes doivent vivre un rôle dans un château du moyen-âge, en apprenant les diverses activités (du châtelain à la femme de chambre) ; ils commentent leurs impressions (souvent : la vie d’alors était dure !),


        - des gens motivés vivent comme dans un village de l’époque des gaulois ; grâce à des spécialistes ils apprennent les activités de l’époque (et testent même des hypothèses scientifiques) ; parmi les spécialistes une psychologue leur dit des choses très intéressantes sur les diverses situations (conflits, etc.),


        - et la série ou une spécialiste visite une famille afin d’estimer leur empreinte écologique (coût énergétique, poubelles, ...) ; après un diagnostic très rigoureux ils sont invités à vivre dans un lieu écologique (d’où des tiraillements liés à ce qu’ils perçoivent comme de l’inconfort) pendant que leur maison est aménagée pour réduire l’empreinte écologique ; après leur retour l’équipe passe à nouveau pour voir à quel point ils ont changé d’attitude ; tout çà sans tomber dans le discours "donneur de leçons", fortiche...

        Tout çà vaut le coup (à noter qu’aucune de ces séries n’est française smiley ), mais ce n’est pas "porteur" chez les zozos qui font les programmes des chaînes dites hertziennes... Qu’est-ce qu’ils sont stupides. smiley Autant que leurs programmes de télé-réalité.


        • zanyzab 16 février 2009 21:44

          Non, nos amis de la téléréalité ne sont pas des adeptes de l’olympisme à la mode Belle époque du sport amateur. Ce sont de gros populistes ayant pour seul objectif de se faire un maximum de pognon aussi rapidement que possible (et ça pourrait être une citation d’un producteur...).

          Relooking extrême, ou Miss Swan, vous connaissez ? Principe simple, on est pas sur Arte : on prend des méga cageots, homme ou femme, on est pas sexiste, hein, genre qui relèveraient de la chirurgie reconstructrice dans un monde normal, obèse avec un bec de lièvre, anorexique après une chimio, une radiothérapie et une masectomie, que du bonheur ! On les enferme sans miroir, on leur fait une bonne chirurgie "esthétique" et on le transforme en Ken et Barbie ! Ils découvrent leur nouvelle image, émerveillés. Merci la téléréalité ! Passez-moi donc la grosse boîte de kleenex achetée chez Leader Price (0.65€). C’est beau, une telle émotion.

          Or donc, Arunas Valinskas, producteur lituanien de téléréalité, a eu une jour une idée lumineuse "et si on faisait un "relooking extrême", mais dans une prison pour femmes ? Oh, quelle bonne idée ! On l’appelera "Miss Captivity". Avec un prix de quelques centaines d’euros pour la gagnante et ses dauphines ? Et la petite merveille a été diffusée à la télé, avec la bénédiction de leur ministre de la justice local. Mais qu’on vous rassure, bonnes gens, ces délinquantes ne toucheront leur prix qu’à leur sortie de prison.

          Hollywood, toujours à l’affût d’une mirifiqe idée de blockbuster encore plus blockbuster que les précédents, a racheté les droits cinéma à notre brave Arunas Valinskas. Ils vont l’adapter et le situer, non en Lituanie, que personne ne sait où c’est (juste en haut après la Pologne), mais dans un Etat américain bien connu pour ses hommes politiques brillants et sa merveilleuse politique pénitenciaire, vous l’avez deviné sans mal, le Texas. Si c’est pas une belle success story...

          J’ai raconté ce conte moderne à ma fille (16 ans au temps des cerises) qui a commenté :
          "Tu devrais lui proposer la même chose, mais avec des trisomiques...

          - Ah, ben non alors ! Il accepterait"

          Et que devient notre héros au sourire si doux, Arunas ? Il est Président de la Seimas. C’est quoi, la Seimas ? L’assemblée nationale lituanienne. J’adore la démocratie moderne, pas vous ?


          • LE CHAT LE CHAT 17 février 2009 10:05

            une des émissions à faire gerber est sur planet no limit , où des enquêteurs inspectent des logements insalubres et analysent crasse et vermine ! beurk !


          • Jean-paul 16 février 2009 23:52

            Aux USA avec toutes les chaines qu’il y a vous pouvez avoir 24/7 de tele realite .Mais LIBRE a vous de les regarder !!!!!


            • Piotrek Piotrek 17 février 2009 10:20

              On est LIBRE de critiquer aussi ?


            • Jean-paul 17 février 2009 15:10

              @ piotreck
              Vous critiquez ,c’est donc que vous regardez cette telerealite !!!!


            • Canine Canine 17 février 2009 00:48

              "Devant Koh-Lanta, nous avons regardé des pauvres malheureux obligés d’ingurgiter des gros vers, des testicules de mouton, ou, dernière facétie en date, des tarentules vivantes, poils et pattes compris."

              Juste comme ça, c’est faux, les tarentules étaient mortes et grillées, faute de quoi, les candidats seraient tous morts empoisonés.


              • plancherDesVaches 17 février 2009 08:12

                Les Romains avaient les jeux du cirque... Croyez-vous franchement que l’esprit humain ait tant évolué depuis seulement 2000 ans ?


                • rofo 17 février 2009 09:13

                  Dans ces jeux de téléréalité pour la plupart assez banals, il y en a un qui se distingue : c’est Super Nanny sur M6.

                  C’est l’éducation des enfants apprise aux parents et tout celà sans en avoir l’air....
                  Beaucoup de jeunes parents feraient bien de regarder afin d’éviter la plus grosse erreur d’éducation : ne pas savoir mettre de limites aux enfants. (attention de ne pas se méprende sur ce propos, il s’agit de mettre des limites pour le bien-être de l’enfant et non pour assouvir une quelconque autorité malsaine des parents ....)

                  Et c’est justement ce que Super Nanny nous montre à chaque émission !

                  Chapeau M6 !
                  (pour éviter des commentaires acerbes, je ne regarde plus TF1 et je suis un passioné d’Arte)





                  • chmoll chmoll 17 février 2009 09:53

                    vous parlez d’ki là ?

                    du senat ? du parlement ? d’l’assemblée nationale ?
                    d’toute façon c du bidon


                    • LE CHAT LE CHAT 17 février 2009 10:01

                      et que dire des tournez manège chez les nains ,l’incroyable fiancé , les reality show de chirurgie esthétique , les stages de rambo chez les SAS .... Télépoubelle !


                      • Vilain petit canard Vilain petit canard 17 février 2009 10:33

                        Ce qui est surtout étonnant (et votre article n’y échappe pas), c’est qu’on appelle ces merdes de la téléréalité. On devrait plutôt parler de télébidonnage. Rien n’est réel dans ces shows, tout est scénarisé, mis en scène, retravaillé en studio après les prises de vue, bref, rien de réel, tout ça c’est du spectacle. Mais le mot même de téléréalité, ça permet de faire accroire que c’est du vraiment vrai.

                        Sans vouloir remonter à Debord et à la Société du Spectacle, il y a quand même quelque chose d’alarmant dans cet acharnement à nous faire passer ça pour de la "vraie réalité". Plus vrai que les fins de mois difficiles, plus vrai que les problèmes éducatifs avec les adolescents, plus vrai que les voitures brulées de façon festive au Nouvel An, plus vrai que la maladie qui vous ronge. En fait, plus vrai que ce qui déplaît. 

                        Et notre guignol de Président, qui s’agite dans son loft de l’Elysée, partout dans les medias, à nous faire croire qu’il fait vraiment des choses, alors qu’il ne fait que s’agiter devant la caméra, il participe du même mouvement vers le "plus que vrai". Or, qu’est-ce qu’il fait vraiment, à part nous faire la grande scène d’émotion du Koh Lanta politicien ? Rien, à part deblatérer.

                        La morale de ce cirque, c’est que si ça passe à la télé, c’est que c’est vrai, plus vrai que ce qui m’arrive à moi. Ce qui est évidemment idiot. Et bien moi je vous dis, ça ne durera plus longtemps.


                        • JL JL 17 février 2009 14:39

                           

                          @ VPC : ""Et notre guignol de l’Elysée ..."" Quelques remarques sur l’obscénité dans la France sarkozyste : " L’obscène, avant d’être une évocation lubrique, est simplement ce qui vous force à imaginer ce que vous préféreriez ne pas avoir à imaginer. Rien n’interdit, ensuite, que cette obscénité soit redoublée par une autre, plus grivoise… Une sorte d’obscénité au carré, en somme."


                        • Vilain petit canard Vilain petit canard 17 février 2009 14:46

                          JL, re-merci pour le lien, décidément, vous connaissez des blogs d’excellents stylistes !


                        • JL JL 17 février 2009 18:44

                          @ VPC, je n’ai aucun mérite : je trouve beaucoup de liens sur rezo.net, ça demande seulement un peu de lecture, et quand j’apprécie je transmet quand c’est en rapport avec un forum  smiley


                        • jjwaDal marcoB12 17 février 2009 10:44

                          Il ne faut jamais caresser un cercle de peur qu’il ne devienne vicieux (raymond devos)...


                          • Gabriel Gabriel 17 février 2009 11:04
                            Bonjour,

                            Les émissions de télé font ce pourquoi elles sont. Si une majorité aime oublier leurs médiocrités dans la fange télévisuelle d’autrui c’est son problème. Sur chaque appareil il y a un bouton ON-OFF. L’actionner de façon intelligible dépend du libre arbitre de chacun. Il est inutile de dire "c’est de la M...." si l’ont regarde. 
                            Personnellement je remercie les trépanés des bulbes qui font ces émissions. Grâce à eux je n’ai jamais autant lu.

                            • Befana 17 février 2009 12:18

                              Et les articles d’Agoravox sont en train de toucher aux sommets de l’inintéressant..... smiley


                              • Mougeon Mougeon 17 février 2009 12:19

                                Si ces émissions de nazes existent c’est qu’il y a un public, et c’est bien ce qui est le plus désolant.

                                Ce n’est pas la télé qui est a blâmer, ni les producteurs de ces "émissions", mais le public.

                                Il suffit de ne pas regarder ce genre de programme et ces machins disparaîtrons naturellement.

                                On a la télé qu’on mérite...


                                • Louisiane 17 février 2009 12:58

                                  Ce n’est pas la télé qui est a blâmer, ni les producteurs de ces "émissions", mais le public.

                                  S’il n’y avait pas de telles émissions, il n’y aurait pas un tel public. Ne laissons pas croire que les productions répondent aux désirs des spectateurs alors que c’est l’inverse.
                                  Je n’ai plus de télé depuis une dizaine d’années.
                                  Mais il y a une chose que je n’ai pas oublié, c’est que nous vivons dans une société de consommation où tout est bon pour transformer chaque personne en client potentiel, y compris et surtout flatter son ego. On a tous en mémoire une pub qui flatte le mâle viril avec sa super bagnole et qui stigmatise plus ou moins discrètement celui qui n’assure pas.
                                  Lorsque cet abruti de Séguéla déclare : "celui qui n’a pas une Rolex à 50 ans, c’est qu’il a raté sa vie", il glorifie un système qui met en avant l’apparence de la réussite, du même ordre que la pub qui incite à acheter tel ou tel truc pour se distinguer ou que regarder des émissions dans lesquelles l’individualisme est mis en avant, la méritocratie pour avoir marché sur la gueule de l’autre.
                                  Que les gens se laissent prendre à ces émissions, c’est normal, ça fait partie du système consumériste auquel peu de personnes peuvent résister, sauf par des moyens radicaux (supprimer sa télé, par exemple).
                                  Eteindre sa télé pour ne pas avoir à supporter ces inepties relève d’une prise de conscience d’un système que TF1 (entre autres) soutient de toutes ses forces (rendre les cerveaux disponibles).
                                  Justement, les cerveaux sont vraiment devenus disponibles et prêts à accepter n’importe quoi, et surtout pas de rater ces emissions dans lesquels chacun croit pouvoir s’identifier et, par son vote, éliminer le "plus faible" et avoir l’illusion du choix pour garder "le meilleur " (meilleur en quoi, on se le demande ?).
                                  Je me répète : s’il n’y avait pas ces émissions, il n’y aurait pas ce public.
                                  Tout le reste, le libre choix d’éteindre sa télé ou non, c’est du pipo. Le libre arbitre n’existe plus. Ce n’est pas par hasard si M. Sarkozy essaie de démolir le service public audiovisuel pour le mettre à ses ordres et s’il fait des cadeaux somptueux aux chaines privées en leur offrant plus de pub.
                                  C’est que tout ce beau monde sait que ça fonctionnera malgré tout et que les téléspectateurs seront toujours là.
                                  Maintenant qu’on a habitué les gens a ingurgiter de la merde, on peut augmenter les doses à l’infini, ça passera toujours.
                                  Mais qu’on ne leur reproche pas de ne pas savoir résister puisque tout est fait pour ça, depuis les programmes proposés jusqu’à l’Etat qui à tout intérêt à ce que les gens consomment.


                                • Shaytan666 Shaytan666 17 février 2009 14:01

                                  Tout à fait, si ces émissions ne faisaient pas un maximum d’audience les "publicitaires" s’en détourneraient et hop ! poubelle.
                                  C’est comme les magazines "people" si personne n’en achetait ils ne seraient pas publiés et les paparazzi n’aurait plus qu’à aller pointer au chomdu.


                                • goc goc 17 février 2009 16:38

                                  @louisiane

                                  S’il n’y avait pas de telles émissions, il n’y aurait pas un tel public. Ne laissons pas croire que les productions répondent aux désirs des spectateurs alors que c’est l’inverse.

                                  C’est le principe meme de tout spectacle : creer puis regarder si ca plait au public. Et quand ca ne plait pas, on retire.
                                  le problème dans ces tele-poubelles, c’est que cette relation emission-public est faussée parcequ’il ya bidonnage. Elle est faussée parcequ’on ne cherche pas a distraire/eduquer/cultiver mais simplement a faire appel aux instincts les plus primaires de l’individu. La preuve, c’est que ce genre de chose plait surtout aux jeunes qui n’ont pas encore acquis un esprit critique suffisant et sont plus naifs que leurs ainés.


                                • Louisiane 17 février 2009 18:23

                                  @ Goc

                                  Je ne suis pas tout à fait d’accord avec l’idée qu’on propose et que le public dispose, c’est à dire qu’on retire si ça ne plait pas.
                                  Il y a une véritable pression des producteurs pour dire ce qui est bon ou pas bon, ce qu’il faut regarder ou pas..
                                  J’en veux pour preuve deux choses :
                                  1 - l’insistance avec laquelle on m’a poussé à regarder Loft Story et les quelques emissions qui ont suivies, et ce de la part de collègues de travail que j’aurais cru plus critiques sur ces choses, mais qui se sont laissés avoir et ont suivi ça jusqu’au bout, allant même jusqu’à voter.
                                  Evidemment, quand je leur ai dit que je n’avais pas la télé, ils ont eu l’air désolés pour moi. Il y en a même un qui a voulu m’offrir une vieille télé. C’est dire si ne pas avoir de télé et ne pas regarder ces émissions est signe d’anormalité !
                                  2 - la pression que les jeunes se font entre eux. On passe clairement pour un débile si on n’a pas vu le dernier truc "à la mode".
                                  Et j’en reviens à ce que je disais au début : les producteurs imposent sous prétexte que c’est "in" et font un tel battage médiatique qu’il FAUT le voir si on ne veut pas passer pour un con.
                                  Alors bien sûr, il y a quelques ratés, mais tellement peu, qu’on peut dire que très globalement ça marche !
                                  Mais finalement, les ratés sont peut-être un bon signe de la part du public ?


                                • Louisiane 17 février 2009 18:26

                                  @ Goc

                                  Ceci dit, je suis d’accord avec vous sur le reste !


                                • Sébastien Sébastien 17 février 2009 13:18

                                  Ils devraient organiser un concours dans un penitancier et liberer le detenu qui arrive a tuer les autres. Un truc marrant et viril qui nous change de Loana et de ses pleurnicheries.


                                  • abdelkader17 17 février 2009 13:26

                                    Comment peut on regarder de la merde pareille, la fabrique du vedetaria virtuel, par les tenants de l’ordre établi se fait contre l’émancipation des consciences.
                                    Que la population en soit a spéculer sur les états d’âmes des Loana et consort, en dit long sur la crise d’identité que traverse la société Française.
                                    Les stratégies de dominations n’ont même plus besoin de recourir à des stratagèmes élaborés tant la servitude volontaire est acquise.


                                    • Emmanuel Aguéra LeManu 17 février 2009 13:44

                                      Tous ces interessants commentaires de connaisseurs....

                                      Ces conneries ne valent que par leurs audience, n’est-ce pas ? Alors chacun sait ce qu’il a à faire, non ?


                                      • Jean-paul 17 février 2009 15:07

                                        Changez de programme ,c’est tout simple et voyez sur une autre chaine une emission qui vous interesse ,vu que pour vous la telerealite c’est de la merde .,NE LA REGARDEZ PAS >moins d’audience ,moins de pub ,fini la teleralite .
                                        Ou ........un bon livre !!!!!
                                        D’ailleurs cet article est finalement une pub pour la telerealite .


                                        • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 17 février 2009 15:09

                                          	 	 	 	 	 	

                                           

                                          Émissions neuneu pour téléspectateur neuneu !

                                          M’en fous regarde pas !

                                           

                                          @+ P@py


                                          • loco 17 février 2009 15:37

                                             Peut-on se cacher derrière la "liberté de regarder ou pas " ? 
                                             Il me semble que cette liberté est à peu près comme celle que j’imagine au dix-septième siècle d’aller à la messe ou pas. Peut être possible, mais dans quelle acceptation de se couper de la réalité de ses contemporains ? Tenez, imaginez donc de refuser avec vos enfants (ou petits enfants) jeunes de ne pas sacrifier aux conneries du 25 décembre, vous mesurerez votre degré de "libertè".......
                                             Et quand bien même nous ne regardons pas, nous n’échappons nullement au fait que ces émissions existent et occupent le discours mediatique, et, pire, le discours public sans que nous puissions y rester sourds, victimes de cette "obscénité" fondamentale si bien décrite dans le lien cité plus haut (merci à vous) qui participe grandement à notre intranquillité.
                                             Enfin, le travail ainsi fait de "déséducation" de masse ne saurait être étranger à la nullité politique, sociale et humaine de notre époque qui a, comme les autres, les hommes politiques qu’elle mérite.


                                            • joelim joelim 17 février 2009 15:40

                                               Pas d’accord, c’est Louisiane qui a raison : Ne laissons pas croire que les productions répondent aux désirs des spectateurs alors que c’est l’inverse

                                              Tant qu’il n’y a pas de meilleur programme accessible le jeu est biaisé. La télé-artificialité (=téléréalité idiote) a aussi pour but de faire passer l’idée que qu’on peut être à la fois gagnant de quelque chose et médiocre.

                                              Ainsi, point la peine de demander trop à la vie : "consommez, on fera le reste" sussurent-ils, dans ce qui est une propagande idéologique hypocrite car cachée et non-assumée. 


                                              • LE CHAT LE CHAT 17 février 2009 16:10

                                                Mes gosses aiment bien regarder sur planet no limit les poursuites de bagnoles de flics aux states à 20h . Comme c’est à l’heure de la désinformation sur téhéfin , c’est au moins aussi instructif pour eux que les niaiseries et autres faits divers qu’on y raconte plutôt que de parler de la vraie information.


                                                • Traroth Traroth 17 février 2009 17:51

                                                  "Et ça nous a plu" : Pas à tout le monde. Personnellement, je concède facilement avoir jeté un oeil sur une émission ou deux par curiosité, mais la répulsion se conjugue rapidemement à l’ennui, et le total cumulé ne doit guerre dépasser le quart d’heure de visionnage de ces sornettes. Vous avez oublié un facteur important : ces émissions sont également, et peut-être même principalement, une mise en scène de la stupidité, permettant de rassurer le téléspectateur moyen sur sa propre intelligence. Lui sait ce que c’est que que le "thym" (vu au zapping de Canal+, celui-là)


                                                  • Traroth Traroth 17 février 2009 17:52

                                                    *guère dépasser...


                                                  • ValOmar 22 février 2009 14:02

                                                    Regarder la télé n’est plus un choix en ces temps moderne ...

                                                    D’ailleurs qui aurait eu l’outrecuidance de ne pas être équipé de la boîte à images, se verrait taxer d’une légére incapacité mentale par ses pairs.

                                                    Pourtant des personnes Atélévisuées existent.
                                                    Qui sont-ils, ceux qui passant outre les sarcasmes et faisant fi de cette obligation, ceux qui ont eu le mauvais goût de n’être pas équipés du petit appareil à fabriquer des ânes ?

                                                    Qui, combien où ??? et surtout POURQUOI ?



                                                    • Marc Bruxman 22 février 2009 16:23

                                                      Plutot que de vous plaindre, faites un truc révolutionnaire : ne regardez pas. Si personne ne regarde, plus de pub, et donc plus d’émissions. 

                                                      Or ces émissions de merde, tout le monde dit que c’est mal, mais tout le monde regarde c’est la le problème !  ! !


                                                      • Jean-paul 22 février 2009 16:37

                                                        Ca me rappelle l’epoque ou tout le monde avait un ou plusieurs disques de Julio Iglesia et tout le monde disait que c’etait de la chanson de variete pour les ringards ,a ne pas ecouter .

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Nick Carraway

Nick Carraway
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès