Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > Le journalisme, ce n’est pas se recroqueviller sur une fiche de (...)

Le journalisme, ce n’est pas se recroqueviller sur une fiche de poste

Le journalisme d’aujourd’hui diffère-t-il vraiment de celui d’Albert Camus ? Autrement dit, les évolutions technologiques et des modèles d’activités imposent-elles au journaliste un changement dans ses habitudes de travail et ses valeurs ?

Les propos habituels tendent à affirmer qu’Internet tue le journalisme, que la connexion 7/7, 24h/24h, la consommation effrénée d’informations… tirent la qualité vers le bas. Je dirais plutôt qu’il n’est que le révélateur de la médiocrité de certaines parutions, pratiquant le bâtonnage, surfant sur les clichés, se fourvoyant dans la ‘réactivité’ en croyant satisfaire ses lecteurs. Or, ces derniers ne sont pas dupes et comprennent bien que certains journaux visent plutôt à satisfaire les annonceurs.

De fait, il est grand temps de comprendre que le nouvel écosystème ainsi que les attentes des ‘consommateurs d’informations’ s’imposent au journaliste, à ses dépens s’il ne les anticipe pas. Aussi, les travers de la profession ne sont plus acceptables. Certes, la désinformation, la course au scoop… ne sont pas des phénomènes contemporains. Mais on ne peut pas laisser dire que cela est lié à la révolution Internet. Plutôt à un délitement de ces valeurs qui font du journalisme un métier honorable, pour ne pas dire noble.

Internet = médiocrité du journalisme ?

Internet n’est qu’une énième révolution pour le journalisme, après la radio et la télévision. Peut-on pour autant dire que ce média (ou la radio, la télévision) est le fossoyeur du journalisme ? Absolument pas. Mais cela suppose d’en connaître les codes.

A ce titre, le retour d’expérience de Dominic Casciani, journaliste spécialiste de la justice à la BBC, est intéressant. En effet, twitter lors des audiences rend impossible la prise de note. Autant donc être rigoureux sur les tweets envoyés, surtout que les followers veillent… soit pour vous engueuler, soit pour poser des questions pointues. De fait, dans ce cas précis, le journaliste doit rendre des comptes, de manière directe et interactive avec des personnes qui ne sont pas spécialement des lecteurs du journal mais qui font partie prenante de son écosystème : des lecteurs/acheteurs potentiels, en quelque sorte… 

La mobilité et les réseaux sociaux !

Le journalisme, techniquement tout du moins, se transforme. La dernière édition des Nouvelles pratiques du journalisme est venue le confirmer avec la part belle aux réseaux sociaux (SnapChat, WhatsApp…) ou encore la vidéo. Cory Haik, rédactrice en chef de l’actualité numérique au Washington Post, rappelle ainsi que 70% de l’audience du quotidien américain en ligne provient du mobile.

Certains journaux testent même de nouvelles applications ou des messageries privées bien connues des jeunes générations pour informer leurs abonnés en temps réels. Ils ont bien compris que le temps de la segmentation de leur écosystème est arrivé : il y a les abonnés au journal papier, ceux au format numérique, les lecteurs occasionnels du site web (et en version gratuite), les followers sur Twitter ou autres supports 2.0, etc. Et c’est cette communauté de consommateurs différenciés qu’il s’agit dorénavant de comprendre… et de satisfaire.

Ainsi, à l’ère mobile, le journalisme se doit d’être mobile, sous peine de disparaître. Par exemple, quelle radio n’a pas développé le bijournalisme en permettant de podcaster les émissions qu’on n’avait pas pu écouter ? Aussi, les médias, quels qu’ils soient, sont dans un contexte de destruction créatrice où chacun cherche les canaux et offres les plus adéquats pour satisfaire les personnes susceptibles de consommer de l’information.

L’uberisation des médias ?

Comme Uber, Facebook, Twitter et autres n’inventent rien mais arrivent merveilleusement/stratégiquement bien à se placer et à se rendre indispensables… Il en va ainsi d’Instant Articles de Facebook, service permettant à un media d’intégrer certains articles sur sa page Facebook. Les enjeux sont clairs : accroître le nombre de lecteurs, donc les partages sur les réseaux sociaux, cette hausse de l’audience des sites d’information devant engendrer une augmentation des recettes publicitaires. Même si le test reste mitigé pour le moment, que ce soit aux Etats-Unis ou en France, la question à terme se pose : Facebook va-t-il s’accompagner de la disparition du journal (son site Web mais aussi du papier) au profit de sa page Facebook ? Le journal ne deviendrait alors qu’une simple régie journalistique, coachant des journalistes, ceux-ci produisant des contenus valorisés via Facebook (ou tout autre support Web).

Sans oublier d’autres évolutions inquiétantes pour la profession, à commencer par le robot journalisme, c’est-à-dire la génération automatique de textes, avec ces avantages, ces inconvénients, voire ses effets pervers.

Le journalisme contemporain : marche ou crève

Reste la question du contenu, ou plutôt des nouveaux formats narratifs visuels qu’Internet impose obligatoirement. En effet, on ne consomme plus l’information aujourd’hui comme il y a encore dix ans et ces évolutions technologiques imposent de réfléchir à de nouvelles formes de journalisme. Déjà, nous posions la question du fact-checking et, en sous-jacent, celle du storytelling, dans notre premier article.

Des outils sont disponibles… trustés par les Facebook et autre Twitter. Et ces nouveaux acteurs cherchent à devenir les plateformes journalistiques de demain. Vive les journalistes donc, mais à bas les journaux ?

Eric Scherer, directeur de la prospective à France Télévisions, le dit à juste titre : "le nouveau journaliste est donc un scénariste de l’information, un designer narratif de la réalité du monde, un producteur d’impact, un chef de projets".

Cette évolution est observable au Washington Post où le rachat par le patron d’Amazon, Jeff Bezos, s’accompagne d’un triplement du nombre de développeurs dans la rédaction, où ils sont dorénavant une cinquantaine, physiquement intégrés avec les journalistes.

Mais cette transition n’est pas aussi simple. Un exemple nous est donné avec la fuite [sur Buzzfeed… comme un symbole] de l’audit de la stratégie numérique du New York Times en mai 2014, permettant de se rendre compte des évolutions et des difficultés, pour un honorable journal, à faire sa transition vers le numérique et ce, alors que le NYT fait pourtant figure de précurseur sur cette question.

Ainsi, dans un nouveau monde marqué par des pure players numériques, agiles, innovant et produisant un contenu de qualité, le NYT souffre – selon le rapport – d’un manque de viralité de son site Internet, et ce, alors que le contenu produit (les articles) est bon. La culture papier reste ainsi prédominante. En outre, le fonctionnement en silo est préjudiciable, entre les journalistes d’un côté, et les designers numériques, data analystes et informaticiens de l’autre. Une autre conséquence de ce cloisonnement : la difficulté de valoriser professionnellement des personnes dont les compétences sont pourtant clé dans le numérique. De fait, le NYT est marqué par un court-termisme dommageable en termes d’innovations et d’expérimentations.

Et en France ? Quel média a été le précurseur d’une radicalité journalistique ? Mediapart peut-être ? Mais être pure player n’est qu’une étape – importante certes, mais la plus simple à mettre en œuvre – de la transformation digitale. En effet, celle-ci n’est pas seulement dans le contenant mais aussi dans le contenu, avec des nouvelles formes narratives. A ce titre Le Quatre Heures, site dédié au reportage multimédia et grand format, amène de la fraîcheur à un paysage jusque-là bien terne.

C’est quoi le journalisme ?

Le journalisme, aujourd’hui comme hier, reste un métier dans lequel sont défendues des valeurs. Quels sont donc les devoirs du journaliste ? Les écrits d’Albert Camus, pourtant datés de novembre 1939, gardent toute leur actualité.

Pour l’une des plus belle voix du journalisme, "contribuant à dessiner les contours d’une rigoureuse déontologie", les quatre commandements du journaliste libre sont la lucidité, l’ironie, le refus et l’obstination. Et ces/ses thèmes "traversent son œuvre romanesque, autant qu’ils structurent sa réflexion".

A Combat, il persévère dans son intransigeance : "informer bien au lieu d’informer vite, préciser le sens de chaque nouvelle par un commentaire approprié, instaurer un journalisme critique et, en toutes choses, ne pas admettre que la politique l’emporte sur la morale ni que celle-ci tombe dans le moralisme".

Il ira même jusqu’à dire, en 1951, qu’ "une société qui supporte d’être distraite par une presse déshonorée et par un millier d’amuseurs cyniques […] court à l’esclavage malgré les protestations de ceux-là mêmes qui contribuent à sa dégradation".

Albert Camus, un visionnaire ? Je ne le pense pas. Il avait juste un orgueil, une fierté pour son métier que ses écrits découlaient de son caractère. Et Internet n’enlève en rien cette volonté de rigueur.


Moyenne des avis sur cet article :  3.25/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

15 réactions à cet article    


  • sarcastelle 24 mai 13:56

    Le journalisme aujourd’hui ? 


    Sa prose est spécifique. Personne ne voudrait se ridiculiser à écrire à ses amis comme les journalistes rédigent. Ils se prennent pour Céline. Ils mitraillent le lecteur d’un déluge de morceaux de phrases débutant par un mot de n’importe quelle fonction grammaticale : c’est pour faire percutant et 
    montrer comme on gère le temps compté de la vie moderne. Ils concluent leur article par une pensée profonde de niveau cinquième, ou par des points de suspension entendus et complices. Je pense que certains doivent disposer à cet effet d’un logiciel approprié, réglable selon le degré culturel moyen de la publication : lectorat foot/ricard, lectorat femme moderne, lectorat instituteur socialiste, etc. 

    Voilà pourquoi je ne lis que Renaudot ou à la rigueur mes cent cinquante kilos d’Illustration : jusqu’à 1918 on savait écrire ; entre les deux guerres, c’est déjà plus relâché ; depuis la guerre on a les hebdos parisiens d’information dont je dépeins le style au paragraphe précédent. 


    • Plus robert que Redford 24 mai 17:26

      @sarcastelle
      J’admire votre persistance à commenter dans les colonnes d’Agoravox !

      Comment ne pas être terrifié à la lecture de certains posts à l’orthographe pitoyable, quand ce n’est pas la grammaire, tellement malmenée qu’au-delà du contresens, on baigne parfois dans le non-sens...

      Désolé d’afficher un profil de vieux con rétrograde, mais si on veut être écouté (lu), voire compris, un minimum de respect des règles d’écriture est incontournable.

      Quand à vouloir faire état dans ces colonnes, d’une pensée autre que binaire, c’est « Mission Impossible »...


    • Frédéric Van der Beken Frédéric Van der Beken 24 mai 18:35

      @Plus robert que Redford
      Ca manque effectivement de diversité de pensées ...


    • fred.foyn Le p’tit Charles 24 mai 14:07

      Journalisme 2016 = AFP...deux lignes et puis s’en va...Y a plus de pub que de nouvelles...comme la société actuelle..du grand n’importe quoi..Nivellement par le bas est la règle..comme la politique..le boulot..et la bouffe..le progrès quoi.. !


      • Frédéric Van der Beken Frédéric Van der Beken 24 mai 18:27

        @trouduku puduku
        El les 20% qui restent ?
        Un article que j’ai lu récemment,. Il a 2 ans et je l’ai trouvé extraordinaire de complaisance, de non sens critique sur un ex futur président de gauche (en plus de gauche car de droite, il y a déjà le paquet de casseroles) et surtout quand on connait la suite d’aujourd’hui. Au final, un flagrant cas de non journalisme mais le titre fait vendre, ce qui est l’essentiel vu côté du média.

        http://www.lexpress.fr/actualite/politique/la-nouvelle-vie-de-dsk_1535933.html


      • hervepasgrave hervepasgrave 24 mai 14:15

        Bonjpour,
        Les journalistes ....................... les journalistes pfeu ! réfléchi autrement peut-être ,mais là ?
        Pour un observateur lambda que vois je ? non pas de la haine des journalistes ,mais même derrière un écran de pc de tv (j’occulte l’écrit,je garde l’image) des charognes qui flashent comme des cinglés du vide qui ne correspond pas a la réalité que chacun d’entre nous a a faire face.En ce moment de grèves(c’est énorme ment réducteur) nous voyons cela. Il ne faut pas être débile pour voir les choses. Ce n’est pas l’attente des lecteurs qui est important ! car c’est une invention l’attente du vendeur ,du client ,des besoins. Tout faux mon garçon. Faire croire que cela vient de la demande ? il n’y a jamais eut de demande et c’est valable pour quasiment tout dans la vie. C’est une création délibéré.
        Après que vois , perçois un spectateur ,un lecteur une information qui prône l’autonomie de tous les actes « l’indépendance en fait » alors que le journaliste voudrais que l’on est du respect pour lui.« Bizarre,c’est tout le contraire que nous voyons,pas vrai ? »
        Si tenté que les journalistes respectaient ce qu’ils disent ils deviendraient aussitôt indépêndant et créeraient des réseaux.N’est-ce pas la mode en ce moment et bien distiller a la population les réseaux ! Mais a quoi rime ce remue ménage ? explique moi !


        • Osis Oxi gene. 24 mai 15:30

           A quoi voulez-vous vous attendre quand un marchand de chiottes rachète un journal, sinon, qu’à un torche-cul ?


          • Vipère Vipère 24 mai 17:45

            "C’est quoi le journalisme ?

            Le journalisme, aujourd’hui comme hier, reste un métier dans lequel sont défendues des valeurs. Quels sont donc les devoirs du journaliste ? Les écrits d’Albert Camus, pourtant datés de novembre 1939, gardent toute leur actualité."

            Ces écrits au premier degré m’ont quelque peu interpellée sur votre maturité.

            Cependant, si vous êtes un jeune lycéen, vous avez encore beaucoup à apprendre et c’est pardonnable, il faut bien que jeunesse se passe, dans le cas contraire, vous êtes dans le déni total de la réalité, et je vous mets au défi de me citer les dites valeurs prêtées aux journalistes.


            • izarn 24 mai 22:16

               "le nouveau journaliste est donc un scénariste de l’information, un designer narratif de la réalité du monde, un producteur d’impact, un chef de projets« .
               »Le journalisme, aujourd’hui comme hier, reste un métier dans lequel sont défendues des valeurs."
              Moi je sais ce qu’est ton journalisme du futur : Propagande.
              Scénariser l’information ! Mais au moins vérifies tes informations ! Au lieu de balancer des mensonges invérifiables ! Ce serait déja un bon début !
              Internet détruit justement les affabulations, les narratives (Scénarios) sur mesure, par diffusions de contre-informations(Infos qui sortent de nos merdias). C’est la force du Web.
              Si on va sur le Web, c’est pour échapper à la propagande, qui est devenue GROTESQUE !
              Ne pas chercher un quelconque filon pour se faire du fric avec la presse. Le filon est simple, comme dit Dieudonné : Tu dis la vérité, c’est tout !
              Défendre des valeurs ? Mais ça c’est de la politique, pas du journalisme. C’est pas ton boulot coco.
              Tu peux en effet défendre des valeurs en faisant des reportages, en diffusant des infos. Bien sur. Mais c’est de manière indirecte. Un coup de pieds au cul pour que les naifs réflechissent.
              Mais c’est aux politiciens, aux intellos à defendre leurs valeurs, ou polémiquer sur le sujet.
              Quand Denis Robert sort des trucs sur ClearStream, il ne défends pas des valeurs en soi, il diffuse des informations, certes scandaleuses pour la finance.
              C’était à Mossieur Chriac, Sarkosy et Hollande à en faire quelque chose :
              Ils n’en ont rien eu à foutre....
              Citoyens, tirez en les conséquences....C’est ça le journalisme.
              Non, le journaliste ne défends pas des valeurs, ce n’est pas son boulot. Il donne des arguments aux citoyens pour défendre leurs valeurs.
              C’est la différence entre la propagande et la démocratie.


              • hervepasgrave hervepasgrave 25 mai 13:53

                @izarn
                Bonjour,
                Tes journalistes ne donnent que certaines informations,elles peuvent paraitre destructives mais elles ne sont que diluer par choix.S’il y avait du journalisme nous n’aurions pas assez d’yeux pour tout voir. Cela serait pour certain un risque d’anarchie et pour d’autres une grande révolution en marche.Alors propagande et démocratie ? tu as un long chemin a parcourir pour en connaitre la voie.Et surtout donner ce genre de leçon,mon garçon.


              • Jelena 25 mai 09:01

                En France, il suffit de voir à qui appartient journaux, radios et chaines TV, pour comprendre qu’un « journaliste » n’est pas au service de l’info, mais au service des élites financières.


                • zygzornifle zygzornifle 25 mai 10:29

                  la presse et la télé sont des chenils remplis de gentils toutous , ces braves bêtes sont dressées par le pouvoir et récompensés de temps a autre par un gros nonos mais sans viande autour, faut quand même pas déconner et leur donner des mauvaises habitudes ....


                  • graalban (---.---.125.41) 25 mai 18:13

                    « Pourquoi un journaliste ça ne sert à rien ? » Quand la vérité sort de la bouche des enfants. Mon animation certainement blacklistée par Youtube : Pourkoa #6-1 : Pourquoi un JOURNALISTE ça sert à RIEN ? Why Is a JOURNALIST USELESS ?


                    • Ratatouille Zoblard le terrible 25 mai 23:23

                      les journalistes de guerre prennent des risques en tout cas.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès