Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > Le journalisme économique selon un chien de garde

Le journalisme économique selon un chien de garde

Axel de Tarlé, porte-voix du MEDEF sur Europe 1 : manque de compétitivité, baisse du coût du travail, flexibilité et ragnagna et ragnagna …

Il y a quelques semaines, j’avais évoqué sur ce même site une courte émission d’Europe 1 au cours de laquelle Alexandre Adler avait expliqué aux auditeurs que la Chine n’était pas une dictature malgré l’absence d’élections libres mais que Hugo Chavez était un tyran bien qu’il soit élu et réélu lors d’élections libres. Pour Alexandre Adler, le critère de la dictature n’était pas l’absence d’élections libres et de séparation des pouvoirs mais le refus de l’ordre économique libéral.

http://www.agoravox.fr/actualites/medias/article/la-dictature-selon-un-chien-de-120390

Ce matin, toujours sur Europe 1, j’écoutais le « zoom éco » d’Axel de Tarlé qui débriefait l’émission « Des paroles et des actes » de la veille avec Jean-Marc Ayrault.

http://www.dailymotion.com/video/xtxf6n_la-tva-et-la-csg-ne-vont-pas-augmenter_news

Axel de Tarlé se désolait que le Premier Ministre ne se soit pas montré convainquant sur la question de la baisse des charges dans les entreprises alors que, selon le journaliste, « le coût du travail est une question clé » et d’enchainer, pour que tout le monde comprenne bien qu’il n’y a pas débat en la matière, en affirmant qu’une heure de travail en France (salaire + charges) coute 34 € alors qu’en Allemagne cette même heure coute 30 €.

Arrêtons-nous un moment sur cette affirmation qui démontre « évidemment » que la France a un gros problème de compétitivité. En cherchant un peu sur le net, on trouve de nombreuses sources sur la question et on se rend vite compte que les choses sont plus nuancées que ce que veut bien nous faire croire Axel de Tarlé. Je vous invite notamment à aller voir ces deux sources :

http://archives.lesechos.fr/archives/2012/LesEchos/21129-023-ECH.htm

http://lexpansion.lexpress.fr/economie/cout-du-travail-en-france-l-insee-fait-de-la-desintox_283855.html

On découvre que dans certains secteurs de l’industrie le coût (on devrait plutôt parler de prix) du travail en France est plus bas qu’en Allemagne et notamment dans l’industrie automobile … (Vous rappelez-vous de Carlos Ghosn et consorts se plaignant il y a quelques jours du fait le coût du travail était trop important en France …. A croire finalement que ce n’est pas l’ouvrier qui est trop payé mais la direction qui n’arrive pas à sortir des modèles qui séduisent la clientèle …) C’est essentiellement dans le secteur des services que le coût du travail est plus bas en Allemagne.

On apprend aussi que pour l’INSEE, l'indicateur important est le coût salarial unitaire qui mesure le coût moyen de la main d'œuvre par unité produite. En prenant en compte non seulement le salaire et les charges mais aussi la productivité des salariés, les performances françaises et allemandes dans l'industrie manufacturière sont comparables, avec une même tendance à la réduction, et des rythmes respectifs de -0,5% et de -0,7% par an. Autant dire que le coût du travail baisse en France et en Allemagne.

Voilà comment on commence une chronique radio en affirmant quelque chose qui est, au mieux très approximatif au pire franchement faux.

Voilà aussi comment on montre un pays (l’Allemagne) en exemple tout en oubliant le prix que paient ses habitants pour être aussi exemplaires : développement de la pauvreté, de la précarité …

http://www.nouvelle-europe.eu/l-allemagne-un-pays-o-les-pauvres-meurent-de-plus-en-plus-jeunes

 

Passons à la suite. Tarlé indique que Jean-Marc Ayrault a fait remarquer qu’il n’y avait pas que le coût de travail qui entrait en jeu mais aussi l’innovation et la recherche (Tient, Carlos, prend encore ça !). « Certes » concède le journaliste mais il écarte bien vite l’argument en disant que la baisse des charges se fera sentir immédiatement alors que l’innovation ce sera dans longtemps.

Remarquez bien que quand il s’agit de déshabiller le salarié pour habiller l’actionnaire c’est tout de suite et que quand il s’agit de réduire les dividendes en investissant dans la recherche et le développement c’est pour plus tard …

Axel de Tarlé se plaint ensuite que la baisse des charges annoncée ne soit pas réalisée demain en une seule fois (le fameux choc de compétitivité) mais par étapes dans le temps alors qu’il s’agit d’un « chantier primordial pour l’avenir de nos industries ».

Il enchaine en rappelant que pour le MEDEF, le coût du travail n’est pas le seul problème et qu’il ne faut pas oublier la flexibilité.

Pour résumer :

- Le coût du travail en France est trop élevé,

- Il faut baisser les charges tout de suite et fortement,

- Il faut plus de flexibilité.

Après avoir entendu cette chronique, tout auditeur moyen, c'est-à-dire n’ayant aucune connaissance dans le domaine économique et ne s’étant jamais penché sérieusement sur ces choses de toute façon trop compliquées, est convaincu du bien fondé de ces mesures si brillamment expliquées par un journaliste économique et donc digne de foi …

Si vous vous intéressez un peu à l’économie, vous aurez peut-être trouvé qu’Axel de Tarlé a une vision quelque peu « unilatérale » des choses et que Madame Laurence Parisot , patronne du MEDEF, n’aurait pas mieux dit. Et il est vrai que si on compare la chronique de Tarlé avec la position du MEDEF, on ne trouve guère de différence. Que dit le MEDEF au fait ? Demandons-le donc à notre journaliste. Dans une chronique précédente, consacrée au peu glorieux passage de Jean-Marc Ayrault à l’université d’été du MEDEF, on peut entendre Tarlé énumérer les revendications du patronat. Tient … C’est exactement les mesures défendus par le journaliste dans sa chronique d’aujourd’hui !

http://www.dailymotion.com/video/xt5jex_virage-a-180-degres_news?start=0

Comme Alexandre ADLER défendait au niveau international l’ordre économique néolibéral, Axel de Tarlé le défend au niveau français en relayant les positions du MEDEF tout en passant pour un journaliste parfaitement indépendant et donc digne de foi.

Axel de Tarlé fait bien partie de la « respectable » meute des chiens de garde nécessaire à « l’entretien » permanent de l’opinion publique.


Moyenne des avis sur cet article :  4.43/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • médy... médy... 29 septembre 2012 16:42

    On est dans un système tellement absurde et inégalitaire que ça rend comique tout questionnement de l’un de ses aspects.

    Ras-le-bol de la compétiti-ti-ti-ti-ti-ti-ti-ti-ti-ti-ti-ti-ti-ti-ti-ti-ti-ti-ti-ti-ti-ti-ti-ti-ti-ti-ti-ti-ti-ti-ti-
    -ti-ti-ti-ti-ti-ti-ti-ti-ti-ti-ti-ti-ti-ti-ti-ti-ti-ti-ti-ti-ti-ti-ti-ti-ti-ti-ti-ti-ti-ti-ti-ti-ti-ti-ti-ti-ti-ti-ti-ti-ti-ti-ti-ti-
    titivité

    Nos voulons plus de compétittytainment !


    • spartacus spartacus 1er octobre 2012 10:52
      Pour comparer les couts des salaires il faut comprendre :
      Explications France :
      Impots
      -Les salaires Allemands sont annoncés en net d’impôt...le prélèvement se fait à la source.
      -Les salaires Français sont hors impôts.
      -En Allemagne, l’impôt sur le revenu tiens compte de 2 années. En France une année. En Allemagne le salarié peut avoir un rattrapage sur 2 ans (impôt négatif), en France sur un an, appelé d’un nom ubuesque « prime pour l’emploi ». 
      Sécurité sociale :
      Les cotisations sociales en Allemagne sont plus faibles, En France la part « employeur est particulièrement »gratinée« . La France est championne du monde des cotisations patronales. A brut égal, le brut de brut est très différencié.
      Retraite :
      En Allemagne il y a concordance des cotisations entre salariés du privé et du public. En France il y a distorsion à l’avantage des régimes spéciaux du public. Les cotisations des uns supportent les avantages des autres. Par exemple la CNAV finance et les salariés du privé qui partent à 61,5 ans et les salariés EDF qui partent en moyenne à 55 ans, avec de meilleure retraites, sur des calculs plus favorables. Les salariés du public ou assimilés bénéficient de  »bonifications" mot inconnu dans le privé.
      URSAFF :
      En Allemagne, ces cotisations sont payées en impôts locaux aux Lander qui ont la charge des prestation de solidarité de l’équivalent de la CAF. La gestion est transparente et publique...En France l’employeur joue le rôle de percepteur. La lecture des rapports de gestion de la CAF est cachée ou inaccesible.
      ASSEDIC
      Les cotisations chômage sont plus faibles, en Allemagne. Le chômage est moins généreux qu’en France. Par contre les Landers ont des politiques ciblées sur les catégories défavorisées et compensent les inégalités.
      La France est championne du monde des cotisation patronales.

      Comparer le coût du travail entre Allemand et Français est complexe. Un peu comme comparer torchons et serviette de bain.

      Vous aurez toujours une étude qui dit l’inverse de l’autre...

      • spartacus spartacus 1er octobre 2012 16:23

        Les cotisations sont une captation étatiques d’une partie de votre travail. 

        Les cotisations patronales qui n’ont de patronales que le nom (assises sur l’assiette de votre salaire) forment avec les autres et le salaire net un brut de brut.

        Vouloir diminuer les cotisations étatiques (patronales et salariales) par une meilleure gestion et redistribution, et faire passer les économies dans le net net est surement une adéquation salutaire pour tous les salariés et leur pouvoir d’achat.

        Préférer que les gens aient un meilleur net net sur le brut de brut identique c’est du bon sens.

        Faire croire à cette hérésie que l’Allemagne serait le pays des miséreux et la France un paradis égalitaire, c’est bien de la démagogie. Quand à la misère sociale en Allemagne, il est bon de regarder le point de départ de l’ex-Allemagne de l’Est dont toute la misère n’a pas encore été absorbé. 

        Un salarié Allemand a un meilleur net net qu’un salarié Français sur un brut de brut inférieur au patron Français.
        Faites un tour à Berlin, vous trouverez des hôtels meilleurs marché qu’en France. Des 3* dès 25€ la nuit. Faites un tour dans les magasins vous trouverez à marques identiques des prix plus bas. Avec un brut de brut moindre, sur un net identique, les entreprises Allemandes privilégient le commerce aux avantages des corporations d’état.

        Il n’est pas nécessaire d’ostraciser ou stigmatiser le contradicteur pour démontrer ses idées. Je vous l’ai déjà dit.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès