Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > Le Pape, la capote et les « moutons »....

Le Pape, la capote et les « moutons »....

Quelques commentaires critiques sur une polémique qui dure...

 I - De l’information à la désinformation :

D’où vient la polémique :

Déformation des propos : voici l’intégralité de la réponse à la question posée par le journaliste de France 2 à bord de l’avion qui menait le Pape en Afrique :

Philippe Visseyrias, France 2 : Saint-Père, parmi les nombreux maux dont souffre l’Afrique, il y a en particulier la propagation du sida. La position de l’Eglise catholique sur les moyens de lutter contre le sida est souvent considérée irréaliste et inefficace. Allez-vous aborder ce thème durant votre voyage ?

Benoît XVI : Je dirais le contraire. Je pense que l’entité la plus efficace, la plus présente sur le front de la lutte contre le sida est justement l’Eglise catholique, avec ses mouvements, avec ses réalités diverses. Je pense à la communauté de Sant’Egidio qui fait tellement, de manière visible et aussi invisible, pour la lutte contre le sida, je pense aux Camilliens, à toutes les sœurs qui sont au service des malades… Je dirais que l’on ne peut vaincre ce problème du sida uniquement avec des slogans publicitaires. S’il n’y a pas l’âme, si les Africains ne s’aident pas, on ne peut résoudre ce fléau en distribuant des préservatifs : au contraire, cela risque d’augmenter le problème. On ne peut trouver la solution que dans un double engagement : le premier, une humanisation de la sexualité, c’est à dire un renouveau spirituel et humain qui implique une nouvelle façon de se comporter l’un envers l’autre, et le second, une amitié vraie, surtout envers ceux qui souffrent, la disponibilité à être avec les malades, au prix aussi de sacrifices et de renoncements personnels. Ce sont ces facteurs qui aident et qui portent des progrès visibles. Autrement dit, notre double effort pour renouveler l’homme intérieurement, donner une force spirituelle et humaine pour un comportement juste à l’égard de son propre corps et de celui de l’autre, et notre capacité à souffrir, à rester présent dans les situations d’épreuve avec les malades. Il me semble que c’est la réponse juste, l’Eglise agit ainsi et offre par là même une contribution très grande et très importante. Remercions tous ceux qui le font. "


Désinformation : on fait dire au Pape ce qu’il n’a pas dit à savoir qu’il faut exclure le préservatif des moyens destinés à lutter contre ce fléau. Ceci est FAUX !
Il a dit que distribuer des préservatifs n’était pas la solution, tant qu’on ne faisait pas autre chose avec ce geste, comme de l’accompagnement moral, spirituel Et non pas qu’il ne fallait pas distribuer de préservatifs….


  II Pourquoi les propos sont ils dénaturés ?

Car on a tout simplement gommé toute une partie de sa phrase, on a occulté le « si » conditionnel (on ne vas pas s’appesantir ici sur la nécessité pour un certain nombre de prendre des cours de Français). Il n’a pas dit « le préservatif ne résout pas le problème mais l’augmente », il a dit SI ce moyen (C comme condom…) n’est pas associé à A (« l’âme » / l’abstinence) et à B (la « responsabilité personnelle » / Be faithfull) il ne sert à rien.

Ceci n’est qu’une reformulation pure et simple du programme ABC appliqué en Ouganda que l’on verra ci-dessous.



 III – Le cercle vicieux du mensonge face à la réalité d’une intervention appuyée de l’Eglise

Faire dire au Pape ce qu’il n’a pas dit amène des conclusions « extrémistes » en ce qu’elle consiste en des accusations très graves…. Graves du fait donc qu’elles n’ont pas de fondement et du fait de leur portée. En effet, l’accusation qui revient souvent consiste à dire que les propos du Pape vont aggraver la pandémie, il est même parfois qualifié de « criminel contre l’humanité ».

Tout ceci n’est pas sérieux compte tenu de ce qui a été démontré plus haut. Ca l’est encore moins quand on s’intéresse un peu plus à ce qui se passe précisément sur le « terrain » à savoir :

* Attitude de l’Eglise vis-à-vis des malades : on ne souligne pas assez que
« l’Église est le plus important prestataire privé de soins aux malades du sida (44% sont des institutions d’État, 26,70% sont des institutions catholiques, 18,30% sont des ONG et 11% d’autres religions). »
(http://www.eglise.catholique.fr/actualites-et-evenements/dossiers/voyage-de-benoit-xvi-en-afrique/leglise-et-le-sida.html)


* Le programme ABC (rappelé par L’Ossevatore Romano, certains esprits peu enclin à la réflexion (c’est le cas aussi de certains médias par leurs commentaires parus ce 25/02, trop fiers pour reconnaître leurs errements), viennent ici nous parler de « volte-face » du Vatican alors que ce sont uniquement les mêmes propos que ceux tenus par le Pape, seule la formulation est différente).
Celui-ci est évoqué dans cet article du Pr Barrois (docteur en Biologie moléculaire) en 2004
http://www.libertepolitique.com/les-extraits-de-la-revue-liberte-politique/4586
Ainsi que dans cet article Camerounais :
http://www.biblesociety-cameroon.org/index.php ?parent=programmes&page=programme%20SIDA


* Personne n’a évoqué la gratuité des soins sollicités par le Pape :
http://www.santegidio.org/index.php ?pageID=64&id=6314&idLng=1064&res=1
http://ccit-sudparis.over-blog.com/article-29408059.html



* L’avis des Africains :
A titre préliminaire, n’oublions pas de rappeler que cette déclaration a été formulée face à des journalistes occidentaux à plusieurs centaines de mètres d’altitude et non dans un stade Angolais devant un million de personnes. La polémique qui s’en est ensuivi a pris corps dans les médias Occidentaux…qu’en est-il en Afrique ?

Cf l’article du Cameroon Tribune :

ROME, Mardi 24 mars 2009 (ZENIT.org) - « Le Cameroun vient de boucler avec une réussite insolente la troisième visite papale de son histoire », lit-on dans le Cameroon Tribune, après les quatre jours de visite de Benoît XVI sur le sol camerounais, qui déplore en même temps la polémique engagée par les médias occidentaux contre le pape durant cette visite.
« Le Cameroun et l’Afrique ont vécu quatre jours si intenses et si magiques, qu’ils peinent encore à en jauger l’insondable portée », souligne Marie-Claire Nnana dans son article, convaincue que cette visite du pape en Afrique est « une visite à succès, et un événement majeur qui marquera l’Eglise et tout le continent ».
« En posant l’acte d’amour que constitue sa visite, en nous assurant de l’amour de Dieu, nous les damnés de la terre, le pape nous comble d’espérance », souligne la journaliste.
Mais « on ne décrira jamais assez le rapt inélégant et la parfaite imposture des médias européens et en particulier français sur cette visite », souligne-t-elle. « C’était le temps de l’Afrique. L’Afrique n’aspirait qu’à la communion spirituelle et à la fête. Nos confrères se sont évertués à ne mettre en lumière que les aspects les plus anecdotiques de cette visite, les chiens écrasés, l’écume des jours », ajoute-t-elle.
« Pas un mot sur le synode des évêques africains à venir, ni sur le document préparé à cet égard par le pape », commente-t-elle. « Ils ont parasité les ondes avec une polémique qu’ils ont créée de toute pièce. Car en sortant de son contexte la déclaration du pape sur le préservatif, ils en ont dénaturé la substance ».
Autre exemple de sabotage stratégique reproché aux médias occidentaux : avoir cherché, en Angola, à « éclipser le message apostolique en montant en épingle une déclaration sur l’avortement thérapeutique ».
« En résumant huit jours de visite en deux petites phrases, de préférence celles susceptibles de remuer une opinion publique formatée, il y a un risque de caricaturer et de fausser le message », souligne-t-elle. Et le comble pour la journaliste c’est lorsque « ces médias déclarent parler au nom des Africains ».
« Non, merci, chers confrères, vous parlez pour vous-mêmes, et pour votre public. Les Africains sont assez grands pour déchiffrer et critiquer, au besoin, les messages du pape, afin d’en tirer la substantifique moelle. ».
De plus, estime-t-elle, « les débats autour du SIDA et de l’avortement sont trop importants pour les biaiser de cette manière, en les réduisant à une polémique médiatique ».
« Si nous décrions cet opportunisme chez nos confrères, ce n’est pas que ces questions indiffèrent les Africains que nous sommes, précise la journaliste du Cameroon Tribune, simplement, il nous semble peu fécond de vouloir infléchir les prises de positions papales, parce qu’elles découlent des principes moraux et de valeurs dictés par les évangiles dont il est le gardien ».
« Le pape, que les médias décrivent comme austère et peu charismatique, nous a paru au contraire sensible à nos démonstrations bruyantes et sincères », poursuit-elle. « Il les a reçues dans le tempérament qui est le sien : tout en retenue, le geste peu emphatique, le regard ardent ».
En conclusion la journaliste pense que « Benoît XVI en aura bien besoin » de l’affection des fidèles Africains pour continuer sereinement sa mission, dans une Europe, dit-elle, « dont il est le fils biologique, mais non pas spirituel puisque cette Europe nie désormais la dimension spirituelle du monde ».


Cf Les évêques Africains.
http://ofs-de-sherbrooke.over-blog.com/article-29312778.html

Cf Bruno BEN-MOUBAMBA
Porte-parole des Acteurs Libres la Société Civile Gabonaise en Europe
http://plunkett.hautetfort.com/archive/2009/03/24/bruno-ben-moubamba-lettre-ouverte-au-pape-benoit-xvi.html

A voir aussi :

Cf Le Professeur Luc Montagnier (rappel : « découvreur » du VIH en 1983
« J’estime aussi que l’on a trop exclusivement mis l’accent sur le rôle des préservatifs masculins. Je souhaiterais des campagnes basées sur le thème :
"Vous êtes responsables ! Ne faites pas l’amour avec un partenaire inconnu. Si vous aviez chacun moins de cinq partenaires sexuels dans votre vie, l’épidémie du Sida s’éteindrait." Professeur Luc Montagnier, Citation parue dans Le Monde des 1-2 décembre 1991.
Ce discours ne vous rappelle pas un discours plus récent ?

Cf Itw Du directeur du Projet de recherche sur la prévention du sida à l’université de Harvard aux Etats-Unis, Edward C. Green :

"Le Pape a raison. Ou pour répondre plus précisément : les meilleures données dont nous disposons confirment les propos du Pape. Il existe une relation systématique, mise en évidence par nos meilleures enquêtes, y compris celles menées par l’organisme “Demographic Health Surveys” financé par les Etats-Unis, entre l’accès facilité aux préservatifs et leur usage plus fréquent et des taux d’infection par le virus du sida plus élevés, et non plus faibles. Cela pourrait être dû en partie au phénomène connu sous le nom de “compensation du risque”, ce qui veut dire que lorsque l’on a recours à une “technologie” de réduction du risque comme le préservatif, l’on perd souvent le bénéfice lié à la réduction du risque par une “compensation” qui consiste à prendre davantage de risques qu’on ne le ferait en l’absence de technologie de réduction du risque."

Autrement dit, le recours au préservatif encourage à adopter des conduites à risques.
(source : National Review Online)

Autres interviews :
M.Dominique Morin itw d’un malade
http://www.famillechretienne.fr/agir/vie-de-l-eglise/dominique-morin-malade-du-sida-le-preservatif-est-un-leurre_t11_s73_d50159.html


Mgr Tony Anatrella
http://www.zenit.org/article-20496 ?l=french

Frère Joël Boudaroua
http://www.sudouest.com/accueil/actualite/france/article/539480/mil/4323053.html


IV A qui profite le crime ?

(Pourquoi parler de crime ? Tout simplement car, sans grande difficulté, accuser Benoît XVI de « crime contre l’humanité » est facilement susceptible de relever de l’application de l’article 29 de la loi sur la liberté de la presse du 29 juillet 1881 ; relatif à la diffamation.)

Je n’ai malheureusement pas de réponse à cette question. Si la malhonnêteté intellectuelle des Médias occidentaux apparaît établie, dans quel but ?
Pour ce qui est des hommes politiques, il s’agit certainement de caresser dans le sens du poil une opinion publique manipulée par les susvisés et donc acquise à leur « pensée », afin se conserver un vivier de voix.

Il est triste de constater que la Société actuelle, et ceci d’une manière générale, se complait dans un manichéisme plus que réducteur qui amène par exemple pour le cas qui nous occupe, une journaliste du Monde à sous entendre que soit on est « pour le pape » ou soit « contre le pape » sachant que si on est pour c’est qu’on est un simple mouton « oubliant au passage l’importance de la conscience individuelle "éclairée".. ». (source : http://www.lemonde.fr/opinions/article/2009/03/23/le-decalage-de-benoit-xvi-avec-les-realites-humaines-par-stephanie-le-bars_1171441_3232.html )

C’est tout de même un comble qu’une journaliste vienne nous parler de « conscience individuelle » alors même que sa profession a manipulée la « conscience collective ».
Non Madame la journaliste, nous ne sommes pas des « moutons » dénués de réflexion…par contre vous et vos collègues pour ce qui est de reprendre un mensonge en chœur…


Moyenne des avis sur cet article :  3.96/5   (46 votes)




Réagissez à l'article

64 réactions à cet article    


  • oncle archibald 26 mars 2009 12:51

     j’adore le dessin encarté dans votre texte


    • Oliver Trets Oliver Trets 26 mars 2009 12:53

      Si les propos étaient réellement déformés, les autorités pontificales auraient publié un démenti.

      S’il n’y a pas de démenti, cela veut dire que les propos sont assumés : cet article est donc inutile.


      • Den 26 mars 2009 13:35

        Citation :
        "on a tout simplement gommé toute une partie de sa phrase, on a occulté le « si » conditionnel ".

        J’aurais certainement du employer le verbe "tronquer" au lieu de "déformer".. mais bon par la simple lecture de cette petite citation, le lecteur aura compris...


      • Oliver Trets Oliver Trets 26 mars 2009 13:50

        Je ne vois pas ce que ça change.

        Si les propos étaient réellement tronqués, les autorités pontificales auraient publié un démenti.
        S’il n’y a pas de démenti, cela veut dire que les propos sont assumés.


      • Den 26 mars 2009 13:59

        1) L’ensemble des médias ont repris cette interview en citant uniquement l’extrait "le préservatif aggrave le problème du Sida"

        2)Ils n’ont donc pas repris l’ensemble du paragraphe ci-dessus ou au moins le passage débutant par "S’il n’y a pas l’âme..."

        3) En conséquence, on le peut nier que ses propos ont été tronqués !
        http://fr.wiktionary.org/wiki/tronquer


      • Oliver Trets Oliver Trets 26 mars 2009 14:33

        Je ne le nie pas. Je suis d’accord, ses propos ont été tronqués.

        Par contre, le Pape, ça l’arrange bien que les médias déforment ces propos puisqu’il ne dément pas.


      • Senatus populusque (Courouve) Courouve 26 mars 2009 14:45

        Les propos tronqués ou déformés sont la règle de la part du politiquement correct.

        Dans les affaires Renaud Camus et Pascal Sevran, les propos avaient eux aussi été déformés, pour mieux appeler à l’indignation.


      • Bois-Guisbert 26 mars 2009 15:35

        Si les propos étaient réellement tronqués, les autorités pontificales auraient publié un démenti.
        S’il n’y a pas de démenti, cela veut dire que les propos sont assumés.


        En écrivant cela, vous donnez l’impression de prendre connaissance, tous les jours, des contenus de la presse du monde entier. Et bien l’impression que vous donnez est trompeuse.

        Le Vatican a publié plusieurs démentis et il continue. En particulier par le biais de son quotidien, l’Osservatore romano. D’autres ont été publiés par L’Avvenire, quotidien de la conférence épiscopale italienne.

        Mais les menteurs n’avaient évidemment aucune raison de revenir sur leur mensonge, puisque ledit mensonge avait précisément pour but de provoquer la polémique sur laquelle il a débouché smiley smiley


      • Oliver Trets Oliver Trets 26 mars 2009 20:48

        Il n’y a pas de trace de cela sur internet ? un lien peut-être ?


      • Hieronymus Hieronymus 26 mars 2009 21:14

        @ Trets
        mais mon cher Monsieur, les medias sont deja completement Orwellises et publier un ou des dementis ne peut plus avoir aucune action, la question est : qui controle et orchestre donc si parfaitement les medias ?
        un simple exemple ; les attentats du 9/11
        le soir meme a chaud avant que l’emotion ne retombe "on" nous indique le coupable ideal Ben Laden
        qq jours apres j’ai entendu un entrefilet emanant d’Al jazeera ou Ben Laden declarait qu’il n’etait pour rien ds les attentats du 9/11, juste un dementi qui est reste totalement inaudible..
        le plus incroyable (fait certifie) Ben Laden ne figure pas sur la liste des suspects pour les attentats du 9/11 !
        http://livre.fnac.com/a1558465/Eric-Laurent-La-face-cachee-du-11-septembre?PID=1
        Cela comme simple exemple du flou de la "version officielle", la presse se garde bien de le communiquer

        Effrayant cet embrigadement des medias a l’heure actuelle, ds ces propos tronques du Saint-Pere, on a pu observer que ts les medias dits "serieux" du Nouvel Obs a Valeurs actuelles ont tous participe a l’unisson a cette desinfo collective et le plus grave ; les politiques d’emboiter le pas et de se fendre de declarations indignees, la aussi sans aucun recul (ex : Juppe, Bayrou, Morano)
        en matiere de com, c’est celui qui tire le premier qui a gagne, apres le mal est fait car les dementis sont inaudibles, (ou alors il faut des annees voire des decennies pour qu’on reexamine les faits ce qui ne change pas gd chose) entretemps les desinformeurs auront largement eu le temps de parvenir a leur fin.. pas cool !


      • Oliver Trets Oliver Trets 27 mars 2009 00:03

        C’est donc un complot médiatique mondial : les athés sont vraiment des saligauds smiley


      • sisyphe sisyphe 27 mars 2009 07:55

        par Den 							 														 (IP:xxx.x1.36.101) le 26 mars 2009 à 13H59 							 							
        							

        															
        							
        								1) L’ensemble des médias ont repris cette interview en citant uniquement l’extrait "le préservatif aggrave le problème du Sida"

        2)Ils n’ont donc pas repris l’ensemble du paragraphe ci-dessus ou au moins le passage débutant par "S’il n’y a pas l’âme..."

        Certes ; voila qui change du tout au tout !
         smiley

        Pourquoi, il y a des gens qui "n"ont pas d’âme" ?? 
        Ou qui font l’amour sans s’en servir ? 

        Une enième recopie (j’allais dire resucée smiley ) du "discours intégral" qui a déjà été recopié 36 fois par tous les petits bigots, dans l’espoir d’y trouver une virgule qui changerait le sens de ce discours hors d’âge, imbécile, nuisible, et dangereux, d’un vieux con qui s’est, par ailleurs, déjà largement illustré, par la réhabilitation d’évèques intégristes, d’un évèque négationniste ; bref, dans la pure lignée de tous ces papes et confits de bénitiers , qui ont toujours été du côté de l’obscurantisme le plus crasse, pour conserver les privilèges de leur caste arrogante, et maintenir des préceptes totalement deconnectés des réalités, et se servant de la sexualité et du plaisir comme repoussoir, pendant que les sales petites affaires se font dans les presbytères...

        Que le pape ferme sa gueule sur un sujet dont il ne connait rien ; c’est tout ce qu’on lui demande. 
        Quant aux bigots, qu’ils nous lâchent un peu avec la sexualité ; qu’ils essaient de s’occuper de la leur ; ça suffira déjà à remplir largement leur temps disponible... 

        Amen


      • Den 28 mars 2009 13:48

        voyons cette phrase :
        "S’il n’y a pas l’âme, si les Africains ne s’aident pas, on ne peut résoudre ce fléau en distribuant des préservatifs : au contraire, cela risque d’augmenter le problème."

        à l’aide de la logique mathématique, essayons de simplifier les trois négations qu’elle contient :

        - > soit A, la proposition "mettre l’âme"

        - > soit B, la proposition "les Africains s’aident"

        - > soit C, la proposition "résoudre le pb en distribuant des préservatifs"

        - > soitD, la proposition "risque d’augmenter le problème"

        la phrase d’origine est :
        si non A ou si non B, alors non C et D
        autrement dit : non A OU non B => non C ET D

        la contraposée logique (c’est-à-dire une phrase équivalente) de cette phrase est :
        C ou non D => A ET B

        et en français :

        "si on veut résoudre le problème [du Sida] en distribuant des préservatifs ou [au moins] ne pas risquer de l’augmenter, il faut qu’on y mette l’âme, et que les Africains s’entraident."

        Voilà ce que le Pape à dit littéralement, en toute logique mathématique, sans faire aucune analyse ou spéculation sur sa pensée.

        Il a dit qu’il fallait, en plus de distribuer des préservatifs, l’âme et l’entraide.


      • jerome 26 mars 2009 13:17

        Bravo, il sont rares les articles honnetes sur le sujet ! Ceux qui lisent les vrais dires du Pape peuvent facilement
        faire la part des choses, mais ils sont peu nombreux , semble-t-il ...


        • Darius 26 mars 2009 14:27

          Merci pour cette mise au point honnête et trop rare
          je m’interroge sur cette hystérie collective des médias, très inquiétant
          heureusement qu’il y a Internet sans quoi nous serions déjà tous lobotomisés...


          • georges jean 26 mars 2009 16:36

            Au delà du sida, ce que le Pape remet en cause c’est le dogme de la liberté sexuelle. L’élite intellectuelle, médiatique, culturelle tient à ce dogme comme à la prunelle de ses yeux. Pourquoi ? Cela permet de tenir le peuple ? sans trop obvier les dépenses publiques ? Cela permet de reconnaître facilement qui est fachiste ?


          • glouglou 26 mars 2009 14:32

            le sous-pape déclare "sex-drug-and rock-and-roll" smiley....bonne bourre !!!


            • ffi ffi 26 mars 2009 15:00

              IV A qui profite le crime ?

              Au mouvement sataniste, pas au mouvement laïc républicain, puisque celui-ci reconnait la nécessité de l’honnêteté intellectuelle.



              • Zalka Zalka 26 mars 2009 15:32

                Désinformation pour les uns. Vous avez tout à fait raison.

                Mais hypocrisie pour vous, puisque dans sa citation, il dit clairement "on ne peut résoudre ce fléau en distribuant des préservatifs : au contraire, cela risque d’augmenter le problème" sans pour autant préciser que l’on doit accompagner l’aide.

                On peut également se poser la question de l’efficacité de l’incitation à l’abstinence et à la fidélité (de l’incitation "à", pas de juste de l’abstinence et de la fidélité, bien sûr).


                • Den 26 mars 2009 15:40

                  On tourne en rond.....

                  Vous faites exactement ce qu’on fait les médias en reprenant une partie du passage ie en occultant le début "si il n’y a pas l’âme, si les africains ne s’aident pas...."


                  Exemple : "si je gagnais au loto, je ferais le tour du monde".
                  Votre extraction ici serait : "je ferais le tour du monde"..
                  Ce qui ne sera pas le cas puisque vous occultez la condition première = avoir gagné au loto.

                  ...Et là vous me diriez "sans pour autant préciser que vous devez gagner au loto" ????


                  Koztoujours a sans doute mieux exprimé que moi ce "tronquage" sur son dernier article :
                  http://www.koztoujours.fr/?p=3675


                • Zalka Zalka 26 mars 2009 16:29

                  Pardon si je me suis mal exprimé. Ce que je considère comme faux, c’est de penser que sans "entraide", la capote aggrave le problème.

                  Même sans dimension spirituelle, la capote, avec son très haut pourcentage de blocage améliore TOUT LE TEMPS le problème.

                  Je peux admettre que du point de vue des cathos, le côté spirituel aide encore plus. Même en étant athée, je pense que la morale peut aider encore plus. Mais je ne peux pas admettre que l’on dise que sans dimension spirituelle, la capote aggrave le problème.

                   


                • Den 26 mars 2009 17:28

                  Sauf qu’entre votre commentaire de 15h32 "cela risque d’augmenter le problème" (propos tenus par le Pape) et celui de 16h29 " la capote aggrave le problème. ".........le mot risque a disparu.

                  Ce mot n’est pas quelconque il traduit uniquement une possibilité, un aléa et non une certitude .

                  Encore une fois il y a eu tronquage...et ça, je ne peut pas non plus l’admettre ..


                • Zalka Zalka 26 mars 2009 18:48

                  Spécialiste de l’enculage de mouche ? C’est dans quelle page de la bible ?

                  Dire que sans dimension spirituelle, la capote va ou risque d’aggraver le problème, c’est kif kif, c’est de la connerie.

                  Et ce qu’il y a d’encore plus con, c’est de pinailler sur un détail ridicule. Vous êtes puéril et pathétique.


                • monpetitavis 26 mars 2009 20:15

                  Bonjour Zelka
                  Puisque vous posez la question de l’efficacité des politiques de prévention, je vais vous répondre sur les faits puisque semble-t-il l’aspect rhétorique a été largement débattu smiley
                  Comme déjà dit plus haut, l’Ouganda fait office de pays modèle dans la lutte contre le SIDA. La méthode ABC a par conséquent largement prouvé sa totale efficacité.
                  De façon plus globale, si on regarde l’évolution de taux de SIDA chez les populations africaines, entre 1991 et aujourd’hui, on remarque que les populations catholiques ont bien mieux contenu l’expansion de l’épidémie que les populations animistes. Force est de constater que les appels à l’éducation sexuelle, la fidélité, la morale sexuelle sont efficaces.
                  En revanche, les pays qui ont choisi, via les ONG, une politique du tout préservatif et qui ont peu entendu ou peu suivi le message de l’Eglise sont de loin les pays les plus touchés par le SIDA (Bostwana, Zimbabwe, Swaziland), (vous pouvez vérifier les chiffres).
                  Par conséquent, si à l’échelle du particulier, le préservatif est bien entendu une façon de se protéger du SIDA, miser tout sur la seule distribution de préservatifs à l’échelle nationale, ne résoud en rien la propagation du virus car les gens continue (voire sont incités) à avoir des comportements à risques.


                • benoit 27 mars 2009 10:37

                  Concernant l’Ouganda, où j’ai vécu, il y a eu une baisse significative du taux d’infection au VIH dans les années 80, aujourd’hui, ce taux est en augmentation. Ayant discutté avec des personnes travaillant sur le sujet, il semblerait qu’il n’y ait pas de réels explications à ce phénomène. Pas plus pour la diminution que pour l’augmentation récente. Pour les défenseurs de l’abstinence, sachez que cette politique est encore largement pronée, dans ce pays (en particulier par la Première Dame). Je n’ai pas remarqué un message de l’Eglise pronant le ABC, puisque le C est condamné par les Eglises (en Ouganda, les églises protestante et/ou anglicane sont au moins aussi importantes que les catholiques). Il ne faut pas se voiler la face, l’Eglise ne considère pas le plaisir sexuel, elle considère l’acte comme un seul moyen de reproduction. Position que défend, en toute logique puisqu’il est un grand théologien, le Pape.


                • monpetitavis 27 mars 2009 11:34

                  Bizarre que des phénomènes à grande échelle ne trouve pas d’explications. Je ne vis pas en Ouganda et j’imagine que vous connaissez bien mieux que moi la situation sur place, mais j’en sais assez en statistiques pour savoir que les phénomènes à grande échelle ne sont jamais du au hasard.
                  Quant au reste, vous avez raison, l’Eglise ne prone pas la méthode ABC, elle reste dans le AB smiley
                  En revanche, il est faux de dire qu’elle condamne le préservatif, elle le considère comme un moindre mal, comme les autres méthodes contraceptives. Si je résume en terme de matheux, ça donne : Il faut utiliser AB, si AB pas utilisé alors C.
                  Pour info, j’ai connu des prêtres qui venaient en aide aux prostituées du bois de boulogne et qui n’hésitait pas à distribuer des préservatifs sachant que quoiqu’il arrive le A et B ne seraient pas respectés. Alors arrêtons le faux débat comme quoi les prêtres distribuent en secret des préservatifs pour pas se faire choper par l’inquisition vaticane.

                  Ce que l’Eglise condamne, ce sont les méthodes abortives parce qu’elle considère que l’être humain commence dès l’embryon (c’est un autre débat que je ne vais pas développer).

                  Enfin quant au rapport sexuel, je trouve dommage que des gens se soient arrêtés sur l’ancienne vision janséniste du sexe. Pour connaitre la position actuelle de l’Eglise à ce sujet (qui encourage à fond les rapports féconds ou pas entre mariés), je vous invite réellement à lire l’ouvrage "la sexualité selon Jean-Paul II".


                • benoit 27 mars 2009 20:06

                  "Ce que l’Eglise condamne, ce sont les méthodes abortives parce qu’elle considère que l’être humain commence dès l’embryon (c’est un autre débat que je ne vais pas développer)."
                  Je veux bien le croire, j’avoue que mes connaissances en théologie sont très faibles, et, bien que je ne sois pas d’accord, je peux le comprendre.
                  Cependant, si je ne m’abuse, le préservatif empêche le spermatozoïde d’entrer dans les trompes de la dame et à fortiori dans l’ovule pour féconder et créer un embryon. Donc je ne comprend plus pourquoi interdire le préservatif, si l’on admet une sexualité plus décomplexée !


                • daniel daniel 26 mars 2009 16:33

                  Il faut féliciter ceux qui ont le courage de résister aux campagnes de désinformation si bien orchestrées par les grands média.
                  Les télés et les radios font la mode . Très bien DEN. Continuez.


                  • Oliver Trets Oliver Trets 26 mars 2009 21:00

                    Le pape a raison de laisser pourrir la polémique qui est la conséquence de ses propos, il est fidèle à la bible et à ce qu’à toujours été le catholissisme. Pour cela, il mérite tout mon respect.

                    Jean-Paul II a essayé de diluer le catholiscime dans un semblant de modernité et Benoit XVI essaye de lui redonner de la force avec un discours réactionnaire : que la religion catholique se dillue dans la société avec des croyant qui font leur religion à la carte ou bien qu’elle se referme sur un communautarisme sectaire, le résultat est le même —> sa seule issue, c’est de pérécliter doucement mais surement.

                    Si seulement elle pouvait disparaitre en silence sans emporter le peuple africain avec elle, ce serait super sympa de sa part.


                    • Bobland59 Bobland59 26 mars 2009 21:25

                      Tout ce prêchi-prêcha pour dire que son église est le seul salut ........ Il a oublié l’eau bénite il parait que ça guérit peut-être ! Même notre prix Nobel madame Françoise Barré-Sinoussi a renié les conneries sorties par ce pontife arriéré .... Je préfère de beaucoup croire en ce professeur qu’en cet ensoutané .


                      • Hieronymus Hieronymus 26 mars 2009 22:28

                        vous, vous n’avez meme pas du lire l’article ..
                        le probleme n’est pas l’adhesion au catholicisme ou pas
                        ce qui est demontre ici, c’est la desinformation a l’oeuvre
                        un conseil : avant d’invectiver un article, lisez le ..


                      • Oliver Trets Oliver Trets 27 mars 2009 00:00

                        Les catholiques sont donc victimes d’un complot médiatique international qui vise à les faires passer pour autre chose que ce qu’il sont : on aura tout entendu. smiley


                      • Den 27 mars 2009 10:43

                        Faire passer (ou plutôt qualifier de...) Benoit XVI pour un "criminel contre l’humanité", oui cela ne correspond pas à ce que je suis.


                      • tani tani 26 mars 2009 22:43

                        Merci à Den pour cet article superbement documenté et illustré !
                        Il y a quelque chose de pathétique à faire fi de toute raison dès que l’on parle de religion et/ou de préservatif tout en s’enfermant dans tel dogme du prêt à penser moderne.
                        Il est bien loin le temps de l’humanisme athée qui croyait en la critique de la raison.
                        Comment peut-on croire en 2009 qu’en rejetant les "catholiques" comme des infra-humains, on contribue à un progrès quelconque de l’humanité ?
                        L’anticatholicisme avec sa violence, son aveuglement et sa propagande systématique n’est-il pas comparable à l’antijudaïsme nazi et à ses méthodes.
                        C’est pourquoi la démarche de Den est à féliciter.
                        Ce n’est qu’en ouvrant les yeux sur les vraies paroles et sur les vrais actes de nos voisins, que nous arriverons à les accepter et à vivre avec eux. Certainement pas en les condamnant sans réfléchir dès qu’il prononcent le mot tabou !


                        • Oliver Trets Oliver Trets 26 mars 2009 23:57

                          1 point Godwin.

                          Le pape fait fit de sa raison en croyant naïvement que ses ouailles n’utilisent aucun moyen de contraception.

                          Il ne ment qu’à lui-même : la majorité des catholiques français ne se reconnaissent plus dans son discours paséiste.



                        • Hotel Romeo 26 mars 2009 23:53

                           100% d’accord avec Den et Hyeronimus : le fond du problème n’est pas la position du pape et de l’église catholique sur le problème du sida et du préservatif (mais à quoi vous attendiez-vous ? Que le Ratzinger déclare la capote d’utilité publique ?), mais la formidable propension de nos "grands" médias à déformer et à désinformer dans des buts tantôt purement mercantiles, tantôt bassement politiques. Une fois de plus, nos merdias à l’affût ont débusqué une proie bien juteuse (une petite phrase du pape sur la capote dépouillée de son contexte, ça c’est vendeur, coco !). Et une fois de plus, les "moutons" ont suivi, alléchés par les mots "préservatif" ou "sida"... sans se rendre compte qu’ils se sont encore fait avoir. 


                          • Den 27 mars 2009 01:02

                            Pour revenir sur le "risque d’aggraver le problème" (je le répète un risque n’’est pas une certitude, au passage dire le contraire ça revient à mettre pas mal de monde au chômage (tt le monde de l"assurance ..))

                            On peut se demander à juste tire pourquoi il y aurait un tel risque d"aggravation ?

                            La réponse réside dans la notion de mécanisme de compensation du risque : lorsque l’on a recours à une “technologie” de réduction du risque comme le préservatif, l’on perd souvent le bénéfice lié à la réduction du risque par une “compensation” qui consiste à prendre davantage de risques qu’on ne le ferait en l’absence de technologie de réduction du risque.


                            • Den 27 mars 2009 01:09

                              En clair, et la boucle sera bouclée.....ce que ne souhaite pas le Pape c’est que les gens se sentant protégés par cette "technologie" aient par ex. beacoup moins d’hésitation à multiplier les partenaires ce qui vous en conviendrez ne correspond pas tout à fait à sa conception de l’acte sexuel.


                            • Den 27 mars 2009 01:17

                              Puisque ladite multiplication porte un coup sérieux à ses valeurs en "aggravant" la, déjà fragile position de la famille, cellule de base dans la religion...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès