Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > Le You du Time, vous ou toi ?

Le You du Time, vous ou toi ?

Time: You!Le magazine Time proclamait dans son édition du 25 décembre la personne de l’année 2006. « You ». La rédaction de l’hebdomadaire explique : « En 2006, le Web est devenu un outil pour rassembler les contributions modestes de millions de personnes et faire en sorte qu’elles comptent. » Cette annonce quelque peu étonnante a fait grand bruit dans la blogosphère et les médias traditionnels, surtout chez les tenants du concept de Web 2.0 que Time décrit comme une révolution.

Pour ma part, ce battage médiatique me laisse relativement indifférent car je constate peu l’effet qu’a vraiment eu le Web en 2006 pour « changer le monde ». Time traite de mes appréhensions : l’Irak, l’agression israélienne sur le Liban, la guerre au Soudan, la bombe nord-coréenne, celle que veut avoir l’Iran, le réchauffement climatique... Il tente aussi de les contrer par une justification de son choix, en mentionnant Wikipedia, YouTube et MySpace.

« Pour s’être approprié les rênes du pouvoir, pour avoir posé les fondements et déterminé l’encadrement d’une nouvelle démocratie numérique, pour travailler sans être rémunéré et surclasser les professionnels à leur propre jeu, la personnalité de l’année selon Time, c’est You. » On ne serait pas un peu loin du compte ? D’habitude on rend hommage à des accomplissements, et dans ce cas-ci, force est de constater que malgré toute cette belle technologie, les réalisations concrètes, tangibles et probantes relèvent encore des promesses.

En outre, selon le Computer Industry Almanach, il y avait en 2005 1,08 milliard d’utilisateurs d’Internet ; les projections pour 2010 s’établissent à 1,8 milliard. Dans une perspective globale, au mieux, on parlerait de 25 % de la population du globe.

À mon avis, si le Web a eu un effet réel pour changer les choses en 2006, du moins aux États-Unis, c’est à cause des blogs qui ont dominé le discours politique et permis de déloger le Parti républicain. C’est vrai que plus généralement, les blogs ont servi de psychothérapie à des millions de personnes, économisant ainsi des milliards en soins de santé, mais de là à dire que le Web mérite l’hommage annuel de Time pour avoir imprimé un nouveau sentiment de collectivité, j’en doute.

Puis, il y a cette ambiguïté de la langue anglaise, à propos du you qui signifie autant, selon le contexte, vous que toi. Cette particularité linguistique n’est pas unique à l’anglais. Par exemple, en créole, nou signifie aussi bien nous que vous. On a intérêt à bien saisir le contexte, croyez-moi.

Donc, Time en utilisant You voulait-il dire vous ou toi ?

La question mérite d’être posée, car elle a une incidence sur la véritable signification de l’hommage que tente de rendre Time au Web. Le magazine vous rend-il hommage collectivement pour vos activités en ligne, ou te rend-il hommage à toi qui y évolues parfois en autarcie ?

You.Dans la version imprimée, la couverture du magazine est constituée d’une surface métallique réfléchissante donnant un effet miroir. En la regardant, on voit son image reflétée. Sur le site Web, on a droit à un diaporama constitué de onze vignettes, dont une d’un militaire, et une autre d’une jolie brunette dont on ne sait trop si elle parle à une autre personne sur un portable vidéo ou si elle est en train de prendre un autoportrait. Or, toutes ces vignettes illustrent des personnes... seules. Où est donc la collectivité dont on parle ? A-t-on joué, avec ces deux thèmes de présentation adaptés en fonction de deux médias, le vous ou le toi ?


Moyenne des avis sur cet article :  3.49/5   (45 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • silexelis (---.---.180.2) 29 décembre 2006 14:15

    Fiction ou réalité !!! Cela me fait penser à cette affiche avec l’oncle sam son doigt pointé sur vous ou toi et prétendant « i need you » L’internet n’est il pas destiné à devenir au fur et à mesure un instrument qui n’échappera pas aux mêmes leaders économiques que dans le monde réel avec une pseudo apparence de libre arbitre. Et puis après tout cela ne devient il si on sait l’utiliser que le plus extraordinaire outil de propagande mondial ayant l’apparence de la liberté de penser. Le mieux y cotoie le pire. Je dirais même pour pousser le bouchon qu’on pourrait trouver un paralléle entre la destruction du monde réel dans sa globalité et d’une naissance d’un monde virtuel et global encore plus contrôlable et encore plus centralisé.

    Ne disait on pas la même chose sur la tv, que ce serait un outil formidable de liberté, de connaissance, d’informations, qui formeraient les peuples et leur apporteraient un sens critique... LOL


    • idoric (---.---.239.57) 29 décembre 2006 15:17

      >« Ne disait on pas la même chose sur la tv, que ce serait un outil formidable de liberté, de connaissance, d’informations, qui formeraient les peuples et leur apporteraient un sens critique... LOL »

      Il y a quand même une différence fondamentale entre la télévision et internet : la télévision est un média qu’on « lit », internet est un média qu’on « lit » et qu’on « écrit ». Ou dit autrement, dans le premier cas nous ne sommes bon qu’à consommer du prêt-à-penser, dans le second cas nous produisons autant que nous consommons.


      • lartiste (---.---.79.81) 29 décembre 2006 19:53

        car je constate peu l’effet qu’a vraiment eu le Web en 2006 pour « changer le monde ». *

        Rappelons que 2006 fut le développement de la vidéo sur le web. Lorsque vous (You) regardez en arrière ce que vous avez fait et ce que vous êtes, vous le faite dans votre esprit en Images. Jusqu’ici le web c’était du texte et des images, maintenant ce sont des Images vidéo.

        Prenons l’exemple des langues, lorsque vous allumez votre téléviseur, vous voyagez dans le monde et voyez des gens qui parlent un dialecte non compréhensible dont vous ignorez même l’alphabet... le calendrier etc. Sur Internet en un clic, vous visualisez votre série preférée en Chinois ou en Hébreu et vous traduisez au fur et à mesure dans le texte grâce à « Babylon » par exemple.

        Le net, c’est l’interface qui abolit les difficultés de communications liées aux différences culturelles. Je pense qu’il faut voir ce You, comme un You universel. Et l’année prochaine, la personnalité de l’année sera peut-être Big-Brother, en chair et en acier ?


        • Thomas Pourchayre (---.---.133.119) 29 décembre 2006 23:17

          Peut etre les deux, non ?

          Vous : le consommateur massifié auquel beaucoup d’entreprises n’ont pas encore renoncé à s’adresser

          Toi : le consommateur unique et décideur de sa consommation

          En même temps - fantasme - Time ne sentirait il pas un vent tourner au point de vouloir lui-même changer de camp ?

          Bref
          - si le web 2.0 ne change rien, ben tant pis la couv’ avait quand même raison : c’était bien tenté, tout ça, « l’essentiel c’est de participer », c’est bien d’avoir essayé de changer le monde, on dira que ce sera vot’ mai 68. Ca mérite bien une couverture.
          - si ça change tout, et ben ils l’auront dit, et il fallait bien en faire une couverture.


          • erickk (---.---.192.161) 30 décembre 2006 00:03

            Encore un qui a pas compris ce qu’était fondamentalement Internet : 1 + 1 + 1 + ... = communauté. Trop limpide peut-être.

            Erick

            et vive le web 2.0 n’en déplaise aux ayatollahs du numérique.


            • (---.---.164.87) 30 décembre 2006 00:37

              Le web a réeelement changé les choses dans bien des domaines même si vous ne l’avez pas constaté. Il permet aujourd’hui à des millions de personnes (et je n’évoque même pas la mode des blogs) d’échanger, de communiquer et d’agir ensemble, certes, ce n’est peut être pas immédiatement visible mais c’est un fait.


              • Lartiste (---.---.154.201) 30 décembre 2006 02:39

                Ze Web, c’est aussi un magnétoscope géant, discrétement : http://www.tv-links.co.uk/ , j’attends des séries francophones et toutes les saisons de Santa Barbara (ça te barbera) en ligne. Bonnes Fêtes à tous !


                • TFYQA (---.---.239.68) 30 décembre 2006 14:54

                  L’ordinateur et George W. Bush ont déjà eu le même honneur, alors...

                  L’ironie suprême demeure que le public préfère les drôles de vidéo de YouTube que la programmation commerciale des géants de la communication et du supposé divertissement.

                  Soulignons qu’il est plus difficile de transformer les drôles de vidéo en propagande et désinformation. C’est ça de gagné !

                  La démocratisation médiatique s’opère t-elle aux dépens de la démocratie ?

                  Le lectorat conventionnel baisse. Internet balaye tout. Le blog omnibule. La guerre de l’attention se gagne par l’image. L’ère de l’écrit serait passé ! Depuis quand ?

                  Si l’attention du public est désormais accaparée par la procession de prétendants au 15 minutes de gloire de Wharol, de clips de monde qui se pettent la gueule et d’adorables chatons ; alors pour ce qui est du progrès pour la démocratie ; on repassera !

                  Ne vous y méprenez-pas ! Au cœur de tout ce brouhaha est le 67 milliards de pub télé qui se demande ou bien aller maintenant que le modèle d’affaire des médias traditionnels est décendu en flamme par le web.

                  Le cartel corpo-médiatique intégre verticalement et synergise son organigramme, maximise son retour sur l’hyper consommation et pour ses efforts... la pub imigre dans Internet. Délicieuse ironie !

                  De plus, la presse et les médias sont accusés d’avoir perdu de vue leur mission de chien de garde de la démocratie contre les abus des trois pouvoirs traditionnels : législatif, exécutif et judiciaire.

                  Consolidations, synergies et lobbyistes seraient-ils en train de tuer la profession autrefois admirée pour son indépendance de pensé, sa rigueur et son sens de l’éthique ?

                  La courte réponse est... absolument !

                  La nouvelle couche d’insignifiance qu’incarne le phénomène YouTube n’est que la cerise sur le sundae du décervelage systématique qui est en cours...

                  Les émules de Edward Bernays ratissent large. Le visionnement de The Century of the Self devrait être obligatoire pour quiconque oeuvre dans le merveilleux univers médiatique.

                  Internet possède pourtant tous les atributs pour devenir le cinquième pouvoir face à l’apparente faillite des médias traditionnels.


                  • nono mulder (---.---.213.248) 2 janvier 2007 07:09

                    Cet article a au moins le mérite de pointer cette interrogation : qu’a changé internet dans le monde REEL ?


                    • Luc DUSSART Luc DUSSART 4 janvier 2007 18:52

                      Bonjour Jean-Pierre,

                      Je t’ai connu mieux inspiré que dans ce papier, qui ne fait que caresser les interrogations - peut-être délibérées - d’un Time qui ne sait plus très bien comment lui-même s’adapter au web 2.0.

                      C’est vrai qu’il fait nuit tôt en ce moment : on a encore plus besoin de tes lumières de pionnier http://agoravox.fr/smileys/clin_d-oeil.png http://agoravox.fr/smileys/clin_d-oeil.png

                      Veuille accepter mes voeux les plus sincères pour une année sereine et caline.


                      • Céline Ertalif Céline Ertalif 5 janvier 2007 21:56

                        Bonjour,

                        Je découvre cet article grâce au lien fait par C Revelli dans son article du 5 janvier. Excellent article du chroniqueur venu de Cybérie : comme d’hab !


                        • Bertrand C. Bellaigue Bertrand C. Bellaigue 7 janvier 2007 11:53

                          Cette cover story de « TIME » : « YOU » , fait penser au titre d’Ernest Hemingway : « For whom the bell tolls » (Pour qui sonne le glas ?)

                          « It tolls for YOU ! », (c’est pour toi qu’il sonne ! ). Ne le savais-tu pas ?

                          Bertrand C. Bellaigue

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès