Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > Les cabinets « blancs » de Libération

Les cabinets « blancs » de Libération

Le journal Libération a fait la une de son édition d’hier sur les Cabinets « blancs » de la république qui aurait oublié la parité et la diversité. De son côté Romain Pigenel dans son blog Variae dénonce la méthode de Libération en l’accusant de pratiquer « l’appeau à trolls ».

Le journal Libération dans son édition de hier fait le procès des cabinets ministériels où prédominent nettement la tribu des énarques mâles et blancs. Ce constat statistique est imparable sur les 140 premières nominations publiées au journal officiel. Le journal en a fait le compte exact : « 140 directeurs, chefs de cabinet et conseillers avaient été officiellement nommés. Parmi eux, seules 38 femmes, dont 5 directrices de cabinets, 4 directrices adjointes de cabinet et 5 chefs de cabinets ».

Cet état est à rapprocher de la mise en avant par Jean-Marc Ayrault de son gouvernement à parité absolue : 17 hommes et 17 femmes. Il faut l’admettre c’est une première sous la Vème république. Mais force est de constater que le compte n’y est pas. Les cabinets ministériels jouent un rôle essentiel dans la mise en œuvre des politiques, ils sont force de propositions et surtout ce sont eux qui sont à la manœuvre au cœur de l’état. On voit donc les limites du changement, alors que François Hollande se livre à une gymnastique compliquée pour tenir son engagement de parité dans la composition de son premier gouvernement, l’effort se relâche aussitôt. Il faudra bien aussi observer les prochaines nominations aux administrations centrales et postes clefs de la république, car le ton donné pour l’instant est loin d’être encourageant.

Nombreuses sont les organisations, les personnalités politiques et les membres de la société civile qui ont manifestés leurs inquiétudes sur le sujet : de SOS Racisme à Yvette Roudy premier ministre des droits de la femme en 1981.

Qui peut affirmer aujourd’hui droit dans les yeux qu’il n’existe pas dans la haute administration des femmes capables de tenir des postes dans les cabinets ministériels et de la même manière des personnalités issues de la diversité ? Je lance le défi.

Romain Pigenel sur son blog a voulu, sans doute, apporter la contradiction en taclant le journal Libération. Il n’a pas tort à la fin de son papier de critiquer le dossier de Libération, qui n’a pas fait le tour des questions utiles, comme la représentation du Parlement doit-elle être celle de la société d’un point de vue ethnique, quel rôle jouent les grandes écoles dans cette politique de discrimination ? J’ajouterai aussi : comment réformer la fonction publique pour qu’elle puisse donner toute sa place aux femmes ?

Par contre son affirmation comme quoi Libé pratiquerait « l’appeau à trolls » dans la presse écrite est un peu forcé. Il donne ainsi le sentiment de vouloir détourner le questionnement.

Nous avons suffisamment porté le fer contre l’UMP et Nicolas Sarkozy pour ne pas être en capacité de regarder en face nos propres faiblesses. Ne pas le faire s’est s’exposer au nombrilisme et surtout s’est mettre sous le boisseau notre capacité au changement et à la réforme.

Oui, soyons-nous même, fier de notre capacité à nous évaluer et admettons que pour l’heure la composition des cabinets ministériels n’est pas à l’aulne du changement. Il nous faut interpeller le président de la république François Hollande, le premier ministre Jean-Marc Ayrault et la première secrétaire du parti Socialiste Martine Aubry sur ce sujet et exiger une inflexion dans les semaines à venir, pour ne pas dire un net correctif.


Moyenne des avis sur cet article :  2.43/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • Fergus Fergus 1er juin 2012 17:05

    Bonjour, Jean.

    Entièrement d’accord. Libération a eu raison de souligner à quel point il reste du chemin à faire dans la voie de la parité au sein des cabinets. L’exercice est révélateur et impitoyable car il est évident que de nombreuses femmes pourraient tenir les rôles éminents qui sont encore réservés aux hommes de manière abusive.

    Nul doute que ce coup de projecteur, premier du genre, devrait faciliter l’entrée des femmes dans les cabinets et permettre de tendre vers la parité dans un avenir proche. Ce genre de discrimination est en effet devenu insupportable.

    Cordialement.


    • YVES JOAD YVES JOAD 1er juin 2012 18:13

      Libé s’est scandalisé des propos de Fréche il y a quelques années. Fréche s’étonnait de la quasi absence de blancs dans les équipes de foot...Aujourd’hui Libé (fleuron de la presse Rotchild) inspecte les cabinets et constate qu’il y a beaucoup trop de mâles blancs

      La solution serait peut être de mettre des footeux déja surpayés (Evra et autres) dans les cabinets, et des énarques à leur place dans les équipes de foot...
      Pour la parité ce serait aussi simple : il faut prélever des femmes dans les professions où elles sont sur-représentées (infirmiéres, prof des écoles...) et faire le même type d’opération.
      Une autre solution est de fermer la porte des cabinets, et regarder ailleurs. Regarder par exemple la composition du CA de Libé : combien de femmes ? Combien de diversité ?


      • COVADONGA722 COVADONGA722 1er juin 2012 18:14

        yep , dites les sous-chiens z ’etes prevenus les antiraciste font du « racialisme » mais juste contre les blancs hein ! demain ils demanderons la ségregation positive , l’idéal serait d’interdire d’expression tout individu ne pouvant prouver qu’il n’est pas sous-chien sur plus de 3 générations.
        asinus:ne varietur


        • Alex Alex 2 juin 2012 11:25

          Les femmes ont depuis longtemps accès aux grandes écoles, où elles sont très nombreuses. Depuis longtemps aussi, un certain nombre d’entre elles sont visibles en politique.
          Il faudrait donc poser deux questions :

          1. Sont-elles réellement empêchées d’accéder à des postes de responsabilité ?

          2. Souhaitent-elles autant que les hommes se consacrer à ce genre d’activité ?

          L’IEP est bien placé pour organiser un sondage intéressant sur ce sujet.

          On peut s’interroger sur le bien-fondé de cette approche politiquement correcte qui souhaite imposer de choisir des personnes non pas en fonction de leur compétence supposée, mais en fonction de critères tels que leur genre, leur couleur, ou leurs tendances sexuelles.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès