Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > Les Français en ont-ils marre de la TV ?

Les Français en ont-ils marre de la TV ?

Deux sondages parus en ce début de semaine pourraient bien inquiéter les directeurs de programmes des chaînes de télévision... Hier, un sondage CSA publié dans le journal La Croix demandait aux Français s’ils seraient prêts à se "passer quelque temps de télévision". 74% des sondés répondent : oui. Parmi eux, près de la moitié (47%) disent pouvoir s’en passer au moins un mois, et même 15% n’hésitent pas à affirmer : "pour toujours".

Là où la chose devient drôle, c’est que 45% des Français disent que leurs proches (conjoints ou enfants) seraient, eux, incapables de s’en passer.

Enfin, preuve qu’Internet n’a pas encore tout à fait remplacé la télévision pour ce genre d’activité, le journal télévisé (63%) est le programme qui manquerait le plus aux personnes privées de TV, derrière les films (35%) et les documentaires (32%). Contrairement à l’idée reçue, le sport ne manquerait qu’à 26% des sondés. Une mauvaise nouvelle pour Canal+ qui mise beaucoup sur la Ligue 1 ?

La télévision ne sait pas satisfaire

Aujourd’hui, deuxième sondage, qui nous vient cette fois du baromètre Télérama/Sofres "Les Français jugent la télévision ». Près de 53% des Français interrogés se disent insatisfaits des programmes proposés à la télévision. Canal+ (décidément) et France 5 arrivent en bas de classement des chaînes qui correspondent le plus à leurs attentes (10% des sondés). Avec 21% de satisfaction, Arte arrive en première ligne, suivie de TF1 (20%), France 2 (13%), France 3 et M6 (ex-aequo avec 11%).

51% de ceux qui ont souscrit à une offre de télévision payante se disent insatisfaits.

Inquiétants sondages, particulièrement pour le deuxième, qui montre une profonde désaffection pour le bon téléviseur. La boîte à images ne suffit plus à émerveiller, et elle doit aujourd’hui se renouveler. Les magnétoscopes numériques et le téléchargement d’émissions sur Internet permettent aux spectateurs de devenir leur propres directeurs des programmes. Il s’agit d’une manière de démocratiser et surtout de moderniser la télévision, que peuvent exploiter les professionnels du petit écran.

Cette prise de contrôle par le spectateur demande toutefois aux chaînes d’adapter leurs modèles économiques. Pas facile de vendre de la publicité aux annonceurs, lorsque le "cerveau dont le temps est disponible", cher à Patrick Lelay, devient finalement actif et se dote de la capacité d’appuyer sur un seul bouton pour immédiatement zapper les pubs...

Moyenne des avis sur cet article :  3.8/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

13 réactions à cet article    


  • Didier Roubinet (---.---.84.93) 22 septembre 2005 12:27

    Personnellement, j’ai mis mon téléviseur à la poubelle le jour où Mitterrand a appelé berlusconneries à la rescousse (1986, première privatisation de la 1ere chaîne).

    Je vous le confirme, ni moi ni les miens ne sommes devenus ignares, nous nous sentons juste un peu plus libres.

    Je suis simplement surpris qu’il aie fallu 20 ans pour voir apparaître des réactions notables dans « l’Opinion ».


    • conflict (---.---.25.49) 24 septembre 2005 01:06

      je ne suis pas d’accord avec le commentaire precedent, ce qui me choque dans ce sondage, c’est le manque de sincerite des gens qui y ont repondu, peut-etre par fierte mal placee ..


      • megrino (---.---.14.90) 18 novembre 2005 17:39

        Surprenant le nombre de gens qui pensent comme nous ! Mon téléviseur est réglé sur la « 3 » Pour voir les régionales (une fois par jour ) donc la « 1 » s’appele la 3 et la 3 = la 1 . Je ne vois pas la raison de ne pas choisir de ne pas subir la télé Pub.Ect... mais il y a quand mème quelques émissions interessantes...quelquefois.


        • François (---.---.101.106) 25 décembre 2005 15:55

          Personnelle je ne regarde plus la télé depuis plus de 10 ans. J’utilise ’mon cerveau disponible’ à rechercher de la vraie information, et pas du conditionnel à la TF1. La seule façon de se rapprocher de la vérité est le recoupement de points de vue et surtout pas l’exclusivité d’une chaîne ou d’un journal.


          • yaarg (---.---.107.82) 8 janvier 2006 20:02

            <<<<<<<<<<<>>>>>>>>>>>

            La découverte d’Internet, surtout depuis qu’il est dopé par ADSL, a certainement sonné la décroissance de l’intérêt de la télé, complètement VAMPIRISEE par la publicité incessante et insupportable. Depuis 1999, j’ai oublié la télé, à tel point que quand je regarde ça, je suis immédiatement excédé par les coupes publicitaires. Et le pire, c’est que tu as beau zapper, quand c’est le moment de la pub, il y a de la pub partout au même moment.

            Tuez la télé avant qu’elle ne vous tue...

            <<<<<<<<<<<>>>>>>>>>>>>


            • zapeuse (---.---.86.142) 24 février 2006 10:08

              Entièrement d’accord !


            • zapeuse (---.---.86.142) 24 février 2006 10:17

              Il ne suffit pas de ne pas regarder la téloche ! Il faut que les téléspectateurs ne payent plus la redevance qui enrichit à outrance quelques pseudo célébrités du petit écran ! un tout peti aperçu des salaires de quelques uns, sans compter « les avantages » :

              Les huit « visages emblématiques » de France 2 et France 3 se partageaient 77 millions d’euros lors de la saison 2000/2001. Cinq ans plus tard, quand Marc Tessier rend son tablier, leur pactole collectif s’élève à « 146 millions d’euros » !

              les stars du service public - Delarue, Sébastien, Drucker, Ardisson, Fogiel, Dumas, Lumbroso et Nagui - ont vu leur chiffre d’affaires enfler de 90 % ! Pendant ce temps, le coût de la grille grimpait de 25 %, tandis que l’audience des chaînes publiques s’effritait de 10 %... ! A y réfléchir !!!!

              Article complet : Assez de beaux discours, place aux actes !

              France Télévisions Un audit qui va fâcher : le point 26/01/06 - N°1741 - Page 26 - 376 mots

              Page réalisée par Emmanuel Berretta Explosif ! En quelques lignes, l’audit sur France Télévisions dont Le Point s’est procuré quelques éléments en avant-première rallume la querelle faite aux animateurs-producteurs. En cinq ans, sous la présidence de Marc Tessier (2000-2005), les stars du service public - Delarue, Sébastien, Drucker, Ardisson, Fogiel, Dumas, Lumbroso et Nagui - ont vu leur chiffre d’affaires enfler de 90 % ! Pendant ce temps, le coût de la grille grimpait de 25 %, tandis que l’audience des chaînes publiques s’effritait de 10 %... Seule France 5, la chaîne sans vedettes, parvient à progresser. Les huit « visages emblématiques » de France 2 et France 3 se partageaient 77 millions d’euros lors de la saison 2000/2001. Cinq ans plus tard, quand Marc Tessier rend son tablier, leur pactole collectif s’élève à 146 millions d’euros. L’audit ne livre aucun détail sur qui a touché combien, mais, déjà, à ce stade, on est bien au-delà des montants qui avaient valu à Jean-Pierre Elkabbach d’être acculé à la démission en mai 1996 après une bronca des syndicats. Des questions légitimes surgissent : n’aurait-il pas été judicieux de consacrer au moins une partie de cette masse d’argent aux documentaires (après tout, ils ont fait le succès de France 5) ou à l’amélioration des scénarios de fiction encore bien mièvres ? Patrick de Carolis n’est pas loin de le penser. La semaine dernière, il annonçait son « premier virage éditorial » : 71,5 millions d’euros (+ 11 %) en faveur du documentaire en 2006, la programmation sur France 2 d’un grand « docu » sur l’histoire ou la science en prime time une fois par mois, l’intensification des enquêtes sociétales sur France 3... Naturellement, le cas particulier des animateurs-producteurs risque d’occulter la bonne gestion générale dont Marc Tessier est crédité. L’audit souligne que d’abord l’endettement a été, sous sa présidence, divisé par quatre, ensuite que la rationalisation des achats de fournitures a été profitable, enfin que le groupe a engrangé des bénéfices comme jamais... Pourtant, même si, au fond, 146 millions d’euros pèsent peu au regard du coût de la grille (1,8 milliard d’euros), il sera difficile de justifier, aux yeux des 10 000 salariés du groupe, le traitement très avantageux des stars du petit écran. Patrick de Carolis pourrait réviser leur contrat à la baisse la saison prochaine, pour acheter sa paix sociale... ©


            • (---.---.6.109) 16 janvier 2006 17:08

              Pour info, nous les français nous passons presque 2h30 devant la télé chaque jour. En prenant en compte ceux qui ne la regardent pas, il y a pour certains des records dans l’air.

              Si cela peut nous consoler, il y a pire : les anglais par exemple avec presque 3h.


              • Klub des loosers (---.---.1.159) 2 février 2006 20:42

                Pourquoi devrais-je regardez la télé ? Est ce qu’elle me regarde elle ?


                • dam (---.---.145.234) 8 février 2006 14:01

                  Très intéressant ce sondage car meme si comme le dit le deuxieme commentaire c’est de la fierté mal placée, il est intéressant que pour la majorité des français la fierté soit de ne pas regarder la télé !!! C’est bien, il y a de l’espoir, nous sommes encore lucide.

                  J’ai également jeté ma télé, écoeuré par le fait qu’on ne donne la parole qu’aux marchands. Pour avoir le droit de s’exprimer sur les ondes il faut avoir quelque chose à vendre. Et comme je n’ai rien à acheter ça ne m’intéresse plus. Mais on peut se demander pourquoi les remises en cause de la télé sont aussi peu présentées dans les média ?? Alors que ces remises en cause foisonnent sur internet, je ne prends que deux exemples :
                  - les tivibigonneurs qui s’opposent à la prolifération des écrans dans l’espace public.
                  - ceux qui remettent en cause profondément les contenus imposés aux téléspectateurs. Ainsi le Paris-Dakar a suscité, meme s’ils sont restés lettre morte, de vrais débats de vraies protestations par exemple :


                  • (---.---.82.140) 25 février 2006 08:55

                    Les Romains, après la conquête de la Grèce respectent d’abord le sanctuaire ; au IIème siècle après J.C. l’empereur Hadrien et le riche Hérode Atticus comblent même le lieu de leurs bienfaits. Mais l’édit de Théodose, condamnant le paganisme (381) met fin à l’activité du sanctuaire (Dernier oracle). Au XIXème siècle des fouilles sont menées par l’école française d’Athènes - et le gouvernement d’alors vota un énorme crédit pour reconstruire plus loin le village afin de fouiller le site antique - et s’y poursuivent encore.

                    Au début du XXème siècle, le poète grec Sikelianos et sa femme tentèrent de faire revivre les fêtes delphiques (en 1927 et 1930) pour placer Delphes sous le signe de l’harmonie (Séféris) et de la paix spirituelle entre les nations. Ces fêtes n’eurent point de lendemain et Delphes est aujourd’hui surtout un centre touristique


                    • ymaill (---.---.141.239) 25 février 2006 20:01

                      Depuis deux mois que j’ai forcé la nature en installant une antenne sur mon toit pour accéder, au fond de ma campagne relativement paumée, aux bienfaits de l’ADSL, que j’ai découvert avec fascination et délectation avec quelle facilité je pouvais m’alimenter en information, recouper et comparer les articles, chercher des confirmations, découvrir des sujets oubliés des grands media... je n’ai plus regardé une seule fois le journal de 20 h (et je ne m’en porte vraiment pas plus mal !)


                      • sergio (---.---.160.127) 7 mars 2006 17:55

                        Une petite reflexion idéaliste : Imaginons un système social où l’etat impose au patrons de toute société à destination du grand public de consommer personnellement ce qu’il a produit. Ainsi le patron de Mac Donald se devrait d’ingurgiter 1 burger par jour, etc... Ou dans le cas présent, imposons à Patrick Le Lay de regarder TF1 au moins 2h par jour, sur des émissions choisies au hasard. Car franchement je me l’imagine bien regardant Arte chez lui, alors qu’il abreuve les gens de reality show et autres aneries. Les élites qui controlent notre société marchande ont un devoir moral vis à vis du futur de l’humain. Mais je constate que beaucoup n’en ont pas conscience.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès